Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Y a de l'orage dans l'air || Soren

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 125



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Mer 4 Juil 2018 - 16:39

La réaction de l’invokeur était celle attendue. De toute façon, Kiera ne s’attendait pas à une autre réaction de sa part. S’il avait été déterminé à partir seul, il était évident qu’il ne voudrait personne pour assurer sa sécurité. Encore moins celle d’une fugitive qu’il avait libérée sur son bon vouloir. Préférant ne rien redire à ses paroles, l’al-bhed haussa juste des épaules, laissant le jeune homme s’avancer le premier sur la plaine avant de le suivre à quelques pas de lui. Elle n’aurait pas été étonnée de le savoir penser à un plan pour se débarrasser d’elle, depuis son annonce, il semblait bien amer, contrarié par cette situation qui s’était retourné contre lui.  Souriant, Kiera pensa fortement que c’était bien fait pour sa trogne. Il n’avait qu’à être honnête et ce n’est pas en agissant comme ses pairs qu’il aurait la paix au contraire. Ce que les Bevellien pouvaient être imbus d’eux-même, orgueilleux et fier. Pourtant il n’y avait pas de quoi l’être. Mais bon, après tout, c’est connu que le pouvoir de la religion rend con.

Marchant avec insouciante sur les terres noircis de la plaine foudroyés, l’orage tonnait de plus belle, comme s’il se voulait impressionnant. Des piliers s’élevaient au loin, retenant la foudre qui menaçait de s’effondrer sur le sol pour le noircir encore plus. Kiera avait déjà entendus parler de cet endroit qui était source d’expérience pour certains, mais aussi de danger pour d’autres. Il faut dire que la foudre pouvait tomber n’importe quand, sans prévenir et se prendre celle-ci en pleine face pouvait s’avérer fatale. Alors qu’elle levait ses yeux au ciel pour mesurer le niveau de dangerosité, ses yeux s’agrandir alors. Il n’y avait pas eu comme un crépitement juste là ? « Attention ! » Sans crier gare, elle se jeta alors sur le pauvre invokeur, les faisant basculer bien plus loin en avant, évitant de justesse un éclair qui venait de foudroyer leur emplacement juste à l’instant. « Au pilier vite. » Sans même attendre son aval, la fugitive attrapa le poignet du blondinet, le traînant avec force tout en essayant d’éviter certains éclairs qui passaient à ras d’eux. Ce fut à bout de souffle, qu’ils arrivèrent enfin sous un pilier, profitant enfin de la sécurité qu’apportait ses créations de l’homme. « Un peu plus, et on finissait grillée à point. Ne me remercie pas surtout, à charge de revanche. » Examinant son corps, elle remarqua que quelques brûlures parsemait sa peau ici est là. Des brûlures superficielles certes, mais qui n’était pas à négliger. « Foutus éclairs. J’avais oublié à quels points ils étaient traîtres les salopards… » Comme une réponse à ses paroles, le tonnerre tonna de plus belle, s’écrasant sur le pilier qui semblait l’encaisser sans réagir. Profitant de cette protection, Kiera observa les environs. Tout semblait calme, pas de garde de Bevelle dans les environs, il n’y avait rien à signaler. « Bon on attend le bon moment et on fonce. Il faudra que t’apprenne à éviter la foudre sur le tas si tu ne veux pas que ton pèlerinage s’arrête là. Tu me diras… Mourir pour mourir hein… » Prenant soin d’attendre le jeune homme pour mieux le laisser passer devant, Kiera ne le laisserait pas exécuter ses plans. Elle avait dit qu’elle ne le lâcherait pas, donc elle n’était pas assez bête pour le laisser en arrière, c’était un coup à ce qu’il l’entourloupe. Traversant donc la plaine, non sans avoir faillit se faire cramer une fois ou deux, les deux aventuriers se rapprochèrent alors d’un petit campement qui semblait abriter des machines. Du made in al-bhed sans aucun doute, qui n’avait rien trouvée de mieux que de se poster sur le chemin menant au temple d’Ixion. « Tiens, je ne pensais pas croiser des confrères aussitôt. » Invitant Soren à s’approcher, deux al-bhed ne tardèrent pas à aller à leur rencontre. Si au début, leurs airs semblaient sévères et antipathiques, ils s’adoucirent aussitôt en voyant que Kiera était l’une des leurs.

« Ar cymid à due sy cuain ! Uù acd-la xia juic ymman lussa çy ? L'acd ih ehjugain yibnèc ta due ?  Juic jahaw ta Pajamma ? »
« D'ah buca tac xiacdeuhc céneaiq... Uiyec l'acd ehjugain xie ca dnuija mà, syec lranlra byc, za ciec byc cy kynteahha. Suhceain acd dnub unkiaemmaiq buin lamy. Biec di da nahtc byc  lusbdac due. Buin ih kync ta Pajamma  yjuen ih kynteah Ym-prat ? L'acd ca vuidna ti suhta. »

Il eut des rires entre les trois Al-Bhed, qui s’évanouirent aussitôt qu’ils étaient sortis. L’un des hommes essuya sa larme à l’œil, avant de reprendre avec sérieux.

« Puh ah duid lyc, técuméa, syec c'em acd byc yjal due, em buinny byc byccan. Uh myeccany byc ih sal ta Pajamma dnyjancan hudna lysbc. L'acd ih luib à la xi'em nyluhda duid à cac caspmypmac. »

Croisant ses bras tout en hochant la tête, Kiera se tourna alors vers Soren pour lui faire la traduction. Les autres hommes n’étaient pas près de se comprendre vu que chacun parlait une langue qu’il ne comprenait pas. « Je ne vais pas passer par quatre chemins. Ils n’ont pas confiance car tes un mec de Bevelle. Donc pour eux tu as interdiction de traverser leur camp. Sauf si bien sûr, tu acceptes que je te suive, dans ce cas, je glisserais que je t’accompagne bel et bien et on pourra continuer l’aventure comme de joyeux lurons. » Posant ses mains sur ses hanches, l’al-bhed toisa le blondinet d’un air satisfait avant d’ajouter pour lui. « Je te déconseille la confrontation. D’une part, parce que je ne t’aiderais pas à taper sur la gueule de mes confrères et de deux… Parce qu’ils ont l’air de travailler sur de sacrer machines. Donc si j’étais toi, je parlementerais sans chercher des noises. » Pour une fois que la situation se retournait ainsi. Généralement c’était plus les Al-bhed qui se retrouvait en mauvaise posture face à des hommes d’église est non le contraire. Ce qui rendait tout ceci amusant.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 145



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Sam 14 Juil 2018 - 21:43
Qu’importe où son regard se posait, seul ce ciel d’encre s’étendait à perte de vu. Comme une prison obscure, dont la paroi se zébrait parfois de longs éclairs blancs. Un grondement sans nom résonnait dans toute la plaine, comme une créature endormie sous les roches sombres. Puis, la foudre tomba à quelques mètres de là, vrillant son tympan. Son pèlerinage commencerait donc ici, à l’orée de cette plaine déchirée par la foudre. Si Kiera n’avait pas encore posé d’objection à la décision du jeune homme, Soren n’était pas naïf au point de croire que la jeune femme, plus têtue que polie, se conforterait gentiment à ses exigences. Mais ce problème attendrait. Pour le moment, sa priorité allait à cette plaine, et aux éclairs qui le grilleraient sur place s’il ne faisait pas attention. Soren inspira, jaugeant cette plaine qui se dressait face à lui. Il devait mettre de la distance entre lui et Bevelle, se soustraire à l’attention de ce prêtre imbu de vengeance. Et quand bien même cette plaine jouxtait Bevelle, Soren avait la conviction que les soldats rechigneraient à le suivre au-delà des éclairs.

