Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Is this the beginning of some kind of thing ? [PV Raiden]

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 15



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soah

Prêtresse de Yevon

le Mer 14 Juin 2017 - 22:31
Ce matin-là, comme tous les autres, Soah s'était levée tôt. Le soleil ne donnait pas encore de reflet doré a l'herbe de la plaine Félicité que la jeune femme était déjà prête. Impeccablement habillée dans sa robe de prêtresse tandis que tous les autres occupants du quartier général de Bannisseurs dormaient encore. Elle ne pouvait guère leur en vouloir, leur travail était plus que fatiguant comparé au siens. Être seule lui permettait de faire le vide dans son cœur, mais également d'entretenir une certaine routine matinale. Après avoir mangé le plus frugalement possible, la religieuse allait prier avec diligence jusqu'à ce qu'elle entende un peu de vie dans les couloirs. Si la majorité de ses partenaires ne se montrait pas être de fervents croyants, elle essayait tout de même de répandre la bonne parole lors du petit-déjeuner tout en s'inquiétant de l'état de santé de chacun. Cela ne faisait qu'une poignée de mois qu'elle avait été affectée ici, mais elle considérait déjà de son devoir de prier pour les membres de la communauté. Certain lui prêtait une oreille attentive et les autres – qui composaient la grande majorité, l'ignorait. Cette situation, était loin de la déranger. Cette distance lui permettait d'avoir de longs moments de calme lors qu’aucun blessé ne se présentait à elle où à l'auberge de la Plaine.

Durant ces périodes creuse, elle occupait principalement ses journées par des prières et d'autres preuves de foi dont elle avait le secret. Soah, trop faible pour se battre ne sortait jamais sans escorte, mais les patrouilles matinales étaient toujours une bonne occasion de sortir. Les Bannisseurs éradiquaient les montres du chemin des pèlerins et aidaient les Invokeurs perdus. Ce n'était pas rare de trouver des petits groupes campant dans l'immense plaine, légèrement désemparés. Soah ne pouvait que trop les comprendre, la verdure s'étendait à perte de vue et peu de végétation avait réussi à percer. Quelques timides fleurs d'ici et là, mais majoritairement, les rochers composaient les seules variations du terrain. Beaucoup de gens trouvait cet endroit déprimant. Soah, elle le retrouvait reposant et plein d'espoir. C'était ici que se livrait de terribles batailles face à Sin et que Spira connaissait la délivrance. Bien que dévote, elle n'avait jamais songé à devenir Invokeure : perdre la vie en combattant Sin était certes louable, mais elle, elle voulait dédier sa vie à la religion ainsi qu'au bien qu'elle apportât à ce monde.

C'est alors qu'un petit groupe se dessina au loin. Leurs silhouettes se précisèrent rapidement trahissant leur hâte. D'abord sur leurs gardes, les Bannisseurs dégainèrent leurs armes, campant solidement sur leurs positions en cas d'attaque. Mais rapidement, les cris de réjouissances des inconnus mirent fin à cette attitude défensive. Les deux hommes s'approchèrent en trottinant, essoufflés et dégoulinants de sueur. Le chef de patrouille s'avança.

« Vous avez besoin d'aide ? Leur demanda-t-il sans guère de cérémoniel.
- Nous sommes Gardiens ! Notre Invokeur a été blessé par un monstre lors de la traversée de la Plaine. Nous l'avons laissé avec une autre personne à l'Auberge, mais il est mal en poing... On nous a dit que le QG avait une prêtresse qui pouvait soigner les gens, nous étions venus la chercher !
- C'est moi, murmura Soah tout en s'avançant, il n'y a pas de temps à perdre. Capitaine, puis-je vous demander de m'accompagner ?
- Comme ci, j'allais te laisser y aller seule...
- Bien, alors, nous y allons ?
- Messieurs, continuez la patrouille puis retourner au centre de commandement pour prévenir les autres. Avec un peu de chance, nous ne serons pas long. »

Les autres soldats acquiescèrent d'un hochement de tête. Soah et le capitaine suivirent les deux hommes qui les remerciaient chaleureusement. Heureusement, l'Auberge n'était pas très loin et faisait partit du chemin que la patrouille avait emprunté. Mais, il restait encore au moins trois-quarts d'heure de marche en pressant le pas. Les inconnus, Soah et le Bannisseur épiloguèrent peu une fois le temps des remerciements passé. Une ambiance pesante s'installa à mesure que l'auberge se dessina au lointain. La soigneuse ignorait la graviter de la plaie et les soins qu'elle devrait apporter, mais, quelque chose lui disait que cette intervention ne serait pas une partie de plaisir et que le sort de l'Invokeur serait sans doute plus entre les mains de Yevon que des siennes.

