Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Of Bygone Days • [PV CILLIAN] (flashack)

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 145



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Sam 2 Sep 2017 - 15:44
Est-ce que je ne viens pas de faire une erreur ? Mon cœur coule au fond de ma poitrine alors que je remarque sa réaction. Le sourire que je vois sur son visage, c'est celui que j'ai vu quand je l'ai vue, au détour d'un couloir, avec Vilhatt. Je ne me sens pas bien. Il n'est jamais agréable de repousser les sentiments de quelqu'un, surtout quand ils semblent vrais. Car … Pour être franc, je doutais. C'est pour ça que je l'ai repoussée. Mais sa réaction me … putain. J'aurai du l'embrasser, en fait. Je ne l'aime pas comme elle m'aime. C'est vrai. Mais je suis plus près de ça que de la détester. Ou même de simplement et platement la voir comme une amie.

Non. J'ai bien fait de ne pas le faire. Même si c'est dur, ça aurait été lui mentir. Ca aurait été faire passer les peut-être bourgeons de sentiments que je peux avoir pour elle pour des fleurs. Et je ne pense pas que ça aurait été honnête. Ou bien. Imaginez l'enfer que ça aurait été si ces bourgeons ne donnent, au final, pas de fleurs ? A quel point ça aurait été dur pour elle et pour moi, si nous avions été dans une relation au moment de cette réalisation ? Si nous avions … Je secoue doucement la tête. Non Cillian. Tu as pris la bonne décision. Si elle tue les sentiments qu'elle éprouvait pour toi, tant mieux. Si jamais tu te rends compte que ton cœur deviens un jardin fleuri, il ne sera pas trop tard pour aller la voir. Je secoue la tête et remarque qu'elle est quelques pas devant moi. Rapidement, je la rattrape alors qu'un éclair me fait sursauter. Je n'aime pas l'orage. Sa remarque me tire un sourire que je remarque un peu trop amer.

« Yevon ne serait pas aussi cruel que ça avec nous, non ? »

Je l'écoute me parler sans vraiment oser affronter son regard. Je peux comprendre ce qu'elle essaie de me dire. Je comprends ce qu'elle veut dire. Je. Attendez ? Est-ce que je prends la chose mal, ou est-ce une attaque sur ma personne ? J'ai l'impression. L'impression qu'elle sous entends que ce que j'ai pu lui dire ou faire, c'était juste pour lui faire plaisir. Non. Elle ne peut pas penser ça. Quel aurait été l’intérêt de faire ça, si c'est pour la repousser après ? Quel genre de créature immonde pourrait vouloir faire ça juste pour briser des cœurs. J'espère vraiment que ce n'est pas ce qu'elle pense de moi. Je souffle doucement. Que faire ? Elle fredonne. Instinctivement, je calque mon rythme de respiration sur sa voix. Doucement, je glisse sa main dans la mienne.

« Tu sais Ryme, je n'ai peut être pas la chance de t'aimer autant que tu m'aimes ... »

C'est un début. Je ne le qualifierai peut être pas de bon, mais c'est un début.

« … Mais ça ne veut pas dire que tu ne comptes pas pour moi. »

Je tourne mon regard vers elle.

« Et je ne serai pas Cillian si je pouvais simplement me détourner comme ça. »

Je serre un peu ses doigts.

« Je n'ai peut être pas la chance de t'aimer autant que tu m'aimes, mais ... »

Damn. Ce n'est pas facile de trouver les mots.

« Je m'excuse pour ce que j'ai dit avant. Ce … Cette situation m'a permit de me rendre compte de quelque chose. Je ne peux pas mourir. Je ne veux pas mourir. Je ... »

Ma voix se casse un peu. Je ne sais pas ce que je ressens. Je ne sais plus. Je ne l'aime pas, mais je l'aime. Quel enfer. Je n'ai pas envie d'elle, mais j'ai envie qu'elle soit heureuse. J'ai envie qu'elle soit contente. Libre.

« Je veux qu'on aille tout les deux à Besaid. Je veux te savoir libre. »

Je relâche sa main.

« Je ne sais pas comment on va se débrouiller. Mais on va s'en sortir. Tout les deux. »

Je plante mon œil dans le sien.

« Je te le promet Ryme. »

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 360



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Dim 3 Sep 2017 - 9:55
La main qu'il glissa, un peu trop tendrement, dans la sienne la rendit soudainement muette. Son esprit et son cœur se dirent la même chose, sans pour autant tomber d'accord sur le sens, un "encore" dissonant. Sa fierté, blessée, souhaitait se dégagé le plus vite possible de ce contact, avant d'être encore un peu plus épluché sur l'autel d'un amour à sens unique. Les premières paroles, furent douloureuses et confirmaient la théorique de Ryme redoutait le plus, cependant, elle ne laissa rien paraître, du moins, sur son visage ; son regard, quant à lui était aussi limpide qu'un discours passionné.
Et puis, doucement, elle commença à comprendre. Si, elle était dans la vie, une vraie passionnée, aussi flamboyante que sa chevelure si ce n'était plus, lui était indécis.
Peut-être n'avait-il pas connu les plaisirs des badinages, qu'ils furent innocents ou non. Quelque part, cela étonnait beaucoup Ryme. Certes, la beauté résidait dans les yeux de celui qui porte un jugement, mais elle pouvait objectivement dire que Cillian était un bel homme. Il avait certainement dû être un adolescent tout aussi attirant. Si seulement, il ne chantait pas si mal, il aurait certainement fait un candidat idéal pour être l'un des artistes masculins de la troupe des Voix de Yevon. Mais, quelque part, dans les tréfonds de son corps, elle se sentit soudainement saumâtre et réalisait que, finalement, la vie qu'elle avait mené, bien qu'elle fut parfois heureuse, avait désacralisé son corps. Il était une arme, un outil, une armoiries ; mais il ne lui appartenait plus vraiment.

Il serra ses doigts, s'excusant d'avoir été... Sincère. Le visage de Ryme se décomposa légèrement, il n'y avait pas besoin d'être désolé. Son petit ego souffrait de cette première, mais, elle s'en remettrait, très certainement. Et puis, comme il le lui avait dit, rien ne l'empêchait de venir essayer de cueillir ses lèvres une fois tout ça derrière eux. Un deuxième échec vaudrait sûrement plus qu'un visage contritement souriant, mais puisqu'une nouvelle tentative signifierait qu'elle serait enfin libre... C'était un petit pari qu'elle était prête à prendre.
La fissure dans sa voix, lorsqu'il déclara qu'il n'avait pas envie de perdre la vie lui donna l'impression de se prendre un uppercut en pleine figure. Il avait enfin changé de position là-dessus. Ses doigts se dérobent aux siens, et Ryme, qui jusqu'alors ne le regardait pas, verrouilla ses pupilles à celle qui lui restait. À l'intérieur, il y avait une lueur qu'elle n'avait encore jamais vue et qui le rendait d'autant plus adorable. C'était lui, la main armée, le protecteur, le défenseur et pourtant... Pourtant, elle avait envie de le protéger.

Doucement, la jeune femme se rapprocha, engloutissant les centimètres qui les séparaient. Elle posa simplement son front sur son plexus. Elle comprenait. S'il savait combien elle en avait aussi envie.

"Ferme les yeux. Respire, fort." dit-elle, la voix basse et veloutée.
L'odeur de la main qui n'était pas loin s'invita à celle de la pluie. Ce n'était peut-être pas la fragrance de son île, mais...
"Nous y sommes déjà, non ? Tu es presque caramel, à cause, du soleil, et moi... Moi, toujours aussi fantomatique !" Commença-t-elle en riant un peu " On n'est pas au village, mais pas loin de la mer. On a eut subitement envie de poisson grillé ! Mais il pleut. Il pleut si fort que l'on a été obligés d'abandonné notre repas. Mais ce n'est pas grave. On est trempés, on ne ressemble à rien. On rit."

Ryme n'était pas trop une bonne conteuse, loin de là. Mais à ce petit coin de paradis, elle y croyait. Un jour, elle serait sur une plage à Besaid, en train d'essayer de ne pas faire une moue dégoûtée devant l'œil vitreux du poisson qu'elle devrait manger à la main. Les jours les plus heureux de sa vie étaient à venir, elle en était certaine.

"Ne t'excuses pas pour avoir été sincère avec moi, d'accord ?" murmura-t-elle en décollant son front de l'endroit où il s'était agréablement niché.

Elle voulait également lui demander de ne pas faire de promesse qu'il ne pourrait pas tenir, parce qu'elle savait, au fond, que tout cela était irréalisable. Mais, elle avait besoin de sa foi, et lui de la sienne. Peut-être qu'avec un peu de chance, d'efforts et de prières bien adressés, ils y arriveraient.

"De toute façon, tu regretteras toi-même assez vite, de ne pas m'avoir embrassé, puisque mon très cher futur époux, bien que persuadé que suis tombée sous le charme irrésistible de prêtre, a décidé, par pure provocation, que les essayages de ma robe de mariée, se ferait dans ma chambre, juste sous ton nez."

Ryme lui fit une œillade accompagnée d'une moue, un peu comique. La situation serait ridicule, mais au moins, c'était un peu temps qui lui était accordé avec lui. Et quelque part, cela lui plaisait bien de torturer un peu les limites de ses résolutions à grand coup de robe blanche.
Puis, elle porta son regard un peu plus loin que lui, vers la mer. Vers l'aventure et ses dangers.
Elle décrocha alors un des colliers qui pendait à son cou. C'était une chaîne aux mailles plates, avec quelques détails en tissus. Un pendentif en forme de triangle s'y balançait doucement. D'une main assurée, elle s'empara du poignet de Cillian avant d'y enrouler le bijoux. Après deux tours, l'ensemble était un peu serré, mais faisait un bracelet d'acceptable.

"Si on est séparés, retrouvons-nous à Besaid. Chacun attendra l'autre avec un cocktail ! et tu me rendras ce collier, si tu veux." plaisanta-t-elle doucement en finissant de s'écarter de lui, un sourire tendre et chaleureux aux lèvres cette fois.

Il lui semblait que cela faisait une éternité qu'elle n'avait pas sourit comme ça, de bon cœur. Finalement, Cillian était peut-être le vrai et bon seul remède contre son orgueil. La colère, la frustration qu'elle éprouvait n'avait pas fait long feu, comme-ci il avait le pouvoir d'apaiser les turpitudes de ses sentiments.

"Tu crois, que j'aimerai ton île ? La dernière fois qu'on en a discuté, je me suis lamentablement endormie !" dit-elle en souriant légèrement.
"Peut-être... Que c'est là aussi que je suis née." lança-t-elle à la suite sans vraiment attendre de réponse.

Au loin, entre les nuages lourds de pluie, se trouvait Besaid et un avenir plein de promesses.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 145



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Lun 4 Sep 2017 - 13:08
Je crois avoir réussi. Réussi a toucher son cœur. Ma respiration se calme. Mon cœur aussi. Je n'avais après tout qu'une peur, c'est qu'elle se referme totalement. Qu'elle en aille jusqu'à oublier nos plans de révolte. Comme si, et c'est sûrement une forme d'ego de ma part, l'idée d'être libre sans moi lui était impossible à imaginer. Doucement, elle vient se coller contre moi, sa petit tête contre mon plexus solaire. Ça va ça. C'est quelque chose que j'accepte volontiers. Je suis quelqu'un d'assez tactile, après tout. Sa première remarque m'arrache un sourire et manque de me faire rire. Les yeux. Quels les yeux ? Je n'en ai plus qu'un, souviens toi ? Néanmoins, ça réchauffe mon cœur. Si je réussis à blaguer sur ça, c'est que ça va mieux, psychologiquement.

Mais je lui obéit.  Je ferme l’œil et me projette. C'est assez facile pour moi. Après tout, quand elle me parle d'une plage de Besaid, je n'ai pas à inventer. Je vois tout ç fait un endroit comme ça. Une petit crique cachée par les palmiers. On y allait souvent, quand j'étais plus jeune. Avec une petite grotte très haute, dans laquelle on peut s'abriter en temps de pluie. JE peux sentir l'odeur si particulière de mon île. Doucement, mon cœur se met à battre. Je peux le voir d'ici. Elle, moi, et le sable chaud. La liberté. Plus de soucis. Elle rit, malgré les coups de soleil qui commencent à arriver. Moi, je suis un peu triste de devoir abandonner les poissons que j'ai péché. Je soupire doucement. C'est quelque chose que je peux voir, ouais. Que je peux imaginer. Mon cœur se serre. Ce ne sera pas facile.

Je garde les yeux fermés encore quelques secondes après l'avoir sentie s'éloigner. Elle ne s'en rends peut être pas compte, mais fuir sera dur. Enfin. Elle doit se rendre compte que ce n'est pas facile. Mais je serai sûrement amener à blesser des gens. Autant tabasser Vilhatt est un plaisir dont je ne peux pas avoir plus hâte, autant il y aura sûrement des Moines-Guerriers ou des gardes qui essaieront de nous stopper. Et je n'aurai sûrement d'autre choix que de les mettre hors d'état de nuire. Je ne sais que le moment venu, je ne douterai pas. Je sais que le moment venu, je serai capable de leur faire du mal. Mais ce n'est pas une raison pour laquelle ça doit me semble facile.

Sa remarque suivant me fait rire.

« Son idée géniale, c'est de nous laisser tout les deux, dans une chambre, et que tu te changes devant moi ? C'est sensé … Ne pas me donner envie de toi ça ? »

Je me frotte la tête. Est-ce qu'il est autant persuadé que ça de l'amour de Ryme ? Qu'elle lui est acquise ? Dans un sens, je me maudit un peu d'être ce que je suis. L'idée de prendre Ryme dans sa robe de mariée était assez plaisante, en fait. Un sorte d'attaque contre Vilhatt. Une idée purement masculine, peut être. Celle de souiller le blanc virginal de la robe de mariée. Comme une façon de dire que même si elle devenait son épouse, ce qui n'arrivera pas, elle était à moi. Mais je ne suis pas comme ça. Je ne me vois pas juste prendre une personne. Il faut qu'il y ait des sentiments. Qui ne sont pas là.

Je passe de nouveau ma main dans la sienne. Ça fait un moment que l'on est sortis. Je me met à apprécier le poids, pourtant si léger, de son bijou.

« Je te donnerai volontiers une de mes bagues, mais … Je pense que ce ne serait pas très discret, malheureusement. »

J'ai envie de l'avoir contre moi. Dont acte. Cela fait longtemps que je n'ai pas vrai de vrai calin à quelqu'un. Je me doute que ça doit peut être un peu jouer avec son cœur, mais je suis désolé, je vais être un peu égoïste.

« Je suis désolé Ryme, mais tu n'as pas vraiment l'allure d'une native de Besaid. »

Je souris doucement et la serre.

« Et oui, je pense que tu aimerai. Quand tu m'a demandé de fermer les yeux, je me suis souvenu d'un endroit où j'allais quand j'étais gamin. Une plage de sable fin dont le grand intérêt est une sorte de grotte haute. Je ne sais pas quelle pierre compose la grotte, mais elle à été polie par la mer, et quand le soleil descends à une certaine hauteur, tout scintille. »

Je soupire doucement.

« Mais je te la montrerai, d'accord ? »

Des bruits de pas me font la lâcher d'un coup. On viens nous chercher. Fait chier.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 360



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Lun 4 Sep 2017 - 15:16
Ryme esquissa un sourire aussi tendre qu'amuser lorsqu'il énonça que, les plans de Vilhatt n'étaient pas très sensés. C'était vrai, sauf qu'il oubliait une donnée fondamentale dans son raisonnement : ils seraient loin d'être seuls. Même, si, il était vrai que l'idée d'être tout de blanc vêtue, en tête-à-tête avec Cillian lui était extrêmement plaisante, elle ne se réaliserait pas. Et puis, cela valait peut-être mieux, pour elle, mais aussi pour lui. Mais surtout pour elle. Les costumières de Yevon protégeraient son honneur à grands renforts de paravent, ainsi, il ne verrait pas le sillon malsain qui écorchait sa peau, dernier bastion de sa soumission à l'église.
Il passa sa main dans la sienne de nouveau et Ryme observa d'un œil distrait le collier, devenu bracelet, à son poignet. L'idée qu'il possède quelque chose venant d'elle était plaisante. Bien qu'elle savait pertinemment qu'il ne l'aimait pas, il y avait dans ce geste, une certaine forme de lien. Après tout, il était son Gardien à présent, ce n'était pas anodin. Soudainement, la jeune femme se demanda si, l'Amour avec un grand A avait été la raison de la défection de ses parents. Quelque part, sans les Voix, elle n'était plus rien... Cillian, lui avait des souvenirs, une famille.

"Donner une bague à une futur mariée, c'est un poser oser, monsieur Cillian." dit-elle d'un ton léger, à propos du cadeau qu'il semblait vouloir lui faire.
"Et puis, à côté de mes mains, les tiennes sont immenses, je crois même qu'un anneau qui irait à ton petit doigt ne conviendrait à aucun des miens !" continua-t-elle tout en observant leurs doigts liés. Et, c'était vrai, que, comparés à celle de Cillian, les mains de Ryme paraissaient ridiculement petites.

Il l'attira doucement. L'étreinte était pourtant chaste, mais, il n'en fallut pas plus pour que Ryme sente le rouge lui monter aux joues. Ce genre de contacts, elle ne le cherchait pas souvent, mais les sensations d'être tenue par lui était tout à fait différente. Mais c'était sans doute parce qu'elle n'avait jamais aimé auparavant. Elle poussa un soupir d'aise avant de se contracter un peu lorsqu'il lui avoua qu'elle n'avait rien d'une Besaidienne. Remarque, il n'était pas beaucoup plus vieux qu'elle, alors, une gamine aussi rousse qu'elle, il ne l'aurait pas oubliée. Le mystère de son lieu de naissance demeurait.

"Qu'est-ce qui te fait dire ça ? Ma peau un peu trop blanche pour des latitudes ensoleillée ou les cheveux un peu trop roux ?" répondit-elle tout en se calant un peu mieux dans ses bras.

"Ça a l'air merveilleux. Mais je te préviens, je ne sais pas naviguer et encore moins nager. On dirait que tu es condamné à m'aider." ajouta-t-elle.

La jeune femme se replaça doucement, roulant pour coller son dos contre le torse de Cillian. Elle remonta l'un des bras qui l'enlaçait au plus près de sa gorge, s'y accrochant comme une bouée, un point ancré dans la réalité. La situation la blessait un peu plus que de raison, au final et son cœur battant commençait à être douloureux.

"J'aimerai moi aussi, te montrer des choses qui comptent pour moi. Mais, je ne me souviens pas très bien d'où et avec qui j'étais avant que Sin disparaisse. Je m'en souviens clairement de cette nuit-là, mes parents m'ont laissée à Luca. Je vois encore leurs dos s'éloigner après qu'ils m'aient dit de ne pas ouger de la fontaine, et d'être sage. Un prêtre m'a trouvée et j'ai été conduite à Djose. Il y avait plein de gamins là-bas. Parmi tous les enfants, il y'en avait un que j'adorais comme un frère, Esra. Il est devenu joueur de Blitzball maintenant, pourtant, c'était un vrai pleurnichard ! Je devais tout le temps le défendre." Sa voix était emprunte d'une certaine nostalgie. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas revu son adorable petit frère d'adoption, encore une chose sur laquelle, elle avait fait un trait pour ne pas à ce que d'autres ait à souffrir de son attitude.

"Et puis on a été séparés. J'ai été envoyée à Bevelle. Tu peux imaginer la suite." soupira-t-elle pour conclure cette histoire qui commençait à traîner un peu en longueur.

Sans prévenir, il la relâcha. Le froid de la pluie attaqua sa peau et soudainement, elle se sentit affreusement seule. Perdue et surprise par le geste, Ryme n'osa pas bouger, puis elle entendit les bruits de pas qui allaient crescendo vers eux. Sa gorge se noua, tandis qu'elle maudissait Yevon de ne pas leur avoir accordé un peu plus de temps. Elle le regarda, presque douloureusement, avant d'articuler qu'elle était désolée.

Le petit cortège d'ecclésiastique arriva à leur niveau, juste à temps pour voir la claque magistrale que Ryme venait de donner à Cillian. La jeune femme paraissait furibonde, les larmes aux bords des yeux et le visage cramoisi. Bien sûr, elle n'était pas véritablement en colère contre lui, mais, il leur serait plus facile de s'évader si aux yeux de tous, elle le détestait. Mais peut-être y était-elle allé un peu trop fort en le frappant ? Elle espérait qu'il comprendrait.
Un prêtre s'avança, l'air incrédule et saisit Ryme par les épaules, paternaliste.

"Mon enfant, que vous arrive-t-il ?
Cet individu ne comprend pas que je ne souhaite pas être en sa compagnie ! Je dois déjà passer mes nuits dans la même chambre que lui, ce qui est déjà un supplice sans qu'en plus il vienne me tourmenter la journée !
N'y prêtez pas attention, mademoiselle ! J'ai une excellente nouvelle, monseigneur Vilhatt est rentré plus tôt que prévu et souhaite que vous déjeuniez en sa présence.
Oh, vraiment ? Parfait, dit-elle avec un sourire on ne peut plus artificiel.
Venez donc. Quant à vous, Cillian, n'importunez plus mademoiselle."

Le prêtre fronça légèrement les sourcils en direction du jeune homme avant de présenter son bras à Ryme. La Voix lui adressa un sourire courtois tout en prenant appuie sur lui. Le cortège se mit en marche dans l'autre sens et aussitôt, la chanteuse fut assaillit de questions et de remarques. Elle répondit presque distraitement, alors qu'elle jetait un dernier regard en arrière avant que son attention ne soit complètement submergée par le clergé.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2