Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Un nouveau destin en main || Pv: Seiji

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 380



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Invokeure

le Jeu 27 Juil 2017 - 12:57





Il n’y avait pas de situation plus embarrassante que celle-ci. Elle était là, à demi-nue contre son gardien, la peur au ventre et visiblement dans une position qui devait paraître assez compromettante au vu des réactions derrière elle. En entendant les voix, Akemi était devenue rouge pivoine, voir même bien plus rouge encore. Son visage avait doucement glissée en avant pour mieux se couvrir avec ses mains, tout en continuant de cacher son buste de ses bras. Pouvait-elle vivre pire honte que celle-ci ? Pas vraiment, du moins, jusqu’à ce que Seiji la serre de nouveau dans ses bras. Sûrement en signe de protection, mais surprise par ce geste, elle s’était raidit complètement, comme paralyser par le choc de ce geste pourtant bienveillant. Elle sentait son cœur sur le point d’exploser et la gêne et le malaise devenir de plus en plus intense au fur et à mesure que l’épéiste continuait à la serrer ainsi. « Je… Tu… » Elle n’osa parler tant elle sentait sa voix se briser dans sa gorge. Elle était faible sans aucune puissance, comme si son corps entier s’était retrouvé paralysée, tout comme ses organes. Quand le jeune homme la relâcha enfin, la prêtresse attrapa aussitôt son maillot qui s’agitait doucement sous son nez, le prenant dans un geste qui se voulait brusque comme si elle était en colère. Pourquoi il avait fallu que cela lui arrive à elle ? Pour quoi allait-elle passer maintenant ? Que ça soit auprès des autres comme auprès de Seiji. Se tournant pour faire dos à son gardien, l’invokeuse décida de respirer quelques secondes avant de l’enfiler aussitôt, ne serais-ce que pour arrêter les tremblements de ses bras et mieux attacher son maillot. Quand elle voulut enfin le remettre, la voix de Seiji s’éleva enfin, mais ce qu’il avoua, accentua encore plus la gêne de la demoiselle, qui se trouva estomaquée face à cette remarque qui habituellement ne ressemblait pas au jeune homme. Prise d’une pointe d’agacement, elle se tourna alors vers son gardien, de façon à le réprimander sévèrement. « Seiji ! Mais comment tu peux me dire cela ! Tu ne trouves pas que la situation est déjà assez gênante comme ça ? Tu ne penses pas que j’ai déjà assez honte ? J’ai envie de disparaître tellement je me sens… » Puis elle s’arrêta, constatant enfin l’erreur qu’elle venait de faire. Elle regarda tour à tour son haut dans sa main et le jeune homme qui lui faisait face et aussitôt, elle se mit à hurler, éclaboussant le pauvre épéiste de sa main de libre comme pour essayer de l’aveugler. « NE ME REGARDES PAS ! ESPECE DE PERVERS ! » Bien sûr, elle ne pensait pas ses dernières paroles, mais son embarras était telle, qu’elle n’arrivait à faire la part des choses, agissant sous le coup de l’impulsion. Tournant de nouveau le dos, Akemi attacha alors rapidement son maillot, faisant un double nœud de façon à mieux le maintenir, avant de sortir hors de l’eau à la hâte de façon à rejoindre ses affaires et à ce couvrir de son paréo pour ne plus revivre cette expérience. Comment allait-elle regarder les gens dans les yeux ? Et surtout… Comment allait-elle regarder Seiji maintenant qu’elle s’était affiché presque nue devant lui ? Tout en marchant rapidement, elle cacha son visage entre ses mains, essayant de se débarrasser de cette rougeur qui semblait s’être fixée sur son visage. Mais pourquoi elle avait sautée ? Pourquoi elle n’avait pas vérifiée son maillot avant de le faire ? Il était trop tard pour regretter et pourtant, la demoiselle aurait tout donnée pour remonter dans le temps, afin de ne pas recommencer cette erreur. Arrivant enfin à leur emplacement, la jeune femme s’habilla alors de son paréo et de son chapeau, baissant au maximum celui-ci pour se faire toute petite et éviter le moindre regard à son encontre. Pourquoi il avait fallu que ce maillot gâche tout ? Comment allait-elle faire à présent pour renouer le dialogue avec son ami ? Elle n’en savait rien, mais quand il arriva à son tour, elle se leva, évitant au maximum de se tourner vers lui, pour l’affronter. « J’aimerais rentrer… » Ses simples mots semblaient se confondre en excuse, mais Akemi ne pouvait plus rester ici, pas tant qu’elle ressentirait cette gêne et cette honte immense qui semblait ne plus vouloir la quitter.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 325



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Ven 28 Juil 2017 - 18:05
Comme si la situation n’était pas déjà suffisamment gênante, il avait fallu que les premiers mots qui passent par la tête de Seiji soient aussi… Maladroits. S’il avait cherché à détendre l’atmosphère, s’était complètement raté. Quand il avait prononcé ces paroles malvenues, Akemi était encore dos à lui. Outragée par de tels propos, la jeune femme s’était retournée vers lui, le blâmant de sévères réprimandes. Dans d’autres circonstances, Seiji se serait sans doute senti terriblement embarrassé. Mais Akemi avait oublié un infime détail, et décontenancé, Seiji resta planté là, la bouche entrouverte, le regard mal placé. Elle n’est quand même pas… Et pourtant, sous le coup de la colère, Akemi avait complètement oublié son maillot de bain. Il fallut moins d’une seconde pour que le visage du jeune homme vire au pivoine. Et une seconde de plus pour que la jeune femme réalise sa méprise. Un hurlement outré résonna dans toute la baie, des éclaboussures d’eau arrosant le jeune gardien. Confus et complètement déboussolé, Seiji tenta de reprendre ses esprits en chassant cette image éphémère qui restait accrochée à son esprit. Ce n’était vraiment pas le moment. « Je… » il bredouilla maladroitement, encore déconcerté par la situation. Pendant ce temps, Akemi renoua à la hâte son maillot de bain, et s’éloigna le plus vite possible. Désemparé, Seiji la regarda s’éloigner. Puis, il passa une main sur son front, pressant son index et son pouce contre ses tempes. Il s’était comporté en parfait imbécile. Et il se doutait que désormais, Akemi aurait une toute autre image de lui. Il se détesta profondément pour cette série d’incidents, et hésita longuement. Après quelques instants qui lui semblèrent terriblement long, il osa enfin rejoindre la jeune femme.

