Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Is this the beginning of some kind of thing ? [PV Raiden]

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 50



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soah

Prêtresse de Yevon

le Mer 14 Juin 2017 - 22:31
Ce matin-là, comme tous les autres, Soah s'était levée tôt. Le soleil ne donnait pas encore de reflet doré a l'herbe de la plaine Félicité que la jeune femme était déjà prête. Impeccablement habillée dans sa robe de prêtresse tandis que tous les autres occupants du quartier général de Bannisseurs dormaient encore. Elle ne pouvait guère leur en vouloir, leur travail était plus que fatiguant comparé au siens. Être seule lui permettait de faire le vide dans son cœur, mais également d'entretenir une certaine routine matinale. Après avoir mangé le plus frugalement possible, la religieuse allait prier avec diligence jusqu'à ce qu'elle entende un peu de vie dans les couloirs. Si la majorité de ses partenaires ne se montrait pas être de fervents croyants, elle essayait tout de même de répandre la bonne parole lors du petit-déjeuner tout en s'inquiétant de l'état de santé de chacun. Cela ne faisait qu'une poignée de mois qu'elle avait été affectée ici, mais elle considérait déjà de son devoir de prier pour les membres de la communauté. Certain lui prêtait une oreille attentive et les autres – qui composaient la grande majorité, l'ignorait. Cette situation, était loin de la déranger. Cette distance lui permettait d'avoir de longs moments de calme lors qu’aucun blessé ne se présentait à elle où à l'auberge de la Plaine.

Durant ces périodes creuse, elle occupait principalement ses journées par des prières et d'autres preuves de foi dont elle avait le secret. Soah, trop faible pour se battre ne sortait jamais sans escorte, mais les patrouilles matinales étaient toujours une bonne occasion de sortir. Les Bannisseurs éradiquaient les montres du chemin des pèlerins et aidaient les Invokeurs perdus. Ce n'était pas rare de trouver des petits groupes campant dans l'immense plaine, légèrement désemparés. Soah ne pouvait que trop les comprendre, la verdure s'étendait à perte de vue et peu de végétation avait réussi à percer. Quelques timides fleurs d'ici et là, mais majoritairement, les rochers composaient les seules variations du terrain. Beaucoup de gens trouvait cet endroit déprimant. Soah, elle le retrouvait reposant et plein d'espoir. C'était ici que se livrait de terribles batailles face à Sin et que Spira connaissait la délivrance. Bien que dévote, elle n'avait jamais songé à devenir Invokeure : perdre la vie en combattant Sin était certes louable, mais elle, elle voulait dédier sa vie à la religion ainsi qu'au bien qu'elle apportât à ce monde.

C'est alors qu'un petit groupe se dessina au loin. Leurs silhouettes se précisèrent rapidement trahissant leur hâte. D'abord sur leurs gardes, les Bannisseurs dégainèrent leurs armes, campant solidement sur leurs positions en cas d'attaque. Mais rapidement, les cris de réjouissances des inconnus mirent fin à cette attitude défensive. Les deux hommes s'approchèrent en trottinant, essoufflés et dégoulinants de sueur. Le chef de patrouille s'avança.

« Vous avez besoin d'aide ? Leur demanda-t-il sans guère de cérémoniel.
- Nous sommes Gardiens ! Notre Invokeur a été blessé par un monstre lors de la traversée de la Plaine. Nous l'avons laissé avec une autre personne à l'Auberge, mais il est mal en poing... On nous a dit que le QG avait une prêtresse qui pouvait soigner les gens, nous étions venus la chercher !
- C'est moi, murmura Soah tout en s'avançant, il n'y a pas de temps à perdre. Capitaine, puis-je vous demander de m'accompagner ?
- Comme ci, j'allais te laisser y aller seule...
- Bien, alors, nous y allons ?
- Messieurs, continuez la patrouille puis retourner au centre de commandement pour prévenir les autres. Avec un peu de chance, nous ne serons pas long. »

Les autres soldats acquiescèrent d'un hochement de tête. Soah et le capitaine suivirent les deux hommes qui les remerciaient chaleureusement. Heureusement, l'Auberge n'était pas très loin et faisait partit du chemin que la patrouille avait emprunté. Mais, il restait encore au moins trois-quarts d'heure de marche en pressant le pas. Les inconnus, Soah et le Bannisseur épiloguèrent peu une fois le temps des remerciements passé. Une ambiance pesante s'installa à mesure que l'auberge se dessina au lointain. La soigneuse ignorait la graviter de la plaie et les soins qu'elle devrait apporter, mais, quelque chose lui disait que cette intervention ne serait pas une partie de plaisir et que le sort de l'Invokeur serait sans doute plus entre les mains de Yevon que des siennes.

Une fois sur place, on la libéra de ses affaires. L'Auberge était simple, rustique mais chaleureuse. Il n'y avait pas beaucoup de chambres, car peu d'Invokeurs tentaient de traverser la plaine au même moment. Visiblement paniqué, l'aubergiste avait délaissé la plupart de ses clients pour tourner et viré en rond. Que dirait-on de son établissement si quelqu'un venait à mourir ici ? La majorité trouverait alors refuge au QG des Bannisseurs, qui eux, avaient le mérite d'avoir un soigneur et beaucoup de place depuis la victoire de Lady Yocun. Soah ne s'attarda pas vraiment sur les gens présents, se contentant de saluer la masse attroupée dans le hall, en se signant. Rapidement après, on la conduisit dans la chambre où, sur un lit, un jeune homme était allongé. Ce dernier, comme elle le craignait avait l'air d'être dans un piteux état. D'après leurs affaires, il n'y avait aucun mage blanc dans leur groupe, capable de soigner et panser les blessures.

Soah s'approcha du lit et pendant quelques minutes, observa. Une large plaie déchirant le flan du malheureux. Beaucoup de sang s'était échappée de la plaie si elle en jugeait par la couleur de ses vêtements. La magie ne pourrait rien pour lui. Il fallait opérer.

« J'aurais besoin d'une aiguille, de fil, d'eau-chaude et d'alcool fort» demanda-t-elle calmement auprès d'un des gardiens. Ce dernier ne s'interrogea pas sur les raisons de la demande et se contenta de détalé dans le hall.

« Vous m'entendez ? Dit-elle en plaçant sa main gauche dans celle du patient et la droite en compression sur la blessure.
- O..Oui, articula le blessé dans un souffle rauque.
- Je vais devoir vous recoudre. Ça risque d'être légèrement douloureux, mais ne vous en faites pas, Yevon ne vous rappellera pas aujourd'hui ! »

Ce qu'elle avait demandé lui fut apporter quelques minutes plus tard. Étrangement, l'alcool avait été la chose la plus compliquée à fournir. Soah commença par stériliser l'aiguillé en la passant dans les flammes d'une bougie allumée dans la pièce, puis en l'aspergeant d'alcool. La sature commença. Chaque coup d'aiguille, aussi bien dans le corps que sur ce dernier déclenchait une myriade d'insultes. Les gigotements du patient n'étaient pas les bienvenues, mais elle fit de son mieux. Finalement, une heure plus tard, la jeune femme s'en sortait victorieuse. Elle appliqua avec soin un cataplasme a baise de plantes destinées à une guérison plus rapide avant de se relever.
Bien que maculée de sang et l'épuisement, elle gardait son sourire. Elle salua respectueusement les Gardiens, avant de sortir de l'Auberge. La matinée était déjà bien entamée. Son corps, libérer de l'emprise de l'adrénaline commença doucement à se faire distant. Ses doigts devinrent froids et ses sens se troublèrent. Elle tendit la main vers l'arrière, cherchant un appui. Une barrière de l'enclos des chocobos rencontra ses doigts. Sa poigne était molle. Elle se laissa tomber doucement conte celle-ci a défaut de pouvoir la saisir. Un frisson secoua son échine : se serait un comble, si maintenant, c'était elle qui avait besoin de soin.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 40



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Raiden

Monsieur tout le monde

le Jeu 15 Juin 2017 - 11:53
Raiden n'avait jamais aimé la Plaine Félicité. Trop vaste, trop lourde de sens, trop pleine de souvenirs eux même porteurs d'espoirs généralement dévastés à chaque fois même que Sin réapparaissait. Il aimait, toutefois, son étrange sérénité et le calme plat qui y régnait. Malgré les Invokeurs, tous plus démotivés les uns que les autres, qu'il avait vu défiler. Certains abandonnaient, d'autres se remettaient en doute. Rares étaient ceux qui avançaient et, finalement, il avait trouvé là une énième raison au pourquoi du comment il refusait obstinément de mettre son arme au service d'un Invokeur. Risquer sa vie pour une personne qui prétendait être prête à perdre la sienne lui convenait. Voir ladite personne abandonner l'aurait passablement irrité et Yevon seul savait comme il était assez déconseillé de jouer avec ses nerfs.

Raiden ferma les yeux. S'en préoccupait-il réellement, au fond ? Il s'était arrêté ici pour faire une pause, se ressourcer avant de repartir sans trop savoir où il allait, qui il était. Il n'avait qu'à peine discuté avec le tenancier de l'auberge et limitait tout contact social à de simples échanges de politesse, auxquels il coupait court dès qu'il se sentait un peu trop sollicité. Sa franchise abrupte était, pour ainsi dire, son seul moyen d'obtenir la paix et il ne manquait jamais de l'utiliser. Pourquoi ? Lui-même ne le savait pas, au fond. Il regrettait ses parents, ses frères et soeurs, et tous les souvenirs que Sin avait éparpillés. Cela ne l'empêchait pourtant pas de s'attacher, à qui que ce soit. Il ne s'en empêchait pas. Disons juste qu'il n'en voyait pas l'intérêt.

E-Excusez-moi, vous avez de l'alcool ?

Raiden retînt de peu un petit haussement de sourcil interloqué. De l'alcool ? Il avait l'air, affalé dans un enclos à Chocobos, d'avoir de l'alcool ?
Blasé, il se retourna en laissant un grognement fuir ses lèvres, espérant là que son interlocuteur comprenne qu'il n'était ni disposé à lui parler, ni en possession de ce qu'il recherchait, et un vague soupir soulagé lui échappa lorsqu'il l'entendît s'éloigner. Il n'était absolument pas d'humeur. Mais lui arrivait-il seulement d'être humeur, en vérité ?

Sa tranquillité troublée par les hurlements d'un abruti, dans l'auberge, ne manquaient pas d'attiser sa contrariété et, sèchement, Raiden se redressa en se jurant presque d'abréger les souffrances de cette chochotte qui ne manquait pas de faire savoir, un peu trop bruyamment, qu'il souffrait. Combien de fois s'était-il lui même retrouvé gravement blessé ? Il avait arrêté de les compter et, pour être honnête, avait même fini par croire qu'il avait un petit Yevon flottant au-dessus de sa tête. Appelez ça comme vous voulez, la chance, le karma, peu lui importait, au fond, tant qu'il survivait.

Lorsque les hurlements s'arrêtèrent finalement, Raiden se laissa retomber dans le petit tas de foin où il avait trouvé refuge, ferma les yeux et... Au diable sa tranquillité puisqu'un petit mouvement sur sa droite lui fît remarquer qu'il n'aurait pas l'occasion de s'abandonner au sommeil avant un petit moment.
Un peu plus blasé qu'avant, il rouvrît un oeil pour le glisser en direction du léger froissement parvenu à ses oreilles, haussa un sourcil.

... Hé, lança-t-il premièrement en se relevant légèrement pour s'épousseter.

Il n'aimait pas ça. Du tout même. Elle aurait été un homme, il l'aurait sûrement laissée là où elle était. Mais sa mère lui avait appris que les femmes étaient aussi délicates que fragiles et, allez savoir pourquoi, même Leanne tendait à éveiller chez lui un certain instinct légèrement trop protecteur. Et celle-là, à défaut d'être criarde, avait l'air d'être sur le point de presque s'évaporer tant elle était blême.

Alors, sans un mot, Raiden étira brièvement ses muscles et se hissa par-dessus la barrière pour vaguement constater l'état dans lequel elle était. Du sang. À la bonne heure.
Les sourcils légèrement froncés au-dessus de son regard ambré, le jeune homme glissa une main ferme mais non moins tendre contre l'épaule de la petite brune sous ses yeux, puis éclaircît vaguement sa gorge.

Si t'es encore consciente, regarde-moi.

Moyen rapide et simple de savoir si oui ou non elle l'entendait. Auquel cas, il aurait juste à la jeter sur son épaule et la ramener à l'intérieur de l'Auberge, juste à côté. Ou à éventuellement y aller un peu plus délicatement et tout simplement l'aider à marcher.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 50



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soah

Prêtresse de Yevon

le Mer 21 Juin 2017 - 9:38
Tout lui semblait distant, comme si tout son être était entouré d'un épais manteau de brume. Les sensations s'envolaient une à une, quittant ses nerfs. Il lui apparaissait évident maintenant qu'avec tout ce stress et le flux d'adrénaline qui s'était déversé dans son corps, elle faisait de l'hypoglycémie. Rien de bien grave en temps normal. Soudainement, une pression s'exerça sur son épaule et une voix perça le voile qui la séparait de la réalité. Consciente, oui, elle l'était. Mais pouvait-elle avoir confiance ? Sans doute. Cet homme n'était surement pas là par hasard et leur rencontre, un fruit de Yevon.
Sans un mot, elle tourna lentement la tête. Son regard était légèrement flou, trahissant que son esprit était à la limite de la conscience. Ses lèvres, d'ordinaires naturellement rouges, étaient presque de la même couleur que sa peau. La prêtresse faisait peine à voir, il fallait bien l'avouer.

Soah ferma les yeux en avalant doucement, pour se redonner un peu de consistances. Ses mains, encore tâchées d'un sang qui ne lui appartenait pas, cherchèrent à nouveau la barrière pour s'y accrocher. Son interlocuteur avait beau être - d'après ce qu'elle arrivait à discerner, un homme charmant, elle n'avait pas envie de donner l'image d'une faible créature pour autant. Elle passa nerveusement sa langue sur ses lèvres sèches avant de finalement, verrouiller son regard au siens. Pour lui prouver qu'elle était encore là. Malgré la situation, ses joues s'empourprant légèrement. Les rencontres avec des inconnus de sexe masculin n'étaient pas vraiment son fort : il avait fallut plusieurs semaines avant qu'elle ne se sente un minimum à l'aise auprès des membres des Bannisseurs.

"Je..." Articula-t-elle doucement, le regard perdu.
"Je... Je crois que j'ai besoin de manger quelque chose..." Avoua-t-elle du bout des lèvres.

Elle resta silencieuse après ça. N'arrivant pas vraiment à fixer un point précis du faciès de son interlocuteur. Il lui semblait qu'il n'était pas un gardien. Un simple voyageur comprendrait sans doute. Mais il semblait différent. Malgré son évidente beauté, il y avait quelque chose de nostalgique et de triste dans sa personne. Yevon avait sans doute dû lui imposer bien des épreuves afin de forger sa foi et son être, songea Soah en détournant le regard. Peut-être que Dieu l'avait conduite à elle pour ses raisons ? Peut-être avait-il besoin d'un peu de foi dans son existence.
C'est à ce moment-là que des heurs se firent entendre dans l'auberge. Joyeux, pour la plupart, d'après ce qu'elle pouvait encore distinguer. L'Invokeur était sauvé et les clients étaient nombreux dans l'établissement : l'assemblée devait probablement porter un toast. Un faible sourire se dessina sur les lèvres de la prêtresse : elle avait accompli son rôle, redonné un peu d'espoir et de joie à la population.

La porte s'ouvrit et le Bannisseur qui l'avait accompagné apparut. Un large sourire illuminait son visage tandis qu'il prenait une gorgée d'un liquide jaunâtre provenant d'une outre. Il ne porta tout d'abord pas attention aux deux jeunes gens et se contenta d'observer la plaine. Puis, alors que son intérêt revenait vers l'auerge, il remarqua Soah et l'inconnu. Son rictus se fit alors beaucoup plus large alors qu'il s'avançait vers eux.

"On cherche un peu de réconfort après l'opération, prêtresse ?" Lâcha-t-il avant de se resservir une nouvelle fois en boisson. "Et moi qui croyait que vous finiriez par tomber sous le charme d'un des nôtres, il va y en avoir des coeurs brisés !" Ajouta-t-il avec un rire lourd de sens.

Le visage de Soah s'empourpra. Puisant dans ses dernières ressources, elle se releva avec peine. Ses jambes n'étaient plus que deux longs fuseaux tremblants, pouvant à peine soulever son poids. Son corps famélique n'était pas bien imposant, mais l'effort n'en était pas moins réel. Quelques mèches de ses cheveux s'échappèrent de sa tresse, lui donnant une apparence brouillonne.

"Ne dites pas... Des choses qui... Pourraient embarrasser... Cette... Personne... Capitaine." Articula-t-elle difficilement.

En guise de réponse, elle n'obtenu qu'un rire. Le Capitaine se méprenait sur la nature de leur relation et l'alcool obscurcissait son jugement. Malgré la fatigue et son état, cela agaçait profondément la jeune femme. Son cœur, bien que pompant déjà à bon rythme, s'emballa un peu plus. Sa main quitta la barrière pour que son poing se referme. Ses petits gestes étaient une vaine tentative de se donner un peu d'aplomb. Le Capitaine porta une nouvelle fois la boisson à ses lèvres, buvant de longues et importantes gorgées. Il commençait à dégager une forte odeur d'alcool et son regard n'était guère plus vif que celui de Soah. Le Bannisseur détourna son attention de la prêtresse, préférant fixer son attention sur l'inconnu.

"Et vous êtes qui, vous ?" Il ponctua sa phrase d'une éructation bruyante et odorante avant de s'approcher de la barrière avant de s'y adosser avec désinvolture.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 40



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Raiden

Monsieur tout le monde

le Jeu 22 Juin 2017 - 16:25
Manger.

C'était tout ce qu'il avait retenu, qu'elle avait besoin de manger. Le reste ? Il s'en fichait. À vrai dire, il avait cessé d'écouter le nouveau venu dès l'instant même où il avait commencé à émettre des hypothèses aussi stupides que déplacées. Ou tout du moins, il s'en serait foutu si elles n'avaient pas achevé de légèrement secouer la jeune femme qui, aussi maladroitement que vainement, tentait de reprendre consistance, près de lui.

Il n'avait pas à se justifier, devant qui que ce soit. Il ne savait pas qui elle était, ni même par quel concours de circonstances elle avait pu atterrir ici.
Elle avait simplement besoin d'aide et il avait voulu la lui donner, non sans retenir de peu un petit soupir désabusé lorsqu'il l'entendît sauter à pieds joints dans la tentative de taquinerie du... C'était quoi au juste ? Un guerrier ? Sûrement. Son manque flagrant de savoir vivre amenait cependant le jeune homme à sincèrement douter des raisons pour lesquels il portait l'épée et, si Raiden n'en pipa pas mot, il n'en pensait pas moins. N'en montrait pas moins, même, au vu des regards, peu avenants, qu'il lui lançait.

Il la connaissait, visiblement. Pourtant, il n'avait pas l'air plus décidé que ça à abandonner son alcool pour l'aider. De quoi légèrement alimenter le mépris déjà léger que le jeune homme éprouvait pour lui.

Ne dites pas... Des choses qui... Pourraient embarrasser... Cette... Personne... Capitaine.

Un capitaine ? Ça ? Les yeux de Raiden s'arrondirent légèrement, autant d'incrédulité que de curiosité. À croire qu'à peu près n'importe qui pouvait être à la tête d'une quelconque d'armée, de nos jours... Les miasmes de Sin faisaient visiblement des ravages, et pas que sur lui, apparemment.
Blasé, le métissé détourna totalement son regard du personnage pour le reporter sur la jeune femme qui, à côté de lui, tournait de plus en plus au cadavre ambulant. La question de qui il était ? Elle lui était passée au-dessus de sourcils comme de tout le reste. Il n'était pas là pour bavasser et, comme pour le prouver, Raiden se contenta simplement d'un vague signe en direction de ladite prêtresse, juste le temps de vérifier qu'elle était encore en vie, avant de murmurer :

Je vais vous aider à marcher.