Une fois sur place, on la libéra de ses affaires. L'Auberge était simple, rustique mais chaleureuse. Il n'y avait pas beaucoup de chambres, car peu d'Invokeurs tentaient de traverser la plaine au même moment. Visiblement paniqué, l'aubergiste avait délaissé la plupart de ses clients pour tourner et viré en rond. Que dirait-on de son établissement si quelqu'un venait à mourir ici ? La majorité trouverait alors refuge au QG des Bannisseurs, qui eux, avaient le mérite d'avoir un soigneur et beaucoup de place depuis la victoire de Lady Yocun. Soah ne s'attarda pas vraiment sur les gens présents, se contentant de saluer la masse attroupée dans le hall, en se signant. Rapidement après, on la conduisit dans la chambre où, sur un lit, un jeune homme était allongé. Ce dernier, comme elle le craignait avait l'air d'être dans un piteux état. D'après leurs affaires, il n'y avait aucun mage blanc dans leur groupe, capable de soigner et panser les blessures.

Soah s'approcha du lit et pendant quelques minutes, observa. Une large plaie déchirant le flan du malheureux. Beaucoup de sang s'était échappée de la plaie si elle en jugeait par la couleur de ses vêtements. La magie ne pourrait rien pour lui. Il fallait opérer.

« J'aurais besoin d'une aiguille, de fil, d'eau-chaude et d'alcool fort» demanda-t-elle calmement auprès d'un des gardiens. Ce dernier ne s'interrogea pas sur les raisons de la demande et se contenta de détalé dans le hall.

« Vous m'entendez ? Dit-elle en plaçant sa main gauche dans celle du patient et la droite en compression sur la blessure.
- O..Oui, articula le blessé dans un souffle rauque.
- Je vais devoir vous recoudre. Ça risque d'être légèrement douloureux, mais ne vous en faites pas, Yevon ne vous rappellera pas aujourd'hui ! »

Ce qu'elle avait demandé lui fut apporter quelques minutes plus tard. Étrangement, l'alcool avait été la chose la plus compliquée à fournir. Soah commença par stériliser l'aiguillé en la passant dans les flammes d'une bougie allumée dans la pièce, puis en l'aspergeant d'alcool. La sature commença. Chaque coup d'aiguille, aussi bien dans le corps que sur ce dernier déclenchait une myriade d'insultes. Les gigotements du patient n'étaient pas les bienvenues, mais elle fit de son mieux. Finalement, une heure plus tard, la jeune femme s'en sortait victorieuse. Elle appliqua avec soin un cataplasme a baise de plantes destinées à une guérison plus rapide avant de se relever.
Bien que maculée de sang et l'épuisement, elle gardait son sourire. Elle salua respectueusement les Gardiens, avant de sortir de l'Auberge. La matinée était déjà bien entamée. Son corps, libérer de l'emprise de l'adrénaline commença doucement à se faire distant. Ses doigts devinrent froids et ses sens se troublèrent. Elle tendit la main vers l'arrière, cherchant un appui. Une barrière de l'enclos des chocobos rencontra ses doigts. Sa poigne était molle. Elle se laissa tomber doucement conte celle-ci a défaut de pouvoir la saisir. Un frisson secoua son échine : se serait un comble, si maintenant, c'était elle qui avait besoin de soin.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 10



Sorts & compétences

Raiden

Monsieur tout le monde

le Jeu 15 Juin 2017 - 11:53
Raiden n'avait jamais aimé la Plaine Félicité. Trop vaste, trop lourde de sens, trop pleine de souvenirs eux même porteurs d'espoirs généralement dévastés à chaque fois même que Sin réapparaissait. Il aimait, toutefois, son étrange sérénité et le calme plat qui y régnait. Malgré les Invokeurs, tous plus démotivés les uns que les autres, qu'il avait vu défiler. Certains abandonnaient, d'autres se remettaient en doute. Rares étaient ceux qui avançaient et, finalement, il avait trouvé là une énième raison au pourquoi du comment il refusait obstinément de mettre son arme au service d'un Invokeur. Risquer sa vie pour une personne qui prétendait être prête à perdre la sienne lui convenait. Voir ladite personne abandonner l'aurait passablement irrité et Yevon seul savait comme il était assez déconseillé de jouer avec ses nerfs.

Raiden ferma les yeux. S'en préoccupait-il réellement, au fond ? Il s'était arrêté ici pour faire une pause, se ressourcer avant de repartir sans trop savoir où il allait, qui il était. Il n'avait qu'à peine discuté avec le tenancier de l'auberge et limitait tout contact social à de simples échanges de politesse, auxquels il coupait court dès qu'il se sentait un peu trop sollicité. Sa franchise abrupte était, pour ainsi dire, son seul moyen d'obtenir la paix et il ne manquait jamais de l'utiliser. Pourquoi ? Lui-même ne le savait pas, au fond. Il regrettait ses parents, ses frères et soeurs, et tous les souvenirs que Sin avait éparpillés. Cela ne l'empêchait pourtant pas de s'attacher, à qui que ce soit. Il ne s'en empêchait pas. Disons juste qu'il n'en voyait pas l'intérêt.

E-Excusez-moi, vous avez de l'alcool ?

Raiden retînt de peu un petit haussement de sourcil interloqué. De l'alcool ? Il avait l'air, affalé dans un enclos à Chocobos, d'avoir de l'alcool ?
Blasé, il se retourna en laissant un grognement fuir ses lèvres, espérant là que son interlocuteur comprenne qu'il n'était ni disposé à lui parler, ni en possession de ce qu'il recherchait, et un vague soupir soulagé lui échappa lorsqu'il l'entendît s'éloigner. Il n'était absolument pas d'humeur. Mais lui arrivait-il seulement d'être humeur, en vérité ?

Sa tranquillité troublée par les hurlements d'un abruti, dans l'auberge, ne manquaient pas d'attiser sa contrariété et, sèchement, Raiden se redressa en se jurant presque d'abréger les souffrances de cette chochotte qui ne manquait pas de faire savoir, un peu trop bruyamment, qu'il souffrait. Combien de fois s'était-il lui même retrouvé gravement blessé ? Il avait arrêté de les compter et, pour être honnête, avait même fini par croire qu'il avait un petit Yevon flottant au-dessus de sa tête. Appelez ça comme vous voulez, la chance, le karma, peu lui importait, au fond, tant qu'il survivait.

Lorsque les hurlements s'arrêtèrent finalement, Raiden se laissa retomber dans le petit tas de foin où il avait trouvé refuge, ferma les yeux et... Au diable sa tranquillité puisqu'un petit mouvement sur sa droite lui fît remarquer qu'il n'aurait pas l'occasion de s'abandonner au sommeil avant un petit moment.
Un peu plus blasé qu'avant, il rouvrît un oeil pour le glisser en direction du léger froissement parvenu à ses oreilles, haussa un sourcil.

... Hé, lança-t-il premièrement en se relevant légèrement pour s'épousseter.

Il n'aimait pas ça. Du tout même. Elle aurait été un homme, il l'aurait sûrement laissée là où elle était. Mais sa mère lui avait appris que les femmes étaient aussi délicates que fragiles et, allez savoir pourquoi, même Leanne tendait à éveiller chez lui un certain instinct légèrement trop protecteur. Et celle-là, à défaut d'être criarde, avait l'air d'être sur le point de presque s'évaporer tant elle était blême.

Alors, sans un mot, Raiden étira brièvement ses muscles et se hissa par-dessus la barrière pour vaguement constater l'état dans lequel elle était. Du sang. À la bonne heure.
Les sourcils légèrement froncés au-dessus de son regard ambré, le jeune homme glissa une main ferme mais non moins tendre contre l'épaule de la petite brune sous ses yeux, puis éclaircît vaguement sa gorge.

Si t'es encore consciente, regarde-moi.

