Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Is this the beginning of some kind of thing ? [PV Raiden]

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 80



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soah

Prêtresse de Yevon

le Mer 28 Mar 2018 - 9:51
Perdue dans les chemins étriqués de ses souvenirs, Soah entendit qu'il lui répondait gentiment malgré tout. Qu'importe le choix qu'il ferait, elle pouvait subvenir aux besoins de son compagnon de route. L'argent n'était pas vraiment un souci et ne l'avait jamais été, pour elle. Cet héritage pécuniaire ne lui plaisait pas particulièrement ; sauf si elle pouvait le dépenser en aidant autrui. Une bonne partie des pauvres de Bevelle pouvait en témoigner, « Soeur Sourire » avait toujours été là pour eux, juste avant qu'elle soit envoyée auprès des Bannisseurs. Certains avaient pleuré ce jour-là.

Ohly émit un léger glapissement, Raiden avait dû lui dire quelque chose qui ne lui plaisait pas. L'animal était bien plus intelligent qu'il n'y paraissait. Un léger sourire se dessina sur les lèvres de Soah, sans réellement savoir pourquoi son visage se muait dans un tel rictus. C'était une habitude, une convention, ni plus ni moins.
Les teintes bleutées de la forêt commencèrent à les encercler et en s’engouffrant dans l'orée d'une clairière, la température chuta doucement, réveilla l'épiderme de la prêtresse. Le Bois, la nature, la forêt... Tout cela avait une odeur particulière, une mélopée spécifique, que le cœur Guado de Soah ne pouvait qu'apprécier. Elle inspira à plein poumon, sentant le givre envahir ses muqueuses avec une légère piqûre aussi cruelle que délicieuse. Elle allait se retourner pour faire part de ce sentiment à Raiden, lorsqu'elle remarqua qu'il semblait sur ses gardes.

Soudain, il intima à son chocobo de s'arrêter ; l'animal couina légèrement, mais se laissa tout de même faire. La main contre l'arme qui ceignait sa taille, Raiden semblait près à en découdre. Soah descendit doucement de son chocobo qui instinctivement s'était lui aussi immobiliser. Le cœur battant à tout rompre, elle ajusta timidement les bracelets qui couvraient ses poignets et qui lui servaient de moyen de défense. Sa déglutition devint difficile et elle se resserra encore un peu plus lorsqu'une masse déferla sur eux.
Les yeux de Soah se fermèrent sous le bruit de l'impact du dos de Raiden contre le sol gelé. Le sifflement étrange du monstre lui prouva que tout cela n'était pas un mauvais rêve ni une blague. Les Iguanor n'étaient pas les monstres les plus farouches, mais ils étaient rapides, sournois. Leur corps dépourvu de protection lui garantissait une certaine mobilité au détriment de leur défense. L'animal ouvrit la gueule, comme pour sentir l'odeur de la proie qu'il avait sous-lui.

Une légère hésitation naquit dans l'esprit de Soah. Raiden savait se battre, c'était un fait. Il était, certes en mauvaise posture, mais il pouvait peut-être renverser la situation. Mais d'un autre côté, les mâchoires étaient si proches et si mortelles... L'inconscience prit donc le pas sur la raison et la prêtresse se saisit d'une petite pierre qui traînait là et l'envoya de toutes ses forces sur la créature. Le premier jet manqua sa cible, qui ne prit même pas attention à cette provocation, mais le deuxième projectile qu'elle envoya trouva le chemin de la tête du monstre, qui aussitôt, darda son regard globuleux sur elle.
Les monstres de la créature se bloquèrent pendant un instant. Puis, de toute sa force, elle sauta vers l'avant, se dégageant de Raiden pour venir serpenter jusqu'à Soah. La jeune femme eut le réflexe de bloquer la première attaque, en solidifiant les voilages qui étaient accrochés à ses bracelets à l'aide de la magie, cependant, la force de l'attaque l'empêcha de rester concentrée et sa garde vacille pendant quelques secondes qui suffirent à créer une ouverture dans sa défense. L'Iguanor en profita, lui assénant un coup de griffe au mollet. Soah ne réalisa pas tout de suite qu'elle était blessée ; l'idée s'installa dans son esprit lorsqu'elle se sentit devenir plus faible et lorsque l'odeur du sang frais se faufila jusque dans ses narines. Son sang, étrangement presque violet, offrait un contraste plus que saisissant sur le sol glacé de la forêt de Macalania.

Soah essaya de se reculer un peu, pour ne pas laisser une seconde chance à la bête. Mais son corps était lourd. La peur l'immobilisait cruellement. Sa gorge se noua et elle ferma les yeux lorsqu'elle vit la créature attaquer pour la troisième fois. Elle attendit la mort, mais elle ne vint pas. Le cri spectral des furolucioles se mit à envahir l'espace. L'Iguanor devint translucide, puis explosa dans une nuée de lucioles lumineuses. La prêtresse leva les yeux vers Raiden, mais elle ne sut pas déchiffrer son expression. Lentement, sa vue se brouilla tandis que son ouïe se ferma au monde. Puis tout devint noir.

***

Le bruit d'une source d'eau dégringolante, libre, la tira petit à petit de l'inconscience. Elle n'avait pas rêvé. Elle n'avait pas vécu à nouveau les événements récents. Il n'y avait eut que le vide et cette impression tendre et cotonneuse. Soah ouvrit les yeux. Sa vision fut d'abord trouble, puis, elle revint à la normal. Les reflets orangés ainsi que le crépitement familier d'un feu de bois lui parvinrent. Le sol était recouvert de glace sans être froid. Avec lenteur, elle releva le buste. Ohly veillait dans un coin, roulé en boule dans sa fourrure. Mais, à première vue, Raiden n'était pas là.

La jeune femme essaya de se relever, mais une douleur terrible au niveau de sa jambe blessée la foudroya sur place. Quelques gouttes de sueur perlèrent sur son front. Et soudain, elle se rappela que les griffes des Iguanor étaient porteuses de bien des toxines. Elle observa son mollet, la plaie n'était pas très belle, mais elle guérirait avec des soins adéquates. Elle poussa un soupir, essayant une nouvelle fois de se mettre debout, sans succès.

« Ohly, où est ton maître ? » demanda-t-elle plus pour elle que pour obtenir une vraie réponse. L'animal s'étira doucement et s'approcha un peu, tout en gardant une distance respectable vis-à-vis du feu.
« Tu vois cette eau ? » le questionna-t-elle en attirant l'attention du renard vers l'étendue d'eau qui n'était pas très loin.
« Ce n'est pas un liquide ordinaire. On peut bien sûr, le boire et s'en servir pour beaucoup de choses, mais il sert également à fabriquer les vidéosphères. » expliqua-t-elle doucement.

La douleur semblait moindre, lorsqu'elle parlait. La solitude également, en attendant l'éventuel retour de Raiden.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 75



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Raiden

Monsieur tout le monde

le Ven 30 Mar 2018 - 12:09
Au final, l'Iguanor s'était avéré bien plus problématique pour Soah que pour lui-même.
Si Raiden aurait, en temps normal, salué son entreprise et son courage, la frustration qui nouait ses muscles avait eu vite fait d'étouffer tout le reste et ce fût avec une culpabilité presque palpable qu'il acheva de nettoyer le morceau de chiffon qu'il tenait entre ses doigts. Il l'avait senti arriver. Pourtant, et parce qu'il n'avait pas été assez vigilant, l'animal avait eu bien assez de temps pour le surprendre lui en plus de Soah. Le fait qu'il ait été pris de court ne le dérangeait pas plus que de raison, en vérité. C'était davantage l'état dans lequel se retrouvait la prêtresse, qui le contrariait. Il ne pouvait pas nier qu'il s'inquiétait d'ailleurs tout de même un peu. Elle était fragile, en dépit de son caractère parfois affirmé. Et il n'était pas réellement prêt à la moindre situation impliquant une autre vie que la sienne. Certes, elle ne risquait pas de mourir du fait d'une seule blessure, mais l'idée même qu'il n'ait pas été capable de la défendre convenablement une fois lui laissait un arrière goût bien trop amer sur la langue. C'était précisément pour cette raison qu'il ne tenait pas à devenir Gardien. Être responsable de la vie de quelqu'un d'autre ? Sûrement pas. Pourtant, c'était en partie ce qu'il avait accepté en lui accordant de l'accompagner, quand bien même le combat n'était pas fait pour elle.

Frustré, Raiden se redressa finalement au bout de quelques minutes à intensément fixer le morceau de tissu entre ses mains, arraché à ses réflexions par l'éclat de la petite voix de Soah, un peu plus loin. Il avait eu besoin d'un peu de temps seul, et l'entretien du chiffon qu'il comptait employer au nettoyage de la plaie de sa compagne de route justifiait bien assez son absence, quand bien même son visage le trahirait probablement.
Ce fût sur cette pensée qu'il regagna leur petit campement improvisé au bout d'un long quart d'heure, une main contre sa nuque afin de doucement la défaire de la tension qui s'y était installée. « Vous êtes réveillée depuis longtemps ? » Question stupide, mais qui avait au moins le mérite d'annoncer sa présence. Ohly lui lança un regard au creux duquel Raiden crût presque déceler un semblant d'exaspération, sans pourtant prendre la peine de s'y attarder. « Je vais vous la nettoyer, mais vous savez aussi bien que moi qu'il faudra au moins un Esuna. » Sur ces mots, il déchira le textile entre ses mains afin de lui en tendre un morceau, puis s'accroupit près de ses jambes le temps de constater l'ampleur des dégâts. Loin d'être agréable à regarder, la plaie devait sûrement se présenter comme étant aussi douloureuse que laide et Raiden ne pût retenir la grimace désolée qui déchira son visage.
En soi, elle n'en garderait probablement pas grand chose. Mais il n'était pas doué de magie et il comptait sincèrement sur elle pour s'occuper d'au moins purifier le poison qui s'incrustait certainement dans sa chair, à l'heure actuelle. « Dites moi si je vous fais mal. » Sa voix s'était radoucie malgré lui, sûrement du fait d'une culpabilité qu'il tentait d'étouffer et, sans un mot de plus, il entreprit de doucement commencer à la nettoyer de toute éventuelle crasse qui s'y était infiltrée. Ohly vint se rouler en boule près de lui et il ignora volontairement l'envie furieuse qu'il avait de perdre ses doigts dans son pelage, le temps d'au moins se calmer. La frustration tendait ses muscles et rendait ses mouvements bien assez incertains pour qu'il ait peur de plus la blesser. Au final, ce n'était rien de grave. Mais c'était bien assez pour lui montrer que sa vigilance laissait cruellement à désirer. « Si vous avez besoin de vous reposer, ne vous en privez pas. »

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 80



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soah

Prêtresse de Yevon

le Dim 1 Avr 2018 - 10:30
Discuter à sens unique avec un animal avait ses limites, surtout lorsque la fièvre commençait à vous gagner. Soah en faisait la cruelle expérience. Le monde était un peu flou, un peu étrange et son corps, comme remplit de coton lui semblait à la fois lourd et léger. Sa bouche sèche commençait à la faire souffrir légèrement, mais fort heureuse, une gourde avait été laissée près d'elle. Quelques gorgées d'eau semblèrent améliorer la situation, mais pas la douleur qui la lançait cruellement.
Et plus que ça, son incompétence la frappait de plein fouet : elle n'était qu'une petite prêtresse. Sa magie n'était pas encore assez puissante pour purger le poison de son corps. Le fait d'être parmi les Bannisseurs, d'être leur seul soutien médical lui avait permis de se croire plus importante qu'elle ne l'était. Elle voulut resserrer l’étau de métal qu'elle portait à la cuisse, pour expier ses péchés, mais la voix de Raiden la sortit de sa torpeur punitive.

« Non, depuis une petite dizaine de minutes... Je crois. La fièvre ne m'aide pas trop à garder une trace du temps. » Et puis, il fallait bien avouer que ses sens de Guado ne lui permettaient pas d'évaluer le temps de la même manière que Raiden, qui était à priori, un humain pur-sang.
Sans une réponse à ces faits, il se pencha vers elle, déchirant un petit morceau de tissu. Il allait nettoyer la plaie. Montrer les deux fuseaux maigrelets qui lui servaient de jambes était gênant, mais elle se fit une raison : elle n'avait pas le choix. Et en effet, elle ne l'eut pas, lorsqu'il releva sans cérémoniel le bas de sa longue robe de prêtresse. Il appliqua le tissu froid et humide : elle frissonna un peu. Tous deux semblaient nerveux, pas pour les mêmes raisons cela dit.

« Raiden... Je suis désolée mais je ne maîtrise pas les magies anti-poison. À moins que vous ayez un antidote sur vous, il faudra attendre que le poison se purge de lui-même de mon organisme. Je suis terriblement désolée. » elle n'évoqua pas la possibilité – infime, qu'elle y perde la vie, mais elle ne voulait pas vraiment y penser.
« Et vous êtes très doux, ne vous en faites pas. Et je suis plus résistante qu'il n'y paraît ! » déclara-t-elle avec un sourire encourageant. Son expression était douce, paisible, malgré les perles de sueurs qui naissaient sur ses tempes brûlantes.

« Ne soyez pas trop dur avec vous-même. Tout ceci est ma faute. Je n'aurais pas dû provoquer ce monstre. J'aurai dû vous faire confiance. Veuillez me pardonner. » murmura-t-elle doucement en observant Ohly qui venait de se lover contre lui. Il n'était pas facile de voyager en ce monde, surtout avec des inconnus.

« Si cela ne vous dérange pas, je pense que nous devrions camper ici pour la nuit. Le poison des Iguanor met en général une huitaine d'heure à s'évacuer de l'organisme d'une manière naturelle. Nous avons eux une journée... Chargée et riche en surprise, je pense qu'une bonne nuit de sommeil nous fera du bien, qu'en pensez-vous ? » elle savait qu'elle avait raison en théorie, mais la politesse voulait qu'elle lui demandât ce qu'il pensait : son expérience de voyageur devait prévaloir sur les choses qu'elle avait appris dans les livres et par ouï-dire.

« Si vous êtes d'accord, dans mes bagages, il y'a une tente et de quoi manger. Vous pourriez monter le camp le temps que je prépare le repas ? » demanda-t-elle, d'une petite voix.

Soah avait un peu honte d'avouer que, dés le début de leur aventure, elle doutait de ses capacités à voyager. La tente, le matériel... Elle avait pris tout cela en pensant ne pas pouvoir réussir à traverser la Plaine Félicité d'une seule traite. Et bien qu'elle eut réussi à faire face à cette épreuve, la jeune prêtresse était maintenant alitée, pour une blessure un peu bête qui aurait pu être évitée avec un peu de bon sens : elle était une mage blanche, pas une guerrière. La leçon lui était rentrée dans le corps d'une manière un peu brutale, mais maintenant, elle la connaissait par cœur.

« Je crois que j'ai même un peu de viande fumée pour Ohly. » confia-t-elle, avec un maigre sourire, les joues encore un peu plus rouges.

Le petit renard sembla comprendre que l'on parlait de lui et il jappa d'une manière joyeuse avant de regarder Raiden avec insistance. Un rire voulu s'échapper de la gorge de Soah, mais elle se mua dans une toux légèrement creuse. Les effets du poison qui remontait dans son organisme. D'un geste doux, elle souleva sa manche : ses veines, d'ordinaire bleutées, avaient une couleur plus sombre, presque noire. La purge des fluides néfastes avait commencé, le phénomène était impressionnant, mais sans réelle douleur.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 75



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Raiden

Monsieur tout le monde

le Ven 6 Avr 2018 - 10:49
Bien évidemment, et comme pour ajouter un semblant de difficulté à la situation, il fallait qu'elle ne maîtrise pas les magies liées à la purge du poison qui courait dans ses veines. Il ne pouvait pas réellement lui en vouloir, cela dit. Essentiellement parce qu'il n'était finalement pas plus utile qu'elle et qu'il ne pouvait rien faire de plus que simplement tenter de l'aider en nettoyant la plaie. « Ne vous excusez pas. » La déclaration n'appelait pas réellement de réponse. Il ne l'avait pas ordonné, mais il ne lui laissait pas non plus le choix. Il ne tenait pas à l'entendre s'excuser. « Vous n'êtes coupable de rien, je suis même un peu rassuré. » Son visage avait beau clairement déclarer le contraire, le poids sur ses épaules s'était allégé – de façon toutefois minime – dès l'instant même où elle lui avait affirmé que son corps se chargerait d'éliminer le poison de lui-même. Le venin d'un Iguanor n'était pas mortel, de ce qu'il savait. Mais la fièvre et les états physiques qu'il causait pouvaient parfois s'avérer bien plus fatals que les toxines en elles-mêmes.

Peu enclin à faire voyager Soah dans de telles conditions, Raiden hocha alors tout naturellement la tête en guise de réponse à sa proposition puis se dirigea vers ses bagages afin d'y fouiller la tente en question.
Il ne dédia pas la moindre attention aux petites culottes qui passèrent entre ses doigts, visiblement pas gêné pour un sou, et en conclut tout simplement qu'il s'était trompé de « bagage ». Ce à quoi il remédia en extirpant l'objet de ses recherches du suivant, le regard ailleurs. « Vous êtes sûre de pouvoir préparer le repas ? Je peux m'en occuper. », annonça-t-il calmement en déposant, à côté, ce qu'ils avaient pour dîner. Il n'était pas fermement persuadé de ses compétences culinaires, mais il pouvait au moins essayer. Et comme pour lui rappeler qu'ils n'étaient pas les seuls à devoir manger, Ohly vint quémander son du avec l'insolence d'un animal parfaitement domestiqué. Et ingrat. « Sale bête », ronchonna Raiden en fouillant néanmoins la viande séchée pour la lui coller sous le museau. L'animal ne lui répondît que par un glapissement approbateur et, son repas en bouche, retourna s'installer près de la prêtresse afin de calmement le savourer. « Je vous mettrai dedans, si vous vous endormez avant. Mais ménagez vous. » Il ne lui posa la question de l'éventuel partage de la tente à aucun moment. D'un part parce qu'elle était inutile, d'autre part parce qu'il était bien trop concentré à monter le petit abri en veillant à ce que Soah ne lui claque pas soudainement entre les doigts, à côté. Il la laisserait dormir seule tant pour ne pas la gêner que pour éviter un quelconque coup involontaire dans sa blessure. Et puis, dormir sur le sol ne l'avait jamais réellement dérangé.

Une fois la tente montée, Raiden se dépêcha donc d'aller vérifier qu'elle était bien en mesure de s'en sortir avec le repas et récupéra leurs deux outres pour les remplir dans la source d'eau à proximité. Elle aurait besoin d'eau, sûrement. Peut-être même plus qu'une seule gourde et ce fût sur cette pensée que Raiden revint s'accroupir près d'elle en lui tendant celle qu'elle avait elle-même emmenée, les yeux rivés sur le flux brunâtre de ses veines, sous sa peau. S'il ne laissa pas la moindre trace de surprise prendre place sur son visage, son regard démontrait très clairement qu'il n'avait jamais fait face à un tel phénomène ; qui ne manqua d'ailleurs pas de lui confirmer que la couleur de ses yeux ne venait sûrement pas d'un quelconque métissage Guado. « Vous avez mal ? » Il était loquace, oui. Et sincèrement inquiet. L'idée que son état puisse s'aggraver d'un instant à l'autre ne l'enchantait pas le moins du monde et il retira tout naturellement sa veste pour la poser sur les épaules de Soah, sans la lâcher des yeux. Raiden n'était généralement pas plus démonstratif que concerné, mais – dans le cas présent – il n'était pas réellement sûr de pouvoir encaisser le poids de la culpabilité qui le rongerait, s'il n'y accordait pas plus d'intérêt. « Nous repartirons demain matin si vous vous sentez mieux. Allonger notre pause ici ne devrait pas poser de problème, s'il y a une auberge, à proximité. Alors ne vous forcez pas. »

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 80



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soah

Prêtresse de Yevon

le Mer 11 Avr 2018 - 13:37
Soah fut touchée des multiples attentions qu'il avait envers elle. Si, Raiden semblait être un peu rustre et parfois vulgaire, il demeurait quelqu'un de gentil. Tout du moins, c'est ce qu'elle pensait. Alors, elle pouvait bien faire un petit effort, juste encore un peu, le temps de prendre soin de lui à son tour. Soah avait envie de lui montrer qu'elle n'était ni un poids, ni une ingrate. Elle attendit sagement qu'il revienne avec le matériel de cuisine en donnant à Ohly, un morceau de viande fumée en guise de pitance. L'animal, ravi, se saisit de la nourriture d'un coup de croc avant de revenir près de la prêtresse. Elle passa distraitement ses doigts dans sa fourrure soyeuse.

Raiden lui faisait pensé à ce renard : à moitié sauvage, à moitié civilisé. L'amnésique ne semblait guère se mêler au monde, mais lorsqu'il le fallait, il semblait être enclin à se mélanger dans le tumulte de la vie. Soah songea alors qu'il fallait être brave pour ainsi renoncer à sa nature profonde au profit de quelque chose de plus grand. Elle ne réalisait pas que, c'était exactement ce qu'elle faisait : son abnégation, sa bonté innocente et généreuse n'étaient pas nées avec elle, ces caractéristiques de sa personnalité avaient été acquises au cours de son existence.
Silencieusement, elle se mit à découper les morceaux de viande séché et les quelques tubercules que Raiden lui avait ramener. La petite marmite suffirait bien assez pour eux deux, d'autant plus qu'elle n'était pas une grande mangeuse. Du coup de l'oeil, elle sentait que son compagnon de voyage la gardait toujours à l'oeil : avait-il peut qu'elle ne décède en préparant un ragoût ?

Une fois la tente érigée, il revint. Toujours avec ce même regard concerné, mais aussi inquisiteur. Une fois certain qu'elle était capable de finir la cuisine, il s'aventura vers l'eau pour remplir les gourdes. Une fois de retour, Soah sentit son regard sur elle, à la fois doux et sauvage. Elle lui sourit avant de reprendre son bien, gorgé d'eau. Il lui demanda alors si elle avait mal. Il avait sans doute dû voir le parcours sinistre du poison dans les veines de la jeune femme. La prêtresse prit un léger air gêné, avant de secouer doucement la tête. Elle la chose n'était pas réellement douloureuse, juste désagréable et impressionnante visuellement parlant. La peau des Guados était aussi fine que du papier de riz et elle avait hérité cette caractéristique ainsi que cette carnation de sa mère.

« Ne vous inquiétez pas. Ce n'est pas douloureux. Légèrement désagréable, tout au plus. Ma peau est très fine et je ressens mes veines se dilater légèrement, alors que le poison remonte vers mon cœur. » La chose semblait bien funeste, mais elle demeurait confiante, avec un sourire.
« De plus, les choses de la forêt ne tuent jamais les Guados. » affirma-t-elle pour essayer de chasser l'air soucieux qu'il avait sur le visage.

Et puis, ce n'était pas si loin de la vérité : les Guados vivaient dans cette forêt et à Guadosalam depuis des siècles, ils la connaissaient par cœur et leur sang, leur corps s'était imprégné de toute cela. Raiden ne pouvait sans doute pas le savoir, avec sa psyché fracturée, mais, ici plus qu'ailleurs, Soah se sentait bien. La forêt, l'eau, la nature tout simplement, lui faisait du bien, aussi bien moralement que physiquement.

« Oui, profitons d'un peu de repos. L'auberge est plus près du temple de Macalania que de Bevelle, mais je crois que nous pourrons la rejoindre si demain mon état ne s'est pas améliorer. Même si l'orée de la forêt n'est pas peuplée de créature réellement dangereuse, nous campons peut-être sur le territoire d'une bande de monstres qui ne voudra guère nous laisser la place pendant plusieurs jours. » Un sourire un brin complice se dessina sur ses lèvres.

Ohly s'était confortablement roulé en boule, le nez dans sa fourrure, après avoir englouti son repas. Soah le regarda, avec une étincelle de tendresse dans le regard : elle aimait beaucoup les animaux. Sa part Guado lui permettait de mieux s'entendre avec les bêtes qu'une bonne partie de Spira.

« Le repas est bientôt près. Je vous remercie d'avoir monté la tente. Elle est plutôt spacieuse, si vous voulez, vous pourrez y dormir aussi. Les nuis sont polaires dans cette forêt, je m'en voudrais terriblement que vous mourriez d'une hypothermie ou de quelque chose de ce genre. » déclara-t-elle doucement en cherchant les bols dans la pile de vaiselle qu'il lui avait rapporté.
Ce lui qu'elle avait prit pour elle avait un petit lapin dessiner dessus. C'était peut-être un des seuls objets qu'elle avait conservé de son enfance. La peinture était un peu plus terne et les couleurs commençaient à passés, mais, Soah l'aimait encore profondément. Celui de Raiden était un peu plus simple, mais tout aussi joli. D'un geste élégant, elle laissa tomber le ragoût dans le bol et un délicieux fumet commença à envahir l'espace du campement.

« Ce n'est pas de la grande cuisine, mais je pense que ça sera plutôt réussi. Qu'est-ce que vous aimez manger, Raiden ? Lors de notre prochain campement ou arrêt, nous pourrions déguster quelque chose qui vous plaît, si mon ragoût n'est pas à votre goût. » Après tout, elle ne savait rien de lui et encore moins de ses préférences. Soah trempa sa cuillère dans le bol, se dégota un petit morceau de viande qu'elle mâcha lentement. La sauce était bonne, la viande un peu moins, mais les légumes étaient fondant. La prêtresse n'était pas une bonne cuisinière, mais, elle savait qu'un bon repas chaud pouvait souvent remonter le moral.

« Je suis désolée de vous imposer tout cela. Je comprendrais si vous ne souhaitiez pas continuer de voyager à mes côtés une fois que nous serons rendu à Bevelle. »

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 75



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Raiden

Monsieur tout le monde

le Mer 16 Mai 2018 - 15:41
Il lui fallait bien reconnaître que, quand bien même l'ensemble de ses déclarations semblait remarquablement morbide, Soah avait néanmoins su rassurer Raiden avec juste assez de ferveur pour qu'il arrête au moins de s'inquiéter quant à l'idée de ne pas la voir se réveiller, le lendemain.
Il était habitué à voyager seul, à ne s'occuper que de lui et à éviter les dangers pour ne pas se retrouver dans le même genre de situation que celle dans laquelle sa compagne de route était actuellement. Évidemment, il avait déjà été blessé. Évidemment, il avait vu la mort lui tendre les bras une ou deux fois. Mais s'il était prêt à prendre la responsabilité de sa propre vie, celle de quelqu'un d'autre lui semblait encore bien trop lourde à porter et il accueillit volontiers le réconfort de la prêtresse, lorsqu'elle le lui offrit. C'était sûrement égoïste, d'une certaine façon, mais c'était une façon comme une autre de la protéger également.

« Je parierai pas là-dessus, si j'étais vous. », murmura-t-il néanmoins avec un imperceptible sourire à peine déchiffrable. Il n'était que peu rassuré. Toutefois non moins sûr qu'elle passerait la nuit et il était bien assez confiant en ses capacités pour savoir qu'il la mènerait à temps jusqu'à l'auberge la plus proche, dès que le jour se lèverait. Non sans un petit encouragement qu'elle lui adressa involontairement en lui rappelant qu'ils reposaient peut-être sur le nid d'éventuels monstres peu hospitaliers. « Dormez convenablement, nous partirons demain matin. » La déclaration n'appelait pas réellement de réponse sans pourtant être un ordre. Davantage une recommandation. Néanmoins, Raiden se redressa dans la seconde qui suivit afin de couper court à la conversation.

Il ne lui accorda alors pas la moindre réponse, lorsqu'elle l'invita à se reposer sous la tente pour éviter de se risquer à une hypothermie. S'il n'était pas spécialement gêné à l'idée de partager une tente avec une femme - même si elle ne lui proposait rien de plus qu'un repos convenablement mérité - c'était bien plus l'idée d'éventuellement lui faire mal, sans même le vouloir, qui le dérangeait. Son sommeil agité et la fièvre de Soah ne feraient assurément pas bon ménage et, conscient de ce détail, le métissé se contenta de réfléchir à de multiples moyens d'occuper sa nuit pour ne pas s'endormir avec elle.

Ce ne fut que lorsqu'elle lui tendit un bol fumant d'une délicieuse odeur qu'il se rendit compte qu'il était affamé et, par extension, qu'il sortit de ses pensées. « Merci. », souffla-t-il simplement comme première réponse avant de toutefois se pencher sur la question qu'elle lui avait glissée. Ce qu'il aimait manger ? Bonne question. Qu'il ne se posait généralement pas lui-même. « Mh... Je n'y ai jamais réfléchi. Mais j'aime énormément le poisson et les crevettes alors... J'imagine que c'est ce qui me plairait le plus. » Ses mots s'accompagnèrent d'un sourire maladroit et il souffla calmement sur le contenu de son bol, le regard ailleurs et l'esprit légèrement embrumé. « … Avec du citron. Et des herbes. » C'était davantage une information vaguement lancée qu'une réelle demande. Un souvenir qui revenait le tourmenter et, avec lui, les bribes de quelques vagues conversations avec une voix qu'il devinait être celle de sa mère. Détail qu'il garda néanmoins pour lui en prenant une première bouchée du repas que Soah leur avait préparé, l'oreille attentive et les yeux glissés sur l'étendue d'eau, un peu plus loin.

Il ne réagit pas spécifiquement à ses excuses, pas plus qu'il ne broncha autrement que pour manger et laissa un court silence s'installer avant de le briser dans un soupir dénué du moindre sous entendu. « Vous cuisinez très bien, je pourrais m'en contenter jusqu'à notre arrivée à Bevelle et même après. » Et il lui aurait très probablement avoué l'inverse de la même façon, s'il avait été vrai. « Et non, vous ne me gênez pas. Je n'ai pas l'habitude de voyager autrement que seul, tout simplement, il faudra que j'apprenne. J'ai... peur, j'imagine. Avoir votre mort sur la conscience n'est clairement pas une idée qui m'excite. » Cru ? À peine. « Mais... Merci pour ce que vous avez fait. » Elle l'avait défendu, d'une certaine façon. Elle avait risqué sa vie simplement pour l'aider et il lui fallait bien reconnaître qu'elle avait été courageuse, même si l'idée le frustrait. « Ne prenez juste plus ce genre de risques, si vous le voulez bien. »

Son regard se glissa brièvement sur Ohly et il retourna à son bol en s'avachissant calmement contre la souche posée derrière lui. « Et n'hésitez pas à me réveiller si vous vous sentez mal au milieu de la nuit, surtout. »

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 80



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soah

Prêtresse de Yevon

le Jeu 31 Mai 2018 - 11:37
Un sourire timide naquit sur les lèvres de Soah alors qu'elle l'écoutait parler de ce qu'il aimait manger. Elle essaya de graver ces mots en sa mémoire : elle avait cette envie, un peu étrange, de lui faire plaisir. Peut-être était-ce pour le remercier ? Ou tout bonnement pour que le reste du voyage se passe bien ? Mais la raison qu'elle n'avait pas envie de s'avouer était bien plus simple. Elle avait envie d'avoir un ami. Et malgré tout ce qui les séparerait, il y avait cette chose qui les rapprochait. Soah ne savait pas la nommer, alors, elle taisait ce qui était en train de naître en elle.
A la lumière du feu de camp, Raiden apparaissait encore plus unique à ses yeux : bien qu'ayant vécu pendant de longue années à Luca, elle n'avait jamais vraiment connu une personne qui lui ressemblait physiquement. Il avait une belle peau, surtout éclairée ainsi. Et la couleur de pupille, qu'ils avaient en commun, jamais encore elle ne l'avait vu chez un humain de sang pur. Il était une énigme. Et les mystères étaient comme la théologie : une vrai passion pour la jeune femme.

A la fin du repas, il la complimenta un peu ; Soah ne s'en enorgueillit pas, préférant croire que cela n'était qu'une politesse de base. Le cœur de la prêtresse s'emballa un peu lorsqu'il déclara vouloir continuer de voyager avec elle. Elle était ravie et la petite lueur dans son regard en disant long sur la gratitude qu'elle éprouvait à l'égard de son compagnon de route. Il ajouta que l'étrange atmosphère un peu gênante était surtout dû au fait qu'il avait l'habitude de voyager seul et qu'il ne souhaitait aucunement avoir la mort d'une fille de Yevon sur la conscience. Elle comprenait ce sentiment, c'était le même qui l'avait poussé à provoquer le monstre. Soah baissa pudiquement le nez : elle savait qu'elle s'était déraisonnablement mise en danger.

« Je vous promets de faire attention. » répondit-elle sobrement en rangeant les affaires. Elle ferait la vaisselle le lendemain, car la fatigue commençait à lui saisir le corps et l'esprit.
« Ne vous inquiétez pas, tout ira bien. » ajouta-t-elle en se relevant doucement tandis que lui, s'installait confortablement sur une souche.
« A demain. »

Sa voix mourut d'une manière douce avant qu'elle ne s'incline poliment pour prendre la direction de la tente. Soah espéra que la nuit ne serait pas trop fraîche : la forêt de glace pouvait se transformer rapidement en tombeaux lors des nuits les plus rudes, mais elle ne voulait pas essuyer un nouveau refus. Raiden semblait être une personne tout à fait capable de prendre soin d'elle.
La prêtresse entra dans la tente, la température y était plus douce. Pendant quelques instants, elle hésita à retirer ses vêtements, mais si les températures tombaient et que Raiden décidait de rentrer à l'intérieur, la jeune femme ne voulait pas être surprise en pyjama. Elle fit une moue. Ses vêtements puaient légèrement à moins que l'odeur ne venait d'elle. Bien que pratique, les chocobos avaient le don de laisser leur odeur partout et sur tout. Elle soupira avant de se saisir de la couette puis de s'y pelotonner. Elle ferma les yeux et s'endormit.

Ce fut une nuit sans rêves. Son corps s'était agité légèrement sous l'effet de la purge du poison et elle avait beaucoup transpiré. Lorsqu'elle ouvrit timidement les yeux, elle se sentit presque soulagée d'être seule. Le soleil matinal n'était pas levé depuis long et pourtant l'atmosphère de la tente était déjà chaude. Précautionneusement, elle souleva la couette et tira légèrement sur sa robe. Ses veines étaient exsangues de tout poison. Parfait. Comme elle l'avait prédit, son corps avait de lui-même rejeté les toxines, bien qu'elle se sentait encore un peu faible.
D'un geste doux, elle ouvrit la tente et l'air frais de l'aube s'y engouffra. Sa peau frissonna un peu, mais elle trouva la sensation agréable. A tâtons elle sortit de l'habitacle. Le jour venait à peine de se lever, faisant fondre la glace nocturne qui avait recouvert les fleurs. Après un rapide coup d'oeil, elle ne vit ni traces de Ohly ou de Raiden : ils avaient dû s’abriter un peu plus loin.

Les chocobo avaient encore les yeux fermés et étaient l'un contre l'autre à côté de la tente. Sans un bruit, Soah alla fouiller dans son bagage. Elle en sortit un petit sac puis se dirigea vers la forêt. Non loin, il y avait un lac qu'elle connaissait bien. Parfois, accompagnée de Bannisseurs elle venait chercher de l'eau pure à cette source afin de fabriquer des remèdes et potions pour les voyageurs. Mais cette fois-ci elle n'avait pas l'intention de prélevé de l'eau, mais de se baigner ou au moins de défaire de sac de nœuds qu'était devenue sa chevelure.
Elle s'approcha de la rive et trouva un rocher suffisamment près de l'eau pour pouvoir y glisser ses pieds. Elle s'assura d'être seule avant de défaire sa robe d'église. Le tissu tomba légèrement sur ses épaules frêles, découvrant son dos zébré de cicatrices. Elle releva doucement son jupon juste avant de laisser ses membres de détendre dans l'eau. La prêtresse ouvrit le sac qu'elle avait emporté et en sortit un peigne. Avec soin, elle commença à le passer dans ses cheveux. Se faisant, elle se demanda si elle ne devrait pas les couper : une telle longueur serait sans doute handicapante pour le voyage, mais un petit pincement au cœur faisait qu'elle ne pouvait s'y résoudre.

Un craquement derrière elle la fit sursauter, lâchant son peigne dans l'eau. La frimousse du renard de Raiden se présenta entre les branches. Soah poussa un soupir de soulagement en resserrant un peu son vêtement.

« Et qui va aller chercher ce peigne ? » demanda-t-elle au renard. « Je ne sais pas nager, moi... »

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 75



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Raiden

Monsieur tout le monde

le Jeu 19 Juil 2018 - 10:59
Raiden se réveillait tout juste d'une nuit aussi désagréable que bien trop courte, lorsque Ohly sauta brusquement sur son visage pour lui réclamer l'attention qu'il estimait mériter. « … Je vais te transformer en brochettes. » Le glapissement strident qui siffla au creux de son oreille lui valût un sursaut à peine maîtrisé et il s'empara de l'animal dans un geste encore engourdi pour le déposer près de lui, sans même ouvrir les yeux pour le regarder. Ciel qu'il pouvait être insupportable.
Et comme s'il cherchait à le prouver, Ohly répondit à sa lamentation interne en s'écrasant de tout son maigre poids contre l'estomac de Raiden, amenant ce dernier à se redresser soudainement afin de lui éviter toute éventuelle autre entreprise de cette envergure. « Pourquoi tu n'embêtes pas Soah ? » Il se racla brièvement la gorge, tant pour éclaircir sa voix que pour se débarrasser des habituels désavantages du matin puis se redressa souplement.

Il n'avait dormi près du feu que jusqu'aux toutes premières lueurs du jour, uniquement arraché au sommeil par le froid, mordant, qui était soudainement venu le rattraper. Soah avait besoin d'intimité et de confort et il le respectait, autant qu'il avait tenu à rester assez proche au cas où son cas aurait fini par s'aggraver.
Tout juste motivé, Raiden se débarrassa alors de ses quelques vêtements afin de silencieusement se réveiller dans le point d'eau dormant près de leur campement et n'en sortit qu'une fois ses muscles engourdis par le froid, tant afin de tenter de se réchauffer que pour aller chercher de quoi raviver leur feu. Ne serait-ce qu'un peu. Ils ne resteraient pas longtemps mais la température n'aiderait absolument pas à ce qu'ils reprennent la route en bonne et due forme et ce fût avec cette perspective en tête que Raiden abandonna Ohly au campement afin d'amasser quelques branches moins humides que d'autres. Aventure aussi peu fructueuse qu'épuisante et, lorsqu'il revint finalement, l'aube installait paisiblement ses premières lueurs sur la tente désormais entrouverte de Soah.

« … Soah ? » Il observa quelques secondes s'écouler avant de finalement déduire qu'il pouvait jeter un œil à l'intérieur de la tente, peu surpris de la découvrir totalement vide. Un soupir discret s'échappa d'entre ses lèvres et Raiden ébouriffa brièvement sa tignasse brune avant de se mettre en route, moyennement décidé à la retrouver. Elle était une femme. Une femme qui, quand bien même elle ne semblait pas plus coquette que de raison, semblait chérir sa pudeur, son intimité et son petit confort. Une femme qui, de fait, accordait sûrement ses premières minutes de la journée à paraître présentable. Probablement une toilette. S'il n'avait plongé dans ce lac que pour se réveiller, il ne doutait absolument pas du sourd besoin hygiénique qui avait achevé de le convaincre de s'y jeter. Et qui avait probablement guidé Soah à pénétrer celui qui, loin de sembler plus chaud, accueillait désormais une partie de son corps que Raiden se garda bien de regarder.

Ohly fixait déjà le point d'eau, près d'elle, lorsque le métis sortit finalement du petit sentier. Visiblement curieux, il plongea l'une de ses pattes dans l'étendue miroitante face à eux et un imperceptible soupir exaspéré étira les lèvres de Raiden, une fois que l'animal jaugea impossible de plonger de lui-même dans le lac qu'il avait sous le nez, son poil soudainement hérissé. « Vous avez un souci ? » La question n'appelait pas réellement de réponse et, sans attendre, Raiden se rapprocha à distance néanmoins mesurée, les yeux partout mais jamais sur Soah. Sa silhouette à moitié dénudée avait déjà frappé son esprit avant même qu'il ne se soit aperçu du fait qu'il s'était un peu trop laissé aller à la regarder et il détourna le regard, par respect. Il se fichait volontiers de la gêne, de l'incommodité et du reste. Il tenait simplement à ce qu'elle ne soit pas mal à l'aise et il ne savait que trop bien que les femmes d'églises - du moins la plupart - tenaient généralement à leur pudeur. « Je ne pense pas que la bestiole soit en mesure de le régler. » Il aurait pu lui demander si elle avait bien dormi, si elle se sentait mieux, tout ce qui pouvait sembler bien plus social et chaleureux. Néanmoins, la perspective de devoir éventuellement plonger une deuxième lui refroidissait autant le cœur que le corps, et Raiden soupira avant de néanmoins ajouter : « … Vous devriez faire attention à ne pas attraper froid. »

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Le continent • :: Plaine Félicité :: L'auberge de la Félicité

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3