Le visage toujours aussi fermé, Raiden se rapprocha alors silencieusement afin de glisser son bras autour de la taille de la brune, grogna... C'est qu'elle était minuscule et qu'il n'en menait pas large, à essayer de l'aider du haut de son mètre quatre-vingt.
Alors, avec une délicatesse à peine mesurée, il enroula un peu plus convenablement son bras autour d'elle avant de glisser l'autre sous ses cuisses, afin de la soulever de terre, sans se soucier de si oui ou non la situation lui convenait. De toute manière, au vu de l'état dans lequel elle était, elle ne semblait pas réellement en mesure de protester. Restait désormais à trouver de quoi la remettre d'aplomb et... Ah, il avait presque oublié le grotesque personnage à sa droite.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 50



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soah

Prêtresse de Yevon

le Lun 3 Juil 2017 - 15:38
Personne ne semblait l'écouter. Doucement, un sentiment noir et négatif commença à ramper le long de son estomac. Ses doigts essayèrent de se refermer pour serrer les poings, en vain. Tout était flou et rien de toute cela ne lui semblait réel. Pas même l'étreinte de l'inconnu. Seul son parfum lui disait que tout cela n'était pas le fruit de son imagination. Soah ouvrit un peu plus les yeux, les pupilles totalement rondes. Elle avait des mots sur le bord des lèvres, mais aucun n'avait réellement envie de s'échapper tandis que son cœur manquait un battement lorsqu'il la soulevait du sol.
Elle ne pesait pas bien lourd, mais elle était impressionnée de voir qu'il avait réussi à la soulever sans efforts. Mais, elle était aussi affreusement gênée et cela ne fit qu'alimenter les sombres pensées qu'elle nourrissait en silence. La prêtresse essaya de se débattre, sans grand succès et à vrai dire, il n'aurait probablement pas remarqué ses faibles et ridicules gesticulations. Et finalement, elle s'abandonna. Il ne lui voulait rien de mal, juste l'aider, alors pourquoi résister. Une de ses mains s'accrocha à lui, alors que son visage prenait une teinte rosée. Sa poigne était aussi légère que celle d'un oiseau, mais elle suffisait à déformer légèrement son haut, là où le tissu rencontrait ses phalanges. Doucement, elle se racla la gorge, dans le but de formuler un remerciement.

"M...
Tu vas voir, sale petit..."
Murmura alors le Capitaine en lui coupant la parole. Soah ne savait pas si son chevalier servant avait entendu cette phrase ou la myriade de jurons qui avait suivi. Il ne semblait pas y faire attention, tout simplement. Le Capitaine n'était pas le meilleur des hommes, son sale caractère et ses manières lorsqu'il avait but le rendait souvent exécrable, mais les Bannisseurs ne disaient rien, car il était un combattant hors pair aux yeux de tous. Alors, lorsqu'il dégainait son arme, Soah ne put retenir un petit glapissement. Elle serra de toutes ses forces l'inconnu avant de fermer les yeux aussi forts qu'elle le pouvait. La jeune femme attendit un bruit, un cri, un son... Mais rien. Et ses yeux refusèrent de s'ouvrir à nouveau.

Cet instant lui paraissait long dans un premier temps, puis sa conscience avait dérivée d'elle-même, ailleurs. Elle n'était pas morte, simplement épuisée et affamée. Son corps était aussi lourd et léger que du coton. Ses sens ne lui répondaient pas vraiment, du moins, pour l'instant. Mais un par un, ils revinrent. Le toucher en premier, qui lui permit de sentir qu'elle n'était plus dans les bras de l'inconnu, mais dans un lit. Son ouïe lui revint sporadiquement et des brides de conversations parvinrent alors à ses oreilles, sans qu'elle ne réussisse toutefois en les comprendre. Son odorat lui ouvrit l'appétit, puisque de bonnes odeurs de nourritures n'étaient pas loin d'elle. Elle goûta alors le parfum de sa propre salive, un peu amère. Puis finalement, elle ouvrit les yeux. La lumière était faible, mais elle émit tout de même un petit grognement, comme une enfant qui n'aurait pas envie de s'éveiller pour aller à l'école. Mais doucement, ses bonnes manières revinrent. Soah se releva doucement pour pouvoir mieux observé la pièce.

Elle était dans une des chambres de l'Auberge. Un rapidement coup d'oeil ainsi que l'odeur du sang lui indiquèrent qu'elle était dans celle de l'Invokeur qu'elle avait soigné quelque temps plus tôt. La fenêtre était légèrement ouverte, il faisait encore jour, mais il était impossible de deviner précisément combien de temps elle avait été inconsciente. La jeune femme poussa un léger soupir. Le peu qu'elle avait mangé ce matin ne lui avait pas suffit : faire des efforts tout en continuant son régime d'oiseau ne lui apporterait que des soucis de santé, alors pourquoi s'entêtait-elle ?
Lentement, elle repoussa la couverture. On l'avait débarrassée de son manteau ainsi que d'autres couches de sa robe. Son corps ne faisait alors plus illusion et sa maigreur maladive était exposée. Sans se soucier de savoir si elle était seule ou non, elle releva légèrement sa combinaison, pour vérifier que son cilice était toujours en place. Il était toujours là, mordant et dévorant sa chair. Elle poussa un léger souffle de soulagement en le resserrant d'un cran. Mais le grincement d'une chaise dans la pièce et plus particulièrement dans son dos, la fit sursauter.

Pourquoi est-il encore là ? songea-t-elle en découvrant son "sauveur" dans la pièce. Elle se félicita silencieusement d'avoir pensé à faire face à l'autre blessé pour s'occuper de sa pénitence.

"Je vous remercie de votre aide." Dit-elle doucement, la voix légèrement rauque et à peine plus forte qu'un murmure.
"Le Capitaine... Je m'excuse de son comportement. J'espère qu'il n'a pas été... Odieux avec vous." Elle avait pris le soin de choisir ce qualificatif, préférant éviter de le blesser verbalement.

Soah se glissa hors du lit pour s'approcher de lui, oubliant totalement le repas qui l'attendait sur la table de nuit.

"Vous n'êtes pas blessé ? Je l'ai vu sortir son épée et puis... Plus rien. Je m'en voudrais terriblement si vous aviez été blessé par ma faute." Ajouta-t-elle tout en se mettant à genoux devant lui, tout en commençant à l'examiner silencieusement.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 40



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Raiden

Monsieur tout le monde

le Dim 16 Juil 2017 - 14:09
Raiden laissa un petit soupir, désabusé, fuir ses lèvres.
Il aimait la douceur, presque incroyable, dont pouvaient faire preuve certaines femmes. Il aimait moins, en revanche, que cette même douceur les mène à un altruisme tirant presque vers l'abnégation. La jeune femme qu'il avait sous le nez n'y découpait pas. Sûrement pas, même. Il s'était douté du fait qu'elle était horriblement chétive dès l'instant même où il l'avait soulevée. Un poids plume, caché par des couches de vêtements qui, une fois retirés, avaient simplement révélé qu'elle avait sûrement besoin de beaucoup plus que juste un peu de soupe.
Et si Raiden avait tourné la tête, il n'en avait pas moins été surpris lorsqu'elle s'était extirpée du lit.

Je vais bien, affirma-t-il simplement en ébouriffant un peu ses cheveux. Vous devriez manger un peu.

Il ne mentait pas, loin de là. Son corps ne présentait aucun hématome, aucune blessure, rien même qui ne puisse témoigner de la courte altercation entre lui et le Capitaine, un peu plus tôt. Si ce n'était ce même Capitaine assommé, en bas. En toute possession de ses moyens, il aurait sûrement été capable de très aisément marquer Raiden. S'il s'en sortait avec une épée dans la main, il n'avait appris à se débrouiller qu'à ses dépens et comptait généralement sur sa rapidité pour gagner. Inutile donc de préciser qu'un duel de force lui aurait été sûrement été fatal et le jeune homme avait, de ce fait, éhontément profité de l'ébriété de son adversaire pour couper court à la confrontation. Une parade, un coup bien caler dans l'estomac et il l'avait laissé devant l'auberge sans trop se demander si oui ou non il saurait y ramper.

Au lieu de quoi, il avait simplement ramené celle qu'il devinait être une sorte de prêtresse ou religieuse à l'intérieur et avait patiemment attendu qu'elle se réveille. Pourquoi ? Bonne question. Il s'était simplement installé, à la recherche d'un sommeil qu'il n'avait eu aucun mal à trouver, brisé uniquement par le bruit des draps froissés, lorsqu'elle s'était réveillée. Les merveilles du sommeil léger, en somme.

Et j'y tiens.

Comme pour appuyer ses mots, Raiden se redressa en contournant soigneusement la petite brune installée face à lui, prêtant attention à ne pas lui envoyer son genou dans les dents par ce même mouvement. Il ne comptait pas réellement la forcer à manger, non. Néanmoins, il contourna le lit pour attraper le plateau posé près de ce dernier et revînt nonchalamment s'installer, par terre, face à elle, le bras calé sur son genou replié.

Un furtif regard en coin manqua de lui arracher une petite grimace et il soupira discrètement en appuyant sa tête contre la chaise, à côté de lui.

Vous pourrez m'examiner après, si vous y tenez.

Il mentait, un peu. Sûrement beaucoup même. Pour peu qu'il ait été d'accord avec l'idée de laisser quelqu'un l'approcher, il l'aurait sûrement laissée faire dès le début. Il aurait pu se soucier de son bien être premier et pas de la maigreur alarmante qu'il avait sous le nez. Ou juste s'en aller sans demander son reste, sans plus s'inquiéter. Au lieu de quoi, il était désormais planté près d'une jeune femme qu'il ne connaissait ni d'Adam ni d'Eve et s'était potentiellement attiré les foudres de tout un régiment de Bannisseurs. Merveilleux. Absolument merveilleux. Comme quoi, les bonnes actions ne sont pas toujours bonnes. Quoique. Il s'en serait sûrement voulu s'il n'avait pas bougé. Ou le karma lui serait violemment retombé dessus et il l'aurait mérité.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 50



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soah

Prêtresse de Yevon

le Mer 19 Juil 2017 - 21:42
L'inconnu semblait à la fois plus fuyant qu'une anguille et plus têtu qu'un chocobo mal dégrossi. Soah esquissa une moue fugace lorsqu'elle l'entendit soupirer. Son attitude, sans être foncièrement grossière la déstabilisait profondément. La jeune prêtresse était habituée à rendre service et non pas qu'on en lui rende. Pire, elle n'aimait pas qu'on lui tienne tête, surtout qu'à présent, elle n'avait pas vraiment besoin de manger : dormir lui avait presque rendu toutes ses forces. D'après ses premières observations, il n'avait rien de grave, mais il était difficile de statué sur quoi que ce soit avec une attitude pareille.
Il se releva, tout en prenant soin de ne pas la toucher, pour retourner auprès du lit qu'elle avait quitté. L'inconnu se saisit du plateau que l'on avait déposé sur la table de chevet avant de se replacer en face de la prêtresse. Il s'installa à même le sol, avec elle, dans une posture nonchalante. Il lui tendit la nourriture sans guère de cérémonie, mais ce geste suffit à faire nourrir dans le cœur de la jeune femme, un étrange sentiment ; Soah avait la conviction que ce singulier personnage se trouvait sur son chemin par la volonté de Dieu. Après tout, il l'avait sauvée et il semblait perdu. Il était donc le parfait candidat pour devenir l'objet de son attention.

La promesse d'un examen post-repas la motiva un peu plus à considérer la nourriture qui était devant elle. Cependant, elle émettait toujours une certaine réserve. Et finalement, un grognement issue de son estomac - parfaitement inapropriée pour une jeune femme comme elle, la poussa à répondre au besoin qu'éprouvait son corps.

"N'en profitez pas pour filer..." Soupira-t-elle doucement tout en lissant sa robe avec ses deux mains.

Son équelle offrait un ragoût. Des légumes baignait dans une sauce brune - sans doute légèrement épicée, avec quelques morceaux de viandes filandreux. D'ordinaire, elle évitait de consommer de la chair, mais elle pouvait bien faire une exception. Être reconnaissante envers ceux qui étaient bons avec elle était plus important que ses convictions concernant son régime alimentaire. Soah porta la cuillère à sa bouche et avala, doucement. L'une des clefs de sa vie d’ascète était la lenteur : si l'on mange sans se presser, en prenant un soin tout particulier pour mâcher, l'estomac se lassait. Cette technique, découverte lors de ses années d'apprentissage lui avait permis de réduire par deux ou par trois la quantité de nourriture qu'elle ingurgitait. Mais, cette fois-ci, elle était bien consciente que son corps ne se contenterait pas du minimum qu'elle se fixait, alors, cuillère après cuillère, elle laissait son corps se remplir, jusqu'à ce qu'avaler devienne douloureux.

Une fois son repas terminé, elle porta la serviette à sa bouche, tapota délicatement le pourtour de ses lèvres avant de revenir à son intérêt premier : l'inconnu. Il ne devait pas être bien plus vieux qu'elle. Sa peau halée faisait ressortir l'ambre de ses yeux qu'elle trouvait bien moqueurs. La prêtresse sentit que ses joues s’embrasait doucement. Elle ne l'avait pas vraiment remarqué lors de leur premier échange - à cause des circonstances dans lequel il s'était déroulé, mais il possédait un charme indéniable. Soah l'imaginait sans peine, vivre une vie de péché dans une grande ville comme Luca, une fille légère à chaque bras. Mais il n'avait pas l'air mauvais. Pas comme certains des Bannisseurs qui n'étaient là que pour échapper à un destin dans la prison de Via Purifico.

"Je pense que... Un examen n'est pas nécessaire. Vous avez l'air en pleine forme, commença-t-elle avec un sourire timide et délicat sur les lèvres, je m'excuse encore pour le comportement du Capitaine. L'alcool ne lui réussit pas vraiment. C'est un point sur lequel je devrais travailler avec lui..."

Elle poussa un léger soupir tout en se relevant avec le plateau. La chambre possédait un petit repose plat sur la porte, permettant au personnel de faire le service sans déranger les Invokeurs qui se reposaient là. Soah glissa le plateau par une petite trappe et se signa avant de reprendre place aux côtés de l'inconnu. Tous ses gestes étaient d'une précision rigoureuse, lui donnant un aspect de poupée vivante.

"Vous ne m'avez pas encore dit votre nom, enfin, je suppose que nous n'avons pas réellement eut le temps de faire des présentations convenables !" dit-elle, un léger rire dans la voix. Elle laissa filer un instant de silence, espérant qu'il se présente en premier, mais il n'en fit rien. Contre toute apparence, peut-être était-il timide ?

"Je m'appelle Soah. Je suis prêtresse au service de Yevon pour les Bannisseurs. Je m'occupe généralement de leurs petits bobos et j'aide du mieux que je peux ceux qui ont besoin d'entretenir leur foi. Ce n'est pas évident de garder espoir par les temps qui courent malgré cette période de Félicité." Déclara-t-elle doucement tout en replaçant une mèche de sa longue chevelure derrière une de ses oreilles.

"Je suis désolée, je monopolise la conversation. Dites moi comment vous vous appelez, que je puisse utiliser votre nom pour vous remercier proprement." ajouta-t-elle en rougissant légèrement d’embarras.

La jeune femme n'avait pas réellement l'habitude de se mettre ainsi en avant et n'avait qu'une envie, que la conversation soit à son tour monopoliser par son interlocuteur.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 40



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Raiden

Monsieur tout le monde

le Jeu 27 Juil 2017 - 22:13
Raiden retînt de peu la petite réplique, presque acerbe, qui vînt lui piquer les lèvres.
Travailler un point comportemental avec un tel crétin ? S'il était aussi têtu qu'ivrogne, elle en avait pour jusqu'à la prochaine apparition de Sin. Au moins. À supposer qu'elle survive jusque là. Et au vu de son apparence chétive, il en doutait sincèrement, autant qu'il s'en inquiétait. Sa maigreur cadavérique lui donnait presque envie de lui coller un tube dans la bouche pour l'obliger à avaler toute la nourriture que cette auberge avait à donner.

Muré dans son éternel mutisme blasé, il lui offrît tout le loisir de la conversation, sans broncher. Non, il n'allait pas engager les présentations. Pourquoi faire, de toute manière ? Néanmoins, elle parût ne pas l'entendre cette oreille et lui indiqua, avec une vitesse digne d'une mitraillette, qu'elle s'appelait Soah et qu'elle était Yevonite. Le reste ? Il n'y prêta que peu d'attention, au risque de s'agacer. Les Bannisseurs, de ce qu'il en savait, méritait autant qu'on s'occupe d'eux que... Bah que rien en fait. Ils ne le méritaient tout simplement pas.
Mais parce qu'il savait son avis un peu trop biaisé par les précédents évènements, Raiden laissa un vague soupir fuir ses lèvres et se cala un peu mieux contre son fauteuil, derrière lui, avant de se laisser aller à un semblant de sociabilité et de politesse.

Raiden. Je ne suis personne en particulier, né à Kilika, et... Je suis Yevonite seulement parce que c'est ce que ma mère m'a toujours chanté.

Il ferma les yeux un court instant, inspira. Croyait-il seulement réellement en Yevon ? Il n'en avait aucune raison, pour être honnête. Une religion qui amenait ses propres dévotes à l'abattoir pour amener la paix à son peuple lui semblait aussi factice que contradictoire. Aussi hypocrite qu'égoïste, même. Les Invokeurs parcouraient Spira pour apporter la Félicité et l'espoir, certes. Mais combien de familles leurs sacrifies avaient du dissoudre, jusqu'à maintenant ? Et puis, il lui fallait admettre que l'aide, quasi inexistante, qu'il avait reçue des temples lui avait laissé un arrière-goût amer dans la bouche. Mais qui pouvait décemment retrouver toute une famille disparue sans plus d'indices que des noms imprécis ?

Même si j'y crois pas spécialement, ajouta-t-il en haussant nonchalamment les épaules. Mais j'ai mes raisons.

Il accompagna ses mots d'un vague mouvement de main, qu'il fît ensuite doucement glisser dans ses propres cheveux. Sans la regarder. Il n'aimait pas réellement l'idée de se retrouver nez à nez avec une dévote. Encore moins quand il voyait qu'elle avait l'air justement aussi zélée. Ses mouvements étaient semblables à ceux d'une véritable poupée articulée et, s'il ne l'avait pas soulevée un peu plus tôt, il se serait presque demandé si c'était bien de la chair, qu'elle cachait sous sa peau. Effrayant. Tant et si bien qu'il en frissonna, alors que ses yeux se perdaient furtivement sur le visage, blême, de son interlocutrice. Elle était belle, mine de rien. Un peu trop maigre et pâle, mais belle. Ses traits lui semblaient un mélange exotique qu'il n'arrivait pas à réellement à identifier et la couleur particulière de ses yeux ne manqua pas de légèrement le faire tilter. Approximativement de la même couleur que les siens.

Vous êtes humaine ?

Une petite grimaça déforma son visage lorsqu'il se rendît de la vitesse presque ahurissante à laquelle les mots étaient sortis de sa bouche. Foutue curiosité mal branlée.
Désabusée, sa main jusqu'alors dans ses cheveux se glissa sur son visage avant qu'il ne la laisse doucement retomber sur le côté, sans plus la regarder.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 50



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soah

Prêtresse de Yevon

le Sam 29 Juil 2017 - 14:55
Pas vraiment croyant, pour des raisons qui ne regardait que lui. La phrase avait percuté Soah comme un chocobo en furie. Maintenant, elle en était persuadée : Yevon avait placé Raiden sur son chemin pour une bonne raison. Il semblait perdu, comme s'il lui manquait quelque chose. Cette chose était probablement la foi, ou quelque chose de très cher à ses yeux. À partir de cet instant, la jeune femme se jura de l'aider. D'accord ou non. Elle ne serait pas invasive, mais, elle avait le sentiment qu'elle pouvait dissiper l'aura néfaste qui l'accompagnait. La prêtresse était tellement enjouée par cette toute nouvelle résolution qu'elle ne remarqua pas vraiment qu'il l'observait.

La question de sa race vint alors un peu comme un cheveu sur la soupe. Soah n'avait pas honte de sa mixité, bien au contraire, mais cela lui rappelait de douloureux souvenir. Sa mère était une guado et son père, un humain. Et il fallait bien avouer qu'a part quelques détails, elle n'avait rien d'une enfant de Guadosalam. Elle passa une main un peu nerveuse sur sa robe avant de mâchonner tout aussi énergiquement un peu de pain qu'elle n'avait pas rendu avec le reste du plateau.

"C'est étrange, personne ne le remarque vraiment en général, que je suis métisse." dit-elle doucement dans un soupir, alors que les minutes commençaient à se faire un peu longue.
"Ma mère était guado. Mon père est humain. Mais je n'ai pas beaucoup hérité des traits de ma mère. Mes yeux à la rigueur. Et puis quelques petits détails comme par exemple mes oreilles ou ma peau un peu plus pâle que la normale"

Pour appuyer ses dires, la jeune femme releva ses cheveux derrière ses oreilles. Ces dernières étaient légèrement pointues. La base de ses cheveux était irriguée par de multiples veines bleutées qui transparaissaient au travers de sa peau pâle comme du papier de riz.

"Ne soyez pas gêné. Je n'ai aucun souci avec ça." Ajouta-t-elle rapidement avec un sourire réconfortant.
"C'est encore assez rare de trouver des guados Yevonnites, votre surprise vient probablement de là."

La jeune femme passa distraitement ses doigts dans sa longue chevelure dont les mèches les plus longues léchaient le sol. Les mèches revinrent se poser devant ses oreilles, cachant la forme atypique de ses appendices, mais également sa mécanique sanguine. Ce n'étaient pas vraiment les seules choses qu'elle avait hérité de son sang guado, ses membres naturellement noueux et ses doigts plus longs que la mienne en faisaient également partit, mais, Soah n'avait pas réellement envie de se lancer dans une démonstration plus approfondie de sa personne.

"Vous êtes bien loin de Kilika. Si vous n'êtes ni Gardien, ni Bannisseur et encore moins Invokeur, que faites-vous ici ?" demanda-t-elle gentiment tout en se relevant.

Elle laissa filer la question, préférant s'attarder sur l'état de son patient que sur le silence qui s'était installer. Il n'était décidément pas bavard, mais elle saurait le faire parler. Si on pouvait penser que la jeune femme était timide, il n'en était rien. Après avoir vérifié le bandage et que la fièvre baissait, Soah se retourna vers Raiden. Droite comme un i, un léger sourire sur le visage.

"Je sens quelque chose d'étrange flotter autour de vous. Comme une ombre ou un ciel d'orage. Vous semblez avoir été marqué par quelque chose de funeste..." Elle avait cru que l'étrange émanation venait du patient, mais il n'en était rien, la sensation était définitivement plus proche lorsqu'elle était avec lui.

"Vous alliez à Bevelle pour chercher quelque chose ou quelqu'un ? Je connais plutôt bien la ville sainte, je pourrais vous accompagner si vous le souhaitez. Voyager seul, ce n'est pas très amusant, enfin, de mon point de vue. Et qui sait, en chemin vous pourriez trouver ce que vous cherchez et bien plus encore."

Doucement, Soah resserra ses doigts entre eux. Ce n'était pas la première fois qu'elle se verrait envoyer bouler. Les refus d'aides ou de prêches avaient toujours été nombreux, mais avec le temps, et malgré ce qu'elle avait pensé, s'entendre dire qu'elle était une timbrée religieuse ne devenait pas plus facile et lui écorchait toujours le cœur. Bien plus même que l'instrument sur sa cuisse qui était prévu à cet effet.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 40



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Raiden

Monsieur tout le monde

le Dim 30 Juil 2017 - 14:23
Gêné, il ne l'était pas. Curieux en revanche...
Juste ce qu'il fallait pour l'écouter attentivement lui expliquer ce qu'elle était. Il n'avait rien réellement deviné, en vérité. La couleur de ses yeux avait fait tilt dans la tête de Raiden mais à aucun moment il ne s'était douté du fait qu'il pouvait avoir raison, quant au sens sous entendu de sa question. Alors, silencieux comme une tombe, il l'observa lui montrer tant bien ses oreilles que les parties où sa peau laissaient entrevoir qu'elle était aussi fine que livide, sans bouger. Parce qu'il ne comprenait pas lui-même d'où il venait, il observa ses propres mains en se demandant si quelque chose pouvait justifier ses yeux ambrés. Peut-être qu'il n'était pas né à Kilika, après tout. Peut-être que le Mal de Sin avait détraqué jusqu'à ses souvenirs et qu'il venait de plus loin. Peut-être que ses parents n'étaient réellement plus de ce monde et que les morceaux de mémoire qu'il lui restait appartenaient à d'autre personnes, que Sin avait du ravager. Il n'avait aucune idée de qui il était, n'avait pour lui que son nom et la voix de sa mère, pour l'apaiser. Mais sa peau étant bien trop bronzée pour être celle d'un Guado, Raiden écarta cette idée de son esprit et rejeta doucement sa tête en arrière, en soupirant.

Juste avant qu'elle ne confirme sa précédente réflexion sur le fait qu'il n'aimait pas réellement la compagnie des dévotes. Si sa question ne l'avait pas plus touché que de raison, il ne manqua pas de légèrement grimacer aux mots qu'elle ajouta. Quelque chose de funeste ? Les miasmes de Sin lui tournaient encore autour ?  
Raiden grimaça de plus belle, redressa la tête. Il allait à Bevelle pour voyager, pour tenter de trouver à travers Spira, le moindre sur qui il était, et où sa famille pouvait bien se trouver. Incapable d'accepter la potentielle mort de sa famille, il s'était mis en tête de les retrouver, en écartant au maximum l'idée même qu'il puisse peut-être ne jamais les retrouver. Quand bien même cette idée lui rongeait un peu plus le coeur, dernièrement.

— C'est à cause de vos yeux.

Quand bien même les siens possédaient une couleur dorée un peu moins accentuée en comparaison à ceux de... Soah, s'il avait bien retenu, il n'en était pas moins intrigué.
Mais là n'était pas la question et il posa de nouveau son regard sur la jeune femme, lorsqu'elle se proposa de l'accompagner. Incrédule. Est-ce qu'elle tiendrait seulement le coup ? Il n'aimait pas spécialement la compagnie de qui que ce soit, lorsqu'il voyageait. Encore moins si elle lui semblait aussi chétive parce qu'il savait qu'il aurait tendance à trop s'inquiéter. Mais il n'aimait pas non plus l'idée de la laisser dans les pattes d'un crétin comme celui qui décuvait sûrement encore au rez-de-chaussée et, l'espace d'un instant, Raiden se retrouva à maudire ses tendances un peu trop... Chevaleresques. Fait chier.

— Je vais à Bevelle pour essayer d'y retrouver... Quelqu'un... Je crois, admît-il dans un soupir en omettant volontairement le fait que sa recherche ne se limitait pas qu'à une seule personne. C'est tout ce qu'il me reste mais je vais sûrement devoir me faire une raison.

Il n'aimait pas spécialement l'idée d'abandonner. Mais les faits étaient là. Il avait parcouru ce qu'il avait pu, cherché comme il avait pu, et s'il ne les trouvait pas non plus à Bevelle, il n'avait plus aucune réelle idée d'où aller. Au fond, c'était autant sa famille que sa propre identité, qu'il cherchait. Après tout ce temps, ses souvenirs n'étaient plus que de vagues appels qui lui échappaient un peu plus, à chaque jour qui s'écoulait. La voix de sa mère était devenue la frontière entre ce qui lui était réel et ce qui ne l'était pas. Et en dépit de ça, il doutait tout de même de tout ce qu'il était, jusqu'à maintenant. Allant même jusqu'à se demander si c'était bien de Kilika, qu'il venait.  

— Mh...

