Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Close your Eyes (PV - Cillian)

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: L'embarcadère et la plage

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 674



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Sam 8 Sep 2018 - 18:06
Urgh. Est-ce que je suis allergique ? Je crois bien. J'ai le sentiment que ça gonfle un peu partout en moi alors que mon teint commence à vraiment virer. Pourquoi est-ce que Jienne a été foutre des trucs dont je suis allergique dans le panier ? Il va falloir que je lui en touche un ou deux mots. Voir même plusieurs. Enfin, quand le monde aura arrêté de tourner. J'ai l'impression que tout mes sens sont en overdrive. Que tout brille trop fort. Sonne trop fort. Touche trop fort. Goûte trop fort. Je dois vraiment faire un effort conscient pour ne pas repeindre les souliers de mon amour avec le contenu de mon estomac. Doucement, je m'appuie sur elle alors qu'elle me conduit jusqu'un endroit plus tranquille. Une fois par terre, le monde me semble être un peu moins pire.

Elle me demande si je lui fait confiance. Ryme, mon amour. Tu dois être la seule personne a qui je fais confiance, et encore. Alors, non, effectivement, on a pas décidé de ça quand on était petits, mais … je ne sais pas. J'ai du mal a me concentrer, c'est un peu comme si tout mes organes internes avaient envie de se faire la belle là. Elle pose un je ne sais quoi dans ma main et j'ai du mal à entendre ses explications. Je sens la force quitter mes bras. Je crois que je vais tomber dans les pommes. Elle s'éloigne de moi sans m'embrasser. Je peux la comprendre. Je dois plus ressembler à un cadavre qu'a autre chose.

D'un œil torve, je la regarde s'éloigner. Je pense que je prendrai ce qu'elle m'a donné quand ça ira un peu mieux. De toute façon, je ne sais pas si j'ai la force de bouger là maintenant. Je n'entends presque aps ce qu'ils se racontent. De toute façon, je ne sais pas si ça m’intéresserait vraiment. Enfin, là maintenant, en tout cas.

Après quelques minutes, la sensation un peu trop habituelle de l'invocation se fait sentir dans la caverne. Qu'est-ce qu'il se passe ? Est-ce qu'ils se montrent leurs pokémons ? Je ne sais pas. Mais je n'aime pas ça. Allez Cillian. C'est l'heure de bouger ton bras. D'utiliser ce que Ryme t'as donné. Allez le bras. C'est maintenant. Allez. Alleeeeeez.

Et non. Visiblement, non. Je n'ai pas assez de force. Mon sens d’araignée me fait sentir qu'on a besoin de moi. Allez. Allez. Je ferme les yeux. Je peux le faire. Je … Je crois que je sais. Doucement, je visualise le dessous de mon bras. Puis je puise en moi une forme de rage primordiale. Une petite explosion d'énergie noire bouge mon bras. Allez. Ca va le faire. Le remède va … Atterrir a coté de moi. Ugh. Merde. Merde merde merde. Allez. Encore. Quitte a ce que ça m'arrache un bras. Il faut que j'aille la sauver. Il faut que j'aille l'aider.

Rempli de colère, je concentre mon énergie. Allez. Allez. Encore plus. Et cette petite voix dans ma tête qui me hurle d'abandonner. De laisser la vie suivre son cours. Non. Je refuse. Je …

Mon énergie explose.

Je sens une silhouette se pencher sur moi. Un visage caquetant. Halbyon ? Jienne ? Doucement, la silhouette bouge son bras. Je crois que je vois ce que Ryme m'a donné dans sa main. Et la voix d'Halbyon qui retentit derrière moi.

« Bon dieu, qui es-te vous ? Qu'est-ce que c'est que ce ... »

Et une voix féminine.

« Qu'est-ce que c'est que ça ? Vilhatt ne m'avait pas parlé de ça ! »

Marnie ?

Un caquètement retentit alors qu'une sorte de fumée noire se repends dans la grotte. Puis je sens le contenu du remède me tomber dessus. Doucement, mais sûrement, mes forces reviennent. Assez pour que je me relève. Maintenant, je vois un peu mieux mon sauveteur. Qui est grand. Et … Squelettique ? Uh ? Visiblement, mon air perdu lui arrache un rire qui ressemble plus au bruit que peuvent faire deux os qui se frottent.

CELA FAIT LONGTEMPS, JEUNE MAITRE. HEUREUX DE VOIR QUE VOUS AVEZ ENFIN ACCEPTE DE ME REVOIR.

Sa voix résonne dans mon crâne. J'ai mal. J'entends le cri d'un coeurl, et la silhouette se retourne. Puis la bête pousse un petit cri aigu avant de s'effondrer au sol. La voix de Halbyon retentit en un cri de tristesse alors que celle de Marnie sonne comme du dégoût. Alors que ma vision redevient vraiment correcte, je vois une masse noire sur le sol, puis une petite rousse qui essaie tant bien que mal de ramper vers je ne sais quoi. L'attention de la forme humaine se porte sur l'ancien Invokeur, qu'elle enroule d'une fumée noire.

Encore une fois, la voix de la silouhette résonne dans ma tête.

DOIS JE LE TUER, MAITRE ? NON. PUIS-JE LE TUER ?

Je ne peux que hurler que non. Même si il semblerait qu'il ait fait du mal à Ryme, il faut qu'il nous explique. Qu'il parle. Marnie, elle, ne demande pas son reste et fuit vers la sortie de la grotte alors que la silouette disparaît dans une crissement d'air. Comme un sac de patates, Halbyon tombe au sol. Il me regarde avec un air révulsé, mais aussi surpris.

« Tu as tué Kalmia. Salaud. Tu es bien comme ton père. »

Je fronce les sourcils. De quoi est-ce qu'il parle ? Je me retourne vers l'endroit où le cœurl était tombé pour ne vois plus qu'un peu de furolucioles. La nausée s'empare encore de moi. Sans plus réfléchir, je me rue auprès de Ryme. Sans ménagement, je la soulève pour la serrer contre moi.

« C … C'était toi çà ? »

J'ai envie qu'elle me dise oui. J'ai peur. Très peur.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: L'embarcadère et la plage

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 1210



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Lun 10 Sep 2018 - 10:12
Progressivement, l'atmosphère qui régnait dans la grotte changea. Plus que les pulsations du tonnerre qui ne cessait de battre dans les veines de Ryme, un autre changement était entrain de s'opérer. Alors qu'elle se retournait pour s'assurer que Cillian était en sécurité, elle observa une nappe sombre l'entourer, le bercer, l'épouser. Il semblait lutter contre quelque chose, mais quoi ? Soudainement, la lueur familière d'un sceau d'invocation se matérialisa et des ténèbres, jaillit un être.
La silhouette se déplia, méthodiquement, entourée d'une fumée opaque. Les plis de ses vêtements empêchaient encore pleinement son visage de poindre. Mais, Ryme était sûre d'une chose, cette apparition n'était pas de bonne augure. La chaleur du lieu se dispersa, remplacé par une fraîcheur morbide. Et enfin, le visage de la chose se dévoila.

L'Invokeure se figea. La peur lui léchait les entrailles. Crispée sur son bâton, elle ne contrôlait plus son corps. Chaque tremblement lui semblait douloureux. La chimère posa son regard vide sur elle, avant de de porter son attention sur Halbyon. Il semble à Ryme, que la créature se mit à rire, dans un frottement lugubre. Son regard dépassa la silhouette cachectique pour se poser sur Cillian. Le remède qu'elle lui avait donné était brisé, par terre. Mais l'odeur des plantes ne lui parvenait pas encore, signe qu'il venait tout juste d'être administré.
Soudainement, comme si le temps reprenait sa course, Halbyon prit la parole. La voix de Marnie s'éleva à son tour, confirmant une des pires théories que Ryme avait imaginée : cette personne était affiliée à Vilhatt. Tout ce qu'il leur était arrivé, était de la faute de Vilhatt. Toute sa vie serait toujours régie par Vilhatt.

Le goût de la bile lui remonta dans la bouche et soudain, le chant des furolucioles se dit entendre. Kalmia venait de succomber. La chimère n'avait pourtant pas fait un geste. Il avait suffi d'un regard. La peur qui agitait le cœur de Ryme se tinta alors de fascination, mais également d'inquiétude : était-ce Cillian qui invoquait cette chose ? Si tel était le cas, comment pouvait-il être encore en vie ? Le contrat avec un priant aussi puissant aurait dû lui être mortel.
La fumée noire serpenta jusqu'à Halbyon, glissant au également sur elle. Sa gorge se serra, l'air se fit soudainement rare. Un tremblement funeste agita son corps. Ryme avait l'impression de suffoquer. Machinalement, elle tenta de s'échapper, répondant à ses plus bas instincts.

Un cri, rauque et puissant, s'échappa de la gorge de Cillian. Sa voix se brisa légèrement sous le poids du son. La fumée se replia, comme la marée quittant la terre. Marnie s'éclipsa tandis qu'Halbyon, tombait au sol, les yeux rivés sur Cillian. Un regard de haine, de surprise mais aussi de peine.
Le corps et les sens encore engourdies par la présence de la chimère, Ryme ne remarqua pas les cris de deuil qu'il poussait. Elle réalisa que Cillian était auprès d'elle uniquement lorsque ce dernier la souleva doucement avant de la plaquer contre lui, dans une étreinte à la force non mesurée. Il lui demanda si, cette chimère était la sienne. Dans son œil, brillait la lueur de la peur. Comment pouvait-il porter en lui, une pareille puissance sans que cette dernière ne se manifeste ?

« Non. Et j'ignore tout de cette chimère. » répondit-elle d'un soupire, comme si elle venait de retrouver le moyen de respirer.
« Je crois, qu'elle vit en toi. » ajouta-t-elle en s'éloignant un peu, pour l'observer.
Comment avait-elle fait pour ne pas remarquer cette puissance ? Etait-ce de cette chose qu'il tirait sa puissance ? L'avait rencontré dans la Via Purifico ?

Du coin de l'oeil, elle remarqua la silhouette d'Halbyon se rapprocher d'eux rapidement. Armé d'une pierre, il avait engagé son poing, mais son coup rencontra le bouclier, créer par un sort de protection, que Ryme venait de lancé. Le roc se fendit en plusieurs morceaux qui tombèrent à terre sous la violence de l'impact. Dans un râle vindicatif, il recula, observa son poignet tordu. Lentement, la jeune femme se détacha de Cillian, se plaçant à ses côtés. Son visage portait avec grâce, une colère froide, sourde, muette. Cette homme, qui avait été une partie du passé de son compagnon, comment osait-il se retourner contre lui ? Qu'avait bien pu lui promettre l'église ?

« C'est pas juste. C'est pas juste. C'est pas juste, répétait-il en boucle, tel un mantra.
— Je comprends ta colère, lui répondit Ryme en lâchant la main de Cillian pour s'approcher de lui précautieusement.
— Je ne pourrais pas avoir ce qu'on m'a promis... les larmes se mirent à couler le long de ses joues maigres et creusées.
— De quoi parles-tu ? L'Invokeure se pencha sur lui, déposant une main amicale sur son épaule, qu'il repoussa avec force.
— Marnie m'avait promis... Promis que... Kalmia... Elle... On... La tuerait. »
Ryme se retourna vers Cillian, elle n'était pas sûre de comprendre, même si, au fond d'elle, l'esquisse de la réponse commençait à se former.

« Elle n'a jamais été envoyée... Kalmia est un monstre maintenant. On m'avait promis de lui apporter le repos. Parce que moi... J'peux pas... » finit-il par avouer, d'une voix tremblante. « Ne t'approche pas !! J'veux pas de ta pitié ! » enchaîna-t-il, en se recroquevillait alors qu'encore une fois, Ryme étendait la main vers lui.

Résignée, l'Invokeure se releva et retourna auprès de Cillian. Son cœur était lourd.

« Halbyon... As-tu réellement fait partie de la vie de Cillian, où était-ce un mensonge ? Cette sphère, était-ce un mensonge ? Demanda-t-elle d'une voix douce une fois le trémolo dans ses sanglots passé.
Je... La sphère est fausse. C'est un montage. Mais, je l'ai connu. Et je le connais encore. Kalmia, elle t'adorait. C'est elle qui t'a apprit à t'battre.
Pourquoi ? Pourquoi faire tout ça ? Pourquoi jouer le jeu de Marnie, malgré tout ?
— Parce que même si j'taime comme si tu étais mon gamin... J'aime Kalmia encore plus... »

La réponse d'Halbyon, ainsi que son regard pour Cillian touchèrent Ryme en plein cœur. Elle le comprenait. Pour un jour de plus avec lui, l'Invokeure était prête à bien des sacrifices. Même entretenir un amour factice pour un homme qu'elle méprisait. Doucement, elle serra son bâton. Elle et l'homme perdu en face d'elle. Il n'y avait aucune différence.

« Qu'est-ce qu'on devrait faire ? »  murmura Ryme à l'oreille de son compagnon.
« On a enfin la preuve que Marnie est malveillante. Mais il serait injuste de le punir, lui. »

Elle détourna le regard avec Halbyon. Ses pupilles étaient neutres. Mais elle réalisait douloureusement combien l'amour pouvait être autant un poison qu'une bénédiction.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: L'embarcadère et la plage

avatar

Classe : Chevalier Noir

Points de rang : 674



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Monsieur tout le monde

le Lun 17 Sep 2018 - 23:26
Non. Sa réponse fends le silence relatif comme la lame d'un coutelas. Non. Ce n'est pas s a chimère. Ce n'est pas elle. Et si ce n'est elle, c'est moi. Forcément. Je ferme les yeux alors que le raclement sinistre des ossements résonne encore dans mes tympans. J'ai comme la nausée, mais je ne sais pas si ce sont les fruits, un éventuel poison, ou un sentiment beaucoup plus primaire et primal. Un impact sourd me sort de cette espèce de rêverie. De transe. Qu'est-ce que c'est ? Mon regard presque perdu se porte ensuite sur le vieil homme, qui semble être la source du boucan. Il est encore vivant lui ? Le sang brûlant qui tambourine dans me veines comme un démon réclame que cet état de fait soit rapidement changé. Ce n'est que la présence rassurante de Ryme a mes côtés qui fait que le vieillard est encore en vie.

Il se plaint que ce n'est pas juste. Qu'est-ce qui n'est pas juste ? Que de jeunes gens qui n'ont rien demandé a personne se fassent agresser sans raison autre que l'aigreur malsaine d'un vieux prêtre malade mentalement ? Ryme dit qu'elle comprends sa colère. Moi pas. Il a décidé pour je ne sais quelle raison de toute façon non recevable de me trahir pour ce qui est vraisemblablement Vilhatt. Je n'ai pas de preuves que notre prêtre préféré est la source de ces maux, mais pour l'instant, on peut dire qu'il fait carton plein. Pas de raisons que ça change. Il s'explique. On lui aurait promis des choses. D'envoyer sa femme. Je serre les dents. Égoïsme. Égoïsme pur et simple.

Toujours ce mal qui ravage notre monde.

Et il ose me dire qu'il m'aime. Conneries. Mensonges. Mon sang bout encore un peu plus. Mes mains se serrent jusqu'à ce que mes ongles fassent couler mon propre sang. Si je ne me retiens, c'est que par miracle. Ryme se monte vers mon oreille et me pose une question.

Injuste ? Injuste ?

La voix remplie de venir, je réponds.

« Ce qui serait injuste, c'est qu'il s'en sorte sans rien. »

Mon regard le transperce alors que ma colère fait naître cette sombre énergie autour de mon bras.

« N'oses plus jamais dire que tu m'aimes, vieil homme. Et remercie Ryme que je ne te brise pas comme la branche pourrie que tu es. »

J'ai le sentiment que, pour la première fois de ma vie, l'état vacillant de ma santé mentale me sert plus qu'il ne me dessert. Au final, aucune des choses positives que je serai sensé ressentir pour lui n'est là pour retenir ma fureur.

« Que tu essaies de me faire du mal, passe encore. Je ne comprends pas ce que j'ai a voir dans cette histoire avec ta femme, mais … J'ai l’habitude de devoir essuyer les folies des autres. »

Mon autre main serre doucement l'épaule de Ryme. Je ne sais pas comment lui faire comprendre autrement que je ne parle pas d'une folie venant d'elle. Je parle clairement de la folie de Vilhatt.

« Mais tu as attaqué Ryme. Tu as attaqué ma Kalmia. Quel était le plan ? La tuer ? Ou pire, la renvoyer à ton maître ? »

J'espère qu'expliqué comme ça, il va comprendre ce qu'il a fait.

« Crois moi, vieil homme. Être sous la forme d'un monstre, c'est mille fois mieux que les horreurs malsaines que ton maître a prévu pour Ryme ou moi. »

Ma voix craque un peu.

« Merde. Tu sais ce que c'est, souffrir. Comment peux tu vouloir imposer ça a d'autres ? Quel genre de sombre folie te possède ? »

Je crache a ses pieds, presque sur lui.

« Tu vas venir avec nous. Tu vas avouer aux autorités tout ce qui s'est passé, sauf le nom de votre maître. Et tu va te sentir heureux de ne pas avoir a subir ce que Marnie va devoir subir. »

Je ne sais pas si je vais mettre ces menaces a exécutions, mais autant qu'il y croie. Je regarde Ryme.

« Le laisse à la justice des hommes plutôt que la mienne, c'est le mieux que je puisse faire. Si je m'écoutais, je l'enverrai directement retrouver sa femme qui semble tant lui manquer. »

Mon regard est plein d'une tristesse que je ne lui montre qu'a elle. Même si il le mérite un million de fois, je n'aime pas être comme ça, au fond. Le vieillard se met à pleurer, mais je m'en moque. Il a fait ses choix. En connaissance de cause.

Un bruit de pas me fait sursauter. Plusieurs, en fait. Une petite troupe, dont mes gamins et Jienne, arrivent vers depuis une des issues de la grotte.

« Cillian ? Ryme ! Vous allez bien ? »

Rapidement, ils se mettent autour de nous.

« Marnie est venue nous prévenir. Il semblerait qu'elle se baladait dans le coin quand elle a entendu du bruit et a vu Halbyon vous attaquer. A ce qu'il parait, il voulait venger sa femme, ou je sais pas quoi ? »

Elle regarde le vieillard, puis nous.

« Au moins, ça a l'air d'aller. Il ne t'as pas fait de mal, Ryme ? »

On peut voir sur le visage de ma sœur qu'elle est mortifiée. Je crois qu'elle s'était imaginée beaucoup de fins pour son petit pique nique improvisé, mais pas celle çi. Décidément ... Je regarde Ryme, et je sens qu'un sourire aurait pu naître sur mes lèvres, si la situation était autre. Je trouve ça presque mignon, que Jienne s'inquiète plus pour Ryme que pour moi. J'ai le sentiment qu'elle l'aime bien. J'irai presque dire, comme un soeur. Doucement, les gamins se referment autour de Halbyon, qui semble ne pas tenter de luter ou quoi que ce soit. Avant que les gamins le soulève et le tire vers la sortie, il tente un dernier regard plein de tristesse dans ma direction. regard que j'ignore royalement.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: L'embarcadère et la plage



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: L'embarcadère et la plage

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2