Quand il arriva vers elle, elle s’était déjà rhabillée. Elle évita soigneusement son regard, et Seiji ressentit toute la tension qui s’était installée entre eux. Généralement, il se fichait ouvertement de ce genre de conflits. Mais quand il s’agissait d’Akemi, la situation était légèrement différente. Elle lui demanda simplement de rentrer. « Je comprends… » lui-même n’avait pas vraiment envie de rester ici. Il attrapa donc leurs affaires, et ils s’éloignèrent en silence de la plage. Ce fut à mi-chemin, près des cascades, que Seiji décida enfin de renouer le dialogue. « Écoute, je suis désolé pour… Enfin tu sais. » mais dès que ces mots quittèrent sa bouche, Seiji réalisa que ses excuses nébuleuses laissaient trop de place au sous-entendu. Il reprit donc aussitôt. « Non : je veux dire, je suis désolé pour… ce que j’ai dis. Je ne le pensais pas. Enfin si, mais c’était pas ce que je voulais dire ! » il était en train de s’enfoncer. À ce rythme, il se demanda s’il n’aurait pas mieux fait de rentrer au village pour acheter une pelle et creuser sa propre tombe. Il se racla la gorge. « Ce que je veux dire, c’est que… Je sais que tu es une femme et moi un homme, et que j’ai… Mais c’était pas, enfin, je voulais pas… Je voulais pas te mettre mal à l’aise. C’est juste… le stress, tu vois ? C’était… maladroit. Désolé. » il n’avait jamais été doué pour ce genre de chose, et il en avait une fois encore la preuve. Il espérait simplement que ses paroles ne causeraient pas davantage de dégâts, et que Akemi comprendrait son message… Même s’il était loin d’être clair.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 380



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Invokeure

le Dim 30 Juil 2017 - 22:43





Elle n’avait plus aucune envie de rester sur cette plage et bien qu’elle ait attendus son ami avant de partir, elle était encore incapable de le regarder dans les yeux. Dans son esprit, la scène ne cessait de se répéter encore et encore. De l’expression de Seiji à son visage rouge pivoine. Il était évident qu’il avait tout vu, et en constatant cela, la demoiselle se sentait de plus en plus gênée. Mais pourquoi diable n’avait-elle pas nouée son maillot avant ? Pourquoi n’avait-elle pas pris le temps de la réflexion au lieu de vouloir réprimander aussitôt le jeune homme ? Elle ne cessait de se poser la question et intérieurement Akemi se trouvait grandement stupide, ne cessant de se répéter ce mot comme si c’était une évidence. Préférant emboîter le pas pour ne pas à regarder l’épéiste, l’invokeuse suivait le chemin jusqu’au village en silence, préférant laisser la tension s’installer plutôt que parler. Il était encore trop tôt pour cela et de toute façon, elle aurait été incapable d’engager le dialogue. Il fallait juste lui laisser le temps de digérer tout ça, de prendre en compte que oui, Seiji l’avait vu à moitié nue, et oui cela était gênant, mais après tout, cela n’était en rien sa faute. Ce n’était pas comme s’il l’avait voulu. Soupirant tout en joignant ses mains comme accablée par ses pensées, Akemi n’avait même pas le cœur de regarder à nouveau le paysage, et ce fut presque avec amertume qu’elle entendit les cascades, écoutant le chant de l’eau que d’une oreille distraite. Mais soudain, elle entendit une voix un peu plus masculine et peu assuré, sauf que celle-ci de se trouvait pas à côté d’elle, mais derrière elle. Seiji était en train d’ouvrir le dialogue. Pinçant ses lèvres, elle s’arrêta alors, tournant doucement la tête tout en abaissant son chapeau pour ne pas croiser son regard. Il était en train de s’excuser, pour la situation, pour ce qu’il s’était passée, il s’excusait mais d’une façon si maladroite, que la jeune femme ne savait quoi penser.

Doucement, elle releva son chapeau, comme pour faire doucement apparaître son visage. Elle voulait lui dire qu’il n’avait pas à s’excuser, qu’après tout, c’était de sa faute ce qu’il s’était passé, mais voilà, comme à son habitude, Seiji ne savait pas s’arrêter dans sa maladresse et soudain, il énonça des paroles qui prêtaient légèrement à confusion. Comme s’il… avait fait tout autre chose. En entendant cela, le visage d’Akemi se mit soudainement à virer en rouge pivoine et sentant cela, ses mains vinrent cacher avec vitesse son visage, étouffant un peu sa voix qui restait quand même audible. « Pitié Seiji s’il te plait… Tais-toi… » Pour ne pas paraître sèche, ni trop dure, elle enleva peu à peu ses mains, essayant avec tous les efforts du monde de regarder le jeune homme droit dans les yeux. Une seconde, elle n’avait pu que le soutenir qu’une pauvre petite seconde, tant la gêne était trop présente encore. Le visage rouge, les lèvres pincées, sa main attrapant son bras, plus les minutes s’écoulaient, plus Akemi avait l’impression que la situation lui échappait, pourtant elle trouva assez de force pour s’exprimer enfin. « Je… Je comprends ce que tu veux dire… Mais… Tu… Enfin… On dirait que tu parles de tout autre chose quand on t’écoute… Comme si… On avait fait… Plus que cela. » Il fallait qu’elle lui fasse comprendre à quel point ses paroles pouvaient être équivoque surtout avec ce qu’il s’était passé un peu plus tôt. Incapable de se montrer plus, l’invokeuse préféra de nouveau faire dos à son ami, essayant de s’exprimer beaucoup plus fortement pour être entendue. Il fallait qu’elle lui dise ce qu’elle avait sur le cœur, qu’elle régle quelques détails, ne serait-ce que pour rendre la situation moins embarrassante. « Je ne t’en veux pas… Je sais que tu n’y es pour rien mais… C’est… Assez gênant de se dire que… Tu m’as vu… » Elle soupira, avant de se retourner de nouveau, mais cette fois, elle s’inclina comme pour s’excuser. « Laisse-moi juste un peu de temps. Juste le temps de m’en remettre. Je suis désolée si c’est désagréable à vivre, mais… J’ai besoin… d’être un peu seule… Désolée. » Puis elle lui fit de nouveau dos, commençant à marcher pour enfin rejoindre le village et accessoirement la tente. La soirée risquait de s’annoncer difficile, mais il fallait d’abord qu’elle se calme, qu’elle gère ses émotions nouvelles et peut-être qu’ainsi dans la soirée, tout irait pour le mieux.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 325



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Mar 1 Aoû 2017 - 19:01
Même s’il tentait de faire ses excuses, la maladresse de Seiji rendait cette scène beaucoup plus pesante que ne l’aurait été un simple silence. Complètement cramoisie, Akemi avait caché son visage entre ses doigts, et conjuré le jeune homme de se taire. Sa demanda — presque une supplication — cloua définitivement le bec à Seiji, mettant un terme à cette laborieuse et pathétique tentative d’explication. Gêné, conscient de sa maladresse, Seiji passa une main dans ses cheveux encore humides en attendant que Akemi lui accorde enfin un regard. Et ce fut le cas : durant une petite seconde, leurs regards se croisèrent. Suite à quoi la jeune femme se détourna de plus belle, beaucoup trop mal à l’aise. Ce qui — évidemment — accentua le malaise de Seiji. Et plus les secondes s’étiraient, plus la situation lui semblait… tendancieuse. Il fit un effort colossal pour mettre derrière lui l’épisode de la plage, scellant au mieux ses souvenirs tout récents de cette scène. Quand Akemi osa enfin un geste, Seiji sursauta légèrement. Cette situation devenait grotesque… Néanmoins, il prit sur lui et écouta sa protégée. Elle lui expliqua que oui, elle avait compris ce qu’il avait voulu exprimer. Mais que ses propos étaient… suggestifs. Connaissant ses lacunes, Seiji n’osa même pas se refaire mentalement ce fragment de la discussion. Mais malgré lui, certaines paroles — tu es une femme et moi un homme… — le heurtèrent de plein fouet. Il était un parfait imbécile. Et inévitablement, il accompagna Akemi dans son malaise, une adorable teinte rouge s’affirmant sur ses joues. Quand il réalisa que ses pensées lui échappaient, il fit un effort colossal pour reprendre ses esprits. Ce malentendu était déjà beaucoup trop compliqué comme ça.

Après quelques instants, Akemi lui tourna le dos. Il s’imagina d’abord que la jeune femme souhaitait reprendre la route, mais à sa surprise, elle avait décidé de faire un effort pour mettre au clair cette situation. Et tout en l’écoutant attentivement, il écouta bien sagement cette petite voix qui lui hurlait de se taire, et de ne pas dire un traitre mot. Elle n’était pas fâchée contre lui. Elle avait juste besoin… de temps. Et de solitude. Cette idée lui arracha un pincement. Ils n’avaient jamais quitté Akemi en mauvais terme. Ou, dans cette situation, sur un horrible sentiment de malaise. Et s’il la regarda s’éloigner en respectant son choix, il éprouva néanmoins une pointe d’amertume. Pourtant, Seiji décida de prendre du recul. Ce n’était que l’affaire de quelques heures, le temps d’oublier… Une image affreusement mal choisie frappa son esprit, et Seiji passa une main sur son visage. Ouais : finalement, quelques heures de solitude lui feraient à lui aussi le plus grand bien. Il s’attarda encore quelques secondes, regardant la silhouette d’Akemi descendre vers le village. Ils n’étaient plus des enfants. Et depuis le début de ce pèlerinage, maintenant que ce petit cocon confortable où ils avaient vécu semblait si loin… Seiji réalisait combien il avait envie de la garder pour lui. Il inspira profondément, et jeta un regard au vaste horizon derrière lui. C’était… compliqué. Il admit enfin que ce répit serait le bienvenu, et laissa Akemi à ses propres affaires. Pour sa part, il rejoignit le village avec une seule idée en tête : il allait profiter dette occasion pour faire l’entretien de son arme, reprendre quelques mouvements de sabre… Et peut-être lire à l’ombre le temps d’une heure ou deux. Il avait repéré un coin isolé derrière la tente où il logeait : l’endroit serait parfait.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 380



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Invokeure

le Sam 5 Aoû 2017 - 18:56





Voulant rester un peu seule, le temps de se remettre de ses émotions, Akemi pressa le pas de façon à rejoindre plus rapidement le village. Quand elle pénétra à l’intérieur de celui-ci, elle préféra ne pas faire attention aux gens qui la saluaient, préférant foncer droit dans son habitation de fortune, tout en s’écroulant sur son lit d’appoint, la tête dans l’oreiller. Aussitôt, elle s’était mise à geindre, sa voix se faisant étouffer part le tissu qui l’entravait. Elle se sentait ridicule, honteuse, et peu à peu, elle repensa alors à la scène de la plage, le rouge colorant de nouveau ses joues. Dans une tentative désespérée, elle attrapa le coussin, le reposant avec force sur sa tête, comme si elle voulait étouffer son propre cerveau. Il fallait qu’elle pense à autre chose, qu’elle oublie cet incident. Mais c’était facile à dire. À faire en l’occurrence cela était beaucoup plus dur. Soupirant longuement, la demoiselle se tourna alors sur le côté, regardant d’un œil presque vide les affaires éparpillées un peu partout. Elle pensait à Seiji, se demandant s’il repensait à tout cela de son côté. Après, tout, comme il avait dit, il était un homme et elle une femme à présent. Ils n’étaient plus les deux enfants qu’ils avaient été. Ce qui rendait la relation un peu plus… Compliqué. C’est sur qu’à l’époque, elle n’aurait jamais eu honte d’exposer son haut ainsi, vu qu’elle n’avait pas de forme, mais maintenant. Maintenant c’était quasiment impossible. Fermant les yeux, la jeune femme repensait à la plage, à sa mer bleutée, mais aussi à Seiji encore et toujours. Oui, il était devenu un homme, et un très bel homme qui plus est. Son torse s’était développé, tout comme sa force et son caractère. Il avait gagné en charisme et en prestance et il avait tout d’un homme adulte. Doucement, une rougeur candide l’enveloppa, tandis que ses yeux s’ouvraient doucement. Depuis petite, elle avait été attirée par son gardien, mais plus elle grandissait, plus cette attirance devenait de plus en plus évidente. Tout comme son amour qui devenait de plus en plus sincère et grand. Un nouveau soupir s’échappa et cette fois elle se mit sur le dos, son regard observant longuement le plafond de la tente. Et lui ? Ressentait-il la même chose à son égard ? Son souffle se fit un peu plus long, mais aussi plus fort, comme si elle cherchait à évacuer ses tensions négatives. Elle voulait que son amour soit réciproque, mais… Comment pouvait-elle savoir si cela était le cas ? En lui demandant ? Non, c’était trop risqué et elle ne voulait pas le perdre à cause de cela. Elle tenait beaucoup trop à son gardien pour le faire fuir avec de tels aveux. Alors quoi ? Fermant de nouveau les yeux, l’invokeuse préféra ne pas insister plus sur le sujet, après tout, si elle s’était mise à l’écart, c’était pour trouver une solution à son malaise, non pas pour pleurer sur son sort. Déjà, il fallait qu’elle accepte la situation, ainsi, qu’elle se change un peu les idées avant de se confronter à Seiji. Elle ne pouvait pas rester éternellement comme ça, à éviter son regard.

Se levant jusqu’au bord de son lit, Akemi décida de s’adonner à un peu de lecture, le temps que ses pensées se calme, profitant de cette solitude pour un peu faire le point. Les heures s’étaient doucement écoulées et le soleil ne tarda pas à se teinter dans des couleurs plus chaudes. Sortant enfin de sa tanière, Akemi chercha pendant quelques longues minutes son cher ami qui avait élu domicile juste derrière leur tente, chose qui n’étonna pas la belle invokeuse. Doucement, elle s’avança alors vers lui, baissant doucement la tête, avant d’éclaircir sa voix de façon à la rendre nette et moins hésitante. « Je te cherchais… Je suis désolée de t’avoir laissé seul tout ce temps, mais je crois que j’avais besoin de ça pour… M’en remettre. » De nouveau elle sentit son cœur s’emballer et la gêne revenir de plus belle, et intérieurement, elle se gronda fortement, elle devait dépasser cela ! Elle ne pouvait pas laisser ses sentiments honteux lui gâcher ses moments avec Seiji. Alors avec courage, elle le regarda droit dans les yeux, essayant de contrôler cette rougeur qui commençait déjà à monter. « Bon, il s’est passé ce qu’il s’est passé, mais… On ne doit pas s’arrêter à cela, même si c’est dérangeant. Je veux dire que sur un point, tu as raison. Tu es devenu un homme et je suis devenue une femme, mais… Tu restes Seiji et moi Akemi. Nous nous connaissons depuis que nous sommes petits, donc… Je ne dois pas laisser la gêne contrôler ça. » Essayant de tenir, Akemi essayait tant bien que de mal de maintenir son regard, sentant que la gêne commençait à légèrement s’affaiblir. « Ce que je veux dire, c’est que je veux rester auprès de toi, donc je saurais surmonter cela. » Elle avait l’impression de mal s’exprimer à son tour, d’être décousu, mais avant tout, elle voulait énoncer ce qu’elle avait sur le cœur. Peut-être que c’était cela la solution à cette situation embarrassante

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 325



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Sam 5 Aoû 2017 - 20:23
Installé dans un recoin de l’île, Seiji observait l’horizon. Sous son regard, l’océan se teintait des lueurs du crépuscule. Il entendait l’écho des vagues qui se brisaient contre les récifs. Mais parfois, quand son esprit s’égarait, ces bruits lui semblaient tout à coup terriblement lointains. Il repensait aux événements de la journée. À sa relation avec Akemi. À ses sentiments pour elle. Mais petit à petit, considérant l’une après l’autre toutes ces choses qui tournaient dans son esprit, Seiji s’était finalement calmé. Et sous les premières lueurs du soir, son visage exprimait une étonnante sérénité. Et puis, une silhouette émergea dans son champ de vision. Il ne tourna pas la tête tout de suite, reconnaissant Akemi. Sa récente sérénité s’effrita légèrement, une pointe de gêne germant doucement dans son esprit. Néanmoins, le jeune homme inspira profondément, ignorant ce sentiment d’inconfort qui se diffusait en lui. Quand Akemi arriva près de lui, Seiji se leva, et posa enfin un regard sur elle. Sans un mot, il l’écouta lui faire ses excuses. « Je comprends. » sa voix était neutre et contrôlée, pourtant, il devina une point de malaise sur le visage d’Akemi. Mais avant que Seiji trouve quelque chose à répondre, la jeune femme retrouva son courage, et s’exprima de nouveau. Il l’écouta, éprouvant un profond malaise quand elle cita sa fameuse tirade sur leurs statuts d’homme et de femme. Pourtant, il prit sur lui et l’écouta jusqu’au bout. Quand elle termina, il détourna le regard. « Moi aussi. » lança-t-il d’une voix moins confiante. Il ne s’était pas attendu à ces paroles, et ces aveux sur le lien qui les unissaient — sur ce souhait partagé d’être ensemble — l’embarrassa plus que de raison. Il décida donc de prendre sur lui, et chercha le regard d’Akemi. « J’aurais dû me taire tout à l’heure. Je crois que j’ai… compliqué les choses. » il passa une main dans ses cheveux. « Je voulais juste éviter, tu sais… Qu’on s’évite toute la journée. » ce qui avait été précisément le cas.

Il la regarda un instant. Puis, calmement, il glissa une main dans sa poche. Il en sortit un petit sac en toile noire. Sans un mot, Seiji en plaça le contenu dans sa main, et leva un œil vers Akemi. Il semblait légèrement contrariée : sa moue des moments embarrassants. « Donne ta main. » il attendit que la jeune femme s’exécute, et attrapa sa main. Il la guida paume ouverte vers le ciel, et risqua un autre regard vers Akemi. C’était idiot, mais il avait toujours été intimidé par ce genre de moment. Et finalement, il déposa un objet dans le creux de sa main : un petit coquillage. Globalement arrondi, blanc, couvert de tâches régulières d’un joli brun ambré, et suivant une jolie spirale. Seiji resta ainsi, regardant le petit coquillage dans la main d’Akemi. « Je m’en suis souvenu tout à l’heure. Tu sais, le gage… Je suis retourné sur la plage, et j’ai trouvé ça… Je me suis dis qu’il te plairait. » il se trouvait idiot. Pourtant, il relâcha doucement la main d’Akemi, et risqua un regard sur elle. « Je sais pas s’il sera facile à transporter, mais… » ses mots restèrent en suspend, Seiji lui-même ignorant la fin de sa phrase. Il espérait juste que ce cadeau lui ferait plaisir.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 380



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Invokeure

le Dim 6 Aoû 2017 - 17:35





Elle avait besoin de s’exprimer, de lui dire les choses comme elle les voyait. Ainsi, elle briserait sûrement cet embarras qui ne cessait de persister. Elle savait qu’elle n’était pas la seule à se sentir mal, aussi, elle laissa à son tour Seiji s’exprimer. Elle comprenait parfaitement sa tentative d’avant et pour cela elle ne lui en voulait aucunement. Au contraire. Doucement, elle se mit à sourire avec une certaine tendresse, reprenant un peu plus confiance en elle. « Je sais que tu ne pensais pas à mal. Je sais aussi que tu as toujours été maladroit et pas très doué avec ce genre de chose. » Elle se mit soudainement à rire en repensant à toutes les bourdes de l’épéiste. Il avait toujours été comme cela, c’était sa nature après tout. Nature qu’elle appréciait malgré tout. « Tu sais parfois… Il faut laisser le temps à certaines personnes de se remettre de ses émotions. Ce n’est pas un mal, mais parfois c’est bénéfique. En tout cas, merci d’avoir voulus arranger les choses. » Les choses commençaient à s’arranger doucement entre les deux jeunes gens, chose qu’Akemi appréciait particulièrement. Alors qu’elle se sentait soulagée d’un poids, la belle invokeuse remarqua que son gardien semblait fouiller avec calme la poche de sa veste, sortant tout naturellement un petit sac en toile noire. Intriguée, Akemi observa les gestes de son ami, remarquant qu’une moue embarrassé commença à se former sur son visage. Très vite, il lui intima de lui donner sa main, chose qu’elle fit aussitôt non sans cacher sa curiosité. Ses yeux noisettes, étaient rivés sur sa main et petit à petit, elle put enfin apercevoir l’objet qui se déversa dans le creux de sa main. Un coquillage, un joli coquillage blanc nacré avec quelques tâches ambré qui lui donnait une teinte plutôt agréable et assez unique. Doucement, ses yeux se mirent à pétiller de joie et aussitôt, son regard croisa enfin le regard de Seiji. Il semblait gênée, comme à chaque fois qu’il offrait un cadeau à la demoiselle et doucement, il expliqua la raison de son cadeau, laissant la jeune femme rester admirative face à ce présent inattendu. Un sourire bienveillant se dessina alors sur ses lèvres rosées, tandis que ses deux mains agrippèrent le coquillage avec une tendresse qui lui ressemblait. « Oh Seiji… Je n’aurais pas cru que tu l’aurais vraiment fait. Merci ! Il me plait beaucoup. Tu as dû mettre tellement de temps à le trouver. » Son gardien mettait toujours tout en œuvre pour lui rendre le sourire, pour répondre à ses exigences le plus futiles. Quand elle avait donnée ce gage, elle n’aurait jamais cru qu’il se serait amusé à arpenter la plage pour lui trouver ce trésor de la mer.

Délicatement, elle lui adressa un regard affectueux, comme quand ils étaient petits et avec lenteur, elle s’approcha alors du jeune homme, déposant avec cette même douceur un doux baiser sur sa joue. Elle ne saurait expliquer pourquoi, mais elle avait envie de refaire ce geste si anodin à l’époque, sûrement pour prouver sa gratitude envers son gardien. Ça ne paraissait rien et pourtant, son cœur s’était mis à battre frénétiquement dans sa poitrine. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas adressée de geste aussi affectueux à son ami, surtout depuis… Qu’ils approchaient de l’âge adulte. Se rendant compte de cela, Akemi se mit à légèrement rougir, son regard déviant un peu, avant d’affronter à nouveau les yeux spirales de cet al-bhed cher à son cœur. « C’est… Pour te remercier. » Délicatement, elle lui montra le coquillage qu’elle tenait entre ses doigts, avant de lui tourner le dos pour regarder cette fois la mer. Le soleil continuait de ce coucher docilement et peu à peu, Akemi avait la nette impression que ce paysage doux et chaleur était l’ange gardien de leur moment bien à eux. Souriant gracieusement, l’invokeuse regarda alors par delà les horizons, peut-être même en destination de Kilika. Il était temps qu’elle reprenne son pèlerinage. Ses forces étaient revenues et bien qu’elle ait voulus en profiter encore, il était temps qu’elle continue son ascension vers cette force nouvelle pour protéger les gens. « Je pense que bientôt, nous pourrons reprendre notre route. Je me sens beaucoup mieux à présent. Et puis… Nous ne pouvons rester éternellement ici. » Elle se tourna alors vers son gardien, son air bienveillant essayant de se faire le plus réconfortant possible. « La prochaine étape, c’est le temple de Kilika pour avoir la bénédiction d’Ifrit. » Ils allaient retrouver leur île, après des jours et des jours d’absence. Bien évidemment Akemi réfléchissait déjà à comment atteindre le temple sans se faire arrêter par son père qui était contre la décision de la jeune femme. Doucement, elle rapprocha son index plié de ses lèvres, prenant un air concentré mêlée à de la réflexion. « Je pense qu’il va falloir réfléchir à un plan pour ne pas se faire reconnaître et surtout partir directement après la bénédiction. Nous ne pouvons pas rester sur l’île. Pas avec mon père. » Rien n’était jamais facile, mais avec Seiji à ses côtés, l’invokeuse savait qu’ils trouveraient un plan. Ils avaient toujours été doués pour cela. Surtout Seiji quand il était question de tourner son père en bourrique.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 325



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Mer 9 Aoû 2017 - 16:07
Il se doutait que cette attention ferait plaisir à Akemi. Son regard émerveillé, son sourire doux et bienveillant… Machinalement, Seiji passa une main dans ses cheveux. Elle était heureuse. Et si cela ne suffisait pas à faire disparaître le sentiment de gêne qui s’était immiscé en lui, la réaction de sa belle protégée lui insuffla un doux sentiment de tendresse. C’était idiot, mais il aimait la voir ainsi. Ce sourire, cette joie qui illuminait les traits d’Akemi… Pour une telle expression sur son visage, Seiji était prêt à bien des sacrifices. Quitte à perdre des heures à chercher un coquillage au bord de l’eau. « De rien. » bredouilla-t-il simplement, retrouvant doucement contenance. Pourtant, la suite l’étonna. Il vit Akemi s’approcher, se pencher sur son visage. Et doucement, il sentit ses lèvres contre sa peau. Un petit baiser sur sa joue. Doux. Innocent. Durant l’espace d’une seconde, il était de nouveau le petit garçon de Kilika, et elle, cette jolie petite fille. Celle-là même dont le sourire faisait battre son cœur. Il resta figé un instant, en proie à un doux mélange de surprise et de mélancolie. Mais peut-être aussi quelque chose de plus fort. Un battement de cœur, et il se tourna doucement vers elle. Son regard n’exprimait rien, excepté une étrange intensité à son égard. Une explosion de sentiments : tendresse, bienveillance, douceur, affection… attirance. Un nouveau battement de cœur, et il éprouva la sensation de perdre pied, comme si ces sentiments s’enflammaient doucement, libérant un parfum entêtant qui s’épanchait dans tout son être. Il la regarda, avec l’envie vivace de l’embrasser. Puis, croisant son regard, Akemi lui expliqua que ce baiser sur sa joue était une façon de le remercier. « Merci. » articula-t-il lentement, sans vraiment se préoccuper des mots qui sortaient de sa bouche. Puis elle se retourna. Et Seiji l’observa, gravant son sourire dans sa mémoire.

Il s’avança près d’elle, observant l’horizon. Il savait ce que la jeune femme allait dire. À vrai dire, ils savaient certainement tout deux que le moment de reprendre la route était venu. Et de sa voix douce, Akemi annonça ce qu’il savait déjà. Ils allaient reprendre la route vers Kilika. Une prochaine bénédiction… Un fragment d’ombre s’immisça dans le regard de Seiji. Pourtant, le prochain temple — celui de Kilika — serait une étape cruciale. S’ils souhaitaient éviter les parents d’Akemi, ils devraient se montrer discrets. Seiji leva un regard sur elle. Elle était plutôt mignonne, avec son petit air pensif. Malgré lui, encore sous le coup de ce petit baiser innocent, il attarda son regard sur ses lèvres. Mais Seiji se reprit rapidement. Une solution pour passer discrètement… Ils n’avaient quitté l’île que depuis une semaine : inutile de dire que le père d’Akemi ne se serait certainement pas résigné à respecter le choix de sa fille. Seiji croisa les bras, et ferma ses paupières. Se faufiler discrètement dans le temple… Et puis, la solution effleura son esprit. Une semaine… « Eh… C’est bientôt la fête de l’éclosion non ? » il posa son regard sur Akemi, une étincelle de confiance dans ses yeux. « On pourrait se glisser dans le temple pendant la fête. Le temple devrait être désert, ou presque. » plutôt risqué, mais c’était un début. Seiji croisa de nouveau les bras, son index tapotant contre son bras. « C’est ça, ou je m’occupe de ton père… C'est le seul qui nous posera problème. » difficile de dire s'il était sérieux ou non. Néanmoins, il continua. « Mais on devra se débrouiller pour que personne ne nous reconnaisse. » ils avaient un début de plan. Et si les choses ne se déroulaient pas comme prévu… Un petit sourire germa au coin des lèvres de Seiji.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 380



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Invokeure

le Ven 11 Aoû 2017 - 21:43





Maintenant qu’elle avait retrouvée la forme, il était temps pour elle de reprendre la route de son pèlerinage et ce fut d’une voix haute et claire qu’elle l’annonça à son gardien, avant d’exposer de nouveau les épreuves qui risquaient de les attendre. Ce fut donc avec un air pensif, qu’Akemi essayait de réfléchir à toutes les possibilités qui s’offraient à elle. Continuer son pèlerinage n’était pas une épreuve en soit, c’était plus son père qui allait le devenir une fois arrivé au temple de Kilika. À chaque fois que la demoiselle avait soumis son désir d’être invokeuse, son père désapprouvait systématiquement, usant des excuses comme sa santé fragile ou sa résistance médiocre. Mais au fond, plus que tout, la jeune femme savait ce que craignait sa figure paternelle. Brièvement ses yeux se voilèrent, mais elle reprit aussitôt contenance en préférant se concentrer sur les paroles de Seiji, un sourire joyeux sur ses lèvres. « Oh ! Ça m’était sorti de la tête ! La fête de l’éclosion… » Ses yeux pétillaient à l’idée de penser à cet événement qui ne déroulait que tous les cinq ans. Une fête qu’elle appréciait beaucoup, mais que jamais elle n’avait eu l’occasion de voir pleinement. Peut-être que cette fois, cela sera différent. Voulant demander à son gardien d’y participer, elle se tut aussitôt quand celui-ci évoqua l’idée de profiter de ce rassemblement pour s’infiltrer dans le temple et ainsi affronter le priant d’Ifrit pour une bénédiction. Bien qu’elle le cachait, l’invokeuse ne put s’empêcher d’éprouver une pointe d’amertume, mais après tout, elle avait choisit cette voie et les sacrifices qui en découlaient. Elle ne pouvait se montrer égoïste et capricieuse, bien que ce ne fût pas l’envie qui la titillait. « C’est une très bonne idée, en plus je suppose que même les prêtres ne pourront rester à cela. Pas même mon père. » Elle aurait voulu y assister avec Seiji à ses côtés, voir les fleurs s’ouvrirent, profiter de leur parfum, et peut-être même lancer sa lanterne pour faire un vœu, mais le devoir d’une invokeuse primait avant tout. Regardant de nouveau l’horizon comme pour se changer les idées, Akemi ne put s’empêcher d’exprimer un soupir contrarié en entendant les paroles de l’épéiste. Ah ça, elle le savait qu’il prendrait plaisir à s’occuper de son père. Ses deux là s’entendaient comme un chien et un chat. Toujours à se provoquer et à ce quereller, mais au fond, n’était-ce pas pour cacher un semblant d’affection entre eux ? En pensant cela, Akemi s’était mise à doucement rire, se tournant vers Seiji tout en levant son index pour se montrer un brin plus autoritaire. « Tu ne feras rien à mon père ! Tu vas être gentil, être aimable et surtout tu ne le provoqueras pas pour te faire remarquer. » C’était là ses conditions, après tout, si jamais il se trouvait dans le temple même au moment de la fête, il suffirait juste de l’éviter. Tout en continuant d’observer Seiji, l’invokeuse ne tarda pas à poser ses deux mains sur ses hanches en signe cette fois de désapprobation. Elle savait ce que ce sourire signifiait et même s’il le niait, Akemi connaissait bien trop son gardien, pour laisser passer ça. « Hors de question ! Je sais à quoi tu penses et non Seiji, tu n’assommeras pas mon père, même si je sais que ce n’est pas l’envie qui te manque. » Il était incorrigible, mais il était vrai que cela pouvait être une solution. Et pas des moindres. Remarquant qu’elle était en train de prendre le même plie de penser que son ami, la jeune femme secoua frénétiquement sa tête, préférant chasser cette image de sa tête. Même si parfois il était étouffant, il s’agissait quand même de son père et jamais elle n’aurait pus lui faire le moindre mal, même juste pour l’assommer. « Hum… On pourrait peut-être trouver des déguisements ou quelques choses pour couvrir nos visages ? Parce que même sur le bateau, les matelots pourraient nous reconnaître… Avec ça, il suffira juste de ne pas se faire remarquer et dés que la fête sera à son apogée, on ira au temple. Qu’est-ce que tu en dis ? » Son plan n’était pas parfait, mais c’était là, tout ce qu’elle avait trouvée comme solution. Et à moins de se défigurer, le déguisement semblait plus plausible comme idée.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 325



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Sam 12 Aoû 2017 - 21:31
Quand Seiji mentionna la fête de l’éclosion, un sourire illumina le visage de la jeune femme. Elle avait toujours éprouvé beaucoup d’intérêt pour cette fête, et cela même quand ils étaient encore petits. Inéluctablement, plusieurs souvenirs caressèrent doucement la surface de son esprit. Mais l’un d’entre eux attira particulièrement son attention : la toute première fois où ils avaient regardé les étoiles ensemble. Il se souvenait encore du sourire sur le visage d’Akemi, et de son regard pétillant alors que les constellations étaient apparues une à une dans le ciel sombre. Et puis, il se remémora le bisou que cette jolie petite fille avait déposé sur sa joue, avant de rejoindre ses parents. Seiji passa machinalement une main dans ses cheveux, esquissant un sourire timide. Certaines choses n’avaient pas vraiment changé… Il soupira avec une tendresse inhabituelle. Puis, il se focalisa de nouveau sur le présent : la fête de l’éclosion, le temple, la Chimère. Et ce fut à cette occasion que Seiji exposa son plan, une assurance nouvelle dans la voix. Quand elle entendit son plan, Akemi concéda que l’idée était bonne. Seiji hocha la tête, une pointe de satisfaction dans le regard.

Il restait néanmoins un problème… Mais quand Seiji mentionna le père d’Akemi à voix haute, celle-ci soupira. Puis elle leva un index autoritaire, annonçant clairement qu’il était hors de question que Seiji tente quoique ce soit à l’égard de son père. Seiji soupira, affichant une moue contrariée. Pourtant, et même s’il ne l’avouerait jamais, il aimait assez ce petit côté autoritaire. Il continua donc sur sa lancée, expliquant que ce plan impliquait que personne ne les reconnaissent une fois là-bas. Un petit sourire germa sur ses lèvres, et immédiatement, il entendit la voix d’Akemi se faire plus menaçante. Seiji se raidit légèrement, et posa son regard sur Akemi. Poings sur les hanches, elle lui interdit littéralement toute tentation d’assommer son père. Seiji la regarda un brin stupéfait, réalisant que la jeune femme le connaissait beaucoup trop bien. Après une seconde d’ébahissement, Seiji retrouva ses esprits, et se pinça l’arrête du nez. « … Ok c’est bon, je lui ferais rien. On se débrouillera autrement. » il aurait préféré mettre son plan à exécution, mais c’était peine perdue. Il renonça donc avec une pointe de déception, et retrouva finalement un semblant de sérieux. Après quelques instants, Akemi suggéra que la meilleure solution pour être discrets serait certainement d’utiliser des déguisements. Seiji croisa les bras, et hocha doucement la tête. « Ouais… Mais on n’aura pas le temps de se faire des déguisements… » à nouveau, ses doigts tapotèrent la surface de son bras. Puis, une idée lui vint. « On pourrait se trouver des pèlerines. Si on a des capuches, personne ne nous reconnaîtra. » il hésita. Ce n’était pas forcément le plus subtile, mais ils n’auraient peut-être pas le temps de faire mieux. « Bon, on va sûrement attirer l’attention… Je parie que les prêtres vont nous prendre pour des Al Bheds en cavale. » il soupira. Même maintenant que son île natale lui semblait si loin, il n’arrivait pas à apprécier les prêtres du temple. « C’est vrai que c’est pas très discret. Mais si personne ne voit nos visages, on se fiche d’attirer l’attention. » et vu l’ambiance de la fête, il doutait que des gens viennent les importuner. Et puis, ils pourraient toujours improviser en cas de soucis. Seiji posa son regard sur Akemi, cherchant une quelconque approbation. Et puis, s’ils suivaient ce plan… Ils auraient peut-être une opportunité de faire le tour des stands avant de rejoindre le temple. Il n’avait jamais vraiment eu l’occasion d’emmener Akemi à la fête de l’éclosion, et l’idée ne lui déplaisait pas. Pour cette raison, il espéra que la jeune femme accepterait de prendre ce risque.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 380



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Invokeure

le Lun 28 Aoû 2017 - 0:55





Ce fut avec autorité et sévérité qu’elle tentait de faire oublier l’idée d’assommer son père dans l’esprit de Seiji. Bien que son père soit parfois trop protecteur et lourd, il ne méritait pas un tel traitement. Aussi, Akemi comptait bien user une manière plus intelligence d’accéder à la salle du priant. En voyant que son gardien semblait abdiquer face à cette idée saugrenue, la jeune femme se détendit alors, réfléchissant à une nouvelle ébauche qui pourrait leur permettre de passer incognito dans le fameux temple de Kilika. Après mûre réflexion, elle opta pour changer leur apparence avec l’aide de déguisement. C’était un plan peu parfait, mais avec ça, elle était sûre qu’ils ne se feraient pas reconnaître. Si l’idée semblait bonne en théorie, en pratique elle semblait moins faisable. Seiji avait raison, ils n’auront pas vraiment le temps de se faire des déguisements, surtout que l’île comportait que très peu de matière pour réaliser cela. Soupirant tout en tentant de réfléchir à autre chose, la demoiselle se tourna alors vers le jeune homme quand celui-ci énonça un nouveau plan. Écoutant les risques énoncés par son ami, ce dessein semblait légèrement risqué, mais pas infaisable. Il est vrai qu’accoutrée de la sorte, ils risquaient d’attirer l’attention d’autrui sur eux, mais qui ne tente rien n’à rien. Son index près de ses lèvres, son regard montrant une réflexion intense, la demoiselle relâcha soudainement la pose, avant de mettre ses mains derrières son dos, un sourire bienveillant sur les lèvres. « Il est vrai que c’est loin d’être un plan parfait, mais je pense que c’est le seul qu’il nous reste sous la main. Puis après tout, si on reste discret, personne ne viendra nous embêter. Heureusement que tu es là. » Elle ne savait si d’elle-même elle aurait pensé à user de pèlerine pour masquer son visage, mais au moins, ils avaient quelques choses pour se déplacer dans Kilika sans ameuter leur connaissance, mais surtout leur parent. Décidant d’opter pour cette stratégie, Akemi donna alors son approbation tout en voulant apporter son aide quant à la recherche de pèlerine convenable pour les dissimuler.

La nuit se passa alors, tout comme les journées qui se succédaient doucement jusqu’au jour de la fête de l’éclosion. Le matin même, Akemi vérifia une dernière fois qu’elle n’avait rien oubliée, avant de remercier l’aubergiste pour son accueil et sa gentillesse. Quand elle quitta le village avec Seiji, elle enfila avec soin sa pèlerine, faisant attention à ne pas laisser dépasser la moindre parcelle de visage. Même si sur le chemin ils ne risquaient rien, il valait mieux prévoir les regards indiscrets des matelots qui attendaient les voyageurs sur le pont. Originaire de Kilika, il n’était pas à négliger qu’ils seraient capables de reconnaître les deux fuyards et donc de prévenir certaines personnes de leur venu. Malgré la pression, l’invokeuse restait confiante, et ce fut alors accompagné de son gardien qu’elle monta sur le pont couverte de sa capuche, le cœur battant prête à rencontrer le gardien de Kilika : Ifrit.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant