Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


[Flashback] Le cœur battant (Pv. Ryme)

 :: Spira - Le continent • :: La forêt de Macalania

avatar

Classe : Mage rouge

Points de rang : 20



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Hérétique

le Mer 5 Avr 2017 - 21:38
Le vent frigide du paysage blanc de Macalania soufflait, faisant danser les flocons de neige sous la lueur de la Lune, elle-même partiellement cachée derrière les nuages. Dans la neige, deux ombres se mouvaient, proches l'une de l'autre. Il était si tard qu'il en était presque tôt. Le temps parfait pour la fuite. La neige couvrirait leurs pas.

Demain était le jour où nous étions supposés nous quitter. Tu quitterais cette cage pour une autre. Et je retournerais à ma routine dénuée de sens. Aucun de nous n'allait disparaître pour toujours. Et pourtant, c'était une réalité à laquelle nous ne pouvions nous résoudre. Je ne pourrais me contenter de seulement ta voix, au travers d'écrans. Et tu ne pourrais vivre en sachant que chaque jour, je pourrais être arraché à la vie, sans même que tu le sache. Être séparés... C'était impensable. Pas après les semaines que nous avions vécu. J'ai tourné ma tête vers toi, une mèche sombre venant obstruer ma vue. Le silence était des plus complet. Il faisait noire et on distinguait à peine les formes. Mais je savais que malgré mes conseils, tu étais restée éveillée. Et je savais que dans l'instant, tes yeux étaient posés sur moi. C'était l'heure.

C'était l'heure de te libérer. Je bougeais, doucement, le bruit du tissus de mes vêtements qui frottait contre les draps me paraissait aussi intense que la plus bruyantes des fanfares. Je redoublais de soins, mes pieds touchant doucement le sol. Et c'était à ton tour. Je n'avais pas eu besoin de te réveiller, bien entendu. Je me levais, et toi aussi. J'avais pris la précaution de bien mémoriser où se trouvaient mes affaires, ainsi que les tiennes. Quelques longues secondes faites de soupirs et de réflexions s'écoulèrent, avant que je ne me lève et ne commence mes aller-retours, rassemblant nos possessions, avant de t'approcher, doucement. Mes yeux maintenant habitués à la pénombre te distinguaient clairement, ou presque.

Je posais une main hésitante sur ton épaule. Un contact chaleureux, agréable. Un signal, aussi. Je me penchais légèrement attrapant ta main pour t'aider à te lever, puis j'ouvrais la marche, à travers le temple. Celui-ci, à cette heure, était relativement vide. Les lumières moins éclatantes qu'en journée. seuls quelques prêtres ci et là, au cas où des blessés seraient dans le besoin. Les gardes qui t'étaient dédiés cependant, étaient hors de notre vue. Peu importe l'endroit où ils se trouvaient, car il nous fallait sortir d'ici, et leur absence ne rendant les choses que plus faciles. Sans réel effort, et surtout sans bruit, nous réussissions à nous soustraire à la vue des prêtres, malgré ta blessure encore récente.

Le froid vint s'attaquer à mon visage, et je détournais légèrement les yeux de notre chemin, essuyant d'un revers de bras les quelques flocons de neige qui étaient venus s'y écraser. Après un léger soupir, je me tournais vers toi, lâchant ta main que je tenais pour te garder proche, plus tôt, pendant que nous nous faufilions. J'observais ton visage, tes yeux, juste un instant, avant de réajuster ta cape, et de te couvrir à l'aide de la capuche. Si quelqu'un nous voyait, cela pourrait nous être utile que tes traits soient assombris. Puis, à vrai dire, j'appréciais cette proximité. Autant mêler l'utile à l'agréable. Mes yeux revenaient à l'horizon. Une petite grimace m'échappa lorsque j'anticipais toute cette marche que nous aurions à faire avant d'arriver au moins à l'orée de la forêt.



"Tu es sûre que c'est ce dont tu as envie, Ryme ?"





C'était une question à laquelle j'avais la réponse. Ta détermination est sans faille. C'était plus une manière pour moi de te mettre en garde, je suppose. Les risques étaient élevés, et nous le savions.

 :: Spira - Le continent • :: La forêt de Macalania

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 185



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Ven 7 Avr 2017 - 10:11
Comment pouvait-elle décrire les sentiments qui l'animaient ? De la tendresse, de la complicité, de l'amitié. Et puis, une chose en plus. Une chose qui faisait battre son cœur un peu plus vite, parfois. Une chose qui lui donnait du baume au cœur dans le marasme qu'était sa vie. Qui aurait cru, que ce fut auprès de son voisin de lit qu'elle aurait trouvé cette chaleur ? Personne. Sur le papier, ils n'ont rien pour s'entendre. Il est plus âgé qu'elle et Bannisseur de son état. Mais, il y a quelque chose dans son regard vairon qui lui donne l'envie d'avancer, l'envie de rester.

Ryme aimait profondément Cillian. Ce n'avait pas été un coup de foudre, il avait fallu qu'elle découvre plus avant sa personnalité, qu'elle dépasse les préjugés qu'elle lui avait scotchés à la figure dés le premier regard qu'elle lui avait adressé. Mais, petit à petit, les barrières étaient tombées. Le cœur de la jeune femme avait alors basculé lentement vers un sentiment qu'elle n'avait encore jamais connu. Terrorisée et émerveillée à la fois, elle espérait pouvoir demeurer près de lui, au moins encore un peu, avant de redevenir l'instrument de Yevon.

Encore jeune à l'époque, elle était pourtant déterminée depuis quelque temps à devenir Invokeure. Chanter n'était plus assez. Chanter n'était pas assez. Et la vie dans la communauté des Voix devenait difficile. Avec l'âge, Ryme était devenue une belle jeune femme au physique remarquable. Cela n'avait pas échappé au prêtre supérieur qui devenait chaque jour un peu plus... Entreprenant. Et malgré un caractère bien trempé, elle ne s'était jamais rebellée : être reniée par l'église était la seule chose qui lui faisait vraiment peur. Et il l'avait bien compris. Ce genre de détails, elle n'en avait jamais parlé. Même a Cillian. Il aurait été capable de le frapper - ou pire, lors de la prochaine visite du vieil homme.

Mais lorsque vint le temps de la séparation, Ryme n'avait pas le cœur à s'y résoudre. Il partirait, loin d'elle, mener une vie faite de combat sans but. La mort l'attendait à chacun de ses pas et ça, elle ne pouvait pas l'accepter. S'il disparaissait seul, qui viendrait le guider vers l'au-delà s'il se perdait en route ? Personne et cet homme remarquable deviendrait un monstre. Ce genre de penser lui écorchait à chaque fois un peu le cœur. Alors, elle lui proposait de l'aider à s'enfuir. Depuis le début de leur rencontre, il savait qu'elle rêvait de devenir Invokeure. Le plan était simple : Il était presque impossible d'accéder à la Chambre du Priant de Bevelle, mais le temple de Macalania n'était pas si loin et avec un peu de chance, la glaciale Shiva lui accorderait son pouvoir.

Quelques jours plus tard, ils s'enfuiraient dans la nuit. Silencieux, Cillian avait réuni leurs affaires et le voyage avait alors pu commencer, malgré la démarche maladroite de Ryme. Le monstre qui l'avait attaquée lui avait déchiré le muscle de la jambe droite. Beaucoup disaient qu'elle avait de la chance d'être encore en vie et d'avoir conservé son membre. Mais chaque pas était douloureux. La blessure n'était pas encore bien soignée, mais le publique réclamait avec vigueur la jeune femme, boudant les concerts. Alors, le prêtre supérieur avait décidé que malgré la gravité de la blessure, elle chanterait. Assise, certes, mais elle chanterait. La suite des Voix de Yevon comportait suffisamment de mage blanc pour la soigner en cas de problème.

La nuit les dissimulait sans peine, car ce soir-là, la lune était légèrement trouble et recouverte de nuages. Cillian s'adapta plus vite que Ryme, mais il tenait sa main dans la sienne. Sa paume était rassurante, à la prise forte : la jeune femme avait l'impression que jamais, il ne pourrait la laisser tomber. L'amitié qu'il éprouvait à son égard était bien trop sincère pour cela, se disait-elle, sans pouvoir imaginer que les sentiments qu'elle lui portait pouvaient être réciproque.
À l'entrée de la ville, ils s'arrêtèrent. D'un geste doux, il remonta la capuche de la cape qu'il avait dérobée pour Ryme. Cette attention réchauffa son être bien plus que le vêtement. Ils échangèrent un regard et plusieurs envies se mélangèrent dans l'esprit de la jeune femme : l'envie, le désir, mais aussi le fait d'abandonner. En devenant Invokeure, elle mourrait peut-être en affront Sin ou sur le chemin : n'était-ce pas plus cruel que de se séparer, mais rester en vie ? Mais malgré tous les plans qu'elle avait pu faire, une seule évidence revenait en permanence : il n'y avait que cette voie qui lui permettrait de gagner sa liberté.

Cillian détourna les yeux, portant son regard sur l'horizon. Le jour allait revenir dans une poignée d'heures, même si la nuit était encore profondément sombre. Ryme continua de l'observer silencieusement, rougissant légèrement avant de détourner le regard à son tour. Mais elle ne regarda pas vers la forêt de glace, ses yeux cherchèrent le temple de Bevelle. Dans combien de temps allaient-ils découvrir leur disparition ? Est-ce... Le jeune homme lui adressa la parole, mettant fin à son questionnement.

"Est-ce que tu m'as déjà vu douté ?" Répondit-elle avec un sourire malicieux.
"Et toi ? Est-ce que ça te conviens ? Tu as déjà été Gardien par le passé, mais être en charge de moi ça sera une autre affaire !" Le taquina-t-elle gentiment avant de se mettre en route.

Sa démarche maladroite lui donnait un drôle d'air, mais elle faisait de son mieux. Cillian lui avait même trouvé un bâton suffisamment solide pour servir d'appui pour marcher. Le cœur battant et au presque au bord des lèvres, Ryme s'avança sur le chemin qui menait vers la forêt de Macalania. Petit à petit, la végétation se changea de matière, passant du végétal au cristal. Toute vie semblait avoir été happée par la glace, et ce, même si le temple était loin. Quelques animaux nocturnes observèrent leur passage avec curiosité, mais aucun ne bougea, préférant le confort d'une tanière bien chaude à la fraîcheur de la forêt.

"Ton grand-frère avait-il reçu la faveur de Shiva ?" Murmura-t-elle.
"J'espère qu'elle ne refusera pas mes prières... Si seulement Djose avait été plus près ou si nous avions pu aller voir Bahamut. Je sais que ces Priants m'auraient écoutée." Soupira-t-elle doucement.

"Que feras-tu si j'échoue ?" Continua-t-elle plus pour elle-même que pour lui.
À vrai dire, elle avait déjà imaginé tout un tas de scénarios possibles. Allant du plus heureux au plus funeste. Mais si jamais elle échouait et qu'ils étaient rattrapés, Ryme, elle, ne donnait pas cher de sa peau.

 :: Spira - Le continent • :: La forêt de Macalania

avatar

Classe : Mage rouge

Points de rang : 20



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Hérétique

le Lun 10 Avr 2017 - 23:52
Comme j'avais prédit, tu n'avais même pas flanché, pas même l'ombre d'une hésitation dans tes mots, eux-même pleins de ton assurance et de ta détermination. Ton sourire me fit du bien, aussi bref fut-il. Tu te retournais déjà pour prendre la route et tu avais raison; nous étions toujours en fuite. Tu avais ce don de me faire un peu oublier tout ce qui se trouvait autour. Lorsque je te parlais, j'étais toujours complètement concentré sur toi. Ta voix, tes expressions, tout ce qui fait ton langage corporel, tout ce qui pourrait m'aider à te déchiffrer. Il faut dire que tu n'es pas des plus simples à comprendre, par moments. Je pense que c'est ça qui m'a le plus plu, chez toi, lorsque nous avons commencer à discuter régulièrement, dans ce temps là.

Je ne répondis pas à ta première interrogation. C'était là notre différence, je pense. Je ne répondrais pas à une question dont tu aurais déjà la réponse. Tu savais que ça ne me posait pas de problème. Ça se voyait sur moi aussi. Dans mes regards, dans ma voix. Plus explicitement encore, dans mes actions. La marche suivait son cours, et très bientôt, nous arrivions à l'orée de la forêt, le paysage changeant radicalement. Alors que jusque là, j'avais marché légèrement derrière toi, ne voulant pas te perdre de vue une seule seconde, une fois que nous avions complètement quitté Bevelle, je décidais de passer devant. La flore avait beau être ravissante, la faune n'en était pas moins dangereuse. Jetant des regards vers toi, puis sur notre chemin, et tout autour, ma main sur la poignée de mon épée, déjà bien dans mon rôle de gardien, les mécanismes me revenant naturellement malgré le temps qui avait passé depuis le temps de Claas.

Nos souffles formaient maintenant un léger, discret, blanchâtre nuage buée lorsque nous expirions. Le froid commençait à se faire sentir. Mais ça ne m'atteignait pas. Mes yeux étaient sur la végétation de cristal. J'ai toujours trouvé cet endroit magnifique. A vrai dire, c'était même le plus bel endroit qu'il m'ait été donné de traverser. Et j'étais passé par le Sélénos. Mais cette forêt me donnait un sentiment... Apaisant. C'était étrange, ou presque. Mais j'avais une sorte d'affinité avec l'endroit. Le traverser avec toi, malgré les circonstances qui nous collaient une certaine angoisse dans les tripes, c'était quelque chose que j'ai aimé faire.

Tes prochaines paroles étaient incertaines, Couvertes de doutes. Je ne pouvais pas dire que j'étais déçu; tu es humaine, comme tout le monde, tu peux avoir tes incertitudes, tu peux te -ou me- poser ce genre de questions. J'ai juste été un peu surpris sur le moment. Je ne pensais pas que je devrais te rassurer comme j'avais dû le faire par le passé, avec mon frère. Mais être un Invokeur c'est un fardeau bien plus lourd qu'il n'y paraît, et certainement, en tant que Gardien, mon rôle n'était pas seulement de te protéger des monstres, mais aussi de toi-même. Ironiquement, c'était seulement après un premier pèlerinage avorté, dans lequel j'avais passé la majeure partie de mon temps à le faire, que je comprenais que c'était une part importante de mon rôle.

"Mon frère s'était attiré les faveurs de Shiva du premier coup." Mon regard se tournait vers toi, mes yeux se plantant dans les tiens. "Et il était moins déterminé que tu ne l'es." Je laissais le silence s'installer, retenant à peine un léger rictus face à ta démarche. "Peu importent les autres priants pour l'instant. Tant que tu restes concentrée sur ton but actuel, tout ira bien." Je le savais. Je te lâchais du regard, tous mes sens redevenant alertes, je ne pouvais pas me permettre de relâcher ma garde. Une dernière parole cependant, nécessaire d'autant plus qu'elle me brûlait les lèvres, finit par s'en échapper. "Je crois en toi."

Tous ces mots m'étaient venus si naturellement. Tout, chez moi, se voulait rassurant. Mon ton, mon regard, tout, jusqu'à mes pensées, si tant était que tu pouvais les ressentir. Tu étais bien loin d'être mon frère. Ton pèlerinage ne subirait pas une fin brutale sous le nom de la crainte ou de la faiblesse. Je ferais tout pour que cela n'arrive pas.

 :: Spira - Le continent • :: La forêt de Macalania

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 185



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Mar 11 Avr 2017 - 14:04
Comment décrire ce qu'elle éprouvait ? Etait-ce de l'amour ? De l'envie ? De la passion ? Elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Il avait le don de lui réchauffer le cœur avec quelques paroles. Des mots, de simples mots ; et pourtant, Ryme en avait entendu beaucoup tout au long de sa vie. Des gentillesses, des paroles vénéneuses, du mépris, de l'admiration. De tout. Mais ceux que lui offrait Cillian étaient différents. Tout du moins pour elle. La jeune femme n'était pas quelqu'un de fragile, mais cela lui plaisait de sen sentir protégée. Elle ne sentait plus seule. Tout comme la fois où elle avait rencontré un certain Danil sur l'île perdue de Bikanel. Malgré ces défauts, Cillian était dans le camp des gentils. Tout comme l'avait été l'Al-Bhed.

Cependant, à mesure où ils avançaient, Ryme semblait être emprunte de doutes et la réaction de surprise – bien que légère, de Cillian n'était pas réellement faite pour la rassurer. Bien sûr, elle savait que tout cela avait un but précis, une chance inouïe de vivre enfin. Pour mieux y laisser la vie. Depuis sa rencontre avec lui, elle comprenait un peu mieux le choix de ses parents de s'enfuir, la laissant derrière. Ils étaient enfin libre et pour quelques temps, ils pouvaient vivre uniquement pour eux, pour leur amour. Comment leur en vouloir maintenant qu'elle-même ressentait ce genre de choses égoïstes. Bien entendu, elle ignorait s'il avait les mêmes sentiments à son égard et peut-être était-ce pour ça, que lui ne doutait pas ? Ils n'avaient pas réussi à envisager une vie sans l'autre, mais... Pour des raisons sans doute très différentes.

Ryme qui n'avait jamais eut la chance de marcher à pied au travers de la forêt s'arrêtait souvent pour admirer les cristaux de glace. Tout était si pur. Les feuilles des arbres étaient plus que de minces lamelles de givre, donnant au lieu un aspect éthéré. La jeune femmme oubliait presque sa situation de fugitive. Elle posa son regard sur le dos de Cillian, qui, avait déjà reprit quelques « bonnes » habitudes de Gardien. Dos droit, la main sur la garde de l'épée, prête à intervenir en cas de besoin. Ryme se mit à sourire – tendrement, avant que le rictus ne disparaisse alors qu'il tournait la tête vers elle. Maladroitement, elle le rattrapa, marchant d'une manière hésitante.

« Je crois en toi aussi. » Dit-elle en arrivant à son niveau.
« Après le temple de Macalania, j'aimerais que nous descendions vers le Sud. Ou peut-être que nous irons voir Bahamut ? Je ne sais pas, ce Pèlerinage risque d'être fait dans un désordre total ! » s'amusa-t-elle doucement.
« Peut importe comment, je vaincrais Sin. » ajouta-t-elle avant de prendre une grande inspiration avant de reprendre sa marche, essayant d'une manière un peu enfantine, de rattraper voir même de dépasser Cillian.

Plus ils s'enfonçaient dans la forêt et plus celle-ci regorgeait de merveilles. Chaque tournant était motif d’étonnement, de surprise ou de découverte. Comme ce papillon qui avait rapidement fui, mais dont les ailes étaient si fines qu'elles en étaient transparentes. Cillian avait l'air à l'aise ici. Ryme n'avait pas besoin de lui poser la question, elle le sentait d'une certaine manière, que la forêt et le jeune homme partageaient quelque chose. Malgré la peur, il semblait apaiser. Et rien ne pouvait faire plus plaisir à la jeune femme. L'homme qu'elle aimait, était complexe, avait beaucoup de facettes et elle avait toujours l'impression que son cœur et son esprit ne réussissaient jamais à trouver la paix.

« J'aime beaucoup cette forêt. On ne nous autorisait jamais à descendre des calèches quand on la traversait. Une fois, j'ai désobéi, et je suis allé voir des fleurs de glace... J'ai été sévère punie ce jour-là ! » raconta-t-elle doucement en regardant le paysage.

Son ton avait beau être joyeux en racontant l'anecdote, cela faisait remonter quelques années d'abus physiques et psychologiques dans sa mémoire. Les gens avaient beau penser que la vie d'une Voix était géniale, ils étaient loin d'imaginer le genre de choses que les artistes pouvaient subir pour le bon plaisir des prêtres responsables des Voix. Ryme et sa rivale, Violaine, les premières... Elle chassa ces pensées en remuant rapidement la tête, sa capuche tomba sur ses épaules alors que ces cheveux suivaient la même trajectoire.

Au loin, une forme humaine ne présageait rien de bon. Ryme se rapprocha de Cillian et continua d'avancer malgré tout. La chose se précisa, doucement, mais sûrement. Un prêtre. L'Aube venait tout juste de se lever et peut-être était-il déjà là pour accueillir les voyageurs ?

« Monsieur Farrell ? Veuillez immédiatement libérer mademoiselle Ryme.
- Quoi ? Mais Cillian ne m'a pas...
Silence. Il en est ainsi aux yeux de l'église. Rendez-vous et aucun mal ne vous sera fait. »

Ryme plongea son regard dans celui de Cillian. Les choses avaient tourné au vinaigre bien plus vite que prévu...

 :: Spira - Le continent • :: La forêt de Macalania

avatar

Classe : Mage rouge

Points de rang : 20



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Cillian

Hérétique

le Ven 14 Avr 2017 - 20:05
C'est lorsque tu repris la parole que je me rendit compte non pas d'une, mais de deux choses. D'abord, je pris conscience du gouffre qui te séparait de mon frère, Claas. J'avais repris la marche, machinalement, le regard vers la route, m'attendant à ce que le silence seul accompagne les prochaines minutes. Tu m'avais rattrapé, malgré ta blessure. C'était quelque chose qu'il n'avait jamais fait. Ça ne parait rien, comme ça, mais pourtant, le simple fait que tu me rejoigne... Ça n'était jamais arrivé avant. Pas avec mon ancien Invokeur. Il resta toujours silencieux, toujours derrière. J'avais l'impression de le traîner au travers d'une quête qui était sienne. Impression qui finit par se justifier. Mais tu étais loin de cette attitude. Tu prévoyais déjà la suite des événements. Tu voyais loin dans ton pèlerinage.

Ensuite, je pris conscience de mes propres doutes. En réalité, j'étais sûrement plus inquiet à propos de ce voyage que toi. Peut-être le précédent m'avait-il instillé une certaine crainte, qui ne ressortait maintenant. Crainte que tu finirais, toi aussi, par abandonner. Mais ces doutes disparurent aussi vite qu'ils refirent surface. Tu n'abandonnerais pas ta quête. Tu n'abandonnerais pas Spira. Tu ne m'abandonnerais pas, moi. Je nous voyais déjà aller au bout. Quelque part, je savais que nous pourrions aller loin, très loin, tous les deux. Et loin, de mes yeux, je remarquais une présence humaine. Je trouvais cela étrange que quelqu'un se balade à cette heure ci, mais pas impossible, c'est même quelque chose que j'aurais fait moi aussi. Je repassais devant toi, sur mes gardes tout de même, et en avançant, la mystérieuse silhouette se révélait être un homme de l'Église.

Le vain espoir qu'il n'eut pas connaissance de qui tu étais, ou de qui j'étais, fut balayé en un instant par ses paroles. A vrai dire, il avait même l'air d'en savoir un peu trop. Autant ses accusations étaient fausses, autant le fait qu'il se trouve là, devant nous, à cette heure précise, n'avait aucune chance d'être un hasard. Mon regard se tournait rapidement vers toi, alors que je me demandais comment nous avions pu être compromis. Cela ne pouvait venir de toi, vu que c'était pour toi que nous faisions cela. Quelqu'un nous avait peut-être espionné. Je déglutissais à la simple pensée que nous soyons tombés dans une embuscade. Je m'arrêtais à une certaine distance, une demi-douzaine de mètres, te faisant signe de rester derrière, avant de croiser les bras devant l'homme.

"Je ne pensais pas que l'Église pouvait se révéler aussi hâtive dans ses jugements. En fait, rien ne me prouve que vous parlez au nom de Yevon." Mon ton haussait, et se faisait des plus défiants. "Voyez-vous, Je ne pense pas que vous ayez le pouvoir de nous dicter notre conduite." Un léger sourire en coin prenait place sur mon visage. "Et avec... Hum... Tout le "respect" que je vous dois, je ne pense pas que vous soyez le mieux placé pour me lancer des menaces. Alors je vais tout simplement vous faire une contre-proposition: Écartez-vous de notre chemin, et aucun mal ne vous sera fait."

Bien que mon timbre de voix soit assuré, mon regard cherchait, à droite et à gauche. S'il n'y avait que cet homme, ce ne serait qu'une question de temps avant que nous arrivions au temple de Macalania. Mais c'est toi qu'ils venaient chercher. Et c'est justement pour cette raison qu'il n'y avait aucune chance qu'il soit tout seul. Certainement y avait-il d'autres gens, cachés dans la végétation de cristal. Voir l'Église se comporter comme une vulgaire bande de brigands de grands chemins me peinait, quelque part. Ça remettait en question beaucoup de choses en lesquelles je croyais à l'époque. Vu comme ce prêtre s'était exprimé, il y avait de grandes chances que beaucoup d'autres avant moi aient été accusés à tort, puis jugés injustement, et cette pensée me dégoûtait.

De savoir que des gens croient en cette organisation, prient leurs miracles et les placent sur un piédestal, alors qu'ils se livrent à des actes aussi peu louables que de tendre des embuscades et de condamner des innocents, c'est révoltant. Mais je pense que le pire, c'est que personne en ce monde ne serait prêt à entendre quelqu'un qui va à l'encontre de leurs paroles. Au final, les Priants, les Chimères, ils n'ont rien à voir avec la religion, si ce n'est les temples. N'importe qui d'assez déterminé à vaincre Sin, peu-importe ses origines, son âge ou son sexe, peut se voir accorder leur pouvoir.

Ces lorsque ces pensées traversèrent mon esprit... Non. Je pense que c'est lorsque ce prêtre refusa d'entendre ce que tu avais à dire, que je me suis mis à réellement détester Yevon.

 :: Spira - Le continent • :: La forêt de Macalania

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 185



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Ryme

Invokeure

le Mar 18 Avr 2017 - 18:46
La peur, la colère, le désaroi. Tout se mélangeait dans l'esprit de Ryme. S'ils avaient été rattrapés si vite, c'était sans doute parce quelqu'un avait dû les entendre un jour. Connaître l'identité du coupable lui importait peu pour le moment. Le problème immédiat était de réussir à faire plier le prêtre, mais il y avait peu de chance qu'elle y arrive. Il ne l'avait déjà pas écouté, alors pourquoi serait-il plus attentif cette fois ? Ryme déglutit douloureusement avant de serrer les poings. C'est à ce moment-là que la voix de Cillian s'éleva. Depuis quand était-il repassé devant elle ? L'attitude du jeune homme ne laissait rien présagé de bon en tout cas.

Tendrement, elle posa sa main sur son épaule, tout en lui adressant un regard sans équivoque. Ce geste voulait silencieusement dire "laisse moi faire pour l'instant, s'il te plaît", mais, elle savait très bien qu'il ne l'écouterait probablement pas. Malgré le danger, la jeune femme se dégagea légèrement sur le côté et se plaça juste à côté de son gardien. Un peu devant, mais à porter de main s'il devait la saisir par le bras pour la ramener à lui. Ryme lui faisait confiance pour ça : il était bien plus agile qu'elle ne le serait jamais. Et puis, il savait également lancer quelques sorts.

"Bien que je n'ai aucune intention béligérante, je vous conjure de bien vouloir nous laisser passer. Ce jeune homme n'est pas mon ravisseur, il est mon Gardien. J'ai bien plus que l'âge minimal requis par Yevon pour que ses pupilles deviennent Invokeur. Nous ne nous eclipsons par pour salir le nom de la religion, nous nous en allons pour faire ce qui est juste." Déclara-t-elle d'une voix sonore.

Ryme était indéniablement charismatique. Ses manières, sa stature, mais également sa voix et la façon dont elle en usait faisaient d'elle une personne que l'on ne pouvait pas ignorer. Plus déterminée que jamais, elle usait de tout son charme et de son savoir-faire pour que le prêtre se plie à sa volonté. Le vieil homme sembla hésité, regardant à droite et à gauche. La jeune femme devinait amplement le genre de maelström qui agitait son esprit : les responsables qui veillaient sur elle lui avaient probablement mentit ; et en les empêchant d'aller plus loin, il pensait faire ce qui était juste.
La jambe de l'apprentie Invokeure se mit alors à trembler : cela faisait plaisir minutes qu'elle était debout, sans bouger. Le muscle encore fragile arrivait à peine à maintenir sa silhouette en place. Pris de pitié, le prêtre s'écarta du chemin.

"Je ne sais pas qui croire. Mais je ne veux pas que mademoiselle souffre. Je vous laisse un peu d'avance avant de signaler votre passage" dit-il en se pliant légèrement en deux.

Ryme regarda alors Cillian. Maintenant, ils savaient que leur temps était compté. Ils n'auraient peut-être pas le temps d'aller jusqu'au Temple. Pourtant, elle n'avait pas envie d'abandonner et elle était certaine que, de son côté, il en allait de même pour son Gardien. Elle plaça sa main dans la sienne pour avancer, ensemble, d'un pas rapide. Cette fuite n'avait jamais été une promenade de santé, loin de là. Mais maintenant, elle se transformait en crouse contre la montre. Avec un sérieux handicap.
Mais, parfois la détermination pouvait soulever des montagnes. Sa première tentative avait été un désastre, mais le destin l'avait conduite jusqu'a lui, alors, tout cela ne pouvait pas être voué à l'échec. Elle ne voulait pas que ça soit le cas.

Malgré ce qu'avait pu penser son Gardien, le prêtre n'avait pas été accompagné. Enfin, c'était le sentiment de Ryme alors qu'ils avaient un peu plus avancé. Elle lâcha rapidement la main qu'elle tenait presque fermement dans la sienne lorsqu'elle ne se sentit plus en danger. La forêt changeait petit à petit. La végétation commençait à se faire rare et à la place, de la neige, poudreuse ou épaisse faisait son apparition. Le coeur dans l'estomac, la blessée s'accorda quelques secondes pour se remettre. Sa respiration rapide lui avait légèrement enrouée la voix à cause de l'air gelé.

"Il faut qu'on se dépêche, mais... je... suis... désolée, je suis... un peu... fatiguée." commença-t-elle a dire, les joues un peu rosies par l'effort qu'elle avait fait. La douleur à sa jambe était vive et elle pouvait sentir sa chair meurtrie roulée maladroitement le long de son bassin a chacun de ses pas.

"Le... Temple ne devrait plus être très loin !" Soupira-t-elle après avoir prit une grande goulée d'air. "Allons-y!"

Ryme recommença alors à marcher. Mais cette fois-ci la souffrance que lui causait sa blessure était plus aigue. Plus vive. Elle jeta un coup d'œil rapide sous sa cape : les points de suture s'étaient réouverts. Le sang chaud puis l'air froid sur son épiderme la faisait frissonner et réveillait le reste de la blessure. Mais ce léger détail ne devait pas l'empêcher de continuer sa route vers le temple, vers Shiva et vers la liberté, le destin qui l'attendait avec Cillian. Alors, malgré la sensation désagréable qui lui rongeait les os, elle continua. Parce que sinon, lui aussi l'abandonnerait. Comme ces parents qui, n'avaient pas voulu d'elle après que Sin ait été vaincu. Comme le prêtre qui l'avait élevée lorsqu'il l'avait "cédée" aux Voix de Yevon. La perte de Cillian lui serait insupportable. Une blessure bien pire que celle qui lui défigurait la jambe.

 :: Spira - Le continent • :: La forêt de Macalania



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Le continent • :: La forêt de Macalania