Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Prête-moi ta force pour arriver là où je veux être [PV Gordias]

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 205



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Ven 24 Mar 2017 - 11:21

La foule applaudit, les lumières s'éteignirent et le rideau tomba. Encore une représentation réussie, d'après les dires du prêtre en charge d'organiser les spectacles des Voix de Yevon. Pourtant, derrière cette mascarade de réjouissance, un plan s'apprêtait à être mis en exécution. Ce soir, était le soir idéal pour filer à l'Anglaise : la ville de Luca serait animée le lendemain par un match de Blitzball, doublant ainsi sans peine sa population. Personne ne remarquerait une jeune femme rousse, à la démarche un peu hasardeuse dans cette foule. Mais il fallait faire vite avant que les gens ne soient sortis du stade et que les admirateurs ne deviennent des obstacles.

Après un dernier salut, Ryme s'éclipsa. Silence et discrète comme une ombre, elle fila le long des couloirs à la recherche des vestiaires qui faisaient office de loges afin de prendre le peu d'affaires qu'elle possédait. Elle ouvrit vivement le casier qui lui avait été attribué puis elle passa rapidement son blouson autour de ses épaules. Elle plaça délicatement l'épée de Cillian dans son dos avant de s'enfuir, le plus rapidement qu'elle pouvait, sans se retourner. Il lui avait fallu des mois pour enfin convaincre le prêtre de la laisser revenir dans le groupe d'artiste qui allait jusqu'à Luca. Son but était à présent de rejoindre le temple de Djose pour pouvoir enfin devenir une Invokeure. Depuis son adolescence, elle s'était battue pour cela et n'avait pas envie d'abandonner si près du but. Le pire qui pouvait lui arriver était une excommunication et un petit tour dans la prison de Via Purifico.

Comme elle se l'était imaginée, les rues étaient pleines de vie. Des rires, des bavardages, tous les sons de l'existence se mélangeaient dans un joyeux brouhaha. Spira était si douce depuis la disparition de Sin. Cela faisait déjà dix ans que le monstre n'était pas revenu. Peut-être resterait-il dans les abysses cette fois ? Personne ne pouvait le dire, mais chacun, à son échelle, faisait de son mieux. Comme lorsque Lady Yocun avait vaincu Sin, Ryme prit plaisir à se perdre dans la foule pour s'enivrer de la fraîcheur du bord de mer et des conversations. Le crépuscule venait de tomber et des couleurs flamboyantes animaient le ciel.

Ciel... Où pouvait donc se trouver Cillian ? Ryme soupira doucement à cette pensée avant de se reperdre dans la foule. Luca n'avait pas changé. Mais s'égarer était toujours aussi facile. Ryme distingua au loin les formes de l'Opéra et se demanda pourquoi la troupe ne donnaient pas de concerts à l'intérieur de celui-ci plutôt que dans le stade. Mais cela n'était pas ou plutôt plus de son ressort. Ses pas la conduisirent jusqu'à la place de la Fontaine, là, où son destin avait basculé. La jeune femme ne s'attarda pas, montant rapidement les escaliers qui menaient à la route de Mi'hen.

Surplombant ainsi la ville, elle se permit de contempler le paysage. L'or des nuages dansait sur l'océan alors que le carmin du ciel commençait à prendre une teinte plus foncée. Si elle marchait vite, elle pourrait atteindre l'auberge des chocobos en un rien de temps. Tout du moins, elle l'espérait. Il faudrait peut-être un jour ou deux avant que l'on remarque son absence définitive, puisqu'elle avait réussi à marchander quelques mensonges avec d'autres membres de la troupe. D'ailleurs, cela avait été étonnement facile ; peut-être que l'évincer était dans leurs projets depuis quelque temps ? Quoi qu'il en soit, après un dernier coup d'œil, elle se détourna pour rentrer sur la route de Mi'hien.

Bien plus propre que lors de son premier passage, de nouvelles ruines avaient été découvertes. Ryme se demandait toujours comment était la vie en ce temps. Yevon disait toujours que c'était l'indolence et les machines qui avaient causé la perte de Spira. Peut-être était-ce vrai ? peut-être que l'évincer était dans leurs projets depuis quelque temps ? Elle n'avait pas réellement réfléchi à ça, mais ne sachant pas se battre et ne maîtrisant que les premiers soins... Voyager lui serait difficile. Cependant, non loin, une silhouette se dessina. Une cape flottant dans les airs, la pointe d'une lance visible. Peut-être qu'avec un peu de chance, cette personne accepterait de l'aider ?

Ryme se rapprocha doucement. Si jamais l'inconnu était un moine de Yevon, elle pouvait dire adieu à ses plans ! Mais rapidement, elle remarqua l'absence d'uniforme et l'allure peu... Conventionnelle de la personne. Habituée aux fastes de Bevelle, elle n'avait pas réellement l'habitude de côtoyer des gens du peuple. Des « personnes du vrai monde » comme elle aimaient les appeler intérieurement. Ella ajusta légèrement son manteau avant de se diriger vers l'inconnu, le cœur battant.

« Bonsoir ! dit-elle, légèrement hésitante.
Je souhaiterais me rendre au temple de Djose. Mais j'aurais besoin d'une escorte. Je vois que vous avez une lance, je peux vous payer, si vous le souhaitez ! » ajouta-t-elle rapidement.
En attendant la réponse, elle se mit à examiner d'un peu plus près son interlocuteur. Il devait avoir, peu ou prou, le même âge qu'elle. Il ne semblait pas être méchant, et une petite lueur qui ne déplaisait pas à Ryme, brillant dans son regard. Mais il ne fallait pas que sa réponse tarde : le temps ne jouait pas forcément en sa faveur.

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien

avatar

Classe : Mage noir

Points de rang : 80



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Gordias

Prêtre de Yevon

le Ven 24 Mar 2017 - 13:35
Pied gauche. Pied droit. Pied gauche. Pied droit.

C'est tout ce qui résonne dans ma tête en ce moment. Met un pied devant. Met l'autre devant ensuite. C'est ce rythme, et uniquement lui, qui me permet d'avancer.

Depuis combien de temps est-ce que je marche ? Je ne sais pas. Ma tête me lance. La lance est lourde. Elle me sert de cane. Depuis combien de temps est-ce que je marche ? C'est une bonne question. « Trop » est sûrement la seule réponse que je peux donner.

Je lève les yeux. Cette lumière qui perce les ténèbres me donne plus de force que les repas que j'aurai pu manger. Luca. C'est chez moi. Je vais bientôt revoir maman. Et papi. Mon bras tremble légèrement. Mon ventre se révolte. Je soupire. Cette lumière qui perce les ténèbres me terrifie. Comment vont ils réagir ? Quand sommes nous ? Et si j'avais été oublié ?

Pied gauche. Pied droit. Pied gauche. Pied droit.

C'est tout ce qui résonne dans ma tête en ce moment. Met un pied devant. Met l'autre devant ensuite. C'est ce rythme, et uniquement lui, qui me permet d'avancer.

La foule m'aide aussi. Des petits groupes qui avancent vers là ville, grimés et peinturlurés. Il m'a fallu du temps pour faire les liens dans ma tête. C'est vrai que Luca, c'est l'endroit du Blitzball. Ça m'a jamais intéressé ce sport. C'est difficile à croire maintenant, mais je n'avais jamais été vraiment sportif. Certains diront que c'est cliché, le mage tout chétif. Je leur répondrai que oui, et que si ils ont un soucis, merde. Voila.

Ils me regardent bizarrement. Ma tête ne doit pas leur revenir. Forcément. J'ai une véritable allure de revenant là. Ça fait si longtemps que je n'ai pas mangé un vrai repas. Je manque de trébucher.

« Ca va aller monsieur ? »

Une voix enfantine m'interpelle. Un petit groupe est littéralement tournée vers moi. Je n'aime pas ça. Je grogne une réponse. Qu'on me laisse tranquille. Le gamin parle à la femme à coté de lui. Sûrement sa mère. Elle sort un petit paquet de son sac et lui donne. Le gamin me l'apporte.

« Tenez monsieur. C'est pour vous. Bon courage. »

Je le regarde. Je regarde le sac. Je le regarde et lui adresse un petit sourire. Le gamin me le renvoie et retourne auprès de ses parents. Je m'éloigne du chemin et me laisse tomber par terre. Il m'a donné un peu de viande et de l'eau.

Tiens ? Il commence à pleuvoir ? Je sens une goutte sur mon visage. Mais peu importe. Je mange. Ça fait du bien. Même plus qu'a mon corps. A mon âme. C'est comme un bon baume. Un hymne qui me calme. Je sens mes forces me revenir, un peu. Je souffle encore quelques minutes. Mes pieds me brûlent. Mes jambes me font souffrir. Mais j'y suis presque. Plus que quelques heures et je serais à la maison. Je me lève et reprends mon chemin, plus déterminé que jamais.

Une rousse se plante devant moi et me demande quelque chose ? Est-ce que j'ai l'air d'avoir de l'argent et de vouloir acheter quelque chose ? Sans même lui adresser un regard condescendant, je la dépasse. Non mais. Au bout de quelques pas, je m’arrête d'un coup. Ses mots ont enfin percé le nuage d'idées qui entoure mon magnifique cerveau. C'est elle qui me propose de l'argent, pas l'inverse. Je n'ai pas vraiment envie de me retourner. Je n'ai pas vraiment envie de l'aider. Mais c'est plus fort que mois Je reviens sur mes pas.

« Pardon ? »

Je la détaille de pied en cap. Une crevette rousse pas forcément laide. Je me gratte le menton. De mieux en mieux. C'est pas une histoire qui sent très bon ça. Qui veut se rendre dans un temple à cette heure si ? Surtout sans prévoir d'escorte à l'avance. Soit c'est un piège, soit elle est désespérée. Est-ce que je peux vraiment passer à coté de ça ? Si jamais je venais à apprendre qu'a cause de mon inaction, des gens avaient souffert, ce serait … pas si terrible que ça, je présume ? J'suis pas un Bannisseur moi. Ni de l'église. C'est pas mon rôle, maintenir l'ordre.

Par contre, je suis un Gardien. Pas officiellement. Plus officiellement. Mais ce sont des habitudes que l'on perds difficilement. Je pousse un soupir.

« Et vous en êtes au point où vous demandez à des inconnus de vous protéger ? »

Je me rapproche un peu et regarde instinctivement autour de nous. Je ne sais pas qui ou quoi pourrait être le danger pour elle, mais bon.

« Et vous êtes sure d'avoir de quoi me payer ? Parce que je travaille pas gratis moi. Je veux la moitié en avance. »

Si elle est vraiment sérieuse, elle saura me convaincre. Et elle aura surtout de l'argent sur elle. Je tourne la tête vers Luca. Je ne suis plus à ça prêt, non ?

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 205



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Dim 26 Mar 2017 - 10:49

Ryme s'était préparée à toutes les éventualités, sauf à celle-ci. Quel était le pourcentage de chance pour qu'elle tombe sur quelqu'un qui l'ignorait ? Pendant quelques secondes, son ego vu piqué au vif et elle s’apprêtait à tempêter, lorsqu'elle réalisa que c'était peut-être mieux comme ça. Un fidèle un peu trop dévot de Yevon l'aurait reconnue facilement. La jeune femme soupira légèrement en le regardant s'éloigner. Bon, il fallait trouver un nouveau plan. Passer une nuit dans les ruines ne lui disait pas grand chose, mais sans escorte, elle ne pourrait pas vraiment faire mieux. Si elle était honnête avec elle-même, son plan n'était pas si bien que ça et comportait beaucoup trop d'erreurs comme celle-ci. Mais, elle en était sûre, elle trouvait autre chose et... Il revenait sur... sa décision ?

Ryme sursauta presque lorsqu'il revint vers elle. Lui aussi, était du genre franc. Tant mieux, elle n'aimait pas vraiment les ronds de jambe. Elle laissa filer les deux premières remarques avec un sourire de façade. Beaucoup de gens voyageaient de nuit, non ? Puis, il demanda à être payé en avance. Ce n'était pas exactement ce qu'elle avait prévu...

« Et qui me dit que vous n'allez pas partir avec l'argent ? » Questionna-t-elle d'une voix blanche.
Ce n'est pas comme-ci j'allais pouvoir vous courir après, ajouta-t-elle silencieusement à son encontre.

« Je suis une apprentie Invokeure. On m'a envoyé à Luca pour une mission. Je souhaiterais juste retourner dans le temple qui me forme au plus vite. Vous serez bien payé et nourrit si vous le souhaitez. » ajouta-t-elle quelques secondes plus tard devant le silence – légèrement pesant, qui avait prit place entre eux.

« Mais si vous ne souhaitez pas m'escorter, je me débrouillerais seule. » conclut-t-elle, avant de se pencher pour effectué le signe de Yevon.

Sa jambe la plus faible tremblait légèrement, mais elle réussit à conserver l'équilibre pour repartir. Ryme savait parfaitement que sa légère infirmité attirait toujours la pitié. Même si elle détestait ce genre de stratagème, elle décida d'en jouer. Ce type avait suffisamment bon cœur pour revenir vers elle, alors, peut-être que sa résolution finirait de fondre en la voyant ainsi. Une légère aigreur se forma dans les intestins de la jeune femme : ce genre de choses n'était pas dans sa personnalité et tromper ainsi son monde lui faisait horreur. Mais retourner auprès des Voix de Yevon était bien pire à ses yeux.

Son cœur était aussi résolu que son esprit : elle deviendrait Invokeure. Tant pis si pour cela, elle devait mentir ou tricher. Elle se rachèterait d'une autre manière. Dans ce cas présent, offrir de l'argent et un peu de nourriture pourrait suffire, mais elle n'en était pas réellement sûre. Avec la paix nouvelle, beaucoup de brigands profitaient du relâchement des habitants pour accomplir forfait et larcins. Ryme ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam ce type, alors, peut-être était-elle tombée dans un traquenard ? Mais, elle se rassurait en se disant que dans ces yeux, il n'y avait pas de mauvaises intentions.

Ryme continua encore quelques mètres. Puis, entre deux buissons, un grognement retentit. La jeune femme tourna la tête et prit en plein visage le souffle chaud d'une vouivre. Le monstre couvert d'écailles la dépassait d'une à deux têtes. De la bave dégoulinait lentement de ses crocs. Paralysée, Ryme ne savait pas quoi faire. Elle serra ses bras contre son torse, le corps tremblant. La bête s'avança un peu plus alors qu'elle tendait de reculer prudemment. L'affrontement était inévitable et malheureusement pour elle, il était déjà perdu. Sa magie ne lui servirait à rien, cette épée dans le dos ne lui serait d'aucune utilité.

Si seulement Cillian était là. Si seulement j'avais déjà une chimère, songea-t-elle, les yeux au bord des larmes.

Puis, dans un ultime grognement, la bête attaqua. Ryme ferma les yeux, attendant que les crocs et les griffes du monstre fassent leur office.

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien

avatar

Classe : Mage noir

Points de rang : 80



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Gordias

Prêtre de Yevon

le Dim 26 Mar 2017 - 18:09
Je plisse les yeux. Les jointures de ma main droite, celle qui tient ma lance, deviennent d'un blanc presque éclatant. Le bois de la hampe rentre dans ma chair. Est-ce qu'elle vient de me traiter de voleur là ? Ce serait si facile. Comme voler des bonbons à un enfant. Elle n'a pas forcément l'air d'être une guerrière, même avec son épée qui ballotte dans son dos. Si elle en était une, elle n'aurait pas besoin de moi. Juste un petit coup rapide. Lui faucher les jambes, pour lui faire comprendre que l'on ne m'insulte pas gratuitement.

Et elle dit ensuite être apprentie invokeur. C'est … sensé me rassurer ? Le clergé a peut être changé pendant que j'étais pas là. C'est possible, on ne sait jamais. Mais laisser un invokeur partir de nuit comme ça tout seul ? C'est de plus en plus étrange. De plus en plus. Je réfléchis. Ce serait peut être une bonne idée que de l’arrêter et de la reconduire a Luca. Ce serait faire d'une pierre deux coups. Non seulement, elle serait en sécurité, mais en plus elle serait sûrement recapturée par les religieux. Et puis je pourrai savoir où est papi. C'est pas tout ça, mais j'ai un pèlerinage à finir.

Elle à l'air d'avoir du mal à se déplacer. Elle se moque de moi en fait. Elle essaie vraiment de me faire croire qu'elle … Non seulement qu'elle veut traverser le monde a pieds alors que faire quelques pas semble être le bout du monde, mais aussi que le clergé la laisserait ? Ce ne sent vraiment pas bon du tout cette histoire.

Je vais pour l'intercepter quand j'entends un grognement. Qu'est-ce que … ? Une vouivre ? Aussi près de la ville ? Merde. Où sont les banisseurs quand on a besoin d'eux ? Bah, pour une apprentie invokeur, ça devrait être facile, non ? Elle va se défendre. On va le voir, qu'elle est pas vraiment éclopée. Hein ?

« MAIS BOUGE ! »

Comme un seul homme, je saute en avant. Ah, je dois être trop épuisé pour me battre. Mes jambes me lancent et je ne fais qu'un saut d'a peine un mètre. Autre chose, vite. Le lance mon arme devant moi, ne la retenant de ma main droite qu'au dernier moment. Cela force la vouivre à stopper son attaque au dernier moment. La bête attrape la lance dans sa mâchoire et tire un coup dessus, ce qui me met ç terre. J'ai mal à l'épaule pendant quelques secondes. Mais je ne lâche pas.

« Ton épée ! Fais quelque chose, nom de non. »

Je me redresse et tire de toutes mes forces sur ma lance. Il faut que j'attire l'attention de la bête sur moi, le temps que l'éclopée retrouve ses esprits. La vouivre lâche ma lance. Parfait. Elle se tourne vers moi. Parfait ? Oui. Pour le moment c'est bien. Moi, au moins, je ne vais pas attendre de me faire manger. Mais comment combattre ça ?

Cette vouivre n'a pas l'air très forte. Enfin, je veux dire. Je pense pouvoir m'en occuper seul. Allez.

« Derrière moi l'éclopée. Plus vite que ça ! Si tu veux que je te protège, c'est maintenant. »

Je suis pas un bâtard, je me déplace aussi pour me mettre devant elle, sans jamais tourner le dos au monstre. Je tourne légèrement le visage vers elle, sans quitter la vouivre du regard.

« Moi, c'est Gordias. »

D'un coup, j'avance vers la vouivre, qui recule aussi vite. Il faut profiter de mon allonge. Je frappe droit devant moi. Elle esquive. Parfait.Je baisse d'un coup ma lance alors que la vouivre va pour sauter. J'utilise mon instrument pour lui faucher les jambes, avant de la percer au coup d'une frappe rapide. La vouivre pousse un cri avant de retourner aux furolucioles qui l'ont vu naître. Je me retourne vers l'éclopée.

« C'est quoi ton grand plan ? Que Sin s’étouffe en te dévorant ? Et ton épée là, dans ton dos. Elle est pour faire belle ? »

Je suis visiblement choqué. Combattre, même quand on a l'habitude, ce n'est jamais facile. Et comme le disait papi, ça ne doit jamais le devenir. Retirer la vie est trop important pour que ça ne devienne une habitude. Je la fixe. Elle semble déterminée.

« A Djose tu trouves de vrais gardiens, okay ? »

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 205



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Lun 27 Mar 2017 - 11:25

Les crocs de la bête ne déchiquetèrent pas sa chair. Au contraire, ils s'éloignèrent d'elle grâce a cet étrange type. Ryme ne savait pas se battre, mais lui savait manier la lance. Presque incrédule, elle le regarda se placer devant elle. Ce type avait dû être gardien ou quelque chose dans le genre pour avoir ce genre de réflexes. Perdue au milieu du combat, elle ne savait pas vraiment quoi faire de son corps ou de son esprit. Devait-elle se servir de l'épée qui pendait dans son dos ? Si oui, comment ? Il fallait bien évident tenir la chose par le manche, où la garde ? Elle ne savait pas vraiment comment cela s'appelait. Bon, tenir l'épée était facile, mais le reste ? Comment fallait-il frapper ? Et puis l'arme était massive et pour être honnête, Ryme n'avait pas vraiment la force de l'utiliser. Par conséquent, elle assistait, impuissante à la scène, après avoir reculé de quelques pas en arrière difficilement.

Il lança son nom dans la mêlée. Mais Ryme était un peu trop sonné pour répondre avec le sien. Et puis il fallait dire qu'elle est impressionnée aussi : les Voix de Yevon étaient sur-protégées et, il était bien rare lorsqu'ils assistaient à un combat avec un monstre ou des bandits. La vie réelle lui revenait en pleine figure, comme une claque, sans doute bien méritée. Cillian avait-il combattu avec autant d'énergie lorsque nous nous sommes fait arrêter ? Se questionna-t-elle silencieusement avant de suivre les ordres que « Gordias » lui balançait à la tronche.

Rapidement, l'horrible dragon se mua en nuée de furolucioles. Belles, diaphanes et colorées dans le ciel qui s'obscurcissait. Une larme s'échappa discrètement des yeux de la jeune femme qui tourna rapidement le dos à son « sauveur » : elle n'allait tout de même pas pleurer devant un parfait inconnu ?! Les émotions n'étaient pas son fort, mais quand même. La jeune femme sursauta alors qu'il l'interpellait pour parler de son plan. Plan quel plan ? Il était pourtant simple son plan : aller détruite Sin. Mais c'est vrai que pour l'instant, elle faisait pâle figure. Finalement, elle inspira un grand coup et remit en place son petit sourire usuel.

« Je vaincrais Sin.J'irais jusqu'à Zanarkand et j'arriverais à le battre. Parce que c'est mon destin. Il pourra bien m'avaler, mais au moins, j'aurais essayé ! Et tu peux bien te moquer, mais je ferais de mon mieux. » commença-t-elle doucement en serrant légèrement les poings contre ses flans.
« Quant à cette épée, je la garde, mais elle ne m'appartient pas. Je suis une mage blanche. Je n'ai pas été formée au combat, loin de là. Je la rendrais à son propriétaire dés que je le pourrais. » conclut-elle avec assurance.

Elle fouilla ensuite dans une de ses poches à la recherche de la bourse qu'elle avait dérobé à un des prêtres qui voyageait avec eux. Elle espérait qu'elle soit assez remplie pour pouvoir payer son gardien d'un soir. Elle estimait qu'il y avait, environ 1500 gils. Peut-être que cela suffirait ? Ryme poussa un profond soupir avant de ressortir un petit tas de pièces et de billets. Elle s'empara rapidement de la main de Gordias avant de mettre environ 600 gils dans sa paume.

« Je suis sûre que beaucoup de gens voudront bien devenir mes gardiens là-bas, merci ! » Siffla-t-elle en commençant à reprendre la route, de son pas légèrement maladroit.

« Je suis Ryme. » Dit-elle doucement alors qu'elle sentait qu'il était à son niveau.

Le silence s'installa doucement entre eux. La présence de Gordias n'était pas des plus rassurante, mais au moins, c'était une présence. La nuit commençait à se faire plus dense et des lucioles commençaient à luire dans les hautes herbes. Le ciel était encore timide en étoile, mais elles arriveraient bientôt. L'air était un peu frais, mais ce n'était pas désagréable.

« Tu fais quoi dans la vie, toi ? » demanda-t-elle au bout que quelques centaines de mètres, histoire de briser un peu la glace et le petit sentiment de malaise qui commençait à se faire sentir dans son estomac.
« Ah et... merci d'avoir sauvé ma peau. » dit-elle tout en rougissant légèrement.

La route mi'hien commençait à s'animer avec diverses bruits de la nuit. La valse des criquets, les légers sont des monstres qui rentraient dans leur terrier ou nid. Ce voyage serait peut-être agréable, finalement, pensa-t-elle tout en jetant un coup d'œil rapide à Gordias. Il avait l'air d'avoir cru à ses mensonges, alors, il fallait qu'elle en profite au maximum.

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien

avatar

Classe : Mage noir

Points de rang : 80



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Gordias

Prêtre de Yevon

le Lun 27 Mar 2017 - 17:47
Destin. Tsk. Personne n'a de destin sur Spira, mis a part celui de mourir. Elle m’énerve doucement. Qu'est-ce qu'elle croit ? Qu'on va jusque Zanarkand simplement parce que c'est notre … destin ? Que Yevon l'aurait écrit sur des rouleaux dorés quelque part avant notre naissance ? Ridicule. Et insultant. Des centaines de Invokeurs sont déjà morts. Voir même plus. Je ne connais pas les chiffres. Est-ce qu'elle est en train de réduire leur sacrifice à néant ? Que leur mort était juste une histoire de « Moi j'ai le droit, toi tu n'as pas le droit ? ». Je serre la mâchoire. Je préfère ne rien dire. Comme le disait maman : Si tu n'a rien de gentil à dire, il vaut mieux te taire. Je met l'argent dans ma poche sans réfléchir. J'ai déjà plus ou moins donné ma parole, pas question de l'abandonner maintenant. Mais je ne peux m’empêcher de marmonner.

« Je plais les Gardiens dont ce sera le « destin » que de te protéger. »

Elle dit s'appeler Ryme. C'est un nom qui semble me dire quelque chose. La pensée remue dans mon crane comme une balle de flipper. Où est-ce que j'ai bien pu entendre ce nom ? Je n'aime pas ça, ne pas réussir a me souvenir. Ça ne m'arrivait pas avant. Je plisse les yeux. Ce me donnerait presque un mal de crane cette histoire. Ma main gauche se crispe légèrement. Heureusement, elle continue de parler, ce qui me permet de me concentrer, ne serait ce que temporairement, sur autre chose.

« Hum. Je suis un Gardien. J'accompagne l'Invokeur Midias dans son pèlerinage. Tu l'a peut être déjà rencontré, il était rattaché au temple de Luca avant de partir. Malheureusement, on a été séparés. On était au niveau de la Plaine Félicité. Du coup, là, je suis revenu à Luca. On avait toujours dit que si on était séparés, on reviendrait ici. »

Je sens comme une sorte de nostalgie s'emparer de moi. Mon ventre se met à doucement chauffer, comme si mes cicatrices me tiraient légèrement. Ce n'est pas désagréable, loin de là. Enfin. C'est une sensation difficile à expliquer. C'était cette sensation qui rends ma détermination aussi forte. Et c'était sûrement grâce à cette détermination que je suis encore là en fait. Bon, ça, et les soins de Pa et Ma. Mais je connais papi. Il ne voudrait pas que je laisse une jeune femme en danger pour lui.

« Oh, tu sais, ce n'est rien. Je ne vais pas laisser une personne en danger sans rien faire quand même, non ? »

Oui, ça pouvait sembler légèrement agressif. Mais c'est elle qui avait monté sur les grands chevaux en premier avec son histoire de destin. Il n'y a pas que les Invokeurs qui œuvrent pour la paix du monde. Je me rapproche d'elle et tends ma lance vers elle.

« Je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais peut être que tu pourrais utiliser ma lance comme bâton de marche, en attendant. Je pense pas pouvoir de toute façon réagir assez vite a quelque chose qui serait assez rapide pour nous attaquer avant que je la récupère. »

Je lui adresse un regard encourageant.

« Je ne dis pas ça pour te faire plaisir, hein. Au plus vite tu peux avancer, au plus vite on est arrivé. »

Je reprends mon air sérieux. Pas question de donner l'air d'être amadoué.

« Si tu veux, je peux porter cette épée le temps qu'on arrive a Djose. Ce sera sûrement plus facile pour toi. »

La balle de flipper me revient en pleine tête. Ryme. C'était le nom d'une chanteuse non ? Une coïncidence, sûrement. Personne de sensé ne quitterait cette vie pour celle d'Invokeur je pense. C'est la belle vie quoi. La tranquillité, Sin ou pas. Je me retourne. On commence à bien être éloignés de la ville maintenant.

« Et toi, avant d'être Invokeur, tu faisais quoi ? »

C'est ton occasion ma grande. Ne la rate pas.

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 205



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Mar 28 Mar 2017 - 10:17

La route jusqu'à Djose était encore longue, mais au moins... Il ne rechignait pas au bavardage, c'était déjà ça. Quelqu'un de complètement silencieux n'aurait pas convenu. Ryme était bavarde sans qu'elle le veuille parfois, lorsque les gens la mettaient à l'aise où lorsqu'il y avait de trop gros blancs dans une conversation. Il n'était pas du genre à faire ami-ami et c'était tant mieux, mais il répondait plus ou moins gentiment à ces dires et questions. Lorsqu'il lança une petite pique vis à vis des gardiens qui la protégeraient dans le future, elle ne put s'empêcher de vouloir le frapper. Une bonne droite, dans l'épaule. Pas pour faire mal, mais pour... Réagir ?

Puis, il lui parla de son rôle auprès d'un Invokeur... Mais c'était impossible. Ryme resta impassible et attendit la fin de l'histoire et un peu plus. Son teint devint doucement plus blanc. La personne qu'il était censé protégé était morte il y'a de ça deux années. Était-il en train de se jouer d'elle ? Non, il avait l'air sincère. Et puis son petit laïus sur les raisons qui le poussait à l'aider, était plutôt convainquant. Cependant, il fallait peut-être l'informer de la mort de son Invokeur ? Ou refuserait-il de l'accompagner plus loin ? L'idée tournait et retournait dans sa tête, et finalement, elle se dit qu'il vaudrait mieux attendre l'Auberge de la route : là, elle pourrait trouver d'autres personnes pour l'accompagner où se faire accepter dans l'un des multiples caravanes commerçantes qui traversait Spira.

« Merci pour la lance, c'est vrai que je ne suis pas la plus véloce des Invokeurs ! Mais cette épée est mon fardeau. Son propriétaire m'attend quelque part et il doit être assez en colère !» Dit-elle doucement en riant légèrement.

Ryme se saisit doucement de la lance : elle n'était pas aussi lourde qu'elle se l'était imaginé. Avec cet appui, il était clair qu'elle irait beaucoup plus vite. D'ailleurs, la cadence de ces pas avait déjà doublé, cela lui donna le sourire. Se déplacer depuis sa blessure avait toujours été une corvée et rester debout n'était pas son fort. Lors des concerts, elle était toujours debout et la douleur qui mordait ses muscles l'aidait parfois à chanter, c'était pour ça que, cruellement, aucun siège ne lui était donné lors des prestations. Mais tout cela était du passé. Son cœur se gonfla d'un espoir nouveau à l'idée d'une vie totalement différente. Et puis, elle pourrait peut-être retrouver Cillian.

« Je n'ai rien fait qui mérite d'être loué. Un prêtre de Yevon m'a trouvée quand j'étais petite et j'ai été éduquée par l'église, rien de très spécial. » mentit-elle avec une sincérité désarmante.

Ryme espérait qu'encore une fois, il a croirait. Qu'il ne reviendrait pas sur sa parole. Les Gardiens pouvaient parfois être des fanatiques et elle ne tenait pas vraiment à découvrir si Gordias faisait partie de cette catégorie. Ces plans se déroulaient trop bien pour qu'un nouvel obstacle se pose devant elle et puis, que pourrait-elle faire ? Courir ? Même pas en rêve. Se battre ? Plutôt essayer de courir, mais la réponse à cette première question restait inchangée. L'auberge ne se dessinait pas encore et Ryme était déjà coincée au niveau de la conversation : son envie de bavarder inutilement était presque aussi forte que celle de lui révéler la vérité à propos de son Ivokeur... Et puis zut, il fallait bien qu'elle soit honnête un peu avec lui de temps en temps. Alors, elle arrêta de marcher et attendit qu'il se retourne.

« Je crois que je n'ai pas été très honnête sur une chose » annonça-t-elle doucement.
Plusieurs choses, en faît, mais... Il le faut. Pensa-t-elle.

« Ton Invokeur... sir Midias. Il... Il est décédé il y a déjà deux ans. » souffla-t-elle.
« L'église a donné une grande cérémonie à Bevelle en son honneur. Je crois qu'il y repose. »
Après tout, je n'ai fait que chanter pour ces funérailles... Attends. Il sait.

« Mais je suppose que tu le savais déjà, si tu es son Gardien... Et que c'est pour me livrer que tu m'accompagnes ?... » Sa respiration était devenue plus difficile à mesure où elle se recroquevillait sur elle-même.

Quelques mètres les séparaient, mais il pourrait les traverser en un éclair, tandis qu'elle mettrait le triple ou le double. Il fallait croire que son plan avait encore échoué. Ryme baissait doucement la tête, attendant le verdict du jugement qui lui était destiné. Puis, dans son esprit une solution se dessina. Elle pointa la lance vers sa gorge.

« Je n'y retournerai pas. » cria-t-elle, les larmes au bord des yeux, prête à exécuter on geste au moindre mouvement.

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien

avatar

Classe : Mage noir

Points de rang : 80



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Gordias

Prêtre de Yevon

le Mar 28 Mar 2017 - 14:41
Une histoire bien classique en somme. Mon instinct me dit de ne pas forcément la croire, mais je suis un homme de science. Je ne fonctionne que sur des avis raisonnés, pas sur ce que mon ventre me dit. Pour l'instant, je vais lui faire confiance. Elle n'a pas grand chose a gagner en me mentant, non ? Ce n'est pas comme si je suis un riche marchand ou un ponte quelconque. Je ne suis qu'un homme basique. A première vue.

Un homme basique qui vient de se prendre un bon coup de massue sur le crane. L'invokeur Midias serait … mort ? Papi ? Qu'est-ce qu'elle me raconte là. Mes paumes deviennent moites. Je sens comme de la … sueur ? Ah, le temps se réchauffe il semblerait. Je cherche instinctivement ma gourde à ma ceinture. C'est marrant, ma gorge est devenue sèche. Non. Elle ne peut pas dire la vérité. Grand père, mort ? Ridicule. Je m’arrête. Inspiration. Expiration. Je pose mes mains sur mon front avant de remonter le contour de ma tête, plaquant mes cheveux contre mon crane. Dans le même sens, je monte mes yeux au ciel. Pourquoi inventer des choses comme ça ? D'une voix d'outre tombe, je lui demande en quelle année nous sommes.

Neuf cent dix. C'est ... Impossible … ? Ça voudrait dire que j'ai été hors service pendant … Cinq ans ? Non. J'ai beau essayer de réfuter, mon cerveau est bien trop bon pour ne pas voir le sens que ça ferait. Je savais que papi n'était pas forcément en grande forme. Je l'avais entendu s'engueuler avec maman avant qu'on parte. Mais de là a me dire qu'il est mort … Je ressens des picotements dans tout mon corps. Il a déjà décidé quoi penser, il semblerait. Papi. Mort. Je lutte pour retenir mes larmes. Je ne pense pas que c'est un combat que je peux gagner, malheureusement. C'est trop pour mon cerveau. Je ne comprends pas ce qu'elle me raconte. La livrer ? C'est elle qui m'a demandé de l'accompagner, non ?

Je remonte jusqu'elle en remontant ma capuche sur ma tête. C'est avec deux fins traits mouillés sur le visage que j'arrive a son niveau pour éloigner d'un coup la pointe de sa gorge. D'un ton qui, je l'espère, n'invitera aucune réponse, j'explique.

« C'est toi qui m'a demandé de te reconduire à Djose, non ? Alors prends une décision et vite. Moi, j'y vais en tout cas. Et j'ai envie d'être à l'auberge avant le plus profond de la nuit. Alors vite. Et j'aurai besoin d'un peu de … tranquillité. »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

C'est avec la tête un peu plus claire qu'on arrive à l'auberge. Avant de rentrer, je la regarde. Elle ne semble pas spécialement rassurée. Je lui lance ma cape.

« Met ça. Couvre toi le visage si tu as peur d'être reconnue. Et c'est moi qui parle. Okay ? »

Je ne sais pas qui elle est, mais j'ai compris une chose dans son comportement. Il y a quelque chose qui la poursuit. Ou quelqu'un. Ou plusieurs personnes. Mais ça ne m’intéresse pas. Si elle était vraiment dangereuse, il y aurait plus de poursuivants. Non, elle doit être une fille de riche qui se lance dans un pèlerinage contre l'avis de son père, ou quelque chose comme ça. Comment je le sais ? Son acompte, il correspond à très largement ce qu'un protecteur normal aurait demandé pour tout le voyage. Pas le genre de personne qui connaît la valeur de l'argent.

Je rentre dans l'auberge sans vérifier si elle me suit. Je l'espère en tout cas. Je demande une chambre pour deux. Deux cents gils. Je plonge la main dans mon sac pour en sortir une partie de mon avance. Elle me le remboursera, non ? Je monte jusque la chambre. Une fois qu'elle est rentrée, je verrouille la porte.

« Tu peux prendre le lit. J'ai l'habitude de dormir par terre. »

Une fois ma cape récupérée, je la roule en boule pour m'en servir comme appui pour ma tête. Je me tourne ensuite vers elle.

« Alors, c'est vraiment vrai ? Grand père est mort ? »

J'ai du mal à retenir mes larmes, une fois de plus. Je soupire en regardant le plafond. Après quelques minutes, on frappe à la porte. Je lance à Ryme un regard suspicieux avant d'aller ouvrir.

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 205



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Mer 29 Mar 2017 - 11:11

À la grande surprise de Ryme, il avança tout de même et lorsque la pointe allait percer sa chair, il l'écarta d'un geste précis. Il répondit alors à ces paroles sur un ton glaçant, qui lui donna la chair de poule. L'annonce de la mort de son compagnon lui faisait un terrible choc. Et Ryme pouvait le comprendre : le lien entre un Gardien et son Invokeur était profond et fort. Elle aussi avait eu un bref aperçu de ce que ce genre de relation pouvait donner... Mais elle, elle n'avait pas vraiment pu nourrir cette flamme comme elle l'entendait, son Gardien s'étant retrouvé catapulté dans Via Purifico. Alors, elle suivit sans rien dire. Et le reste du trajet fut morne comme un jour de pluie.

Mais ces instants sont précieux. Ils permettent à son esprit de se recentrer, de s'évader. Elle avait déjà entendu mainte fois le chant d'Ixion et se souvenait de toutes les fois où la bête, symbole du tonnerre était apparue devant le temple lorsqu'elle y était encore une pupille. Ryme souhaitait, pour le clin d’œil commencer par cette chimère, pour redescendre jusqu'à Kilika puis Besaid pour obtenir la faveur des priants des îles. Elle trouverait probablement d'autres protecteurs au fil de son voyage, mais elle était prête à risquer sa vie – un peu inconsciemment en voyageant seule.

Finalement, ils arrivèrent à l'auberge. Gordias détacha sa cape pour l'offrir à Ryme, le temps de la réservation. Inquiète qu'on puisse la reconnaître la jeune femme la passa, sans réellement se poser de question. L'étoffe était baigné de l'odeur du Gardien, un mélange d'herbe, de sueur et de cuir lui semblait-il. Le genre de fragrance qu'elle identifiait comme rassurante. Puis il entra, Ryme sur ses talons. Il commanda une chambre pour eux, malheureusement, il ne restait qu'une seule pièce de libre et celle-ci ne disposait pas de lits jumeaux. Il sembla tout de même la prendre et déposa sur le comptoir les deux cents gils demandées par l'aubergiste.

Une fois dans l'intimité de leur chambre, Ryme détacha la cape de son coup avant de la lui tendre. Elle s’assit sur le lit avant de voir Gordias mettre son vêtement en boule puis se coucher par terre. Pour être honnête jusqu'alors, elle n'avait pas vraiment fait attention à ce qu'il lui avait dit. Ryme poussa doucement un soupir avant de défaire l'épingle qui maintenait sa chevelure en place. Une cascade de cheveux roux tomba sur ses épaules et pendant quelques instants, elle se demanda s'il ne valait pas mieux les teindre avant de se raviser. Elle tourna doucement la tête et remarqua qu'il s'était allongé sur le dos. Leurs regards se rencontrent.

« J'aurais tant voulu pouvoir te dire le contraire. Mais, c'est vrai. Je suis désolée, je ne savais pas que Midias était ton grand-père. Tout ce que je peux te dire, c'est qu'il est parti dans son sommeil. Il a terminé son voyage et... Il est parti. Des funérailles ont été organisées en présence de sa famille et de l'église. » Dit-elle doucement.

« Je suis désolée. » Ajouta-t-elle quelques secondes plus tard.

Ryme n'avait jamais perdu quelqu'un de sa famille. C'était plutôt sa famille qui l'avait perdue. Abandonnée par des parents qui n'avait pas envie d'assumer une descendance maintenant que Sin était parti, elle n'avait jamais connu ses grands-parents – morts il y a de ça de nombreuses années. Mais elle pouvait essayer de compatir à la douleur de son Gardien honoraire. Elle allait rajouter quelque chose lorsque quelqu'un frappa à la porte. Gordias lui jeta un étrange regard et dés qu'il appuya sur la clenche, Ryme s'était cachée sous le lit.
A la porte, un homme d'une trentaine d'années. Ses joues légèrement roses et son sourire béa se retrouvèrent réduit à Néant lorsqu'il vit que ce n'était pas Ryme qui lui ouvrait la porte. Il remballa alors sa bonne humeur et essaya de regarder au-dessus de l'épaule de son interlocuteur pour regarder dans la pièce.

« Excusez-moi, j'ai vu passer une jeune femme rousse tout à l'heure jusque dans cette chambre. Je suis un grand fan et j'aimerais la rencontrer. » Dit-il sur un ton qui n'était pas réellement en accord avec la formulation d'une requête.
« S'il vous plaît, laissez moi entrer et lui parler, deux minutes ! » Insista-t-il en jouant des coudes pour entrer dans la chambre.

Ayant peur que tout cela ne tourne à la catastrophe, Ryme commença à sortir de sa cachette. Elle remit en place sa robe avant de s'avancer. Sous le coup de l'émotion, l'homme réussit à passer au travers de la défense de Gordias. Il se rapprocha vivement de la chanteuse, avant de lui prendre les mains, les serrant fortement avec ses mains légèrement moites.
« Ryme ! J'adore ce que vous faites avec les Voix ! Puis-je prendre une sphère avec vous ?
_ Je...
_S'il vous plaît, je suis votre plus grand fan ! »

Ne sachant pas quoi répondre, elle lança un regard plaintif à Gordias, espérant qu'il réagisse d'une quelconque manière pour la sortir de ce pétrin.

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien

avatar

Classe : Mage noir

Points de rang : 80



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Gordias

Prêtre de Yevon

le Mer 29 Mar 2017 - 16:50
Je m'en doutais, de ce qu'elle allait dire. Mais … C'est sûrement pour ça que le mec à réussi a me passer. Dur dur, se concentrer sur quelque chose quand vous venez d'apprendre qu'une de vos personnes les plus chères vient de passer de vie à trépas. Enfin. C'est compliqué en fait. Non seulement je dois digérer le fait que mon grand père, l'homme qui m'a plus ou moins élevé comme le père que je n'ai jamais eu est mort, mais en plus, que c’était il y a deux ans. Que j'ai disparu de la circulation pendant cinq ans. J'ai mal au crâne. Et ça a tendance à me rendre un peu … ronchon ? Je pose avec fermeté la main sur l'épaule de l'intrus en prenant mon plus bel de mâle alpha. D'une voix calme, mais posée, je m'occupe de l'individu.

« Je sais, je sais. Elle lui ressemble beaucoup. Je ne vais pas te mentir, c'est un peu parce qu'elle lui ressemble que j'en suis tombé amoureux, même si elle n'aime pas que je lui dise. »

J'essaie de maintenir l'homme en place avec ma poigne pour qu'il ne se retourne pas voir mon visage, qui exprime pour Ryme une sorte de rictus d'excuses. C'est la première idée qui m'est venue, et qui expliquerait pourquoi ils partagent une chambre. Si j'ai bien compris, elle fait, ou faisait, je ne sais pas vraiment, partie des Voix de Yevon. Autant essayer de l'éloigner le plus possible de la vie religieuse. J'espère juste qu'elle va marcher dans mon truc.

« Et si tu me demande mon avis, elle chante même mieux. Mais bon. Mais je peux comprendre pourquoi tu as eu autant envie de rentrer dans notre chambre. Malheureusement, ce n'est pas elle. Mais il y a une chose dont je suis sur. C'est que dans la chambre, il y a un petit ami fatigué qui aimerait pouvoir passer un peu de temps tranquille avec sa chère et tendre. Si tu vois ce que je veux dire. »

Je gonfle les muscles et tourne l'homme vers moi. Il ne semble pas très à l'aise et proteste légèrement. Je serre un peu plus ma main et je sens mes doigts commencer à pas mal mordre dans sa chair. Ça ne doit pas faire du bien. Mais je m'en fout en vrai.

« Si tu te dépêches, tu pourras peut être la voir avant qu'elle quitte Luca, okay ? Donc il vaut mieux te mettre en route maintenant. »

Manu militari, je le sors et verrouille la porte de nouveau. J'espère qu'il a compris qu'il ne fallait pas me faire chier. En tout cas, je me dégonfle comme une baudruche avant de retourner à ma place.

« Désolé pour ça, mais c'est ce qui m'est venu en premier. »

Je soupire.

« Bon. En vrai, je pense que c'est mieux pour moi de ne pas savoir quel est vraiment le soucis avec toi. »

Une lueur s'allume dans mes yeux. J'ai enfin compris.

« Tu … Es une chanteuse, non ? Je crois que ça me dit quelque chose. Oui, maintenant que j'y pense, le nom Ryme me dit quelque chose. »

Je me gratte la tête.

« A vrai dire … Je crois que je m'en moque. L'important, c'est qu'a partir de maintenant, je ne veux plus de mensonges, okay ? »

Je lui laisse un peu de temps pour s'excuser. Mais je n'écoute pas vraiment, pour être tout à fait franc. Trop de choses tournent dans ma tête. C'est pas facile putain. Mais dans un sens, je préfère ça. Si ma mère avait du à la fois apprendre que son fils était vivant, mais pour devoir lui apprendre que son grand père était mort. Ça n'aurait pas été facile. Je soupire longuement.

« La seule chose dont je veut être vraiment, vraiment sur, c'est que tu sois réellement une Invokeur. Cette histoire de pèlerinage, c'est pas une histoire juste pour aller je ne sais où faire je ne sais quoi ? Si je dois me mettre en danger pour toi, j'estime que c'est dans mon droit de savoir que c'est pour de bonnes raisons. »

Je la fixe intensément, mon regard presque aussi rougeoyant que sa chevelure, qui est plutôt jolie une fois détachée. Elle ferait mieux de laisser ses cheveux comme ça en fait. Elle a à peine le temps de répondre qu'on frappe encore une fois. C'est pas putain de possible, ça. Je vais ouvrir.

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 205



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Sam 1 Avr 2017 - 14:46

Gordias n'était pas juste un bon gardien, c'était également un bon menteur. Quelques jolies phrases suffirent à entourlouper le fan un peu trop envahissant. Il la présenta comme étant sa petite amie – ce qui la laissa de marbre, jusqu'à ce qu'il se tourne vers elle avec un rictus désolé. Alors, elle rentra dans son jeu et commença à minauder légèrement lorsqu'il parlait de ces talents de chanteuse et de leur relation. Elle faisait de son mieux pour que ça soit crédible, plausible et puis c'est vrai que sans son maquillage de scène, elle ne ressemblait pas vraiment à la demoiselle qui chantait pour les Voix de Yevon. Une tonne de fard à paupières en moins, ça vous change une femme. Et puis tout s’accéléra assez rapidement : il sortit le type de la chambre, verrouilla la porte et... Poussa un énorme soupir.

Ryme se retint de rire. La situation n'était pas réellement drôle, mais le voir se décomposer sous la fatigue est assez... Sympathique. Il s'excusa, mais, elle ne voyait pas trop pourquoi : il vient – encore, de lui sauver les fesses. Il ne faudrait pas que ça devienne un habitude. Il avait beau être gentil à sa manière, elle ne comptait pas faire de vieux os avec lui et il semblait être dans le même état d'esprit. Mais au moins, leur relation n'était pas à couteaux tirés. Il ne comptait pas la dénoncer ou la reconduire à Luca par la peau du dos, ce qui était déjà ça de prix.

Mais la situation devint plus sérieuse. De retour sur sa cape au sol, il commença à l'identifier. Mais au final, il ne tenait pas vraiment à en savoir plus. Ce qu'il voulait à présent, c'était la vérité et savoir si oui ou non, elle était une Invokeure. La gorge de Ryme se serra doucement. Elle passa nerveusement une main dans ces cheveux avant de s’asseoir sur le lit. Elle le regardait légèrement de haut, juste assez pour se sentir encore un peu en confiance et maîtresse de la situation. Son esprit vit défiler l'explication à toute vitesse mais est-ce que tout cela suffirait ?

« La vérité et plus rien que la vérité. Je te le promets. Maintenant que je vois que t'as pas envie de me ramener là-bas par la peau des fesses... Je te dois bien ça. » Commença-t-elle doucement en essayant de trouver les mots qui pourraient être les plus justes.
« Je suis une apprentie Invokeure. Mes parents ne sont jamais revenue de leur pèlerinage. J'ai d'abord été placée à Djose, puis à Bevelle. C'est là-bas que j'ai été repérée pour être une Voix. Je veux, vraiment, vraiment, vraiment devenir une Invokeure et partie en pélerinnage. Depuis des années. Mais comme tu t'en doutes, les responsables des Voix n'aiment pas trop perdre leurs... « Visages », je suis donc obligée d'employer des stratagèmes pour pouvoir mener la vie que je souhaite. Je n'ai plus envie d'être une idole de papier, une imposture. Je veux donner de l'espoir au gens, un vrai espoir, pas juste une comédie éphémère et superficielle. » Les mots filaient sans qu'elle ne puisse vraiment s'arrêter, c'est lorsqu'elle se sentit ridicule d'avoir été autant galvanisée par son propre discours qu'elle cessa de parler, les joues légèrement rouge de honte. Vider son sac de la sorte n'était pas dans ses habitudes, d'autant plus que celui qui reçoit les trucs qui sortent du sac était un parfait inconnu.

« C'est pour ça que j'ai menti... Déso... » Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que l'on toqua à nouveau à la porte.

Le cœur de Ryme, comme la première fois, fait un looping dans sa cage thoracique avant de retourner à sa place. Gordias se leva pour aller voir qui troublait encore leur temps de repos. Cette fois-ci, ce n'était pas un fan. Simplement, l'aubergiste qui apportait le dîner sur un plateau. Il le donna rapidement au Gardien. Les bras chargés, il serait difficile de fermer la porte, alors, Ryme se chargea de refermer la porte derrière eux après un léger bonsoir à l'intention du maître des lieux.

Le repas avait l'air fameux, mais malgré les bonnes odeurs, la jeune femme n'avait pas faim. Une soupe, quelques légumes et un morceau de viandes nappé d'une sauce, c'était bien trop pour elle. Elle prit néanmoins le bol qui lui était destiné : il fallait manger pour avoir des forces. Elle porta la cuillère en bois jusqu'à ces lèvres et fit l'amer constata que la nourriture était plus belle que goûteuse, mais, il fallait dire qu'elle était habituée aux fastes que lui octroyait sa place dans ce monde.

« Après la route de Mi'hien, il faudra atteindre les Mycorocs. Puis nous serons dans la région de Djose. Le voyage sera encore long ? Si c'est le cas, je suggère que nous nous couchions tôt pour repartir à l'aube. J'aimerais avoir le plus d'avance possible. Ils ne remarqueront mon absence que dans la matinée de demain, sauf si quelqu'un est allé les informés que... j'étais là. » Murmura-t-elle doucement entre deux bouchés.

Une fois que son estomac fut rempli, Ryme se leva de la petite table sur laquelle ils avaient dîné. Elle retira son manteau de cuir. Elle détacha ensuite une partie de sa robe qui était garnie de plumes blanches. Elle retira ses souliers et massa légèrement ses orteils. Les voyages n'étaient pas encore son fort, mais ça viendrait. Chaque ampoule était une petite victoire sur ceux qui souhaitaient la mettre en cage. Tant pis si sa robe n'était pas dans un bel état. C'était la vie qu'elle avait choisie.

« Bonne nuit, Gordias. » Dit-elle doucement en s'allongeant sur le dos.

Elle fixa longtemps le plafond, cherchant le sommeil, attendant que la respiration de son comparse se transforme pour pouvoir enfin dormir à son tour.


 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Le continent • :: La route de Mi'hien