Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Pour un instant de répit [Pv: Kiera]

 :: Spira - Le continent • :: Guadosalam :: L'auberge du Passage

Soren

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 175



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Mar 20 Nov 2018 - 23:47
Les roues du chariot frottaient contre la roche irrégulière du chemin qui traversait la plaine. Cela faisait bientôt une heure que Soren dormait à l’arrière du chariot, son corps s’agitant au rythme des secousses. Mais lorsque l’une des roues du convoi traversa un chaos, secouant davantage les deux nouveaux passagers, un bruit sourd raisonna à l’arrière de la caravane. Soren porta une main au sommet de son crâne, échappant un gémissement plaintif. « Ça va ? » l’Invokeur lança un regard vers l’homme qui venait de prendre la parole, grognant quelques mots incompréhensibles en guise de réponse. Il ramena une main devant son visage, se protégeant de la lumière, tout en découvrant le goût pâteux dans sa bouche, et la désagréable sensation d’un filet de bave au coin de ses lèvres. « Berk… » il se décrassa machinalement, ayant abandonné depuis quelques heures déjà la notion même de propreté. Puis, retrouvant doucement ses esprits, Soren regarda autour de lui.

Plusieurs caisses de marchandise. Kiera. Et l’homme qui conduisait. Il resitua avec toute la peine du monde la raison pour laquelle un parfait inconnu leur servait de chauffeur, jusqu’à ce que ses souvenirs lui reviennent. La grotte. Le combat. Le poison. Et… La caravane, dans laquelle il s’était endormi. Soren frotta machinalement ses paupières, puis jeta un œil vers le paysage qui se dessinait à l’arrière. S’ils étaient toujours dans la Plaine Foudroyée, l’Invokeur devait bien admettre qu’il ne reconnaissait ni la disposition des tours, ni les quelques éléments qui lui servaient de repère dans le paysage. Il avait dormi longtemps, et même s’il aurait souhaité le savoir, il ne trouva ni l’envie, ni le courage de demander combien de temps. Et même s’il ne l’avouait pas, jouer la carte du réveil difficile lui évitait d’aborder, de près ou de loin, la question de la place de Kiera dans la suite de son pèlerinage. À ce moment, la voix du cochet s’éleva. « On est arrivé. » immédiatement, le regard de Soren retrouva un semblant d’intérêt. Il fut incapable de dissimuler l’excitation dans son regard quand il s’avança vers l’avant du convoi, redécouvrant la ville de Guadosalam. Les racines noueuses qui formaient la ville s’enroulaient entre elles, irradiées par les lueurs entre bleu et vert qui se diffusaient au loin.

Après quelques minutes et une brève conversation avec les gardes de la ville, la caravane marchande s’arrêta dans l’une des artères de Guadosalam. Soren descendit le premier, et attendit que Kiera pose le pied à terre. « Pars devant. Je te rejoins. » il s’avança vers l’avant du chariot, trouvant le marchand qui lui adressa un large sourire. « Merci. Je m'excuse de ne pas avoir été très présent, la journée a été longue. » l’homme agita la main de bon cœur. « C’est rien vous savez. Eh puis, si j’peux aider. » Soren lui rendit un sourire et s’inclina respectueusement. Il allait prendre congé, quand la voix s’éleva à nouveau. « Et puis, c’pas tous les jours qu’on rencontre un Invokeur. D’ailleurs, si vous avez b’soin de quelques produits pour votre pèlerinage… Ça vous éviterait peut-être de vous r’trouver encore dans ce genre de situation ? Et justement… » Soren soupira intérieurement. Malgré tout le temps de repos dont il avait disposé lors du voyage, il ne rêvait que d’une chose : une douche, et un lit confortable. Pourtant, sans doute animé d’un quelconque sentiment de gratitude, il fut incapable de partir en abandonnant ce marchand à son monologue. Il hochait de temps à autre la tête, luttant de toutes ses forces contre ses paupières qui se fermaient, attendant la délivrance tant attendue.

 :: Spira - Le continent • :: Guadosalam :: L'auberge du Passage

Kiera

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 155



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Jeu 22 Nov 2018 - 21:38

Le paysage défilait à une allure raisonnable, donnant enfin la véritable impression de s’éloigner de cet endroit gris et morne. Ayant fait croire à un sommeil profond, Kiera profitait enfin du calme et du silence, loin des piaillements de leur faux samaritain. Les bras croisés, son visage était tourné vers l’ouverture qu’offrait la carriole. De temps à autre, elle voyait l’éclat vivace des éclairs, mais heureusement pour elle, ses yeux étaient encore protégés par ses lunettes de soleil. Ce qui l’empêchait de se faire éblouir violemment. Alors que son esprit semblait vagabonder, la caravane s’agita brutalement, manquant de la faire tomber, ce qu’elle évita de justesse. Ce qui ne fut pas le cas de Soren, qui était tombé dans un bruit de fracas. Se tournant vers lui, Kiera n’avait pu s’empêcher d’afficher un sourire qui était véritablement moqueur. Qu’il était charmant avec son air ensommeillé et son filé de bave en coin de lèvre. Un vrai prince charmant. Retenant de s’esclaffer, la jeune femme ravala sa mesquinerie, laissant seul le marchand, s’inquiéter de l’état du pauvre invokeur. Recroisant les bras, l’al-bhed profita de la noirceur de ses verres pour regarder nonchalamment le jeune blond. Il semblait encore engourdi par le sommeil, chose qui ne l’étonnait pas plus que ça. Il en avait dépensé de l’énergie et depuis leur départ de Bevelle, ils ne s’étaient pas vraiment reposés, à part quelques heures. Ce qui était peu quand on y pensait. Il devait vraiment être au bout du rouleau. Quand la voix du marchand indiqua leur arrivée, Kiera en profita alors pour se relever, grimaçant légèrement face à la douleur de ses membres. Elle aussi avait besoin de repos, car même si l’anti venin avait nettoyé son organisme, il devait en rester quelques traces, bien que très minime. Ce qui était plus rassurant. Descendant juste après l’invokeur, la jeune femme hocha simplement la tête face à ses directives. Prendre une chambre et dormir, ça, c’était l’un des meilleurs plans qu’ils avaient eu depuis leur collaboration. Ne cherchant pas midi à quatorze heures, Kiera se dirigea vers la première auberge qui se présentait dans le coin. Avantage, elle n’était pas loin de la place où leur sauveur s’était arrêté, ce qui évitait un trop long chemin. Se présentant à l’accueil, la jeune femme, fit face à une guados qui semblait aimable en apparence, mais comme tout adorateur de Yevon, ce n’était qu’en apparence. Car si jamais la jeune femme aurait l’audace de montrer ses origines, pour sûre qu’elle serait traitée comme une pestiférée.

« Il me faudrait une chambre avec deux lits. »
« Bonjour… » Saluant la rousse, la guados l’observa de haut en bas, avant de s’exclamer avec un sourire faux. « Ça vous fera cinq-cents gils s’il vous plait. »
« À ce tarif j’espère que vous avez des meubles en or. Je vais voir si mon invokeur à de quoi vous régler. »  
« Oh ! Vous êtes une gardienne ? Hum, dans ce cas, je peux, peut-être vous faire une baisse de tarif. »

C’est fou à quel point le mot invokeur peut vous ouvrir des portes, et pour la peine, Kiera n’allait pas s’en priver. Et ce fut sans scrupules qu’elle négocia avec l’aubergiste, usant de leur histoire quelque peu modifiée, pour se voir offrir quelques grâces supplémentaires. Clefs en main, la jeune femme se dirigea alors au-dehors de la bâtisse pour retrouver Soren, remarquant qu’il n’était toujours pas présent à l’accueil. Observant les horizons, ce fut quand elle le vit encore avec le marchand, qu’elle soupira d’exaspération. Il ne savait pas se décommander ou quoi ? S’approchant de Blondie, elle choppa celui-ci sans aucune douceur par le bras, sa main s’élevant vers le marchand pour le saluer d’un air impoli. « Oui, c’est ça blablabla, merci pour la balade, aller au revoir. » Puis sans attendre, elle tira l’invokeur avec elle, obligeant celui-ci à la suivre jusqu’à l’auberge, pour enfin s’enfermer dans leur chambre fraîchement acquise. Elle avait eu assez de sociabilisation pour aujourd’hui. Ouvrant la porte, la jeune femme s’engouffra dans la pièce, jetant son sac au sol sans demander son reste, ainsi que sa veste. Puis, elle s’effondra sur le lit, laissant échapper un grognement de plaisance, avant d’annoncer, la voix à moitié étouffée par son oreiller. « Bonne nuit, moi je pionce. » Elle se sentait sale et aurait voulu profiter d’une douche méritée, mais elle n’avait pas la force de se traîner jusqu’à la salle d’eau et encore moins de prendre un bain où, elle risquerait de s’endormir dedans. Elle avait tenu le temps du trajet, il était maintenant temps pour elle de reprendre des forces à son tour. Ce fut sans attendre que Morphée l’emportât rapidement, lui permettant d’enfin profiter d’un repos bien mérité après tous ses efforts.

 :: Spira - Le continent • :: Guadosalam :: L'auberge du Passage

Soren

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 175



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Ven 23 Nov 2018 - 0:31
Près de l’auberge, Soren écoutait bêtement les propos du marchand. Incapable de distinguer la moindre phrase dans l’insoutenable borborygme de mots qui s’échappaient des lèvres dudit hommes, il hochait maladroitement la tête, luttant contre la fatigue qui l’oppressait. S’il avait été dans d’autres circonstances, il aurait certainement été plus reconnaissant envers celui qui les avait ramenés en ville, ou tout du moins aurait-il trouvé une façon correcte de mettre un terme à la conversation. Mais dans son état, Soren était de l’un comme de l’autre. Ce fut finalement la main qui se referma sur son bras qui l’arracha à sa conversation. Il identifia rapidement la tignasse rouge de sa sauveuse. Soren soupira de soulagement, remerciant intérieurement Kiera pour son manque de savoir-être et son ton cassant. Entrainé à l’intérieur par la demoiselle, Soren adressa un signe maladroit de la main au marchand. Celui-ci n’avait pas bougé, médusé, et certainement vexé par ce soudain retournement de situation. Toutefois, Soren ne parvint pas à éprouver une once de compassion à son égard.

Quand la porte de la chambre se referma, Soren éprouva un profond sentiment de soulagement. Enfin. Un lit. Une couette. Une salle de bain. Près de lui, Kiera se laissa littéralement tomber dans son lit : le matelas l’accueillit avec un moelleux qui manqua de faire s’effondrer toute la résolution de Soren à prendre une douche bien méritée. Il lutta de toutes ses forces, et trouva finalement le courage — à regret — de veiller encore quelques minutes. « Ouais. Bonne nuit. »

Les premières gouttes d’eau qui ruisselèrent sur sa peau lui prodiguèrent un véritable sentiment de délice. Il avait l’impression que chaque fibre de son corps s’étirait longuement, le soulageant des courbatures qui l’accablaient. Il passa son visage sous l’eau, et remonta la température de quelques degrés. Une fine couchée de buée se formée sur les vitres de la salle de bain, et il s’en moquait éperdument. Il passa une main dans ses cheveux, ramenant sa tignasse blonde contre sa nuque. Il avait quitté Bevelle. Pourtant, les choses ne s’étaient pas déroulées comme prévues. D’abord Macalania. Puis l’épisode de la Plaine Foudroyée. Il passa une main sur son visage, chassant l’eau, profitant des quelques bribes d’énergie que lui offraient sa douche brûlante pour reprendre le cours des événements. Il avait été idiot : et pour sa naïveté, et pour ses décisions. Kiera avait frôlé la mort. Il avait parfaitement conscience de la culpabilité qui lui nouait l’estomac, et quand bien même sa première intention était de mettre la jeune femme à l’écart, il n’arrivait plus à se résoudre à cette idée. Il pesta, et rinça abondement son visage. En vain. Il soupira, et posa son regard sur ses paumes ouvertes. Il ne pouvait pas réécrire le passé. Il resta ainsi quelques instant, immobile, et décida finalement qu’il avait besoin de repos. Soren se délassa le temps de quelques minutes supplémentaires, puis, une fois lavé, il s’extirpa à contrecœur de la douche.

Séché, sa tignasse blonde encore légèrement humide, Soren s’extirpa finalement de la salle de bain. Il avait enfilé un pyjama digne de son rang d’Invokeur : une vieille chemise blanche et un short noir délavé par le temps. Puis, à bout de force, il s’écroula dans son lit. La surface moelleuse de son matelas l’étreignit avec tendresse, lui arrachant un grognement d’aise. Il s’emmitoufla dans une couette épaisse et tiède, et sentit aussitôt son corps sombrer dans le sommeil. Il s’enveloppa dans les draps, et ne résista pas une seconde de plus. Un instant plus tard, Soren sombrait dans un sommeil profond, ignorant alors que sa nuit de sommeil durerait plus de vingt-quatre heures.

 :: Spira - Le continent • :: Guadosalam :: L'auberge du Passage

Kiera

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 155



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Ven 7 Déc 2018 - 17:28

Les premiers rayons de lumière du soleil filtraient doucement à travers la fenêtre de la chambre, se déposant sur le corps de Kiera, qui eut d’autre réaction que de grogner de mécontentement, son visage s’enfouissant alors dans son oreiller. Comme pour se cacher de cette agression, tout en voulant profiter de quelques minutes supplémentaires de sommeil. Malheureusement, et comme à son habitude, dès qu’elle était tirée de son sommeil, il n’y avait rien n’a faire. Elle ne pourrait se rendormir. Se relevant donc avec difficulté, la jeune femme bailla alors à s’en décrocher sa mâchoire, son corps s’étirant juste après pour détendre tous ses muscles qui avaient apprécié cette bonne nuit de sommeil. Bien que la nuit eût été une bonne chose, son réveil était des plus brutales. Elle sentait mauvais, en plus de se sentir poisseuse et collante. C’est vrai qu’elle s’était endormie sans même prendre la peine de se doucher. Il faut dire, elle avait été tellement éreintée à tenir éveiller pour deux, qu’elle n’avait pas eu le courage de faire plus que nécessaire ce soir-là. Regardant le lit voisin pour constater que le jeune homme dormait à poings fermés, Kiera s’extirpa alors de son lit, attrapant négligemment son sac et sa veste pour se diriger droit vers la salle de bain, son corps réclamant maintenant une douche bien méritée. Se déshabillant sans plus de cérémonie, l’al-bhed déposa ses affaires dans le lavabo, ses jambes se dirigeant droit vers la cabine qui lui tendait les bras. Un tour du robinet et l’eau s’écoulèrent en cascade dans ses cheveux avant de se déverser le long de son corps. Si au début elle était légèrement froide, elle devint de plus en plus chaude au fur et à mesure qu’elle tombait en trombe. Détendant enfin ses pauvres muscles qui appréciaient ce contact bienvenu.

Attrapant un petit tabouret prévu à cet effet, la demoiselle s’installa alors dessus, s’appliquant à nettoyer sa pauvre crinière de feu avant de s’atteler au reste de son corps qui contenait encore la crasse et la sueur de leur palpitante aventure. Sentant enfin l’odeur du propre l’envahir, Kiera resta quelques instants ainsi sous la douche à profiter de ce moment de tranquillité. Quand elle y pensait, c’était vraiment dingue ce qu’il lui était arrivé. En peu de temps même pas, elle était passée de « prisonnière condamnée. » à « Fugitive à cause d’un invokeur rebelle ». Bien sûr, cela n’avait pas été dit aussi explicitement, mais dans les faits, cela devait être le cas. Après tout, si les soldats de Bevelle avaient été jusqu’à fouiller le chariot du marchand qui les avait menées ici, c’est que cela n’était pas un mystère. « La barbe… Je n’ai pas fini d’avoir des emmerdes. » Soupirant d’exaspération, la jeune déposa son visage contre l’une de ses mains, son regard vert en spirale se perdant alors dans le vide, comme si elle cherchait une sorte de solution. Qu’elle soit seule ou sans Soren, son sort serait le même, elle serait recherchée, sûrement pour être jetée comme il se doit à la via purifico. Mais dans tous les cas, pourquoi ne pas l’avoir arrêtée à nouveau quand elle attendait gentiment blondie ? « Tout simplement parce que l’autre gogol n’était pas encore là… » Répondant toute seule à sa question, Kiera soupira à nouveau, non sans afficher un air contrarié. Si ce vieux schnoque c’était préoccupé de son cul, sûrement qu’ils auraient été plus tranquille, mais bon, ce qui était fait, était fait, pour l’heure, ils devaient se remettre de leur émotion, se reposer, et discuter ensemble de la marche à suivre. Ce qui ne semblait pas être gagné à vrai dire. Sortant de la douche avec des vêtements propres, la jeune femme enfila un haut un grand qui découvrait ses épaules, suivis d’un short qui faisait vraiment mini, découvrant ses longues jambes. Domptant ses cheveux, elle opta pour une queue-de-cheval, habillant ses yeux de ses lunettes de soleil avant de descendre pour se prendre de quoi se nourrir. N’ayant pas mangée le soir même, il aurait été de mentir que de dire qu’elle n’avait pas faim. Surtout qu’il était exactement midi-passée.

La journée se passa, sans que le jeune blond se réveille, ce qui n’inquiéta pas vraiment l’al-bhed qui vaquait à ses occupations en attendant le soir. Ce ne fut que le lendemain, qu’elle attendit patiemment sur un fauteuil que le jeune homme daigne enfin ouvrir les yeux. Concentrée sur le bidouillage d’une sphère étrange, la jeune femme avait opté pour une tenue beaucoup plus décontracte cette fois. Elle avait toujours son haut aux épaules dénudées qui descendait jusqu’à son bassin, celui-ci laissant entrevoir qu’un simple petit shorty de couleur noire. La pudeur n’était pas vraiment le souci de Kiera qui n’avait aucun problème avec ça. Non loin de la jeune femme, se trouvait sur une table, un assortiment d’outils et beaucoup plus loin, un plateau garni de délicieux petit plat qui représentait un copieux petit-déjeuner, bien trop imposant pour une personne. Alors qu’elle entendit du mouvement, la jeune femme ne daigna pas lever la tête saluant tout simplement le jeune homme de sa voix nonchalante. « Ça y est ? Notre prince endormi se réveille enfin ? Tu sais que ça va faire un jour et sept heures que t’es dans les vapes ? » Un accueil digne de son savoir-vivre, mais de sa part, pouvait-on vraiment s’attendre à autre chose ? Son tournevis s’éloignant alors de sa sphère, la jeune femme actionna alors un bouton, ce qui fit aussitôt réagir l’objet qui s’éleva légèrement, clignotant comme s’il s’agissait d’un détonateur avant de se refermer subitement et de s’éteindre comme l’avait demandée Kiera en activant un autre bouton. Reposant sa nouvelle fabrication avec soin, l’al-bhed se tourna alors vers le blond, un sourire narquois se dessinant sur ses lèvres, sa tête indiquant le plateau. « Tiens tu devrais manger, je pense que tu dois être plus qu’affamé pas vrai ? » Se levant pour ranger ses outils, Kiera déposa avec soin tous ses outils dans son sac, avant de se réinstaller à sa place, préférant tout d’abord laisser le temps à Soren d’émerger avant de lancer les hostilités.

 :: Spira - Le continent • :: Guadosalam :: L'auberge du Passage

Soren

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 175



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Sam 8 Déc 2018 - 0:06
Plongé dans un sommeil sans rêves, Soren était hors du temps et de l’espace. Déconnecté, il offrait à son corps et à son esprit un repos dument mérité, suite à de trop nombreux efforts. Pourtant, les cliquètements métalliques d’un mécanisme lui arrachèrent un froncement de sourcils. Il échappa un grognement inaudible, lentement arraché à son agréable léthargie, soudain dérangé par les lueurs du soleil qui caressaient ses paupières closes. Il s’agita dans un froissement de draps, et poussa un second grognement. Puis, ses paupières s’ouvrirent enfin, dévoilant un regard fatigué, encore embrumé des suites d’un sommeil trop long. Il découvrit rapidement la silhouette de Kiera, et par la même occasion, l’origine du bruit de métal qui avait éveillé ses sens. Il grogna une énième fois, et tomba lourdement sur le dos. Ses paupières se refermèrent, et sans un mot, tandis que Kiera lui lançait quelques paroles que son cerveau décrypta à grand peine. Une journée et sept heures… Il posa son bras contre son visage, se protégeant encore quelques instants de la lumière naissante du matin. Il avait sombré pendant plus de vingt-quatre heures… Il soupira, mais la fatigue emporta le semblant de contrarié qui semblait poindre en lui. « Parce que tu as compté ? » il souleva à peine son bras, lançant un regard en coin à la jeune femme. Malgré lui, son regard longea ses épaules nues. Il soupira, décidant que prendre des forces serait — pour le moment — sa seule priorité.

Il se redressa finalement, et roula ses épaules endolories. Puis, il jeta un regard sur le plateau repas désigné par Kiera. Il effleura également du regard l’inquiétante fabrication entre les doigts de la jeune femme, et décida, une fois encore, de suivre son tout nouveau crédo. Soren quitta finalement son lit, sa jambe craquant bruyamment tandis que son corps se dénouait après une trop longue immobilité. Il ramena le plateau sur sa table de chevet, et installé sur le bord de son lit, porta son attention sur l’élément le plus important du plateau de bois : une tasse de café chaud. Ou plutôt tiède. Toutefois, la gorgée qui coula dans sa gorge lui sembla être la meilleure de sa vie. Il descendit la moitié de sa tasse, puis décida de prendre quelque chose de plus consistant. Il avait avalé deux tartines et un croissant avec un appétit vorace, quand son attention se porta enfin sur Kiera. « Tu as déjà mangé ? » il lui désigna le plateau, laissant entendre qu’elle était libre de prendre ce qu’elle souhaitait.  

Il avala un verre de jus d’orange, et trouva finalement la force d’engager la conversation. Il inspira, et leva son regard sur Kiera. Il détailla brièvement sa tenue — s’attardant une seconde de trop sur ses jambes — et soupira, plantant son regard désabusé dans le sien. « Tu pourrais t’habiller. » puis, il porta sa main à son épaule, étirant longuement son bras gauche. Son corps était encore lourd, un état que Soren n’avait jamais apprécié. Son bras craqua doucement, tandis que son regard s’attarda vers la table où avait récemment travaillé Kiera. « Est-ce que je dois m’inquiéter ? » la question était assez équivoque, et il ne doutait pas que la jeune femme comprendrait où il voulait en venir. Il passa finalement une main sur son visage, et ravala enfin ses commentaires réprobateurs. « … du nouveau pendant que je dormais ? » il avait perdu plus de vingt-quatre heures, et ignorais absolument tout de leur situation actuelle. Malgré lui, Kiera était actuellement son seul point de repère.

 :: Spira - Le continent • :: Guadosalam :: L'auberge du Passage

Kiera

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 155



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Mer 26 Déc 2018 - 22:25

La belle au bois dormant semblait mettre un temps infini à sortir de sa léthargie, mais après tout, cela n’avait rien d’étonnant. Vus la journée spectaculaire qu’ils avaient passée la veille, avec en prime le lien qu’il avait tissé avec la chimère de Bevelle, il aurait été plutôt étonnant de le voir frais comme un gardon. « Non c’est juste une estimation. Du moins pour les sept heures. Pour la journée d’hier je peux te le confirmer à cent pour cent. » Tout en rangeant ses outils avec soin dans leur compartiment, la jeune femme s’était réinstallée tout en s’étirant longuement. Armée d’un chiffon, elle nettoya longuement la nouvelle sphère qu’elle venait de créer, avant de la reposer à nouveau sur la table comme si de rien n’était. Son regard Emeraude se porta alors l’invokeur, qui semblait prendre plaisir à boire une bonne tasse de café. Il avait de l’appétit, ce qui était plutôt bon signe il fallait l’avouer. Quand le regard de Soren croisa le sien, la jeune femme se rapprocha sans hésiter du plateau, attrapant à la volée un croissant qui lui faisait de l’œil. « Non, contrairement à sa majesté, j’ai eu le droit qu’à ce plateau sordide. Avec une espèce de purée bizarre. On dirait un truc prémâché et recraché. » D’un signe de tête, elle montra le plateau qu’elle avait posée dans un coin. De loin, la purée brunâtre était visible et ressemblait plus à quelques choses de gluant que d’apetissant. À croire que les gardiens ou les accompagnateurs n’avaient pas le droit au même luxe. Croquant sans attendre dans son croissant frais, le croustillant de sa croûte et le moelleux de sa pâte, eux tôt fait de réveiller les papilles de Kiera, qui se retrouvaient en émois face à une saveur aussi beurrée et fondante. Cela faisait bien longtemps, qu’elle n’avait pas mangée quelques choses d’aussi bon et d’aussi consistant.

Attrapant une tasse, puis une théière qui semblait contenir du café, la jeune femme souffla longuement contre le liquide chaud avant de l’avaler avec lenteur pour éviter de se brûler. Positionnant ses jambes en tailleur, la remarque du jeune homme concernant sa tenue, ne fut pas tombée dans l’oreille d’une sourde et sans un regard vers lui, la jeune femme soupira, son air nonchalant reprenant grandement le dessus. « C’est bon, je ne suis pas à poil non plus. » Son buste était couvert après tout, il n’y avait que ses jambes qui était en contact avec l’air libre. « Puis mate pas, si t’es pas content. » À sa place, sûrement que beaucoup d’homme n’aurait rien dit, juste pour le plaisir de la reluquer. Il devait plutôt s’estimer heureux de pouvoir le faire aussi. Bien qu’il n’y eût pas de quoi s’exciter pour des jambes. Entendant le bruit sonore d’un craquement, l’al-bhed n’y prêta pas plus attention, trop concentrée d’éplucher une orange pour que cela attire son attention. Avalant un quartier tout en laissant le jus du fruit se déverser contre son palais, elle leva cette fois son regard vers le jeune homme, puis vers son nouveau jouet. S’il fallait s’inquiéter ? Oui et non. « Relax max. C’est juste une nouvelle bombe de mon cru. Mes stocks sont épuisés, il me reste que des bombes aveuglantes. Contre les monstres il faudra bien plus qu’un jeu de lumière flashy. » Contre le loup par exemple, cela aurait pus être utile, ou même contre les soldats qui les recherchaient, mais ça… Elle n’avait peut-être pas besoin de le préciser auprès du jeune homme. Soit qu’elle préféra faire malgré sa franchise. Avalant de nouveau une gorgée de café, blondie lui posa enfin une question qui était digne de lui. Que c’était-il passée durant sa brève absence. Faisant mine de réfléchir, Kiera reposa alors son fruit, croisant ses bras d’un air un peu plus sérieux avant d’étendre ses jambes sur la table, loin du plateau. « Boarf pas grand-chose. Apparemment Bevelle est en pleine crise de paranoïa. Ils fouillent tous ceux qui entre et sorte de la ville. Il y a des soldats postés à Macalania, surtout au temple de ce que j’ai pus entendre. Donc si tu voulais y faire un tour c’est raté. » C’était là, les seules informations qu’elle avait entendus à droite et à gauche lors de sa sortie à la recherche de victuaille et d’armement pour sa bombe, des nouvelles peut réjouissance en somme. « Tu comptes faire quoi du coup ? Je sais que tu veux faire le mâle et que tu veux entreprendre ton périple seul, mais… » Elle marqua une pause, avant de se redresser et de regarder le jeune homme droit dans les yeux. Il était à présent temps de parler de sujet qui fâche. À savoir, le pèlerinage du jeune homme. « On ne va pas se leurrer, seul contre l’errant dans cette grotte, tu n’aurais rien pus faire et sûrement que ton pèlerinage se serait arrêté là-bas. Le prend pas mal, mais ce n’est pas pour rien qu’on donne des gardiens au invokeur. Parce que faire cela seul, revient à se suicider plus vite que prévus. » Allait-il entendre raison ? Avait-il déjà réfléchi à la question ? Il fallait l’avouer, Soren était plutôt un homme difficile à déchiffrer et à comprendre. Chose qui énervait grandement l’al-bhed quand elle y repensait. « D’ailleurs, au lieu de garder les choses pour toi. Fais un peu péter ce que t’as sur le cœur. Parce que c’est particulièrement énervant et agaçant les mecs comme toi. Vous pensez que tout prendre sur vos épaules vous rendront plus fort, mais faut pas se leurrer non plus sur ça, ça vous rend plus fragiles. » Bien évidement, elle soulignait ce qu’il s’était passait dans la grotte, ce que Soren avait étouffé à l’intérieur de lui sans même lui en faire part. Si elle n’avait pas été empoisonnée, sûrement qu’il se serait permis de lui faire la tronche, chose qui était passée à la trappe à cause de son état. Mais pour pas que cela se reproduise, Kiera était prête à faire face au caractère exécrable de blondie, bien que sa façon de lui exposer n’était pas des meilleures.  

 :: Spira - Le continent • :: Guadosalam :: L'auberge du Passage

Soren

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 175



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Jeu 27 Déc 2018 - 20:14
Il avait dormi longtemps, et même si la réponse de Kiera quant à la durée de sa nuit prolongée lui arracha un rire silencieux, il devait bien admettre que cette conclusion n’était pas à son goût. Pourtant, il savait pertinemment que ses grognements ne changeraient rien à la situation actuelle. Il devrait faire avec. Soren ravala donc ses soupirs, et après s’être vengé sur un repas bien mérité, proposa à Kiera de manger un morceau. Celle-ci ne se fit pas prier, désignant sa maigre pitance d’un œil dubitatif. Soren plissa le nez, dissimulant à peine le dégoût que lui inspirait l’étrange mixture. Toutefois, si Kiera s’était montré aussi aimable que d’ordinaire, il comprenait sans mal pourquoi elle avait écopé d’un tel repas. Il garda néanmoins ce commentaire pour lui, trop fatigué pour un débat ou une quelconque dispute quant à l’attitude de la jeune femme.

Il avalait une gorgée de café, quand Kiera lui répondit au sujet de sa tenue qui était — en dépit de ses arguments — inappropriée. Soren lui lança un regard en coin, avalant sa gorgée de café sans un mot, excepté peut-être la pointe de réprobation au fond de ses yeux. Le commentaire cinglant qui arriva ensuite lui arracha un soupir, et il reporta son attention au liquide sombre qui fumait dans sa tasse. Puis arriva la question de l’objet étrange que la jeune femme avait entre les doigts quand il s’était réveillé. Évidemment, la réponse de Kiera fut loin de le convaincre, mais après leurs derniers déboires, il pouvait difficilement remettre en cause la nécessité d’un équipement digne de ce nom. Pendant un instant, il songea à demander à Kiera si ses expériences avaient déjà échappé à son contrôle, mais il se ravisa. Qu’importe la réponse, elle ne ferait que l’inquiéter davantage.

Puis arriva finalement la dernière question de Soren : un récapitulatif des événements de la veille. Quand Kiera étendit ses jambes, Soren lança un regard en direction de ses cuisses nues, lâchant un claquement de langue réprobateur. Ce qui n’empêcha pas Kiera de lui faire un rapide exposé : des fouilles, et quelques soldats à Macalania. Il soupira. Évidemment, le prêtre qui avait été humilié avait décidé que l’affront de Soren ne resterait pas impuni. Toutefois, il ignorait encore qui de lui ou de Kiera faisait l’objet des recherches en cours. Si ce n’est les deux… Il abandonna néanmoins cette pensée, décidant que la situation actuelle n’impacterait pas la suite des événements. Il était déjà plongé dans une nouvelle réflexion, quant une question de Kiera l’interrompit. Ce qu’il allait faire ? Mais rapidement, la demoiselle précisa son propos. Il soupira, et reposa machinalement sa tasse de café. Ils en avaient déjà discuté. Toutefois, il devait bien admettre que les choses avaient évolué depuis. Pas de la façon dont il l’espérait. Il ne prononça pas un mot, comme confronté à un dilemme. Kiera en profita d’ailleurs pour lui faire entendre son avis sur l’attitude de Soren, et sa manie de ne pas dire le fond de sa pensée. Il sauta sur l’occasion, répondant du tac-au-tac. « Ce qui me préoccupe le plus pour le moment, c’est ta tenue. » il lui lança un regard, bien décidé à ne pas en démordre. Néanmoins, il savait également que ce changement de sujet ne réglerait pas son problème actuel, et après quelques instants, il soupira finalement, jetant un regard vers l’extérieur.

« Je n’en sais rien. » il avait lâché ces mots à contrecœur, contrarié par la situation actuelle. Les événements de l’avant-veille était toujours vivace dans son esprit, tout particulièrement l’épisode de l’empoisonnement de Kiera. Il avait manqué de la faire tuer. Si elle le suivait, il n’était pas à l’abri que ce genre de chose ne se reproduisent. Mais d’un autre côté… Son statut de prisonnière Al-Bhed la mettrait au moins autant en danger. Et la culpabilité qui tenaillait Soren n’arrangeait rien. Encore trois jours plus tôt, il se serait certainement borné à faire route seule. Mais plus il réfléchissait à la question, et plus l’image indélébile de la grotte de la Plaine Foudroyée s’inscrivait dans son esprit. Il soupira et attrapa sa tasse, se versant une autre dose de café. « Mettons que j’accepte que tu me suives. » il marqua une courte pause. « Macalania attendra. Mais si notre ami commun a décidé de nous poursuivre, il enverra forcément des hommes ici… Il faudra que l’on parte de nuit. Et au plus tard dans les jours qui viennent. » il leva enfin un regard dans la direction de Kiera. « Ça te convient ? » il n’aimait pas cette situation. Pourtant, il n’avait plus le choix désormais.

 :: Spira - Le continent • :: Guadosalam :: L'auberge du Passage

Kiera

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 155



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Jeu 3 Jan 2019 - 16:50

Les soupirs devaient être l’expression favorite du jeune homme, car depuis qu’il était sorti de sa torpeur, il n’avait cessé de d’échapper ce petit flux d’air, montrant son agacement, son exaspération, ou dieu sait quoi d’autres. Un comportement qui agaçait fortement la rousse, mais pour une fois, elle décida de se tempérer, de ne pas monter tout de suite en créneau. Bien qu’elle n’eût qu’une envie, lui faire ravaler ses soupirs. Se concentrant donc sur les questionnements de blondie, Kiera lui répondit donc sans détour, sans rien lui cacher. La situation était ce qu’elle était et même si cela ne l’enchantait pas, ils se devaient de faire avec. Mais une question, demeurait encore dans l’esprit de l’al-bhed. Qu’est-ce qu’il comptait faire à présent ? Elle savait qu’il désirait être seul dans son pèlerinage, qu’il souhaitait affronter cela seul, mais il était clair qu’il n’avait pas la réalité du monde. Du moins c’est ce que Kiera en avait déduit de par les décisions et le comportement du jeune homme. Exposant ses avis, le jeune homme avait gardée son regard spiral plantée dans les yeux émeraudes de l’invokeur. Attendant donc de voir si celui-ci était revenu sur sa décision ou non. Mais contre tout attente, il esquiva alors, revenant alors sur la tenue de la contrebandière qui semblait franchement le déranger. Claquant fortement sa langue avec agacement, la jeune femme aux cheveux de feu, le toisa sans ménagement. Sa voix répliquant aussitôt d’un air franchement agacé. « Ouais et toi ta gueule m’énerve par moment et je n’en fais pas un fromage. J’tai déjà dis de pas mater si ça te dérangeait. » Ce n’est pas comme si elle était à poil où qu’elle ne portait pas de dessous. Après tout, celle-ci était recouverte par son t-shirt. Seules ses jambes étaient visibles.

Soupirant d’exaspération, la jeune femme se mit alors de travers sur le canapé, ses jambes se repliant alors pour être plus confortable. Qu’est-ce que le blond pouvait l’agacer par moment. Posant sa main contre son menton, elle leva alors les yeux au ciel quand elle entendit enfin la véritable réponse du jeune homme. Cela n’allait pas arranger leur situation s’il ne savait même pas quoi faire, mais il fallait l’avouer. La situation était plus que délicate dans leur cas. Tâtant la table à la recherche d’un autre croisant, la jeune femme observa alors le plafond d’un air pensif, mastiquant la viennoiserie sans même se tourner vers l’invokeur, même quand celui-ci s’exprima à nouveau. Donc le plan s’était de partir avant que les hommes de bevelle arrivent ici ? Cela était plus qu’évident. Rester ici, revenait à se vendre sur un plateau d’argent et ça, c’était hors de question pour Kiera de retourner derrière les barreaux. Avalant sa pitance tout en avalant une gorgée de café. La jeune femme se redressa alors pour faire face à Soren, son regard se plantant considérablement dans le sien. « Pourquoi ce changement d’avis ? » Lui qui décriait corps et âme qu’il ne voulait pas être accompagné se montrait bien trop docile tout d’un coup. Elle s’était attendue le voir proposer de faire un bout de chemin ensemble pour mieux se séparer, ou à lui dire encore et toujours qu’il ne voulait être seul dans ce périple. Alors pourquoi soudainement cette décision ? Qu’avait-il en tête ? « Je sais que tu m’as libérée de taule pour te prouver que tu vaux mieux que les prêtres, mais là, je ne vois pas trop ce que t’as à y gagner ? À moins que la culpabilité te ronge tellement que t’as peur de te retrouver dans le même panier à nouveau ? » Cet homme était indéchiffrable, incompréhensible. Il était impossible de savoir à quoi il pensait, ni ce qu’il avait derrière la tête. Et rien que pour cela, il énervait Kiera plus que de raison. Elle qui d’habitude, n’avait pas de mal à comprendre les intentions des autres, se trouvait bien démunie devant ce Soren. Il était une énigme, un véritable casse-tête ardu. « Fin bon, comme d’hab, je suis sûre que tu ne me répondras pas hein. » Elle n’attendait pas véritablement de réponse, car après tout, elle savait que celle-ci viendrait avec le temps. « Ça me convient. Mais au vu de la situation, je pense qu’on devrait partir demain sans faute à l’aube. Il ne faut pas oublier que les guados sont de mèches avec Bevelle, prêt à leur lécher le cul si le besoin s’en fait. Un ordre de l’église et ils se mettront à fouiller eux aussi. Je sais que ça fait peu pour te remettre de tes émotions, mais on aura tout le temps de se reposer une fois hors de leur portée. Bien que j’aie l’impression que ça ne sera pas une partie de plaisir. »

Reposant donc sa tasse, Kiera s’enfonça alors dans son fauteuil, un soupir contrarié s’échappant de ses lèvres. Il n’y avait plus qu’à espérer que tout se passe sans encombre cette fois.

 :: Spira - Le continent • :: Guadosalam :: L'auberge du Passage

Soren

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 175



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Dim 20 Jan 2019 - 17:45
Évidemment, Kiera pesta quand Soren blâma à nouveau sa tenue. Toutefois, malgré tout le dédain que Kiera lui affichait, Soren n’avait aucune intention de taire son inconfort, encore moins si cela signifiait lui laisser le dernier mot. « Et je t’ai déjà demandé de mettre une tenue décente. » il ne détacha pas son regard du sien, refusant de perdre du terrain. Ce qui ne changea absolument rien à la situation : Kiera soupira, exaspérée, et s’enfonça dans le canapé. Soren pressa deux doigts contre l’arrête de son nez, inspirant profondément. Il jeta finalement un regard en direction de la jeune femme, et tomba nez à nez avec ses jambes dénudées, à peine couverte par son tee-shirt trop large. Il détourna le regard et pesta entre ses dents. Il attendit quelques secondes, retrouvant son calme, et reprit finalement la parole. Malgré l’agacement que Kiera lui inspirait à cet instant, il lui devait néanmoins une réponse. Toutefois, ce sujet lui déplaisait affreusement. Il avoua finalement qu’il n’avait pas encore décidé de son prochain mouvement, ne cachant pas la contrariété que lui inspirait cette situation. Il laissa un bref silence s’étendre dans la pièce, tout en évaluant rapidement les options qui s’offraient à lui. Il lâcha finalement son verdict après s’être versé une nouvelle tasse de café. Il lui proposa de faire route ensemble, tout en exposant la suite des événements. Kiera ne répondit pas immédiatement, comme si elle jugeait le plan de Soren. Il jeta un regard dans sa direction, ignorant les jambes nues de Kiera qui se dessinait au coin de son regard. Il lâcha néanmoins un petit grognement incommodé, mais décida que le moment était mal choisi pour reprendre un débat stérile. Kiera se redressa finalement, plantant son regard dans le sien. Sa question fut loin de plaire au jeune homme.

Pourquoi avait-il changé d’avis ? Soren grimaça. Elle enchaîna avant que sa moue agacée ne disparaisse de son visage. Elle savait pourquoi il l’avait libéré, mais cela ne justifiait pas ce soudain revirement. Quand elle lui lança sa culpabilité au visage, la langue de Soren claqua entre ses dents. Et si la suite l’agaça encore davantage, elle lui coupa également l’herbe sous le pied. Il ne lui répondrait pas. Cette phrase, aussi horripilante puisse-t-elle être, priva Soren de toute forme de répartie. Il regarda Kiera, sa mâchoire se détendant légèrement. Elle n’insista même pas, reprenant simplement la discussion là où il l’avait laissé. Ils ne devaient pas perdre de temps. Ni plus. Ni moins. Malgré lui, Soren éprouva un désagréable sentiment de frustration. « Ouais. » sa voix était sèche, mais il aurait été incapable de répondre autre chose. Et tandis que Kiera s’enfonçait dans le canapé, Soren, lui, se renfrognait. Elle n’avait pas tort. Pourtant, cette situation l’agaçait, le contrariait au plus haut point. « Ça n’a rien à voir avec Bevelle, ni avec les prêtres. » sa voix était plus froide que de raison. Et les choses n’allaient pas s’arranger. « Et puis, quelle importance ? Tu as ce que tu voulais non ? » il planta son regard dans le sien. Cette fois-ci, il se moquait éperdument de la tenue de Kiera, ou de n’importe quelle notion de décence. Une partie de lui savait que le mépris dans sa voix n’était pas justifié, et pourtant, les commentaires de Kiera l’avaient piqué au vif. Il haussa les épaules avec une arrogance détestable, avant de reporter son attention sur sa tasse de café.

 :: Spira - Le continent • :: Guadosalam :: L'auberge du Passage

Kiera

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 155



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Jeu 31 Jan 2019 - 17:14

Elle avait pris les devants, avait parlé à sa place, lui coupant l’herbe sous le pied sans la moindre vergogne. De toute façon, avait-elle eu tort de le faire ? Il ne lui aurait pas répondu, pire même, il lui sûrement embrouillée l’esprit et lui aurait donnée plus d’interrogation que de véritables réponses. C’était ainsi que semblait fonctionner l’invokateur. Secret, mystérieux, gardant pour lui-même ses grands desseins. Un véritable homme de Bevelle, pensa fortement Kiera, mais cette fois, ce genre de commentaire se dessina dans son esprit, sans devenir verbale. Au fond, elle savait quand arrêter la provocation, mais si elle avait su comment se déroulerait la suite, sûrement qu’au final, elle lui aurait lancé ses mots en pleine poire sans concession.

Elle pouvait sentir la frustration de Soren à des kilomètres à la ronde, ça plus un profond agacement qu’il semblait vouloir tempérer. Mais le vouloir, n’empêchait pas le corps et l’esprit d’agir. Il était sec, patibulaire, et surtout terriblement arrogant. Ce qui le rendait particulièrement agaçant. Une véritable tête à claque. Plus il lui adressait la parole avec son air froid de petit prétentieux, plus Kiera sentait ses boulons sauter. Sa patience commençant de plus en plus à s’effriter. C’était quoi son problème a ce mec ? Qu’est-ce qu’il ne tournait pas rond chez lui ? Était-ce la vérité qui le rendait aussi désagréable ? Où le fait que Kiera commençait déjà à le déchiffrer ? Quelle importance ? Tu as ce que tu voulais non ? Cette phrase tomba comme un glas assourdissant, un glas qui eut tôt fait de briser cette retenue dont l’al-bhed faisait preuve. Le regard émeraude en spirale de la jeune femme se plongea alors aussitôt dans ceux de Soren, sûrement que son arrogance ne lui permettrait pas de voir cette étincelle meurtrière qui dansait dans le fond de ses pupilles, et il avait tort. Terriblement tort. Aussitôt que le jeune homme détourna le regard pour donner de l’importance à son café, la jeune femme s’agita soudainement, ses mains se plaquant fortement contre la petite table basse, ce qui eut pour effet de faire trembler le plateau du petit-déjeuner qui répondit dans un tintement de vaisselle tremblotante. « C’est quoi ton problème, espèce de petit merdeux ? » Une rage folle était audible dans sa voix, tout comme dans son regard et sans même chercher la moindre réponse, elle se rapprocha alors de Soren, enjambant simplement la table basse pour se retrouver face à lui, ses mains empoignant avec force le col de sa chemise, ce qui l’obligea à légèrement se relever, son visage se retrouvant alors près du sien. « Tu commences à me gaver à ne pas dire le fond de ta pensée, si t’as quelques choses à dire, dit-le ! Arrête de tourner autour du pot, ou de répondre à côté, voir même de ne pas répondre du tout. »

Inspirant fortement par le nez, la rousse le regarda avec intensité, comme si elle cherchait à attiser une once de mordant chez son adversaire, avant de le relâcher brusquement sur son fauteuil, sa langue claquant alors avec force contre son palais. Même, en agissant ainsi, elle n’était pas sûre de lui éveiller la moindre parcelle de franchise. « Depuis cette foutue histoire avec la grotte, tu te retiens ! Tu ne dis rien, mais tout ton être parle pour toi ! Alors crache ta putain de foutu valda qu’on puisse enfin avancer. » Le toisant du regard, la jeune femme lui faisait toujours face, décidant de ne pas bouger, de ne pas se déloger pour le forcer à parler. Aucune échappatoire ne se présentait à lui. Soit il continuait à faire la forte tête, soit il perçait enfin l’abcès. Au fond, Kiera espérait qu’il choisirait l’option deux. Car sinon, elle ne donnerait pas cher de son joli minois.

 :: Spira - Le continent • :: Guadosalam :: L'auberge du Passage



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Le continent • :: Guadosalam :: L'auberge du Passage