Moyen rapide et simple de savoir si oui ou non elle l'entendait. Auquel cas, il aurait juste à la jeter sur son épaule et la ramener à l'intérieur de l'Auberge, juste à côté. Ou à éventuellement y aller un peu plus délicatement et tout simplement l'aider à marcher.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 15



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soah

Prêtresse de Yevon

le Mer 21 Juin 2017 - 9:38
Tout lui semblait distant, comme si tout son être était entouré d'un épais manteau de brume. Les sensations s'envolaient une à une, quittant ses nerfs. Il lui apparaissait évident maintenant qu'avec tout ce stress et le flux d'adrénaline qui s'était déversé dans son corps, elle faisait de l'hypoglycémie. Rien de bien grave en temps normal. Soudainement, une pression s'exerça sur son épaule et une voix perça le voile qui la séparait de la réalité. Consciente, oui, elle l'était. Mais pouvait-elle avoir confiance ? Sans doute. Cet homme n'était surement pas là par hasard et leur rencontre, un fruit de Yevon.
Sans un mot, elle tourna lentement la tête. Son regard était légèrement flou, trahissant que son esprit était à la limite de la conscience. Ses lèvres, d'ordinaires naturellement rouges, étaient presque de la même couleur que sa peau. La prêtresse faisait peine à voir, il fallait bien l'avouer.

Soah ferma les yeux en avalant doucement, pour se redonner un peu de consistances. Ses mains, encore tâchées d'un sang qui ne lui appartenait pas, cherchèrent à nouveau la barrière pour s'y accrocher. Son interlocuteur avait beau être - d'après ce qu'elle arrivait à discerner, un homme charmant, elle n'avait pas envie de donner l'image d'une faible créature pour autant. Elle passa nerveusement sa langue sur ses lèvres sèches avant de finalement, verrouiller son regard au siens. Pour lui prouver qu'elle était encore là. Malgré la situation, ses joues s'empourprant légèrement. Les rencontres avec des inconnus de sexe masculin n'étaient pas vraiment son fort : il avait fallut plusieurs semaines avant qu'elle ne se sente un minimum à l'aise auprès des membres des Bannisseurs.

"Je..." Articula-t-elle doucement, le regard perdu.
"Je... Je crois que j'ai besoin de manger quelque chose..." Avoua-t-elle du bout des lèvres.

Elle resta silencieuse après ça. N'arrivant pas vraiment à fixer un point précis du faciès de son interlocuteur. Il lui semblait qu'il n'était pas un gardien. Un simple voyageur comprendrait sans doute. Mais il semblait différent. Malgré son évidente beauté, il y avait quelque chose de nostalgique et de triste dans sa personne. Yevon avait sans doute dû lui imposer bien des épreuves afin de forger sa foi et son être, songea Soah en détournant le regard. Peut-être que Dieu l'avait conduite à elle pour ses raisons ? Peut-être avait-il besoin d'un peu de foi dans son existence.
C'est à ce moment-là que des heurs se firent entendre dans l'auberge. Joyeux, pour la plupart, d'après ce qu'elle pouvait encore distinguer. L'Invokeur était sauvé et les clients étaient nombreux dans l'établissement : l'assemblée devait probablement porter un toast. Un faible sourire se dessina sur les lèvres de la prêtresse : elle avait accompli son rôle, redonné un peu d'espoir et de joie à la population.

La porte s'ouvrit et le Bannisseur qui l'avait accompagné apparut. Un large sourire illuminait son visage tandis qu'il prenait une gorgée d'un liquide jaunâtre provenant d'une outre. Il ne porta tout d'abord pas attention aux deux jeunes gens et se contenta d'observer la plaine. Puis, alors que son intérêt revenait vers l'auerge, il remarqua Soah et l'inconnu. Son rictus se fit alors beaucoup plus large alors qu'il s'avançait vers eux.

"On cherche un peu de réconfort après l'opération, prêtresse ?" Lâcha-t-il avant de se resservir une nouvelle fois en boisson. "Et moi qui croyait que vous finiriez par tomber sous le charme d'un des nôtres, il va y en avoir des coeurs brisés !" Ajouta-t-il avec un rire lourd de sens.

Le visage de Soah s'empourpra. Puisant dans ses dernières ressources, elle se releva avec peine. Ses jambes n'étaient plus que deux longs fuseaux tremblants, pouvant à peine soulever son poids. Son corps famélique n'était pas bien imposant, mais l'effort n'en était pas moins réel. Quelques mèches de ses cheveux s'échappèrent de sa tresse, lui donnant une apparence brouillonne.

"Ne dites pas... Des choses qui... Pourraient embarrasser... Cette... Personne... Capitaine." Articula-t-elle difficilement.

En guise de réponse, elle n'obtenu qu'un rire. Le Capitaine se méprenait sur la nature de leur relation et l'alcool obscurcissait son jugement. Malgré la fatigue et son état, cela agaçait profondément la jeune femme. Son cœur, bien que pompant déjà à bon rythme, s'emballa un peu plus. Sa main quitta la barrière pour que son poing se referme. Ses petits gestes étaient une vaine tentative de se donner un peu d'aplomb. Le Capitaine porta une nouvelle fois la boisson à ses lèvres, buvant de longues et importantes gorgées. Il commençait à dégager une forte odeur d'alcool et son regard n'était guère plus vif que celui de Soah. Le Bannisseur détourna son attention de la prêtresse, préférant fixer son attention sur l'inconnu.

"Et vous êtes qui, vous ?" Il ponctua sa phrase d'une éructation bruyante et odorante avant de s'approcher de la barrière avant de s'y adosser avec désinvolture.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 10



Sorts & compétences

Raiden

Monsieur tout le monde

le Jeu 22 Juin 2017 - 16:25
Manger.

C'était tout ce qu'il avait retenu, qu'elle avait besoin de manger. Le reste ? Il s'en fichait. À vrai dire, il avait cessé d'écouter le nouveau venu dès l'instant même où il avait commencé à émettre des hypothèses aussi stupides que déplacées. Ou tout du moins, il s'en serait foutu si elles n'avaient pas achevé de légèrement secouer la jeune femme qui, aussi maladroitement que vainement, tentait de reprendre consistance, près de lui.

Il n'avait pas à se justifier, devant qui que ce soit. Il ne savait pas qui elle était, ni même par quel concours de circonstances elle avait pu atterrir ici.
Elle avait simplement besoin d'aide et il avait voulu la lui donner, non sans retenir de peu un petit soupir désabusé lorsqu'il l'entendît sauter à pieds joints dans la tentative de taquinerie du... C'était quoi au juste ? Un guerrier ? Sûrement. Son manque flagrant de savoir vivre amenait cependant le jeune homme à sincèrement douter des raisons pour lesquels il portait l'épée et, si Raiden n'en pipa pas mot, il n'en pensait pas moins. N'en montrait pas moins, même, au vu des regards, peu avenants, qu'il lui lançait.

Il la connaissait, visiblement. Pourtant, il n'avait pas l'air plus décidé que ça à abandonner son alcool pour l'aider. De quoi légèrement alimenter le mépris déjà léger que le jeune homme éprouvait pour lui.

Ne dites pas... Des choses qui... Pourraient embarrasser... Cette... Personne... Capitaine.

Un capitaine ? Ça ? Les yeux de Raiden s'arrondirent légèrement, autant d'incrédulité que de curiosité. À croire qu'à peu près n'importe qui pouvait être à la tête d'une quelconque d'armée, de nos jours... Les miasmes de Sin faisaient visiblement des ravages, et pas que sur lui, apparemment.
Blasé, le métissé détourna totalement son regard du personnage pour le reporter sur la jeune femme qui, à côté de lui, tournait de plus en plus au cadavre ambulant. La question de qui il était ? Elle lui était passée au-dessus de sourcils comme de tout le reste. Il n'était pas là pour bavasser et, comme pour le prouver, Raiden se contenta simplement d'un vague signe en direction de ladite prêtresse, juste le temps de vérifier qu'elle était encore en vie, avant de murmurer :

Je vais vous aider à marcher.

Le visage toujours aussi fermé, Raiden se rapprocha alors silencieusement afin de glisser son bras autour de la taille de la brune, grogna... C'est qu'elle était minuscule et qu'il n'en menait pas large, à essayer de l'aider du haut de son mètre quatre-vingt.
Alors, avec une délicatesse à peine mesurée, il enroula un peu plus convenablement son bras autour d'elle avant de glisser l'autre sous ses cuisses, afin de la soulever de terre, sans se soucier de si oui ou non la situation lui convenait. De toute manière, au vu de l'état dans lequel elle était, elle ne semblait pas réellement en mesure de protester. Restait désormais à trouver de quoi la remettre d'aplomb et... Ah, il avait presque oublié le grotesque personnage à sa droite.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité