Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Kiera • Dans un monde hypocrite, seul les c*** l'emportent. [Finish]

 :: Ecoutez notre histoire • :: Vidéosphère • Registre :: • Fiches validées

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 30



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Mar 9 Jan 2018 - 22:17



Kiera






Etat civil


Surnom(s) : Kié


Race : Al-Bhed


Âge : 25 ans


Place dans la société : Contrebandière


Groupe : Civil




Physique


Couleur de peau : Basique qui à tendance à légèrement bronzer


Taille/Poids : 1m70, 65kg


Couleur/Longueur des cheveux : Long et souvent attaché, rouge flamboyant (Grâce à la teinture)


Couleur des yeux : Verts




Signe(s) distinctif(s) : Sa tenue qui n’à rien à voir avec ceux de son espèce, un tatouage sur le bras droit qui représente un ouroboros avec un texte en al-bhed en dessous.




Prendre les armes


Classe : Dragoon de feu




Armement : Un marteau de sa création qui est capable de s’allonger (bâton télescopique) .




Caractère





  • Indépendante

  • Adroite

  • Créative

  • Audacieuse

  • Joueuse





  • Borné

  • Vulgaire

  • Provocatrice

  • Acerbe

  • Agressive





Depuis qu’elle est jeune, Kiera à toujours cherché à se débrouiller par ses propres moyens, même quand sa mère était toujours en vie. D’un caractère fort et peu enclin à la sociabilisassions, elle passe plus son temps à se faire des ennemis qu’à se faire des amis, même au seins de sa propre tribut qu’elle trouve sans intérêt et hypocrite. Suivant très rarement les règles, elle est plus du genre à en faire qu’à sa tête et s’en foutre des conséquences. Elle assume tout ce qu’elle peut faire, sauf, quand elle trouve la situation exagérée pour rien. Elle ne perd pas son temps en bon sentiment, détestant les mièvreries et les mots dégoulinants d’amour. Elle préfère être franche, droite, disant clairement ce qu’elle pense sans concession sans faux semblant. D’un tempérament agressif, autant dire qu’elle ne mâche pas ses mots et se moque très clairement de la politesse et de la courtoisie. Elle dit les choses comme ça lui chante et hésite pas parfois à être cassante et provocante dans sa façon de parler.

Son comportement est aussi provoquant que ses paroles, souvent chercher merde, Kiera ne cesse de se créer des problèmes notamment avec l’église qu’elle ne cesse de perturber dés qu’elle en a l’occasion. Elle trouve les croyants abruti et les invokeurs tout aussi stupide avec leur idée de sacrifice. Néanmoins, bien qu’elle ne l’avoue jamais, elle possède un bon fond et trouve toujours des raisons à ses agissements, bien qu’elle ne le dise pas clairement. Elle adore bricoler et créer des armes, ainsi que des machines. Douée dans ce domaine, elle à réussie à se faire une clientèle, bien qu’elle reste très discrète au niveau de ses ventes. Même si elle n’a peur de rien, elle sait ce qu’elle risque et même si le danger lui plait, elle préfère rester libre que de croupir dans une prison. Loin d’être pudique, Kiera n’a pas peur de montrer un peu de peau et son caractère « je m’attache pas » fait que ses relations amoureuses sont plus charnelles qu’autre chose, mais ça ne semble pas la déranger, au contraire. Moins elle s’accroche, plus elle se sent libre et autant dire qu’elle met un point d’honneur à ne pas tomber amoureuse. Ainsi est son credo.

Histoire





« Jamais au grand jamais il ne faut tomber amoureuse Kie. Si tu tombes amoureuse, tu te donnes tout entière et quand tu te donnes tout entière… Tu finis toujours par te faire jeter. Comme ton père l’a fait avec moi… Tu ne dois jamais t’abandonner à cela… Sinon… Tu souffriras. »

Depuis ses cinq ans — âge où l’on comprend la plupart de paroles prononcées par les adultes — Kiera n’a cessée d’entendre ce discours encore et encore, comme une boucle infini qui tourne sans trouver de fin. Blessée par cet être qu’elle aimait tant, sa mère n’a eu de cesse que de déverser sa tristesse, n’arrivant à se remettre de cette trahison qui commençait à dater depuis. Chaque jour, elle finissait bourrée et chaque jour, elle ne cessait de pleurer en regrettant cet amour disparus. Plus Kiera la regardait, plus elle trouvait cette femme pathétique, et insignifiante. Si au début, elle essayait de lui remonter le moral, les années à la voir ainsi, avait finis par lui faire naitre du dédain. Un dédain qui éclata sans attendre dans l’année de ses sept ans.

« Mais tu vas la fermer oui ! Oui il est parti ! Oui il t’a laissée en cloque toute seule comme une pauvre larve ! Oui tu as dû élever ta fille seule, mais maintenant c’est fini ! Arrête ! Sors-toi les doigts du cul et arrête de chouiner pour un gros débile dans son genre ! Secoue-toi et arrête d’être aussi pitoyable ! Tu me fais honte ! »

À force de devoir se gérer seule, Kiera avait finis par se créer sa propre éducation et combien même sa mère s’était reprise, elle refusa catégoriquement de lui obéir. Pour elle, cette femme n’avait rien d’une génitrice et même si beaucoup essayer de lui faire comprendre sa peine, la petite al-behd elle, préférait lui mettre en face ses torts, creusant un fossé entre les deux femmes qui ne cessaient de s’effriter au fil du temps. La vie de Kiera était mouvementée, insubordonnée, audacieuse, elle ne cessait de s’attirer les ennuis, s’attirant la foudre des autres enfants comme les adultes. Personne n’arrivait à la gérer et même si elle montrait des qualités de mécanicienne, personne n’avait vraiment eu la patience de le reconnaître. À l’âge de ses douze ans, la mère de la jeune femme avait enfin trouvé un homme. Il était charmant, d’un âge mûr et moral, sa patience était réputée pour être exemplaire et surtout, il semblait être quelqu’un de fidèle et de loyale. Quand il fut présenté à Kiera, celle-ci ne manifesta aucun sentiment, haussant juste les épaules avec un désintérêt total. La vie de sa mère ne la regardait pas et pour tout dire, elle n’en avait rien à faire de cet homme qui avait l’air de se complaire à se comporter comme un parfait père adoptif. Leur relation n’était pas cordialement, tant qu’il la laissait tranquille Kiera le tolérait, jusqu’à ce que sa mère lui apprenne son mariage futur avec cet homme ainsi que leur futur départ pour leur lune de miel.

« Tu peux pas comprendre Kiera. L’amour est quelques choses de formidable. C’est un sentiment si bon, si apaisant. Avec lui je me sens bien et je sais qu’il sera toujours près de moi. Je te souhaite de connaître cela ma chérie. »
« Tu pues tellement l’hypocrisie que je me demande comment tu fais pour pas t’étouffer dans ta propre bêtise… Casse-toi et essaye de ne pas revenir. Tu me fais vomir. »

Assumant ses paroles, Kiera ne se pointa pas au mariage et encore moins à leur départ pour leur dire au revoir. Et quand bien même elle aurait su que cela les tuerait, elle n’aurait pas changée pour autant. Car elle était ainsi, fidèle à ses principes et à son crédo. Quelques jours après le départ de ses parents, Kiera appris que sa mère et son père adoptif était mort dans une attaque de Sin. Tout deux avaient périt et faisaient partie des nombreux morts qui gisait sur le terrain. Bien que cette nouvelle aurait dû l’impacter, mais il n’en fut rien. Elle n’éprouvait ni tristesse, ni remord et à part un haussement d’épaule, elle n’avait pas réagi plus. Ce comportement avait finis par lui donner la réputation d’être une sans cœur dans son clan chose dont Kiera se fichait royalement. Elle ne voulait pas jouer un rôle, elle ne voulait pas mentir pour faire plaisir à ses blaireaux hypocrites. Fatiguée par ces gens qui ne la comprenaient pas, Kiera décida de partir à quinze ans de l’île des al-bhed. Même si elle était jeune, elle tenait à se débrouiller seule, loin de ce camp qui était plus une prison qu’une famille à ses yeux. Survivant à sa manière, Kiera commença à travailler en tant que mécanicienne à son nom, réparant les machines qui avaient besoin d’être réparée, jusqu’à étendre son busines. Petit à petit, elle trafiqua des armes, créant tout d’abord sa propre arme, avant d’étendre ses propres connaissances. Lance, épée, fusil, elle était capable de tout créer, de tout concevoir et petit à petit, elle établissait son propre marché qu’elle faisait souvent bouger pour ne pas se faire attraper. Jusqu’au jour où elle visa gros, bien trop gros. Bien qu’elle n’aimait pas Yevon et ses adeptes, elle se mit à vendre petit à petit des armes à ceux qui le voulait bien, jusqu’à proposer à ceux qui usait déjà de machine. Si elle pensait que l’hypocrisie des prêtres allait la sauver il n’en fut rien et ce fut sans attendre qu’elle fut arrêtée devant autrui, sa vie se retrouvant aux mains de ceux qu’elle détestait tant. Bien qu’en prison, attendant un jugement sans valeur, elle eut l’occasion d’apprendre que Sin, était de retour, après tant d’année à ne pas donner signe de vie. Face à cette nouvelle, la jeune femme soupira alors affichant un air blasé face à cette nouvelle. Les hypocrites allaient de nouveau revenir, suivi par un banquet de suicidaire tous plus abruti les uns que les autres. Ainsi était cette période, et ce monde.

 :: Ecoutez notre histoire • :: Vidéosphère • Registre :: • Fiches validées

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 825



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Mer 10 Jan 2018 - 9:43
Mais c'est tout parfait très chère :D
Re-bienvenue <3


• BIENVENUE PARMI NOUS •



Félicitation : tu es officiellement membre de Furoluciole !
N'oublie pas d'aller faire un petit tour du côté des répertoires pour les recensements.
Si tu as déjà un partenaire de jeu, Spira est à toi ! Sinon, tu peux en trouver un grâce aux demandes de rps.
Amuses-toi bien et loué soit Yevon !



Ygyhtu fyc rana !

 :: Ecoutez notre histoire • :: Vidéosphère • Registre :: • Fiches validées