Il s’avançait sur le sol carbonisé de la plaine, quand la voix de Kiera attira son attention. Il se retournait à peine, quand il sentit le corps de Kiera s’abattre sur lui de tout son poids. Ils basculèrent, l’épaule de Soren percutant douloureusement le sol, quand une véritable déflagration sonore résonna tout près. Il se releva rapidement, jetant un bref regard en arrière. Une trace noire marquait le sol, à l’endroit où ils se tenaient quelques instants plus tôt. Il n’attendit pas davantage, et sentant Kiera prendre son poignet, il s’élança à la suite de la demoiselle. Quand l’ombre du paratonnerre se dessina au-dessus de leurs têtes, Soren avait le souffle court. Il haleta péniblement, la respiration difficile, les paumes contre ses genoux, son corps encore épuisé par les récents événements. Malgré tout, il jeta un œil à Kiera, se fendant d’un sourire en coin quand celle-ci commenta son absence de remerciements. Néanmoins, il décida de la prendre au mot et économisa son souffle. Il se redressa finalement, observant les alentours. Un profond sentiment de solitude enveloppa son esprit, alors que de son regard émeraude, Soren découvrait cette terre désolée. Il ne restait aucune forme de vie sur cette plaine, excepté peut-être les monstres qui se tapissaient certainement dans les ombres, loin des éclats de la foudre. Seul le vacarme du tonnerre rythmait cette région sans verdure, comme si les éclairs s’acharnaient à faire taire toute forme de vie. Près de lui, Kiera observait les alentours. Puis, elle lui proposa — en quelque sorte — une ébauche de plan. Et quand la demoiselle commenta d’un sous-entendu cynique son pèlerinage, Soren se contenta d’un haussement d’épaule, lança un regard en coin à la jeune femme. « Évitons de précipiter les choses. » il n’attendit pas davantage, s’avança vers la prochaine direction : le paratonnerre suivant, à quelques mètres de là. Pendant une poignée de secondes, il songea à sa décision : prendre la route, faire ce pèlerinage… S’il avait seulement hésité un seul instant, peut-être serait-il encore dans son lit à Bevelle, au lieu d’être coincé dans cette fichue plaine. Il expira longuement, ravala ses soupirs, et retrouvant son sérieux, il reprit la route.

Ils avaient déjà bravé la moitié de la plaine, quand Soren devina les lumières qui se dessinait sous un paratonnerre. Il devinait déjà les silhouettes dans l’ombre : des formes humaines, et des créatures plus étranges. Sous les lueurs de la foudre, leurs corps luisants lançaient des reflets. Leurs mouvements étaient saccadés, suivant un rythme précis. Il se souvenait que, loin des regards, Bevelle regorgeait de ce genre de créatures. Une Makina. Ou plus exactement, des Makinas. Car depuis sa position, il devinait déjà les mouvements de plusieurs de ces automates. Pourtant, ceux-là n’avaient rien de comparable à ceux de Bevelle : plus récents, mais également moins peaufinés. Il hésita. Mais Kiera ne lui laissa pas ce luxe, l’invitant à la suivre tout en ouvrant la marche. Pressé par la demoiselle qui ne l’attendrait pas, Soren décida que rester en arrière serait pire que de la suivre, et s’avança à sa suite.

Il sentit immédiatement les regards qui se posèrent sur lui, mais ne releva pas. Même s’il ne s’était jamais dressé contre les Al-Bheds, il était le visage même de Yevon : un jeune Invokeur de Bevelle, bercé par les principes de Yevon, débutant docilement son pèlerinage à peine Sin revenu de ses cendres. Toutefois, il apprécia moins les rires qui éclatèrent, tandis que Kiera et les deux Al-Bheds parlaient dans une langue qui lui était inconnue. Il réprima pourtant toute expression qui aurait déformé son visage, restant aussi calme que d’ordinaire. Cette petite discussion terminée, Kiera se tourna enfin vers Soren. Quand elle lui expliqua la situation, son visage se referma légèrement. Il ne prononça pas un mot, posant son regard dans celui de l’homme qui avait parlé, et visiblement, qui lui interdisait le passage. Il écouta les conseils de Kiera d’une oreille, jetant un bref regard aux alentours. Ils étaient plus nombreux, et comme la jeune femme l’avait signalé, leurs machines ne semblaient pas particulièrement sympathiques. Et à dire vrai, Soren n’avait aucune intention de se battre. Pourtant, une partie de lui était inquiète à l’idée de ce camp de machines jouxtant la ville. Si les Al-Bheds restaient dans les alentours, un affrontement avec Bevelle n’était pas à exclure.

Il fixait l’homme qui avait parlé, tandis que son esprit explorait les possibilités qui se présentaient à lui. Quand ses lèvres s’ouvrirent enfin, Soren s’exprima d’une voix claire et maîtrisée, dénuée d’hostilité. « Dis-lui que ni lui, ni moi n’avons d’intérêt à ce que je retourne à Bevelle. » il prenait un risque. Si sa mise en garde était perçue comme une menace, il n’était pas impossible que les Al-Bheds s’en prenne à lui pour l’empêcher de rejoindre Bevelle. Toutefois, sa phrase était tout sauf une provocation : plutôt une réalité. « Maintenant que Sin est revenu, de nombreux Invokeurs traverseront bientôt la plaine. Et même si vous les repoussez, Bevelle enverra ses soldats. » il s’avança, son regard ne quittant pas celui de l’Al-Bhed. « Je ne préviendrais pas Bevelle. Je veux simplement rejoindre l’autre côté de la plaine. Mais suivez mon conseil : quittez cette plaine. Installez vous ailleurs. Un autre combat entre Yevon et les Al-Bheds ne profitera à personne. » il s’arrêta là, ne détournant pas le regard. Il avait parlé avec franchise, et malgré les risques, il n’éprouvait désormais plus aucun regret. Il avait été honnête, sincère, et plutôt que des menaces, il avait exprimé une réalité. Pourtant, il ignorait encore tout de l’homme face à lui, et de la façon dont ses paroles seraient perçues. Mais plus pour longtemps.

Lentement, un homme s’écarta de la foule. Il semblait âgé d’une bonne trentaine d’années, et pourtant, l’épuisement sur son visage lui en faisait paraître cinquante. Ses cheveux blonds en bataille et son regard en spiral fixèrent Soren. « Qu’est-ce que tu crois ? Comme on est des Al-Bheds, on adore être là, le cul sous les éclairs, à attendre que Bevelle nous tombe dessus ? » cette fois-ci, Soren peina à faire disparaître la surprise de son visage. Il avait été pris de court. « Crois-moi, j’ai mieux à faire que d’être là à me faire vriller les tympans par ces foutus élmyenc. » il toisa Soren. Pourtant, le jeune homme n’avait pas l’intention de se soustraire à la discussion. « Dans ce cas, que faites-vous ici ? » cette fois-ci, l’homme hésita. Il croisa les bras, détournant son regard de Soren, l’œil soucieux. Quelque chose le travaillait, une pointe d’inquiétude transparaissant dans son regard. Il pesta entre ses dents, et leva finalement son regard sur Soren. « C’est cette foutue créature. Elle dort dans le fond de la plaine. On traversait, quand elle nous est tombée dessus. Et avec ce machin qui nous guettait, impossible de rejoindre l’autre côté de la plaine… » il soupira, réprimant une colère sourde qui dormait dans l’ombre de ses paroles. « On a trouvé sa tanière, et on a décidé de la déloger. Mais quand on est entré… Cette cymubanea nous est tombé dessus. On a utilisé des explosifs pour la distraire le temps de fuir, mais la grotte s’est effondrée… et les autres sont restés coincés là-dedans. » Soren sentit le frisson qui glaça son échine. « Est-ce que… » mais immédiatement, l’Al-Bhed repoussa cette idée d’un geste de la main. « Non. Ils sont coincés dans un cul de sac, au milieu de la galerie. Mais avec la bestiole qui rôde… C’est pour ça qu’on a besoin de ça. » il désigna les machines derrière lui. « On a besoin de machines pour combattre, et d’une foreuse pour les dégager. Mais avec cette vuidia pacdeuma xie suhda my kynta… » quand il réalisa ce dont les deux hommes parlaient, l’un des autres Al-Bheds intervint. « Pucc ! L'acd ih… » mais aussitôt, l’homme se retourna vers lui. « My vansa ! Çy vyed dnuec zuinc, ce uh yddaht ahluna, emc suinnuhd mà-pyc ! » un silence de mort s’abattit dans le petit camp. Soren ne détacha pas son regard du chef Al-Bhed, et hocha la tête. « Je vais y aller. » ils échangèrent un regard. Puis, l’Al-Bhed posa son regard sur Kiera. « Buinxiue di m'yllusbykhac ? » Soren jeta un bref regard à Kiera. Même s’il ne parlait pas un mot d’Al-Bhed, il avait sa petite idée sur la question qui venait d’être posée. Avant de prendre une décision, il devait savoir s’il pouvait lui faire confiance.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 125



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Mar 17 Juil 2018 - 11:41

Expliquant la situation à Soren, Kiera c’était attenue à toutes les réactions possibles venant d’un mec de Bevelle. Indignation, révolte, colère, autorité. Elle s’attendait même à avoir toutes ses réactions en même temps, mais il n’en fut rien. Au contraire. Il avait réagi comme avec elle dans la prison. Compassion, inquiétude, et bien qu’au début, son discours pouvait être pris comme de la provocation il n’en fut rien. Les bras croisés, Kiera attendit qu’il ait fini avant de tout traduire à l’al-bhed qui semblait le regarder sans le comprendre. Son air ahuri faisait pitié à la demoiselle qui n’avait pu s’empêcher de soupirer d’exaspération. Ne pas apprendre les autres langues était une tare en soit à son goût. Comment connaître son ennemi si on était incapable de le comprendre ? Alors qu’elle allait s’exprimer — non sans quelques piques de son cru—, elle remarqua dans la foule un homme se rapprocher de leur personne. Ses pas assurés témoignaient de sa culture bien plus avancée que les autres. Lui au moins, avait compris les paroles de l’invokeur et au vus de sa stature il était le chef de ce petit groupe de bras cassé. Écoutant la confrontation des deux hommes avec soin, Kiera commença à lentement bouillonner de l’intérieur. Comme c’était fait là, Elle et Soren allait se retrouver à faire le sale boulot, mais étrangement, ce ne fut pas, par obligation de la part du chef, mais comme un accord de la part de Soren qui semblait vouloir aider ses pauvres âmes coincées dans cette tanière. Ne cachant pas sa surprise, l’al-bhed en profita pour décroiser ses bras, regardant avec intérêt l’invokeur. Elle avait remarqué qu’il était gentil, mais à ce point-là… Il finira par se faire bouffer tout cru s’il ne faisait pas attention. Reprenant une façade de neutralité quand elle sentit le regard de son confrère sur elle, Kiera recroisa les bras, face à la question de celui-ci. Ses sourcils se froncèrent, montrant que cette question ne lui plaisait guère. Il se prenait pour qui ? Pour son père ?

« Çy da nakynta byc ! L'acd byc dac uekhuhc ma jeaiq. » À peine s’était-elle exprimée, que le chef du clan avait optée lui aussi pour la même posture, croisant lui aussi les bras, tout en se montrant plus autoritaire que plus tôt.
« Çy sa nakynta zicdasahd. Di cyec la xi'uh bahca ta laiq xie dnyîha yjal m'ahhase ? Ad ahdna huic, za cyec xia di ma cyec. »
« Za vyec byc byndea ta duh lmyh, tuhl d'ac kahdem, syec di sa mâlrac mac busbac. Suh meah yjal mie ha nakynta xia sue ad z'ah ye neah à vuidna ce çy juic tévneca. »

La tension commençait à être palpable entre Kiera et le chef. Des murmures commençaient à se faire entendre et même s’ils étaient incompréhensibles pour Soren, il pouvait en déduire que c’était des réactions de personnes outrées et choquées.

« Di syhxiac byc ta bexiyhd à la xia za juec. Syec à dy bmyla, za bynmanyec ce za jaiq byc s'yddenan tac ahhiec. »
Soupirant de lassitude, Kiera relâcha alors sa posture d’un air exaspéré en signe d’abandon. Bien qu’elle fût du genre sale gosse, elle savait quand même quand s’arrêter. Et là, il aurait été plutôt mal venu de se faire des ennemis chez ses confrères. Avoir Bevelle à son cul était déjà bien assez. Alors avoir des al-bhed en plus, aurait été plus galère encore. Regardant Soren puis le chef, la rousse posa alors sa main sur sa hanche, avant de répondre avec nonchalance, non sans une pointe de mépris.

« Z'édyec ah dyima, bnêda à sa vyena aqbimcan à my Jey Binevelu xiyht em s'y cundec ta ca puinpean. Em à dahi dêda yiq bnêdnac buin s'uvvnen my mepandé. Luhdahd ? Ladda aqbmelydeuh da luhjeahd ?»

De nouveau murmure s’élevèrent, mais cette fois-ci, elle exprimait plus de la surprise, voir même de l’admiration pour certains. Face à cette annonce, le chef déporta son regard de Kiera pour fixer Soren, avant d’hocher la tête en signe d’approbation. Levant les yeux au ciel Kiera murmura quelques insultes entre ses lèvres. Elle n’aimait pas vraiment quand la situation l’obligeait à faire preuve de sympathie, mais au fond, ce n’était qu’un mal pour un bien.

« On va vous guider jusqu’à la tanière et vous donnez de quoi attirer l’attention de cette cymubanea. »
« Ouais super… On va bien s’amuser. »

Usant d’ironie, Kiera savait déjà que cet enjeu ne serait pas une partie de plaisir. Elle regrettait presque d’avoir croisée la route de ses confrères.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 145



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Jeu 26 Juil 2018 - 18:33
Il s’était tourné vers la jeune femme, guettant sa réaction. Malgré l’hésitation du groupe, le chef Al-Bhed lui offrait une chance. Il ignorait leurs paroles, mais devinait ce que cherchait l’homme qui lui faisait face : l’approbation de l’une des siennes ; une raison de faire confiance à un enfant de Yevon. Il suffisait de quelques mots de Kiera. Mais évidemment, la jeune femme s’enflamma aussitôt, répliquant d’une voix cinglante. Immédiatement, l’attention du groupe se détourna de lui, focalisée sur Kiera. Désespéré, Soren posa sa main contre son front, les doigts contre ses tempes. Et tandis que le ton montait, le jeune homme secoua la tête de dépit. Il avait beau ne pas comprendre la langue, il comprenait clairement une chose : Kiera était en train de se mettre le groupe à dos, réduisant ses efforts à néant. Il soupira longuement, suivant la discussion d’un œil désabusé.

Il fallut bien quelques minutes avant que la conversation ne change de ton. Quand Kiera décroisa enfin les bras, Soren soupira de soulagement. Quand elle répondit enfin, le silence s’empara de la foule. Puis, quelques murmures s’élevèrent. Il sentait que les regards avaient changé. Il ignorait comment, mais Kiera avait plaidé sa cause. Soren se tourna vers le chef du groupe, guettant sa réaction. Celui-ci se tourna bientôt vers lui, et lui adressa un hochement de tête. Ils travailleraient donc ensembles. Soren devina du coin de l’œil Kiera qui pestait et réprima un sourire. Puis, le chef Al-Bhed rendit finalement sa décision. Ils les conduiraient à la tanière de la bête. Soren hocha la tête.

Se retournant vers son groupe, le chef distribua quelques directives, formant le groupe qui conduiraient les deux aventuriers vers la créature. Soren profita de l’occasion, lançant un regard à Kiera. Malgré ses efforts, un petit sourire étira ses lèvres. « Je ne passerais que si j’accepte que tu m’accompagnes, c’est bien ça ? » il la fixa un instant, avant que son visage ne s’adoucisse. « Merci pour le coup de main. » sa voix était étonnamment calme, trahissant une réelle gratitude. Habitué aux faux semblants de Bevelle, la sincérité de Kiera était étonnamment agréable. « Nous sommes prêts. » la voix du chef l’arracha à ses pensées.  Soren acquiesça, et s’avança à sa suite.

« Je vous guiderais. Pendant ce temps, les autres s’occuperont des préparatifs. Quand vous aurez terminé, ils dégageront les nôtres. » ils marchaient côte à côte, Soren écoutant sans un mot. Entre deux échanges, il estima brièvement son état physique. Il se sentait encore lourd, usé, mais il était en état de se battre. Certainement pas au meilleur de sa forme, mais assez pour ne pas être un fardeau. Lentement, sa magie s’éveillait de nouveau, circulant paisiblement dans son corps. À l’inverse, il manquait encore de réflexe. Il inspira profondément. Il devrait être prudent. Quand ils arrivèrent à la périphérie du paratonnerre, l’Al-Bhed indiqua une enclave entre les murs rocheux. Il s’élança en tête de groupe, Soren à sa suite. Près d’eux, les éclairs frappaient le sol dans un vacarme assourdissant.

Quand ils arrivèrent enfin, Soren manquait de souffle. Son visage n’exprimait rien, mais sa respiration était plus difficile que d’ordinaire. Toutefois, l’obscurité de la plaine le dissimulait suffisamment pour que l’Invokeur masque son état. « C’est là. » il leva son regard, découvrant une ouverture dans la roche. Une grotte, dont l’entrée était tailladée de coups de griffe. « Vous la trouverez là-dedans. Comme une partie du chemin s’est effondrée, vous devrez suivre l’autre passage. » Soren fixa longuement le gouffre de ténèbres, puis se tourna vers le chef Al-Bhed. Il lisait de l’inquiétude sur son visage. « Attendez les autres. » il ne répondit rien, hochant la tête, conscient que les suivre causerait plus de mal que de bien. Soren échangea un regard avec Kiera, et s’enfonça dans la gueule du loup. Quand la foudre frappa la plaine, un écho terrible secoua la grotte. « Tu es sûre que tu veux venir ? » il se tourna enfin vers Kiera, profitant d’être seuls pour échanger avec elle. Il avait décidé de venir, de se battre. Cependant, la jeune femme n’avait jamais donné sa parole. Elle n’avait rien à gagner. Elle ne devait rien aux Al-Bheds. Elle avait toutes les raisons de faire demi-tour.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 125



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Ven 27 Juil 2018 - 23:22

Pestant entre ses dents, Kiera n’avait pas vraiment appréciée de s’être fait sortir les vers du nez ainsi. Certes, cela avait joué en la faveur du jeune invokeur, mais maintenant, elle avait la véritable impression de lui être redevable. C’était déjà le cas à la base, bien évidemment, mais à présent, elle avait la sale sensation qu’elle devait le traiter en héros. Et ça, ça c’était trop. Les sourcils froncés, elle avait recroisé ses bras, son index tapotant nerveusement contre sa peau. Elle ne suivait même pas ce qu’il se passait sous ses yeux, par contre, elle entendait très bien et quand Soren l’interpela elle se tourna vers lui, réprimant une grimace. Qu’est-ce qu’elle pouvait détester son sourire. Cela lui donnait l’impression d’être en face d’un sale petit con arrogant. « Ta gueule. » Inutile de dire que ses quelques mots beaux et mélodieux venait du plus profonds de son cœur. Et alors qu’elle soupira de contrariété, elle fut étonnée de voir le visage de l’autre s’adoucir avec en prime des paroles mielleuses à souhait. Tantôt il la cherchait et tantôt il faisait son gentil, faudrait savoir ce qu’il veut à force. « Ouais ouais c’est ça… Attends de voir là-bas, tu feras moins le malin. » Et pour tout avouer, elle ne le sentait pas vraiment ce plan foireux. Déjà parce que d’une, il fallait être con pour finir prisonnier d’une créature et parce que de deux… Elle avait l’impression que l’organisation était hasardeuse au possible, mais bon, peut-être qu’elle se faisait des idées. Regardant les gens s’agiter, Kiera resta là à regarder le petit groupe un bref instant avant de se tourner vers le chef et Soren. C’était à croire qu’il s’était trouvé un bon pigeon, mais le pire, c’est qu’elle ne pigeait vraiment pas pourquoi l’invokeur faisait cela. Certes, il voulait passer, mais… Est-ce que c’était réellement que pour ça ? Après tout, c’était des al-bhed qu’il était en train d’aider. Pas sûr que l’église accepte cet élan de générosité. À moins que cela n’avait que pour objectif d’avoir la protection de son clan. Si c’était le cas, c’était astucieux, mais bon des théories du complot, si elle le voulait, elle pouvait s’en faire plein, alors pour le moment, elle s’arrêta de penser et suivis le groupe sans rien dire, ses bras toujours croisés.

Ils n’avaient pas mis longtemps à atteindre la grotte ou était détenu les pauvres âmes meurtries et bien sûr, comme pour rien n’arranger les choses, le duo devait passer vers une entrée bien sombre où on y voyait aussi bien que dans le trou du cul d’un chat.« Tain la partie de plaisir quoi… » Râlant pour la forme, cela ne l’empêcha pas de se tenir à la suite de Soren, répondant à son regard par un haussement d’épaule. De toute façon, qu’est-ce qu’ils pouvaient leur arriver de plus ? Se faire kidnapper eux aussi ? Blague à part, ils auraient l’air cons si cela arrivait n’empêche. Ses tympans se faisant exploser à cause de l’écho rugissant du tonnerre, Kiera pesta une nouvelle, essayant de se concentrer avec toutes les peine du monde pour entendre Soren. Attends, il était en train de s’inquiéter pour ses états d’âmes ? Et bah, depuis sa sortie de prison, cela devait bien être une première non ? Bah qu’importe de toute façon si elle le ressentait comme cela, c’est qu’elle devait avoir raison et tout en regardant le blondinet d’un air las, elle lui répondit, main sur la hanche agrémentant son air déjà peu engageant. « Tu ne tiendrais pas si tu y vas seul. Tu as beau faire le fier, mais tu ne t’es n’es pas remis de ta petite sauterie avec ta chimère n’est-ce pas ?  T’as conscience au moins que ton comportement est totalement puéril ? En plus de te mettre en danger, tu mets les autres en danger. Mais bon, chui pas ta mère hein. Donc après tout, fait ce que tu veux. » Elle n’avait pas mâché ses mots comme à son habitude et comme à son habitude, elle se moquait bien de vexer ou non le jeune homme. Elle le trouvait juste ridicule à se voiler la face ainsi. Il n’avait rien d’un preux invokateur. Il faisait plus gosse capricieux qui ne réfléchit pas vraiment aux conséquences de ses actes. Ça va qu’elle était là pour donner un coup de main au cas où. Une chance qu’elle ne fût pas dans le coaltar. « C’est dans les gênes des gens de Bevelle d’être aussi orgueilleux ou c’est juste que vous êtes cons ? » Véritablement, c’était une vraie question, bon dicté à la façon Kiera, mais elle était réellement curieuse de savoir pourquoi il se comportait ainsi. Bon pour tout avouer elle était orgueilleuse aussi, mais à contrario, elle savait quand elle atteignait ses limites. Et c’était plus concernant ses sentiments que son état.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 145



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Dim 5 Aoû 2018 - 13:15
Il ne s’était pas attardé sur les grognements et autres délicates marques de mécontentement de Kiera. Elle était libre de ne pas le suivre. Il ne chercherait pas à la convaincre. Toutefois, ils pénétrèrent ensemble dans la grotte, s’enfonçant dans les galeries souterraines. Quand Soren reprit la parole, ils avaient déjà traversé quelques mètres sous terre. Étonnamment détaché, il demanda simplement à Kiera si elle était certaine de sa décision. Il lui laissait le choix. Elle ne s’était engagée à rien. Toutefois, la réponse fut presque immédiate. Posant une main contre sa hanche, une expression agacée sur le visage, Kiera lui répliqua que s’il restait seul, il ne tiendrait pas. Elle avait raison. Toutefois, Soren ne détourna pas le regard, fixant Kiera en réprimant le petit sourire qui se glissa sur ses lèvres. Pourtant, les paroles qui suivirent furent aussi cinglantes que réalistes. Il agissait de manière inconsidérée. Mais contre toute attente, Soren ne se braqua pas. Son regard se détourna naturellement de Kiera, comme si ces dernières paroles étaient désuètes. « C’est vrai. Mais si je ne le fais pas, qui le fera ? » il lui lança un bref regard. Sa question était posée avec une sincérité étonnante. Il ne cherchait pas à la mettre en déroute, ni même à la contredire. Il constatait. Toutefois, il n’attendit pas la réponse, se tournant vers le chemin qui se dessinait dans les ténèbres. Puis, de sa voix douce et délicate, Kiera lui demanda si la bêtise des habitants de Bevelle était le fruit de la génétique, ou une simple généralité. Soren lui répondit du tac-au-tac. « C’est ce qui arrive aux gens qui reste à Bevelle. Tu devrais faire attention, tu es restée un moment là-bas. » si sa voix était détachée, il ne se retourna pas pour autant. Concentré, il surveillait les alentours, s’interrogeant sur la créature qui rôdait dans la grotte.

Après une longue marche, Soren s’arrêta. À quelques mètres, les gravas s’amoncelaient en une épaisse paroi rocheuse. Ils avaient retrouvé la trace des Al-Bhed captifs. Ils avaient pénétré sur le territoire de la créature. Il échangea un bref regard avec Kiera, s’assurant silencieusement que la jeune femme en était arrivée à la même conclusion. Soren tira silencieusement son arme.

Quand les crocs jaillirent hors des ténèbres, Soren se recula à la dernière seconde.
La mâchoire épaisse se referma là où il se tenait un instant plus tôt. Une gueule gigantesque, dont les crocs saillants auraient déchiré n’importe quel homme en deux. Un frisson glacé remonta l’échine de l’Invokeur. Dans un réflexe insoupçonné, il leva son bras gauche en direction de la créature. Un éclat de lumière jaillit hors de sa paume, arrachant un grognement à la bête. Il ne devina que l’ombre d’un animal immense s’enfonça dans les ténèbres, au plus profond de la grotte. Un silence de mort s’installa, un parfum de fourrure roussie dans son sillage. « Qu’est-ce que… » il resta figé, de l’incompréhension dans le regard. « Quelque chose ne va pas… » il aurait été incapable de mettre des mots dessus. Pourtant, cette sensation étrange s’était ancrée dans tout son être. « … Allons-y. On sera des proies faciles si on reste immobiles. » il se tourna vers Kiera, son regard redevenu sérieux. « C’est le seul accès. Ils auront le champ libre pour libérer les autres. » il lança machinalement un regard en direction des pierres. Malgré cette pointe de préoccupation dans son regard, Soren savait que son rôle n’était pas celui-ci. Il n’était pas en mesure de les défaire de ce cercueil de roches. En revanche, il était en mesure de gagner le temps nécessaire aux Al-Bheds qui s’en chargeraient. Retrouvant sa détermination, l’Invokeur s’avança dans l’obscurité. Pourtant, il n’arrivait à se défaire de cette sensation, de ce sentiment qui s’accrochait dans un recoin de son esprit.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 125



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Ven 10 Aoû 2018 - 0:04

Elle ne s’était pas retenue de dire sa façon de penser à Soren, lui indiquant qu’il agissait plus comme un enfant gâté que comme l’adulte qu’il semblait vouloir afficher. Contre toute attente, ce n’était pas de la colère qui était sortis de la bouche du jeune blond, mais une affirmation et une question. Alors il avait réellement conscience qu’il était insouciant ? Alors là, il fallait bien avouer que ça lui trouait le cul de le voir assumer. Habituellement, elle ne tombait que sur des gens qui lui intimait de la fermer avec des menaces, ou sur d’autres qui lui affichait ses défauts avec plus de véracité, mais là, le voir aussi calme et aussi posé, il fallait avouer que c’était déstabilisant. Non pas qu’elle cherchait à le sortir de ses gongs, bien qu’un peu quand même, mais peut-être qu’au fond, elle l’avait un peu mal jugé ? En vrai, elle n’arrivait pas vraiment à le comprendre. Beaucoup se serait vexé, mais lui, il semblait juste lui répondre comme si de rien n’était, d’une voix détachée sans le moindre reproche. Cela cachait quelques choses. « Pour répondre à la première question… N’importe quel pigeon aurait pus le faire. Tu n’étais pas obligé d’être le premier et pour ton information, je suis trop culotté pour les gens de ton peuple, donc impossible pour moi de devenir comme vous. » Et de plus, son éducation avait été tellement chaotique qu’il aurait été difficile de la changer contre son avis. La preuve en était ses remarques et son sale caractère.

Continuant de suivre le jeune homme dans le silence, Kiera observait les environs avec intérêt. Il fallait quand même être un peu con pour être venus se terrer dans ce genre d’endroit, mais pour une fois, elle garda ses propos pour elle. Ce qui était plutôt étonnant la connaissant. Quand le jeune blond s’arrêta, Kiera en fit autant, regardant à son tour les gravas en contre bas. Croisant ses bras, elle avait répondu au regard de Soren d’un signe de tête. Ils avaient trouvé les captifs, restaient plus qu’à libérer le terrain pour les sortir de ce merdier. Encore fallait-il trouver la bête. Et ça, ça ne restait pas une mince affaire. Sentant une légère tension dans l’air, l’al-bhed allait pour sortir son arme, quand un mouvement attira alors son attention. Sans même attendre de savoir de quoi il s’agissait, elle s’écarta alors évitant de peu l’assaut du monstre qui semblait imposant de par sa taille et son poids. Les crocs ne se tenait qu’à quelques mètres de sa personne. Coincée contre la roche et la gueule du monstre, elle n’avait aucun moyen d’attraper son arme qui se tenait contre son dos. Mais elle savait une chose, elle n’avait aucune envie de se retrouver entre les crocs titanesques de la créature. Laissant sa main bouillonner avec rage, la rousse en profita alors pour lancer une sphère de feu dans la gueule de l’animal, remarquant que son acolyte avait aussi lancée une offensif. Sans plus de cérémonie, le monstre grogna de colère avant de se fondre à nouveau avec les ténèbres pour disparaître, sûrement le temps de se remettre pour lancer une nouvelle charge contre les deux intrus. Reprenant son souffle, Kiera se décolla alors de la paroi rocheuse, s’avançant lentement vers le chemin obscur, son regard se fronçant avec force. « Parce que tu as eu le temps de sentir quelques choses ? Parce que franchement, à part sentir que je pouvais me faire bouffer je n’ai rien sentie d’autre. Saloperie. » Son cœur continuait de battre à une vitesse irrégulière, témoignant de la trouille qu’elle avait ressentie. Il faut dire, elle ne s’était pas vraiment attendue à une attaque aussi directe de la part d’une telle créature, mais en tout cas, blondie avait raison. Il devait avancer, sinon ils resteraient des proies faciles. Hochant la tête face à se constat la jeune femme reprit donc la marche auprès de son partenaire de fortune, haussant tout bonnement les épaules concernant le sauvetage de ses pairs. « Ça c’est eux qui gère ! De toute façon, tout ce qu’ils voulaient, c’était des tarées pour occuper ce truc pendant qu’ils tentent de jouer les héros. Le reste, ils s’en foutent royalement. » Et peut-être que sur ça, elle n’avait pas tort, après tout, tout ce qu’il voulait s’était déloger leurs amis prisonniers et bizarrement, Kiera sentait que leur vie à eux, n’était qu’un petit grain de sable insignifiant dans une immense plage dorée. Surtout celle de Soren en fait. Soupirant d’exaspération, la jeune femme éleva alors sa main, laissant une flamme rougeoyante éclairer devant eux, de façon à leur permettre de voir à travers l’obscurité et de ne pas se faire avoir une deuxième fois.« Reste en arrière. » À son tour, elle sentait que quelques choses ne collaient pas dans cette histoire. Une sorte de mauvais présentiment. Mais bizarrement, elle n’arrivait à mettre le doigt dessus. « J’ai l’impression qu’il n’y a pas qu’une créature… » Elle avait l’impression d’être observée par de nombreux yeux qui la scrutaient. Le silence pesant lui donnait la chair de poule. Plus ils s’enfonçaient, plus elle ressentait ce mal-être qui lui tordait peu à peu l’estomac. Il était rare qu’elle ressente ce genre de malaise, même quand une situation lui échappait. Même face à la menace de la via purifico, elle n’avait pas ressentis de peur aussi grande. « Je le sens pas du tout… On ferait mieux de déguerpiIR…! » Soudainement, sa voix s’était faite plus forte et sans avoir le temps de comprendre ce qui lui arrivait, elle sentit son corps se faire attirer vers le sol, avant de tomber brutalement sur les fesses et de se faire tirer vers l’avant avec force, sans demander son reste. Quelques choses de froid entourant sa jambe droite. « BORDEL ! MAIS C’EST QUOI CE TRUC ! » Essayant de se débattre, l’al-bhed essaya de brûler le tentacule qui la retenait prisonnière, mais à part l’agiter dans tous les sens avec elle avec, elle n’en tira rien de plus. « MAIS VIENS M’AIDER TOI AU LIEU DE RIEN FOUTRE ! » Mais juste après ses paroles, elle sentit son corps se faire soulever, la tête en bas, son sac s’écrasant violemment contre le sol dans un fracas métallique. De l’obscurité, jaillirent des yeux qui semblaient la fixer avec envie, comme si elle était un morceau de choix à mâcher. Avant de se faire hurler dessus comme un cri de victoire ou de délectation. « Je hais quand mes pressentiments s’avèrent exacte… » Son air blasé était de retour sur son visage et à force d’être positionné ainsi, la tête en bas, le sang commença à affluer dans son cerveau lui donnant un début de mal de crâne. « Tu vas me lâcher saloperie ! » Prête à pas se laisser faire malgré tout, Kiera laissa libre court à son pouvoir de feu, espérant que l’invokeur ne la laisserait pas dans sa merde comme un gros rapiat de traître.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 145



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Ven 31 Aoû 2018 - 11:49
Selon elle, n’importe quel idiot aurait offert son aide aux Al-Bheds. Soren ne répondit rien, affichant un bref sourire. Elle était de mauvaise foi. Si près de Bevelle, personne n’aurait aidé un groupe d’Al-Bhed. Et la récente résurrection de Sin n’arrangerait rien. Mais il n’avait pas l’intention d’en débattre avec elle. Ils s’enfoncèrent donc dans les profondeurs de la grotte.

Ce fut après la découverte du piège de roches dans lequel étaient prisonniers les Al-Bheds que la créature donna l’assaut. Sa gueule immense manqua de quelques centimètres les deux partenaires, qui répliquèrent en même temps. Confrontée aux assauts des deux téméraires, la créature échappa un grognement terrible, avant de disparaitre dans les profondeurs. Soren sentait encore l’adrénaline qui courait dans ses veines, pulsée par les battements de son cœur. Toutefois, même cette bouffée de crainte ne parvint à faire disparaître ce sentiment étrange qui s’était instillé en lui, comme une sensation dérangeante et pourtant familière. Il resta interdit quelques instants, partageant à voix haute ce sentiment dérangeant, ce malaise qui l’habitait. Évidemment, la réponse cinglante de Kiera ne tarda pas à se faire entendre, et revenant doucement à la réalité, Soren proposa de reprendre la route. S’ils attendaient bêtement que la créature revienne, ils seraient des proies faciles. Sa partenaire d’infortune acquiesça, relevant néanmoins que l’excavation des Al-Bheds n’était pas son problème. Soren ne releva pas les commentaires inutiles et cinglants de Kiera, réprimant néanmoins le sourire qui pointait au bout de ses lèvres. Ils avançaient dans la pénombre que la jeune femme fit naître une flamme dans le creux de sa main, intimant à Soren de rester derrière elle. Il ne discuta pas, hanté par un mauvais pressentiment. Et visiblement, Kiera partageait cette impression. Elle fut la première à prendre la parole, suggérant que cette grotte n’était peut-être pas habitée que d’une créature. « Espérons que tu te trompes… » toutefois, il sentait cette chose qui rôdait dans l’ombre. Différente. Dangereuse. Quand Kiera suggéra de quitter les lieux, il devina à peine un mouvement dans l’obscurité. La voix de Kiera se transforma en un cri, et en une fraction de seconde, la jeune femme tomba au sol, happée dans les ténèbres. Soren resta figée sur place, tandis que les flammes de l’Al-Bhed révélaient le tentacule épais et verdâtre d’une créature. Il sentit l’adrénaline qui affluait de nouveau, tout son corps en alerte. Il savait ce qui les attendait, et déjà, il scrutait l’obscurité à la recherche de la créature. Kiera criait à pleins poumons, quand elle décolla brusquement du sol. Ses affaires tombèrent à terre dans un fracas métallique, tandis que de trop nombreuses paires d’yeux s’ouvraient dans l’obscurité. Soren s’élança. Les flammes de Kiera fusaient à la gueule de la créature, quand l’Invokeur tendit sa main en direction de la bête. Un halo de lumière jaillit du creux de sa paume, aveuglant la créature. Il devina son corps grotesque qui se tortillait dans l’obscurité, déstabilisé. Soren traversa les quelques mètres qui le séparait de Kiera, et enfonça son épée dans le tentacule qui retenait la jeune femme. Un cri terrible résonna dans la grotte, vrillant les tympans du jeune homme, tandis que la bête relâchait Kiera. « C’est plutôt toi qui es censée me protéger tu sais. » il lui adressa un petit sourire, quoique légèrement narquois, avant de lui proposer sa main pour l’aider à se redresser.

« Méfie-toi de lui. Il diffuse un poison violent. Et enfermés dans cette grotte… » si la créature répandait son gaz dans les galeries rocheuses, ils auraient toutes les peines du monde à s’extraire du poison. Il ignorait s’il existait dans les murs de pierre des fissures communiquant avec l’extérieur, ce qui aurait été leur seule chance de ne pas finir étouffés dans les volutes de fumée. Et à cet instant, il préférait faire en sorte de ne pas avoir à le découvrir. Il ramena son épée près de lui, alors que la créature se remettait de sa récente blessure. Lentement, la créature se tourna dans leur direction. Ses yeux luisaient dans l’obscurité, scrutant ces deux proies. « On doit agir vite. » Soren glissa en regard en direction de Kiera. C’était le moment de vérité. « Passe derrière. Je te fais une ouverture. » il la fixa encore un instant, puis se tourna vers la créature. Et sans perdre une seconde de plus, il s’élança dans sa direction. Son épée au poing, il avait conscience que la créature, armée de ses tentacules avaient l’avantage à mi-distance. Pour cette raison, il n’attendit pas d’être à sa portée. La lame de son épée se nimba d’une aura lumineuse, et d’un geste, il projeta l’arc de lumière ainsi formé en direction de la bête. Cette gerbe de lumière frappa les innombrables globes rouges qui les fixaient, arrachant un râle douloureux à la créature. Si cette ruse n’affaiblirait pas le monstre, elle offrirait à Kiera quelques précieuses secondes pour frapper. Il se tourna dans sa direction, attendant le prochain mouvement de sa compère, près à la suivre si elle s’élançait au corps-à-corps.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 125



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Jeu 6 Sep 2018 - 15:25

Sa cheville à l’étroit contre le tentacule qui la maintenait, la tête en bas, le corps se balançant sous ses gestes d’offensif pour sauver sa vie, Kiera avait l’habitude de se mettre dans le pétrin quelques soit l’instant ou la situation, mais là, elle devait bien avouer que pour une fois, elle aurait aimée un peu plus de chance concernant sa providence. Très franchement, qu’elle était ses chances de croiser un Xylomid dans un tel endroit ? Malheureusement c’était tombée sur elle, comme quoi avoir échappée à la Via purifico n’était pas plus de bonne augure. Heureusement pour elle dans son malheur, elle n’était pas seule et très vite le jeune homme s’élança à son secours, usant de son pouvoir de lumière et de son épée pour la tirer de ce pétrin, non sans une bonne chute et une douleur insoutenable qui lui rappelait que malgré cette dégringolade, elle était en vie. « Et je suppose que tu te crois drôle ? » Attrapant cette main qui lui était tendue, la jeune femme se releva alors non sans une grimace qui déforma son visage. Elle avait quelques éraflures et égratignures, sûrement quelques bleus qui apparaîtront le lendemain matin, mais cela lui semblait tout à par bien sûr un mal de dos terrible suivi d’un bon mal de fesse en bonne et due forme. « Sans dec ? Tu me prends vraiment pour une débile ou quoi ? Je sais de quoi ce truc est capable, merci de faire ta science infuse ailleurs. » C’est vrai, elle n’était pas aussi inculte qu’il le pensait et c’était justement pour ça qu’elle n’était pas franchement à l’aise face à cette créature. Ce genre de monstre était très aléatoire dans sa façon de se comporter et surtout totalement imprévisible. Il était impossible de savoir ce qu’il préparer et s’il y avait bien une chose sur laquelle l’al-behd était d’accord, c’était qu’elle et Soren devait agir au plus vite s’il ne voulait pas creuser leur tombe dans cet endroit. « Grouillons-nous de le buter. » Se tournant vers le blond d’un air décidé, elle le fixa un long moment à son tour, avant d’hocher la tête face à son plan d’action. Il comptait sur sa force brute donc ? Pas de problème c’était totalement dans ses cordes.

Profitant que le jeune homme s’élance vers la créature, La jeune femme fonça droit vers l’endroit où ses affaires s’étaient éparpillés et attrapa sans mal son petit marteau qui l’attendait bien sagement. Appuyant sur le bouton qui se situait sur son manche, l’arme s’allongea alors, donnant plus de prise à son propriétaire. Profitant de l’aura lumineuse, Kiera s’élança à son tour, son arme bouillonnant petit à petit pour se retrouver enflammée. Avec force, elle positionna en arrière son arme pour donner plus d’élan et renforcer encore plus la puissance de son coup, s’approchant encore plus pour mieux viser le corps de la créature vers un point stratégique — du moins c’est ce qu’elle espérait —. Laissant partir le coup, le marteau cogna alors la bête frappant tout d’abord la surface de la peau pour s’enfoncer aussi aisément que le ferait un couteau dans du beurre. Des gerbes de sang de couleur noirâtre s’échappèrent alors, tandis que le xylomid semblait hurler d’effroi et d’agonie. Le feu de l’arme s’échappa pour brûler intensément le corps du monstre qui s’embrassa petit à petit, l’obligeant à s’agiter comme un beau diable pour essayer d’étreindre ce petit incendie qui le consumait de l’intérieur. « Achève-le ! » À bout de souffle, la jeune femme s’était alors éloignée pour envoyer des sphères de feu sur la gueule du monstre de façon à l’aveugler et le ralentir, mais plus elle usait de ses pouvoirs, plus celui-ci se faisait moins violent, montrant la faiblesse dû à la fatigue qui était en train de la gagner.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 145



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Sam 22 Sep 2018 - 18:48
Considérant la réponse de Kiera suite aux mises en garde de Soren, sa chute ne l’avait visiblement pas trop secouée. À défaut d’être agréable, elle aurait au moins l’énergie nécessaire pour ce combat. Ils tombèrent néanmoins d’accord sur une chose : ils devaient faire vite. Soren exposa son plan. Kiera hocha la tête. Elle n’avait pas besoin de plus de détails. Soren s’élança.

Confiné dans les ténèbres, le Xylomid avait lâché un hurlement plaintif quand la lumière avait frappé ses innombrables globes oculaires. À défaut de vaincre la créature, ce stratagème serait l’ouverture dont Kiera avait besoin. Quand Soren se tourna en direction de la jeune femme, celle-ci avait déjà déployée son arme. Son marteau massif s’enflammait sous les effluves de magie qui se dégageaient de la demoiselle, le métal rougeoyant sous sa robe de flammes épaisses. Elle s’avança, se positionnant de manière à prendre de l’élan. Elle arma son bras. Puis, le coup fila. Jetant tout son corps dans une seule frappe, la jeune femme décocha un puissant coup de marteau dans le corps du Xylomid. Une gerbe de sang opaque se répandit le long de la paroi rocheuse, accompagnée d’un infâme parfum de calcination. Un hurlement terrible s’échappa du corps atrophié de la créature, alors les flammes se répandaient sur son corps. Kiera s’éloigna, hurlant à Soren de terminer le travail. Il hocha la tête, focalisant son attention sur la créature. Sous son regard, la bête s’agitant furieusement, les flammes illuminant la grotte dans un ballet d’ombres et de roches rougeoyantes. Soren arma son bras. Toutefois, il ne bougea pas. La créature s’avançait, se débattant contre les flammes, son corps se cambrant, comme désarticulé, pour tenter de se soustraire aux flammes. Puis, il s’élança. Sa lame s’enfonça profondément dans les globes rougeâtres qui jonchaient le crâne de la bête. Lentement, le corps du Xylomid frissonna. Puis, il s’immobilisa, s’effondrant lentement sur le sol de la grotte. Soren retira lentement son arme du crâne de la bête. Il recula, jetant un regard sur son bras armé, dont la manche était couverte du sang du monstre. Il soupira, et rejoignant Kiera d’une démarche trainante, se laissa tomber contre le sol. Son dos contre la paroi glacée lui arracha un agréable frisson, rafraîchissant son corps encore bouillonnant d’adrénaline. « Toujours envie de me suivre ? » il se tourna brièvement vers Kiera, un petit sourire aux lèvres. Puis, posant sa tête contre le mur, il expira doucement. « Donne-moi cinq minutes. » il respira doucement, se découvrant de désagréables courbatures. Il n’avait jamais autant désiré un bon lit qu’à cet instant précis. « Bien joué. » lâcha-t-il finalement. Il n’avait ni la force, ni le goût à plus de compliments. Soren resta ainsi encore quelques instants. Toutefois, il se releva bien avant que ses cinq minutes ne soient écoulées.

Sans un mot, il s’avança vers le cadavre de la bête. Puis, une fois à sa hauteur, l’Invokeur planta son épée dans le sol. Lentement, il apposa sa paume contre le pommeau de son arme. Un silence s’installa, seul le roulement lointain de la foudre s’élevant de temps à autre. Puis, comme un murmure, la voix de Soren s’éleva dans la grotte. D’abord un fredonnement. Puis, ses lèvres se délièrent, articulant d’une voix claire l’hymne des priants. Sous ses pieds, le corps du Xylomid s’égrena. Puis, une à une, les furolucioles s’échappèrent de son corps. Sous le son de sa voix, ces lucioles immatérielles l’enveloppèrent, s’agitant doucement autour de lui. Puis, elles s’élevèrent dans les cieux, s’échappant hors de cette sombre caverne. Quand la dernière note tomba enfin, il ne restait rien de ce combat. Ni cadavre. Ni furolucioles. Soren marqua un bref silence. Puis, il retira son épée du sol. Sans un mot, il se tourna vers Kiera. « Allons-y. Nous avons encore à faire. » il lança un regard vers le tunnel qui s’étendait face à eux. « Nous devons encore trouver la créature. » il s’avança, une étrange détermination dans son regard émeraude.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 125



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Sam 22 Sep 2018 - 23:00

Ses salves de feu se faisaient de moins en moins importantes, de moins en moins puissantes, mais au moins celle-ci avait permis d’aveugler encore un peu le xylomid qui se déchaînait telle une poupée désarticulée, incapable d’éteindre le feux qui embrassait son corps. Décidant de laisser la suite au jeune homme pour achever la créature. Kiera se sentait comme vaseuse, sa vue se floutant légèrement quand le blond s’élança dans son dernier assaut. Cela ne pouvait t’être que la fatigue assurément. Après tout, elle avait tout donnée contre le xylomid est avant cela, elle avait dû s’occuper de garde dans la forêt de Macalania. La magie n’était pas illimitée et à trop user de celle-ci, il y avait toujours un contre coup à encaisser. Quand le monstre s’effondra au sol, Kiera profita de son appuie sur son arme pour rester debout, le temps que le jeune homme s’avance vers elle, mais quand il s’effondra elle en fit de même, sa respiration se faisant haletante, comme si elle venait de courir un sacré marathon. Avait-elle autant abusé de son pouvoir ? Cela lui paraissait bizarre. Tirer de ses pensées par les paroles de Blondie, l’al-bhed afficha soudainement un sourire carnassier, avant de regarder le jeune homme d’un air amusé. « Tu penses qu’un ptit Xylomid de mes deux, va me faire fuir ? C’est mal me connaître. » Partageant l’amusement, la jeune femme leva aussitôt la main quand le jeune homme lui réclama cinq minutes, agitant celle-ci comme pour lui dire de prendre son temps. « Ouais pas de soucis. » Sa respiration avait du mal à se reprendre et elle avait l’impression que son cœur battait à tout rompre, comme si elle sentait la panique la submerger, ce qui était étrange. Alors, respirant fortement, la rousse calma peu à peu cette anxiété qui commençait à la l’envahir, avant de sourire à nouveau à Soren. Son sourire était fier, mais pas qu’à son égard étonnement. « Ouais t’es pas mal aussi pour un ptit religieux finalement. » profitant d’être près de ses affaires, la jeune femme profita d’être assise pour remplir de nouveau son sac, s’assurant que rien ne manquait dans tout son bordel.

Se levant à son tour pour rejoindre Soren, Kiera rétracta le manche de son marteau, s’avançant de quelques pas avant de s’arrêter en regardant la position de l’invokeur. Une voix, semblait s’évader du jeune homme, un chant qui représentait assurément le chant des priants. Regardant le blond d’un air intrigué, l’al-bhed observa alors la scène avec soin, constatant alors les furolucioles qui semblaient s’élevaient avec agilité dans les airs jusqu’à lui. C’était un tableau étonnant et pour tout avouer, c’était la première fois que Kiera voyait un invokeur à l’œuvre dans une cérémonie d’accompagnement. C’était sombre quand on connaissait la signification, mais incroyablement beau à voir. Regardant la dernière furoluciole s’élever vers le ciel, la rousse reporta son attention sur le blondinet, son visage s’hochant légèrement avant de commenter à son tour la situation. « Ouais… Espérons qu’il ne nous attend pas avec une surpri… » Remarquant que sa vision de faisait de plus en plus trouble, la jeune femme ferma un instant les yeux, secouant sa tête de gauche à droite avant de rouvrir ses yeux en spirale d’un air contrarié. De nouveau, elle semblait voir normalement ce qui la rassura intérieurement avant de reprendre. « Ouais bon, continuons notre route, ça ne sert à rien d’appréhender tant qu’on ne sait pas ce qui nous attend. » Puis décider à reprendre le cours de leur exploration, la jeune femme se mit à côté du jeune homme l’invitant alors d’un signe de tête à reprendre la voie. Plus vite il s’occuperait de la créature, plus tôt il sortirait de ce merdier. Ce qui n’était pas pour lui déplaire.

Si au début de l’investigation Kiera avait abordée une bonne cadence, elle semblait cette fois un peu plus lente, se traînant légèrement. Elle se sentait de plus en plus vaseuse au fur et à mesure qu’elle avançait, comme si son corps rejetait quelques choses. S’arrêtant contre une paroi rocheuse, elle sentait son corps frémir contre le froid de la paroi, des tremblements commençant soudainement à envahir sa jambe pour s’étendre dans ton son corps. Elle avait l’impression qu’un feu ardent était en train de la consumer, comme si ses propres flammes l’envelopper pour la dévorer. « Merde cette saloperie m’a empoissonnée… » Il n’y avait aucun autre constat possible et tout en vérifiant sa jambe, Kiera pouvait voir la marcation qui avait teinté sa peau en une couleur violacée, représentant aisément la marque de la tentacule qui l’avait maintenu. « L'acd byc jnye ! L'acd byc jnye bidyeh ! Cymubanea ta santa ! L'acd byc ma susahd ! » La colère était visible sur son visage, et alors qu’elle s’énervait tout en parlant sa langue, un spasme secoua son corps, obligeant la demoiselle à tomber au sol, sa vision se faisant de plus en plus sombre, comme si elle commençait à devenir aveugle. Tandis que sa jambe qui avait touché ne semblait plus réagir à sa volonté au niveau de sa cheville. « Poison paralysant… Il manquait plus que cela. Chiotte. » C’était le pire scénario qui pouvait tomber avec le fameux gaz de la créature, et c’est ce qui expliquait du coup son manque de vivacité concernant sa magie, mais aussi son état qui commençait à sérieusement se dégrader peu à peu. « Pas le choix, on doit trouver la créature au plus vite. Je n’ai pas envie que cet endroit devienne mon tombeau… » Faire demi-tour était risquée surtout s’il faisait dos à la créature, et à moins que Soren possédait un anti-poison sur lui, il ne pouvait faire autrement. Essayant de marcher, Kiera était plus que déterminée à en finir avec cette stupide mission, espérant que la créature n’était plus très loin à présent.

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Le continent • :: Plaine foudroyée de Gandof

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant