Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Toute chose a son commencement [Pv: Akemi]

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika :: Le port

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 135



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Jeu 30 Mar 2017 - 19:19
Durant un instant, il se demanda si elle avait changé d’avis. Plusieurs heures avaient passé sans que la silhouette d’Akemi n’apparaisse à l’horizon. Et pour être franc, Seiji aurait préféré que la jeune femme renonce, et préserve sa santé déjà trop fragile à son goût. Mais il savait pertinemment que la jeune femme n’allait pas se résigner. Pas cette fois-ci. Mais bien que l’inquiétude le ronge, il avait un certain respect pour cette détermination farouche dont Akemi était capable de faire preuve.

Il observa longuement l’horizon, songeant à cette aventure qui les attendaient. Combien de monstres affronteraient-ils ? Combien de kilomètres marcheraient-ils ? Combien de fois Akemi allait-elle être rattrapée par la maladie ? Ses paupières se refermèrent, une expression contrariée sur le visage. Il avait horreur de l’admettre, mais il n’avait pas l’esprit tranquille. Ce fut presque machinalement que Seiji jeta un regard à ses affaires, à la recherche de quelque chose susceptible de lui changer les idées. Il s’était cantonné au strict minimum, le tout grossièrement amassé dans un sac baluchon : quelques affaires, une poignée d’objets utiles, et de vieux remèdes qui pourraient calmer d’éventuelles douleurs. Et bien entendu, sa précieuse arme – Cunégonde – et tout le nécessaire pour son entretien. Malgré la longue traversée qui les attendaient, Seiji n’avait pas jugé utile de changer ses habitudes : ses cheveux avaient toujours la même teinte rose pâle – aussi artificielle soit-elle – et son manteau blanc accompagné d’un bonnet anthracite divergeaient radicalement des tenues traditionnelles de Spira. Même dans son visage, Seiji respirait l’arrogance d’un Al-Bhed qui prône fièrement ses origines.

Ce ne fut que quelques minutes plus tard que sa silhouette émergea à l’autre bout du quai. Il la regarda de loin, adossé à un support de bois, juste à côté de la rampe menant au bateau. Dès que la demoiselle arriva à portée de voix, il éleva le ton pour attirer son attention. Dans un soucis de tranquillité, il avait ménagé sa voix pour ne pas attirer l’attention, préférant s’épargner des villageois curieux. Malgré tout, il avait ce timbre de voix apathique qui lui était propre, et reconnaissable entre mille.

« T’es en retard. J’ai failli attendre. »

Malgré ses propos, ni sa voix, ni son regard n'avaient quoique ce soit d'hostile. Décidé à ne pas perdre de temps, Seiji désigna le pont du navire d’un signe de la tête. « Grimpe. Je prends ça. » dit-il tout en attrapant les affaires d’Akemi de sa main libre. Et sans davantage de précision, il posa le pied sur le rampe de bois. Une fois les pieds sur le pont, il laissa une poignée de pièces au marin qui les accueillit, afin de régler la note de la traversée. Puis, il jeta un regard en arrière, scrutant l’expression d’Akemi. Même s’il était calme et détaché, la jeune femme ne partagerait sans doute pas son flegme et sa sérénité. Mais quitte à se lancer dans des explications, Seiji préférait le faire à bord du navire.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika :: Le port

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 130



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Apprentie Invokeure

le Jeu 30 Mar 2017 - 20:37




Toute chose à son
commencement



Il était à présent trop tard pour reculer, bien qu’au fond, il n’était jamais trop tard. Elle ne voulait abandonner son rêve, malgré la tristesse qui commençait à l’enivrer. C’était la première fois qu’elle partait hors de son petit cocoon. Qu’elle quittait sa famille. Elle était à la fois excitée et apeurée par ce voyage qui risquait de durer. Elle avait bien sûr peur de cet inconnu, de se retrouver seule, mais après tout, elle savait qu’elle risquait d’en ressortir grandis. Comme Seiji quand il était parti pendant des mois durant. Cela ne pouvait que lui faire du bien, et elle en était convaincue. Du moins, elle préférait s’en convaincre. Elle faisait cela pour elle, mais aussi pour le monde entier. Devenir une invokatrice était certes un rêve, mais aussi une façon d’aider le monde à combattre les différentes menaces sur ce monde. De plus, si jamais Sin revenait à la vie, elle serait apte à aider les nombreux combattants à le menacer. C’était là, son objectif, celui qui lui permettrait de continuer, d’avoir le courage d’avancer. Pourtant, ses pensées ne pouvaient s’empêcher de se tourner vers Seiji. Au fond, la demoiselle aurait aimée partager et faire ce voyage avec cet être qu’elle aimait tant. Quand il était partit pendant huit mois, la jeune femme n’avait pus s’empêcher de se ronger les ongles, priant chaque jour quand elle le pouvait pour protéger le jeune homme. Elle ne voulait infliger ce tourment, pourtant, elle avait peur qu’on lui proposant de l’accompagner, il ne cherche qu’à l’en dissuader. Ce qui aurait été compréhensible au vu de son état, mais surtout de sa santé défaillante, mais cela n’allait pas l’arrêter. Ça ne l’arrêtera plus désormais. Levant la tête vers l’horizon, Akemi se mit en marche vers le port de Kilika, décidant cette fois qu’elle ne se retournerait plus pour pleurer ses souvenirs. Si elle voulait devenir une invokeuse accomplie, elle devait devenir forte, que ça soit physiquement comme mentalement.

La route était plutôt calme et tranquille en cette aube orangée. C’était la première fois qu’Akemi avait le loisir de voir pareil paysage, d’habitude, elle n’arrivait jamais à voir cette fameuse aube, s’écroulant soit de fatigue, soit étant trop faible pour se lever jusqu’à sa fenêtre. La fraîcheur marine semblait comme vouloir fêter son départ, tandis que le bateau en départ de Besaid semblait l’attendre avec fierté. Quelques personnes semblaient monter à bord du navire, tous, sauf une personne qui se tenait non loin de celui-ci, semblant comme attendre quelqu’un. Sa stature n’était pas inconnue à Akemi qui s’était mise à plisser les yeux pour mieux voir cet inconnu. Des cheveux roses, une tenue différente de ceux du paysage, elle n’avait plus de doute, il s’agissait là de son ami et amour, Seiji. Interdite, la jeune femme se stoppa quelques instants, ne sachant comme réagir face à cette apparition. Comment avait-il su ? Avait-elle laissée transparaître son envie de pèlerinage ? Pourtant elle avait fait attention à la moindre de ses paroles, au moindres de ses gestes. À moins qu’il était ici pour arrêter nette sa folie. Penaude, la jeune femme s’approcha alors du jeune homme, s’arrêtant presque d’effroi quand elle entendit la voix du jeune homme s’élever à son encontre, mais à sa grande surprise ce ne fut pas pour la gronder, mais plus pour lui reprocher son retard.

« En retard ? Comment ? Que… Quoi ? »

Restant interdite devant la situation qu’elle n’arrivait à comprendre, la belle prêtresse ne su que faire à part obéir aux directives que lui lança l’épéiste. Son expression hagard ne voulait se défaire de son visage, tandis que ses jambes là menait sur ce fameux bateau. Soudain, prenant enfin conscience de ce qu’il se passait, Akemi se tourna vers son ami, essayant de reprendre ses esprits, non sans cacher sa surprise et son émoi.

« Mais, mais… Seiji ! Comment… Pourquoi ? Comment tu as su ce que je voulais faire ? Pourquoi es-tu là ? Ne me dit pas que tu veux me suivre si ? » Soudain, elle se rendit compte que sa dernière question pouvait être mal prise, aussi, elle se reprit immédiatement. « Non pas que je ne veux pas que tu sois là, au contraire j’en suis très heureuse. Enfin… Je veux dire que ça me rassure… Enfin pas que, je suis vraiment contente… Je… Olala… »

Reprenant sa respiration comme pour essayer de se calmer, la prêtresse se mit soudainement à s’incliner, comme pour s’excuser, ce qu’elle était d’ailleurs en train de faire. « Je ne veux pas que tu te forces ! Si tu n’en as pas envie, tu n’es pas obligée de me suivre ! Je te promets que je prendrais soin de moi et que je ferais attention. Je ne parlerais pas aux inconnus et je prendrais soin de me reposer quand j’en sentirais le besoin. Mais s’il te plait, ne m’oblige pas à rentrer… »

Ayant peur que le jeune homme change d’avis, la jeune femme décida d’en prendre les devants espérant qu’il comprendrait qu’elle avait à son tour envie de s’évader loin de Kilika.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika :: Le port

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 135



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Ven 31 Mar 2017 - 17:54
Confrontée aux paroles de Seiji, Akemi afficha une mine déconcertée. Son regard était chargé d’incompréhension, et les balbutiements qui s’échappèrent de sa bouche trahissaient toute sa confusion. Et pourtant, Seiji ne chercha pas le moins du monde à se justifier. Il grimpa à bord, enjoignant Akemi à le suivre, et ce fut donc dans un état d’hébétude totale que la jeune femme se conforma à ses directives, grimpant à bord du navire. Ils étaient près de la rambarde, surplombant le quai, quand la jeune femme retrouva ses esprits. Sous le coup de la surprise, Akemi s’éparpilla en une myriade de questions confuses : pourquoi était-il ici, ou comment avait-il deviné ? Mais la demoiselle était si déconcertée que ses propos s’embrouillèrent. Et avant même que Seiji parvienne à articuler un traitre mot, Akemi était déjà en train de s’incliner face à lui, se confondant en excuses et l’implorant de ne pas empêcher son départ. Quand les dernières paroles de la prêtresse s’évanouirent dans la brise, Seiji était en appui contre la rambarde, l’observant avec un certain flegme sur le visage. « Si j’avais l’intention de te ramener chez toi, je ne t’aurais pas fait grimper sur ce bateau. » il marqua un temps d’arrêt, le temps que la jeune femme assimile ses paroles. Il se redressa après quelques secondes, le regard tourné vers Kilika.

« C’est ta mère qui m’a prévenu. Et il n’est pas question que tu partes seule. Il fixa Akemi d’un œil impassible. C’est non négociable. »

Il se tourna machinalement, posant ses coudes contre la rambarde. Bientôt, ils quitteraient l’île. Et même s’ils reviendraient bien assez tôt, un tel instant mérité d’être immortalisé. Il invita Akemi à faire de même d’un signe de la tête, conscient que la situation exigeait de plus amples explications. Il justifia donc – bon gré mal gré – sa décision auprès de la jeune femme.

« Que je le veuille ou non, tu feras ce pèlerinage. Il ne détacha pas son regard de l’horizon, et continua : la seule chose que je puisse faire, c’est décider si je te laisse affronter ça toute seule, ou si je viens avec toi. Sa voix tomba doucement. Mais rapidement, il glissa un regard en coin à Akemi. Et si ma présence te rassure, surenchérit-il d’un ton railleur. »

Sur ces mots, Seiji se redressa et fit quelques pas en direction de la proue du navire. « Si ton père savait, il ferait une syncope » ajouta-t-il d’une voix légèrement satisfaite. Puis, il décida d’aborder un sujet autrement plus important : le début de ce pèlerinage. « Ce bateau va à Besaid. Tu es sûre que c’est par là-bas que tu veux commencer ? » l’interrogea-t-il d’une voix neutre. Une autre solution aurait été de se faufiler dans le temple de Kilika, et de réclamer la bénédiction d’Ifrit pour que le village et l’Église reconnaisse Akemi comme une Invokeuse. Mais apparemment, la demoiselle en avait décidé autrement. Et comme ils étaient désormais deux dans cette aventure, Seiji souhaitait en apprendre plus sur le plan imaginé par la jeune apprentie.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika :: Le port

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 130



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Apprentie Invokeure

le Ven 31 Mar 2017 - 20:25




Toute chose à son
commencement



La demoiselle avait finis par se confondre en excuse espérant que le jeune homme n’avait pas décidé de lui donner de faux espoir, mais en entendant sa réponse, Akemi n’avait pus s’empêcher d’afficher un air surpris, regardant son ami sans comprendre. Penchant la tête sur le côté — comme si cela l’aiderait à y voir plus clair — la prêtresse regarda le jeune homme sans rien dire, ne sachant quoi ajouter à sa remarque. Le regard tourné vers l’horizon, Seiji continua dans ses paroles, expliquant le pourquoi du comment il était ici et en entendant que cela était grâce à la mère de la jeune femme, celle-ci n’avait pus cacher à nouveau son étonnement, s’exclamant aussitôt. « Ma mère ? Mais comment ? … » Elle qui avait pensé être discrète, elle en fut presque déçue d’être aussi transparente. Il faut dire, sa mère avait toujours eu le don de comprendre le moindre de ses faits et gestes, comme si elle était dans sa tête, telle une voyante ou une télépathe. Ne cachant sa déception, la demoiselle se reprit aussitôt quand Seiji lui énonça qu’il était hors de question qu’elle parte seule. Ses paroles eurent le don de faire rougir la demoiselle qui ne sut quoi répondre face à cette phrase pleine de détermination et quand elle remarqua l’invitation du jeune homme à se tenir à ses côtés, elle secoua doucement la tête, essayant de cacher cette rougeur pour mieux se concentrer sur le paysage environnant. La douce lumière du soleil réveillait avec douceur la petite île de Kilika qui commençait à s’épanouir joyeusement. Quelques maisons commençaient à se défaire des volets qui empêchaient à la lumière de filtrer les lieux. Quelques bateaux de pêche commençaient à décharger les cargaisons pour mieux se préparer à la vente matinale. C’est à ce moment-là, que la jeune femme constata de la beauté de son île. Elle qui n’avait jamais pus l’admirer ainsi, fut émerveillée par ce magnifique spectacle qui se tenait là, devant ses jolies yeux noisettes. Sa rêverie fut vite tirée quand la voix de Seiji s’éleva doucement, attaquant d’hors et déjà la détermination de la jeune femme face à sa plus grand rêve. Bien que cela n’avait pas été dit méchamment, Akemi n’avait pus s’empêcher de ressentir un peu de culpabilité et d’une petite voix, elle lui répondit avec un air quelques peu peinée. « Pardon. ». Elle avait l’impression de faire une grosse bêtise, pourtant, sa culpabilité n’était pas assez forte pour l’arrêter et elle ne tenait pas à le faire. Heureusement, son ami avait l’air de parfaitement comprendre son choix expliquant pourquoi il tenait à être là, avec elle, à ses côtés. En écoutant ses mots, Akemi n’avait pus retenir cette petite étincelle de bonheur qui jaillissait en elle. Elle avait tellement espérée pouvoir être avec son amour de jeunesse. De pouvoir partager un voyage à ses côtés, qu’elle avait l’impression de rêver, mais très vite, elle fut ramenée à la réalité en entendant la remarque de Seiji et très vite, son visage s’empourpra de plus belle, tandis que sa tête se tourna comme pour éviter que l’épéiste puisse le voir.

« Je… Ce n’est pas gentil de te moquer ! »

Une petite moue s’afficha alors sur son visage, comme une enfant vexée par une mauvaise farce, mais contre Seiji, cela ne durait jamais longtemps, surtout face à sa remarque concernant son père qui eut le don de la faire doucement rire. « Pas qu’une syncope… Je pense qu’il te maudirait sur les longues années à venir. Mais tu sais, au fond, je pense qu’il t’aime bien. ». Bien qu’il semblait ne pas le montrer, Akemi était convaincue qu’au fond, sa figure paternel éprouvait un peu de compassion pour le jeune garçon, bien que ça paraissait surréaliste quand on voyait la relation que les deux avaient tissées. Restant à sa place, Akemi continuait à regarder l’horizon pour mieux enregistrer ce doux moment, jusqu’à ce que la question concernant sa destination soit posée. Fermant les yeux quelques secondes, la belle prêtresse laissa tout d’abord un silence s’installer, avant d’ouvrir ses yeux et de s’exprimer, ses yeux fixant le temple de Kilika qui se tenait au loin. « Commencer par la bénédiction d’Ifrit me serait beaucoup trop difficile à supporter. Je risque de rester alitée bien trop longtemps. C’est pour cela que je dois commencer par une chimère qui me demandera beaucoup moins d’effort pour débuter. Et Valefor me semble ce qu’il y a de plus conseillé surtout pour quelqu’un comme moi… »  Bien que ce fut long, Akemi avait bien pris le temps de se renseigner sur chacune des chimères existantes et même si la chimère de feu semblait plus cohérente au premier abord, la demoiselle savait ce qui risquait d’advenir, si elle ne faisait pas attention. « Puis tu sais, Valefor est une très bonne chimère pour commencer. Il parait qu’elle est très protectrice et attentionnée. Un peu comme toi, mais avec un meilleur caractère. » Riant face à sa moquerie, la demoiselle reprit une expression un peu plus sérieuse, se tournant vers son futur gardien. Son regard semblait doux, tout comme son sourire, pourtant, on pouvait y lire comme un peu d’anxiété et d’inquiétude.

« Tu es vraiment sûr de vouloir m’accompagner ? Ce pèlerinage risque de durer longtemps tu sais. Je ne sais pas du tout comment mon corps va réagir, ni si je suis capable de tenir le choc. Cela sera éprouvant et je devrais certainement faire des haltes de plusieurs jours. Donc… Je ne t’en voudrais pas, si tu décidais de ne pas me suivre. »

Avec sa santé désastreuse, elle n’était pas à l’abri d’une maladie, d’une quelconque fatigue, ni même d’une crise qui risquait sûrement de l’emporter dans l’au-delà. Et en pensant à cela, la prêtresse ne pouvait s’empêcher de ressentir une pointe de tristesse dans son cœur. Sa crise… Jusqu’ici elle n’en avait pas refait, mais… Qui sait quand la prochaine arrivera ? Elle ne devait pas y penser, surtout pas ! Pour le moment, elle devait se concentrer sur son nouvel objectif, mais aussi être sûre et certaine que cet homme qu’elle aimait tant ne se force pas à mettre sa propre vie en parenthèse pour elle.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika :: Le port

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 135



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Dim 2 Avr 2017 - 16:38
Instinctivement, Seiji se renfrogna. Il aimait assez l’idée que sa présence comme Gardien auprès d’Akemi puisse rendre fou le père de celle-ci.  Mais imaginer que ce vieux grincheux l’apprécie, même sous des couches de reproches et de mépris, lui était insupportable. « Ouais, il m’aime au moins autant que la peste et le choléra. Et encore, il préfère peut-être le choléra. » riposta-t-il, légèrement grognon. C’était une discussion perdue d’avance, et Seiji n’avait pas l’intention de faire le moindre effort vis-à-vis du père de la jeune femme. Et rapidement, il fut question d’un sujet bien plus important pour le Gardien : le déroulement de ce pèlerinage. Il aborda ce sujet en demandant à Akemi la raison pour laquelle elle avait décidé de ne pas faire de Kilika son point de départ. Ainsi, la demoiselle lui exposa que la bénédiction d’Ifrit serait trop intense pour commencer son pèlerinage, et formula son intention de débuter par une Chimère autrement plus bienveillante : Valefor. Sans un mot, Seiji hocha légèrement la tête. Elle avait conscience que sa condition physique allait être un frein considérable à son pèlerinage, ce qui lui ôta un poids des épaules. Mais ce fut la phrase suivante attira son attention. Comme lui, avec un meilleur caractère ? Il posa un regard désabusé sur Akemi, exprimant un mélange de dépit et de découragement. « Sérieusement ? T’es sûre que tu m’as bien regardé ? » mais face à son rire, il ne protesta pas davantage.

Pourtant, une autre préoccupation semblait logée dans l’esprit de la jeune femme. Son expression devint soudain très sérieuse, et en quelques mots, Akemi offrit à Seiji une occasion de changer d’avis. Quelques secondes s’écoulèrent, durant lesquelles le jeune homme s’enferma dans le silence, observant Akemi d’un œil attentif. Quand il se planta enfin face à la jeune femme, il lui tapa le front du bout de l’index. Puis, il soupira.

« Bon, écoute moi  bien parce que j’ai pas envie de me répéter. J’ai choisi d’être ici. Que je sache, tu ne m’as même pas prévenu de ton départ, ajouta-t-il, une pointe accusatrice dans la voix. Mais il revint rapidement sur le sujet. Si tu pars, je pars avec toi. De toute façon, ce n’est pas comme si quelqu’un d’autre m’attendais ici. Enfin… il se remémora brièvement sa mère, mais chassa cette pensée d’un revers de la main. Bref, tu vois ce que je veux dire. »

Il inspira calmement. Son visage sembla se détendre légèrement, puis, il jeta un regard à Akemi. « Ça te convient ? » mais c’était une question de principe. Même si elle n’était pas satisfaite de la situation, cela ne changerait strictement rien. Soudain, la sirène du bateau résonna. Un vrombissement, et le navire s’ébranla. Lentement, la coque caressa la surface de l’océan, s’éloignant paresseusement du port de Kilika. Ce fut avec une certaine sérénité que Seiji observa son île, sous les reflets de l’aube naissante. Bientôt, les pêcheurs s’aventureraient dans le récif, et les autres habitants iraient à leurs vies quotidiennes. Et la vie de la petite île continuerait à suivre son cours. « C’est jamais facile la première fois. » articula-t-il à voix basse, à l’attention d’Akemi. Bien entendu, ils reviendraient pour chercher la bénédiction d’Ifrit. Mais pour le moment, ils regardaient l’endroit où ils avaient vécu s’éloigner dans l’horizon. Sans un mot, Seiji s’approcha légèrement d’Akemi, comme pour lui faire savoir son soutien. Ils seraient de retour bien assez tôt. Mais alors que cet instant était la cristallisation même du début de leur voyage, Seiji réalisa avec amertume que c’était aussi le début d’une course contre la montre : sauver Akemi du destin qu’elle avait choisi en décidant de suivre un pèlerinage.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika :: Le port

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 130



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Apprentie Invokeure

le Mer 5 Avr 2017 - 21:03




Toute chose à son
commencement



Ce petit moment d’euphorie et d’amusement avait eu pour effet de calmer les angoisses de la demoiselle, mais aussitôt, le sérieux était revenue et comme pour ne pas mettre de poids sur les épaules de son futur gardien, la prêtresse lui demanda à nouveau s’il était sûr de son choix. Son regard noisette était intense, mais surtout bien plus sérieux qu’à l’accoutumée. En voyant le jeune homme s’approcher d’elle, la demoiselle ne broncha pas, continuant à garder son calme et son sérieux, mais en sentant une vive douleur sur son front, celle-ci laissa échapper une plainte sonore, sa main rejoignant vite cette zone qui devait être rouge à présent. Tout en frottant son front, Akemi écouta avec soin les propos de son ami d’enfance, prenant une moue quelques peu coupable quand il lui reprocha sa décision de ne pas l’avoir prévenu de son départ. « Pardon… » Très vite la culpabilité s’évapora quand l’épéiste insista sur le fait qu’il resterait à ses côtés, ponctuant bien sa décision avec le fait qu’il en manquerait à personne. N’étant pas persuadée par cela, la jeune femme décida de ne pas insister plus sur la question et quand il lui demanda confirmation par principe, la jeune femme hocha doucement la tête, lui adressant son plus beau sourire, ses mains se joignant en signe de prière sur son collier qu’elle chérissait tant.

« Tant que tu ne te forces pas, cela me va. Merci Seiji. »

Jamais elle aurait pensé que le jeune homme se dévouerait autant pour rester à ses côtés. Lui qui agissait toujours comme un solitaire, qui semblait ne pas vouloir la compagnie des autres, semblait toujours lui faire une exception tout particulière. La prêtresse avait même presque honte de ne pas lui avoir parlé de son voyage, mais au fond, elle ne le regrettait pas, appréciant plus la situation actuelle que si elle avait été préméditée. Ce qui pouvait sembler égoïste. Sursautant à l’entente de la sirène du bateau, Akemi se tourna alors sans attendre vers sa petite île natale. Elle pouvait sentir l’embarcation qui glissait avec élégance sur l’eau salée de ce vaste océan. Les mouettes semblaient accompagnés ce départ par des cris dont elles étaient les seules détentrices. À ce moment, les sentiments de la jeune femme étaient partagés. Elle ressentait une vive excitation à l’idée de vivre enfin son rêve, mais elle était aussi triste et angoissée à l’idée d’abandonner tous ceux qu’elle aimait et qu’elle chérissait. Tiraillée part ses deux sentiments contraires, Akemi ne savait comment réagir, mais en entendant les paroles de Seiji, son cœur comment ça à doucement se soulager, comme si ses simples mots lui avaient enlevé cette douleur qu’elle ressentait à cet instant précis. « J’espère qu’ils ne m’en voudront pas…Je vous promets de revenir plus forte… Père, Mère… Prenez soin de vous. » Un soupir de soulagement s’échappa alors de ses fines lèvres. Elle devait penser à autre chose, ne plus se torturer avec ce qu’elle laissait derrière elle. Elle devait être forte, devenir une invokeuse digne de ce nom. Capable de protéger ses principes, mais aussi ces personnes qu’elle aimait affectueusement. Lançant un regard déterminé pour elle-même, la demoiselle se tourna alors vers Seiji, pointant du doigt l’autre extrémité du bateau, avant de lui adresser un air joyeux, presque enfantin. Juste pour oublier un moment cette pression qu’elle exerçait sur elle-même inconsciemment ou non.

« Allons voir l’océan ! Ça te dit de faire la course ? »

N’attendant aucune réponse de la part de l’épéiste, la jeune femme se dirigea à sa vitesse vers le pont opposé de façon à mieux se changer les idées, mais à peine avait-elle entamée la moitié du parcours qu’elle se prit les pieds dans un objet non identifié par sa personne. N’ayant rien pour se rattraper, la demoiselle se retrouva alors à terre, commençant à se relever tout en se frottant sur les endroits endoloris de son corps. « La course n’était pas une si bonne idée que ça tout compte fait. » Elle avait oublié à quel point elle pouvait être maladroite par moment et cette maladresse était toujours là pour la rappeler, ce qui n’était pas vraiment pour lui plaire.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika :: Le port

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 135



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Sam 8 Avr 2017 - 16:20
Une expression paisible germa sur le visage de Seiji quand Akemi lui adressa ses remerciements. Même si le temps avait passé, elle n’avait jamais perdu ce sourire sincère et candide. Il observa un instant l’horizon, avant que la sirène du navire ne résonne sur le pont. Il était temps désormais. Et dans un silence solennel, ils regardèrent la petite île disparaître dans l’horizon. Incapable de faire des grands discours, Seiji se contenta de quelques mots à l’attention d’Akemi. Et dans un murmure, la jeune femme adressa ses adieux à ses parents. Silencieux, le jeune homme laissa ces mots se perdre dans la brise. Quand Akemi se tourna vers lui, elle avait dans le regard cette détermination farouche qui était la sienne. Et lui, sous son visage impassible, éprouva un profond sentiment de protection à son égard. Mais l’index que la jeune femme pointa vers l’autre extrémité du bateau le prit au dépourvu. Dans une impulsion joviale, Akemi lui proposa de faire la course pour regarder l’océan, et s’élança sans attendre. Seiji la regarda d’un œil dubitatif, sans la moindre intention de faire la course. Mais quand Akemi s’empêtra dans un cordage traînant sur le sol pour mieux terminer sa course contre le sol du navire, il dû faire un effort colossal pour réprimer un sourire hilare. Il s’approcha pour la rejoindre, nonchalant, et la regarda en lui adressant un sourire teinté de moquerie. « Je pense que j’ai gagné. » lança-t-il à voix haute. Néanmoins, il aida Akemi à se remettre debout, faisant preuve d’une délicatesse qu’il n’offrait pas à tout le monde.

« On oublie la course, confirma-t-il en s’avançant vers le bord du navire. Sous son regard, le bleu de l’eau étincelait de mille lueurs. Plus loin, on devinait parfois l’ombre d’un poisson sous la surface. Regarde, dit-il en désignant le ciel à Akemi. Plusieurs mouettes tournaient au-dessus du bateau. Les mers offraient un spectacle unique. Tout semble différent vu d’ici. »

Il avait le regard lointain de ceux qui aiment la liberté. Dans le lointain horizon, la surface de l’eau et le ciel se rencontraient, faisant naître chez lui un profond sentiment d’infini. Un sentiment qui allait au-delà de la simple beauté. Après quelques instants, il se détacha de cette vue et se tourna vers Akemi. « On arrivera au port de Besaid en fin de soirée. Tu devrais en profiter pour te reposer. Une fois au port, on devra traverser l’île pour rejoindre la ville. »

Ils avaient encore un long trajet à faire. Seiji observa un instant la jeune femme, une expression contrariée dans le regard. « Et… N’essaie pas d’en faire trop, ok ? » lâcha-t-il après quelques instants. Même s’il était incapable de l’exprimer convenablement, il était évident que le jeune homme était inquiet. Et alors que ses pensées se bousculaient dans sa tête, il porta son regard sur l’horizon.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika :: Le port

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 130



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Apprentie Invokeure

le Ven 14 Avr 2017 - 16:56




Toute chose à son
commencement



Elle se sentait honteuse d’avoir chutée de cette façon et sur un fin cordage qui plus est. Heureusement, qu’elle avait eu plus de peur que de mal, bien qu’elle sentait quelques douleurs ici et là, mais rien de bien méchant. En voyant le sourire moqueur de son ami d’enfance, la demoiselle n’avait pus s’empêcher d’afficher une mine boudeuse, essayant de retenir cette rougeur dû à la gêne d’avoir été ridicule. « Un jour, je gagnerais. » C’était plus une promesse pour elle-même que pour le jeune homme, jusqu’ici, elle n’avait jamais eu le véritable loisir d’apprécier une victoire, mais ce n’était pas pour autant qu’elle désespérait et qu’elle ne redoublait pas d’acharnement, au contraire. Acceptant la main serviable de l’épéiste, Akemi se releva alors, époussetant ses affaires de quelques saletés avant d’hocher la tête en signe d’acceptation quant à la remarque de Seiji. Ce fut alors dans le calme qu’ils rejoignirent le pont opposés du navire, admirant l’océan qui s’étendait à perte de vue. Les yeux brillants — comme ceux des enfants qui découvraient le monde — Akemi observait avec soin l’immensité de ce tableau étincelant aux milles reflet. Bien sûr ce n’était pas la première fois qu’elle voyait l’océan, mais c’était la première fois qu’elle voguait dessus, qu’elle voyait celle-ci de près. À l’indication de son ami, la prêtresse leva alors les yeux vers le ciel, admirant cette flopée d’oiseau qui semblaient étendre grand leur aile, goûtant à cette liberté qu’eux seuls pouvaient connaître. « C’est magnifique… » Son souffle était coupée par tant de beauté. Le voir et le vivre étaient décidément deux choses différentes et pour une fois, elle appréciait de ne pas le voir de loin dans sa cage dorée. Portant son regard sur son cher Seiji, la demoiselle observa longuement celui-ci, un sourire tendre se dressant sur ses lèvres rosées. Elle avait toujours aimé entrevoir les différentes facettes de son tendre amour, surtout quand il exprimait cette soif de liberté, d’indépendance. À ses yeux, le jeune homme avait déjà un charme fou, mais en ses circonstances, il lui semblait encore plus beau, plus attirant encore. Voyant que son regard profond se tourna vers sa personne, Akemi sursauta alors, détournant quelques peu le regard pour ne pas croiser le sien. Il n’avait pas besoin de savoir qu’elle était en train de le dévorer du regard, aussi, elle fit un effort titanesque pour cacher sa gêne, répondant aussitôt aux paroles de son nouveau gardien.

« Tu sais je ne suis pas fatiguée, mais tu as raison. Je vais faire attention, bien que je t’avoue, je ne vois pas comment je pourrais m’éreinter sur ce bateau. »

Un petit rire s’échappa hors de ses lèvres, témoignant que le jeune homme prenait les choses un peu trop à cœur, mais au fond, il avait raison. Aussi la jeune femme ne tarda pas à lui adresser un sourire sincère, répondant à sa contrariété avec calme. « Ne t’en fais pas Seiji. Je ferai attention. C’est promis. » Son regard noisette se tournant vers l’océan, la prêtresse agrippa la barrière de ses mains, de façon à s’accrocher à ce doux moment. Elle l’avait fait. Elle était partie de chez elle. Avait quittée île et famille, pour enfin remplir une nouvelle page de sa vie. L’avenir était là, bien qu’il semblait instable et floue, mais cette fois, la demoiselle compter ne rien lâcher et aller jusqu’au bout. Elle le devait, pour sa famille, et aussi pour Seiji. « C’est à mon tour de vous protéger maintenant. » Murmurant ses mots pour elle-même, Akemi continua à regarder l’immensité qui se présentait à elle, celui-ci symbolisant son renouveau. Il fallait maintenant qu’elle réussisse son premier objectif dans cette noble quête : Obtenir Valefor.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika :: Le port

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 135



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Dim 16 Avr 2017 - 21:41
Son regard s’était perdu dans le vaste océan, observant toute la beauté de ce tableau éphémère. C’était une vue sans nulle pareille, l’un de ses instants qui lui inspiraient un profond sentiment de liberté. Mais désormais, il avait auprès de lui autre chose. Une chose autrement plus importante. Puis, se détournant de cette vue, Seiji suggéra à Akemi de prendre du repos. Ils auraient du chemin à faire une fois arrivé à destination. Dans un rire cristallin, Akemi lui affirma que tout irait bien à bord de ce bateau. Seiji esquissa une moue dubitative. « Méfie toi quand même des cordages. » renchérit-il d’une voix trahissant son soucis. Elle était parfois trop insouciante. Malgré tout, il décida de lui faire confiance quand elle lui promit de faire attention, un joli sourire sur ses lèvres roses. Il soupira doucement, la regarda un instant, puis lui adressa l’ombre d’un sourire en signe d’assentiment. Seiji s’éloigna sans un mot de plus, résolu à faire une brève visite du navire. Mais il avait à peine franchi quelques mètres quand un détail attira son attention. Il se retourna, observant la silhouette d’Akemi tournée vers l’océan. Il soupira une seconde fois, et retourna auprès de la demoiselle. Dans un froissement de tissu, Seiji déposa sa veste blanche sur les épaules de la jeune femme. « Il est encore tôt. Il risque de faire froid pendant les prochaines heures. » expliqua-t-il d’une voix détachée. Et sans plus de manières, Seiji retourna à sa visite du navire.

Il était sur le point de rejoindre l’avant du navire, quand son regard tomba sur un groupe de marins. Une petite troupe d’hommes qui chuchotaient entre eux, au détriment du plus jeune qui semblait mal à l’aise. Quelques tapes dans le dos, des rires, et les plaintes maladroites du jeune matelot. Rien d’intéressant. Mais ce fut en saisissant leurs regards en direction d’Akemi que Seiji devina l’objet de la conversation. Sans l’ombre d’un doute, les plus vieux étaient en train d’encourager le plus jeune à aborder la jolie demoiselle qui était montée à bord du navire. Certains lui enseignaient – dans de grands gestes excessifs – comment fanfaronner en exhibant muscles et tatouages. Et les autres lui donnaient toute sorte de conseils, que Seiji n’était pas en mesure d’entendre. Une grimace de mauvais augure germa sur son visage. Et quand le regard du jeune matelot croisa le sien, il se figea sur place. Un grognement s’échappa des lèvres de Seiji, et il s’installa contre la rambarde, à quelques mètres d’Akemi, renonçant à sa visite du navire. À défaut d’être direct, son regard suffirait certainement à dissuader le jeune homme de s’approcher davantage.

Quand le groupe de marin se sépara enfin, Seiji souffla, soulagé. Puis son regard se leva sur le ciel, puis retomba sur la silhouette d’Akemi. Il l’observa longuement, éprouvant une tendresse terriblement amère. Quand il avait quitté l’île pour la première fois, il avait éprouvé une certaine solitude quant au fait de ne pas partager tous ces spectacles, toute la richesse du monde qui s’offrait à lui. Et aujourd’hui, il éprouvait une certaine tendresse à l’idée de partager tout cela avec Akemi. Et il se détestait pour cela. Car toute cette beauté n’était que mascarade avant l’inévitable. Comment pouvait-il éprouver un semblant de bonheur en sachant ce qui les attendaient au bout de ce voyage ? Ce fut avec un goût de cendre dans la bouche que Seiji plongea un regard triste sur l’horizon. Et lentement, le navire continua à fendre les flots, poursuivant sa longue course vers l’île de Besaid.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika :: Le port



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Les îles du Sud • :: Porto Kilika :: La ville de Porto Kilika :: Le port