Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


I don't want you to hate for all the hurt that you feel [ PV Cillian ]

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 700



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Dim 14 Jan 2018 - 12:28
Le vent marin fouettait le visage de Ryme. Le bateau avait quitté Kilika la veille et devait arriver à Besaid au petit matin. L'aube commençait à peine à se lever, mais la jeune femme était déjà sur le pont. Entre les ronflements des autres passagères et le roulis incessant du navire, elle n'avait pas réussi à trouver le sommeil. Et puis, étrangement, elle semblait s'être habituée à dormir aux côtés de Cillian, son absence la dérangeait. Mais, le capitaine avait été inflexible : ils n'y avaient plus de places dans la cabine mixte, de ce fait, ils avaient été séparés le temps d'une nuit. Le vieil homme avait même ajouté d'une manière un peu caustique, qu'Invokeure ou pas, la prochaine fois, il faudrait penser à réserver une place pour la traversée.
C'était la première fois qu'on ne lui accordait pas de privilège. Et cela lui avait fait du bien. Et puis, même s'ils ne dormaient pas dans la même pièce ou dans le même hamac, ils avaient quand même pu passer du temps ensemble sur le navire. Cette expérience lui apprenait aussi qu'il ne fallait pas être trop avide : les derniers jours, bien que semer d'ombres et de lumières, avaient été – sans conteste, les moments les plus heureux de son existence. Lorsqu'elle y pensait, tout cela était tellement improbable. Retrouver Cillian était inespéré. Qu'il partagea ses sentiments un miracle. Ryme ne pouvait donc que remercier Yevon de bénir son chemin, bien qu'il se dessinait d'une curieuse manière.

L'équipage s'affairait discrètement sur le navire. Des murmures s'étaient élevés un peu lorsque les marins l'avaient vu sortir de la cale, mais rien de plus. La jeune femme était habituée aux regards, aux commentaires et aux quolibets sur son passage, tant et si bien qu'elle n'y prêtait plus réellement attention. Le silence ne se faisait réellement autour d'elle que lorsque Cillian était là. Le sens du mot Gardien prenait véritablement tout son sens, bien qu'il ne fût pas celui qui était chargé de sa protection. L'ancienne Voix avait prévenu son gardien officiel de ses déplacements grâce aux services postaux des mogs. Elle espérait qu'il comprendrait ses décisions et l'invitait à venir sur Besaid, s'il le souhaitait. Cela était un peu hypocrite de sa part, car, Gordias semblait vouloir que ce pèlerinage arrive à son terme bien plus vite que ce que la jeune femme avait prévu.
Ryme ne comptait pas être une Invokeure qui passait en coup de vent, juste pour obtenir une bénédiction. Pour des raisons personnelles mais également déontologiques, elle avait réellement envie de découvrir l'île, les habitants et de leur apporter un peu de bonheur et de chaleur.

Sa démarche maladroite la porta près du bastingage. Il y avait des caisses sur lesquelles, la veille, on lui avait donné l'autorisation de prendre place, si elle en ressentait le besoin. Le vaisseau, bien que d'une taille respectable, était assez vétuste et ne disposait pas vraiment de place assise à proprement parler, aussi bien sur le pont que dans les quartiers des passagers. Une fois assise, elle contempla avec sérénité le morceau de terre qui se dessinait dans l'horizon. Besaid semblait bien plus escarpée que Kilika, qui n'était composée que de ponton et de petites collines, si l'on oubliait les marches du temple... D'après ce qu'Akemi lui avait confié, le village était agréable. Mais, elle n'avait parlé du chemin pour y aller. Il serait terriblement dommage d'arriver en étant dans un piteux état. La mère de Cillian n'avait probablement pas remarqué sa jambe blessée.

Son cœur battait dans un étrange mélange de hâte et de peur. Il y avait, dans son cœur, une certaine forme d'empressement à voir la promesse qu'ils s'étaient faites se réaliser enfin. Aller ensemble à Besaid. L'idée lui paraissait encore si loin, si éthérée et pourtant, devant ses yeux, comme bénie par la mer, se dressait fièrement l'île natale de son compagnon. Ryme ne pouvait plus faire marche arrière, et c'était peut-être cela qui la terrorisait également. Afin de ne pas mentir plus longtemps à la famille de son amant, elle avait prit soin de s'habiller de la manière la plus officielle possible, dans sa tenue d'Invokeure. Les perles de verre du cordon décoratif de son corset, ainsi que les plumes qui ornaient ses épaules, frémissaient dans le vent. Il était impossible de la prendre pour une simple femme du peuple.

Quelques oiseaux curieux se posèrent à côté d'elle. L'un d'eux ouvrit son bec et laissa un son légèrement rauque s'en échapper. L'animal l'invitait-il a chanté un peu ? Depuis la réaction terriblement virulente de Cillian, Ryme n'avait pas chanté, ni même murmurer le moindre air. Le manque commençait à se faire sentir, mais elle ne voulait pas qu'il se sente mal. La jeune femme regarda autour d'elle, elle était encore seule. Sa voix s'éleva timidement d'abord, un peu tendue de n'avoir pas été sollicitée plus souvent. Puis, elle retrouva son velours usuel, laissant le loisir à Ryme de moduler les notes comme elle le souhaitait. L'ancienne Voix avait l'impression que même l'océan s'était tut pendant quelques secondes afin de lui laisser profiter de ce moment.

Puis, une sensation familière réveilla son échine. Cillian était là et la regardait. Elle le savait, sans même le voir, car elle ressentait ses petits picotements à la base de sa nuque, que seul lui arrivait à lui provoquer. Les sons moururent doucement dans sa gorge, puis, Ryme se retourna vers lui, un sourire tendre sur le visage. Elle tendit la main vers lui, l'invitant à la rejoindre.

« J'ai du mal à croire que, nous y sommes presque. Et pourtant, c'est bien Besaid, droit devant. » déclara-t-elle la voix un peu serrée par l'émotion.
« J'ai hâte de découvrir l'île. Et plus particulièrement les endroits dont tu m'as parlé. »

Ces paysages, qu'elle n'avait jamais vus autrement qu'en rêve, elle s'y était accrochée pendant de longs mois. Venir sur l'île avec Cillian était spécial. Elle glissa ses doigts dans les siens, car, si elle était enthousiaste, ce n'était peut-être pas réciproque.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 435



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Dim 14 Jan 2018 - 16:32
Un bateau. Je suis sur un bateau. Quelle sensation étrange. Je ne peux pas dire que ça fait longtemps que je n'ai pas pris le bateau, parce que il a bien fallu que je me rende du continent à Kilika, mais ce n'est pas pareil. Et je ne sais pas si je le vis bien.

La plupart des gens sont en dehors de l'espèce de pièce qui sert de cabine. Ca aussi, ça fait longtemps que je ne l'ai pas vécu. Même dans la Via, ils ont au moins la décence de nous donner une cellule par personne. Bon, je sais très bien que c'est parce qu'imaginer les tortures que les autres subissent est bien plus efficace que les voir, mais quand même. Mais bref. Adossé contre le mur, je regarde autour de moi. Il reste encore quelques hommes endormis. Vraisemblablement ceux qui ne supportent pas le voyage en mer. A ce qu'il parait, c'est mieux de dormir, quand c'est comme ça. Certains prennent des potions pour ça. Moi, je suis un vrai fils de Besaid. J'ai le pied marin. Dormir sans Ryme avait été un peu étrange. Je dois avouer que j'avais hésité à frapper le capitaine, au vu de la façon dont il avait parlé à Ryme. Malheureusement, c'était le dernier bateau avant un moment. Maintenant que Sin est de retour, les transports maritimes vont se faire plus rare. Ça doit expliquer pourquoi toutes les vraies cabines étaient déjà prises. Mais quand même, il aurait pu lui parler autrement.

J'hésite. J'hésite à monter sur le pont. Je suis sur que Ryme y est. Je ne la vois pas rester dans l'espèce de dortoir. Même si les femmes puent moins que les hommes, je doute que la pièce sente bon. J'ai l'impression qu'un troupeau de chocobos a fait son nid dans notre pièce. Quel enfer. Si au moins Yevon avait pu me retirer le sens de l'odorat … Bref. Je pense que Ryme est montée. Peut être qu'elle m'attends. Mais, pour être tout à fait franc, je ne sais pas si je suis prêt à monter. Prêt à la voir. Prêt a devoir parler. Discuter. Vivre. Mon ventre se tords dans tout les sens, et ce n'est pas le mal de mer. Non. Si j'en crois mes souvenirs, on doit vraisemblablement pouvoir voir Besaid maintenant. Et … Je ne sais pas si je suis prêt. Je ne sais pas si je peux être prêt. Ce n'est pas parce que j'ai accepté d'y aller que je dois forcément avoir hâte, non ? Revoir mon île reste quelque chose de difficile pour moi. Et je pense que personne ne peut me blâmer. Alors je reste dans ma cale sombre, à ronchonner à moi même.

Un bruit de toussotements vient interrompre le bruit presque doux des ronflements. Oh seigneur Yevon. Oh non. Pitié. Je pourrai reconnaître ce type de toux parmi mille. C'est une toux que je n'ai jamais eue, parce que j'ai le pied marin. Mais la personne qui tousse, non. Et si j'en crois encore une fois mes souvenirs, cette personne ne va pas tarder à …

Est-ce qu'on peut vraiment s'habituer au bruit des vomissements ? Je ne pense pas. Et comme les bâillements, la vomissure se transmet facilement. L'odeur de poisson a moitié digéré me retourne le cœur, alors que l'homme d'excuse. Quel enfer. D'un coup d'un seul, je me lève.

« Je vais aller chercher quelqu'un pour nettoyer. »

Un remerciement plaintif me revient dans les oreilles. Ce pauvre gars, avec son visage d'une couleur étrange, une sorte de mélange entre un vert inquiétant et un blanc cadavérique. Il faut que je me barre d'ici avant d'être malade. Heureusement, a peine sorti, je croise un marin qui porte des cordages.

« Quelqu'un a vomi dans la cale. »

Je lui adresse un sourire un peu triste alors qu'il soupire. Je connais ça, camarade. Je l'ai déjà vécu. Et crois moi que je n'échangerai nos places pour rien au monde. Je remonte et une voix me frappe. Ce que c'est beau. Même l'étrange chair de poule qui me grimpe, et que je ne saurai attribuer aux chants ou a l'odeur de vomi qui plane encore dans mes narines, ne saurait gâcher ça. Et je sais de qui ça vient. Doucement, je me dirige vers la source de cette mélopée. Et je ne suis visiblement pas le seul. Quelques marins ont arrêté de travailler, alors qu'un petit groupe de badauds se forme. Je ne sais pas quoi en penser. Je ne sais même pas si j'ai quelque chose à penser de ça. Je suis content qu'elle chante. Même si ça ne me plaît pas forcément, c'est pour des raisons purement personnelles qui ne doivent pas l’empêcher de le faire. Elle est un rossignol. C'est dans sa nature, de chanter. Et je ne peux pas l'en empêcher. Au bout d'un moment, elle s’arrête et se retourne vers moi. Je souris en coin. Je sais ce qui a pu la faire s’arrêter. Elle me fait signe d'approcher, ce que je fais.

Effectivement, c'est Besaid droit devant. Alors que l'émotion la prends, je me tasse un peu sur moi même. Besaid. Ouep. Besaid. Là où il y a toute ma famille. Ouep. Je soupire un peu avant de lui répondre.

« Je ne sais pas si on va avoir un moment tranquille pour nous. »

Ouep. Ouep ouep. Je serre un peu sa main en retirant mon regard de l'île. Je préfère les plonger dans le sien.

« Au pire, on s’échappera comme des petits voleurs. Il y a une crique pas trop loin de la maison. Magnifique. Moins que toi, mais magnifique quand même. Et je suis sur que la couleur des perles ira très bien avec tes cheveux. »

Je prends son autre main avec mon autre main.

« Et sinon, autant parler des choses un peu moins agréables de suite. Quel est le programme pour … Ton pèlerinage ? Tu sais quand tu vas aller au temple ? Tu préfère le faire directement, ou bien avant de partir ? »

Ça me fait mal au cœur de dire ça, mais je réussis un peu mieux à garder mon humeur. L'avantage, quand trop de choses tirent sur la corde, c'est qu'au final, elle ne tombe jamais par terre.

« Tu sais combien de temps on aura ? »

Je la serre un peu contre moi. Longtemps, j'espère.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 700



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Mer 17 Jan 2018 - 13:52
Il y avait une étrange retenue dans ses réponses. Une forme de sécheresse ou de peur qu'il n'arrivait guère à masquer. Finalement, même si elle en avait rêvé, la finalité de leur promesse n'était peut-être pas la meilleure chose qui pouvait leur arriver. Il lui confia qu'il ignorait s'ils allaient pouvoir avoir un peu de temps pour eux. En vu des derniers jours, cela ne serait guère qu'une juste rétribution pour l'oisiveté dont elle avait fait preuve. Ryme avait un peu honte de l'avouer, mais elle avait largement préféré tous les moments qu'elle avait passé dans les bras et dans le lit de Cillian, que ceux où, elle avait accomplit son rôle d'Invokeure auprès de la population de Kilika. Mais elle comprenait sa peine : sur ce point, ils étaient similaires, l'autre était essentiel. Il était son ancre dans une armure tumultueuse de doutes, de questions et de peurs. Et pourtant, elle avait le cœur bien moins lourd que le sien.
La proposition d'une escapade qui aurait le parfum de l'interdit, lui plaisait déjà. L'idée de se sauver, discrètement pour n'être que tous les deux, dans un endroit qu'eux seuls pourraient connaître était diablement plaisant. Un petit sourire complice se dessina sur le visage de Ryme. Il la connaissait peut-être trop, pour son propre bien. Ou plutôt pour le bien de la famille du jeune homme et des représentants du clergé de Besaid.

« Ne t'en fais pas, nous trouverons toujours un peu de temps pour nous. Je suis sûre que tes parents comprendront parfaitement. Même si, je dois avouer que cette proposition de fuite est diablement tentante. » murmura-t-elle en guise de réponse, en vue de la petite foule qui se dispersait lentement, manifestement frustrée que Cillian ait interrompu le récital improvisé de l'ancienne Voix.

Soudainement, la conversation devint bien plus sombre. Elle s'attendait à ce qu'il lui pose ce genre de questions, mais... Peut-être pas maintenant. Mais comment pouvait-elle lui en vouloir ? Elle aussi pensait à ce genre de choses. Ryme se laissa aller contre lui et posa un soupir d'aise. Si seulement, elle avait eut la force d'attendre encore un peu... Peut-être qu'il serait revenu. Peut-être pas. Elle n'en savait rien. Parfois, il lui semblait qu'au plus profond de son cœur, Cillian doutait encore. Mais, en acceptant son amour, elle acceptait aussi ce fardeau qui était devenu également le sien. Ensemble, ils étaient plus forts.

« Je pense que j'irais vers le milieu de mon séjour. Je compte rester quelques temps sur l'île. Au moins une ou deux lunes. Peut-être plus. J'ai... Envie de découvrir l'île, de discuter un peu avec tout le monde, pour que je puisse m'en souvenir dans les moindres détails si jamais je venais à... » mourir. Elle n'osa pas le dire. Car elle savait qu'il refusait cette issue. Quelque part, elle n'avait pas envie de le formuler : le verbaliser était un peu comme abdiquer face à ce destin. Il lui semblait tellement plus léger lorsqu'elle avait choisi de partir. Maintenant, le poids de la mortalité lui pesait avec aigreur dans l'estomac.

« Et puis, je pense que les habitants seront heureux d'avoir un Invokeure qui n'est pas que de passage. Surtout si cette Invokeure revient au bras du plus bel homme de l'île. Je suis presque certaine que ta mère a dû mettre tout le village à contribution pour fêter ton retour. » ajouta-t-elle d'une voix calme.

« Je suis désolée, je sais que ce retour t'est pénible. Mais, je suis sûre que tout se déroulera sans soucis. » déclara-t-elle en se relevant doucement pour venir déposer un tendre baiser sur sa joue.

« Le clergé ne me laissera probablement pas vivre avec vous. Tu pourras toujours venir te réfugier dans ma chambre au temple si... C'est compliqué avec eux. » Son regard prit une teinte légèrement inquiète. Après tout, Cillian avait beaucoup de choses sur le cœur à propos de sa famille. Être avec eux, ferait sans doute ressortir des événements négatifs de sa mémoire meurtrie. Mais, quelque part, Ryme espérait que cela ait un effet bénéfique sur lui. Il pourrait peut-être enfin saisir tout l'amour que ses proches avaient pour lui. Bien qu'il lui avait dit que la majorité de ses anciens amis avaient quitté l'île, la jeune femme espérait en croiser un ou deux. D'ailleurs, elle se demanda si elle croiserait le grand-frère de son cher et tendre : il était devenu prêtre après l'abandon de son pèlerinage, mais, Ryme ignorait dans quel temple il avait été affecté. Il faudrait qu'elle le remercie pour la sagacité dont il avait fait preuve en mentant à leur famille concernant la Via.

Le bruit familier des pas sur le pont sortit l'ancienne Voix de ses réflexions. C'était le capitaine du navire. Le vieil homme affichait encore son air bourru. Il s'arrêta au milieu de la surface, avant de se racler la gorge.

« Nous serons à Besaid d'ici une quinzaine de minute ! Merci de reprendre vos effets personnels dans les cabines si ce n'est pas déjà fait ! »

Il tourna les talons et s'en retourna dans le poste de pilotage, sans guère plus de cérémonie. Ryme se tourna alors vers Cillian. En montant, elle avait prit ses affaires qui au final, se résumait à un maigre sac de voyage et l'épée qu'il lui avait confié.

« Tu as besoin de retourner chercher quelque chose en bas ? » le questionna-t-elle d'une voix fluette.
« Tout ira bien, je te le promets. »

Elle n'en savait rien. Mais, elle avait le sentiment qu'affirmer des certitudes pourrait lui faire du bien. Bien qu'il avait formulé clairement qu'elle était plus importante que sa famille, Ryme ne l'entendait pas de cette oreille. La jeune femme savait qu'il avait besoin d'elle comme d'un repère, un point fixe, une étoile dans une nuit d'encre. Alors, malgré la peur qu'elle-même éprouvait, elle avait envie de rester confiante et assurée, pour qu'il ne puisse pas perdre son chemin. Ou s'il venait à s'égarer, qu'il puisse revenir vers elle, qu'importe le temps que cela prendrait.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 435



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Mer 17 Jan 2018 - 20:45
Mes parents ? Comprendre quelque chose ? Je baisse mon regard pour le plonger fugacement dans celui de la magnifique rousse qui est l'hôte de mes bras. On voit que tu ne les connais pas, mon amour. Mes parents ne comprennent que ce qu'ils veulent, c'est a dire ce qui peut leur bénéficier. Et je les vois presque déjà glisser des produits sensés faciliter la conception d'un petit bout dans tes repas. Je soupire doucement en ne me préoccupant des gens autour de nous. Qu'ils aillent tous en enfer.

Elle compte rester sur l'île longtemps. Un ou deux mois. Je suis un peu partagé par cette nouvelle. D'un coté, c'est l'esprit que je veux qu'elle ait. Qu'elle prenne bien son temps. Qu'elle se repose bien. Chaque seconde où elle n'avance pas, c'est une seconde où un autre Invokeur avance sur le chemin vers la mort. Et ça, c'est bien. Mais d'un autre, ça veut dire rester un mois ou deux à Besaid. Près de mes parents. Pas facile. Je ne sais pas si je serai capable de le faire. Je la serre un peu plus quand elle évoque la possible fin funeste de son voyage. JE ne peux pas lui en vouloir, sur son envie de rester longtemps à Besaid. C'est une décision animée des plus gentilles intentions, et ce n'est pas mon rôle que de bafouer ses envies. Le fait qu'elle fasse montre de respect pour ma possible récalcitrance calme les murmures dans ma tête. Si elle voulait me faire du mal, elle ne s'excuserait pas, non ? Ma main glisse doucement dans ses cheveux, presque machinalement. Ça m'a manqué. Elle me propose de la rejoindre au temple si jamais ça ne va pas. Je ne sais pas si ce sera une bonne idée, mon amour. Me demander de choisir entre le temple et mes parents, c'est un peu me demander de choisir entre la peste et le choléra. Mais encore une fois, je suis ravi qu'elle cherche des solutions pour moi. C'est un sentiment étrange, celui de pouvoir compter sur quelqu'un sans même le vouloir.

La voix du capitaine me remet dans le présent. Doucement je relache ma chère rousse et passe ma main sur son visage.

« J'ai laissé mes affaires dans la cale. Je ne m'attendais pas à ce qu'on arrive aussi ... »

Ma voix retombe un peu.

« Vite. »

Je pousse un petit soupire avant de lui adresser un demi sourire. Je crois que c'est tout ce que je serai capable de lui offrir là maintenant. Je m'éloigne ensuite pour aller chercher mon sac et ma rame. La faire entrer dans le bateau n'avait pas été facile. Le capitaine avait eu du mal à comprendre que c'était mon arme. Heureusement, quelques badauds nous avaient aidé. Sûrement des gens qui m'ont vu combattre contre Sin. Je ne sais pas ce qu'il avait bien pu penser. Que je voulais utiliser ça pour lui subtiliser une rame ? Bref. J'attrape rapidement mon maigre sac avant de le passer à mon épaule et de remonter. Mon regard se perds sur la ligne de côte et le port qui approche de plus en plus. Les choses que l'on fait par amour … Un autre soupir plus tard, je file retrouver ma rousse. J'aimerai lui porter son sac, mais je doute qu'elle me laisse le faire. A l'aller, elle avait déjà été catégorique. Tant que ça ne lui fait pas trop mal, je présume que je pourrai pas la forcer. Je pose doucement ma main sur son épaule alors que le bateau commence à amarrer dans le port. Doucement, je me penche sur elle pour lui susurrer à l'oreille.

« Quoi qu'il se passe, tu sais que je t'aime ? »

Je me redresse en remarquant une petite foule. Il y a … Mon père, ma mère, mon frère et ma sœur, ainsi que quelques cousins et cousines. Ils portent un petit paneau sur lequel est inscrit mon nom. Ugh. Est-ce que c'est déjà trop tard pour sauter dans l'eau ? Je suis sur que je peux retourner sur Kilika a la nage. Non ? Vraiment. Urm. Doucement, je prends la main de Ryme dans la mienne et l'attire doucement vers l'escalier pour descendre du bateau, avant de nous diriger vers ma famille. C'est ma sœur qui nous remarque en premier. Elle crie mon nom avant de nous pointer du doigt.

« Oui, c'est moi. »

Une fois près du groupe, tout le monde nous fait la bise, avant que deux des plus jeunes cousins ne nous débarrassent de nos affaires.

« Alors, voilà ma mère, Saamah. Tu l'as déjà rencontrée. »

Toujours la petite femme assez potelée que l'on a quitté il y a quelques jours.

« Mon père, Nessil. »

Je ressemble beaucoup à mon père, même si il est un peu plus petit que moi et à les cheveux coupés très courts, ainsi qu'une longue moustache. Son visage est aussi beaucoup plus sévère que le mien.

« Ma sœur, Jienne. »

Ah, ma sœur. Elle a aussi plus pris sur mon père. Assez grande pour une femme, elle est bien bâtie. Tout en muscles. Sûrement pour ça qu'elle n'est pas encore mariée, malheureusement.

« Mon frère, Garan. »

Mon frère, lui, c'est le portrait craché de maman. Il a même des traits assez féminins, mais est un peu plus maigre. Il est dans sa robe de prêtre.

Je présente ensuite la flopée de cousins et de cousines.

« Tout le monde, voici ma fiancée, Ryme. »

Une de mes cousines, Kiliara pousse un petit cri.

« Je me disais bien que je la connaissais ! C'est Ryme ? LA VRAIE RYME ? »

Et voilà, le début des embrouilles. Je lance à regard à la rousse a coté de moi. Je pense que c'est n'est pas un problème que je peux régler ça. Surtout, que je sais comment régler. Je me content de me renfrogner un peu. Garan en profite pour se pencher vers nous et murmurer pour nous deux. Il doit penser que je suis Gardien.

« Votre Gardien, Gordias, est au temple. Je me suis permis de l'inviter ce soir. »

Gordias. Pourquoi est-ce que ce nom me dit quelque chose ?

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 700



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Sam 20 Jan 2018 - 11:53
L’ersatz de sourire qu'il lui avait adressé lui avait un peu écorché le cœur. Ryme savait que ce retour sur Besaid ne serait pas facile, mais elle avait la ferme conviction que tout cela serait nécessaire. En voyant sa famille, en évoluant sur son île natale, son esprit meurtri trouverait sans doute un brin de repos. Et si ce n'était pas le cas, elle espérait qu'il trouvât la force de combattre ses vieux démons. Quoi qu'il en soit, elle serait à ses côtés. L'invokeure poussa un léger soupir. La mélopée des murmures et des rumeurs à son sujet avaient reprit, mais personne n'osait vraiment l'approcher. Quelque part, elle trouvait cela triste. Elle n'était pas la seule porteuse d'espoir sur le navire et la population n'hésitait pas à aller converser avec eux. Une petite pointe de jalousie lui gonflait funestement le cœur. Elle avait beau savoir que c'était sans doute parce que les habitants étaient intimidés, Ryme n'arrivait pas à voir la chose d'une manière positive. La morosité de Cillian l'aurait-elle contaminé ??
En attendant son petit nuage gris, elle s'avança un peu vers la zone de débarquement. Les côtes de l'île commençaient à se dessiner avec précision. Les ruines qui jonchaient le littorale donnait à la plage un drôle d'air. Un frisson traversa l'échine de Ryme. Sin, avait fait ça. La culpabilité lui resserra la gorge. Elle avait envie de prendre son temps, d'une manière sincère, même sans Cillian. Mais... Elle n'arrivait pas à voir autre chose que l'égoïsme de sa démarche. Soudainement, une main chaude et connue se déposa sur son épaule. Elle ne sursauta pas, mais elle se tourna néanmoins vers son compagnon, une fois que son éternelle sourire était revenu sur son visage. Ils détournèrent les yeux vers la côte. Sans doute pas pour les mêmes raisons, au moins, ils regardaient dans la même direction.

Ryme sentit le souffle chaud de son compagnon contre son oreille et son cou. Il susurra doucement qu'il l'aimait. Ses joues se gorgèrent d'un rouge délicieux. Elle allait lui répondre lorsque les marins commencèrent à s'agiter et a crier pour préparer l'amarrage du navire. Son regard se perdit dans les visages des badauds. Bien rapidement, son attention fut accrochée par une pancarte : le nom de Cillian était écrit dessus, en lettre capitale. La jeune femme se retint de pouffer légèrement de rire : comment pouvait-il penser que sa famille ne l'appréciait pas avec ce genre d'attention aussi touchante que ridicule ? Elle devinait sans peine qu'il devait sûrement avoir envie de se cacher dans les cordages ou de sauter à l'eau pour rejoindre Kilika à la nage.
Mais non, il ne se détourna pas. Peut-être pour se donner un peu de consistance, il attrapa la main de Ryme avant de la guider le long de la passerelle de fortune pour descendre sur le quai. La crique qui abritait le port était animée : les pêcheurs vendaient leurs poissons, les marchands proposaient déjà diverses marchandises aux voyageurs. Ils quittèrent le ponton pour rejoindre le sable. Une légère grimace se dessina sur le visage de Ryme : elle espérait que le reste de l'île disposait de route praticable facilement par sa jambe et... Un cri retentissant chassa ses pensées. La voix de Cillian y fait écho.

Un léger stress agitait le cœur de l'Invokeure. Ce n'était pas vraiment une chose évidente, une première rencontre avec une famille. Comment faire ? Que dire ? Mais finalement, les choses s'enchaînèrent d'une manière plutôt... Singulière. Aussitôt arrivée, aussitôt embrassée sur la joue par presque toute la famille de son bien-aimé. Ryme avait l'habitude des salutations à distance et protocolaire. Autant de familiarité lui était étrange. Ce n'était pas désagréable, mais ses yeux écarquillés trahissaient un peu trop ses anciennes habitudes de Voix. Cillian, lui, n'avait pas l'air de trouver cela étrange ou dérangeant. A la grande surprise de la jeune femme, il laissa un de ses plus jeunes cousins lui prendre son paquetage. Un autre garçon voulu faire de même avec ses affaires, après un léger regard de biche paniquée, elle laissa glisser son sac dans ces bras inconnus. Elle tint néanmoins à conserver son long bâton afin qu'il lui serve d'aide de marche au cas où Cillian serait trop prit par sa famille pour qu'il l'aide.

Vint ensuite le temps des présentations. Ryme put enfin mettre un nom sur le visage de la mère de Cillian. Elle découvrit avec surprise que l'expression ''des chats ne font pas des chiens'' étaient plus que vraie lorsqu'elle croisa avec plus de temps, le regard du père et de la sœur de son compagnon. Tous les trois se ressemblaient terriblement. Il n'y avait que son grand-frère, l'ancien Invokeur, qui lui, était le portrait craché de sa mère. Il semblait être animé par la même force calme et sereine, lorsque Cillian, Jienne et Nessil semblait être aussi robuste qu'un morceau de chêne massif, tout en cachant dans leur pupille, un tempérament aussi impétueux que l'océan.
Le fils prodigue, enfin revenu, prit alors le temps de présenter sa compagne. Si, sa famille proche ne sembla pas réagir outre-mesure – Ryme surprit la mère de son cher et tendre à taquiner son époux d'un coup de coude tandis que ce dernier lui répondit avec un léger grognement, les plus jeunes cousines, elles, semblaient connaître son nom et exultèrent de joie. Le début des ennuis.

« Oui, c'est moi. je faisais partie des Voix de Yevon, répondit-elle après avoir jeté un léger coup d'oeil à Cillian.
C'est trop dommage que vous ne soyez plus dans la troupe ! commenta une autre gamine, dont Ryme n'avait pas retenu le nom.
Oui... On dit que vous êtes devenue Invokeure, c'est vrai ?
Oui. Nous... Je suis venue sur Besaid pour obtenir la bénédiction du Priant de l'île. Mais également pour que je vous rencontre et passe un peu de temps à vos côtés. »

Les gamines poussèrent un cri strident de joie lorsque le sourire de la mère de Cillian se décomposa un peu. Ryme essaya de conserver son sourire malgré tout. Garan se pencha alors vers eux, les informant que Gordias, le gardien officiel de Ryme était présent. Sa présence soulagea infiniment la jeune femme. Cela devait faire peut-être deux ou trois semaines qu'ils ne s'étaient pas vus et elle était impatiente de retrouver son vieux bougon de Gardien. Cillian avait l'air un peu surprit, mais elle attendait d'avoir un petit moment avec lui pour mieux lui expliquer sa situation et son étrange partenariat avec ce prêtre qui n'en faisait qu'a sa tête.

«Vous devez être épuisés après votre voyage, nous devrions rentrer au village ! »
Proposa la mère de Cillian avec un petit sourire légèrement crispé.
Personne ne trouva rien à redire. Le petit groupe se mit en route vers le cœur de l'île. Immédiatement, Ryme se retrouva cernée par les cousines, mais également la sœur de Cillian. Cette dernière semblait particulièrement heureuse de faire la connaissance de cette toute nouvelle « belle-soeur », mais elle restait silencieuse. Quant aux cousines, elles n'arrêtaient pas de poser des questions, la plupart du temps futile, quant à son ancienne vie de Voix. Les questions de ce type cessèrent de tomber lorsque le frère aîné de Cillian les fusilla du regard. Comme la plupart des prêtres, il savait ce qu'il se passait au sein des Voix, mais ne pouvait ou ne voulait pas agir. Ryme aurait pensé qu'il aurait été animé par bien plus de sentiments vindicatifs à son encontre, mais s'il nourrissait quelconque rancœur, il ne montrait rien.

« Vous pourrez me poser autant de questions que vous le souhaitez durant mon séjour. J'ai prévu de rester ici au moins un mois, peut-être deux, si cela ne pose pas de soucis au clergé. » déclara Ryme en voyant les mines déçues des jeunes filles. La nouvelle suffit à leur redonner le sourire. Mais il semblait que la nouvelle n'était pas tombée dans l'oreille d'une sourde. Les joues rosies par la nouvelle, Jienne s'élança vers Cillian.

« Alors comme ça, vous allez rester un bon mois ?! Maman ne nous avait pas dit ça ! »

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 435



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Sam 20 Jan 2018 - 15:35
Okay. Bon. On avait pas réussi a trouver comment faire pour mettre mes parents au courant du fait que Ryme soit une Invokeuse. Je présume que maintenant, c'est fait. C'est pas forcément de la façon que j'aurai préférée, mais bon. Pour maintenant. Je serre un peu la main de Ryme alors que je me renfrogne un peu. Enchaîner le fait de rappeler cette sombre histoire des Voix avant de parler de ça. Mais bon. Tant pis. Je savais bien que venir n'était pas une bonne idée. Mais que voulez vous ? En tout cas, ça n'a pas l'air de ravir maman. Son air si joyeux quand j'ai annoncé que Ryme était ma fiancée s'est un peu transformé. Bah, tant pis. Je lance un regard de remerciement à mon frère. Si il ne l'avait pas fait, c'est moi qui aurait du intervenir pour dire aux cousines de se calmer. Et je doute que j'aurai pu le faire aussi gentiment que lui. Mais bref. Jienne me saute presque dessus de joie. Je ne peux malheureusement pas empêcher mon mouvement instinctif de recul. Elle me lance un regard un peu blessé. Avant que je n'ai le temps de réagir ou quoi que ce soit, papa pose sa main sur l'épaule de ma sœur.

« Tu te souviens de ce que ta mère a dit ? Ton frère n'a plus l'habitude de tout ça, alors doucement. »

La voix toujours très calme de mon père m'énerve un peu alors que je lance un regard étrange à ma mère, puis à Garan. Je me demande bien ce qui a pu se dire. Tout les regards se sont tournés vers moi. Ils ont l'air inquiets. Je ferme les yeux et pousse un long soupir. Je n'ai qu'une envie, c'est de partir loin. Je le savais, que c'était une mauvaise idée. Venir. Mais je suis ici maintenant. Je m'approche doucement de ma sœur et lui tapote l'épaule. Je crois que c'est le mieux que je vais pourvoir faire aujourd'hui. Je prends ensuite une grande inspiration.

« Oui. C'était un peu une surprise. Et tu sais, on ne va peut être pas rester à la maison tout le mois. J'ai des choses à faire, et Ryme aussi. Besaid n'est qu'une étape sur notre route. »

Je lance un petit regard vers la rousse, pour savoir si j'ai bien fait de répondre comme ça. Garan embraye derrière moi.

« Et de toute façon, je te l'ai dit Jienne. Ryme va pouvoir passer quelques soirées de temps en temps à la maison des parents, mais elle devra passer la bonne partie de son temps au temple. Elle n'est pas venue ici pour rigoler. »

Encore une fois, mon frère nous sors des ronces. Je crois que c'est le seul que je n'ai, au final, jamais vraiment pu être en colère contre. Il me lance un regard rassurant, avant de continuer.

« Et tu sais, je te l'ai dit, Cillian est aussi en mission pour l'église. Lui aussi, il devra passer une partie de son temps au temple. »

Ca, c'est un mensonge, mais un mensonge agréable. Maman soupire un peu, et je n'arrive pas à lire le visage de papa, comme toujours. Caila, une des cousines, pouffe de rire.

« Oui, oui. On sait très bien ce qu'ils vont faire, tout les deux, au temple. »

Maman lui met une petite tape derrière la tête en rougissant.

« Tu crois que c'est quelque chose que ta tante à envie d'entendre ? Non mais, mon petit bébé. »

La famille, sans mon père, éclate d'un rire franc. Papa, lui, ricane légèrement. C'est le mieux qu'il puisse faire, au fond. Je lance un regard désolé à ma très chère rousse avant de jouer un peu avec ses doigts. Je suis quasiment sur qu'elle peut lire au fond de mon regard tout le stress et la contrariété que cette situation fait naître en moi. Doucement, on arrive à la carriole de mes parents. Je crois que c'est encore la même, juste un peu plus rafistolée qu'avant. Je crois même bien que c'est toujours Bikuto qui tire. Le vieux chocobo me lance un regard regal alors que l'on monte. C'est la voix de ma mère qui explique à Ryme.

« Nous n'habitons pas exactement dans la capitale de l'île, mais dans un petit village a coté. Ce n'est pas loin du tout, vous pourrez venir nous voir quand vous voulez. »

Effectivement, il doit y avoir un petit quart d'heure de route avant le village. Le chariot se met doucement en place. Tout le monde est un peu serré, et je n'ai visiblement pas l'air à l'aise. Jienne pose une question.

« Et sinon Cil, comment est-ce que tu as réussi à rencontrer Ryme ? Je présume que ce n'est pas si facile, pour un mec comme toi de rencontrer une femme comme elle. »

Garan la fusille du regard et elle hausse les épaules. Elle n'a jamais été douée pour éviter les questions qui peuvent mettre mal à l'aise. Je soupire avant de répondre.

« Et bien, on s'est rencontrés à l’hôpital. On était dans la même chambre. De ce que j'ai compris, moi, je n'étais pas assez prestigieux pour avoir une chambre seule, et les médecins avaient décidé qu'elle avait besoin de compagnie pour mieux guérir. On peut dire que c'est la chance, tout simplement. »

Les femmes de la carriole gloussent un peu. Qu'est-ce que je fais ici, exactement. C'est cette fois çi une autre des cousines qui prends la parole.

« Autant je peux comprendre qu'il tombe amoureux d'une jeune femme aussi jolie et talentueuse que toi Ryme. Mais toi, qu'est-ce qui est fait que t'es tombée amoureux de cil ? Tu as reçu un trop grand coup sur la tête ? »

Mon air se mortifie et je me rabougris encore un peu plus sur place. Comme d'habitude, ce genre de commentaire est ponctué des rires de ma famille. Je peux encore sauter en marche, non ? Comment ça, non ? Je me tourne vers Ryme.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 700



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Dim 21 Jan 2018 - 13:00
Les retrouvailles se teintèrent de nuages sombres, alors que Cillian reculait pour éviter les gestes affectueux de sa sœur. Ryme ne s'en rendait pas forcément compte jusqu'alors, mais, le fait qu'il cherchait souvent sa proximité physique était une belle preuve d'amour, mais aussi de tous les efforts qu'il pouvait faire pour elle. Elle n'était pas réellement sûre de pouvoir accepter la chose avec autant de calme si elle avait été à sa place ou si elle n'avait plus la possibilité de le toucher. Lorsqu'ils étaient encore que de simples 'amis' à l'hôpital, les contacts physiques entre eux n'étaient pas rares : il l'avait souvent prise dans ses bras, l'avait autorisé à dormir parfois avec lui. L'ancienne Voix ignorait tout de ses relations passées avec sa famille, mais il était clair que son goût pour les échanges physiques avait disparu dans les méandres de la Via.
Ryme voulut le rassurer, elle était même prête à s'avancer pour lui poser une main affectueuse et rassurante dans le dos, mais le père de Cillian cru bon de sortir de son mutisme afin de calmer le jeu. Un jeu de regard aussi étrange, que gênant commença. Impuissante face à cette situation, la jeune femme s'en voulait soudainement terriblement d'avoir accepté cette visite sur l'île. S'ils étaient venus incognito, il n'aurait pas à subir tout ça... Sa gorge se serra un peu. Mais elle se dénoua rapidement, laissant place à un léger sourire amoureux et fier, lorsque son cher et tendre trouva la force d'aller vers sa sœur et de lui répondre.

Il lui jeta un petit regard, cherchant son approbation, qu'elle lui donna d'un signe poli et discret de la tête. Elle n'avait pas envie de renvoyer l'image d'une femme manipulatrice, qui contrôlait tous les faits et gestes de son fiancé. Garan prit alors la parole. D'une voix douce et ferme de prêcheur, il indiqua à la cantonade que, malgré les apparences, aussi bien elle que lui n'étaient pas là pour s'amuser. Ils étaient en mission pour l'église. Elle, de part son pèlerinage et par les actions qu'elle effectuerait, pour les habitants de l'île. Lui... C'était un pieu mensonge. Tout du moins, de ce que Ryme savait, il s'agissait d'un mensonge. Garan devait comprendre toutes les difficultés que son frère avait avec sa famille mais aussi avec le monde, maintenant qu'il avait porté sa croix le long de la voie de la purification.
L'un des cousines émit l'hypothèse que le fait qu'ils soient tous les deux au temple, ne serait pas vraiment des plus chastes. La mère de Cillian lui décocha une petite taloche, légèrement embarrassée que son fils puisse avoir quelconque vie sexuelle. Etrange de la part d'une femme qui, quelques jours plus tôt, réclamait de ses vœux, des petits enfants... Cyniquement, Ryme trouva cela hypocrite : après tout, elle avait donné naissance à trois enfants ; Ryme était presque sûre que les trois jeune adultes qui se trouvaient devant elle, n'étaient pas le fruit d'un miracle de Yevon mais bien le fruit de l'amour. Cillian dû remarquer que toutes ces simagrées dérangeaient l'Invokeure : il lui adressa un regard désolé tout en jouant avec ses doigts. Elle lui répondit par un sourire délicat, qui se voulait le plus rassurant possible.

Le groupe se remit alors en marche vers une petite carriole tirée par un chocobo qui ne semblait plus tout jeune. L'animal sembla reconnaître Cillian, sifflant joyeusement lorsqu'il s'approcha un peu plus près. Saamah, indiqua alors à Ryme que, si la petite famille vivait sur l'île, ils n'habitaient pas au village principal, mais qu'une quinzaine de minutes, seulement, séparaient les deux endroits.

« Oh, je vois. Merci beaucoup, nous ne manquerons pas de vous rendre visite. » répondit Ryme, d'une manière polie, bien qu'elle n'était plus vraiment enchantée de faire la connaissance de sa belle-famille. La jeune femme n'était pas très friande des moqueries ou des petites remarques taquines, mais elle faisait de son mieux pour se contenir. Et puis, s'ils comptaient un bon quart d'heure pour des gens valident et habitués, elle pouvait compter au moins le double pour elle, ce qui augmentait le temps de marche a une bonne demi-heure, une fois qu'elle connaîtrait le chemin.

Un peu maladroitement, elle monta dans le chariot. L'espace y était rare, ce qui lui laissait une désagréable impression. Mais, après tout, ainsi elle n'avait pas a marché et puis, peut-être que cette famille pourrait lui réserver de bonnes surprises sur le chemin. Afin de calmer un peu l'esprit malmené de Cillian, Ryme avait fait le choix de se mettre à côté de lui. Instinctivement, elle lui avait prit la main. Et comme cela, elle empêchait une trop grande proximité avec les autres membres de sa famille. Il n'avait clairement pas l'air à l'aise ou serein, mais elle espérait que sa présence lui permettait de pouvoir garder les idées claires. Le cortège se mit en route, péniblement tiré par le chocobo.

C'est la sœur de Cillian, Jienne, qui recommença la conversation. Elle était curieuse de leur rencontre et des circonstances qui avaient permis à un homme 'tel que lui' de rencontrer une 'femme comme elle'. Ryme ne répondit rien, car on ne s’adressait pas à elle, mais elle n'en pensait pas moins. Par contre, Garan, lui, marquait des points grâce au regard assassin qu'il lui avait porté, bien que cela ne semblait pas la déranger outre-mesure. Jienne avait l'air d'être une femme franche et directe, ce qui n'était pas pour déplaire à Ryme en théorie, mais l'Invokeure n'aimait pas la manière qu'elle avait de rabaisser son frère.
Après un léger soupir, Cillian lui répondit. Il ne précisa pas que tout cela n'était qu'une vaste manipulation dans l'espoir qu'ils tombent amoureux l'un de l'autre pour un stupide jeu de pouvoir au cœur de l'église, mais... Sa famille n'avait pas besoin de voir le visage sombre de l'église, surtout en ayant un prêtre parmi eux.

La réponse sembla satisfaire l'assemblée féminine qui se mit à glousser. Ryme resserra un peu sa prise sur la main de Cillian, il avait bien fait et il fallait qu'il s'accroche : plus que quelques minutes et ils pourraient respirer un peu plus. Du moins, elle l'espérait. Une des cousines reprit alors la parole, s’adressant cette fois-ci à Ryme. Cette dernière avait du mal à comprendre pourquoi, elle, était tombée amoureuse de lui. Elle connaissait très bien la réponse, elle l'avait déjà donné à Cillian, mais est-ce que sa famille était capable de comprendre ? Certainement pas. Alors, elle chaussa son sourire de circonstance. Elle savait que Cillian n'aimait pas lorsqu'elle avait cette expression, car c'était celle qu'elle utilisait en compagnie de Vilhatt... Mais, elle n'allait pas tout de suite être désagréable avec ses hôtes, tout de même.

« Ma foi, ma tête fonctionnait très bien lorsque nous nous sommes rencontrés. A mes yeux, Cillian est un homme très séduisant, charmant et surtout inspirant. C'est grâce à lui que j'ai compris que mon action en tant que Voix était bien trop limitée et que je devais faire plus pour Spira.
C'est à cause de lui que tu es devenue Invokeure ?! répondit la cousine, d'un ton presque déçu.
Je dirais plus que c'est 'grâce à lui', mais oui, c'est lui qui m'a inspiré cette vocation..., le sourire aimable s'étira un peu plus.
Il aurait mieux fait de...
Kiliara ! »

La voix cinglante de Garan mit fin à la remarque qu'elle s'apprêtait à dire. Ryme ne pouvait pas vraiment en vouloir à l'adolescente et lui pardonnait son comportement, mais une légère aigreur couvait dans son cœur. L'ancienne Voix tourna alors son visage vers celui de Cillian et comme pour prouver que leur amour n'était pas le fantasme d'un homme blessé et devenu étranger aux yeux de sa famille ; Ryme se rapprocha un peu de lui, se blottissant légèrement contre lui. Cela sembla mettre fin à l'incident et des conversations beaucoup plus simples se mirent en place. On demanda à Ryme qu'elle âge, elle avait. On lui demanda ce qu'elle aimait manger. Il lui sembla entendre quelques questions sur la fameuse 'mission' que Cillian était supposé remplir pour l'église ; mais s'il y eut des réponses, Ryme n'y prêta pas attention.
La jungle de Besaid était différente de celle de Kilika. Plus sauvage, moins ordonné.

« Cillian m'a dit que vous étiez tisserand. Et que vos étoffes étaient sans conteste les meilleures de l'île. Cela doit être un métier difficile mais passionnant. »

La silhouette du temple commençait à se distinguer hors de la forêt. Ryme n'aurait jamais cru qu'un jour, elle serait soulagée de voir un temple alors que Cillian était à ses côtés.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 435



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Dim 21 Jan 2018 - 20:23
Je n'écoute plus vraiment ce qui se dit. Je n'en ai pas vraiment envie. Dans un sens un peu malsain, je suis content que ça se passe comme ça. C'est dur a dire, mais peut être que Ryme va comprendre maintenant pourquoi je n'étais pas très à l'aise de revenir. Et encore, ça se passe beaucoup mieux que ce que je pouvais imaginer. Je présume que Garan doit penser que la vérité ferait trop mal aux parents. Et que poussé suffisamment à bout, je ne pourrai que tout déballer, ne serait-ce que pour avoir un peu de répit. Après tout, c'est lui qui doit les supporter. Ryme tessère un peu sa prise sur moi et je lui lance un regard doux avant de regarder de nouveau la route. Je n'ai pas vraiment envie de savoir ce qu'elle va répondre. Je sais déjà la réponse à cette question. Tout le reste, c'est du show.

La voix de Garan me sort de ma rêverie. Je me demande bien ce qu'elle a pu dire pour qu'il s'énerve comme ça. Je lance un regard sévère à ma cousine avant de serrer un peu Ryme alors qu'elle se colle contre moi. Machinalement, mes mains passent dans ses cheveux. Ma chère rousse passe un peu au grill. Je pose doucement ma tête contre la sienne en écoutant vaguement la conversation. Ce ne sont pas forcément des questions très intéressantes. Elle sont banales. Ce qu'elle aime. Son age. Ce genre de trucs. Au bout d'un petit moment, il semblerait que les sujets de conversation sur ma rousse soient taris, car on reporte son attention sur moi. Génial. Je crois que c'est un des cousins qui me pose la question. Ce que je fais pour l'église. Je lance un regard vers Garan, qui hausse les épaules. Je présume qu'il n'a jamais donné de détails.

« Et bien ... »

Je me gratte la tête. J'aurai peut être du penser à une histoire avant d'arriver. Forcément, on allait me poser ce genre de questions. Enfer et damnation.

« Et bien, en fait, pour faire simple, on va dire que je suis là pour aider les Invokeurs à trouver des gardiens. Vous savez, c'est pas forcément facile. Tout le monde n'a pas un merveilleux frère prêt a le faire pour soi. »

Je lance un regard que je veux amusé vers Garan, qui rit un peu.

« Mais voilà. J'ai d'autres missions aussi, mais je ne peux vraiment pas en parler. Si je vous le disait, je serai obligé de vous tuer ensuite. »

Je lâche un rire sec qui semble ne faire rire personne. Tant pis. Cette fois ci, c'est Ryme qui relance la conversation. Je me replonge dans mon mutisme en serrant doucement ma rousse contre moi. Maman glousse doucement avant de répondre.

« Le meilleur de toute l'île ? Carrément ? Je n'irai pas jusque là. »

Je n'ai pas le souvenir d'avoir dit ça non plus, mais je suis bien conscient que c'est un pieux mensonge. Cependant, je lui ferais payer. Gentiment. Mais quand même.

« Mais oui, c'est un beau métier. Et ce n'est pas si dur que ça. Si tu veux, je pourrai te montrer comment on fait. Tu as de jolies mains, je suis sur que tu serai assez vite faire de jolis tissus. »

Les cousines semblent electrisées par cette idée.

« Oh oui tatie ! On pourra être là ? On pourra être là ? S'il te plaît. »

Comme une seule personne, elles se tournent vers Ryme.

« Dis oui s'il te plaît Ryme ! On sera gentilles, on te le promet ! »

Maman réponds un peu sèchement.

« On verra. Vous savez que je n'aime pas trop quand il y a beaucoup de monde dans l'atelier. Et peut être que j'ai envie de temps un peu seule avec ma nouvelle fille. Non mais. »

Nouvelle fille. C'est vrai. C'est vrai qu'en devenant ma fiancée, Ryme était un peu devenue comme une nouvelle fille pour mes parents. Comme une nouvelle sœur pour Jienne. Garan, je ne le pense pas forcément intéressé par ça. Il me regarde d'un œil un peu inquiet d'ailleurs. Je fais un signe de la main que ça ira. Je prends la parole.

« Et sinon, comment va le village ? »

Je ne pense pas qu'au fond, ça m'interesse vraiment. Mais en leur posant les questions, ça nous évite d'en recevoir, a Ryme et a moi. Maman prends un petit temps avant de répondre.

« Madame Gurlan est encore devenue grand mère il y a peu. Un petit garçon. Sinon … Joseb est parti en pèlerinage. Papa a aidé le maire à réparer la jettée. Le maire compte de plus en plus sur lui. Il ne le dira pas, tu connais ton père, mais je pense qu'il sera le prochain maire. »

Elle s’arrête et me regarde. Je … Okay. J'applaudis doucement.

« Félicitations papa. Tu le mérite, je pense, avec toute l'aide que tu as fournie à la communauté. »

Il renifle pour toute réponse. Je suis comme mon père. Ni lui ni moi n'aimons être le centre de l'attention. Et en parlant de ça, mon ventre se congèle sur place en entendant ce qu'elle dit ensuite.

« De toute façon, tu verra tout le monde ce soir. Le village organise une petite fête pour ton retour, et pour le passage de Ryme. »

Génial. Vraiment génial. Tout ce que je n'esperais pas. J'essaie de garder un air au moins neutre, mais je pense que ce n'est pas facile. Et le pire, c'est que je ne peux qu'être d'accord.

« Super. »

Je crois que c'était l'interjection avec le moins d'entrain possible. Mais bon. C'est la vie. Maman ne semble pas avoir relevé. Ou ne pas avoir voulu relever. Je ne sais pas.

« Oui, ce sera bien. Peut être que ta sœur va enfin nous trouver un cavalier. »

Ah, parfait. Jienne grogne un peu.

« Maman, je t'ai déjà dit que je trouverai un homme tout seul, quand j'en aurai envie. »

Maman éclate de son rire à la fois doux et un peu grinçant.

« J'ai envie de petits enfants moi. Le plus vite possible. »

Ma sœur se décompose un peu.

« Mais maman ! Arrête avec ça ! »

Je hausse les épaules. Mieux vaut elle que nous, non ? Au loin, le village commence à s'afficher. Hum. On arrive. Je regarde Ryme. J'ai envie de l'embrasser, mais je n'ose pas. Pas devant tout le monde. Je pose alors mes lèvres sur son épaule. Ca me calme un peu.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid