Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

I don't want you to hate for all the hurt that you feel [ PV Cillian ]

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 560



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Ven 26 Jan 2018 - 15:23
J'ai l'impression que parlant de cet ami commun, la température dans la pièce est descendue de quelques degrés. Je peux comprendre ça. C'est vrai que c'est une situation assez étrange. Mais on vit dans un monde étrange. Ce n'est pas mon ami parce qu'il est spécialement gentil. C'est mon ami parce qu'il est le moins pire de toute cette clique infâme de hauts-prêtres. Et peut être notre seule porte de sortie vers la tranquillité. Enfin, je l'espère. Je m'approche de la baignoire et retire avec une forme de lassitude mes vêtements. Je regarde Ryme et lui adresse un sourire avant de plonger doucement dans le liquide chaud. Ça me fait du bien. Je peux sentir tout les nœuds de mon corps se retirer et, dans une sorte d’étrange réciproque, ceux de mon âme partir un peu. Bon, il me faudra bien plus que ça pour dénouer le nœud gordien qu'est mon âme, mais je prends le répit où je peux le prendre. Une fois dans le bain, je l'attire doucement vers moi. La sentir contre moi me fait un bien fou. Je réponds ensuite à ses interrogations.

« Oh, tu sais, au final, ça s'est bien passé. Je m'étais attendu à pire. »

Quand on y pense, c'est un peu triste au final. Ils n'avaient pas forcément été tendres avec moi, et pourtant, c'est bien mieux que ce que j'aurai pu imaginer. Triste monde, encore une fois. Je soupire doucement avant de poser ma tête sur l'épaule de ma chère et tendre.

« Tu sais, je pense que c'est juste leur façon de montrer de l'affection. J'aurai préféré qu'ils soient plus gentils, mais qu'est-ce que je peux y faire ? Rien. Toi non plus. Et au fond ... »

Je frotte doucement mon museau contre sa joue.

« C'est moi qui suis désolé. Je veux dire, je te laisse prendre le blâme pour ça, alors que .. . Un jour où l'autre, j'aurai du rentrer. C'est une certitude. Et je pense que … Comment dire … Malgré tout mes efforts, ça n'aurait pas pu se passer mieux que ça. Il va falloir que ma famille et moi, on apprenne a se côtoyer de nouveau. Je veux dire, je ne suis plus comme j'étais avant, et forcément, le temps qu'ils s'adaptent, je vais prendre. Et que ce soit avec ou sans toi. Je pense … Je pense même qu'ils vont se montrer un peu plus agréables avec moi, comme tu es là. »

Je retire mon visage du sien avant de poser rapidement mes lèvres sur sa joue.

« Et … Pour être franc, je m'y attendais un peu, ç cette fête. Je suis quasiment sur que maman t'as décrite à la famille, et quelqu'un a fait le lien. Et bon, ils ne peuvent pas lutter contre l'envie d'utiliser notre couple pour eux. Je veux dire, c'est pas tout le monde dont le fils est en couple avec une jeune femme célèbre et magnifique, non ? »

Je pousse un long soupir désapprobateur. Tu es tellement plus que ça, mon amour. Tellement plus. Et même, j'irai plus loin. Tu n'es plus cette poupée qu'on exhibe. Tu es juste Ryme. Invokeuse. Rousse. Mon amour. Je resserre doucement mes bras autour d'elle, comme pour nous calmer tout les deux. On a jusque 16.30, c'est ça ? Je ne sais même pas quelle heure il est. Est-ce que l'heure du repas est passée ? Je n'ai pas vraiment faim, pour être franc. Je regarde autour de moi et ne vois pas d'horloge. Zut. Tant pis, c'est que ce n'était pas mon destin que de savoir l'heure. Je reporte mon attention sur la jolie rousse dans mes bras.

« Mon frère s'est excusé. »

Je laisse quelques secondes de vide.

« Il s'est excusé de m'avoir emmené dans son pèlerinage. De m'avoir fait perdre un œil. De m'avoir fait enfermer dans la Via. »

Je soupire.

« C'est marrant comme plein de personnes peuvent prendre le blâme pour la même chose. Je lui ai dit que ce n'était pas sa faute. Que c'était la faute de l'église. Il m'a aussi remercié de ne pas avoir parlé de ce qui m'était vraiment arrivé aux parents. »

Ma main se place presque instinctivement sur les hanches de la belle rousse.

« Je lui ai dit que je ne pouvais rien promettre. Si ils me poussent trop, je pense que … Peut être … Je pourrai utiliser ça comme arme pour leur faire du mal. »

Je baisse un peu les yeux.

« Je n'en ai pas vraiment envie, mais j'ai un peu peur que, dans la fureur du moment ... »

Je dois avoir l'air un peu piteux.

« Tu m'en voudrais si je leur disait comme ça ? »

Je lui lance un regard presque enfantin, comme si elle était une adulte et moi un enfant. Mon visage prends ensuite une allure triste, avant de doucement se recomposer.

« Je vais essayer de faire attention. On m'a appris a contrôler mes humeurs. Ça devrait aller. Je suis plus fort que ça, non ? »

Un petit sourire en coin nait sur mes lèvres.

« Et au pire, je n'aurai qu'a jouer à leur jeu. Trouver un moyen de détourner la conversation sur Jienne. Ou quelque chose comme ça. Pourquoi est-ce qu'ils seraient les seuls à pouvoir s'amuser ? »

Je pose mes lèvres de nouveau sur la joue de mon amour, un peu plus proche de ses lèvres cette fois çi.

« Je plaisante. Je ne vais pas m'abaisser à ça. Je ne suis pas comme eux. Je ne veux pas être comme eux. Plutôt mourir. »

J'ai un peu de détermination dans le regard.

« Et sinon, a part ça. Tu en as pensé quoi de ma famille ? Tu les imaginais comme ça ? »

Je dois avouer que je suis un peu curieux. Je sais que je lui avait un peu décrit les membres de ma famille, mais ce n'est pas pareil. Peut être qu'elle a vu des choses que je n'ai pas vu. Ou qu'elle les a vu d'un autre œil. C'est toujours intéressant à savoir, ce genre de choses, je trouve.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 825



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Sam 27 Jan 2018 - 10:34
Est-ce qu'il n'aurait pas encore un peu maigri, songea Ryme en le regardant déposer ses vêtements sur le sol. Lorsqu'ils s'étaient rencontrés et bien que ce fut à l'hôpital, Cillian avait tout de même une couche respectable de muscles et de chairs sur les os. Son passage dans la Via avait cruellement tranché à vif dans son corps, laissant sa silhouette aussi dépouillé qu'un arbre en hiver. Naïvement, Ryme avait pensé que, lui offrir le meilleur en terme de nourriture et de couchage, aurait améliorer la situation. Mais son compagnon lui semblait presque fragile. C'était peut-être dû à l'utilisation de cette étrange arcane qui lui permettait de se battre avec sa rame : il devait gaspiller bien plus que de l'énergie magique afin de lui donner autant de tranchant.
La moue désapprobatrice qui se formait sur son visage se vit balayer par un sourire tendre et ravit, alors qu'il l'attirait à lui. Le contact de leurs corps nus, l'un sur l'autre, l'un contre l'autre, leur faisaient toujours beaucoup de bien. Il y avait une certaine sincérité qui ne saurait être niée dans ces jeux de peau à peau. L'Invokeure se laissa aller, s'installant confortablement sur les genoux qui se présentaient à elle. Le baquet était assez profond pour que l'eau ne débordât pas. Et au pire, ils pouvaient bien provoquer un tsunami, que Ryme n'en aurait rien eut à faire.

Cillian répondit alors à tout ce que la jeune femme pouvait lui avoir dit. Il affirma qu'il trouvait que tout c'était plutôt bien passé. Ça, ça se discutait... Mais, peut-être que la famille de son cher et tendre avait toujours été particulièrement moqueuse, auquel cas, c'était peut-être vrai. Ryme avait une idée préconçue de la ''famille idéale'', celle qu'elle aurait souhaité avoir, celle qu'elle souhaitait former avec lui ; il fallait bien avouer que les piques et railleries, même gentilles, ne faisaient pas vraiment partis de ce petit plan imaginaire. C'était peut-être pour cela qu'elle avait été interloquée : en voyant la mère de Cillian, Samaah, elle avait projeté toute la douceur et la gentillesse de cette femme sur le reste de la famille. Grave erreur.
La pointe du nez froide de son compagnon contre sa joue la fit presque sursauter. Perdue dans ses pensées, elle écoutait toujours la conversation avec attention, mais ne s'était pas attendue à ce geste. En réponse, elle lui donna un léger coup de tête, comme un chat. Il s'excusa alors, lui exprimant qu'il la blâmait pour de mauvaises raisons. C'était peut-être le cas, mais Ryme avait sa part de responsabilité : ils n'étaient pas restés si longtemps à Kilika et elle lui imposait un long séjour. Cependant, elle espérait que cela le pousse à renouer avec sa famille, ses racines, mais aussi avec la santé. En voyant la silhouette maigre qu'il était devenu, elle espérait que l'instinct nourricier de sa mère se soit réveiller et qu'elle le gavât de bons petits plats.

Le reste de sa déclaration la laissa un peu amère. Cette identité sordide de Voix ne semblait pas vouloir la quitter, même dans une maigre description. Elle ne pouvait pas en vouloir aux gens : l'organisation ne venait jamais jusqu'ici. Rencontrer une Voix était impossible ou presque pour les habitants des îles, surtout celle de Besaid qui était réellement éloignée de Luca. Mais, elle ne pouvait pas empêcher son cœur de se pincer légèrement tout de même : être objectivé de la sorte, ne lui convenait pas. Ne lui convenait plus. Et ce sentiment était partagé par Cillian, qui poussa un long soupir lourd de sens. Il l'attira un peu plus à lui, et c'est avec un plaisir à peine dissimulé qu'elle nicha son minois dans le creux de son épaule.
Il évoqua ensuite sa conversation avec son frère : Garan s'était excusé. Comme Ryme s'y attendait, lui aussi avait eut droit à la réponse usuelle de son fiancé : tout était de la faute de l'église. Il lui fallait bien avouer que parfois, elle ne pouvait pas s'empêcher de lui donner raison. Elle trouvait cela touchant que son frère se sente au moins aussi responsable qu'elle. Mais, si elle y réfléchissait bien, il fallait surtout qu'ils le remercient : sans pèlerinage, pas de rencontre. Et ils s'étaient plus ou moins mis tous les deux d'accords, que malgré tout, le jeu en avait valut la chandelle.

Puis, il enchaîna sur un autre sujet, plus délicat. Devaient-ils dire la vérité aux parents de Cillian ? Comme elle s'en doutait, si la colère devenait trop forte, il risquait de tout leur dire. Son regard enfantin et son attitude peu assurée, brisèrent un peu le cœur de Ryme qui s'empressa de hocher la tête négativement avant de caresser doucement l'oval de son visage. Elle ne lui en voudrait pas, elle comprendrait. Et la famille de Cillian pouvait bien la haïr : du moment qu'elle avait l'amour de ce dernier, le reste lui importait peu.

« Tu es bien plus fort que ça, oui. Et je serais là pour te prêter la mienne s'il te manque un peu de force. » lui répondit-elle, juste avant qu'il ne l'embrasse, manquant de peu ses lèvres, soutirant à Ryme une moue légèrement frustrée.

La détermination qui naquit dans son regard gonfla le cœur de la rouquine de plaisir. Il faisait des progrès et elle trouvait cela merveilleux. Le chemin vers une possible reconstruction serait long, mais il avançait et s'était le principal.

« Je dois avouer que je ne les imaginais pas vraiment comme ça. En particulier ta sœur. Quand tu m'avais dit qu'elle était toujours avec ta mère et qu'elle apprenait à tisser aussi, en rencontrant ta mère, je me figurais une sorte d'elle, mais en plus jeune. Au final, j'ai eu l'impression de te voir avec des seins. » Confia-t-elle en rougissant un peu.
« Ton père a l'air d'être quelqu'un de bien. Et je comprends mieux pourquoi tu disais que vous vous ressembliez... Il a l'air aussi économe en parole que toi. J'ai tout de même l'impression qu'il était heureux de te revoir. Mais je n'arrive pas à savoir ce qu'il pense de moi. C'est assez... Perturbant. » continua-t-elle en passant ses bras autour du cou de Cillian.
« J'étais... rassurée que Garan ne me déteste pas. Je pensais qu'il me haïrait. Mais ce n'est pas le cas, alors je suis soulagée. » soupira doucement Ryme.
« Par contre, je dois t'avouer que tes cousines sont particulièrement... Difficiles à gérer pour moi. Je comprends tout à fait leur intérêt et bien plus encore... Mais, elles me rappellent cruellement que... »

Elle ne termina pas sa phrase, sentant les griffes de la colère au creux de son ventre. Il lui semblait que plus le voyage avançait et plus elle avait du mal à ce qu'on la confronta toujours à son triste passé, à cette condition piteuse et toxique de Voix de Yevon.

« Dans ces conditions, je n'ai pas vraiment hâte d'assister à la fête. Mais je suppose qu'en tant qu'invitée d'honneur et compagne de la personne pour qui elle est donnée, j'aurais bien du mal à m'éclipser. J'ai peur que tout notre séjour se passe ainsi... »

Ryme poussa un léger soupir, avant qu'un sourire étrange ne naisse sur son visage.

« Après tout, comment es-tu supposé me retenir le plus possible dans mon voyage, si on ne peut pas profiter d'un peu de temps ensemble, pour que tu me présentes tes arguments les plus convaincants ? » susurra-t-elle, aux creux des lèvres de Cillian avant de venir les ravir d'un baiser à la fois tendre et tentateur.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 560



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Sam 27 Jan 2018 - 19:00
Je crois qu'elle a beaucoup plus confiance en moi que moi. En ma capacité a ne pas faire de bêtises. De supporter. Je ne réponds pas, préférant me concentrer sur la sensation de sa peau douce et mouillée sur la mienne. Je ne sais pas si je serai assez fort, vraiment. Et je ne sais pas si c'est une situation dans laquelle on peut prêter de la force. Mais bon. Tant pis. Maintenant que je suis dans un radeau qui avance vers une chute d'eau, tout ce que je peux faire c'est serrer les dents et espérer que ça ne fasse pas trop de dégâts. Et oui, au pire du pire, je pourrai compter sur elle pour me retenir ou, si vraiment ça se passe trop mal, ramasser mes morceaux.

Elle commence à décrire ce qu'elle pense de ma famille. Elle ne l'imaginait pas comme ça. Forcément. Dans sa tête, c'était des gens sympathiques. Gentils. Humains. Grossière erreur. Très grossière. Mais je ne peux pas lui en vouloir. Elle ne sait pas vraiment ce que c'est, malheureusement. Elle décrit d'abord ma sœur, et je retiens de pouffer de rire. Ce que je ne peux pas retenir, c'est une remarque et un sourire, malgré une tentative du coup ratée d'air grave.

« Il va falloir que je fasse attention a ce qu'elle ne te vole pas alors. »


Elle passe ensuite a papa. C'est vrai qu'on se ressemble. Sauf que bon, il a ses deux yeux, et que mes cheveux ont un peu plus la même couleur que ceux de maman que les siens. Et oui, c'est assez difficile de savoir ce qu'il pense. Enfin, pas vraiment. Quand il est en colère, il le fait savoir. Mais pour le reste, mystère et boule de gomme. Je frissonne doucement alors qu'elle passe ses bras autour de moi et la laisse continuer. Elle est contente que Garan ne la déteste pas. Pourquoi est-ce qu'il la détesterai ? C'est une question dont la réponse m’intéresse. Je la garde dans un coin de la tête. Il ne faut pas que j'oublie de la poser ensuite. Elle finit sur mes cousines. Oui, bon. Elles ont un peu grandit depuis la dernière fois que je les ai vues, et elles sortent à peine de l'adolescence. Est ce qu'on peut vraiment leur en vouloir, au final ? Je sens mon amour se tendre un peu, alors je resserre mon étreinte.

Elle donne ensuite son avis sur la fête. C'est marrant, je pensais qu'elle aurait hâte d'y être. Enfin, je peux comprendre que ce ne soit pas totalement agréable pour elle, mais je pensais qu'elle serait contente de passer du temps avec ma famille. Je présume que c'est l'effet de la rencontre. Ça ne doit pas être facile, être déçu comme ça. Elle parle ensuite d'une sorte de crainte, celle de se retrouver happée par ma famille. Compréhensible. Et ça risque de se produire, si on est pas ferme dès le début. C'est le grand soucis avec eux. Ils ont tendance à prendre une absence de refus clair pour une acceptation, même si la question n'était pas directement posée. Difficile à gérer. Elle m'adresse un sourire étrange et je sens un poids sur mon estomac. Je connais ce regard, et je doux remous dans mon bas ventre me laisse entendre que j'ai, moi, aussi, envie de la … Convaincre. Si vous voyez ma pensée. Mais pas de suite. On a encore un peu de temps, et j'ai besoin de parler encore un peu.

Son baiser diffuse un peu de sa chaleur en moi, et je soupire d'aise en me laissant embrasser, n'opposant que le minimum syndical de résistance à ses assauts. Une fois qu'elle a eu assez de m'embrasser, je prends la parole.

« Yevon, ça m'avait manqué. Je pense que je ne vais pas pouvoir me retenir autant qu'on l'a fait. Tant pis, mes parents devront nous voir nous embrasser. »

Je coince ma tête dans son cou pendant quelques secondes, la frottant comme si j'étais un animal craintif.

« Je veux bien commencer déjà a … t'expliquer pourquoi c'est une bonne idée de rester avec moi ... »

Comme pour lier les gestes à la parole, et lui faire comprendre sans ambages ce que je veux dire, mes mains glissent le long de son dos pour se poser sur ses fesses. Je lui lance aussi un regard embrasé, qui retire toute ambiguïté de mes propos.

« Mais j'aimerai bien qu'on discute un peu encore avant. Je suis désolé, mais si je ne finis pas une conversation avant de passer à autre chose, je risque fort de ... »

Je soupire un peu. Je n'aime pas parler e ça. Je n'aime pas avoir besoin de parler de ça. C'est … C'est admettre que ça va pas. Enfin, non, ça, je n'ai pas de soucis. C'est le mettre en lumière. Le porter sur moi. Et je n'ai pas envie que Ryme me voit comme ça. Enfin, encore plus qu'habituellement. Je soupire encore une fois et remonte mes mains.

« Oublier. Tout simplement. Bref. Je … Euh ... »

J'ai un peu de mal à me concentrer. Je pense qu'elle peut sentir que tout mon sang ne passe plus forcément par mon cerveau.

« Oui. Pourquoi est-ce que tu pensais que Garan te haïrait ? Je veux dire, okay, il est membre du clergé, je peux comprendre l’appréhension, mais quand même. Et puis ... »

Je pose mes lèvres sur les siennes.

« Je t'ai déjà dit que je t'aime ? »

Je soupire un peu.

« Et ne t'inquiète pas. Papa ne te déteste pas. Si c'était le cas, tu le saurai. Crois moi. »

Je la serre un peu plus. J'ai peur. Peur qu'elle disparaisse. Alors je la serre.

« Je pense que ça va bien se passer ce soir, okay ? Au pire, on aura qu'a prendre congé de temps en temps pour se faire des bisous. Tu en penses quoi ? »


J'essaie de montrer une façade la plus brave possible, mais je sens qu'elle voit facilement à travers. Tant pis.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 825



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Dim 28 Jan 2018 - 11:08
Entre deux soupirs, Ryme le relâcha Cillian. Il était plutôt rare qu'elle soit celle qui initiait les baisers. Bien qu'elle adorait l'embrasser, elle aimait encore plus les intentions que lui arrivait à mettre sur le bout de sa langue cajoleuse. Lorsqu'il lui offrait ses lèvres, il ne pouvait pas lui mentir, pas même un tout petit peu et c'était une sensation incroyablement plaisante, grisante. La jeune femme ne réussit pas à réprimer un sourire amusé lorsqu'il évoqua le fait que ses parents devraient assister à leurs épanchements affectifs. Après tout, il n'y avait pas de quoi avoir honte et eux aussi avaient été jeunes. Bien que parfois, leurs échanges n'avaient rien de chaste, Ryme savait très bien que son cher et tendre garderait ce genre de choses en réserve.
Son imagination divagua sur une mine choquée de Samaah en découvrant toute la sensualité que son fils pouvait déployer rien qu'avec un baiser ; elle qui semblait presque scandalisée, lorsque les cousines avaient évoqué le fait que, le couple ne serait pas vraiment un modèle de piété dans l'alcôve qui leur était réservé dans le temple. Ryme était prête à choquer un peu la population de Besaid si cela voulait dire pouvoir profiter de Cillian comme elle l'entendait.

Son nez caressant sa gorge lui arracha un petit frisson. Yevon, pourquoi fallait-il que son touché soit si agréable ? Ses mains glissants le long de son dos pour arriver jusqu'à ses fesses ni son regard animé par une petite flamme, n’arrangèrent la situation du propre brasier d'amour et de désir que son corps et son cœur étaient entrain de couver. Elle lui répondit uniquement en se mordant la lèvre d'impatience, mais, lorsqu'il lui confia vouloir encore un peu discuter, son expression se transforma en un sourire bienveillant. Elle comprenait tout à fait. Et puis ce n'était pas quelques mots de plus qui risquaient d'éteindre la passion qui existait entre eux.
Il avait peur d'oublier. C'est vrai que sa mémoire n'était plus vraiment... Très bonne depuis son passage dans la Via. Ryme ne savait pas vraiment quels traitements avait été réservé à son bien-aimé, mais elle ne doutait pas que la chose eût dû être terrible pour que son esprit se défendît de la sorte, préférant se replier sur lui-même, quitte à perdre des choses essentielles.

Il bégaya un peu avant de retrouver le fil conducteur de ses interrogations. Quelque part, la chose était flatteuse : il faisait des efforts pour elle. Alors, elle pouvait en faire pour lui. Juste après la question qu'il posa à propos de son frère, elle lui embrassa tendrement la joue, comme pour le féliciter d'avoir réussit à retrouver le chemin de la conversation qu'il souhaitait engager. Afin de ne pas le déranger, elle l'écouta, n'intervenant pas, afin qu'il n'oublia rien de ce qu'il avait sur le coeur. Il l'embrassa tendrement, fugacement, avant de lui déclarer sa flamme d'une manière malicieuse et indirecte. Cette fois-ci, elle ne put retenir un petit commentaire accompagné d'un sourire légèrement en coin qui lui donnait un petit air espiègle.

« Je crois avoir déjà entendu ça quelque part, en effet... Mais je pense que l'on ne se le dira jamais assez. » murmura-t-elle en réponse à son soupire, juste avant de se laisser aller un peu plus contre lui.

Il affirma alors que, son père était plutôt doué pour exprimer les choses négatives et que s'il ne la portait pas dans son cœur, elle l'aurait tout de suite sut. C'était... Une bonne chose, tout du moins, de son point de vue. Il était difficile pour quelqu'un comme Ryme de composer avec des gens qu'elle n'arrivait pas à ''lire''. Cillian était encore un cas différent, car elle n'avait pas besoin de ce genre d'artifices sociales avec lui. Mais, ce n'était pas le cas de Nessil, bien qu'il ressemblait un peu trop à son fils.
Sans doute plus pour se rassurer lui, qu'elle, il déclara que tout ce passerait bien ce soir. Ryme n'était pas vraiment du même avis, mais elle ferait tout pour que la soirée se déroule agréablement. Après tout, il était normal que les gens soient curieux de sa venue, de son passé, quand bien même, il était douloureux pour elle mais également pour Cillian. En vérité, c'était souvent plus pour lui qu'elle s'inquiétait : durant son voyage, elle avait été habituée à ce qu'on la reconnaisse, qu'on lui touche un mot ou deux à propos de sa vie de Voix. Mais chaque évocation de la 'Ryme Voix de Yevon', semblait être dur pour lui. C'était cette Ryme là, qui l'avait condamné à l'enfer.

« J'avais peur que ton frère ait de sérieux griefs à cause de ta condamnation à marcher dans la Via Purifico... Je sais que tu vas me dire que c'est pas ma faute, que tu as fais tout ça de ton propre chef... Mais, parfois il m'est impossible de ne pas me sentir responsable, coupable pour ce qu'il t'est arrivé. Et j'avais peur que ton frère pense la même chose, vu qu'il est le seul à connaître la vérité. À vrai dire, cela ne m'aurait pas surprise qu'il me tienne pour responsable et je ne lui en aurais pas voulu... » les mots glissèrent entre ses lèvres dans un mélange de tristesse et de soulagement.

« Et puis, il y a le fait que les mensonges que l'on m'a rapportés étaient supposés venir de lui. Je sais que c'est une manipulation des prêtres des Voix, de Vilhatt, mais... J'avais cette farouche idée, accrochée au cœur, qu'il me haïrait pour tout ça. Quel frère, surtout religieux, aimerait voir son frère devenir un... Hérétique pour une femme ? »

Sa gorge se serra un peu. Cillian n'avait jamais été très religieux, elle non plus, malgré son appartenance à l'organisation des Voix de Yevon. Mais ce n'était pas le cas de tous les habitants de Spira : une grande majorité était des dévots. Doucement, Ryme passa une de ses mains sur le torse puis sur l'oval du visage de son compagnon. Elle lui adressa un sourire tendre mais également chargé d'excuse et de remords. L'ancienne Voix savait qu'il détestait plus que tout qu'elle prenne sur elle tout le blâme de cette histoire, lorsque lui avait déjà son coupable : l'église.

« Pour en revenir au sujet de la fête, je suis sûre que tout ira bien. Ne t'en fais pas. Après un peu de repos et sans l'excitation de la rencontre, je suis sûre que je pourrais apprendre à mieux connaître ta famille, avec le cœur plus serein. Je trouverais une excuse quelconque pour ne pas chanter, je pense que ça refroidira quelques ardeur et des conversations que je ne tiens pas à avoir. » dit-elle en prenant une mine presque boudeuse.

« Et puis, je dois dire qu'il n'y a qu'un type de vocalise que j'ai envie de pratiquer en ta présence. » Après tout, il lui avait promis une explication argumentée de pourquoi elle devait rester avec lui, alors, une petite remarque aguicheuse ne pouvait pas faire de mal. Et puis, ils étaient seuls ; mais pour combien de temps, cette quiétude allait-elle durer ? Sans doute peu de temps, ou trop peu à leur goût.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 560



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Dim 28 Jan 2018 - 19:33
Elle m'explique son point de vue. Ça fait sens, en fait. Je n'avais pas vu les choses comme ça. Effectivement, on pourrait lui en vouloir pour ma mise en prison. Je ne suis absolument pas d'accord avec l'idée, bien sur, mais je comprends qu'on puisse voir les choses comme ça, en ayant aucune idée de ce qui a bien pu se passer en fait. Et maintenant qu'elle en parle, c'est vrai Que c'est surprenant qu'il ne pense pas comme comme. Hum. Je présume qu'en tant que membre du clergé, on lui a donné, même sans le vouloir, plus d'informations sur notre situation que le commun des mortels. D'autant plus si il est de mèche avec notre ami commun. Je ne sais pas. Il faudrait qu'on lui en parle, pour le bien. Mais je n'ai pas vraiment envie de le faire. Pas maintenant, en tout cas. Pas comme ça. Pas tout de suite. Je suis fatigué de tout ça, en fait. Je me contente de chasser le plus de trouble de mon regard pour le remplacer par de l'amour. Elle continue ensuite.

Elle pense que la fête ira bien. J'espère. Pas pour eux. Non. Mais pour elle. Elle mérite une bonne petite soirée tranquille. Un petit goût de … Normalité n'est pas le mot. Un petit goût de tranquillité. De calme. Je la regarde tendrement. Et puis oui. Elle pourra ne pas chanter. Si il faut, je m'en mêlerai. Et au pire, on inventera un truc. Une raison bateau. On est plus malins que ça, non ? Ou assez malins ? Je ne sais pas. Sa dernière phrase me fait déglutir. Je … Okay. C'est direct. Ce ne me dérange pas. Loin de là. Mais c'est direct. Je crois même que j'aime bien ça, au fond. C'est … Comment expliquer ? En se comportant comme ça, elle ne me laisse pas le temps de réfléchir. Elle ne laisse pas le temps à mes démons de semer en moi le doute. Je lui adresse un grand sourire avant de glisser mes mains sous ses fesses.

« Et que dirais tu d'un petit cours là maintenant ? »



Et on frappe à la porte. Je pousse un petit feulement. Bordel. On ne peut pas avoir cinq minutes de tranquillité ici ? Presque instantanément, je retire mes mains de la jolie rousse de mon cœur et je réponds d'un ton sec.

« Quoi ? C'est pour quoi ? »

La voix qui réponds semble être celle d'une jeune femme. Visiblement, elle ne s'était pas attendue à se faire répondre comme ça, car je peux sentir a la fois de la surprise et un peu de peur dans sa voix. Je me sens un peu mal. Parler comme ça aux gens, ce n'est pas ce que je préfère, mais bon. Tant pis. C'est fait.

« Je … Désolée de vous déranger, mais on m'a demandé de vous apporter des vêtements. Pour ce soir. Avec les compliments du frère Garan. »

Forcément. Je pousse un long soupire et regarde Ryme, avant de me pencher vers elle.

« Qu'est-ce que l'on fait ? On la laisse déposer nos vêtements, ou on lui demande de repasser plus tard ? »

Quoi qu'il en soit, la gamine doit attendre une réponse. Je recule un peu histoire de ne pas hurler dans les oreilles de mon amour et réponds.

« Attendez deux secondes, on est dans le bain. Je vois avec Ryme ce que l'on fait. »

Elle va se demander quoi, la pauvre gamine. Je regarde au tour de nous. Au pire, il y a une sorte de paravent. Je présume que je peux le tirer pour cacher Ryme et enfiler rapidement des vêtements. Mais j'ai peur que le moment soit cassé. Putain. Fait chier. Je soupire quelques secondes avant de montrer le paravent du doigt à Ryme. Quoi qu'elle me dise de faire, je le ferai.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 825



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Lun 29 Jan 2018 - 13:47
Lorsqu'elle vit la légère valse de la pomme d'Adam, Ryme sut que sa remarque avait fait mouche. Il était plaisant de le voir ainsi, tantôt un peu penaud, pas réellement sûr de lui pour qu'ensuite, il se métamorphose en un tout autre homme. L'amour qui existait entre eux, semblait rendre les choses limpides, aussi bien pour lui que pour elle. C'était une bataille, une incartade, qui ne laissait pas de place pour le doute ou la malhonnêteté. La psyché fracturée de Cillian pouvait alors se rassembler, le temps d'un moment d'ivresse. Et, Ryme n'était pas aveugle à cela. Le fait qu'il retrouva l'éclat perdu de son regard était un indice suffisant pour elle. Les liens de leurs corps étaient aussi importants pour lui, que les liens de leurs cœurs. Car, contrairement à l'esprit, enveloppe charnelle ne pouvait pas mentir.
Avec un plaisir qu'elle n'essayait même pas de dissimuler derrière son éternel masque, Ryme lui rendit son sourire. Le rouge carmin d'un voile de luxure se déposa sur ses joues alors qu'elle sentit ses mains venir se placer sur ses fesses, suite à une remarque qui n'avait d'égal que celle qu'elle venait de lui déclarer.



Mais, alors qu'elle allait répondre à ces avances, on frappa à la porte. Comme une bête féroce dérangée en plein repas, il se retourna, le regard mauvais en direction de l'entrée. Sa voix crachait des sons comme la gorge d'un chat sauvage en pleine bataille, tandis qu'il la relâchait. Ryme soupira légèrement, regrettant que la parenthèse qu'elle avait espéré créer pour eux fût déjà terminée. La petite voix, presque tremblante qui répondit a la fureur de son fiancé lui fit presque de la peine : la petite prêtresse ne devait pas être bien jeune et Garan l'envoyait affronter son ours de frère.
Il lui demanda alors ce qu'ils devaient faire. Envoyer paître la jeune apprentie trahirait grandement la nature de leurs activités et, il n'était pas certain qu'elle revienne à un moment plus opportun. Le mieux était donc d'accepter les tenues tout de suite. Ryme n'eut pas le temps de formuler sa pensée, qu'il s'éloigna un peu, avant de pousser un autre rugissement, prévenant l’inopportune qu'ils n'étaient pas en mesure d'ouvrir la porte pour l'instant.
Un petit rire manqua de s'élever de la gorge de Ryme. Avec tendresse, elle caressa l'ovale de son visage avant de déposer un pieu et chaste baiser sur les lèvres de son amant, avant de sortir de l'eau.

« Je crois qu'il vaut mieux que je m'en occupe. Tu peux rester dans l'eau en m'attendant. » ses paroles glissèrent contre ses lèvres. Puis, elle s'éloigna.

Ryme s'avança vers la partie principale de la chambre et se saisit d'un peignoir fin qu'elle avait préparer quelques minutes plus tôt en attendant son fiancé. Le tissu lui collait un peu à la peau, mais après tout, toutes les femmes étaient faites pareilles. Elle ouvrit la porte et l'apprentie sursauta, presque terrifiée. Puis son regard s'illumina un peu, constatant que c'était la grande et fameuse Ryme qui venait elle-même lui ouvrir. Ses joues rosirent un peu, puis elle après une courbette, elle passa à l'Invokeure deux paquets de tissus, soigneusement emballés.

« Je te remercie. Transmets nos respect au père Garan, veux-tu.
— Oui, ma dame !
Aurais-tu la gentillesse de me donner l'heure ?
— Vous voulez savoir combien de temps il vous reste avant le début des festivités, ma dame ?
Oui, c'est cela.
— Nous n'avons pas encore sonné la cloche pour la prière de demi-journée, vous avez donc encore un peu de temps pour vous reposer. Une fois la cloche sonnée, l'heure de la fête sera bientôt là.
Merci. Maintenant file à tes tâches, sinon le prêtre principal sera grincheux. »

La gamine ne demanda pas plus et tourna les talons, dans une démarche rapide qui trahissait son excitation ainsi que sa joie d'avoir pu parler avec celle qui était sans doute son idole. Ryme esquissa un sourire avant de refermer la porte et de la verrouiller. Elle déposa les tenues sur une chaise près de la coiffeuse qui elle-même n'était pas si loin de l'entrée.
La gamine ne demanda pas plus et tourna les talons, dans une démarche rapide qui trahissait son excitation ainsi que sa joie d'avoir pu parler avec celle qui était sans doute son idole. Ryme esquissa un sourire avant de refermer la porte et de la verrouiller. Elle déposa les tenues sur une chaise près de la coiffeuse qui elle-même n'était pas si loin de l'entrée.

« Je crois qu'elle était soulagée de ne pas croiser ton regard, mon amour. » déclara-t-elle en revenant vers l'alcôve dédié aux ablutions.
« Tu as dû lui faire un peu peur à cette pauvre petite. » ajouta-t-elle tout en tirant sur le nœud qu'elle avait fait à la va-vite pour fermer le kimono qui lui servait de peignoir.

Ryme ne s'approcha pas plus. L'observant sans la moindre pudeur, gravant dans sa mémoire le jeu de lumière légèrement bleuté qui se jouait sur son visage, ses muscles et ses blessures. Elle lui jeta un regard amoureux, avant de faire quelques pas vers lui, un sourire conspirateur sur les lèvres.

« Je crois me souvenir que nous avions quelques gammes à réviser, n'est-ce pas ? »

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 560



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Lun 29 Jan 2018 - 19:04
Elle veut aller ouvrir. C'est peut être la meilleure solution, tout comptes faits. Je pense que je suis assez énervé pour me montrer plus désagréable que de raison avec cette pauvre petite. Et puis, physiquement, je ne suis pas très présentable. Un des avantages du corps féminin sur le masculin est qu'il est plus facile de camoufler certains états de … Comment dire ? De préparation. La manipulation de certaines parties quand elles sont en forme peut être douloureux, surtout quand il est dans le but de les cacher. Bref. Je m'enfonce un peu dans le bain, au cas où la gamine rentre. Je suis sur que ni Ryme, ni elle, ni moi n'ayons envie que la jeune religieuse ait une vision d'un homme blessé complètement nu et prêt à certaines activités habituellement nocturnes.

Et il faut avouer, Ryme sait y faire avec les gens. Sûrement l'éducation qu'elle a reçu auprès des Voix. Il fut un temps ou j'aurai pu être moi aussi poli. Malheureusement, cette époque à été recouverte par une bonne année de douleur et de déconstruction. C'est presque comme si j'avais le droit d'être un peu con maintenant. J'écoute distraitement la discussion. Au ton de la voix de la gamine, il semblerait qu'elle ne s'était pas attendue à être accueillie aussi gentiment à la porte. Et encore moins par une star. Enfin, non. Je présume que l'idée de voir Ryme était encrée dans son esprit. Je doute que quiconque dans ce temple ne soit pas au courant de l'invitée de marque qu'ils reçoivent. Non. Je pense qu'en m'ayant entendu râler, elle devait s'attendre à voir un homme ne colère à la porte. Elles n'échangent que quelques mots, et Ryme demande l'heure qu'il est. Midi n'est même pas encore passé. Je soupire. Dans un sens, j'aurai aimé qu'il soit plus tard. Au plus vite on est à la fête, au plus vite elle passe. Au plus vite on est débarrassés. Alors qu'elle parle, je ne peux pas m’empêcher de glisser un regard sur l'arrière de la rousse. Après, c'est vrai que au plus on à de temps maintenant, au plus on peut s'amuser. Je n'arrive même pas à voir ce que sont les tenues. Tant pis. De toute façon, on ne va pas s'habiller avant un moment.


Encore une fois, je grogne avant de la regarder. C'est pas vrai, ils le font exprès où quoi ?

Je me recule un peu et prends une serviette. Merde.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 825



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Mer 31 Jan 2018 - 9:57


Un léger murmure derrière la porte confirma que ce n'était pas une mauvaise blague. Puis, il y eut un deuxième coup porté contre le bois du seuil. Ryme leva alors le nez. Son expression était des plus renfrognées et, cette fois-ci, elle n'avait plus envie d'être très aimable avec l’inopportun qui venait les déranger. Cillian s'était déjà levé et avait porté une serviette ample autour de sa taille. Sa peau et la pointe légèrement humide de ses cheveux incriminaient encore le bain.

« Je crois que, ce serait mieux que tu y ailles, mon amour... » soupira-t-elle en se redressant un peu dans le lit. Il fallait bien avouer que tout chez Ryme hurlait qu'ils n'étaient plus entrain de faire des ablutions, et ce, depuis quelque temps déjà. Son visage se déforma dans une moue légèrement boudeuse, puis elle observa son compagnon s’exécuter.
Quant à elle, elle se pelotonna dans un coin du lit qui ne pouvait être visible si l'on ouvrait la porte. Elle ferma les yeux, écoutant ce que son corps avait à lui dire. Elle entendit vaguement la conversation un peu rêche que Cillian avait avec ce qui semblait être un garçon de cuisine. La jeune femme se demandait si, c'était encore le frère de son bien-aimé qui envoyait un émissaire à leur chambre. Mais, elle ne prêta pas attention au nom. Cela pouvait très bien aussi être une ''attention'' de la part de Gordias...

Une fois la porte refermée, elle roula légèrement sur le dos, observant l'objet de son exclusif amour, revenir avec les bras chargés d'un plateau qui semblait bien lourd. La jeune femme leva un sourcil presque amusé en constatant que le repas était constitué de choses froides : des fruits, du miel, quelques tranches de pain, un peu de rôti d'une viande qu'elle ne connaissait pas. Ryme glissa alors hors du lit et rejoignit Cillian près de la petite table qui servait à la prise des repas. Tendrement, elle glissa une main contre lui, l'enroulant sur une de ses hanches.

« Je commence à croire que tout ça, est un cruel complot visant à ne pas nous laisser tranquille pour que nous soyons réjouis d'avoir un peu de paix lors de la fête. » déclara-t-elle d'une voix presque amusée.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 560



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Mer 31 Jan 2018 - 23:31
Je pousse un long et douloureux soupir alors que je me relève. Attacher la serviette n'est vraiment pas facile. Et puis, comment vais je faire ? Je dois être tout rouge. Et bon, une serviette, ça ne permet pas vraiment de maintenir certaines parties de mon anatomie. J'attends un peu, et on frappe de nouveau. Pas a dire, il va falloir que j'y aille. Je prends une bonne respiration et me dirige d'un pas pas très décidé vers la porte, que j’entrouvre juste assez pour ne laisser passer que mon visage. Visiblement, le gamin d'église doit nous avoir entendu, car il est sûrement aussi rouge que moi. Sincèrement, ça ne m'aide pas à me détendre. Je le regarde, et regarde a coté de lui. Il semble avoir poussé jusqu'ici un petit chariot avec de un plateau dessus. Hum, je vois. D'une voix hésitante, il me parle.

« Je … Euh … Désolé de … De vous déranger mais … Mais ... »

Je souffle de façon audible. Il va la sortir, son histoire ? Mince alors.

« Mais le frère Garan nous … Nous a demandé de vous … De vous apporter de la nourriture ... »

Oui, je peux le voir ça. Je ne suis pas aveugle. Juste borgne.

« Comme ça … Si vous voulez rester dans votre chambre pour … »

Il rougit de plus en plus. Il doit être assez vieux pour commencer à comprendre le concept général du miel et des abeilles, mais pas assez pour l'avoir déjà exploré. Je ne peux pas me moquer, après tout c'était mon cas il y a encore moins d'une semaine. Tentativement, il essaie de regarder dans la chambre. Je me racle la gorge. Tu vas pas me dire que tu es en train d'essayer de voir une femme nue sous l'oeil de celui qui est visiblement son compagnon mon petit, non ? Il sursaute un peu en entendant le bruit sortant de ma gorge.

« Donc … Euh … Voila. »

Doucement, il soulève le plateau et me le tends.

« Je … Je ne vais pas entrer … Je ne pense pas que mademoiselle Ryme soit … Bref … »

Oui. Effectivement. Elle n'est pas en l'état. J'essaie quand même de lui adresser un sourire. Ce n'est pas vraiment réussi, mais bon. Je prends le plateau dans les main et me fends enfin de quelques paroles.

« Merci mon petit. Mais dis à Garan que l'on a plus besoin de rien, et surtout que l'on souhaiterai avoir un peu de tranquillité maintenant. Okay ? »

Il secoue vivement la tête et essaie encore de jeter un œil dans la chambre. Je me racle de nouveau la gorge. Est-ce qu'il est vraiment sérieux ? Il me lance un regard affolé et pousse son chariot. D'un mouvement du bassin je referme la porte avant de regarder ce qu'il y a dans le plateau. Quelques fruits, du miel, un peu de pain et des tranches de rôti de coeurl. Je note qu'il n'y a pas de boissons. Si je devais parier, je dirai que c'est fait exprès pour venir nous embêter de nouveau dans quelques minutes. Bordel. Si ils ne voulaient pas que l'on soit intimes, pourquoi nous avoir donné une chambre pour deux ? Nous sommes deux jeunes personnes amoureuses l'un de l'autre. A quoi est-ce qu'ils pouvaient bien s'attendre ? Cependant, toutes ces pensées disparurent en voyant Ryme s'approcher de moi. Je sens mon sang se glacer. J'ai l'impression que le paradigme à changé. C'était moi le chasseur, et je suis maintenant la proie. Elle pose sur moi une main conquérante et je frissonne.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 825



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Ven 2 Fév 2018 - 10:31


Soudainement, un râclement de gorge lui glaça les sangs. Ryme tourna la tête vers la source du bruit. Une vieille nonne à l'apparence sévère venait de rentrer dans la chambre et portait un plateau sur lequel se trouvait diverses carafes ainsi qu'une théière. Automatiquement, l'Invokeure masqua sa poitrine et referma les cuisses, en espérant ne pas donner un coup à Cillian dans la manœuvre.

« Heureusement que l'on m'a envoyée pour venir vous servir des rafraîchissements, siffla la nonne en portant un regard méprisant sur les occupants de la chambre.
Vous... Avez frappé ? Demanda Ryme, perdue entre la stupeur et une colère qu'elle parvenait encore à masqué.
Bien sûr, mais vous ne répondiez pas. Je sais maintenant que vous étiez bien trop occupés à sombrer dans la débauche et le péché. Quelle Invokeure vous faites ! Vous et votre Gardien n'êtes pas mariés, c'est inconvenant. J'espère que le père Garan se montrera sévère envers vous et son propre frère !»

Il n'en fallut pas plus que pour le hargne qui animait Ryme ne l'emporte sur sa raison. Lentement, elle se releva de la table et s'avança vers la nonne. Une fois près de la religieuse, elle considéra le plateau qu'elle portait. Son expression, bien que souriante, était presque terrifiante. Avec une douceur qui ne laissait présager rien de bon, la jeune femme se saisit de la carafe d'eau, avant de la vider cruellement au sol. Une fois vide, elle la reposa là où elle l'avait trouvé. Il y avait également deux tasses de thé, encore légèrement fumante. D'une traite, Ryme avala les deux. Le liquide lui brûla la gorge, mais elle ne laissa rien paraître, si ce n'était la fureur qui couvait dans son regard. La religieuse l'observait, perdue avec une note de crainte dans le regard.

« Bien, maintenant que vous avez accomplit votre mission, je vous prierais de partir. Merci encore de vos services et de vos avis éclairés. » déclara l'Invokeure tout en raccompagnant la nonne abasourdie à la porte.
Une fois mise dehors, Ryme referma la porte avec violence, puis elle verrouilla la porte à double-tours avant de laisser la petite clef dans la serrure. La colère qu'elle éprouvait commença à redescendre, ses jambes se mirent alors un peu à trembler tandis qu'un profond soupir quittait ses lèvres.

« Je... Je suis désolée... » balbutia-t-elle en levant les yeux vers Cillian.
Ses joues avaient virés au cramoisie. Elle n'était pas vraiment fière de s'être énervée. Et c'était sans doute la première fois qu'il la voyait ainsi. D'ordinaire, Ryme était une personne composée, aimable qui n'élevait jamais la voix et encore moins contre quelqu'un qui pensait bien faire... Mais, cette intervention, surtout de cette nature, avait été la goutte d'eau qui avait fait débordé le vase.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 560



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Ven 2 Fév 2018 - 15:42

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant