Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Feeling of dread - Ryme

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 1187



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Sam 12 Mai 2018 - 10:25
Les sourcils de Ryme se relevèrent doucement lorsqu'il la remercia. C'était gentil, mais pourquoi formulait-il cela ? Elle n'avait rien fait, si ce n'était lui causer des soucis. A cause de ce formidable talent, elle avait même perdu sa voix, l'empêchant de protester. Elle avait beau l'adorer, parfois, il était bien trop gentil avec elle. Mais, la jeune femme était incroyablement faible, face à ce qu'elle éprouvait pour lui. C'est ainsi qu'un léger soupire d'aise, un peu rauque, s'échappa de ses lèvres alors que, blottie contre lui, elle se délectait des caresses qu'il prodiguait à son cuir chevelu. Mais ce petit répit ne dura pas vraiment, le voilà qu'il s'excusait : ce n'était pas sa faute si une folle avait décidé d’être égoïste au point de les blessés tous les deux.
D'une manière sordide, Ryme ne pouvait s'empêcher de se demander si Marnie avait obtenu ce qu'elle avait voulu...A cette pensée, le feu sombre d'une colère teinté de jalousie se ravivait dans son être. Même les doigts délicats de Cillian, déposa se sa joue, n'arrivaient pas à endiguer ces pensées sinistres. Il déclara, après un petit moment de silence, qu'il allait demander à Gordias de monter. L'Invokeure écarquilla les yeux, elle n'avait pas spécialement envie que son Gardien la voit ainsi, car elle le connaissait. Il était le genre d'homme à porter un regard à la fois tendre mais sévère sur les gens, les choses et le plus souvent, il ne laissait pas sa gentillesse d'exprimer.

Juste avant d'aller mander Gordias, Cillian embrassa Ryme. Un baiser tendre, un peu lent, comme si le fait de joindre leurs lèvres pouvait arrêter le temps, pendant quelques instants, pour que leur petite bulle ne puisse éclater en morceaux. Mais, les bonnes choses se terminaient toujours trop vite. Le borgne ouvrit la porte avant de donner un peu de la voix, afin que l'invité sache qu'il était attendu. La voix grave, légèrement velouté de Gordias lui répondit et le cœur de Ryme se serra avec culpabilité tandis qu'elle retournait se nicher sous les couvertures. Quelques secondes plus tard, elle reconnut la manière un peu sèche, qui animait son Gardien lorsqu'il frappait aux portes. Après que Cillian l'ait autorisé à entrer, Gordias passa la porte.
Il n'avait pas changé. Il regarda rapidement la pièce, avant de s’adresser à Ryme. Lui aussi déplorait la présence de Mage Blanc sur l'île. La jeune femme serra un peu les poings sur les couvertures, les retrouvailles allaient être placées sous le signe des reproches. Cillian n'avait pas l'air à l'aise, n'importe quel inconnu penserait que les deux hommes se faisaient face naturellement, mais Ryme voyait bien que son compagnon, lui n'était guère à confortable face aux reproches qui pleuvait.

L'Invokeure détourna alors son regard vers son Gardien et fronça les sourcils. Sa voix perdue, déclarait avec une certaine autorité qu'il suffisait, mais... Tout cela n'était que dans son esprit, rien de plus. Alors, le petit ballet de sermons continue. Avec un autre homme à ses côtés, peut-être, aurait-elle était flattée : après tout, cela montrait peut-être qu'il s'était inquiété. Mais, elle ne connaissait que trop bien Cillian pour savoir que ce genre de remarques n'étaient pas les bienvenues.
Puis, vint le temps des explications : Gordias se tourna vers elle, attendant qu'elle lui fasse part des raisons de son alitement, mais aussi – et principalement, des raisons de son mutisme. Cillian fit de même, et c'est avec un léger pincement au cœur, qu'elle lui laissa raconter le déroulement des choses. Le Mage Noir écouta, puis, demanda qu'ils genre de punitions, ils envisageaient pour Marnie. Visiblement, il ne prenait pas la mesure qu'un tel acte pourrait avoir au sein de l'île. Cillian lui expliqua tant bien que mal, mais il n'avait pas l'air convaincu. Mais, le sens de la conversation changea avec une certaine virulence ; cette fois-ci, Ryme ne pouvait pas se reposer sur son compagnon pour pouvoir répondre. Elle jeta un regard un peu désolé à Cillian, accompagné un sourire légèrement triste, avant de se saisir de son cahier et du crayon.

« En effet, je compte résider sur l'île pendant quelques temps. Le temps de connaître les gens, d'imprimer des choses dans ma mémoire, mais aussi de pouvoir communier en paix avec Valefor. » écrivit-elle à l'aide de boucles élégantes. Elle passa directement le mot à Gordias. Cillian n'avait pas besoin de savoir le contenu de leur échange outre-mesure, d'autant plus qu'il connaissait déjà la réponse.

« Je ne veux pas être un Invokeur qui passe en coup de vent pour saluer la foule, recevoir des louanges. J'ai déjà connu cela en tant que Voix. Je veux connaître les gens que je veux protéger, découvrir ce monde au travers du prisme de la réalité et non celui déformé qui était le mien, il y'a encore peu de temps. » continua-t-elle d'écrire vivement, pour ne pas laisser place à toute forme de contestation.

« Je veux pouvoir vivre un peu, avant de donner ma vie pour ce monde. Mon combat n'en sera que plus juste. Si vous craignez que j'abandonne, il n'en est pas question. »
Le point final de cette phrase n'était pas si sûr. Ryme avait honte, mais... Il suffirait d'un mot, d'un geste de Cillian pour qu'elle abandonnât toute cette entreprise funeste, quand bien même cela voulait dire vivre en fugitifs. Mais, elle savait très bien qu'il ne lui demanderait jamais une chose pareille. Tout simplement parce que la vengeance qu'il avait au cœur était bien plus forte que tout les autres sentiments qu'il avait dans le cœur.

« Pourriez-vous enquêter sur notre attaque ? Réunir des informations discrètement ? Pour l'instant, je ne veux pas troubler l'ordre de cette île. Condamner une notable serait une terrible erreur. Faisons profile bas pendant quelques temps. Qu'en pensez-vous ? » elle designa à la fois Cillian et Gordias, afin qu'il puisse comprendre qu'ils devaient se passer le mot, mais également peut-être devoir travailler ensemble.

« Je pense que je devrais rentrer au temple, pour me reposer. L'un d'entre vous aurait-il, par hasard, des affaires convenables pour moi ? Je ne tiens pas à sortir dans cette tenue.
Ps : Je pourrais essayer me soigner, grâce à la magie, plus tard. Mais par sécurité, je veux faire croire au coupable qu'il a gagné, pour le moment. »
écrivit-elle sur un autre papier. Ryme hésita à le donner à Cillian, par peur de sa réaction. Il la forcerait sans doute à recouvrer la voix. Mais, elle ne pouvait pas réellement garder un tel secret. Le mensonge n'avait pas sa place entre eux. Gordias, lui comprendrait sûrement.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 645



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Lun 28 Mai 2018 - 0:53
La peau de mes mains commence doucement à me picoter. Mon regard, comme réveillé par la chaleur qui émane de mes extrémités, se détache avec un peu de peine du point du mur qu'ils semblaient trouver si intéressant il y a peu. Je regarde mes mains. La peau de mes paumes est une peu rouge. Je crois que machinalement, je les ai frottées jusqu'à ce que trop. Hum. L'ambiance dans la pièce ne me plaît pas. Je sais que je ne devrais pas être surpris de la façon d'être du prêtre devenu gardien. Si il est un ami de mon mètre, alors forcément, c'est un individu de caractère. Je doute qu'une personne placide puisse l’apprécier plus que cela. Je me doute donc bien qu'il ne doit pas être très commode. Mais je me sens mal. Pour moi, parce que j'ai vraiment l'impression d'avoir échoué dans la mission que l'univers m'avait confié. Ça peut sembler idiot, mais j'ai l'impression qu'il est déçu de moi. Vraiment. Comme si, tacitement, il m'avait confié la jeune femme le temps de son absence. Et j'ai échoué. Lamentablement. J'ai presque la même boule au ventre que quand mon père me lançait se regard froid, quand j'étais gamin. Pour elle, parce que je pense que se faire enguirlander par un vieux de l'église ne doit pas rappeler que de bons souvenirs. J'aimerai pouvoir l'épauler à cet instant précis, mais je crois que je suis trop pétrifié moi même pour faire quelque chose.

Je regarde le gardien, qui ne semble pas disposer à soit lire à voix haute, soit me faire passer les mots. Cela ne fait que renforcer mon envie de disparaître. Je regarde par la fenêtre, mon regard se fixant sur l'horizon tracé par la mer. Je me demande si je regarde dans la direction du continent. Ce qu'il peut me sembler loin. Ce qu'il me manque. Je n'ai pas envie d'abandonner Ryme, loin de là. Mais je me dis que n'importe quel endroit sur le continent serait mieux qu'ici. Et je n'exclus pas forcément la Via. La voix sèche de l'homme me sortit de ma contemplation.

« Je vois. »

J'ai le sentiment qu'il n'est pas forcément d'accord avec ce qu'il a pu lire. Mais aussi qu'il l'est. Je n'arrive pas à lire cet individu. Son regard semble être partout et nulle part à la fois, comme plongé dans une réflexion dont la portée me dépasse tellement que je me demande si je pourrai un jour me hisser à ce niveau. Sans prêter attention à moi, il pose les papiers sur le lit et se masse le menton.

« Je comprends. Et je pense que l'église n'y verra pas de soucis. »

Je fronce un peu les sourcils. Qu'est-ce qu'il comprends ? Le fait que l'église soit d'accord ne me dit rien qui vaille. Je n'aime pas vraiment être laissé hors des conversations comme ça.

« Je pense qu'ils n'ont toujours pas perdu l'espoir de vous récupérer, Ryme. Peut être pas forcément en tant que membre a part entière des Voix, mais ils ne peuvent se résoudre à perdre leur poule aux œufs d'or. Je crois qu'ils voient votre escapade comme quelque chose qui peut être retourné a leur avantage. »

Je n'aime pas ça.

« Pour le monde, vous êtes un peu l’icône des Voix. Les gens pensent à l'organisation quand ils vous regardent. Vous leur faites donc de la publicité, même si ils n'ont pas forcément besoin de ça. »

Hum. Je peux comprendre ce raisonnement malsain. Au pire, même si elle devait mourir, le destin de Ryme ne serait pas totalement perdu pour eux. Après tout, cela ferait d'elle une martyr. Une sainte, presque. Cela me retourne un peu le ventre. Au final, même quand on pense avoir échappé à son destin, on ne peux jamais vraiment défaire les chaînes. Il reprends la parole.

« C'est pour ça que j'ai quelques doutes sur le fait que vos assaillants soient liés a l'église. Cependant, je pense que tous ici connaissons Vilhatt. Je pense qu'il est tout à fait prêt à aller contre l'avis des autres, si cela signifie avoir sa revanche. Je ne peux donc pas être formel. »

Il se retourne ensuite vers moi, comme pour me demander mon avis. Je réponds d'une voix un peu cassée.

« Je ne sais pas. Il est cinglé ce type. Mais est-ce qu'il serait prêt à tuer Ryme ? Je ne sais pas. Et puis, Marnie, liée à l'église ? C'est vrai que je n'ai plus trop de souvenirs de tout ça, mais le peu que j'arrive à retrouver ne me dit pas forcément qu'elle était super croyante. Il faudra que je demande à Garan. Peut être qu'il sait, lui. »

Je me gratte les cheveux. Le visage du gardien reste impassible. Je n'arrive pas à lire ce qu'il pense de ce que j'ai pu dire. Je me tourne vers Ryme.

« Peut être. Peut être. Bref. Ryme veut rentrer au temple. Tu as des vêtements pour elle ? »

Il me tutoie maintenant ? Je ne sais pas trop quoi en penser.

« Non. On avait pas prévu de découcher après tout. Mais on peut demander à Marnie si elle a de quoi. Elles ne font pas vraiment la même taille. »

Il hausse les épaules.

« Je vais aller lui demander et dire à Garan que l'on va partir. »

Il nous regarde et sort de la pièce. Presque instantanément, j'ai l'impression que l'air devient un peu plus respirable. Je m'asseois sur le bord du lit et tends la main à Ryme.

« Je … Il est plutôt intense, comme mec, non ? Il est toujours comme ça ? »

Je soupire. Aller au temple ne me ravit pas comme idée, mais c'est toujours mieux que rester ici.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 1187



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Jeu 31 Mai 2018 - 14:02
Soudainement, le serpent insidieux de la peur était venu se glisser dans l'estomac de Ryme. Avec les paroles de son Gardien, elle réalisait combien elle n'avait jamais été libre, que tout ceci n'était qu'une parenthèse heureuse, car l'église le permettait. Sa gorge meurtrie se serra un peu tandis qu'elle perdit le fil de la conversation. Son regard bascula vers les draps froissés par ses doigts. Ce pèlerinage n'était rien de plus qu'une vaine illusion, le caprice de l'enfant adoré de Yevon. Tôt ou tard, ils reviendraient et lui prendraient tout ce qui lui était cher à commencer par Cillian.
L'idée qu'il puisse retourner dans la Via lui faisait horreur : si tel était son destin, elle préférait encore le tuer de ses propres mains plutôt que de les laisser encore une fois marcher le long de cette horrible voie.

Ryme se demanda pourquoi elle ne racontait tout simplement pas son histoire, leur histoire. Après tout, Gordias l'avait dit : elle était une icône. Mais qui la croirait ? Qui pourrait les croire ? L'église utiliserait toutes les cartes dans sa manche, jusqu'à l’excommunication. Et Ryme ne savait que trop bien ce qui se passerait dans ce cas : ils ne pourraient plus vivre sur le continent, ni même dans les îles. En perdant leur affiliation à la religion par ce biais, ils seraient encore plus mal traité que le peuple Al'Bhed. Son ventre se tordit légèrement. Elle se sentait piégée. Pire, elle avait condamner Cillian au même sort. Et bien qu'il disait que cela n'avait pas d'importance, Ryme ne l'entendait pas de cette oreille.

L'Invokeure revint dans la conversation lorsqu'elle entendit la voix de son compagnon. Bien que celle-ci était légèrement déformée, elle l'écouta attentivement. Plusieurs fois, elle eut envie de protester, de lui rappeler jusqu'où Vilhatt avait poussé la cruauté pour espérer les séparer puis les briser. Le souvenir de la balle percutant sa peau lui revint en mémoire. L'odeur de la chair brûlée également. Une bile aigre lui remonta le long de la gorge. Finalement, la perte de sa voix était peut-être une bonne chose : cela lui évitait de déverser sauvagement sa colère.
La conversation continua et empira même, lorsque Cillian proposa que l'on demandât à Marnie des vêtements. Ryme le fixe, le visage blême, mais les yeux remplit d'étincelles. Comment pouvait-il avoir cette idée ? De toutes les femmes de l'île, il fallait le demander à ELLE ? Le pire étant que cela ne semblait pas faire ciller non plus Gordias. Etait-elle entourée d'hommes insensible ou la mémoire trop courte ?

Le Gardien s'en alla sans un dernier mot. Ryme n'osa pas lui rendre son regard et préféra tourner la tête vers l'extérieur, la mer et ses roulis apaisants, plutôt que de se laisser dévorer par la colère. Le poids de Cillian s'installant sur le lit lui fit tourner la tête vers lui. Il avait l'air soulagé que Gordias s'en aille et quelque part, elle pouvait le comprendre : son gardien faisait partit de ces monstres sacrés, intimidant et qui portait un regard sévère sur les choses, les gens.
Ryme saisit tendrement la main qui lui était tendu, malgré tout. Elle hocha la tête avec un léger sourire lorsqu'il évoqua l'attitude de Gordias. Pauvre Cillian, il n'avait pas été tendre avec lui. Bien qu'elle savait qu'il était un peu attaché à elle, les raisons qui poussaient son Gardien a être aussi sévère lui était inconnues.

« Pourquoi avoir demandé des vêtements à Marnie ? » écrivit-elle d'une manière tremblante, après s'être saisit de son papier et d'un crayon. Son sourire avec disparu, son visage était fermé. Cillian ne l'avait probablement encore jamais vu ainsi, entrain de réprimer sa colère.
Après tout, bien que sa sœur était plus grande et un peu plus épaisse qu'elle, les affaires de Jienne lui aurait aussi bien que celle de Marnie. Sa gorge se serra un peu plus. Elle ne devait pas lui en vouloir, c'était sans doute sur le coup de l'émotion de voir Gordias, mais...

« Je préfère autant rentrer au temple dans cette tenue. » écrivit-elle en se relevant rapidement.

Sa robe était froissée à cause de l'eau de mer. Une bonne partie des tissus et des voilages avaient été arrachés – sans doute pour faire croire à cette théorie d'une attaque de monstre. La chevelure de Ryme lui retombait en de lourde boucle indisciplinée sur les épaules et dans le dos. En sentant sa boucle d'oreille tintinnabuler contre son cou, elle porta sa main à l'autre oreille, ne trouvant pas le lobe. Pourtant, elle avait la sensation étrange qu'il était encore là.
D'un geste un peu maladroit, elle épousseta sa robe avant d'ouvrir la porte. Elle n'avait pas envie que Cillian l'arrête ou puisse dire quoi que ce soit, alors, elle agissait dans la précipitation, presque brusquement. La jeune femme essayait de ne pas lui en vouloir, de ne pas garder de rancoeur d'autant plus qu'il l'avait déjà rassuré... Mais, c'était plus fort qu'elle. Les émotions qu'elle réprimaient depuis trop longtemps commençaient à débordé de son cœur.

Elle descendit les marches d'une manière chaotique et maladroite, tant et si bien que personne ne s'étonna de la voir arrivé près de la porte. Gordias discutait avec Marnie. Elle fusilla la concernée du regard avant de faire un léger signe à son gardien : elle partait. Jienne, mal à l'aise lui ouvrit la porte. Le sujet de son ire, quant à elle, guettait l'escalier, les yeux remplis d'espoir. Ryme ne pouvait pas lui en vouloir, tout dans son attitude criait qu'elle venait de se disputer avec lui. Heureusement pour Marnie que les regards ne suffisaient pas à être envoyé six pieds sous terre.

« Cillian, grand-père, voudrait t'inviter à dîner, ce soir. J'espère que tu viendras, ça lui ferait tellement plaisir. » la voix au loin, conclut sa phrase par un léger gloussement. Puis il y eut celle de la mère de Cillian, lui disant qu'il devait être honnoré d'avoir été ainsi invité.

Il n'en fallut pas plus que pour la colère submergea Ryme qui se dirigea vers le temple sans demander son reste. Elle adressa vaguement la parole aux personnes qui la saluèrent, mais ne prit pas la peine de poursuivre des conversations élaborées. Une fois libérée de ces obligations, elle se dirigea vers sa chambre. D'un regard, elle fit comprendre à son Gardien qu'elle ne voulait pas être dérangée. Une fois seule, elle se débarrassa de ses vêtements avant d'actionner l'eau puis de s'allonger dans la baignoire, afin de se laisser doucement recouvrir. Elle ferma les yeux, en espérant les rouvrir plus tard pour découvrir que tout cela n'était qu'un mauvais rêve.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 645



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Ven 8 Juin 2018 - 23:21
Elle fait une tête étrange. Je ne comprends pas. Qu'est-ce qui a bien pu se passer pour qu'elle s'énerve comme ça ? Est-ce que c'est quelque chose que j'ai dit ? Quelque chose que son Gardien à dit ? Ou bien est-ce qu'elle a eu une remontée de souvenirs ? Même sa façon de me tenir la main me laisse un goût étrange dans la gorge. Hum. Elle me lâche la main pour écrire quelque chose. Peut être va t'elle m'expliquer le soucis. Surtout qu'au plus elle écrit, au plus elle semble se décomposer. Je ne sais pas qui la rends dans cet état, mais je vais le tabasser..

Marnie ? Mais qui a parlé de Marnie ?

Je fronce les sourcils. Je lui ai parlé de vêtements de Jienne, non ? J'ai bien du mal à imaginer Ryme rentrer dans les vêtements de cette crevette maléfique. Et puis elles ne sont pas du tout faites pareilles. Enfin. Jienne et Marnie doivent tout les deux porter des vêtements plus grands que Ryme, mais plutôt différents. Après tout, Jienne est large, mais assez grande. Marnie, elle, est un peu une barrique, si on me passe l'expression. Je fronce les sourcils. Je n'ai pas fait cette erreur quand même, non ?

A sa réaction, peut être bien que si en fait. Elle se lève d'un bond et s'en va sans me laisser le temps de réagir. Putain de merde. Je me lève tout aussi vite et suis presque instantanément forcé de retourner contre le lit. Ma tête tourne et me fait mal. Quel enfer. Je repense au visage impassible du Gardien. Je suis sur qu'il a entendu mon erreur et qu'il a fait exprès de ne pas la corriger. Je laisse s'échapper un juron avant de me relever et de descendre. Une nausée monte d'un coup. Bordel, si ça se trouve, je suis plus atteint que ce sue je pensais. J'entends un pas lourd qui descends les escaliers et passe la porte avant de descendre les escaliers en me tenant au rebord.

Marnie ouvre sa grosse gueule. Et maman lui réponds. Un honneur ? Au fond, elle n'a pas tort. Pour n'importe qui d'autre, ce serait un honneur. Mais là maintenant, j'ai envie de plus ou moins tout plutôt que devoir être confronté à cette harpie pendant un peu trop longtemps. Et Ryme qui s'en va d'un coup. Mon œil retourne sur Marnie. Je promet devant Yevon, si les regards pouvaient tuer, il y a bien longtemps qu'elle ne serait qu'un tas de chair sur le sol. Je pousse un long soupir avant que le gardien ne passe lui aussi la porte après m'avoir lancé un regard que je n'arrive pas a sonder. Je présume qu'il va aller rechercher Ryme. Grand bien leur fasse.

Je sais que c'est moi qui ait fait une erreur. Je le comprends. Mais j'aimerai aussi qu'on comprenne que je suis une personne de base abîmée, mais qui en plus s'est fait cogner la soirée d'avant. Peut être qu'elle pourrait ne pas prendre la mouche aussi vite, la madame. Il me semble avoir été assez clair sur ce que je pense de la petite fille du chef. Je ne comprends pas comment elle peut ne pas avoir voulu comprendre ce que j'ai pu dire. Je ne suis pas pressé de la suivre, en fait. Surtout que je dois répondre à Marnie. Et comment le faire ?

« Ce serait avec plaisir. »

Ma voix est blanche. On pourrait presque croire que je suis mort à l'interieur. Ce que je suis un peu, au fond. Mais … Et j'en ai un peu honte, je ne fais que jouer avec elle. Son visage s'illumine alors que Jienne me regarde un peu étrangement.

« Malheureusement, je crois que les rues sont un peu trop dangereuses pour moi en ce moment. Tu me comprends, non ? »

C'est un peu une sorte de test. Voyons comment elle va réagir a ma remarque. Si elle est responsable de ce qui nous est arrivé, ce qui me semble de plus en plus clair au vu des réactions de mon amour, elle devrait se trahir un peu, non ? Et sa réaction … Et bien c'est une réaction. Je ne sais pas si on peut dire qu'elle s'est trahie. Mais visiblement, ma réponse ne lui plait pas vraiment. Son visage se recompose bien vite alors qu'elle réponds.

« Dommage, je suis sur que grand-père aurait été ravi de te voir. A ce qu'il parrait, vous avez des discussions en suspends. »

Les regards se tournent vers moi. De quoi est-ce qu'on pouvait bien parler, je suis bien sur que c'est la question qu'ils se posent tous. Je me passe la main dans les cheveux.

« Je comprends. Mais dans mon état, je dois avouer qu'un peu de repos me ferait le plus grand bien. Je sors à peine d'une agression après tout. Il peut le comprendre. Et puis, tu sais … Il y a plein de choses pour lesquelles je peux faire des efforts. Il y en a d'autres pour lesquelles je ne pourrait pas en faire. Comme toi. »

Elle se raidit d'un coup. Est-ce qu'elle a compris le message ? Je ne sais pas. Son « Je vois » en réponse est glacial. Et maman me fusille du regard. Mais je m'en moque. Sans porter plus attention aux autres, je passe la porte de la maison. Où est-ce que je vais aller ? Je ne sais pas.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2