Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


● Cute ? Who's that.

 :: Ecoutez notre histoire • :: Vidéosphère • Registre :: • Fiches validées

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 145



Sorts & compétences

Camelia

Joueuse de Blitzball

le Lun 7 Aoû 2017 - 20:41



CameliaHighwind






Etat civil


Surnom(s) : Camy


Race : Métissée Guado.


Âge : 19 ans.


Place dans la société : Joueuse de Bliztball.


Groupe : Civils.




Physique


Couleur de peau : Blanche, presque livide.


Taille/Poids : 1m70 pour 58 kilos.


Couleur/Longueur des cheveux : Longs et blonds.


Couleur des yeux : Bleus.




Signe(s) distinctif(s) : ▬ Ses oreilles, qu'elle essaie toujours de cacher.
Ses sourcils.
▬ Une unique boucle d'oreille, côté gauche.




Prendre les armes


Classe : Dragoon de l'Aube.




Armement : ▬ Une hallebarde.




Caractère





  • Raffinée.

  • Souriante.

  • Indépendante.

  • Posée.

  • Attentionnée.





  • Impulsive.

  • Susceptible.

  • Têtue comme un âne.

  • Renfermée.

  • Secrète.





Elle est mélancolique et souvent distraite. Amoureuse d'une liberté qu'elle s'efforce de préserver quand bien même elle est elle-même prisonnière du mal de Sin qui lui a arrachée aussi bien son passé qu'une partie de ce qu'elle était. Elle est de ces âmes qui errent, sans trop savoir où aller, sans être perdue pour autant. Et c'est sûrement pour cette raison qu'elle se ferme, à chaque fois. Qu'elle ne parle jamais d'elle-même et que ses yeux se teintent souvent d'une amertume qu'on ne comprend pas. Elle est joyeuse et vivante pour sauver les apparences, pour s'empêcher de s'ouvrir comme elle aimerait le faire, parce qu'elle a peur de s'attacher, et c'est en partie pour ça qu'elle est également renfermée. Insolente à sa façon et aimable quand ça lui chante. Pourtant, lorsqu'elle aime, Camy, elle aime vraiment. De tout son coeur, quand bien même elle peine à le montrer.
En d'autres termes, elle peut paraître dure, mais d'autres vous le diront : Elle sait aimer. Et pour peu qu'on perce sa carapace d'indépendance et de solitude, elle est aussi affectueuse qu'attentionnée.

Histoire





─ Tu crois qu'elle est en vie, Galtis ?
─ Elle respire, alors oui.

Lorsque Camelia ouvrît les yeux, la première sensation que lui apportèrent ses nerfs fût celle de la douleur, insupportable, qui traversa son échine.

─ Hé madame, tu peux bouger ?

Dire qu'elle avait mal était presque un euphémisme. Et pour cause, elle pouvait sentir le moindre de ses muscles lui crier grâce et Dieu seul savait comme elle avait envie de leur accorder le repos qu'ils lui demandaient. Et qu'elle méritait.

─ On l'emmène chez Mamie ?
─ Elle va crier...
─ Mais si on la laisse ici, elle va mourir.

Elle n'avait aucune idée d'où elle avait atterri, distinguait à peine le ciel au-dessus de sa tête et, hormis les deux voix qui lui vrillaient les tympans, tout lui semblait aussi flou qu'irréel, autour d'elle.
Et elle se serait presque cru morte si cette douleur infâme dans son échine ne lui rappelait pas, un peu plus à chaque seconde, qu'elle était en vie.

─ Mh... Emmenons la, si tu veux.

Camelia ferma les yeux.

●●●

─ Tu te rappelles d'où tu viens ?

Camelia secoua tout doucement la tête, les yeux rivés sur le drap, chaud, posé sur ses cuisses. Elle n'était plus avancée qu'à son arrivée, loin de là même. Ses souvenirs se limitaient à l'instant où elle avait ouvert les yeux, quelques jours auparavant, et les visages qui défilaient sous ses iris lui semblaient aussi étrangers que le monde dans lequel elle était.

─ Comment est-ce que tu t'appelles alors ?
... Camelia, je crois.

Camelia Highwind. De ce que son esprit lui soufflait.

Où est-ce que je suis ?
─ Pas bien loin de Luca. Tu as dormi au moins trois jours, c'est normal que tu soies un peu perdue.
Luca ?

La vieille femme face à elle lui accorda un regard inquisiteur et, instinctivement, Camelia se tassa. Elle n'aimait pas sa façon de l'observer. Assez en tout cas pour lui donner envie de déguerpir dès qu'elle serait capable de marcher.

─ Tu as été trop proche de Sin, n'est-ce pas ?
Sin ?
─ Tu te rappelles de ton passé ?

Camelia secoua la tête pour toute réponse, en toute honnêteté, quand bien même elle détestait qu'on réponde à ses questions par d'autres questions.
Le temps passé avant son réveil se résumait à un immense trou noir lui-même englouti par une silhouette énorme, qu'elle aimait mieux oublier. Elle ne savait plus qui elle était, ni même d'où elle venait. De son passé, il ne lui restait que la boucle d'oreille qu'elle sentait mordre son lobe et cette constatation suffît à lui arracher des larmes qu'elle tenta maladroitement de garder pour elle.

─ Tu es encore jeune, c'est horrible... Tu sais quel âge tu as ?
Non.

La vieille femme n'ajouta rien. La mine grave, elle se redressa de son petit tabouret en emportant, avec elle, le plateau désormais vide qu'elle lui avait apportée. Camelia, elle, se laissa finalement aller à pleurer.

●●●

Je crois que j'avais neuf ans, quand je suis arrivée.
─ Tu t'en rappelles ?

Camelia haussa doucement les épaules, resserra ses doigts sur le ballon de Blitzball qu'elle tenait entre ses mains. Immergée dans l'eau jusqu'à la taille, elle fît mine de renvoyer la balle à Galtis, face à elle, puis s'étira souplement. Ses souvenirs lui revenaient par bribes incompréhensibles, de temps à autre. La frappaient si violemment qu'elle en avait la nausée, parfois.

Elle avait grandi avec Galtis, sa soeur et leur grand-mère. Bercée par ce qu'ils appelaient "Yevon" et par les croyances qu'eux avaient. Et au final, elle avait fini par s'y identifier. Ce qui venait de leur monde avait fini par faire parti du sien. Sa mémoire était encore un immense trou béant mais son présent se dessinait un peu mieux et elle s'y accrochait, comme elle pouvait. Avec l'aide de celle qu'elle considérait désormais comme une grand-mère et qui lui avait appris, depuis le premier jour, tout ce qu'elle avait à découvrir ou à re-découvrir de Spira.

Camelia secoua légèrement la tête.

A peu de choses près. Ca voudrait dire que j'ai treize ans.
─ Et que tu peux t'en aller dans deux ans. Tu y as réfléchi, d'ailleurs ?
Pas vraiment.

Elle savait qu'elle pouvait s'en aller. Ce qu'elle voulait faire de sa vie, en revanche, lui échappait encore totalement. Je n'ai que treize ans, de toute manière.

Peut-être que j'irai apprendre le Blitzball à Luca.
─ ... Tu es une fille.

Camelia haussa un sourcil, incrédule.

Et ?
─ Les filles ne jouent pas au Blitzball. Je te l'apprends parce que tu aimes ça, mais tu te ferais atomiser.

Ses yeux se plissèrent imperceptiblement et, doucement, Camelia releva son bras. Les filles ne jouent pas au Blitzball ? La balle disparût d'entre ses mains à une vitesse presque hallucinante pour s'écraser dans le visage de Galtis et, vexée comme jamais, la jeune fille tourna les talons en direction de la rive sans plus lui accorder d'importance.

Tu vas voir si les filles ne jouent pas au Blitzball.

●●●

─ Tu es une fille et en plus t'es trop jeune.

Camelia roula des yeux si fort qu'elle eût presque l'impression d'atterrir sur la Lune. Elle avait déjà entendu ça, trois ans auparavant. Et si Galtis s'était platement excusé après quelques jours, elle n'était pas sûre de pouvoir faire montre du même self control face au crétin qu'elle avait sous le nez.

Une fille trop jeune qui va te mettre une raclée avec un ballon dans la main, si tu ne me laisses pas passer.

Son vis-à-vis plissa les yeux, frustré par les rires de ses quelques camarades assis autour de lui et Camelia s'étira presque paresseusement, pour lui prouver qu'elle s'en fichait. Elle avait débarqué à Luca deux mois auparavant, avec la ferme intention de changer d'air et de voir autre chose que la mer du trou paumé où elle « vivait ». Et s'il lui fallait admettre que celle qu'elle considérait comme sa grand-mère lui manquait affreusement, elle ne remettrait sûrement plus jamais un pied là-bas si c'était pour définitivement y retourner. Elle leur était redevable, oui. Et savait pertinemment qu'elle ne les remercierait jamais assez pour tout ce qu'ils lui avaient donné et appris. Même ce crétin de Galtis, et son machisme chronique. Même son adorable petit soeur, Minca, qui lui avait montrée tout ce qu'il y avait à savoir sur les fleurs de Spira. Information très utile si on prenait en compte le fait qu'elle travaillait désormais sur un stand fleuriste à Luca. Mais vendre des pâquerettes toute sa vie lui semblait aussi charmant qu'un Ronso en rûte et autant dire que l'idée la séduisait assez pour lui donner envie de détaler.

─ Si tu veux devenir joueuse chez les Luca Goers, c'est à moi que tu vas devoir te frotter.
Tu y es joueur, toi ?
─ Evidemment.
Alors je devrais pouvoir y arriver.

●●●

Elle avait eu raison, à peu de choses près. Quand bien même le match s'était terminé en 1-0 en faveur de l'abruti à qui elle s'était confrontée, ses capacités lui avaient accordé des interrogations toutes plus favorables les unes que les autres et elle avait envoyé un petit « Et toc ! » spirituel bien violent à Galtis.

─ Bon... T'es... Douée, j'admets.

Elle ne répondît rien, butée dans un silence qui se transforma en sourire satisfait lorsqu'elle le vît tendre le poing et, le regard victorieux, Camelia y cala le sien en ricanant.

C'était presque une raclée.
─ Eh, n'exagère rien, c'est moi qui ait gagné.
Tu m'as éjectée !
─ C'est une victoire quand même. Mais si tu veux vraiment jouer, tu vas quand même avoir un certain nombre de choses à travailler.
Ca me va.
─ Encore heureux, puisque tu veux pas me dire pourquoi tu veux entrer.

Son sourire satisfait lui arracha une grimace désabusée mais elle n'ajouta rien, bien trop occupée à jubiler. Au moins elle ne vendrait pas des fleurs toute sa vie. Et si sa famille se trouvait quelque part dans Spira, le Blitzball était sûrement l'un des meilleurs moyens de les ramener à elle.

●●●

─ Tu joues chez les Luca Goers ?! Alors tu connais Esraaaaaaaaa ?!
Oui je connais « Esraaaaaaa ».

La voix de Camelia s'éteignît dans un soupir désabusé. Si elle avait su que devenir membre des Luca Goers aurait fait d'elle un aimant à groupies du second ailier de son équipe, elle en aurait volontiers changé.

─ Et il est comment ?!
Normal.
─ Oui mais dans le priv--
Je ne sais pas. Je ne dors pas avec lui tous les soirs - et encore heureuse d'ailleurs, alors si tu veux des informations qui relèvent du privé, tu vas les lui demander.

Son ton sec eût pour effet de faire grimacer son interlocutrice et, excédée, Camelia retourna à son verre de jus en se retenant de s'affaler sur son tabouret. Un peu de tenue. Mais ciel, qu'il pouvait être exaspérant, à s'attirer les fans les plus toxiques de tout le pays. En dépit du fait qu'il l'avait aidée à évoluer comme elle l'avait fait, il lui fallait admettre qu'Esra pouvait se montrer incroyablement agaçant, parfois. Agaçant, mais attachant. Une teigne qu'on ne pouvait qu'apprécier et c'était sûrement pour ça qu'elle ne lui avait pas encore cassé le nez. Ca et plein d'autres choses, en vérité. Le fait qu'il lui avait appris à être une bonne ailière devait sûrement aider.

 :: Ecoutez notre histoire • :: Vidéosphère • Registre :: • Fiches validées

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 530



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Mar 8 Aoû 2017 - 9:13
Tu connais la chanson, mère ♥

 :: Ecoutez notre histoire • :: Vidéosphère • Registre :: • Fiches validées