Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Forward and (flash)back - Ryme

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 530



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Dim 27 Aoû 2017 - 21:21
À la tête qu'il faisait, Ryme savait très bien que mentir n'était plus la solution de facilité pour s'en sortir. Si, les excuses faciles qu'elle fournissait aux autres Voix passaient comme des lettres à la poste... Il n'en serait pas de même avec lui, son seul ami depuis longtemps. À vrai dire, la jeune femme avait oublié comment être sincère avec les gens qu'elle considérait comme proche. Un mensonge - qu'il soit volontaire ou ommitif, était plus facile à assumer que les vrais sentiments qui gisaient au fond d'elle. Mais, il ne releva pas - pas tout de suite, se contentant de lui proposer le reste du repas qu'il n'avait pas fini de manger. Si la soupe à l'eau ne lui faisait pas envie et n'était sans doute pas adaptée à sa situation, elle attrapa volontiers le biscuit qu'elle n'avait pas dévoré le matin.
La croute du biscuit crissa sous sa dent. Le goût n'était pas terrible non plus, mais au moins, son estomac aurait quelque chose à ruminer et ses peurs, ses angoisses, trouveraient quelque chose a martyrisé dans son ventre. Mais, ce n'est pas tant des sentiments négatifs qui l'accablait. La main douce et chaude de Cillian l'apaisait un peu, et finalement, elle commençait à se dire que, quelques points de suture valaient bien cette amitié. Les sourires qu'il lui offrait trouvaient toujours un écho sur son visage, sans qu'elle ne le veuille vraiment.

"Tu apprendras d'autres chansons, si tu rentres chez toi." murmura-t-elle tout en observant la salle d'un œil un peu inquiet.
Elle ne lui formula pas qu'elle aussi, aimerait bien avoir quelque part où aller. Mais, elle se retient. Parce que, quelque part au fond d'elle, Ryme avait envie d'entendre des paroles comme "viens avec moi" ou "je te ferais visiter". L'idée de rester seule lui glaçait le sang. Pourtant, avant, cela ne l'avait jamais dérangée.

"Et puis, il doit y avoir plein de gens qui attendent ton retour. Ta famille, des amis et peut-être même une jolie fiancée !" badina-t-elle un peu faussement sur la dernière partie, dans un pincement de coeur qui la surprit.

Pour ce qui était des mensonges... Ce n'est pas tant qu'elle avait envie de mentir. C'est plus qu'elle se sentait obligée de le faire. Pendant si longtemps, on avait mis son corps à nu d'un claquement de doigts, qu'elle n'était pas prête à en faire autant avec son âme. Et garder le silence face à lui était bien trop lourd et pesant, même s'il comprenait. Oh oui, il comprenait. Il semblait pouvoir tout accepter venant d'elle, le bon, comme le mauvais. Mais, il n'était pas assez fort pour accepter la Voix qu'elle était. Juste l'inconnue devenue une amie, pendant quelques semaines. Quelque part, cela lui fit très mal. Elle était une Voix de Yevon depuis plus de cinq ans, l'institution lui avait fournit tout ce dont elle avait toujours eu besoin en échange d'un peu de chair.
Ces pensées lui renvoyèrent un peu de bile dans la gorge. Au final, elle était tout aussi abjecte que Vilhatt.

"J'ai l'impression, que si je ne mens pas... Je vais finir écrasée par le poids de mon cœur." lâcha-t-elle dans un soupir remplit de tristesse.
"Je voudrais être cette amie dont tu parles. Mais je ne le suis pas. Je ne le suis plus. Je suis leur création. Ils m'ont tout donné, tout appris, j'ai pus vivre une... Vie grâce à eux. La Ryme que tu cherches, elle n'existe plus."

Sa gorge se noua et les larmes qu'elle tentait de retenir s'échappèrent silencieusement de la lisière de ses yeux. Distraitement, elle passa une main sur sa jambe, comme-ci cette partie d'elle-même disparue avait été une des dernières choses qui l'avait empêchée de devenir une des possessions de l'église.

"Tu es... mon ami." Le mot ami lui écorcha un peu la bouche, encore un mensonge.
"Peut-être même, mon seul ami, en ce moment. S'ils n'hésitent pas à lever la main sur moi... Que penses-tu qu'il t'arrivera ? Et a tes proches ou même l'Invokeur, que tu protégeais, si celui-ci n'a pas connu un funeste destin ?"

Elle avait l'expression d'une biche acculée par un chasseur. Ses yeux bleus étaient irrigués de sang, mais pas le reste de son visage qui lui, était blême. Ryme laissa filer un silence pendant lequel on entendit un gémissement plaintif. Dehors, le soleil commençait déjà à décliner. Cette conversation ne durerait plus très longtemps avant que l'on vienne pour mettre en place le couvre-feu des malades.

"J'ai dit autrefois... À quelqu'un que le meilleur moyen de changer les choses était de les affronter. De partir pour changer les mentalités. Mais moi, j'en suis incapable..." Elle marqua une autre pause, se mordant la lèvre inférieure, la gorgeant de couleurs à cause de l'afflux sanguin.

"On a dû te dire que je suis là parce que, en revenant de Luca, j'ai voulu... Peu importe la raison, je me suis éloignée un peu, un monstre m'a attaquée. La vérité, c'est que... Je... m'étais enfuie."
Son visage qui jusqu'alors était très pâle devint rose, puis rouge vif. La honte se lisait dans son regard et son estomac se contractait violemment pour rendre le peu qu'elle avait avalé.

"J'allais au temple de Macalania. Pour devenir Invokeure. Mais j'ai échoué. Et même si j'ai envie de devenir sourde, plus que sourde, et de chanter, de rire..." d'être avec toi, à Besaid, pensa-t-elle silencieusement, mettant encore plus sa tristesse à vif.
"Je ne peux pas... Je ne pourrais jamais... Avoir ça. Et ça me brise le cœur. Mentir est plus facile."

Sur ces paroles, Ryme cacha son visage entre ses mains, du mieux qu'elle pouvait. Le reste de son corps essaya, de lui-même, de se recroquevillé également, mais la douleur qui en résultat lui électrisa tout le corps. Elle pleurait, silencieusement, même si l'envie de crier était présente, nichée au fond de sa gorge.
Ne me regarde pas, songeait-elle, incapable de fuir ou de se cacher pour affronter la réalité.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 300



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Lun 28 Aoû 2017 - 13:19
Elle mange un peu. Je suis rassuré. Au moins, elle n'est pas tant déprimée que ça. Je ne suis pas un médecin, je ne suis pas un de ces affreux prêtres, mais je ne me sens quand même pas à l'aise quand je la vois se laisser dépérir. Si en plus elle aime ces biscuits affreux. Pendant quelques secondes, je me demande si c'est une bonne idée que de lui donner ma nourriture. Si j'en crois le délicieux bouillon que j'ai pu avoir, je crains que notre petite escapade ne m'ait mis en porte-a-faux avec l'administration.

Elle me parle ensuite de ma famille. De ma fiancée. Je soupire doucement. Même si je les adore et ait envie de les revoir, il ne faut pas oublier une chose. Enfin. Deux. Premièrement, je n'ai pas de fiancée. Et il y a une bonne raison, qui est celle que je vais donner de suite. Ils m'avaient tous signé comme … Quantité négligeable. Enfin, non. Ce n'est peut être pas juste de dire ça. Mais personne n'attends vraiment mon retour, je pense. Je ne sais pas si ils sont au courant que mon frère a mis fin a son pèlerinage. Si ils ne sont pas au courant, et bien ils pensent que je ne reviendrai jamais. C'est notre lot, en tant que Gardien. Je regarde Ryme. Elle est sensée le savoir ça, non ?

Elle continue de parler, et ce qu'elle dit m'énerve un peu. La Ryme que je cherche, elle existe. Elle est en face de moi. Que tu n'oses pas l'être, je peux le comprendre. Qu'on t'ait fait des choses qui font que tu n'y crois plus, j'ai bien peur que ce soit possible. Mais … Ne nie pas Ryme. Si tu dis que tout ceci n'existe pas ou plus, alors comment trouver la force de continuer ? Je serre un peu plus sa main. Et oui. Oui je suis ton ami. Et … Je soupire, alors qu'elle continue à parler. Elle me raconte ce qui lui est arrivé. Mon respect pour elle remonte. Elle appelle à fuir, mais c'est surement la fuite la plus courageuse dont j'ai entendu parler.

« Ryme. »

Je ne dis que son nom alors que je la voix pleurer. Doucement, je tends la main pour essuyer ses larmes, mais je m’arrête. Je replie mon bras vers moi.

« Ils ne savent pas qui je suis. Je ne suis pas une personne célèbre. Au mieux, qu'est-ce qu'ils peuvent savoir ? D'où je viens ? Besaid, ce n'est pas si petit que ça. Franchement, il aurait été beaucoup plus facile pour eux de me tuer directement, si c'est par exemple ce que tu entends, que de dépenser je ne sais pas combien de temps à chercher ma famille. Ouais, ils pourraient retrouver facilement mon frère. Mais c'est un Invokeur, tu sais. Je ne pense pas qu'on puisse le toucher aussi facilement. »

Je dis ça plus pour me rassurer qu'autre chose. Je soupire doucement.

« Et puis, ma  famille … Même si je les adore, je pense qu'une partie de moi n'arrivera jamais à totalement les pardonner. »

Les pardonner. C'est le mot, je pense.

« Tu sais, quand tu deviens gardien, c'est comme quand tu deviens Invokeur. Peu de gens y pensent, mais … Tu as déjà vu des gardiens revenir de Zanarkand ? Tu as déjà entendu des gardiens revenir du combat contre Sin. Non. Et tu sais très bien pourquoi. Parce qu'on y meurs. »

Je soupire doucement.

« Tu penses vraiment que j'ai une fiancée ? Je suis parti pour mourir Ryme. »

Une petite voix dans mon esprit me dit qu'elle n'a dit ça que pour tater les eaux. Ca me fait un peu peur. J'ai peur que, en tant que, si elle dit la vérité, première personne qui la voit pour qui elle est plutôt que ce qu'elle est, elle ne développe des sentiments pour moi. Au fond, je ne sais quoi en penser. Elle est jolie. Elle est gentille. Mais je ne pense pas que ce soit une façon saine de développer une romance. Elle doit me voir comme une sorte de chevalier servant. Ce que je ne suis pas.

« En tout cas, tu peux dire ce que tu veux. Que tu n'es pas la Ryme que je penses que tu es. Que tu es faible. »

Je hausse les épaules.

« Moi, cette Ryme là, la Ryme forte, je la vois. Et je peux te garantir que c'est mon bon œil qui me reste. Et puis, tu as affronté tes peurs. Tu as fait quelque chose que peux peuvent faire. Tu as survécu a une attaque ... »

Je regarde sa jambe et frissonne doucement. Je pensais m'y être habitué, mais pas encore.

« … qui aurait tué beaucoup de monde, je pense. Et qui aurait brisé l'esprit d'encore plus de personnes. Mais tu es là. Et tu as encore en toi la force de résister. »

Je soupire doucement.

« Et si tu as besoin d'aide pour te libérer totalement de tes chaînes, et bien je suis là. »


Paroles de sédition. J'espère que personne d'autre ne m'a entendu.

« Je ne vais pas laisser des sales prêtres faire du mal à mon amie. Je suis un gardien. C'est mon job. »

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 530



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Lun 28 Aoû 2017 - 14:32
La mort, elle n'y avait jamais pensé. Du moins, pas comme ça. Si, elle, estimait avoir déjà assez vécu pour pouvoir libérer son esprit de sa chair face à Sin, elle n'avait jamais imaginé que les Gardiens ne revenaient pas, eux aussi. Le retour d'un pèlerinage est un pieu mensonge, sauf si l'on est plusieurs et encore... C'est vrai que de toute sa vie, elle n'avait jamais vu un gardien revenir de Zanarkand. Mais, il fallait avouer que le modèle qu'elle avait eu à ce propos n'était pas terrible. S'il semblait en vouloir à sa famille, Ryme, elle, n'avait plus de sentiments pour eux. Juste des souvenirs, un brin amer, qui n'alimentait pas son cœur aride. Elle n'était pas comme son adorable petit frère adopté, Esra, qui, dans son souvenir pleurait plus que de raison des parents morts sur les traces de l'Ultime Chimère.
Petit à petit, les mains de la jeune femme retombent à côté d'elle. Pourquoi fallait-il qu'il trouve toujours la bonne chose à dire pour briser le peu de défense qu'elle arrivait tant bien que mal à ériger contre lui. Que fallait-il faire pour qu'il arrête de se montrer gentil et d'alimenter quelque chose de trop incertain.

"Je ne veux pas que tu meures." soupira-t-elle doucement après avoir repris ses esprits. "Ou pire. Il y'a des châtiments bien pire que la mort. L'église est un peu trop... Zélée de ce point de vue. Tu pourrais être enfermé dans Via Purifico."

Un frisson agita sa peau alors qu'elle prononçait le nom de la prison. Si, personne n'oserait jamais l'enfermer à l'intérieur, elle savait que ce n'était pas l'envie de la coller au Purgatoire, qui manquait à plusieurs dignitaires de l'église. L'aider imposait des risques, mais était-il prêt à les prendre ? Pourquoi est-ce qu'il faisait ça d'ailleurs ? Même si une profonde complicité les unissait, mais était-ce vraiment suffisant ? N'importe qui aurait déjà renoncé, pour la laisser dans sa jolie cage dorée. Fermer les yeux était aussi facile que mentir, alors, pourquoi lui ne le faisait pas ? Cette question lui brûlait les lèvres, mais elle sentait que ce n'était pas le bon moment. Pas le bon endroit. Et puis, il était probable qu'il n'y ait pas de raison, tout simplement, ce qui lui ferait tout autant de mal.

"Je connais Vilhatt. Un peu trop bien. Je sais qu'il n'hésiterait pas à faire le mal pour que l'on ne s'empare pas de ses... Propriétés." La voix de Ryme était légèrement rauque, à cause, des larmes qu'elle avait versé. "Et..."

Et si tu m'aides, tu ne pourras pas rentrer. Tu mourras, toi aussi. Pensa-t-elle, le cœur lourd. Mais cette décision ne lui appartenait pas vraiment. Devait-elle être égoïste et prendre l'aide qu'il lui offrait ? Car, la jeune femme avait retourné le problème dans tous les sens. S'enfuir serait une solution, mais, dans son état actuel, elle ne pourrait pas faire grand chose, surtout dans les régions où personne n'oserait la chercher. Démissionner, n'était pas une option, car, comme les artistes retraités, les anciennes Voix connaissaient un destin peu enviable. Se marier aussi, était une possibilité, mais les prêtres n'accéderaient que très rarement à ce genre de demande - et puis, il fallait avouer que peu étaient les candidats pour s'unir aux Voix. Il ne lui restait que la solution qui l'avait conduite ici : devenir Invokeure, car, même des hauts prêtres ne pouvaient dénouer le lien que l'on tissait avec les Priants.

"Vous êtes bien bavard, Cillian. Je me demande combien de sujets de conversation vous avez épuisez à vous tout seul, vu que Mademoiselle ne parle pas ! L'heure du couvre-feu à sonner, vous devez vous reposer, ce n'est pas comme ça que vous allez guérir, aussi bien l'un comme l'autre !"

La voix de l'infirmière claqua comme un fouet, faisant sursauter Ryme qui était restée perdue dans ses pensées. La vieille femme un peu revêche s'empara du plateau de Cillian et d'un geste habile, elle moucha les chandelles. Quelques rayons lunaires permettaient encore de discerner les choses dans la pièce. La prêtresse s'approcha de Ryme afin de lui remettre en place sa literie, avant de s'éclipser aussi rapidement qu'elle était venue.
La chanteuse resta silencieuse encore quelques instants, pour entendre les bruits de son propre coeur, mais aussi des draps que l'on repousse, qui se froisse à côté d'elle.

"Cillian ?" murmura doucement Ryme tout en tournant la tête vers lui. Lorsqu'elle remarqua l'éclat de son regard dans la pénombre de la pièce, elle se racla un peu la gorge.
"Est-ce que tu peux me parler de Besaid ? Pour m'endormir. S'il te plaît ?"

Si, elle imaginait sans peine l'odeur de l'océan, forte en iode et la douceur d'un sable qui se prélasse au soleil, Ryme n'arrivait pas vraiment à imaginer autre chose. Le peu de sommeil qu'elle avait lui permettait un peu de repos, mais aussi, quelques heures d'évasions.
Elle ferma les yeux, n'attendant pas qu'il commence à parler, s'il le voulait, pour se mettre dans de bonnes conditions pour dormir. D'ailleurs, commença-t-il à parler ? La fatigue l'emporta rapidement, dans un sommeil profond.

Les heures s'égrainèrent, vide de rêves. Elle avait juste dans le coeur, l'image d'un Cillian plus heureux, plus solaire, les pieds dans l'eau turquoise de ce qu'elle imaginait être son île natale. Mais, cette heureuse pensée s'envola lorsqu'elle ouvrit les yeux. Son front était couvert de sueur, avait-elle fait un cauchemar sans le savoir, ou était-ce la douleur qui se réveillait, assassine.
Ryme essaya de se redresser un peu et poussa un gémissement plaintif. La pièce lui sembla alors suffocante, trop petite. Elle devinait les étoiles brillantes et libres dehors. Elle porta son regard sur Cillian, il semblait endormit.
Ryme inspira alors profondément et malgré la douleur, se déplaça. Ses muscles fondus ne pesaient plus grand chose, mais l'effort était tout de même réel. On avait laissé son fauteuil roulant pas très loin de son lit, si elle voulait, elle pouvait y arriver. Elle prit une bonne inspiration avant d'essayer de se mettre debout, la jambe la plus droite possible. Chaque pas était comme marché sur des centaines de morceaux de verre. Le peu de muscles qui lui restait commença à tressauter sous son poids à quelques centimètres du fauteuil dans lequel, elle se laissa tomber.

Une fois un peu plus à l'aise, elle vérifia que, cette fois-ci, tout avait tenu. Les sutures n'étaient pas son activité favorite. Miraculeusement, rien n'avait cédé. En essayant de faire le moins de bruit possible, elle commença à rouler vers l'extérieur. Il n'y avait pas de gardes, ni de prêtres dans les couloirs en direction du jardin. Il lui fut relativement aisé d'y accéder.
Une fois seule, elle se laissa glisser sur le chemin et ne bougea plus. L'air froid, lui semblait être qu'une légère brise bienfaisante. Et puis, dehors, son sang séché sentait moins fort. La maladie qui imprégnait le temple n'avait plus prise ici. Tout comme le temps qui lui semblait soudainement infini et lui laissait le désagréable sentiment qu'elle n'aurait jamais dû survivre.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2