Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Doux Repos

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien :: L'auberge des Chocobos

avatar

Classe : Mage bleu

Points de rang : 105



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Jia

Gardienne

le Sam 3 Juin 2017 - 7:50
Doux Repos;
Feat. Daiki
Le soleil était à son apogée lorsque le duo était enfin arrivé sur la route de Mi'ihen. Le vent n'étant plus le même, il était beaucoup plus sec. contrairement au vent marin de la route des Myocorocs, mais Jia l'aimait bien. L'endroit était rustique mais étrangement très beau à regarder; elle se souvint que, lors d'entraînements sur cette route pendant qu'elle restait à Luca, elle se surprenait à observer et analyser les multiples vestiges de l'ancienne cité qui y avait autrefois été érigé. Il lui arrivait même de tenter de comprendre en quoi avait pu servir tel et tel machines, autrefois; le résultat était plus souvent un grand sentiment d'incompréhension ainsi qu'une pincé d'émerveillement. Elle avait beau suivre les préceptes, la jeune rouquine avait tendance à vouloir tout connaître, comprendre; sa soif d'apprendre ainsi que sa grande ouverture d'esprit était quelque chose que beaucoup de prêtres lui avaient reproché, lorsqu'elle était encore enfant.  

Depuis leur dernier gros combat, laissant une Jia sonnée par un monstre qui l'avait envoyé valsé dans un mur et un Daiki à bout d'énergie magique, le duo avait été bien heureux de pouvoir profiter des légions de Banisseurs qui se battaient dans les environs; le chemin qu'il dégageait évitait au duo de devoir se battre inutilement, puisque tout deux était encore épuisé. Ils avaient à peine arrêté de marcher depuis leur départ de Djose, s'arrêtant une seul fois pour reprendre leur esprit. Ils avaient passé une nuit blanche, préférant se rendre le plus vite possible à leur prochaine destination. Normalement, celle-ci aurait dû être le quai de Luca; ils avaient prévu dormir tout le trajet en bateau de Luca à Kilika, récupérant ainsi toute cette fatigue. Cependant, aucun d'eux n'avaient prévu tomber sur une bande d'ennemis coriace; rare étaient ceux qui faisaient équipe pour se battre contre de vulgaires humains, préférant plutôt abattre leur proie eux-même, sauf pour les monstres qui érigeait des tribus et qui se déplaçait ainsi. Du moins, c'est ce que Jia avait dit à Daiki, lorsqu'ils s'étaient mis en route.

Profitant des chemins dégagé par l'entraînement des banisseurs, les suivant de près, ne se confrontant aux monstres que lorsque ceux-ci venait trop prêt, le duo arriva enfin à mi-chemin; l'auberge des Chocobos. Jia s'arrêta; se tenant la tête, elle était toujours sonnée après le combat contre le Garuda. Après tout, elle avait quand même reçu de plein fouet une rocheuse. En plus des étourdissements fréquents, elle avait maintenant un mal de crâne qui ne pourrait pas passer sans se reposer un peu. S'appuyant sur le rebord de l'auberge, la jeune femme tenta de se reprendre ses esprits.


-Daiki...Je crois qu'il va falloir qu'on reste un peu ici, ce soir.

Se frottant la tête, se massant les tempes, elle espérait qu'il comprenne qu'elle avait encore mal et qu'elle ne serait plus bonne à rien, si ils devaient se frotter à un autre monstre en route... La gardienne entra ainsi dans l'auberge, se dirigeant vers la réceptionniste, lui demandant une chambre. Deux clés lui firent confié, l'une fut déposé dans la paume du jeune apprenti invokeur, tandis que l'autre se retrouva dans la veste de la charmante femme rousse. L'aubergiste leur montra leur chambre, ainsi qu'un endroit pour se nettoyer et se revigorer.

-Avec mon mal de tête, je crois qu'il me ferait le plus grand bien de me soulager en barbotant un peu. Un sourire narquois sur ses lèvres charnues, elle continua. Je te retrouve après mais tâche de ne pas trop t'éloigner. Même si j'en apprécierais la liberté, me battre nue n'est pas vraiment une option qui me tente. En tout cas, pas avec autant de spectateur.

Sa main désigna d'ailleurs la gente masculine de l'auberge que l'on pouvait voir passé devant la porte, certains arrêtant pour regarder la jeune femme de plus prêt. Suivant la réponse de son protégé, Jia se pressa d'entrer dans la salle, se dénudant assez rapidement, vérifiant l'état de l'eau; ce ne serait pas le bain le plus chaud au monde mais les huiles que l'auberge ajoutait à leur eau était merveilleuses pour calmer les muscles endoloris après un gros combat; beaucoup de banisseurs et de moines guerrier en entrainement venaient ici, d'ailleurs, après une séance rigoureuse.

La cape de la gardienne fut retiré de sa personne, suivit de son veston ainsi que son une pièce qui recouvrait son corps. Les multiples ceintures recouvrant ses vêtements ne mirent pas de temps à retrouver le reste de ses vêtements, tandis que ses talons furent retiré en dernier. Elle remarqua quelques égratignures ici et là que le sort prière de son protégé ne put soigner. Jia mit ses jambes dans le bain, suivit du reste de son corps, ses courbes étant ainsi ensevelit de l'eau emplit d'huiles relaxante. Ses muscles se contractèrent et elle sentait déjà que les huiles allaient lui faire le plus grand bien. Les cheveux de la jeune femme cascadèrent sur ses épaules; ses yeux se fermèrent, ses genoux se rapprochèrent de son buste et ses bras se mit autour de son corps, comme la tendresse d'une mère qui tentait de réconforter son enfant. Le dernier combat avait prouvé à Jia qu'elle était rouiller et que, malgré les prédispositions en magie de son partenaire, elle était rouillé. Lui était inexpérimenté. Ensemble, ils n'étaient pas une combinaison parfaite. Pas encore. Leur symbiose n'apparaissait pas en combat; elle se devait de le rendre plus fort, de le rendre à son niveau à elle pour que tout deux survivent. Se mettant la tête sous l'eau, elle se leva de la crasse, de son maquillage mais également de ses pensées. Ses pensées qui ne cessaient de la narguer; des mots comme "tu vas le perdre" ou encore "tu seras la cause de sa perte". Sa peur de mourir s'était transformer en perte de le voir mourir, lui aussi. Elle ne pouvait se permettre de laissé ces pensées encombrer son devoir.

De retour dans le hall de l'auberge, vêtu d'une simple robe de nuit que l'aubergiste lui avait tendu, ainsi que ses talons, la jeune gardienne se dirigea vers l'extérieur, ses cheveux encore trempés par l'eau parfumé grâce aux huiles de l'établissement. On l'avait informé que son protégé était à l'extérieur, prenant l'air. Elle le vit alors, au loin. D'un pas lent, mais assuré, elle se dirigea vers lui, ses lèvres charnues dans une moue qui semblait toujours être clouté sur son visage, comme si elle tentait toujours de séduire; c'était plutôt ses yeux qui étaient impassibles. Se mettant au niveau du jeune garçon, elle mit une main sur son épaule.

-Venu profitez du couché du soleil ? Les yeux écarlate de la jeune femme se posèrent devant eux; on voyait le soleil quittant notre monde pour laissé la place aux astres lunaires. L'auberge est le meilleur endroit pour en voir un. Je crois que c'est ici que j'ai pu assisté à l'un des plus beaux; c'était bien avant Bevelle, par contre, mais chaque couchés est plus beau que le précédant...

Un sourire traversa son visage, puis une pensé. Quelque chose qui lui trottait en tête depuis un moment, quelque chose qu'elle devait mentionné. Ses lèvres formèrent un rictus, tandis que son front se fronça... comment le dire ? Trouver les mots, être certaine que sa ne lui causerait pas de tort. L'extériorisé était la meilleur solution.

-Il y a quelque chose qui me trotte en tête, depuis notre départ. Sa concerne ton frère. Elle marqua une pause, tentant de lire le visage de celui qu'elle considérait comme son propre petit frère, avant de poursuivre. Que s'est-il passé entre vous ? La dernière fois qu'on l'a vu, il n'avait pas l'air d'être là pour chanter tes louanges sous formes de prières. Pourquoi cette agressivité ?

Ses yeux ne montraient que compassion, un regard qui n'étaient réservé que pour certains élues, choisis par la dame. Le vent leur souffla dans les cheveux, rafraichissant le crâne toujours humide de la gardienne.
© 2981 12289 0

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien :: L'auberge des Chocobos

avatar

Classe : Mage rouge

Points de rang : 115



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Daiki

Apprenti Invokeur

le Sam 3 Juin 2017 - 9:59
Doux ReposUne fois traversée la route des myocorocs, Daiki remarqua le changement de température et le magnifique paysage qu'il avait devant les yeux. Il inspira à pleins poumons et expira bruyamment. Depuis, qu'il avait quitté Bevelle plusieurs paysage c'étaient présentés à lui aussi beau les uns que les autres, mais celui-là avec le soleil sur le point de se coucher était magnifique. Le garçon continua de marcher en regardant les alentours. Il avait les idées embrouillées et un flagrant manque d'énergie. Il regarda du coin de l'œil Jia et elle aussi semblait avoir besoin de repos. D'ailleurs, sa gardienne avait subi de violents coups, lors du combat contre les monstres. Cela faisait presque 24 h que le duo était réveillé. Ils s’étaient promis de traverser le plus rapidement possible la route des myocorocs pour ainsi trouver un endroit ou se reposer. Daiki aperçut l'auberge au loin. Il eut un sourire en coin et soupira. Encore une fois, il jeta un oeil à sa gardienne qui se tenait la tête. Elle s'appuya sur le bord de l'auberge épuiser et s'exclama.

-Daiki...Je crois qu'il va falloir qu'on reste un peu ici, ce soir.

Nullement besoin de justification, le garçon fit un signe de tête de haut en bas. Tous deux entrèrent dans l'auberge quand la gardienne demanda deux chambres à l'aubergiste. Celle-ci prit le temps de montrer chaque chambre à chaque usagé. Daiki ressortit de sa chambre et Jia l'interpella.

-Avec mon mal de tête, je crois qu'il me ferait le plus grand bien de me soulager en barbotant un peu. Un sourire narquois sur ses lèvres charnues, elle continua. Je te retrouve après, mais tâche de ne pas trop t'éloigner. Même si j'en appréciais la liberté, me battre nue n'est pas vraiment une option qui me tente. En tout cas, pas avec autant de spectateurs.

Le garçon eut un petit rire et lui fit un signe de tête approbateur. La demoiselle entra dans la salle de bain et Daiki quitta le corridor. Celui-ci retourna à la réception, en se trainant les pieds. La réceptionniste l'interpella

- Je me demandais jeune homme. Quel bon vent vous amène par ici, aujourd'hui ?

L'adolescent regarda la réceptionniste définitivement curieuse.

- Nous nous reposons. Nous avons fait longue route depuis Bevelle et nous avons arrêté au temple de Djose.

La dame poursuivit son interrogatoire.

-Oh ! Vous venez de loin, quelle est votre destination ? Pourquoi faites-vous tout ce chemin, jeune homme ?

Daiki était submergé de question pour le peut de concentration qu'il lui restait.

- Nous devons allez à Luca et prendre le bateau pour nous rendre à Kilika.

Il prit une légère pause.

- Je fais ce chemin pour allez voir le priant du temple de Kilika pour avoir ainsi ma première chimère.

La dame s'arrêta, mit son poids sous son menton et pensa. Soudain, elle eut une illumination.

-Vous m'avez dit que vous étiez arrêté au temple de Djose avant c'est exact ?

Le garçon, ne comprenant pas où la dame voulait en venir, répondit avec hésitation.

- Oui...

-Alors, pourquoi ne pas avoir été visiter le priant à ce temple et acquérir sa chimère ?

Daiki eut un petit serrement au cœur.

- Eh bien, c'est que ...

La dame comprit.

-Oh je vois ! Vous ne l'avez pas obtenu c'est bien ça ?

La réceptionniste définitivement indiscrète et trop curieuse commençait à rendre Daiki impatient. La femme ajouta.

- Tu penses vraiment... toi ! Pouvoir apporter la prochaine féliciter à Spira.

La femme eut un petit rire.

- Regarde dans quel état piteux toi et ta gardienne êtes arrivées... Penser vaincre Sin est une folie.

Daiki n'en pouvait plus. Il garda la tête haute et se dirigea vers la porte.

- Merci pour votre hospitalité, dite à ma gardienne que je suis en face de l'auberge, je vous prie.

Le garçon marcha rapidement devant lui. Le soleil couchant, Daiki en profita pour se coucher dans l'herbe utilisant ses bras pour appuyer sa tête. Il inspira et expira lentement pour se calmer de la scène qui venait d'avoir lieu. L’adolescent ferma les yeux et était visiblement agacé. Il entendit la voix d'une enfant. Sa voix interpella son attention. Elle courait non loin de lui et trébucha sur le sol. La jeune enfant commença à pleurer à chaudes larmes. L’apprentit se leva et la rejoignit. Il s'accroupit près d'elle et lui mis une main sur le dos.

-Bonjour, je m'appelle Daiki et toi qu’elle est ton nom ?

Le garçon afficha un sourire rassurant ce qui réconforta tranquillement la fillette. Elle chuchota.

- Ramie.


- Bonjour Ramie, tu es aussi rapide qu'un chocobo, à ce que je vois, je t'ai vue courir à toute vitesse.

La petite fille ricana.

- Si tu me permets, je vais soigner ta blessure.

La jeune fille hésitait.

-Est-ce que ça va me faire mal ?

Daiki lui fit un grand sourire.

- Pas du tout, regarde.

Le mage rouge prit son bâton et le passa au-dessus de la blessure de la jeune fille.

- Et voilà, déjà terminé ! Tu as été une championne.

La petite fille se releva et explosa de joie.

- Tu m'as sauvé !

Elle le prit dans ses bras, ce qui surprit Daiki. La mère de la petite fille se mit à courir dans leur direction.

-Est-ce que tout va bien ? Ramie, ça va ?

-Juste une petite égratignure maman, mais le garçon la guérit.

-Guérit ? Mais qui êtes-vous ?

Daiki se releva et pria.

-Je me nomme Daiki, apprenti invokeur de Bevelle.

La mère afficha un sourire et regarda sa fille.

-Ha ! Un invokeur. Vous m'avez l'air bien jeune.

Daiki commença à froncer les sourcils quand la dame continua.

- Merci maitre Daiki. Merci de vous être si bien occupé de ma fille, je vous en suis très reconnaissante.

Daiki ne savait quoi dire, face à ces louanges.

- Je suis certaine, vous ferez un invokeur extraordinaire. À voir de la manière que vous avez prit soin de ma fille, il ne fait nulle doute que vous nous apporterez espoir et joie.

La mère et la fille envoyèrent la main à Daiki, avant de reprendre la route. Le jeune garçon leur fit signe de la main et pria. Il retourna s'assoir près de la falaise pour observer le coucher de soleil. Il comprit.

- Devenir invokeur est mon rêve oui.... mais c'est plus que ça... beaucoup plus... C'est être l'espoir de Spira, l'espoir de chaque habitant de cette planète.

Daiki était perdu dans ses pensées, mais cela le rendait heureux.

- Être invokeur signifie beaucoup plus que de s'entrainer à accueillir les priants, mais.... de veillez constamment aux habitants de Spira et d'éliminer leur plus grande peur...Sin!

Il n'entendit pas sa gardienne arrivée derrière lui et celle-ci l’aborda.

-Venu profiter du coucher du soleil ? Les yeux écarlates de la jeune femme se posèrent devant eux; on voyait le soleil quittant notre monde pour laisser la place aux astres lunaires. L'auberge est le meilleur endroit pour en voir un. Je crois que c'est ici que j'ai pu assister à l'un des plus beaux; c'était bien avant Bevelle, par contre, mais chaque couché est plus beau que le précédent...

-Je suis bien d'accord avec vous dame Jia.

Le garçon esquissa un sourire et regardit le coucher de soleil. Sa gardienne poursuivit.

-Il y a quelque chose qui me trotte en tête, depuis notre départ. Ça concerne ton frère. Elle marqua une pause, tentant de lire le visage de celui qu'elle considérait comme son propre petit frère, avant de poursuivre.

À ce moment, le faciès de Daiki  était neutre et le jeune garçon était attentif à ce que la rouquine allait lui demander.

Que s'est-il passé entre vous ? La dernière fois qu'on l'a vu, il n'avait pas l'air d'être là pour chanter tes louanges sous forme de prières. Pourquoi cette agressivité ?

- Mon frère n'a jamais été en accord avec mon dévouement pour  Yevon. Il a toujours désapprouvé mon implication au sein de l'église et lorsque je lui ai annoncé mon désir de devenir invokeur...Cela a été la goutte de trop.

Le jeune garçon se leva d'un bond.

- Nous le reverrons...Je ne sais pas quand ni ou, mais nous le reverrons.

Daiki se tourna et commença à marcher lentement vers l'auberge.

-Vous venez dame Jia ? Une bonne nuit de sommeil ne peut nous faire que du bien.

Le garçon entra dans l'auberge et se dirigea vers sa chambre, après avoir salué sa gardienne. Il n'eut le temps d'enlever ses vêtements qu'il  se coucha et s'endormis aussitôt.
© 2981 12289 0

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien :: L'auberge des Chocobos

avatar

Classe : Mage bleu

Points de rang : 105



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Jia

Gardienne

le Sam 3 Juin 2017 - 22:21
Doux Repos;
Feat. Daiki
Le soleil couchant offrait une vue merveilleuse aux gens qui arrêtait près des falaise de la route de Mi'ihen; le manque de bâtiments ainsi que de rocheuses permettait une vue d'ensemble, dégagé, merveilleux. Le doux vent qui était souvent présent en soirée était délectable. Ce couché de soleil, la jeune Gardienne le partageait avec son Invokeur. C'était assez intime, mais le genre d'intimité qui se produisait entre deux personnes qui se considérait comme de la famille, deux personnes qui se dirigeait vers la mort, qui la partagerait. C'était un fardeau qui s'allégeait lorsque l'on pouvait assister à de telles imageries.

Leur conversation pris une tournure assez intense; personnelle. Ils étaient en pleine discussion concernant la dernière interaction que Daiki avait eu avec son frère. Jia n'avait été présente, Daiki lui ayant demandé de les laissé seuls pour ne jamais en reparler. L'agressivité de l'ainé avait causé de grand questionnement pour la rouquine qui ne décida que de lui en parler maintenant. Elle voulait lui laissé le temps mais, depuis un moment, elle avait eu le besoin de lui en parler, des questions qui se devaient d'être demandé.

Cependant, le jeune garçon garda leur entretient plutôt court. Il lui expliqua que son frère n'avait jamais été tant du côté de Yevon et que celui n'accepterais jamais son rôle d'invokeur. Par la suite, il se releva soudainement pour se rendre vers l'auberge, Jia le suivant lentement. Elle jeta un dernier coup d'oeil aux derniers rayons, avec un sourire mélancolique. La pulpeuse nymphe savait comment Daiki était; il n'était pas très à l'aise d'en parler, n'étant pas un souvenir joyeux, puis, il prétendait être toujous de bonne humeur pour changer la conversation; cette fois, il ne salua que la femme avant de s'y aller dans sa chambre. La demoiselle fit de même, remerciant la réceptionniste pour ses services, après lui avoir proposé plusieurs fois le service d'alcool que la Gardienne refusa. Son mal de crâne persistant tout de même, mais rien qu'une nuit de sommeil ne pourrait réglé.

Retirant ses talons, la jeune femme se glissa lentement sous la douceur des draps qui la gardait ainsi protégée du froid de la nuit. Dans cette chambre, elle se remémora bien des souvenirs du temps de son entraînement; aidé surtout du fait qu'elle avait déjà dormit dans cette même chambre. Elle se rappelait de nombreuses journée, surtout de celles qui consistaient à la laissé se débrouiller sur la route, l'amenant dans un endroit reculé, la déstabilisant ainsi ou encore en lui bandant les yeux. Si elle n'arrivait pas à revenir avant le temps prescrit, elle devait se faire attaqué par ses collègues, dans le but de la renforcer; bien que le tout ressemblait beaucoup plus à de la torture. L'église refusait que leurs soldats flanchent; donc la torture était de moyen de s'assurer qu'ils ne referaient plus jamais la même erreur. C'était d'ailleurs une façon de les garder dans leur camp; Jia était surprise qu'elle ait d'ailleurs pu quitter les forces aussi facilement; bien sûr, la nouvelle n'avait pas encore faire le tour de Spira, mais les moines guerriers la regarderaient probablement du mauvais oeil, lorsqu'ils l'apprendraient. Bien que certains étaient des amis de longues dates, elle espérait que la façon dont il la traitait ne changerait pas. D'une façon ou d'une autre, Jia ne regretterait pas d'avoir abandonné son poste pour suivre son protégé...

C'est sur ses souvenirs ainsi que ses troubles qu'elle tomba endormie.

Le lendemain matin, la jeune femme reprit ses vêtements pour se revêtir; elle enfila ses talons et se dirigea vers la salle de bain. Se rafraichissant, elle ajouta son rouge écarlate sur ses lèvres charnues ainsi que sont crayons aux yeux. Elle se tressa un côté des cheveux, des tresses collés, balançant le reste de ses cheveux de l'autre. Elle enfila ses nombreuses boucles d'oreilles et piercings pour ensuite se diriger vers le hall. Elle s'assit à une table, commandant un petit plat que Daiki aimerait, ainsi qu'un plat pour elle avec un bon verre d'une boisson légèrement alcoolisé; elle se rattrapait pour la veille. Elle savait que Daiki ne serait pas debout de suite, ayant lui aussi épuisé son esprit; elle perdrait le subtil effet de l'alcool lorsqu'il serait de retour; sinon elle s'arrangerait avec.

Elle aperçu alors l'Invokeur sortir de sa chambre.


-L'aubergiste nous à fait ce petit plat. Apparement, c'est la maison qui paye. Il paraîtrait que l'Invokeur qui réside présentement dans l'auberge aurait soigné l'enfant de sa soeur, hier soir... Tu ne m'aurais pas caché ça, hein Daiki ?

Un sourire moqueur en coin, elle regarda son protégé. Tout deux aurait une discussion plaisante puis le duo se dirigerait aux quai de Luca, directement et, ce, sans trop d'arrêt en route.
© 2981 12289 0

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien :: L'auberge des Chocobos

avatar

Classe : Mage rouge

Points de rang : 115



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Daiki

Apprenti Invokeur

le Sam 3 Juin 2017 - 23:44
Doux ReposUn léger rayon de soleil élimina le visage de l’apprenti. Il fit de petits gémissements, avant d’ouvrir tranquillement un œil à la fois. Le garçon, encore endormi, se redressa brusquement.

-Quelle heure est-il !?

Il se leva et se rappela qu’il était encore habillé avec son linge de la veille. Il marcha rapidement vers la salle de bain, pour prendre une bonne douche et enlever la saleté sur ses vêtements. Il était un représentant de Yevon, donc il devait avoir fière allure. Rapidement, il quitta sa chambre et aperçu sa gardienne assise à une table dans le Hall. Il regarda la table où se trouvait déjà de la nourriture. Il resta silencieux en regardant celle-ci et regarda par la même occasion sa gardienne.

-L'aubergiste nous a fait ce petit plat. Apparemment, c'est la maison qui paye. Il paraîtrait que l'Invokeur qui réside présentement dans l'auberge aurait soigné l'enfant de sa soeur, hier soir... Tu ne m'aurais pas caché ça, hein, Daiki ?

Daiki rougit, eut un sourire et ricana.

- Oh ! Je ne vous ai pas raconté, je me suis fait une nouvelle amie, hier. Une fillette qui court aussi vite qu’un chocobo.

Le garçon visiblement  le seul à comprendre ce qu’il venait de dire ajouta.

-Une jeune fille s’est blessée hier, sur la route. Nous avons eu une petite conversation qui fut… enrichissante.

L’apprenti baissa les yeux et souris. Le duo se régala de ce splendide repas. Daiki et Jia parlèrent de tout et de rien et cela fit un grand bien au duo. Parler de chose simple, en se relaxant. Cependant, ils devaient déjà reprendre la route. Les amis avaient encore du chemin à faire, avant d’arriver à Luca. Ils remercient l’hospitalité de l’aubergiste et quitta leur refuge. Daiki mit ses mains derrière sa tête et marcha en compagnie de Jia. Le silence planait entre eux. À croire qu’ils s’étaient tout dits à l’auberge. Le ciel était magnifique et le paysage à couper le souffle. Le garçon sifflota et regarda autour de lui. Soudain une pensée traversa son esprit.

-Dame Jia, j’ai une question à vous poser.

Le garçon regarda sa gardienne dans les yeux.

- Pourquoi avoir accepté de devenir ma gardienne ? Pas que je me plains au contraire, mais vous aviez un poste prestigieux, vous êtes respecté, alors pourquoi partir en pèlerinage avec moi ?

Toujours en direction de Luca, Daiki regarda sa gardienne d’un air intrigué. L’équipe discuta tranquillement, tout en continuant leur marche. Le chemin était dégagé et sécurisé par quelques banisseurs visiblement en entrainement. Daiki et sa gardienne arrivèrent, après une marche de quelques heures, aux escaliers de Luca.

-On y est, Luca nous voila !

Daiki avait tellement entendu parler de cette ville festive qu’il avait hâte de voir ses habitants et son architecture.

© 2981 12289 0

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien :: L'auberge des Chocobos

avatar

Classe : Mage bleu

Points de rang : 105



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Jia

Gardienne

le Dim 4 Juin 2017 - 0:56
Doux Repos;
Feat. Daiki
Un repas entamé, une conversation débuté, une journée pleine de lumière. C'était une journée légère. Une journée qui s'entamera quand ils le voudraient. Un moment rare pour des gens en pèlerinage, mais le genre de moment que l'on prenait à coeur. Un moment que l'on ne veut garder que pour nous, qui est personnel, qui est unique à chaque fois. C'était le genre de moment que le duo avait souvent eu, lorsqu'ils étaient toujours à Bevelle. Cette rareté rendait le tout encore plus merveilleux; ce serait un moment important pour le duo, sa, Jia en était persuadée.

Guère surprise par la révélation de son Invokeur, la Gardienne ne put que rouler les yeux de façon moqueur; décidément, il n'avait que le bonheur des autres à coeur. Il n'avait pas pensé à lui, malgré que la magie qui lui restait la veille n'était que très basse, tout comme pour la jeune femme. Mais il avait tissé un lien; elle savait qu'il ne pourrait que vouloir ce battre encore plus, grâce à cet être humain qu'il avait vu, entendu et aidé. Tout de même, la rouquine félicita le jeune garçon; bien qu'il n'avait probablement pas eu cet idée en tête, aider les gens ainsi ne pouvait qu'être bénéfique pour sa réputation. Aidant, persévérant. Ceux-ci étaient des traits que le jeune Invokeur avait et que les gens se devaient de connaître; peut-être même que les priants le verraient encore plus, si les gens en parlait et que Daiki en prenait conscience.

Une fois le repas terminé, leurs affaire amassées, le duo pouvait se mettre en marche. Mais, juste avant de franchir la porte, l'aubergiste vint les arrêter en chemin.


-Monsieur l'Invokeur! Elle ne les regardait pas directement dans les yeux, visiblement quelque chose la dérangeait. Je voudrais m'excuser pour ce que je vous ai dit, hier soir. Vous m'avez prouvé tort. Vous avez aidé ma nièce; ce n'est pas tout le monde qui aurait fait la même chose. J'implore donc votre pardon.

La Gardienne, confuse part cet échange, jeta un regard vers l'apprenti qui ne lui répondit pas vraiment. Ne voulant pas faire plier le jeune homme, elle pris les quelques gils que l'aubergiste leur tendirent. C'était l'équivalent de ce qu'ils avaient payé pour leurs chambres.

-Votre séjour est payé par la maison, en guise de pardon. Elle regarda le duo, mal à l'aise, le regret dans les yeux. Je vous souhaite de réussir. Venez nous voir, quand vous repasserez par ici!

La rouquine hocha de la tête, puis retourna la prière de Yevon de l'aubergiste. Un autre regard s'échangea entre eux et ils repartirent. Après une bonne marche tranquille, Daiki posa une question à la jeune femme qui en fut surprise, mais cacha quand même son expression, pour ensuite réfléchir. Il ne se posait la question que maintenant ? C'est vrai que quitter un poste haut placé de Yevon était risqué, qu'elle allait perdre tout ce respect, qu'elle n'aurait probablement plus, d'ici quelques jours.

-Protéger les gens, c'était mon devoir pendant longtemps. J'aimerais dire que c'est pour ça. Cependant, je dois admettre que ce n'est pas totalement le cas. Ce n'est pas une question de devoir ou de responsabilité.

La jeune femme marqua une pause; elle tentait de trouver les mots juste. Elle n'avait jamais réellement songé à pourquoi. Elle tenait à lui, ça c'était évident mais, elle savait que ce n'était pas nécessairement la vrai raison, ou encore que ce n'était pas satisfaisant.

-Je crois que c'est parce que je vois du potentiel, en toi. C'est l'une des raisons qui m'a poussée à devenir ta Gardienne. Jia regarda Daiki, un sourire espiègle aux lèvres. C'est tout ce que tu obtiendras de moi, pour le moment.

Elle donna une pichenette sur son front et continua la marche, prenant les devants mais s'assurant que le chemin serait sécuritaire. Heureusement pour eux, les banisseurs de la veille étaient apparement rendu au même point de la route qu'eux. Ceci rendit la route beaucoup plus facile à traverser. Après plusieurs heures à progresser, ils virent enfin les marches de Luca se dresser devant eux. Des souvenirs revinrent en mémoire, dans la tête de la jeune femme qui ne fit que sourire.

Un pas après l'autre, une marche à la suite de l'autre...

Le duo arrivèrent en ville; la ville était peuplé de gens de plein de couleurs, d'origines et d'apparence différent. On y voyait des Hypellos qui y travaillait ardemment, bien des humains qui tenaient des stands, souvent accompagné des mêmes créatures amphibiens; on y voyait quelques Al Bheds qui étaient ici pour s'entraîner au Blitz ou encore pour faire du marchandisages avec des gens aux principes moraux divergeant de ceux de Yevon. Des petites foules ci et là, beaucoup parlant du dernier concert des Voix de Yevon qui y avait fait une prestation. Jia n'avait, malheureusement, jamais eux l'occasion de pouvoir en voir un. Il n'avait que très rarement des évènements organisé dans les temples auquel Jia avait été assigné dans sa carrière; souvent, elle avait des journées de libre juste après qu'elles soient passé.

Se dirigeant vers un stand, la Gardienne offrit une gâterie sucré à son protégé: une queue de chocobo; un délice chocolaté, ayant la forme d'un chocobo. Chacun avec leur desserts, ils recommencèrent leur visite de la ville jusqu'à ce qu'une annonce retentit. Le bateau en direction de Kilika était sur le point de partir; ils n'avaient que très peu de temps pour le rejoindre.

Malheureusement pour le petit groupe, ils ne purent continuer leur visite de la ville, parcourant ainsi la ville à toute vitesse.
Ils atteignirent le bateau juste à temps, s'y installant rapidement pour y finir leur dessert, tout en regardant le paysage de la grande ville s'effacer, les autres petites îles s'y dessinant. La traversée était ainsi commencée, le duo passant la plupart de leur journées passée sur le bateau à dormir.

Les vagues rendant le tout paisible, il était si facile de s'y endormir...

© 2981 12289 0

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien :: L'auberge des Chocobos



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien :: L'auberge des Chocobos