Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Beneath the Mask [PV Esra] | FLASHBACK

 :: Spira - Le continent • :: Luca :: Le stade de Blitzball

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 205



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Dim 11 Juin 2017 - 16:38
L'enfance était un endroit merveilleux, où, s'il elle le pouvait, Ryme se rendrait avec plaisir. Sa résolution de devenir Invokeur était forte et si elle pouvait redevenir la petite fille qu'elle était, elle n'aurait jamais quitté le temple de Djose... Elle serait resté pour apprendre tout du prêtre, devenir une jolie prêtresse qui aurait donné beaucoup de joie autour d'elle. Mais le destin ne pouvait pas être changé. C'était son premier concert depuis l'incident de Macalania. Il avait fallu qu'elle regagne, petit à petit, la confiance des prêtres en charge des Voix. Ce n'avait pas été facile et, il fallait bien l'avouer, elle avait payé de sa personne. Un peu trop à son goût d'ailleurs, et sans doute à celui d'autre Voix qui aujourd'hui, là ne regardait plus qu'avec pitié.

Mais, pour Ryme ce n'était pas important. Oh, bien sûr, elle n'était pas fière de ce qui s'était passé dans les alcôves et dans les cellules du temple de Bevelle, mais elle n'avait pas le choix. Elle devait chanter, elle devait voyager et porter sa voix le plus loin qu'elle le pouvait. Pour elle, mais aussi pour Cillian. C'était aussi en l'honneur du jeune homme qu'elle ne se plaignait guère de son sort : il devait vivre bien pire, au cœur de Via Purifico. Cette idée lui déclencha un frisson de dégoût dans l'échine et elle crut pendant quelques secondes que son coeur allait basculer par-dessus ses lèvres. Mais il n'en fut rien. Elle émit un léger grognement, mais les sons de la vie et de la foule masquaient tout ou presque.

C'était une grande journée pour la population de Luca : un match de blitzball avait été organisé et, pour la mi-temps, un concert des Voix avait été organisé. Peu d'artistes étaient présents, seulement les plus populaires. Toute la troupe n'était pas vraiment nécessaire pour un concert d'une quarantaine de minutes. Chaque chanteur avait le droit à environ deux chansons puisque le décor était minimaliste : les organisateurs avaient jugés que faire un concert dans la bulle d'eau serait une bonne idée. Ryme, avait sa blessure à la jambe ne le voyait pas vraiment de cet œil là, mais on lui avait assuré que la plateforme centrale du stade ainsi qu'une bulle d'air spécialement créé avec de la magie, seraient mis en place pour les chansons. La jeune femme se demandait surtout pourquoi ils n'avaient pas pensé à faire ça à la fin du match, la majorité des costumes seraient informes le temps d'arriver à la plateforme.

Finalement, le sifflet de la mi-temps raisonna dans le bâtiment. Des cris de joie retentirent alors dans tout le stade : tous savaient qu'une prestation des Voix aurait lieu. Malgré les couches de béton, on pouvait facilement entendre le bruit des pas des visiteurs qui s'approchaient un peu du bord, pour avoir une meilleure vue. La première Voix a passé était Marla, une jeune recrue qui attendrissait beaucoup les foules depuis son arrivée. La rivale de Ryme passait en second - et se félicitait de ça et avait un registre un peu plus sensuel. Quant à Ryme, on lui avait donné la troisième et avant-dernière place : artiste déchue, elle n'avait plus le droit d'apparaître dans les premiers artistes, du moins pour l'instant. La dernière personne a passé était également une novice, mais la jeune femme ne la connaissait pas. Un spectacle uniquement féminin n'arrivait pas régulièrement, mais, les prêtres avaient dû penser, qu'en vue du nombre de personnes masculines ou affiliées masculines, c'était un bon choix. Certains responsables espéraient aussi que certaines Voix pouvaient plaire à des joueurs de blitzball connus, donnant ainsi lieu à un beau mariage qui ravirait tout Spira.
Quelque part, Ryme se demanda si ce n'était justement pas pour cette raison qu'on lui avait demandé de chanter aujourd'hui. Une demande en mariage de la part d'un personnage important de Spira, dans le sport ou dans l'église, se voyait rarement refusée. Et bien souvent, les Voix n'étaient pas vraiment consultées.

Les lumières des portes qui menaient a l'intérieur de l'arène s'illuminèrent de vert, montrant que les équipes allaient rejoindre leurs vestiaires. Des hommes et des femmes défilèrent devant les Voix. Encore mouillés, les cheveux plats et les maillots dans un piteux états, ils avaient l'air fatigués mais heureux d'être là. Ryme adressa un sourire compatissant à chacun jusqu'à ce qu'un visage accroche son regard. Etait-ce possible ?... Esra ? La jeune femme plissa les yeux, essayant de savoir si son esprit lui jouait des tours.

"Attends !" Dit-elle en attrapant le bras du jeune homme qu'elle avait repéré. Il avait les mêmes yeux, la même tignasse... Si ce n'était pas lui, il lui ressemblait drôlement.

"Il n'a pas le temps de jouer les jolis cœur, désolé mademoiselle !" déclara un de ses coéquipiers en poussant en avant le jeune homme. La main de Ryme glissa sur son avant-bras. L'avait-il reconnu ? Était-ce une simple impression de déjà-vu ? Impossible de le savoir alors qu'il disparaissait avec le reste de son équipe, dans les vestiaires des Luca Goers.

Il était peu probable qu'elle le revoit avant la fin du concert et encore, que pour quelques secondes encore... Si elle avait vu juste et que ce jeune homme était Esra, elle avait tant à lui dire, à lui raconter et elle voulait également tout savoir de sa vie à présent. Elle n'avait qu'une année de plus, mais, lorsqu'ils étaient enfants, elle s'en était servit à mainte reprise pour jouer à la grande soeur avec ce jeune garçon, qu'on avait amené peu de temps après elle au temple. Il avait toujours une épée et un pendentif. Son visage était toujours un peu triste. Contrairement à elle, il devait sans doute aimé ses parents.

Marla s'avança vers la sortie et lorsqu'elle passa la porte, une clameur emplit le stade et Ryme crut même sentir le sol vibrer. Après quelques remerciements, la jeune recrue commença à chanter. Les tours s'enchaînèrent assez vite. Deux chansons... Cela pouvait sembler être une éternité ou un instant très court. Pour les gens comme Violaine, qui adorait être sous les projecteurs, tout était toujours trop court, jamais assez. Pour Ryme, tout dépendait de ce qu'on lui faisait chanter. Certaines chansons pouvaient la transporter complètement, mais d'autres la laissait complètement froide, inerte. Finalement, son tour arriva rapidement, peut-être trop à son goût pour elle qui espérait quand même revoir ce jeune homme qui ressemblait tant à Esra.

Elle s'avança dans l'arène à la fois souriante et impériale, comme-ci elle n'avait jamais quitté la scène. Son sourire, son aura, étaient fausses, mais le public y croyait et l'encourageait. Des cris de joie, des voix déchirées par les émotions emplirent le stade alors qu'un projecteur se braquait sur elle pour la première fois depuis des mois. Ryme chanta. Elle livra une performance digne de sa réputation pour un tel retour. Les sons explosèrent dans sa gorge avec grace et s'est le cœur léger qu'elle quitta la scène.

À sa grande surprise, les équipes étaient déjà revenues. Elle observa les deux rangs de joueurs et son regard croisa celui du jeune homme qu'elle pensait être Esra. Elle voulut aller à sa rencontre, mais les sourires en coin de se coéquipiers et la moue désapprobatrice de la prêtresse qui s'occupait d'elle la dissuadèrent. Elle baissa la tête et s'avança dans le couloir. Elle pria néanmoins pour qu'il la reconnaisse ou qu'il dise quelque chose, n'importe quoi qui pourrait la sortir de là.

 :: Spira - Le continent • :: Luca :: Le stade de Blitzball

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 20



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Esra

Joueur de Blitzball

le Jeu 22 Juin 2017 - 12:19
Son précieux pendentif brillait toujours de mille feux.  Assit à califourchon sur un banc dans l'optique de se changer pour le match à venir, Esra avait cet habitude de consacrer quelques instants à scruter son héritage dans le creux de sa main et de le serrer ensuite contre son torse en fermant les yeux. Aussi stupide que cela puisse paraître, il avait la sensation de sentir une chaleur à la fois rassurante, presque maternelle qui l’encourageait suffisamment sur ce qui l'attendait. C'était une habitude que le jeune homme avait depuis enfant ou plus exactement, depuis ce jour-là lorsque ses parents l'ont laissé dans le temple. S'il voulait réussir à tout prix, ce n'était pas qu'une question de confiance que ses camarades portait en lui, mais surtout d'une revanche sur la vie en prouvant que s'apitoyer sur son sort ne l’amènerait absolument à rien; des ovations se firent entendre à l'extérieur. La foule en délire acclamait les deux équipes dont leur entrée dans l’arène était toute proche. Aussitôt, l'ailier releva le nez armé d'un air déterminé et rapidement, enfila son haut avant de rejoindre ses coéquipiers.

Comme le voulait la tradition, les Luca Goers saluèrent avec enthousiasme et sourires la foule venue spécialement assister à la rencontre. Une fois prêts, les voilà dans la fameuse sphère aqueuse dont ils étaient si familiers depuis le temps. Esra retrouva instinctivement ses marques en concentrant d'entrée de jeu son attention sur la position des joueurs adverses. Les Luca Goers avaient d'ailleurs pris l'habitude d'essayer de n'avoir jamais la même configuration que dans leurs matchs précédents, de sorte à perturber ceux d'en face. Finalement lorsqu'on annonça la mi-temps, ils n'avaient qu'une légère avance. Trempés de la tête aux pieds, on leur fit évacuer les lieux le temps qu'ils se reposent et pendant ce temps là, la troupe d'artistes aux voix angéliques connues dans tout Spira entrèrent un à un en scène. La plupart étaient des jeunes femmes n'ayant certainement pas atteint la trentaine, pour le plus grand plaisir de leur public et surtout des messieurs. Les blitzeurs passèrent devant certains d'entre eux pour rejoindre les vestiaires, bercé par les notes mélodieuses et rythmées de ces vocalistes au talent tombé du ciel. Captivé , Esra marchait les yeux rivés vers la scène et un sourire niais, visiblement bercé par la prestance de la demoiselle qui se donnait en public. Qu'il se sentait chanceux d'avoir le privilège de les voir d'aussi près ! Aah mais il était sûrement loin d'être le seul. Dans sa rêverie ne croisa que brièvement le regard des Voix en passant devant eux. Une figure familière se trouvait parmi eux, mais le jeune homme ne fit pas vraiment attention. Ce n'est que lorsqu'on l'empoigna qu'il eût le réflexe de s'arrêter et par réflexe, se retourner afin de voir qui tentait d'attirer son attention.

- « Attends ! »

Hein ? Que...?

Il écarquilla ses mirettes cuivrées, surpris. Le sportif prit seulement quelques instants pour percuter sur les traits si particuliers de celle qu'il avait en face de lui, avant d'être interrompu par la bousculade de son camarade qui le coupa net dans son élan alors que ce dernier s’apprêtait à ouvrir la bouche pour dire quelque chose. Sauf que tout compte fait, cela allait servir pour rétorquer.

- « Raah c'est bon, c'est bon ! J'avance ! »

Esra continua en râlant un peu, jetant un dernier coup d'oeil à la jeune femme avant de disparaître sous l'estrade dans le dernier souffle d'un soupire.

Cette couleur de cheveux, ce regard... C'était Ryme ?

L'ailier commença à cogiter sur la question, alors que ce dernier entendait sa voix résonner en dehors de la pièce. Même avec ça, il ne pourrait pas être certain de la reconnaître. Bien que la mue des cordes vocales a dû être bien plus être violente chez lui que chez elle, il n'arrivait pas à l'associer avec la Ryme de son enfance, contrairement aux autres traits qu'elle arborait. En tout cas ce qu'elle chantait était radieusement agréable à ses oreilles. Pour avoir le cœur net sur ses suspicions, le blitzeur fût bien l'un des premiers à être sortit et cultiva au passage l'incompréhension de ses camarades, dont un qui le rejoignit suivit plus tard des autres.  Il retrouva Esra écouter patiemment le concert, affichant une expression similaire qu'il avait lorsque ce dernier analysait quelque chose. C'était le cas : il en était sûr maintenant, c'était bien elle. Il mettrait sa main à couper.

- « T'as craqué pour elle ? »

Le concerné tourna la tête, gardant tout de même un œil sur la chanteuse.

- « Quoi, moi ? Non pas du tout ! Juste...Que je la connais. Enfin il me semble. »
- « "Tu crois", hein ? Mais bien sûr ! »

En parlant du loup, la voilà qu'elle fût forcée à devoir s'envoler à son tour avec peut-être la seule chance pour eux de se retrouver. Sans hésiter et en ignorant la réplique de son ami - et des autres qui s'amusaient de la situation - il s'écarta du groupe et se rapprocha le plus possible. Malheureusement il ne pu aller bien loin mais le jeune homme pouvait encore crier à plein poumons de sorte, au moins, qu'elle puisse l'entendre.

- « Attends ! Si tu es bien qui je pense, retrouve-moi à l'extérieur près de la porte ouest après le match !  »
- « Hé Esra, on doit y aller-là ! T'auras le temps de roucouler après ! »

Son camarade l'interpella mais Esra la fixa de sorte à être certain que le message fût transmis et partit rejoindre ses coéquipiers. Evidemment, on commença à le taquiner...Enfin pas bien longtemps. On lança à nouveau le coup d'envoi, et c'était déjà reparti. Toutefois, l'ailier passa une bonne partie du match à se demander si sa potentielle amie d'enfance allait bien répondre à son invitation au lieu de se concentrer sur le jeu de l'équipe adverse. Résultat, les quelques erreurs qu'il avait commise brisèrent le rythme que les Luca Goers avaient mis en place, leur faisant perdre la rencontre à deux buts près. On sentit bien la déception dans les vestiaires ensuite. En même temps, se faire battre sur son propre terrain alors qu'ils partaient du bon pied ! Et celui qui était censé leur servir de stratège restait dans son coin, à soupirer le regard vide avant de se lever pour faire face à ses alliés après s'être changé, l'épée de son père à la taille.

- « Désolé c'est ma faute, j'étais pas dans mon assiette. Je crois que j'ai surtout besoin de prendre l'air. M'attendez pas, on se retrouvera comme d'habitude. »

A ces mots, Esra s’éclipsa des vestiaires, puis du stade sans rien dire de plus. Oh, il n'avait pas réellement menti lorsqu'il disait ne pas se sentir bien. A vrai dire, revoir celle qui pensait être Ryme l'avait ramené dans une violente spirale de nostalgie, car à l'époque où elle l'avait connu, il n'était qu'un petit garçon à qui on venait de lui annoncer la mort de ses parents adorés et de son oncle sans lui donner plus de détails. Et il avait passé de nombreux jours à les pleurer, isolé avec ce que ses géniteurs avaient laissé derrière eux avant de partir en pèlerinage. Ryme avait été à cette époque l'un de ses seuls soutiens en voulant jouer les grandes sœurs avec lui. Il s'en souvenait comme si c'était hier.

Profitant de la sortie des visiteurs, le blitzeur se mêla dans la foule en slalomant entre les gens de façon à ne pas se faire repérer et prit d’assaut par des admirateurs, car il aurait bien du mal à s'en défaire ! Heureusement, il réussit à s'extirper de la masse à temps puis se réfugia sous un lampadaire non-loin de la porte mais suffisamment éloigné pour être tranquille. De là, le brun pouvait parfaitement voir si parmi les passants, il pourrait espérer apercevoir un bout de son passé.

 :: Spira - Le continent • :: Luca :: Le stade de Blitzball

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 205



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Mer 5 Juil 2017 - 22:34
Que feriez-vous si vous pouvez toucher votre passé du bout des doigts ? Certains fuiraient, honteux de ce qu'ils avaient été. Ce n'était pas le cas de Ryme, qui aurait tout donné pour revivre certains jours de cette période bienheureuse. Il y avait eut des difficultés, peut-être même des tourments - enfin, pour son jeune esprit, mais elle pouvait dire sans rougir que sa vie au temple de Djose avait été un des meilleurs moments de sa vie, si ce n'était pas le meilleur. Elle se souvenait encore des jeux dans les criques non loin du temple, de l'odeur saline et des éclairs qui décoraient si souvent le ciel. Elle avait connu pas mal de gamins et de gamines, qui comme elle, avaient été abandonnés ou étaient tout simplement orphelins. Parmi eux, il y avait Esra. Lui qui était plus petit qu'elle avec ses grands yeux couleurs rouille était maintenant plus grand - la dépassant même d'une tête environ. Elle avait en mémoire un jeune garçon, assez frêle qui tenait plus que tout à une épée et un collier.
Cette dernière relique, elle avait pu l'apercevoir : c'était la preuve matérielle de son amour pour ses parents. D'après ce qu'elle avait compris, ils étaient invokeurs et gardiens. Les prêtres disaient souvent à ce moment-là, aux enfants perdus, que s'ils n'avaient pas de nouvelles de leur famille d'ici six mois, c'est qu'elle avait sans conteste été décimée par Sin, d'une façon ou d'une autre. Beaucoup de religieux considéraient que les morts sur la route du pèlerinage, pouvaient être comptabilisé sur le dos de la bête. Mais, parfois, ce n'était pas vraiment le cas. Les parents de Ryme, eux, avaient sans doute choisi la fuite : une Invokeure enceinte peut se reposer le temps de donner naissance et quelques années après pour s'occuper de son enfant. Une fois cette "liberté" goûtée, il était dur de revenir en arrière. Et il fallait bien avouer que Ryme ne se souvenait guère du visage de ses parents, mais plutôt de leurs dos qui s'éloignaient hâtivement.

"C'est votre nouveau petit ami, mademoiselle Ryme ? Demanda Marla avec un sourire curieux sur les lèvres.
- Non, pas du tout. C'est juste un fantôme du passé. Un de ceux qui est plaisant à croiser. Répondit la chanteuse avec un rictus énigmatique.
- Si ce n'est pas votre partenaire, pourais-je vous demandez de bien vouloir lui transmettre mes salutations ainsi que l'expression de mon admiration ?"

Ryme ne répondit rien et se contenta de continuer de sourire. Marla était là depuis suffisamment longtemps pour savoir que ce genre d'attitude, chez la chanteuse, était plutôt positif. À vrai dire, cela l'amusait même. Cette novice était si polie et guindée parfois ! Mais cela lui rappelait ses propres débuts. La jeune femme n'avait pas foulé les planches avant ses seize ans. Les six années qui avaient précédé n'avaient pas été de trop pour la transformer d'enfant sauvage sans éducation à une parfaite membre des Voix de Yevon. La religion ne l'avait jamais réellement passionnée, mais, son rôle lui demandait d'être pieuse, tout du moins en apparence. Ryme avait toujours été un esprit libre, comme l'eau, elle se faufilait même là, où on lui interdisait d'entrer. Mais là, il fallait reconnaître que s'évader aux yeux de ses chaperons ne serait pas évident. Mais une situation de ce genre pouvait toujours être astucieusement démêlée par un savant mensonge.
Elle entreprit alors de se démaquiller le plus possible. Le fard pour la scène était criard et son apparence n'était déjà pas des plus discrète, alors il ne fallait pas vraiment en rajouter. Elle enleva ses bijoux les plus voyants et les moins personnels ; puis elle se changea. Si certains membres des Voix aimaient les tenues voyantes qui affirmaient leur statue au sein de la société de l'église, Ryme préférait des tenues discrètes et confortables, surtout depuis son accident. La blessure de sa jambe était une source de complexe et d'inconfort. Un tissu trop rugueux lui procurait des sensations de brûlure plus que désagréable et la chair, encore en train de se soigner, régressait.

Une fois changée, elle se sortit d'un des nombreux vestiaires qui avait été transformé en loge. Comme elle s'y attendait, un des nombreux chaperons de la troupe s'avança vers elle. C'était un homme, avec un certain embonpoint. Son crâne chauve allait parfaitement avec la forme presque lunaire de l'arrondi de sa bouche, qu'il pinçait si fort que ses lèvres disparaissaient presque. Ryme s'avança vers lui et le salua d'un signe de la tête cordiale. Elle le connaissait plutôt bien et sous ses airs sérieux, se cachait une commère avide de potins.

"Bon travail, commença-t-il une voix pincée, tu as besoin de quelque chose ?
- Je crois qu'un joueur de blitzball m'attend... Minauda-t-elle légèrement avant de se mordre la lèvre d'une manière un peu embarassé.
- Oh vraiment ? Dis-moi lequel ?
- L'ailier des Luca Goers.
- Esra ? Tu en as de la chance !
- Mais visiblement, Marla aussi aimerait tenter sa chance... Mais tu comprends... Une rivale en amour, ce n'est pas vraiment pour moi...
- Bien sûr, ma poulette, va ! Je dirais que tu n'es pas bien loin si on te cherche !" dit-il tout en pouffant légèrement et en adressant un clin d'œil à Ryme.

Visiblement, elle n'était pas vraiment la seule à ne pas avoir retenu la leçon de sa dernière escapade... Ce même chaperon l'avait déjà aidé à fréquenter Cillian, mais il n'avait pas vraiment hésité non plus à enchérir lorsqu'elle avait été prise la main dans le pot de confitures. Le souvenir amer de son premier amour lui revint en mémoire... Que faisait-il à présent ? Avait-elle chanté avec suffisamment de cœur pour qu'il l'entende de là où il était ? Ryme sentit que son coeur commençait à se serrer et que si elle continuait ainsi, les larmes ne tarderaient pas à dévaler ses joues. À regret, elle chassa son souvenir de son esprit. Ce rendez-vous n'était pas à propos de Cillian, mais d'Esra, une petite pépite de son passé.
Elle se souvenait avec précision de ce qu'il lui avait dit, mais lorsqu'elle fut rendue sur place, elle ne le trouva pas tout de suite. Et a vrai dire, quelques fans ne lui donnèrent pas l'occasion de chercher très longtemps. Ils se précipitèrent sur elle, la clameur dans la gorge. Comme on lui avait appris, Ryme eut un mot sympathique - et parfois sincère, pour tous. Elle signa sans rechigner les quelques autographes qu'on lui demanda et, quand la petite troupe de fidèles se dispersa, elle aperçut enfin son ami. Ils échangèrent un regard et elle s'avança vers lui, maladroitement, car elle n'avait pas encore l'habitude de marcher sans l'aide d'une canne ou d'un bâton.

"Comme c'est amusant que nous nous retrouvions ici, dit-elle pour commencer la conversation, j'ai l'impression que ça ne fait pas si longtemps que ça que l'on s'est quitté... Et pourtant, maintenant, tu es bien plus grand que moi !" ajouta-t-elle en riant doucement.

Elle l'observa, sans guère se cacher. Elle retrouva çà et là, des détails qui lui rappelaient le garçon de ses souvenirs, mais il était caché par l'envergure d'un homme adulte qu'elle ne connaissait pas.

"Je peux m'asseoir, ça ne te dérange pas ?" dit-elle tout en pointant le rebord de la digue.
"J'ai promis à la novice, Marla, de te faire par de son admiration. Je pense que tu as une touche. Depuis quand es-tu devenu un bourreau des cœurs ?"

Ryme avait un sourire radieux. Et c'était bien la première fois, depuis des mois, qu'il était sincère.

 :: Spira - Le continent • :: Luca :: Le stade de Blitzball

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 20



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Esra

Joueur de Blitzball

le Jeu 13 Juil 2017 - 0:51
Esra attendait, décontracté, les bras croisés contre le poteau. Les minutes lui semblaient bien longues et sa hâte n'était pas inconnu à tout ça. Le blitzeur trouva un petit caillou avec lequel il  jonglait pour faire passer le temps et fini par laisser tomber, poussant un long soupire . Tant de...Choses se bousculaient dans son esprit.  Des bons, des mauvais passages de sa vie. Beaucoup d'ailleurs, plus que ce qu'il n'aurait fallut à un enfant pour grandir. Une enfance remplie de doutes, d'incertitudes dans laquelle même à l'âge adulte, l’enchaînait encore. Et Ryme. Ryme. Elle était ce rayon de soleil, réchauffant, réconfortant dans lequel il arrivait à se conforter. Il se souviendrait toujours le jour où ils s'étaient rencontrés d'ailleurs. Lui, dans un petit coin sous un drap en train de pleurer à chaudes larmes, serrant de toutes ses forces l'épée de son père. Oui c'est vrai, c'était un gros pleurnichard mais elle l'avait grandement aidée à apaiser sa peine au fil du temps. Jusqu'à son départ qui l'avait grandement perturbé à l'époque.

Et la voilà arriver devant lui, après tout ce temps dans une tenue autre qu'elle portait tout à l'heure mais bien aux allures de "Voix" à laquelle elle semblait appartenir. Un large sourire vint alors illuminer le visage du jeune homme, qui prit la peine de se redresser pour l'accueillir en s'avançant à sa hauteur.

- « Hé bien, je ne pensais pas te reconnaître après tout ce temps. Quoique...Non, définitivement, je te reconnais bien-là, Ryme. »

Une crinière de feu, ce regard : il ne pouvait pas la louper, c'était certain.

-  « Ça fait quinze ans mine de rien ! Le petit Esra qui tu as connu est loin derrière maintenant. »

Bonjour le coup de vieux !

Le brun n'avait pas que grandi, il avait mûri aussi. Pendant longtemps, il se cherchait. Ou plutôt, cherchait un but à  dans ce triste sort dans lequel on l'avait plongé. A force de persévérance, Esra était aujourd'hui une personnalité reconnue, adulée, appréciée, pensant ainsi avoir trouvé sa place. Néanmoins il avait toujours cette sensation de ne pas avoir accompli ce quelque chose qu'il manquait, lié à cet héritage laissé par ses parents. Parfois, tout seul à essayer de trouver un sens à tout cela mais malheureusement, la réponse lui échappait encore. Arriva-t-il un jour la trouver ? Si seulement un miracle pouvait se produire...

Perdu l'espace de quelques secondes dans ses pensées, le blitzeur avait marqué une pause sans vraiment le vouloir et se rattrapa tout de suite après s'en être rendu compte.

- « Hm..? Oh ! Non vas-y, ne te gênes pas. »

Il fit pareil en allant s’asseoir à ses côtés, les jambes croisées prêt à l'écouter sans en peindre une miette. Il aurait pensé que leur conversation découlerait immédiatement sur ce qu'ils étaient devenu par exemple, toutefois, ce dernier fût surpris d'apprendre que c'était tout autre : Ryme fit savoir à son ami que quelqu'un avait craqué pour sa personne et sa réaction ne se fit pas attendre. Ses lèvres s'étirèrent, visiblement flatté.

- « Ah oui ? Euh...Je connais une Violaine mais pas de Marla. Elle ressemble à quoi ? Peut-être que j'ai eu l'occasion de l’apercevoir...? » C'était surtout la curiosité qui l'amenait à s'interroger oui  ! Et de pouvoir mettre un visage sur le nom de cette fameuse novice dont on lui parlait. Ou peut-être éventuellement la rencontrer si tel était son souhait. Un "bourreau des cœurs"... C'était bien la première fois qu'on le surnommait ainsi tiens ! Néanmoins, il assumait aimer être en leur compagnie. Les filles bien sûr.

- « Tu veux savoir depuis quand, hein ? ~ ... Je dirais depuis que j'ai intégré les Luca Goers ? Tu sais quand tu es joueur de blitzball, visiblement, tu as de grandes chances d'être populaire auprès de la gente féminine. On reçoit même des vagues de déclarations et de demandes en mariage, à tel point qu'un fois on a fait le pari de qui en recevrait le plus ! » Il riait, avant de continuer. « Ça ne me déplaît pas, au contraire. » Son sourire s'affaissa progressivement, laissant place à un air plus sérieux en accord avec ce qu'il disait.   « Le seul problème, c'est qu'on est souvent vu pour notre "statut" je pense et non pas pour ce qu'on est. J'ai déjà eu l'occasion de m'en apercevoir de mes propres yeux voire même de le vivre, et c'est assez frustrant dans le fond. »

On pouvait sentir dans ses mots une part de vérité déjà vécue. Par lui-même et par ses camarades. C'est qu'être un sportif professionnel n'avait pas que des avantages, oh loin de là. De ce fait, afin de ne pas plomber l'ambiance, le cadet des deux prit l'initiative de basculer sur un autre sujet.

- « Alors comme ça, tu as rejoins les Voix ? Dis m'en plus !  »

Elle avait toute son attention, et sûrement, beaucoup de choses à lui raconter.

 :: Spira - Le continent • :: Luca :: Le stade de Blitzball

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 205



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Mar 18 Juil 2017 - 14:15
Être côte à côte était tellement nostalgique. Le bruit de l'océan et l'iode dans l'air étaient agréable et donnait une autre dimension à ces retrouvailles. Ryme avait le sentiment d'avoir enfin un vrai ami sur lequel compter. Après son accident et le départ (non volontaire) de Cillian, tout n'avait été qu'hypocrisie à peine voilée. Elle n'était pas dernière à l'être, mais elle réalisait soudain combien cette attitude pouvait blesser. Pouvoir être naturelle lui faisait un bien fou, et puis, il fallait bien l'avouer, mentir à Esra lui était facile, peut-être trop et cela ne lui apporterait rien. Elle ne lui dirait probablement pas ce qu'elle comptait faire dans quelques jours, à savoir prendre la fuite une nouvelle fois au risque d'être enfermée à Via Purifico : mais ce qu'il ignorait ne pouvait pas lui faire de mal. Et puis, il fallait bien avouer que si quelqu'un d'autre finissait là-bas à cause d'elle... Ryme n'arriverait jamais à se pardonner. Tout comme elle ne se pardonnait pas encore de ce qui était arrivé à l'homme qu'elle aimait.

Il lui raconta sans trop de détails sa vie. Visiblement il n'était pas en manque de déclaration d'affection et cela ne la surprenait pas tellement. Esra, déjà petit, avait toujours été beau garçon. Il avait ce je-ne-sais-quoi, qui faisait que tous les adultes et une majorités des petites filles orphelines, le trouvaient irrésistible. Ryme n'avait pas fait exeption et se faisait un point d'honneur à le défendre, comme une vraie grande sœur. La jeune femme esquissa un sourire au souvenir de cette époque presque bénie. Combien donnerait-elle pour pouvoir juste revivre une journée de ce petit bonheur ? Tout ou presque. Pour un rire, un rayon de soleil ou un rien.
Puis, la conversation s'orienta vers une atmosphère un peu plus sombre. Comme elle pouvait s'en douter, la vie d'une célébrité n'était pas plus douce pour un sportif. Il n'avait peut-être pas les prêtres vicelards à déjouer ou satisfaire, mais objectivisation de sa personne ne pouvait être évitée.  Elle aussi, subissait ça presque quotidiennement.

"Mon dieu, crois-moi tu n'as pas du tout envie de t'amouracher de Violaine !" commença-t-elle par dire en riant, afin d'apporter un peu de légereté à la conversation.
"Marla était la novice qui chantait en premier. Je serais malhonnête si je disais qu'elle aurait dû te laisser un souvenir impérissable... Mais, comme on est assez vite remplacé en tant que Voix, ils testent beaucoup de jeunes recrues avant de les faire s'engager de manière plus sérieuse."

Ryme s'adossa un peu mieux à la digue, profitant d'une brise pour inspiré profondément. Elle adorait l'odeur de la mer.

"Je dirais pas que j'ai rejoins les Voix. Je dirais plus que j'ai été choisie. Tu sais, quand je suis partie... C'est parce qu'on m'a mentit. Le prêtre m'avait affirmé qu'il ne pouvait pas s'occuper d'enfants et que nous serions tous répartit dans plein de temples." La jeune femme esquissa un petit sourire. Il voulait dire beaucoup de choses. Je regrette, je suis triste et surtout je ne t'ai pas laissé parce que je le voulais.

"On m'a envoyée à Bevelle et j'y suis devenue apprentie. Et puis un jour, mes seins ont poussés, mes hanches aussi. Et je chantais pas trop mal, alors on m'a proposée de devenir une Voix. Ce n'est pas aussi idyllique qu'on pourrait le croire. Mais, je pense que je n'ai pas trop à me plaindre vis à vis de la population lambda de Spira."

Et c'était vrai. Nourriture de bonne qualité, garde rapprochée et habitations des plus confortables. Tels étaient les privilèges des Voix de Yevon. Ou plutôt, tels étaient les contreparties pour les "services" rendus aux prêtres qui s'occupaient de l'organisation. Peu de gens le savaient, puisque le silence était une règle d'or, mais la célébrité, le confort et le droit d'avoir la vie "facile" venait avec un prix. Beaucoup était prêts à le payer, mais d'autres, comme Ryme n'y avait jamais consentit.  Mais, c'étaient de sombres épisodes qu'elle n'avait pas réellement envie d'aborder avec son ami d'enfance. Elle se voyait difficilement lui annoncer "eh bien pour pouvoir dormir dans un lit et pas par terre, j'ai vendu mon hymen une fois !" ; au mieux il serait gêné, au pire, les retrouvailles seraient complètement gâchées.

"Et toi, dis moi, comment t'es tu retrouvé à être une star du Blitzall ?" demanda-t-elle rapidement pour que la conversation ne se centre pas sur elle ou sur les choses qu'elle ne voulait pas avouer.
"Je ne me souviens pas vraiment de toi avec un ballon au pied ! Heureusement que Djose n'était pas loin de Luca, tu as pus aller t'entraîner là-bas... La mer près du temple doit être horriblement froide pour jouer au Blitzball !"

L'idée de plonger dans cette mer toujours grise lui donna un frisson.

"Ça fait vraiment bizarre de te revoir. J'ai l'impression qu'on s'est quittés il y'a deux ou trois mois. Et pourtant, ça fait des années que l'on ne s'étaient pas vus. Peut-être parce que tu as toujours ce collier. Je suis contente de voir que tu ne l'as pas perdu." ajouta-t-elle légèrement moqueuse.

Le passé et le présent s'entremêlaient à la croisée des chemins. Apportant son lot de nostalgies, mais également de joie. On les observait, Ryme le savait. Les passants pouvaient bien jaser, rien ne l'empêcherait de profiter de son moment en compagnie de ce petit frère un peu turbulent.

 :: Spira - Le continent • :: Luca :: Le stade de Blitzball



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Le continent • :: Luca :: Le stade de Blitzball