Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

La rencontre entre un nouvel Invokeur et une charmante serveuse! [PV Zhang][PI]

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid

avatar


Sorts & compétences

Invité

Invité

le Jeu 13 Avr 2017 - 19:56
Les vagues s’écrasaient sur les côtes, le feu au centre du village crépitait encore, illuminant la nuit. Mais dans la grande tente qui faisait office d’auberge, seuls les rayons de la lune perçaient. Des bougies qui avaient été allumées étaient désormais privées de leur vie, les flammes depuis longtemps consumées. Un homme était assoupi sur un lit. Une femme était à côté, ayant cédé aux appels de Morphée au bout d’un moment. Mais son visage n’exprimait pas la quiétude de l’être endormit. Une expression de colère sourde, une moue qui semblait prêtre à transformer les mots en poignards. Seule la haine était visible, mais la femme restait inconsciente. Sa colère n’était pas contre l’homme à sa proximité, mais contre un souvenir d’il y a plus de trois ans.

* * *



"Lian ! Par Yevon, arrêtes tout ce cirque et revient à la maison !"

Gaseun eu tout juste le temps de prononcer cette phrase qu’il dû bondir en toute hâte pour esquiver un coup de poing précis qui était dirigé à son foie. Instinctivement, il se mit en position de combat. Il savait que Lian était sa petite sœur, mais elle semblait déterminée à se battre. Elle avait été rejetée par leurs parents vers ses douze ans… Cela faisait dix ans. Dix ans que Gaseun n’avait pas pu revoir Lian, après que son père ait affirmé qu’elle avait fugué. Elle avait bien changé, elle avait l’air de savoir se battre désormais. La colère sur son visage montrait qu’elle n’était clairement pas disposée à accepter la demande de son aîné. Ce dernier sentait qu’il allait devoir passer par une autre méthode.

"Les vieux m’ont abandonnée, et t’ose me dire de revenir ?! T’es pas mieux qu’eux, Gaseun !", dit Zhang en ponctuant sa réponse d’un crochet du droit vers la tête du jeune homme. Facile à prévoir, Gaseun s’écarta vers la gauche… pour être cueillit par un crochet descendant du gauche. Il tomba à terre, mais se releva assez vite pour éviter un coup de poing asséné comme un marteau. Il en profita pour faucher les jambes de la jeune femme avec un balayage de sa jambe droite avant de s’éloigner à une distance plus sécurisée. Elle avait beaucoup appris : des attaques dirigées vers des points vitaux, des techniques se révélant dévastatrices…

"Lian… Par Yevon, écoutes-moi. Reviens à la maison. Tu n’auras plus à vivre parmi les pauvres, tu auras de quoi faire ce que tu veux. Père et mère seront sûrement heureux de te revoir vivan-…
_Épargne-moi tes mensonges ! Jamais ils n’ont fait attention à moi. Dix ans que je suis dehors ! Et c’est pas parce que tu m’as reconnue dans la rue que je reviendrais tout sourires !, répondit Zhang d’un ton rageur.
_Lian…
_Ne m’appelles plus par ce prénom !"

Une Zhang rendue folle par la colère se précipita sur son frère, commençant à faire une avalanche de coups qu’elle avait longtemps élaborée : ce qu’elle appelait BREUM. Gaseun bloquait tant bien que mal l’assaut. Mais à un moment, un poing réussit à l’atteindre au plexus solaire, le vidant de son souffle et le laissa en proie à un vicieux coup dans la mâchoire. Tombant à genou, le jeune adulte retrouva suffisamment d’énergie pour attaquer à son tour en direction du plexus. Il trouva sa cible, freinant brutalement l’effort guerrier de sa sœur. Il en profita pour se relever, avant de lancer son poing droit directement vers le visage de Zhang dans un accès de colère. Elle vit le poing arriver, désemparée…


* * *

Zhang ouvrit les yeux et se dressa en position assise, à court de souffle et en sueur. Où était-elle ? Elle reconnu l’armoire de l’espace repos de son auberge. Elle était dans un lit. L’Invokeur avait disparu. La nuit semblait être tombée depuis quelques temps. La jeune femme prit un moment pour essayer de se calmer suite à ce cauchemar, pour ensuite quitter le lit et jeter un œil par le pan de tente donnant sur le village. Shinsuke s’y trouvait, un livre sur les cuisses qu’il semblait lire. Discrètement, Zhang remit le tissu à sa place et alla en arrière-cuisine pour récupérer quelques fruits, du fromage local et un morceau de pain d’orge et les poser sur un plateau assez grand pour tout contenir.

Un fois assurée que tout ce qui pouvait être comestible soit là, elle ajouta sur le plateau de bois une amphore de jus de fruits et un verre avant de finalement sortir et de se diriger vers la place. Bien que n’étant pas discrète, le jeune brun ne sembla pas la remarquer. Sa lecture devait vraiment le passionner pour qu’il en oublie le monde extérieur. Cela dit, c’était l’occasion rêvée pour une personne avec de mauvaises intentions pour subtiliser quelque chose à l’Invokeur. Zhang approcha donc, appelant même Shinsuke par son prénom, sans pour autant qu’il ne décroche de son ouvrage. Zhang posa donc le plateau sur le sol et alla s’accroupir devant Shinsuke, tout en restant à une distance raisonnable du feu.

"Monsieur Shinsuke ?" Il sembla réagir à cet appel-ci. Zhang lui offrit un sourire gêné avant de reprendre la parole. "Je suis désolée que m’être assoupie alors que je devais veiller sur vous. Pour me faire pardonner, je vous ait ramené des fruits, du fromage et un peu de pain, ainsi que du jus de fruits.", dit-elle en inclinant respectueusement sa tête. Elle se leva ensuite, se dirigeant d’un pas lent vers sa tente. Elle était troublée par ce jeune homme, qui était bien charmant. Mais s’il était seul depuis tout à l’heure… Où était son Gardien ? En avait-il un, pour commencer ? Elle lui demanderait ça le lendemain matin, il avait l’air de vraiment apprécier son livre, elle ne voulait pas le déranger.

Peut-être avait-elle une chance, une infime chance de pouvoir réaliser son rêve et devenir une Gardienne. Mais pour une personne qui avait connu beaucoup d’échecs dans ce domaine, elle avait peur d’essuyer un refus une fois de plus… Elle en avait peur...

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid

avatar

Classe : Tireur

Points de rang : 170



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Shinsuke

Invokeur

le Mar 18 Avr 2017 - 18:05
Incroyable… Tout simplement fascinant les aventures que raconte ce livre ! Et surtout, je n’imaginais pas un instant qu’on puisse concevoir la magie, enfin l’utiliser et la générer de la sorte. La façon dont les prêtres me l’ont présentés est assez catégorique, tous ceux qui l’utilisent « l’expliquent » ainsi et pas autrement. Alors que ce livre qui a l’air si ancien… Lui il fait preuve d’une ouverture d’esprit tout à fait intéressante. Chaque ligne, chaque mot que j’en lis m’inspire à tel point que je ne vois pas le temps passer, ni les nuages se déplacer au-dessus de moi, ou encore même le feu qui s’est déjà assez réduit. Tout cela me semble futile comparé à ce que j’apprends et mon profond désir de tout connaître des secrets de ce bouquin qui m’a l’air d’être plus que de simples histoires.

Ce n’est que lorsque Zhang arrive devant moi pour s’accroupir et m’interpelle que je finis par reprendre conscience du monde qui m’entoure et que certaines choses ont changés. Bon, c’est toujours la nuit à ce que je vois, je ne suis pas tombé dans une hypnose trop intense mais je regarde autour de moi pour essayer de savoir combien de temps je suis resté ainsi, jusqu’à ce que je regarde le sourire un peu gêné de ma sauveuse. Elle s’excuse de s’être endormie alors qu’elle devait veiller sur moi, et pour se faire pardonner, elle m’a apporté pas mal de choses à manger et encore son excellent jus de fruits ! J’en esquisse un joli sourire, mais je le perds vite lorsque Zhang commence à repartir. Quelque chose semble la déranger, lui occuper l’esprit, et ça n’a pas l’air d’être si simple que ça apparemment.

Même si mon instinct me pousse à vouloir aller à ses côtés pour lui demande ce qui ne va pas, je ressens aussi que ça peut être une mauvaise idée. Moi même, j'ai parfois ce besoin d'être seul, perdu à mes pensées, et à en juger par son regard assez vide, lui parler demain sera peut-être la meilleure option si je tiens à me rendre utile pour elle. Mes yeux reviennent au livre que je tiens entre mes mains, non pas sans un dernier regard à la silhouette de la jeune femme qui rentre dans la tente sans un mot, et je cherche quelques instants à reprendre la ligne où j'en suis. C'est assez perturbant d'avoir vu Zhang comme ça, mais j'aurais plus d'explications demain, je secoue vivement la tête pour essayer de me remettre les idées en place et je reprends la lecture.

Quelques heures plus tard, je sens qu'on me secoue un peu, j'ouvre difficilement les yeux alors que la lumière du soleil semble m'éclairer au travers de quelques ombres qui sont penchés au dessus de moi. Les enfants auxquels j'ai promis de jouer hier sont en partie réunis autour de moi, alors que je suis complètement allongé au sol, le livre dans les bras. Eh bah, si avec ça, je ne passe pas pour un érudit acharné ou un dévoreur de livres, je saurais plus quoi penser moi même! Je me redresse pour scruter l'horizon, aucun signe de Zhang aux alentours, simplement quelques villageois qui s'exercent à faire vivre le petit village et les enfants qui semblent n'avoir d'yeux que pour moi depuis que j'ai ouvert les miens. Je finis par me lever complètement, tapotant un peu mes vêtements pour en retirer la poussière et le sable accumulés dessus pendant mon sommeil à la belle étoile.

Après quelques minutes de négociation avec les enfants, je parviens à obtenir d'eux un très court laps de temps pour aller boire un café et me préparer à une journée intense où je vais devoir jouer avec eux. Ahlala, l'idée ne me déplait pas du tout, ça va me permettre de pouvoir me détendre un peu après l'épreuve que j'ai dû passer hier, mais je me dirige vers la petite auberge pour aller saluer Zhang et surtout essayer d'en apprendre plus sur ce qui la tracasse. Cependant, je ne m'attendais pas à tomber sur un vieil homme en entrant, ce qui m'a laissé l'air bête pendant quelques secondes avant que je le salue et lui demande un café le plus poliment possible.

C'est en buvant de quoi me réveiller correctement que j'apprends que Zhang a laissé un mot au propriétaire en lui précisant qu'elle avait besoin de temps pour réfléchir, elle partait s'entraîner sur l'île pour se vider l'esprit et reviendrait en fin de journée. Je grimace un peu à l'entente de ces paroles, mais on a pas d'autres choix que d'attendre de toute façon, alors je finis mon café et je sors rejoindre les enfants qui m'attendent le sourire aux lèvres et une balle de blitzball à la main. Je répond à leur sourire avec le mien, mais dans le fond, je suis quand même un peu inquiet pour la barmaid, je sais qu'elle est forte (probablement plus que moi d'ailleurs), mais j'ai un mauvais pressentiment.

La journée passe et à ma grande crainte, elle ne revient pas le soir même, ce qui parait vraiment très étrange pour tout le monde car Zhang n'aurait jamais loupé un seul service, qu'importe la raison. Très vite, je fais le tour des villageois pour obtenir des informations la concernant, non pas comme si je la soupçonnais d'une chose mauvaise, mais simplement car je m'inquiète autant qu'eux, bien que j'ai du mal à comprendre pourquoi moi même... Le lendemain, je décide de prendre mon arc et de remettre les jeux à plus tard pour tenter d'explorer l'île de Besaid à la recherche de la jeune femme. Rien ne garantit que je vais la trouver, peut-être même qu'elle reviendra pendant que je vais la chercher, mais c'est ce que j'espère au fond, car je n'ai vraiment pas le goût de tomber sur elle blessée... ou pire.

Les heures passent, la sueur s'accumule sur mon front ainsi que la fatigue dans mes muscles, je jure d'avoir galopé sur la moitié de l'île de la façon la plus efficace possible, mais je ne l'ai pas trouvé, et les villageois le comprennent à mon air inquiet quand je reviens. Aucune information de leur côté non plus. Tout ceci va être une routine pour quelques jours alors que l'on va tous essayer de la retrouver, mais sans succès, comme si elle était complètement disparue de l'île. Je suis à présent étalé là, au milieu du village en pleine nuit, sur le dos avec mon livre posé sur le ventre, regardant dans les étoiles en espérant qu'elle viendrait me tapoter l'épaule et me dire qu'elle est revenue. C'est étrange... Pourquoi je ne pense qu'à elle? Euh! Je veux dire "Pourquoi ne revient-elle pas?". Je ne la connais probablement pas assez pour en connaître les raisons, mais à mon humble avis, la seule chose qu'elle a pu faire si on ne la trouve pas, c'est quitter l'île par bateau. La seule île où elle a pu se diriger, c'est Porto Kilika. Et autant être honnête, si elle est là-bas, il n'y a absolument aucune chance que je la loupe car je connais tout le monde et tous les coins de l'île. Ma décision est prise: demain, je reprends le bateau!

Je fais part de ma décision aux villageois dès le lever du soleil. Je n'ai pas fermé l'oeil de la nuit, mais ça ne me pose pas vraiment de soucis, je dormirais un peu sur le bateau après avoir interrogé les marins et le capitaine. Le propriétaire de l'auberge me remercie infiniment d'avoir cherché sa protégée sur l'île et d'étendre mes recherches à l'île voisine, ce qui est normal pour moi mais je vois bien que le pauvre homme est définitivement inquiet et le restera tant qu'il n'aura pas de ses nouvelles. L'homme qui m'avait prêté le livre décide de me l'offrir vu l'intérêt que je lui porte, ainsi que tout ce que j'entreprends pour aider dans cette quête pour retrouver Zhang. Je leur adresse un dernier sourire, les remerciant de m'avoir accueilli et traité comme l'un des leurs avant de prendre le chemin du port en courant, pas le temps d'être escorté jusque là bas vu que je tiens à prendre le premier bateau disponible.

Par chance, je suis le premier arrivé, j'en profite donc pour demander à l'équipage tout entier s'ils n'ont pas vu une femme correspondant à la description de Zhang. L'un d'entre eux semblent se souvenir vaguement d'elle, mais impossible de dire si c'était elle de façon sur ou non. En tout cas, elle se dirigeait vers Porto Kilika. Je remercie l'homme du fond du coeur et je demande à m'installer dans un lit jusqu'au départ du bateau, je sens que ce sprint jusqu'au port m'a vraiment... épuisé. Je me laisse tomber sur le lit avec mon sac par dessus l'épaule, espérons juste que le voyage ne sera pas trop... zzzzzz...

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2