Il était inquiet, à côté de ça. Tourmenté et perdu dans des réflexions qui le tiraient vers le bas, mais inquiet. Il se savait capable de voyager à peu près sans encombres, à moins qu'ils ne se récoltent une attaque surprise de Sin ou d'un Béhémoth. Il était moins sûr, en revanche, de pouvoir lui éviter d'éventuelles crises d'hypoglycémies ou syncopes dûes au trajet. Et il lui fallait bien admettre qu'elle avait l'air si fragile qu'il avait peur de la casser en deux uniquement en la jetant sur son épaule.

— Venez si vous voulez.

Il avait besoin d'en savoir plus sur ce qui « flottait autour de lui ». Et parce que c'était le cas, il se redressa tout doucement en arrangeant sa veste, nouée autour de ses hanches, avant d'ajouter :  

— Mon village a été ravagé par Sin, quand j'étais plus jeune. Il ne me reste rien hormis de vagues souvenirs de ma famille et... La voix de ma mère, parfois.

Il n'aimait pas l'idée de s'ouvrir, pas plus qu'il n'aimait celle d'autant discuter. Mais il était curieux et, d'une certaine façon, cherchait sûrement de l'aide indirecte à travers Soah.
Si elle pouvait l'éclairer, ne serait-ce qu'un peu, il ne voyait aucun inconvénient à jeter son asociabilité au placard, le temps d'une discussion. Juste ce qu'il lui fallait pour peut-être savoir où aller.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 50



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soah

Prêtresse de Yevon

le Ven 4 Aoû 2017 - 10:11
Petit à petit, il semblait qu'ils nouassent un lien. Raiden s'ouvrait à Soah, pour le plus grand plaisir de la jeune femme, trop heureuse de trouver quelqu'un a aider sans être repoussée. Voyager ne la dérangeait pas plus que ça, bien au contraire, sa curiosité naturelle se réjouissait de la perspective d'un cheminement. Et puis, aller à Bevelle était aussi une opportunité pour aller au temple et prier. Dans la plaine, il n'y avait ni temple ni idole à adorer, ce qui n'était pas toujours évident pour une personne aussi religieuse. Son rôle ne lui permettait pas vraiment de faire le chemin régulièrement. Et puis, il fallait bien avouer que la jeune femme était persuadée que c'était Yevon qui avait placé cette brebis égarée sur son chemin. Et cette mission lui semblait bien plus noble que de faire la leçon aux Bannisseurs, qui ne voulaient pour la plupart, pas de son aide.

"Vous n'êtes pas sûr de qui vous cherchez... Se pourrait-il que vous soyez atteint du mal de Sin ?" Demanda-t-elle doucement en décroisant ses doigts.
"Les sages de Bevelle pourront très certainement vous aider dans ce cas. Ces hommes connaissent beaucoup de choses sur ce monde, mais aussi sur les mystères qui le jalonnent. Nous, je veux dire, l'église ne comprend pas encore l'origine de cette... Épreuve, mais je pense que nous pourrons avoir quelques informations en allant au grand temple."  

Aux yeux de Soah, il n'y avait pas un destin plus triste et cruel que d'être atteint du mal de Sin. Perdre son passé, était une chose qu'elle n'envisageait pas. Tous les précieux souvenirs de son enfance, de sa mère... Bon ou mauvais, avait fait d'elle la personne qu'elle était aujourd'hui et, elle était fière de pouvoir assumer son passé. Ainsi, une vague de compassion à l'égard de Raiden envahit son cœur. L'aider était devenu essentiel. Le reste n'importait plus : tant pis pour les Bannisseurs ! La jeune femme poussa un soupir après avoir gonflé au maximum ses poumons.

"Je ferais tout pour vous aider, je vous le promets." Dit-elle tout en se rapprochant de lui.

Elle plongea son regard dans le sien, un sourire rassurant sur le visage. Elle avait beau être fragile, il n'en était rien. Sa faiblesse physique était compensée par une détermination sans faille et un coeur qui refusait de se laisser aller aux sentiments négatifs. Soah essayait de lui transmettre un peu de cette force, de cette envie alors qu'elle détaillait un peu plus en avant le visage qui était sous ses yeux. Elle avait l'habitude de voir des mâles, de toutes ethnies et de tous les genres. Mais Raiden avait un petit quelque chose en plus qui lui donnait un charme indéniable et il était difficile de réellement soutenir son regard. Alors, pudiquement, elle détourna les yeux, les joues légèrement rosées.

"Je déteste... Dire ce genre de choses, mais si nous ne trouvons rien à Bevelle, nous devrions aller à Guadosalam."  Commença-t-elle en ouvrant un peu plus la fenêtre pour que l'odeur de chair morte, qu'exaltait l'Invokeur évanouit, ne s'installe pas trop dans la pièce.
"Les morts répondent toujours à l'appel lorsque notre cœur appelle." Ponctua-t-elle sobrement.

La jeune femme ignorait s'il se souvenait de beaucoup de choses. Et à vrai dire, elle espérait qu'il ait encore quelques souvenirs sur le fonctionnement de ce monde et notamment sur l'Aude-là. Son petit doigt lui disait qu'il avait probablement oublié et qu'il ne s'y était pas rendu. Bien qu'à moitié Guado, la ville-arbre n'était pas un endroit dans lequel elle aimait aller. Aux yeux de beaucoup, elle était une paria, une sang-mêlée, l'abomination d'un humain et d'une fille de la nature. Soah n'avait jamais vraiment connu ses grands-parents maternelles et ne savait même pas s'ils étaient encore en vie. Il y avait quelques brides de souvenirs, mais pas assez pour savoir si les rictus étaient de la haine ou du dégoût, pour cette enfant qui n'avait rien de Guado.

"Je vais devoir retourner au QG pour préparer le voyage, mais également emprunter un chocobo. Je ramènerais le capitaine par la même occasion, les hommes ne se doutent probablement pas de son état. Vous pouvez m'accompagner si vous le voulez."  

Soah se pencha une dernière fois sur son patient, cherchant un signe de régression ou d'infection. Mais il semblait qu'avec du repos et des bons repas, l'Invokeur était sauvé. Maintenant, il fallait savoir s'il était prêt à continuer son périple, ce qui n'était pas assuré en vue des blessures qu'il avait. La chair, se montrait beaucoup plus forte que la foi dans certains cas. La jeune femme soupira doucement en changeant le linge d'eau fraîche sur son front.

"Si vous ne souhaitez pas venir avec moi maintenant, je vous retrouverais à cette auberge d'ici deux heures. Quand dites-vous ?" Demanda-t-elle tout en passant la porte.

Bien qu'elle attendait, une réponse, la prêtresse continua d'avancer. L'auberge n'était pas grande et elle arriva rapidement dans la salle commune. Plusieurs personnes étaient accoudées au comptoir, buvant une bière ou deux tout en mangeant un peu de ragoût. Soah ne vit pas une trace du capitaine. Un employé l'interpella puis, lui signala que le bougre ronflait encore dans l'enclos des chocobos. Cette journée était décidément une des plus passionnantes de son existence, et ce, depuis longtemps...

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant