Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Que danse l'espoir [Pv: Ryme]

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 340



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Invokeure

le Jeu 16 Nov 2017 - 23:45





Il n’y avait pas de mot pour décrire ce qu’elle ressentait face aux désastres de son île. Même la plus pure des compassions, ne pouvait apaiser la douleur que Sin avait laissée dans son sillage. Tout n’était que mort, torture et désespoir. Ce paysage qui était si beau et si animée d’ordinaire, n’était plus que tableau funeste, les furolucioles donnant plus de réalité à ce sombre événement. La fête de l’éclosion ne sera plus qu’une fête des morts à présent. Et même la plus belle des fleurs ne pourrait effacer ce triste souvenir. Seule sur la plage, son sceptre à la main, Akemi avait encore les images de la veille dans sa mémoire. Les cris, la terreur, l’horreur. Elle avait vu des gens mourir, se faire tuer sous ses yeux impuissants et à présent, elle voyait les âmes de ses défunts flotter dans les airs, se rapprochant parfois de son corps, tout en libérant un chant semblable à des lamentations. En tant qu’invokeuse, elle savait qu’il lui fallait libérer ses pauvres âmes, éviter leur transformation en monstre, les accompagner dans l’au-delà. Elle devait accomplir la cérémonie, laisser sa danse les guider en les apaisants de leur tourment, de leur douleur. Avec lenteur, son regard balaya la plage, puis enfin voir le temple de kilika. Les morts étaient nombreux, et les invokeurs en nombre réduit.  Sa fatigue était telle, qu’elle ne savait si elle aurait la ressource nécessaire pour effectuer ce rite. Mais, elle n’avait pas le choix, son rôle l’imposait. Elle détenait à présent l’espoir des gens, l’espoir d’un lendemain sans destruction, sans maux. Elle devait le faire, elle ne pouvait imposer cela aux autres.

Inspirant avec lenteur, Akemi s’avança de quelques pas sur l’étendue de sable meurtri par le sang et la mort. Les corps y résidaient toujours et à la vue de ses pauvres malheur son cœur se serra de plus belle. Ils n’avaient pas eu sa chance. Doucement le remord commença à l’envahir de plus belle, mais elle se ravisa en secouant sa tête avec force. Elle ne devait pas penser à cela, elle devait se concentrer sur sa danse, sur son objectif premier qui était d’accompagner les furolucioles vers l’au-delà. Alors qu’elle continuait de s’avancer, elle remarqua une femme aux cheveux de feu, un roux qui ne lui était pas inconnue. C’était la jolie invokeuse, celle-là même qui l’avait sauvée avec Seiji de l’attaque des squames de Sin. Pendant un instant, elle resta là, à la regarder, hésitant à s’approcher de cette dame qui semblait beaucoup plus forte qu’elle. Pendant quelques secondes, elle ne bougea pas, restant timidement dans son coin, jusqu’à se motiver à enfin l’approcher. Elle ne l’avait pas remerciée pour son aide, elle n’en n’avait pas eu le temps avec tout ce qui était arrivé. Dés qu’elle fut à sa hauteur, Akemi s’inclina légèrement en signe de profond respect. Si cette invokeuse n’était pas intervenue, qui sait ce qu’il serait advenu d’elle, de Seiji, mais aussi de l’homme qu’ils essayaient de sauver.

« Bonjour, j’espère que vous vous souvenez de moi. Je m’appelle Akemi et j’aimerais vous remercier de nous avoir sauvée à plusieurs reprises moi et mon gardien pendant l’attaque de Sin. Sans vous… Nous ferions sûrement parmi les furolucioles qui nous entourent. »

Reprenant sa posture, la jeune femme fit cette fois-ci face à cette mystérieuse inconnue. Elle était beaucoup plus jolie de près et possédait une telle prestance qu’Akemi en était intimidée. Du moins, en temps normale elle l’aurait été beaucoup plus encore, mais aujourd’hui la situation était telle, qu’elle ne pouvait se bloquer avec de pareilles futilités. Elle était une consœur, une femme qui voulait elle aussi offrir sa vie pour lutter contre ce fléau qui était Sin. Alors, elle n’avait plus de quoi ce soucier d’un tel embarras, même si cette belle rousse, semblait bien plus forte qu’elle.

« Vous venez accomplir la cérémonie d’accompagnement vous aussi ? J’espère que cela ne vous dérange pas que je vous prête main forte. Au vu des circonstances, je pense qu’à une seule personne le travail sera plus qu’éreintant. »

Et elle n’avait pas tort, peut-être qu’elles seraient même obligées d’aller au temple pour vaincre toutsles dégâts que Sin avait causé. Il n’était pas permis de laisser les furolucioles devenir des monstres aussi, Akemi était prête à fournir les efforts nécessaires pour aider sa camarade. Hors de question de lui laisser porter ce fardeau seule.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 1115



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Ven 17 Nov 2017 - 12:43
Le spectacle de la plage lui nouait l’estomac et lui vrillait le cœur. Beaucoup trop de gens avaient perdu la vie ce soir-là. Elle n’avait rien pu faire et quand bien même, elle aurait pu… L’aurait-elle fait ? Si en elle, elle portait l’Ultime Chimère, aurait-elle pu se résoudre à mourir juste sous les yeux de Cillian ? Non. Ce constat lui faisait encore plus mal au cœur. Sa détermination était mise en déroute par ses propres sentiments égoïstes. Ryme n’avait pas vraiment eut le temps de se reposer. À peine la bataille finie qu’elle avait donnée des instructions pour que l’on emporte son ancien Gardien vers une équipe de soin, tandis qu’on la sollicitait encore un peu pour les blesser les plus graves. Son corps avait été mis à rude épreuve, son esprit aussi et sa force magique avait totalement été consommée. Elle sentait encore la présence d’Ixion en elle, sans qu’elle ne puisse réellement faire appel à lui.
Le regard perdu dans l’océan qui avait vu naître la Bête, elle laissait les choses glisser sur elle, abandonnant ses sentiments négatifs à cette mer. Son devoir n’était pas terminé, il lui fallait encore procéder à la cérémonie d’accompagnement. Les âmes des festivaliers voletaient sous la forme de furolucioles funestes et plaintives. Puis, une silhouette s’approcha timidement d’elle. Était-ce encore quelqu’un qui avait besoin de réconfort, d’un conseil ou d’une épaule pour pleurer ? Était-elle la seule Invokeure de cette plage ? Un peu de tranquillité était trop demandé ? Ryme se retourna. Malgré son regard froid, elle esquissait un sourire aimable. La vision et l’identité de son interlocutrice donnèrent à son expression la sincérité qui lui manquait.

La nouvelle venue était un peu plus grande qu’elle, mais assurément plus frêle et plus jeune aussi. Son visage avait encore quelques rondeurs liées à la fin de l’adolescence. Elle était jolie, mais son aspect chétif. Ironiquement, Ryme se demanda si les Priants ne faisaient pas d’erreur, parfois en attribuant les chimères. Entre elle, qui était estropiée et cette fille maladive… Spira était loin d’être sauvée.
Akemi se présenta formellement, remerciant et vouvoyant. Mais elle ne fit aucune référence à son ancienne condition de Voix de Yevon. Un bon point pour elle.

« Bonjour. Si cela ne te dérange pas, je préfère que nous nous tutoyions. La vie est bien trop éphémère pour la raccourcir en formalité. » déclara l’Invokeure aux cheveux de feu, avec un sourire sincère, juste après que son interlocutrice ait fini de parler.
« Je suis Ryme. Et je vous suis tout aussi reconnaissante à toi et ton Gardien. Si nous n’avions pas travaillé en équipe, le squame n’aurait fait qu’une bouchée de moi, de nous. Et ton intervention avec Valefor a permis de sauver beaucoup de personnes. Cela n’est qu’une maigre consolation face au spectacle qui se déroule à présent, mais… Il faut se concentrer sur les petites victoires que nous pouvons arracher à Sin. »

Akemi lui demanda si, elle venait pour accompagner l’esprit des défunts et si, cela ne la dérangeait pas qu’elle lui prête main forte. Les lèvres de Ryme s’étirèrent dans un sourire sincère quoi qu’un peu mélancolique. Avoir une compagne pour ce rituel serait plus que bienvenue. C’était la première fois qu’elle aurait à faire cette tâche et la chose lui serait d’autant plus difficile qu’elle ne pouvait pas danser.

« À vrai dire, il me serait très plaisant de recevoir de l’aide. Vois-tu, je viens à peine de commencer mon voyage. Je n’ai pas encore eut l’occasion d’envoyer quiconque dans l’au-delà… » commença-t-elle doucement en baissant légèrement le regard. Peut-être que du haut de sa jeunesse, Akemi, elle, était peut-être dans les dernières heures de son pèlerinage.

« Et puis, un léger soucis m’empêche de danser. » ajouta-t-elle après avoir laissé un petit silence passé, tout en dévoilant légèrement sa cuisse, par la fente de sa robe d’Invokeure. La cicatrice qui lui mordait les chairs était répugnante. L’absence du muscle de la cuisse donnait à sa jambe un drôle d’air.

« Cependant, je peux t’accompagner avec ma voix, en chantant. Je me suis entraînée pour pallier à mon handicap. » confia-t-elle, les joues un peu roses.

Ryme sentit que, sur elle et Akemi, plusieurs regards glissaient. La foule s’était amassée, un peu plus loin. Ils avaient peur du rivage, qui pourrait les blâmer ? Maintenant, les deux jeunes femmes ne pouvaient plus faire marche arrière. Qu’elles soient prêtes ou non, les morts ne pouvaient plus attendre. Les vivants encore moins. Pour qu’elles aient plus de courage, la rousse tendit sa main vers la brune. Leurs doigts se mêlèrent et c'est ensemble qu’elles rejoignirent l’écume.
Comme elle n’allait pas danser, Ryme ne fit pas l’effort d’utiliser quelques gouttes de magie pour marcher au-dessus de l’eau. Elle préférait être au contact de l’élément, de sa beauté, mais aussi de sa cruauté.

« Tout ira bien. » murmura-t-elle en lâchant la main d’Akemi qui avait sans doute besoin de marcher encore un peu vers le large.

Lorsque la silhouette de la jeune femme s’immobilisa, Ryme se mit à chanter. Sa voix puissante et mélancolique se mélangea aux bruits des vagues. Les oiseaux se turent, comme tous les autres bruits de la vie. Elle ferma les yeux, se laissant emporter par son récital, en espérant que ce dernier pourrait apaiser les tourments de ceux qui ne faisaient plus partit de ce monde.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 340



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Invokeure

le Mar 21 Nov 2017 - 19:17





Généralement les nouvelles rencontres se faisaient toujours dans la joie et la bonne humeur, surtout sur la petite île de Kilika, mais aujourd’hui, elles avaient comme un goût de cendre, un goût de tristesse et de regret. En d’autre circonstance, Akemi aurait sûrement voulus croiser cette jolie femme sur une note plus gaie, mais les choses étaient ce qu’elles étaient, et se fut par des remerciements qu’elle commença la conversation, ne manquant pas de se présenter. Encline à la discussion, l’invokeuse de feu ne tarda pas à lui répondre, énonçant que la vie était bien trop courte pour se permettre une telle forme de politesse et aussitôt, elle ne tarda pas à se présenter à son tour, énonçant son nom, tout en évoquant à son tour son ressentis sur cette soirée morbide et sombre. Les compliments fusaient, et la belle Ryme semblait garder une pointe d’espoir et de positive, chose qu’Akemi lui enviait intérieurement. Elle ne voyait pas son accomplissement de la même façon que la demoiselle face à elle. Pour la brune, sa tentative de sauver des gens avaient été un échec cuisant qui avait mené à la perte de beaucoup. Elle avait permis au squame, d’emmener d’autres âmes avec lui dans sa perte, et la fente meurtrière du temple ne cessait de lui rappeler sa terrible erreur.  Mais, par respect pour l’espoir de la rousse, Akemi ne lui adressa qu’un fin sourire. Se lamenter sur cela ne ferait rien d’autre qu’accabler son cœur à nouveau, de plus, elle n’avait à apposer ce fardeau sur les épaules de sa consœur. Parfois, il était nécessaire de porter sa croix seule.

Voulant offrir de l’aide à cette nouvelle partenaire, Akemi lui proposa tout naturellement sa collaboration à la cérémonie d’accompagnement de façon à ce que chacune ne s’épuise pas inutilement et vainement dans son coin. Le sourire de l’invokeure lui laissa deviner que son offre était la bienvenue et de sa douce voix, Ryme lui expliqua alors sa situation, avouant son inexpérience dans le domaine. Souriant à son tour, Akemi décida de la rassurer sur la chose, elle n’était pas la seule à exécuter pour la première fois ce genre de choses.

« J’ai moi aussi commencé mon voyage et ceux depuis peu. Je suis donc tout aussi inexpérimenté. Je ne sais pas si cela te rassure, mais je suis sûre qu’on peut y arriver. »

La paix était tellement présente dans ce monde, qu’il semblait inconcevable d’exécuter cette danse sans véritable raison, où du moins à de très rare occasion. Après tout, la mort était présente même en l’absence de Sin. Rassurer de ne pas être la seule inexpérimenté,  la prêtresse se sentait un peu plus confiante, jusqu’à ce que Ryme énonça rougissante qu’à cause d’un souci, elle ne pourrait danser. Intriguée, Akemi regarda la jolie rousse d’un air interrogateur, jusqu’à ce qu’elle fut attirer par le mouvement du tissu de la robe de l’invokeuse. Ses yeux noisette purent alors apercevoir cette cicatrice qui semblait dater d’une époque plus ancienne, la blessure avait dû être très douloureuse sur le coup, mais cette trace indélébile devait l’être encore plus. Elle aurait voulu la questionner, lui demander comment elle avait pus se faire pareille blessure, mais elle s’était tut. En ses circonstances, la curiosité risquerait d’être mal vu, de plus ce n’était ni le lieu, ni le moment pour parler de cela et sûrement que la demoiselle face à elle ne voudrait détailler les circonstances d’un tel souvenir. Écoutant de nouveau les paroles de sa consœur, Akemi devait bien avouer que la rougeur sur les joues de sa partenaire la rendait beaucoup plus douce, mais aussi plus mignonne et face à ce constat elle se mit à sourire tendrement. Il n’y avait aucune honte, ni aucune gêne à avoir. Ce n’était pas comme si elle l’avait choisi. « Je comprends. J’espère que je saurais être à la hauteur de ton chant. » Bien qu’elle voulait se montrer confiante, elle ne pouvait s’empêcher de sentir une pression particulière posée sur ses épaules. Elle serait seule à danser. Il fallait donc éviter tout faux pas et surtout ne pas se laisser distraire par la fatigue et les regards qui se posaient déjà sur les deux femmes. Consciente de cela, Akemi ne se retourna pas une seule fois, de peur de se faire envahir par une angoisse sourde. Elle devait se concentrer sur son objectif, se sentir comme seule au monde avec sa seule consœur à ses côtés. Elles devaient apaiser les tourments des morts, empêcher leur transformation en monstre. Inspirant fortement, la prêtresse attrapa alors la main de la chanteuse aux cheveux de feu, un poids immense s’installait d’ors et déjà sur les épaules. Elles ne pouvaient plus reculer, elles n’avaient que d’autres choix que de s’avancer. Inconsciemment, Akemi serra la main de sa partenaire, comme pour se donner du courage, comme pour essayer d’en insuffler à la jolie Ryme. Elles n’étaient pas seules, elles étaient ensemble.

Les sons des vagues semblaient lointains, si silencieux, comme s’il n’osait imposer sa présence depuis les événements, depuis que Sin se trouvait dans ses entrailles. Face à l’eau salée, l’invokeuse chétive sentit son cœur tressaillir. Elle avait voyagé sur ses eaux, lui avait toujours trouvées jusqu’ici une beauté saisissante, mais aujourd’hui, elle n’éprouvait que de la tristesse, une très grande peine. Elle aurait pu rester là, à ne pas bouger, à manquer à son devoir, mais la voix de Ryme lui rappela alors pourquoi elle était ici. Tout ira bien. C’était là, les paroles de la rousse, et d’un mouvement de tête, elle lui répondit d’un simple oui, inspirant de nouveau, avant de laisser ses pas fouler la froideur de cette eau iodé. Elle devait puiser dans son reste de force magique de façon à pouvoir marcher sur cette surface limpide, marcher jusqu’à une certaine distance pour purifier les âmes qui l’entouraient. Serrant fortement son sceptre, elle resta un moment à regarder l’horizon avant de se laisser entraîner par la voix de sa sœur d’arme. Elle avait une voix magnifique, puissante. Elle était belle, mais à la fois mélancolique et douce. Elle avait peur que sa danse ne fasse pas honneur à une telle sonorité, mais plus la voix de Ryme s’élevait, plus elle oubliait ses angoisses et ses peurs. Elle devait l’aider sans se poser de question, sans se tourmenter elle-même. Si au début ses pas semblaient maladroits, elle gagna peu à peu en confiance et très vite ses mouvements devinrent fluides, gagnant en intensité. L’eau ne tarda pas à l’accompagner dans son accomplissement, et les furolucioles, à l’entourer elle et sa partenaire. Elle fermait parfois ses yeux, de façon à mieux se concentrer, mais aussi pour oublier les lamentations qui accompagnaient cette cérémonie d’une beauté froide. Chaque sphère de lumière qui rejoignait le ciel était un soulagement, mais aussi une peine tenace qui lui tenaillait le cœur. Il y avait eu beaucoup trop de mort, beaucoup trop d’âme en peine, beaucoup trop d’au revoir brutal. Une larme perla hors de ses pupilles, s’écrasant dans cette eau qui l’avait doucement soulevé hors de la surface, hors du temps. Elle continuait à danser malgré son ressentis, malgré ses émotions qui lui martelaient le cœur, car tel était sa tâche, tel était son rôle. Son regard s’ouvrit, lui laissant entrevoir l’horizon qui continuait à lui faire face. Avancer. Il n’y avait plus que ça à faire à présent. C’était la seule option qui semblait se présenter.

Quand la dernière furoluciole rejoignit à son tour le ciel, la magie s’estompa petit à petit, laissant Akemi rejoindre de nouveau la surface de la mer, mais dés que ses pieds touchèrent celle-ci, ils s’enfoncèrent dans l’eau, montrant qu’elle était à présent à court de force magique. Usant de son sceptre pour ne pas s’affaisser, la jeune femme resta quelques instants ainsi à ne pas bouger. Son front était en sueur et sa respiration quelques peu saccadés, mais elle semblait avoir encore assez de force pour marcher et éventuellement sortir de l’eau. Avec lenteur, elle se rapprocha alors du large, son regard se refusant de regarder la foule qui avait assisté à la scène. Elle voulait se montrer forte, malgré son état qui témoignait encore et toujours de son état de santé médiocre. Se tournant vers sa consœur, elle se releva tant bien que de mal, un sourire doux se dessinant sur ses lèvres. « Tu as une voix magnifique. Je suis sûre que les âmes se sont senties apaisés en l’entendant. Merci. » Elle en tout cas, grâce à ce chant, elle avait trouvé la force et le courage de danser, chose qu’elle n’aurait peut-être pas réussie à faire, seule.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 1115



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Mer 22 Nov 2017 - 13:52
Plus rien au monde ne comptait. Il n'y avait plus qu'Akemi et elle, face à l'océan. Il n'y avait plus que son chant dans sa gorge. Chaque note s'envolait avec force hors de sa gorge. Sa voix de velours accompagnait les sons du monde et de la vie. Certaines personnes se mirent à pleurer. Les lamentations pathétiques des furolucioles lui parvinrent, mais elle ne devait pas céder : si elles restaient en ce monde, les magnifiques lucioles de vie se transformeraient en monstre sanguinaire. Ryme avait fermé les yeux pour mieux se concentrer sur sa respiration et sur sa voix. Après tout, c'était son premier « concert » depuis un ou deux mois. Elle ne pouvait pas se permettre en tant qu'Invokeure, mais aussi en tant qu'ancienne Voix de Yevon, de décevoir les gens qui s'étaient rassemblés là. Échoué n'était pas une option.

Cependant, malgré ses paupières closes, elle sentait l'énergie des morts quitter Spira. Elle distinguait les flux magiques déployés par la danse d'Akemi et imaginait sans peine les mouvements qu'elle effectuait. Le spectacle, bien que triste devait être magnifique. Son esprit lui envoya l'image de la longue chevelure brune s'enroulant autour du corps frêle alors que les flots venaient entourer sa silhouette. Magnifique.

Petit à petit, toutes les âmes trouvèrent le repos. Ryme sentit que l'océan redevenait serein et déposait sa comparse au creux de son écume. Sa voix mourut lentement dans sa gorge et elle rouvrit les yeux. Akemi semblait mal en poing, alors, la rousse vint à sa rencontre. Avec douceur, elle lui prêta son bras. Sortir ensemble de l'eau semblait être une belle image. Pour elles, mais aussi pour le peuple qui était venu aussi bien pour assouvir sa curiosité que son besoin de deuil. Le contact du sable humide est agréable, mais le sabre meuble semblait vouloir les aspirer. Depuis quand chanter était devenu aussi épuisant ?

« Je pense que les âmes ont réussi à aller dans l'au-delà grâce la danse. Elles ont besoin d'une manifestation physique pour se sentir rassurées. La voix seule ne suffit pas. Merci à toi d'avoir dansé. » souffla-t-elle alors qu'elle conduisait Akemi vers un petit rocher à l'écart. Elles avaient bien mérité un peu de repos.

« Tu... Tu es d'ici ? » demanda Ryme d'une voix un peu timide.
« Si c'est le cas, je suis désolée pour les pertes que tu as vécues. Je n'ose pas imaginer ce que ça doit être... »

À vrai dire, la perte de ses « proches » la réjouirait plus qu'autre chose. Adieu Voix de Yevon et prêtre libidineux qui lui avait volé son enfance. Même Cillian, cet idiot pouvait bien pourrir dans les entrailles de la Terre.

« Je suis désolée, tu n'as peut-être pas envie de faire la conversation. Je suis sans doute trop bavarde. C'est juste... La première fois que je croise un autre Invokeur. Le voyage n'est pas solitaire puisque nous sommes toujours accompagnés, mais j'ai tendance à penser que, bien qu'ils peuvent nous soutenir, nos Gardiens ne peuvent pas tout comprendre. »

Bien que Gordias se montrait être un Gardien et un homme formidable, Ryme n'osait pas encore lui livrer tout ce qu'elle avait sur le cœur. Cillian qu'elle venait tout juste de retrouver n'était plus son protecteur depuis quelques années et elle n'était même plus sûre qu'il puisse se comprendre. Il faudrait qu'elle s'explique avec lui, une fois qu'il aurait ouvert les yeux.

« Et se faire une amie est toujours quelque chose de plaisant, même dans de telles circonstances » déclara-t-elle ensuite en souriant à Akemi.

Ryme était fatiguée. Elle n'avait pas dansé, mais son souffle était un peu plus rauque qu'avant. Lentement, elle se hissa sur le rocher. L'océan leur faisait face, immuable, secret et meurtrier. Pour elle qui ne venait pas des îles, ce paysage était aussi magnifique que cruel.

« C'est une question un peu personnelle, mais... Je me demandais, pourquoi es-tu devenue Invokeure ? » questionna Ryme après un petit temps de silence respectueux.

Il fallait bien commencer la conversation quelque part et, il fallait bien l'avouer, elle n'était pas pressée de rentrer à l'auberge pour être en tête-à-tête avec le corps de Cillian qui était plongé dans le sommeil.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 340



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Invokeure

le Mar 28 Nov 2017 - 22:53





Elle n’avait eu que très peu de répit pour se remettre de ses émotions, pour reprendre les forces qui lui manquaient. La danse l’avait épuisée de ses derniers retranchements et aussitôt, elle sentit le contrecoup lui plomber le corps, comme s’il était lourd, incapable de la supporter. Ses jambes tremblaient, mais elle tenait bon, elle devait tout d’abord sortir de l’eau avant de prendre une pause bien mérité. S’agrippant à son sceptre, la main tendue de sa comparse, fut presque comme une bénédiction pour elle, un miracle qu’elle essaya de prendre avec cette même douceur, cette même forme d’altruisme. De son autre main, elle usa frénétiquement de son bâton pour ne pas apposer tout son poids sur la demoiselle aux cheveux de feu. Bien qu’elle fût plutôt légère, elle ne pouvait se permettre d’affliger cela à sa bonne samaritaine. Sentant le sable humide sous ses pieds, elle fut presque surprise de s’enfoncer par certains endroits, remarquant par la même occasion que sa partenaire était tout aussi éreintée qu’elle. Elles devaient être belles à voir. Fatiguée, mais soudée. Pour beaucoup cela devait être une belle image d’espoir et d’entraide, mais peu de personnes ne pouvaient comprendre la souffrance qu’infligeait ce genre de tâche. Personne à part les concernés. Essayant de se focaliser sur les paroles de la belle Ryme, Akemi ne put s’empêcher d’afficher un petit sourire et ce fut que quand elle s’installa sur un rocher, qu’elle répondit aux compliments de son interlocutrice.

« Sans ta voix, je n’aurais sûrement pas trouvée la force de continuer à danser. Donc, je pense qu’on peut se féliciter toutes les deux pour cette première prouesse. Merci de m’avoir épaulée »

Tout en accompagnant ses mots, elle s’était inclinée en signe de profond respect. Seule, elle n’aurait jamais pus réussir une telle chose. Elle aurait sûrement finis par craquer malgré sa mission, malgré ses conséquences. Sa chanson avait eu quelques choses de réconfortant, comme si elle lui disait : Courage, tu n’es pas seule, je suis là, nous faisons cela ensemble. Cela pouvait peut-être paraître ridicule, mais pour Akemi, cela lui avait fait du bien de se sentir accompagnée dans cette terrible épreuve et c’était bien là, son premier gros réconfort de la journée après tant de mauvaise nouvelle. Reprenant doucement son souffle, comme pour ordonner à son corps de se calmer, la brunette se tourna alors vers la jolie rousse, remarquant de nouveau cette soudaine timidité qu’elle avait légèrement affichée un peu plus tôt. Bien sûr, elle ne l’était pas autant que la prêtresse, mais cela lui faisait du bien de constater, qu’elle voulait parler avec lui, même si le sujet n’était pas des plus réjouissant. Après tout, au vu de ce qu’il s’était passé, il devenait plus difficile de parler de la pluie et du beau temps.

« Oui, c’est le lieu de ma naissance. » Tout en dictant ses mots, elle regarda doucement l’horizon, regardant cette plage meurtrie qui avait toujours été aussi magnifique dans ses souvenirs. Maintenant, elle portait la cicatrice d’un carnage violent et indélébile. « Tu n’as pas à t’excuser, tu n’y es pour rien. » Et elle le pensait, après tout, la jolie rousse n’avait rien à voir avec tout cela. C’était plutôt à Sin de s’excuser de ce qu’il avait fait, mais… Dire de tes paroles lui semblait peut-être un peu trop immature. « Je… Je n’arrive pas encore à me faire à l’idée que c’est arrivé… Qu’en cette soirée il a détruit tous les espoirs, toute la lumière qui était présente sur l’île. Ça me parait n’être qu’un mauvais rêve. »

Ses sentiments semblaient comme indescriptibles. Elle ressentait de l’incompréhension, une immense tristesse, de la faiblesse, des remords. Elle ressentait tellement de choses à la fois qu’elle était incapable de mettre des mots dessus, une description tangible. Elle était perdue, elle ne savait plus où donner de la tête. Elle pensait aux morts, à l’île, à Seiji, à ses parents, à son rôle d’invokeur. Beaucoup trop de pression était en train de se poser sur ses épaules et sûrement que Ryme devait ressentir cela aussi. Pas aussi intensément et sûrement pas pareil, mais… Elle devait sûrement se sentir tout aussi oppressée par ce rôle qui les liait. Alors quand la jolie rousse s’excusa d’être trop bavarde, Akemi agita aussitôt la tête, ses mains s’agitant aussi comme pour montrer qu’elle ne l’embêtait pas. Elle était contente de pouvoir se changer les idées et pourvoir parler avec une consœur et surtout, elle était surtout contente à l’idée de s’en faire une amie, comme le disait si bien sa partenaire.

« Non, tu n’es pas du tout bavarde ! Au contraire, c’est plutôt à moi de m’excuser. Tu… Tu m’impressionnes beaucoup et j’ai peur de ne pas être à la hauteur, ce qui est bête je sais bien… Je suis contente d’échanger avec toi et de pouvoir me lier d’amitié à ta personne » Car après tout, même si Akemi n’avait pas sa force, elles étaient égales dans leur combat. « Je suis plutôt d’accord avec toi. Nos gardiens ne peuvent pas tout comprendre. Je sais que le mien préférerait que j’arrête et que je continue ma vie d’avant, comme si de rien n’était… Mais… Ça me parait impossible. »

Inspirant fortement, la prêtresse remarqua que son amie semblait ne pas se remettre de son chant d’accompagnement. Après tout, elle s’était tout autant épuisée que si elle avait dansé, bien que pour Akemi, le souffle était bien plus dur à tenir que des pas de danse. Voulant lui laisser le temps de se remettre pour retrouver un semblant de souffle, la brunette regarda alors à nouveau les vagues, son regard se perdant sur l’écume. Cela allait être difficile de la revoir comme la plage calme et paisible de son enfance. Car à présent, elle ne voyait plus que l’effroi et la mort au creux de cette mousse blanchâtre. Sin n’avait pas que détruit une ville et des vies. Il avait aussi détruit tout ce rêve et cette magie que comportait l’île dans ses beaux jours. Il avait tout emporté avec lui sans remords, sans concession. Le regard perdu au loin, bien qu’elle ne semble plus présente, Akemi entendait encore les paroles de sa nouvelle amie. Où du moins sa terrible question. Pourquoi es-tu devenue invokeure ? Doucement, l’invokeuse ferma ses jolis yeux noisette pendant quelques instants, le temps de trouver quoi répondre à sa comparse. Si avant elle était sûre d’elle et de ses ambitions, elle semblait à présente beaucoup moins confiante en ses propres convictions.

« Je… » Sa voix se faisait hésitante, fébrile. Elle ne savait pas si elle devait vraiment étaler ses propres sentiments et pourtant… Pourtant, elle en ressentait le besoin. « Si je suis devenue invokeure, c’est tout d’abord pour pouvoir protéger ceux qui me sont chères. Pour avoir la force nécessaire pour les défendre, mais surtout… » Elle s’arrêta quelques secondes, son cœur commençant à se serrer. Doucement, sa main se leva jusqu’à ce collier qui lui était si précieux pour mieux l’attraper. Il fallait qu’elle parle, à défaut de l’annoncer aux principales concernées, elle devait se défaire de ce lourd fardeau. « La raison première c’est que… Je suis malade. Ma maladie est tellement avancée que je risque de mourir n’importe quand, sans prévenir. Je ne sais même pas si je finirais ce pèlerinage, si j’arriverais à atteindre ce but, mais… Je ne veux pas mourir dans mon coin sans avoir rien tenté. Si ma mort peut au moins apporter un peu de réconfort… Alors je dois le faire. Je sais que ma décision est stupide, mais… Je ne veux plus faire du mal à qui que ce soit à cause de mon état. »

C’était la première fois qu’elle parlait de sa maladie, de sa mort éminente. Elle n’en avait bien parlé avec le priant de Valefor, mais cela n’était pas pareil que de parler avec une véritable personne. Cela était peut-être égoïste, mais elle avait besoin d’être franche, d’enfin avouer ses véritables intentions sans se cacher, sans mentir.

« Je suis désolée si ce que je te dis te trouble. Tu n’as pas à te sentir mal à l’aise, c’est ma décision et je l’assume pleinement. Et toi ? Pourquoi as-tu décidée de suivre cette voie ? Tu sembles avoir un homme qui t’aime auprès de toi. Est-il d’accord avec ta décision ? »

Elle parlait bien évidemment de l’homme froid qui semblait accompagner la jolie rousse. Elle ne savait s’il était son gardien, mais de ce qu’elle avait pus voir ils semblaient proches, très proches même, comme deux amants qui ne voulait se séparer. « Oh je… Désolée, je suis indiscrète… Cela ne doit pas me regarder, pardonne-moi si je t’ai offensé… Je ne voulais pas. » Bien que la jolie Ryme semblait vouloir échanger avec elle, elle ne voulait peut-être pas parler de sa vie privée et encore moins de ses amours. Rougissant de honte, l’invokeuse espérait que son amie ne lui en voudrait pas pour cette soudaine curiosité. Cela faisait bien longtemps qu’elle ne s’était pas fait d’amie, aussi, elle voulait en apprendre plus sur elle, mais sûrement que cela, était trop tôt pour les questions de ce genre.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 1115



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Mer 29 Nov 2017 - 19:03
Akemi était une personne agréable, toute en délicatesse et timidité. Sa manière d'agir, presque réprimée lui donnait un aspect adorable et mignon. Elle était le genre de fille que l'on ne pouvait pas détester et que l'on avait envie de protéger. Ryme se sentit qu'autant plut investit d'un rôle d'égide alors qu'elle apprenait qu'en effet, ces terres étaient le berceau de sa collègue. L'ancienne Voix, qui n'avait jamais connu la chaleur d'un foyer ou d'une famille, ne pouvait qu'essayer de comprendre la détresse dans laquelle, la brune était plongée. Mais... Elle ne pouvait pas réellement compatir. Son visage se para d'un sourire désolé : c'était le mieux qu'elle pouvait faire.

L'origine du mutisme de sa cadette était qu'elle la jugeait impressionnante. Ryme esquissa un sourire amusé après cette déclaration. Plusieurs personnes lui avaient déjà fait remarquer qu'elle n'était pas des plus accessibles, mais elle avait eut espoir qu'avoir partager l'épreuve de l'accompagnement ensemble aurait détruit cette barrière. Il ne tenait qu'à elle de réussir à se rendre plus accessible. Mais, après des années à être choyée par l'église, il était difficile d'avoir l'air d'être une simple fille du peuple. Après tout, il y a quelques mois encore, son simple nom remplissait des stades entiers. Pendant longtemps, elle avait été déconnectée de la vraie vie, des vraies choses. Mais à présent, elle était bien décidée à ce que l'illusion face place à la réalité.

Leurs regards se perdirent au loin. Il y avait tant de regret dans les embruns. Des adieux et des promesses qui ne seraient jamais réalisées. Puis, la voix d'Akemi brisa le silence, s'accordant avec la musique naturelle du bord de mer. Elle avait décidé de devenir Invokeure pour protéger les gens auxquels elle tenait, un classique. Mais la deuxième raison était bien plus personnelle et aussi plus touchante. Ce petit bout de femme fragile n'était plus qu'une flamme vacillante sur le monde. Quelque part, Ryme la comprenait... Si bien. Et si peu à la fois. Si elle n'avait plus que quelques instants à vivre, elle les passerait auprès de Cillian. Quant bien même il l'avait oubliée. Quant bien même il la détestait à présent. Les dernières choses qu'elle voulait emporter gisaient avec lui et des souvenirs qu'elle chérissait plus que tout.

« Non, ne t'en fais pas. Je comprends. Lorsque l'on est au bord du monde, il faut savoir être honnête et ne pas perdre de temps pour certaines choses. Merci de ton honnêteté. Cela me touche beaucoup. Et je ne pense pas que ta décision soit stupide, bien au contraire. » déclara Ryme en tendant la main vers celle d'Akemi. Une fois que leurs paumes se touchèrent, la rousse releva les yeux vers son interlocutrice, un sourire plein de confiance sur le visage.

« Je te trouve formidable et courageuse. »

Cette déclaration n'arrangerait sûrement pas le visage déjà rouge de honte de son amie, mais, tant pis. La vie était trop courte... Non, la vie d'Akemi était trop courte pour qu'elle lui fasse des cachotteries. Et puis, il y avait dans son regard une douceur, une gentillesse qu'elle n'avait jamais encore observé chez personne d'autre, qui lui donnait envie d'être sincère avec elle. Les mensonges étaient bons pour les personnes indignes de confiance, mais pas pour sa consœur.

« C'est une histoire longue. Et un peu triste. Malheureusement, elle ne se termine pas très bien. Mais je suppose que je peux bien te raconter une petite partie de tout ça, vu que tu as partagé beaucoup avec moi. Avant de devenir Invokeure, je faisais partie des Voix de Yevon. Cette fonction fait beaucoup rêver de personnes, mais elle arrive avec des prix à payer. Des prix que j'étais prête à payer jusqu'à ce que je réalise que mon existence était... Un mirage. Chanter n'aidait pas les gens. Je n'étais qu'un instrument parmi tant d'autres. Mais... L'église ne souhaitait pas que je devienne Invokeure. Un prêtre parmi eux, le seigneur Vilhatt souhaitait que je... L'épouse. Il me considérait comme sa propriété. Comme... Un jouet. »

Son regard se voila légèrement en repensant à cette époque. Quelle idée avait-elle eut... Peut-être aurait-elle dû rester à son état de poupée manipulée. Personne n'aurait jamais souffert de la situation. Ni elle qui avait alors enfermé au plus profond de son cœur ses désirs personnels, ni Cillian qui n'aurait jamais sa connaissance et encore moins le Peuple de Spira qui devrait faire face à la vérité de Ryme si elle parvenait à devenir une Invokeure de renom.

« Alors, je me suis enfuit. Plus d'une fois. Mais j'ai été gravement blessée et on a dû me transférer dans un hôpital, près de Bevelle. C'est là que je l'ai rencontré. L'homme qui était avec moi sur le champ de bataille, celui avec un œil blessé, s'appelle Cillian. Il était mon voisin de lit, là-bas. On est... Je suis tombée amoureuse de lui. Lui, je ne sais pas vraiment ce qu'il ressentait pour moi. Je ne le sais toujours pas vraiment... Mais il était décidé à affronter l'église pour me sortir de ma cage pas si dorée que ça. Si je devenais Invokeure, je pouvais me consacrer à ce à quoi j'aspirais vraiment... Et je pouvais voyager en sa compagnie. Nous étions en Félicité à l'époque, je dois avouer que ma propre mortalité m'importait peu. Mais... Cette tentative à échoué aux pieds du temple de Bevelle. J'ai été reconduite à ma vie d'avant. Lui a été emprisonner dans la Via Purifico. »

Ryme marqua une pause. Était-ce bien sage de parler de tout ça ? Après tout, Akemi était peut-être très religieuse et pourrait voir d'un mauvais œil les raisons pour lesquelles Ryme était partie en voyage. Ce n'était pas très louable au final. Ses désirs personnels étaient toujours plus fort que le reste, quand bien même elle savait qu'il était essentiel qu'elle fît le bien autour d'elle.

« Mais je suis parvenue à berner les Voix. Et j'ai réussi à convaincre Ixion de me prêter sa force. Je suis devenue Invokeure pour mettre en lumière ce système. Pour que jamais plus les Voix puissent abuser d'autres enfants. Mais également pour le retrouver après tout ce temps, pour lui rendre une chose qu'il m'avait confiée. À l'époque... Il... N'avait pas d'objection quant au fait que je devienne Invokeure. Je pense que cela n'aura pas changé... » déclara-t-elle doucement en poussant un soupir.

« Mais j'aimerais qu'il en soit autrement. Rien ne me ferait plus plaisir qu'il me dise de partir en exil avec lui, quelque part. Je refuserais avec un pincement au cœur, mais... Je suppose que je suis peut-être un peu trop romantique pour être une Invokeure digne de ce nom ! »

La jeune femme ponctua sa remarque par un petit rire cristallin. Raconter son histoire pour la première fois était... Étrangement satisfaisant, mais également source de gêne. Ryme avait peur d'être jugée : elle n'était pas exemplaire, elle n'était pas vraiment religieuse et son voyage n'avait pas un but louable. Pas comme Akemi. Sa frêle comparse faisait figure de sainte à côté d'elle.

« Je suppose que les liens qui vous unissent avec ton Gardien son fort puisqu'il souhaite que tu arrêtes tout. Est-ce ton compagnon ou un ami d'enfance ? En tout cas, il s'est battu comme un diable pour te protéger. Je pense qu'il a un petit faible pour toi. J'ai le nez pour ça. D'ailleurs, comment va-t-il ? Ses blessures se sont bien remises ? »

Ryme lui offrit un sourire réconfortant. Après toutes ses histoires lugubres, détourner la conversation vers le guerrier aux cheveux roses lui semblait être une bonne option.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 340



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Invokeure

le Mar 5 Déc 2017 - 17:01





Doucement, elle avait ouvert son cœur à cette femme qui partageait le même destin qu’elle. Elle qui d’habitude gardait ses peines les plus profondes, avaient réussie à partager une partie sombre de son histoire avec une véritable personne. Une personne qui voulait tisser un lien fort avec elle, et bien que la tristesse fût encore présente en Akemi, elle ne pouvait s’empêcher de ressentir un peu de joie et de chaleur. Elle était en train de se faire une amie. Chose qu’elle n’avait jamais réussie à avoir ni dans le passé, ni dans le présent. Généralement, les gens se lassaient vite de sa condition fébrile et préférait lui tourner le dos, plutôt que de continuer à approfondir leur lien. Alors être là, sur ce rocher avec Ryme lui rendait doucement sa joie perdue depuis ce soir obscure. C’est pour ça qu’elle voulait être honnête avec la demoiselle, lui dire la vérité même si celle-ci paraissait cruelle. Et même si elle avait peur d’être jugée, il était important qu’elle le fasse, ne serait-ce que pour se décharger de cette ambition qu’elle ne pouvait énoncer à ses proches. Voulant en apprendre plus aussi sur sa nouvelle amie, Akemi se laissa aller à son tour avec des questions qui après coup, lui semblait un peu trop personnelle. Rougissante, elle n’avait osée regarder la jolie rousse après cette familiarité, la honte se lisant sur son visage. Pourtant, Ryme n’avait pas l’air de s’en offusquer au contraire. Elle agissait toujours avec sa douceur si remarquable, ses paroles sonnantes comme un chant agréable et mélodieux. Bien qu’un peu gênant il fallait bien l’avouer.

« Merci de me comprendre. » Avec lenteur, la prêtresse avait osée lever son regard noisette sur sa consœur, son sourire était tendre, sincère et docilement, elle joignit sa main à celle de sa nouvelle confidente. Le lien qui était en train de se créer entre elle semblait devenir fort et pur. C’était ce que pensait Akemi jusqu’à ce que les paroles de Ryme la fassent de nouveau rougir et perdre le contrôle. La gêne teintait progressivement ses joues, qui devenaient en feu. Sa main elle, avait relâché celle de l’invokeur pour venir se poser sur sa jupe qu’elle serra peu à peu, comme pour faire passer son état. « Oh je, je… Je ne suis pas formidable ni courageuse… Je… Je veux juste faire ce qui me semble juste. »

Ses yeux s’étaient furtivement fermés, sa timidité revenait au grand galop. Elle n’avait jamais été réellement à l’aise avec les compliments sur sa personne. Et bien que cela été positif, elle n’avait jamais su vraiment comment les accepter, ni comment les remercier à leur juste valeur. Elle avait toujours l’impression qu’un simple merci, ne suffisait pas, alors, elle ne pouvait s’empêcher de se mettre dans tous ses états. Ce qui parfois amusait bien la galerie. Essayant de reprendre peu à peu son calme, ce fut de nouveau Ryme qui lui permit de reprendre contenance, et cette fois, la demoiselle répondait à ses nombreuses questions, prévenant que son histoire était tout, sauf joyeuse. Comme pour montrer que la demoiselle avait toute son attention, Akemi se tourna doucement vers elle, écoutant les mots douleurs que son amie lui confiant petit à petit. Ainsi donc, elle était une voix de Yevon, ses personnes qui étaient généralement très idolâtrés de la population. Elle parla de sa condition, du véritable visage de l’église, d’un mariage forcé qui l’avait fait fuir, de sa rencontrer avec Cillian son gardien. Son histoire était mouvementée, sentait la rébellion et l’envie de liberté, mais elle était aussi terriblement triste et poignante. Comparée à elle, Akemi avait vécu une vie plutôt paisible et reposante, même s’il y avait ses hauts comme ses bas. Le cœur serrée, la jolie prêtresse ne pouvait s’empêcher de vouloir comprendre, ressentir ce que sa camarade avait pus subir à l’époque et avec douceur, avec son infime tendresse, elle posa ses deux mains sur celle de son amie. Ses paumes contre le dos de sa main, sa chaleur se diffusant comme pour apporter du réconfort. Ses yeux noisette semblaient tristes, mais elle ne voulait pas accabler encore plus la jolie rousse. Elle aussi maintenant, elle devait avancer.

« Tu as vécue tellement de choses horrible… Je n’imagine même pas le combat que tu as dû endurer pour enfin te libérer de tout cela. Je ne pensais pas l’église de Bevelle aussi cupide et immorale… Je suis heureuse de savoir que tu as pus t’en sortir et que tu as pu revoir l’homme que tu aimes. » Elle s’arrêta quelques instants, fermant ses yeux quelques secondes, avant de les rouvrir et offrir un doux sourire rempli d’espoir à sa comparse. « Tu sais… Avec ce que tu me racontes, il serait étonnant que ton amour ne soit pas réciproque. Cet homme à affronter l’église pour toi. Il est même sorti du Via Purifico pour te retrouver et vu comment il t’a protégé de l’attaque du squasme… Je… Je ne suis pas très douée pour ce genre de choses, et je ne veux pas te donner de faux espoir, mais… Je pense qu’il tient profondément à toi. » Puis quelques peu rougissante, elle relâcha les mains de son amie, affichant cette fois un sourire amusé, face à la remarque de Ryme. « Tu sais, il n’y a rien de mal à être trop romantique. Puis, dans ce cas, je ne suis pas non plus faite pour être invokeure. »

Comme pour montrer son amusement, Akemi s’était mise à rire doucement pour mieux accompagner la demoiselle aux cheveux de feu. En repensant à l’histoire de son amie, elle comprenait maintenant, comment elle s’était faite sa cicatrice béante sur la cuisse. Elle avait dû tellement souffrir… Vivre sans jamais connaître d’amour, sans jamais pouvoir penser, obéissant aux moindres ordres, aux moindres caprices de religieux scrupuleux. Elle avait presque honte d’être une prêtresse même si elle ne l’avait pas choisis. Elle savait que Yevon avait ses défauts, mais à ce point-là… cela paraissait irréalisable, mais… Ce n’était qu’une sombre réalité. Elle comprenait pourquoi Ryme avait voulu fuir, pourquoi elle avait voulus devenir invokeure. C’était là, sa seule échappatoire et sûrement qu’Akemi aurait fait pareil si elle avait été à sa place. Voulant reprendre la conversation, la demoiselle fut vite prise de cours par la jolie invokeure qui décida cette fois aborder le sujet de Seiji. Si au début, la conservation semblait banale, la rousse aborda un sujet un peu plus sensible et franc qui fit aussitôt rougir la belle brunette qui perdit aussitôt ses moyens. Ses mains devant elle en signe de négation, elle voulait aussitôt éclairer le mal entendue que Ryme sous-entendait. À ses yeux, Seiji ne pouvait avoir un faible pour elle. Même si elle avait une relation forte avec lui, il ne pouvait la voir autrement que comme une amie, une fille comme elle, ne pouvait l’intéresser.

« Oh, non, non, ce n’est pas… Il ne peut pas avoir un faible pour moi, c’est… Impossible… Enfin… C’est un ami d’enfance et… Depuis le temps il doit plus me voir comme une sœur qu’il doit sans cesse protéger… » Ses mains sur ses joues comme pour cacher sa gêne, Akemi ne savait plus quoi faire pour cacher son embarras. Si elle voulait cacher ses propres sentiments, s’était plutôt ratée car, au vu de son agissement, Ryme allait sûrement deviner qu’elle avait un gros faible pour son gardien. Déglutissant, la demoiselle décida de se calmer doucement, évitant quand même le regard de son amie pour ne pas être plus ridicule encore. « En fait, Seiji à un caractère très particulier et en plus d’être un mi-al bhed… Autant dire qu’il n’a pas vraiment de succès auprès des gens. Il est mon seul et amie et je suis sa seule amie depuis qu’on est tout petit. C’est pour cela que l’on a un lien fort. » Ses mains s’étaient doucement entortillés et petit à petit son corps et son esprit se calma. En repensant à l’état du jeune homme, la gêne de la demoiselle se transforma en tristesse. Elle ne savait si ses blessures allaient mieux, ni dans quel état il se trouvait en ce moment même et avec peine, elle regarda alors la forêt, ses lèvres se pinçant avant de répondre de nouveau avec franchise. « Je… Je ne sais pas pour ses blessures. Je ne l’ai pas revue depuis mon réveille. Tout ce que je sais… C’est qu’il vient de perdre sa mère à cause de l’attaque de Sin… Et qu’il a besoin de temps. »

Elle se sentait impuissante, faible. Elle ne pouvait rien faire pour lui, comme elle ne pouvait rien faire pour les autres. Il était impossible de soulager une telle peine. Même avec des mots. Des blessures étaient bien trop béantes, bien trop profondes pour être guérie aussi rapidement. Seul le temps, était apte aux cicatrices.

« Je ne sais pas quoi faire pour l’aider… Je me sens tellement inutile… Quand j’ai vu la silhouette de Sin, je me suis sentie tellement impuissant, tellement faible. Je ne pouvais pas le combattre et même si j’ai essayé de faire de mon mieux… J’ai l’impression d’avoir emmené pleins de personnes à la mort. Je n’arrête pas de me dire que je n’aurais jamais dû les guider avec Valefor vers le temple… J’aurais dû prévoir qu’il ne laisserait pas autant de gens s’en sortir… »

Elle sentait des picotements dans ses yeux, la culpabilité déchirer son cœur sans qu’elle ne puisse la réprimer. Elle était une bien mauvaise invokeuse et en s’apitoyant ainsi, elle ne faisait que de le confirmer. Tout en inspirant fortement, elle décida alors de se reprendre, affichant cette fois un sourire qui sonnait faux.

« Désolée, je ne devrais pas être aussi négative… D’ailleurs comme va ton gardien ? J’espère qu’il n’est pas gravement blessé… Et ton ami ? Celui que tu cherchais, comment il va ? Est-ce qu’il fait parti de tes gardiens lui aussi ? »

Elle voulait changer de sujet, éviter d’accabler Ryme et de lui mettre le poids de sa culpabilité sur ses épaules. Elle devait agir comme une invokeure et ne pas se laisser heurter par ses propres sentiments. Même si elle était avec une amie, elle devait se reprendre, pour ne pas la heurter elle aussi.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 1115



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Ven 8 Déc 2017 - 14:37
Trouver et se faire une amie, était peut-être la plus belle chose qu'elle accomplirait à Kilika. Les mains chaudes d'Akemi sur les siennes, alors qu'elle venait de lui dévoiler une partie de son passé, lui faisait le plus grand bien. Ryme avait l'impression que ce petit bout de femme, qui avait à peine quitté l'adolescence, pouvait tout comprendre. Sa douceur semblait naturellement apaiser les tourments. L'ancienne Voix sentit les larmes lui monter aux yeux, alors qu'elle voyait la tristesse dans le regard de sa toute nouvelle amie. Le fait qu'elle s'avoue mutuellement des choses sur leurs situations respectives, les liaient bien plus qu'elles ne pouvaient l'imaginer. Finalement, après quelques minutes à s'être laissé aller, la fierté de Ryme reprit le dessus. Elle gonfla légèrement la poitrine en inspirant, pour se redonner un peu de prestance.

« Merci de m'avoir écouté. Je... À vrai dire, je n'ai jamais eu l'occasion de me faire des amis. Les rivalités entre les Voix sont telles qu'il est presque impossible de tisser des liens sincères. Avoir quelqu'un avec qui parler, est incroyablement... Libérateur. » commença-t-elle doucement, en enroulant, presque timidement, une mèche de ses cheveux autour d'un de ses doigts.
« J'espère que tu as raison à son propos. Nous avons tous les deux beaucoup de choses négatives dans le cœur, mais... Je pense que lorsque l'on rencontre quelqu'un qui change notre vie à ce point, on ne peut pas vraiment l'ignorer. J'ai un peu peur de nos échanges à venir cependant. »

La remarque le romantisme avait fait un peu mouche et Akemi riait à son tour. Ryme sentait qu'une connexion puissante était en train de se nouer. Il y avait à la fois du respect et de la compassion entre elle, mais jamais de pitié. Elles se regardaient d'égal à égal. Et tant pis si cela semblait étrange ou prématuré. Les événements qu'elles venaient de vivre, la cérémonie, mais également l'attaque, étaient des choses qui ne laissaient pas indifférents. C'était des choses qui laissaient une trace, une cicatrice. Et elles la partageaient.
Le rouge qui courait sur le visage de la jolie brune était délicieux. Il y avait quelque chose de charmant dans sa tendre pudeur. Elle déclara ensuite que, Seiji ne devait sans doute pas s'intéresser à elle et que leur rapport était uniquement amical, puisqu'aussi, bien, l'un comme l'autre, n'avaient jamais connu d'autres relations amicales.

« Tu sais, je pense que même en ayant des rapports presque fraternels, aucun homme ne risque sa vie comme ça. C'est une chose bien trop précieuse. Il faut une force plus grande. Je suis presque sûre qu'il donnerait tout dans ce monde pour te venir en aide, pour... Te soigner si cela était possible. Un homme qui est prêt à aller au bout du monde pour une femme, l'aime bien plus que comme une simple amie ou une sœur. Même si cela n'a jamais été une chose dont je suis fière, je connais bien ces bêtes-là. » déclara-t-elle avec un petit sourire. Elle avait le sentiment qu'Akemi, elle éprouvait bien plus qu'une amitié sincère pour Seiji. Après tout, elle ne pouvait que comprendre cette réaction : si toute sa vie, tous l'avaient considérer comme une petite chose fragile et malade et qu'il avait été le seul à être sincère avec elle, elle avait dû tomber sous son charme sans s'en rendre compte. Ryme ne savait pas si elle était consciente de ses sentiments, mais elle ne pouvait pas vraiment la tromper, elle.

« Je pense qu'il aura surtout besoin de ta présence. La force d'un Invokeur ne réside pas seulement dans sa capacité à combattre. Au contraire. Le plus grand don que l'on puisse faire, même à nos gardiens, c'est de leur fournir une épaule sur laquelle se reposer. Et si tu comptes pour lui, je pense qu'il pourra tirer beaucoup de choses de ta présence, même silencieuse. »
Après tout, certaines personnes l'avaient déjà remercié pour être justes... Ici. Ryme n'avait rien fait de spécial, mais elle savait que les Invokeurs avaient un pouvoir presque mystique sur la population. Ils étaient une lumière, un espoir dans la nuit qui se refermait sur le monde.

« Tu n'as pas à te sentir coupable. Personne n'aurait pu savoir qu'il allait revenir ici. Tu as fait de ton mieux, tu n'as pas abandonné le combat. Tu as donné ton maximum. Si cela te paraît peu, deviens plus forte. Mais, la puissance n'est pas la seule issue. Beaucoup de gens, se seraient contenté de mettre en sécurité leurs proches ou juste de sauver leurs peaux. Le temple était l'option la plus logique, vraiment. Tu n'as pas à t'en vouloir. »
Les mains de Ryme caressèrent doucement le dessus de la tête d'Akemi. Ses phalanges passaient distraitement dans les longues mèches. Un peu de réconfort, surtout par ces temps, était de mise.

« Ne souris pas, si tu n'en pas envie. » lui murmura doucement Ryme à l'oreille alors qu'elle la prenait dans ses bras. L'invokeur flamboyante se découvrait presque maternelle envers cette toute jeune adulte. Si fragile, si frêle et déjà en train de se fissurer sous le poids de la maladie et du destin.

« Cillian, je ne sais pas trop. Avec le temps que nous avons passés éloignés l'un de l'autre... J'avoue que je reconnais même plus sa manière de combattre. Avant, il n'utilisait pas de magie. Et je ne la reconnais même pas. Il n'avait rien physiquement parlant, mais c'est effondré à la fin de la bataille... Depuis, il fort dans la chambre d'auberge que j'occupe en centre-ville. » commença-telle a expliqué, tout en gardant Akemi contre elle. Cette fois-ci, plus pour se rassurer que pour la consoler.

« Quand à Esra... Je ne l'ai pas encore revu, mais, c'est grâce à ses talents de stratège que nous avons pus vaincre le squame. J'aurais souhaité qu'il devienne mon gardien, mais je ne lui demanderais pas. À vrai dire, il a très mal prit le fait que je sois devenue Invokeure. Il est un peu comme un petit frère pour moi, et je pense qu'il n'est pas prêt à admettre certaines choses... »

Cela lui faisait beaucoup de peine. Esra avait toujours été une personne dans sa vie et se voir ainsi rejetée, ne l'aidait pas à voir plus clair dans tout ce maelström.

« Dis-moi, quel est la prochaine étape de ton voyage ? Vas-tu attendre que le temple soit de nouveau accessible pour y solliciter Ifrit ? Ou, vas-tu aller directement à Djose ? Pour ma part, je pensais aller à Besaid avant de revenir ici... » murmura-t-elle un peu rêveuse, bien que son avenir était encore incertain.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 340



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Invokeure

le Mar 12 Déc 2017 - 0:40





L’histoire de Ryme n’avait été qu’une succession de malheur et pourtant, malgré cela, la belle rousse s’était toujours relevée. Malgré la douleur, malgré la souffrance. Elle avait toujours su se battre pour sa propre liberté, même si celle-ci lui avait coûtée bien des choses. Comme sa jambe, où Cillian. À présent elle était libre et pouvait rattraper tout ce temps qu’elle avait perdu, du moins Akemi en était convaincue et comme pour l’encourager, elle lui apporta du soutien, un certain réconfort dont elle avait le secret. Ses mains contre les siennes, la prêtresse espérait lui apporter un peu de chaleur et de soulagement et tout en gardant son tendre sourire, elle continua de la regarder droit dans les yeux, comprenant de plus en plus les paroles de la jolie invokeure. Toutes deux étaient semblables sur un point, elle n’avait jamais eu l’occasion de se lier avec d’autres personnes. Que ce soit dans leur jeunesse comme dans leur vie actuelle. Peut-être était-ce pour cela, qu’elle s’était aussi vite rapprocher en plus de leur statut.

« Tu n’as pas à me remercier, pas pour une telle chose. Tu sais… Je ressens un peu la même chose que toi. Tu es la première à qui je parle réellement sans me cacher, sans mentir… Je… Je crois que c’est appréciable de pouvoir ainsi s’exprimer. » Depuis qu’elle parlait avec Ryme, elle avait l’impression que son cœur s’apaisait de plus en plus. Qu’il s’allégeait légèrement. Bien sûr, elle avait encore cette douleur qui dormait en elle, mais elle semblait beaucoup moins lancinante, beaucoup moins vif à présent. Alors quoi de plus normal que de vouloir à son tour rassurer et soulager sa comparse, ne serait-ce que pour l’apaiser de ses tourments. « Je comprends, après tout ce que vous avez vécue il est normal que tu perdes tes moyens, que tu es peur de lui parler, surtout après tout ce temps à vous être perdue de vue. Peut-être avez vu besoin de parler ? De vous exprimer ? Comme tu me l’as dit plus tôt, la vie est trop éphémère, surtout pour nous qui avons choisi ce rôle. Ne te laisse pas paralyser par la peur. »

De bien belles paroles qui lui était tout aussi valable concernant son propre gardien, mais cela, Akemi était bien trop soucieuse de son amie pour s’en rendre compte, ni pour les prendre en considération pour elle-même. À la place, elle espérait intérieurement que la jeune femme puisse trouver le courage de se confronter à son propre amour et surtout, elle espérait que cela soit réciproque. Le peu qu’elle avait vu d’eux lui avait donnée l’image d’un couple si mignon et si unis, qu’il aurait été dommage que cela ne se concrétise pas. Mais visiblement, Ryme avait les mêmes pensées concernant elle et Seiji, où du moins, elle avait l’air de penser que le jeune homme avait un faible pour alité ce qu’Akemi essaya de démentir avec les joues en feu. Du moins, elle ne démenti pas, puisqu’elle pensait réellement ses paroles. Pour elle, Seiji ne pouvait ressentir ce genre de sentiment à son égard. Et à part un fort lien, elle n’avait pas l’impression qu’il y avait plus. Pourtant, Ryme s’exprima clairement sur la situation, affirmant ce qu’elle pensait de cette forte relation entre les deux jeunes adultes. Elle avait raison sur un point, Seiji tenait à elle au point même d’avoir voyagé pour lui trouver un remède. Mais… Est-ce que cela pouvait vraiment souligner une forme d’amour ? Elle avait envie d’espérer, d’y croire, mais… Et si jamais elle se trompait ? Les joues encore rougissent par la discussion, les doigts de la demoiselle s’agitèrent alors entre eux. La gêne était à son comble pourtant elle trouva la force de s’exprimer à son tour avec une petite voix.

« Tu… Tu penses vraiment qu’il… Qu’il puisse m’aimer ? » Ses joues s’empourprèrent de plus belle face à ses propres mots. Elle n’avait jamais vraiment eu l’occasion de parler d’amour, à part peut-être avec sa mère, mais elle était d’un point de vue intérieur, ce qui pour Akemi faussait la donne, surtout quand on sait à quel sa mère adorait le jeune homme. Alors, avoir un point de vue extérieur était tout nouveau pour elle. « Je… Je mentirais si je disais que tes paroles ne me font pas plaisir… Je suis amoureuse de lui depuis si longtemps… Mais je n’ai pas l’impression d’être celle qu’il lui faut… Tu penses vraiment qu’il peut avoir un faible pour moi ? Même minime ? »

Elle n’osait pas vraiment y croire, ni se donner de l’espoir. Après tout, est-ce qu’une relation avec une femme qui allait mourir n’importe quand en valait la peine ? Et puis déjà, il fallait qu’elle arrive pour commencer à l’aider à surmonter la mort de sa mère. Depuis qu’elle avait appris ce tragique événement, elle ne savait plus quoi faire, quoi dire. Elle n’osait pas même aller le voir, se confronter à lui. Et si jamais, sa présence était de trop ? Elle se sentait comme ce soir contre Sin. Faible, Impuissante et inutile. Alors, avec cette tristesse lancinante, elle énonça ce qu’elle avait sur le cœur. Le cas de Seiji, sa mère morte, son ressentis sur la situation, sur les morts vers le temple. Tout était en train de dévaler ses lèvres, sa tristesse se faisant de plus en plus apparente. Dans cette situation, la voix de Ryme était plus qu’une belle voix. Elle était comme une lumière, comme une sœur bienveillante. Elle était chaleureuse, réconfortante et… Elle agissait comme un baume curatif qui était capable de soigner tous les maux, même les plus virulents. « Tu penses vraiment que ma présence lui suffira ? Mes épaules sont assez frêles, est-ce que cela sera suffisant ? » Doucement, elle s’était mise à rire faiblement, comme pour se moquer un peu d’elle-même. Est-ce que dans le cas de la perte d’un proche, elle sera assez forte pour lui faire surmonter cela ? Ryme y croyait en tout cas, alors, peut-être devait-elle y croire à son tour ? Alors qu’elle sentait les larmes lui monter aux yeux, la main de Ryme contre ses cheveux fut grandement la bienvenue, tout comme ses mots et son discours. Elle ne devait pas se sentir coupable et pourtant… Cela était dur de ne pas se jeter la première pierre. Elle avait tellement l’impression d’avoir menée tous ces gens à la mort, mais comme le disait Ryme c’était pourtant l’option la plus logique. Silencieuse face à ses belles paroles, Akemi se laissa aller dans les bras de sa consoeur, laissant celle-ci la serrait dans ses bras. C’était réconfortant, apaisant. Doucement, elle avait fermé ses yeux, écoutant la voix de Ryme qui semblait la bercer. Ne pas souris, si elle n’en n’avait pas l’envie. Elle avait de nouveau raison sur ce point, mais… Si elle ne le faisait pas, qui le ferait ?

« Je le sais, mais… C’est notre rôle de montrer de l’espoir. On ne doit pas faiblir face aux habitants de Spira. C’est notre lourd fardeau. Mais… Avec toi, je me montrerais naturelle. Merci de me permettre cela.»

Plus elle lui parlait, plus la prêtresse trouvait que Ryme était quelqu’un de bienveillant et doux. Aucune des deux ne se jugeait, chacune comprenant la douleur de l’autre et s’apaisait mutuellement. En écoutant le ressentis de Ryme, Akemi pouvait sentir sa confusion et sa peine. Comme cela avait l’air compliqué d’assumer son rôle avec des hommes à forts caractères. C’était à croire que chacune avait le don pour cela. Levant doucement son regard, la jeune invokeure laissa doucement ses bras envelopper à son tour le corps de la jolie Ryme. Elle devinait qu’elle aussi, avait besoin d’une épaule sur qui se reposait et à défaut d’être à Seiji, elle décida d’en profiter pour se tenir aux côtés de sa consœur et amie. De façon à soulager ses tourments.

« Ne t’inquiète pas, cela va aller. Je suis sûre que ton lien avec Cillian est plus fort que cela. Tu sais, les hommes changent plus rapidement que nous, selon leur vécue. Quand Seiji est parti du village pendant de très long mois, j’ai eu du mal à le reconnaître moi aussi. Ils aiment se forger des carapaces pour paraître plus fort et être apte à tout supporter. Je suis sûre qu’en lui parlant, tu le retrouveras. Soit patiente. J’espère qu’il se réveillera de sa léthargie. Il a du dépenser trop d’énergie dans son combat. Soit là pour lui et je suis sûre que tout iras bien. » Elle ne connaissait pas l’amour de Ryme, mais elle était convaincue que tout se passerait bien entre eux. Il ne pouvait en être autrement. Vus son inquiétude envers l’invokeure sur-le-champ de bataille, il était évident qu’il voulait la retrouver au plus vite. « J’aurais aimé remercier ton ami Esra. Même si j’ai eu quelques absences sur le champ de bataille, j’ai pu voir à quel point il semblait stratégique. S’il n’aurait pas été là, qui c’est ce qui aurait pus arriver. » Mais visiblement Esra et Ryme semblaient quelques peu en froid, surtout depuis que le jeune homme avait apprit qu’elle était une invokeure. Serrant un peu plus la belle rousse contre elle, Akemi comprenait son désarroi. Même si Seiji avait accepté de la suivre, cela se voyait qu’il rebutait à la voir s’élancer dans pareil objectif, alors elle ne pouvait que comprendre.

« Beaucoup ne comprenne pas notre démarche et d’autre l’accepte moins bien. Tu dois lui laisser du temps. Ce n’est pas facile à faire mais… Je pense qu’il a besoin de digérer cela et de l’accepter. Surtout s’il n’est pas prêt. Je n’ai pas de petit frère mais… Je pense qu’il est normal d’avoir ce genre de dispute. Surtout s’il tient à toi. Quand il comprendra, il reviendra vers toi. »

Elle savait que cela était facile à dire, mais il n’y avait pas d’autre choix. On ne pouvait forcer une personne à accepter ce qu’elle n’était pas prête à concevoir. Aussi, seul le temps pouvait être son alliée. Même si celui-ci paraissait comptée à partir de maintenant. « Je compte attendre que le temple d’Ifrit soit accessible. Mais… J’aimerais surtout attendre que Seiji soit apte à reprendre la route… Je veux être auprès de lui et l’aider à surmonter son deuil. De plus, j’ai peur que si je diverge de mon itinéraire concernant les chimères de ne pas être apte à les recevoir. En acceptant Valefor, je me suis retrouvée alitée pendant trois jours alors… Si je vais voir une chimère plus puissante j’ai peur de ne pas y survivre. » Cela faisait mal de l’avouer, mais elle devait prendre cela bien en compte. Elle n’était pas malheureusement pas comme Ryme et même si elle voulait être vue comme une personne normale, elle devait prendre en compte sa condition. « Tu vas voir, Besaid et une ville charmante, tu devrais en profiter pour y rester un peu avec Cillian. De plus la priante de Valefor est très gentille et empathique. Je suis sûre que tu vas l’adorer. » Elle s’était mise à doucement sourire, comme pour rassurer sa tendre amie. Au vu de sa gentillesse, Ryme allait sûrement gagner les faveurs de Valefor sur cela, la prêtresse n’avait pas d’inquiétude. Levant un peu son regard noisette dans ceux de sa comparse, Akemi la regarda quelques secondes, avant de lui poser une question qui lui trottait dans la tête depuis un moment.

« Dis-moi Ryme. Si jamais Cillian te demandait d’arrêter ton pèlerinage. Si jamais il te demandait de ne pas te sacrifier et de rester à ses côtés… Qu’est-ce que tu ferais ? » C’était une question un peu personnelle, pourtant, Akemi était curieuse d’en connaitre la réponse.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 1115



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Ven 15 Déc 2017 - 11:36
Akemi était si innocente. Lorsqu'elle demanda, timidement à Ryme s'il était possible que son Gardien puisse avoir quelconque sentiment romantique à son égard, ce constat la frappa. Elle ne devait pas avoir vingt ans et pourtant, elle arrivait à combiner cette jeunesse avec beaucoup de force. La rouquine se demanda, si, elle aurait été capable d'affronter la vie qu'avait eut sa comparse. Le poids de la maladie, de l'isolement et surtout de défier le destin avec pour unique compagnon, un ami de toujours. Son destin l'avait poussé sur un chemin d'or et de sang. Son sang. Mais, elle ne pouvait faire autrement que d'avoir du respect pour ce petit brin de femme qu'elle serrait vigoureusement contre elle.

« Je ne te connais pas énormément et pourtant, je t'aime déjà. Comment quelqu'un qui te connaît depuis des années pourrait décemment te résister ? » plaisanta-t-elle doucement en lui embrassant le front. Akemi avait le don de réveiller son instinct maternel. Ou peut-être son instinct fraternel.
« Tu ne perds rien à lui exprimer ce que tu as dans le cœur. S'il partage tes sentiments – ce que je pense, vous aurez un peu de bonheur pour le temps qu'il te reste. S'il ne les partage pas... Eh bien, je pense que cela sera douloureux, mais, au moins tu pourras passer à autre chose. Garder des choses pour soi, ce n'est pas bon, surtout dans une relation de confiance. »

Intérieurement, Ryme ne pouvait s'empêcher de se maudire pour ce genre de conseil qu'elle n'appliquait pas. Sa façon de vivre parmi les Voix avait totalement vicié sa sincérité. La cachotterie était une composante même de sa personnalité. Si, elle arrivait à se livrer ainsi, c'est parce qu'elle avait l'étrange sentiment qu'elle ne croiserait peut-être plus Akemi. Ou que cette dernière avait besoin d'entendre quelqu'un pour mieux se purger de ses émotions. Elles étaient toutes les deux Invokeures et savaient un peu trop bien, ce que cela signifiait. Leur temps, leur vie, ne leur appartenaient plus vraiment.

« Une épaule, aussi frêle soit-elle, est toujours des plus agréables. Et puis... Tu n'es pas que ça. Je vois en toi, un peu de lumière. Douce et réchauffante. Si tu lui ouvres ton cœur et tes pensées, que tu lui donnes ton soutien et ton amour, je pense qu'il sera capable de soulever des montagnes. » déclara-t-elle en esquissant un sourire confiant.
« Je n'ai pas connu mes parents et à vrai dire, cette situation est de leur propre fait. Mais j'ai connu des gens qui pleuraient encore la perte d'un être cher, bien des années après que cette personne soit partie. On peut... Guérir de bien des blessures, mais celles que l'on a, au cœur, elles ne partent jamais totalement. Avoir quelqu'un qui compte pour porter une main bienveillante sur la plaie, est sans doute le meilleur des pansements. »
Son regard s'était légèrement teinté de tristesse. Si Vilhatt mourrait, serait-elle triste ? Il l'avait meurtrie, dans sa chair, dans sa psyché, avait conduit Cillian dans la Via Purifico par égoïsme. Mais, il avait été sa figure paternelle. Elle le haïssait, du plus profond de son être. Mais sa mort ne la laisserait pas indifférente. Même si, aujourd'hui ses sentiments à l'égard de son ancien Gardien étaient mitigés, même s'il semblait avoir continué sa vie sans elle... S'il venait à disparaître, ce monde n'aurait plus aucun sens.

« Nous aurons de quoi parler lui et moi et son réveil. C'est tout ce qui importe. Nous verrons bien. Je... A vrai dire, je me moque du fait qu'il puisse avoir des sentiments pour moi. S'il est en paix, s'il est passé à autre chose, je comprendrais. Moi non plus, je ne voudrais certainement pas côtoyer la personne qui m'a condamné à la Via Purifico... Je veux juste... Garder les sentiments que j'éprouve, encore un peu. Pour m'en servir comme moteur ; pour avancer dans cette vie si lui, ne ressent pas la même chose. » C'est tout ce qu'il me reste, pensa-t-elle amèrement. Akemi ne pourrait peut-être pas comprendre, de son jeune âge. L'amour qu'elle avait porté à Cillain, l'avait conduite sur bien des chemins, qu'elle ne regrettait pas. Et la Via, malgré tout, les avaient liés à jamais. D'une sinistre manière, il était vrai. Mais... Elle avait peur. Qu'adviendrait-il d'eux, si jamais Vilhatt apprenait qu'ils s'étaient enfin retrouvés ? Bien que Ryme n'était pas croyante, la sentence 'hérétique' lui pesait dans le cœur comme une épée de Damoclès.
« Esra a toujours été un petit frère un peu pleurnichard. Il s'en remettra, néanmoins, je ne peux pas me permettre de l'attendre. Cillian n'est pas mon Gardien, mais je compte informer la personne qui me protège de la suite de mon voyage. Quand bien même, je pense pouvoir me débrouiller seule, il est plus agréable d'avoir quelqu'un. »
Un sourire en coin perla sur son visage. Et puis, Gordias lui manquait un peu. Son côté bourru et réfléchis complétait si bien ses attitudes impulsives. Mais... Pour l'instant, Ryme avait envie d'être égoïste et profiter du peu de temps qu'elle disposait avec Cillian.

Lorsqu'Akemi déclara qu'elle avait été alitée pendant quelques jours après avoir reçu la bénédiction de Valefor, Ryme ne put s'empêcher de sentir une petite vague froide dans son estomac. Ixion l'avait fatiguée, recevoir la chimère avait été une épreuve à la fois intense et dense pour son corps. Alors... Si la chimère réputée pour étant la plus faible du parcours avait été aussi dévastatrice pour son amie... Sa gorge se serra. Elle commençait à comprendre pourquoi Seiji avait toujours cherché à l'empêcher d'accomplir ce destin.

« C'est un sage décision. Ixion était... Fatiguant, mais c'est un Priant qui apprécie les efforts. Il n'est pas très sensible comme priant, et aime l'intellect... » commença-t-elle presque nostalgique.
« D'ordinaire, les Invokeurs éprouvent leurs pouvoirs pour devenir plus fort... Je t'aurais volonté proposé un duel de chimère, mais... Je ne pense pas que cela soit la méthode pour que tu renforces tes pouvoirs, sans que ton énergie vitale en pâtisse... » la voix de Ryme était légèrement incertaine. Elle avait envie de l'aider, mais comment faire ?

« Je pensais rester quelque temps sur Besaid. Les gens des îles m'intriguent particulièrement, je n'ai jamais quitté le continent... Sauf une fois, mais... C'est un bon souvenir, qui commence a remonter un peu ! » Sa mémoire lui renvoya l'odeur de l'essence et le bruit du moteur vrombissant de la moto de Danil, lorsqu'il l'avait secourue sur Bikanel, l'île des Al-Bheds.

Un petit silence s'installa entre les deux jeunes femmes. Puis, Akemi prit la parole. La question qu'elle posa troubla Ryme qui écarquilla les yeux alors que son cœur venait de manquer un battement. Tout arrêter pour Cillian, oui, elle en était capable. À vrai dire, s'il l'aimait encore... s'il était prêt à la pardonner et à vivre avec elle, Ryme abandonnerait tout s'il le lui demandait. Mais... Cet abandon avait un prix, celui d'une fuite perpétuelle. Abandonner son pèlerinage la reconduirait dans les griffes des Voix de Yevon, un écueil qu'elle ne souhaitait plus jamais connaître. Sans compter que l'organisation continuerait de détruire la vie de nombreux enfants sur l'autel de la religion.
Le visage de l'Invokeure flamboyante se ferma un peu. Elle poussa un soupir.

« Si j'étais... Une simple femme, je sauterais sur cette occasion. J'arrêterais tout pour vivre avec lui et avoir la vie la plus heureuse possible. Mais, arrêter mon voyage signifie retourner auprès des Voix. Et si je ne réintègre pas l'organisation, la sentence pour nous deux... Nous serions déclarés hérétique. Nous n'aurions de cesse de fuir. Et c'est ce que j'ai fait toute ma vie. Je ne veux plus m'échapper. Je veux affronter la vie en face. » Elle marqua une pause. Distraitement, elle avait porté sa main sur son cœur. Il lui était facile de dire tout cela alors qu'elle ne lui avait pas encore parlé... Mais elle savait très bien qu'il suffirait d'un regard, d'un geste, pour que sa volonté se retrouve au sol, écrasé sous le poids de l'amour qu'elle lui portait.
« Je n'ai pas envie de le perdre. Mais le destin a voulu que je devienne Invokeure. Plus que pour vaincre Sin, je dois... Combattre pour que cesse d'exister les Voix. Bien trop d'enfants ont souffert entre leurs mains. »

Elle essaya de chasser les mauvais souvenirs qui lui venaient. Son cœur était lourd. Lourd de choix, de décisions. Même si ayant gagner sa liberté, elle était emprisonnée. Pour qu'enfin, elle soit libre, vraiment libre, il faudrait qu'elle donne sa vie pour Spira. La jeune femme essaya d'esquisser un sourire rassurant. Mais, elle avait perdu le goût de la conversation.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 340



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Invokeure

le Jeu 28 Déc 2017 - 18:21





Les gestes et les paroles de Ryme à son encontre lui faisait chaud au cœur. Elle ne s’était jamais liée d’amitié avec des filles et n’avait jamais eu de frère, ni de sœur. Mais bizarrement, Akemi était persuadée que c’était cela qu’on ressentait quand on avait une figure fraternelle. Cela lui faisait bizarre, mais elle se sentait si apaisée. C’était comme si, elle connaissait Ryme depuis longtemps. Elles se parlaient avec tellement d’aisance que c’était comme si elles avaient été deux amies qui se retrouvaient après une longue séparation. Ainsi blottie contre les bras de sa consœur, Akemi l’écoutait alors parlait d’elle et de Seiji. Parfois, la brunette se mettait à sourire d’amusement et parfois, elle reprenait son air sérieux et mélancolique. Ryme avait sûrement raison, elle ne perdait rien à lui exprimer ce qu’elle avait sur le cœur. Mais… C’était si dur. Elle avait tellement peur du rejet, tellement peur que ce qu’elle ressent ne soit qu’à sens unique. Arrive t-elle à supporter une telle douleur ? Pensive, elle hocha légèrement la tête. Montrant qu’elle avait écoutée et compris ses paroles. Elle ne voyait pas quoi y redire et elle savait que l’invokeure avait raison. Mais encore suffisait-il de suivre ses paroles. En aurait-elle le courage ? Doucement, elle ferma les yeux. Si au fil des années, elle avait acquis du courage, elle n’en restait pas moins une trouillarde. Mourir pour un peuple entier ne lui faisait pas peur, mais avouer ses sentiments la terrifiait terriblement. Ce qui devait la rendre bien plus étrange encore. Était-ce son rôle d’invokeure qui lui montait à la tête ? Non, il était évident que c’était son destin qui lui avait permis d’accepter son idée de sacrifice. Celui-là même, qui lui avait donnée la peur de s’accrocher aux gens qu’elle aimait fortement. Et en cet instant même, elle était en train de créer un lien fort avec la belle rouquine. Un lien qu’elle aurait dû refuser, mais qu’elle n’arrivait à le repousser, ni à le rejeter. En cet instant même Ryme était devenue cette lueur qui éclairait son horizon morose. Cette main tendue dont elle n’avait pus se détourner. Elle était cette sœur qu’elle aurait voulu avoir, mais qu’elle ne reverra peut-être jamais. En pensant à cela, la gorge de la jeune femme se resserra. Ainsi était le destin des invokeures, mais aussi à celles qui était condamnées. Bien qu’elle fût devenue pensive depuis quelques minutes, la jeune femme continuait à écouter les paroles de Ryme. Parfois, celle-ci lui paraissait lointaine, mais elle en comprenait malgré tout le sens.

« Tu as raison. Je dois être là, et lui laisser du temps. C’est tout ce que je peux faire. »

Il n’y avait pas vraiment d’autres solutions à cette situation. Elle ne pouvait qu’attendre et prier. Chose qu’elle avait toujours fait toute sa vie, bien qu’elle doute à présent que les prières soient utiles. C’était devenu comme un mimétisme, comme quelques choses qui avait ponctuée ses habitudes, mais en parlant avec Ryme. Elle commençait à douter de cette forme d’espérance. Était-elle si bienveillante qu’elle le laissait croire ? À vraie dire, elle n’avait jamais voulus être une prêtresse, elle ne faisait que suivre la voie que son père lui avait dictée. Une voix qui l’avait empêché de passer plus de temps avec son ami d’enfance. Soupirant doucement, la brunette préféra de nouveau se concentrer sur les paroles de sa nouvelle amie. Broyer du noir ne pouvait aider qui que ce soit. Et encore moins sa camarade qui se confiait. Alors elle restait silencieuse, écoutant chacune des paroles, chaque mot que pouvait exprimer la jolie invokeure. Elle aussi avait beaucoup à dire, beaucoup à exprimer. Elle aussi vivait dans la peur d’un amour unique, la douleur devenant plus vive à chaque fois qu’il y pensait.

« Tu l’aimes vraiment n’est-ce pas ? » Elle n’avait pas besoin de réponse à sa question. L’évidence était là. Ryme était capable de se séparer de l’être aimée. D’accepter le rejet tant qu’elle pouvait garder cette trace de cet amour si beau, si pure. Elle forçait le respect et même si certains l’auraient jugé, Akemi ne pouvait que l’admirer. Elle était si forte, si brave. À côté d’elle, Akemi trouvait qu’elle faisait bien pâle figure. « Même si cela ne tente, ne voyage pas seule. Tu mérites d’avoir quelqu’un auprès de toi… Tu mérites d’être protégée… Promet-moi de ne jamais t’élancer seule… Tu ne dois pas le faire. »

Elle avait peur pour cette nouvelle rencontre. Et même si Ryme semblait être force, physiquement comme intérieurement, Akemi espérait qu’elle ne se lancerait pas dans pareille folie. Rare était les invokeurs qui avait réussi à s’en sortir seule. Après ce qu’elle avait vécu, Ryme méritait de trouver le bonheur. Et encore plus d’être bien entourée. Elle aurait voulu lui dire, mais elle n’avait pas trouvée le courage encore. Pas encore. À la place, elle préféra parler de sa rencontre avec Valefor, de son état et de la beauté de l’île de Besaid. Elle indiqua aussi son avis de suivre le parcours du pèlerinage à la lettre, écoutant avec soin les ressentie de Ryme, ainsi que les quelques informations que celle-ci lui délivra. [color=lightseagreen] « Je vois. Il va donc falloir que je fasse preuve de savoir. Valefor recherche plus la volonté et la détermination. Du moins, c’est ce que j’avais cru comprendre. J’ai aussi l’impression que… que cette situation lui fait mal. Je pense que tu comprendras quand tu la verras. » Elle ne pouvait en dire plus. Elle préférait laisser Ryme découvrir par elle-même la sensibilité de cette jeune priante. « Je suis désolée. J’aurais tellement aimée accepter ta proposition de duel. Mais dans mon état… Je doute tenir et encore moins avoir la force d’appeler Valefor. Merci de ton inquiétude. Si jamais je deviens plus forte, me ferais-tu l’honneur de m’en accorder un ? » Elle aurait tellement voulu accepter, tellement voulu essayer cela. Mais elle devait être honnête avec ses propres compétences. Elle ne pouvait s’épuiser plus qu’elle ne l’était. « Tu as bien raison. Tu sais je suis comme toi. C’est la première fois que je pars au-delà de Kilika. Besaid à était une belle surprise à découvrir. Profite-en pour te ressourcer. »

Elle lui avait adressé un tendre sourire, espérant que cette escapade soit au goût de sa nouvelle amie. Elle espérait surtout que son amour Cillian puisse se joindre à elle dans cette nouvelle aventure. Si Akemi avait un vœu à faire, ça serait certainement celui-ci : Que l’amour de Ryme soit réciproque et que jamais ils ne se séparent. Cela pouvait paraître bête, mais elle souhaitait vraiment le bonheur à sa comparse. Que l’une des deux, soit réellement heureuse. Cette pensée, lui fit naître une question qui était un peu plus personnelle, mais qu’Akemi n’avait pus s’empêcher de poser. Ryme était-elle prête à tout arrêter pour Cillian ? C’était une question qu’elle s’était elle-même posée, mais elle était curieuse de connaître celle de son amie. Mais en voyant ses réactions, la prêtresse regretta amèrement d’avoir été aussi indiscrète. Elle avait oublié ce qui arrivait aux invokeures qui arrêtaient la voix du pèlerinage. De ce qui les attendaient et de ce qui risquait d’attendre Ryme si elle stoppait tout. Pourquoi n’avait-elle pas réfléchie en pensant sa question ? Elle se sentait coupable de la triste de Ryme et malgré son sourire qui se voulait rassurant, Akemi sentait qu’elle n’allait pas bien. Elle s’en voulait d’avoir fait du mal à son amie, de l’avoir blessée ainsi. Alors, avec douceur, elle apposa sa main, par-dessus celle de Ryme, son visage était devenu triste à son tour et la culpabilité était plus que visible dans ses prunelles noisettes. « Ne sourit pas, si tu n’en as pas envie… » Elle avait longuement regardée sa main, avant de doucement lever son regard dans celui de Ryme. Toujours avec cette même tendresse, elle attrapa la main de l’invokeure, la recouvrant avec son autre main de libre. Son regard se figea de nouveau sur ce geste qui se voulait réconfortant et peu à peu, ses lèvres se délièrent. « Je suis désolée. Je n’aurais pas dû me montrer indiscrète. Je t’ai rappelée des choses si tristes… Si injustes. » Elle se tut quelques instants avant de reprendre. « Après tout ce que tu as vécue… Je trouve que tu mérites le bonheur Ryme… Tu ne devrais pas à avoir te cacher, à avoir te justifier. C’est injuste. Tu mérites de vivre comme tout le monde… Tu ne devrais même pas avoir peur, que ça soit des conséquences ou de ce qu’il risque d’arriver. C’est… Tellement injuste. » Doucement, elle serra sa main, pas assez fort pour lui faire du mal. Elle sentait peu à peu les larmes monter. Elle ne connaissait Ryme que depuis quelques minutes déjà, pourtant… Elle ne méritait tellement pas ce qui lui arrivait. Elle voulait juste vivre normalement. Vivre sa vie tout simplement. Alors… Pourquoi ne lui laissait-il pas cette tranquillité à laquelle elle aspirait ?


[Hrp: Excuse-moi encore pour tout ce temps que j'ai mis ><.]

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant