Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

La première bénédiction [Pv: Akemi]

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 190



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Dim 16 Avr 2017 - 22:25
Alors que le crépuscule étendait son voile sur Spira, la surface de l’océan s’était nimbée d’une belle teinte orangée. Les lueurs du soleil irisaient l’île de Besaid de mille couleurs, tandis que les ombres du couchant lui donnaient une allure presque irréelle. Dans un tumulte de manœuvres et de voix rocailleuses et d’ordres , le navire s’amarra paresseusement au quai. Seiji était auprès d’Akemi quand la passerelle tomba contre le ponton. Il adressa un signe de la main en guise de remerciement à l’équipage, et invita la jeune femme à le suivre. Sitôt un pied à terre, Seiji observa l’immense plage de sable fin qui s’étendait sous leurs regards. C’était un endroit idéal pour des vacances, loin des tracas du quotidien. Il laissa quelques instants à Akemi pour apprécier le paysage, avant de désigner une avancée de verdure à l’autre bout de la plage. « On va longer la côte jusqu’à rejoindre la jungle. Si tu veux mettre les pieds dans le sable, c’est l’occasion. » proposa-t-il, malgré sa voix indifférente. Et il se dirigea d’une démarche paisible vers son nouvel objectif, profitant du bruit paisible des vagues s’échouant sur le sable. Quand ils arrivèrent aux premiers arbres, ce fut un environnement autrement différent qui se présenta à eux. Seiji en profita pour se tourner vers Akemi, et faire le point sur la suite des événements.

« Si on garde le rythme, on devrait atteindre le village avant la tombée de la nuit. Là-bas, on trouvera sûrement un endroit pour la nuit. Je dirais pas non à un lit. »

Même si la journée n’avait pas été la plus épuisante qui puisse-t-être, l’idée d’un bon lit moelleux n’était pas pour lui déplaire. Et sans perdre plus de temps que nécessaire, les deux voyageurs s’engagèrent dans la jungle luxuriante de Besaid. Mais malgré le superbe paysage dans lequel ils progressaient, Seiji était davantage préoccupé par l’idée de rejoindre la ville avant la tombée de la nuit. Il n’oublia pas de proposer son aide à Akemi si elle en ressentait le besoin, même s’il était convaincu que la jeune femme aurait à cœur de se débrouiller seule. Ils continuèrent ainsi, au fil des heures, progressant dans une flore aussi sauvage que colorée. Quand ils distinguèrent enfin le petit village parsemé de lueurs vaillantes, un drap sombre était en train d’assombrir le ciel. Besaid. Ou plutôt, le petit hameau au cœur de l’île, siège du Temple de la Chimère. Quand ils arrivèrent aux portes de la ville, distinguant les tentes et les derniers habitants qui se pressaient sur la place, Seiji retrouva la parole. « On est arrivé. » quelques regards se tournèrent vers eux, et Seiji devina que parmi les curieux, certains nourrissaient déjà l’espoir que l’arrivée de deux étrangers signifit la naissance de nouveaux Invokeurs. Pour cela, Seiji éprouva une pointe de colère. Mais il la repoussa aussitôt, aussi injuste que vaine.

« On dormira dans la tente là-bas, dit-il en désignant ledit endroit. Je vais nous prendre des lits. Si tu veux faire un tour, on pourra se retrouver là-bas. »

Il se dirigea vers la tente en question, leurs bagages sur l’épaule. Quelques formalités plus tard, ils avaient une chambre. Une petite pièce, dont les deux lits étaient séparés par un pan de tissu. Un endroit relativement sommaire en somme. Mais idéal pour discuter. Et comme ils étaient les seuls voyageurs en visite dans l’auberge, ils pourraient parler en toute tranquillité. Car ils étaient désormais à la veille d’une grande journée. Bientôt, ils pénétreraient ensemble dans le premier Temple de Yevon.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 185



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Apprentie Invokeure

le Mer 3 Mai 2017 - 13:23




La première bénédiction



La route jusqu’au village de Besaid avait été plutôt tranquille, tout comme la traversée de l’océan. Si la plage de sable fin avait trouvé grâce aux yeux d’Akemi, le village eut droit à ce même regard pétillant et émerveillée. C’était la première fois, qu’elle voyait ce genre d’habitation et cela changeait complètement de son éternelle maison d’enfance. Mais quand elle vit les regards se poser sur elle, la demoiselle se retrouva d’un coup gênée, prenant conscience du poids qu’elle devrait porter si jamais elle arrivait à posséder la chimère de l’île : Valefor. Préférant se tourner vers Seiji qui avait pris la peine de prendre la parole, la jolie prêtresse regarda quelques instants l’endroit de leur halte avant d’acquiescer d’un signe de tête et d’un sourire maladroit.

« D’accord. Merci Seiji, je ne vais pas trop tarder à te rejoindre de toute façon. »

Attendant que le jeune homme disparaisse à l’intérieur de la tente, Akemi décida de faire un bref tour des lieux, de façon à mieux visualiser la petite île de Besaid, mais aussi de façon à enfin voir ce fameux temple, lieux de prière, mais aussi de départ dans sa nouvelle vie. Le bâtiment semblait imposant, aussi magnifique que celui de Kilika aux yeux de la demoiselle. Quelques prêtres commençaient à sortir de celui-ci, marquant la fin de cette journée éprouvante, mais riche en émotion. Ses mains derrière le dos, son regard noisette fixant le lieu de culte, un voile sombre traversa soudainement le visage de la jeune femme, le doute commençant à envahir grandement son esprit.

« Vais-je y arriver… Est-ce que je suis digne de cette voie ? »

Murmurant ses paroles, Akemi commençait à douter. Elle doutait d’elle-même, de ses capacités, mais aussi de sa conviction à aller jusqu’au bout de ce périple. Secouant avec douceur sa tête, comme pour se rafraîchir les esprits, la prêtresse préféra tourner le dos au temple, de façon à ne pas trop penser à tout cela. Ce torturer n’était une solution, de plus, peut-être cela était-ce à cause de la fatigue qui commençait à l’envahir ? Sans attendre, elle se dirigea alors vers leur hébergement, rejoignant son cher ami, tout en lui adressant un sourire faux qui avait pour but de cacher son anxiété et de ne pas inquiéter le jeune homme. « La journée fut longue et éreintante. Je vais aller me reposer, je vais en avoir besoin pour demain. Bonne nuit Seiji. » Prenant place dans son lit après avoir déballée ses affaires et s’être changée, la demoiselle essaya de fermer les yeux pour s’accorder une bonne nuit réparatrice. Pourtant, l’heure avait beau s’écouler, tourner comme à son habitude, rien n’y faisait, le sommeil ne venait guerre. Car Akemi, redouter le lendemain, remettait en cause ce pourquoi elle était ici. Le stresse et la peur envahissait son esprit son moral et elle avait beau essayer de se vider la tête, rien n’y faisait, Morphée ne venait pas. Se relevant en silence, la demoiselle regarda quelques instants le pan de tissu qui séparait son lit à celui de Seiji, et sans un bruit, elle s’extirpa de son lit, attrapant une couverture, avant de se diriger dehors, sous la nuit étoilée de Besaid, ses pas la guidant jusqu’au temple qui semblait lui aussi endormie. Elle s’installa alors face à lui, ses jambes recroquevillées contre son buste, sa tête se posant sur ses genoux, tandis que ses bras enlaçaient ses jambes. Elle était là, regardant fixement le temple, sa respiration comme seul bruit dans cette nuit tranquille. Elle repensait à tout ce qu’elle avait laissée derrière elle, à sa décision de devenir invokeuse, mais aussi à Seiji et à ses parents qu’elle chérissait tant. C’est alors qu’un soupir traversa ses jolies lèvres rosées tandis que sa voix s’éleva alors, sans prendre en compte qu’elle pourrait être entendue ou écouté.

« En suis-je réellement capable… »

Beaucoup disent que dans ce genre de situation, le doute n’est pas permis, pourtant il était bien là, présent au creux de son cœur, comme un maux douloureux et insoutenable. Un maux qu’elle devait surmonter, pour les autres, mais surtout pour elle-même.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 190



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Ven 5 Mai 2017 - 16:25
Il ne fallut pas plus d’une poignée de minutes pour que la jeune Invokeuse rejoigne Seiji. Mais dès l’instant où il découvrit son visage, son sourire, le regard du Gardien s’obscurcit imperceptiblement. Pourtant, il ne répondit rien excepté un hochement de tête. Et sans plus de manière, chacun gagna son lit. Dehors, les flammes des torches lançaient des ombres vivaces sur la toile de la tente. Un ballet de lumière, qui s’estompa au fil des minutes qui s’écoulaient. Et quand les lumières furent à peines visible, une ombre aux longs cheveux sombres passa dans son champ de vision. S’il n’était pas surpris, Seiji soupira, préoccupé. Elle avait certainement besoin d’être seule, de prendre le temps de réaliser l’importance de ses choix. Et sur cette pensée, Seiji se retourna, et s’enfonça dans son lit. Une première fois. Puis une seconde fois. Et une troisième. Moins d’une minute s’était écoulée quant le jeune homme poussa un juron, et s’extirpa hors des draps.

Dehors, une fraîche brise maritime secouait le tissu des tentes. Quelques arbres dodelinaient doucement à l’horizon, et les reflets de la lune irisaient le village de reflets étonnants. Seules quelques flammes perduraient dans la nuit, illuminant la place d’un halo orangé. Et dans cette ambiance bien particulière, il devina la silhouette d’Akemi, enroulée dans sa couverture, assise au pied du temple. Sans un bruit, Seiji s’adossa à une tente, hors du champ de vision de la jeune femme. Son regard se leva vers le ciel nocturne, et ses paupières se refermèrent. Il hésitait. Puis il inspira profondément. Il s’extirpa silencieusement de sa cachette de fortune, et s’avança sans un bruit. Il s’arrêta à quelques mètres, hors de son champ de vision. Il observa pendant quelques secondes ses longs cheveux qui courraient le long de son dos. Puis, il s’exprima d’une voix plus douce que d’ordinaire. « Je ne serais pas devenu ton Gardien si j’avais pensé que tu allais échouer. » il posa son regard sur elle, immobile. Puis, il s’installa à côté d’elle. Dans cette position, le temple semblait immense, comme une créature d’une autre ère. Il ne le quitta pas du regard.

« Si tu vas jusqu’au bout, tu auras la bénédiction de tous les Priants. Il suffit de te regarder. Il l’observa un instant, puis continua. Depuis que je te connais, tu as toujours eu ce petit quelque chose en plus… Pas que ça m’arrange. J’aurais préféré que tu ne partes pas en pèlerinage. »

Il passa une main dans ses cheveux, mais une moue étonnée déforma son visage quand il sentit le contact de ses cheveux. Il avait oublié son bonnet à l’intérieur. Il passa néanmoins sa main dans ses mèches roses, et son bras retomba contre son genou. « Mais c’est ta décision. Si c’est ce que tu veux, je respecterais ton choix. »

Il manquait quelque chose. Un mot, un non-dit qui avait comme un goût d’encre dans sa bouche. Il risqua un regard en coin à Akemi, puis articula maladroitement quelques mots, un soupçon de colère gênée dans la voix. Quand il était question de s’exprimer, Seiji était un vrai désastre.

« Tant que tu continues, je reste avec toi. »

Il n’était pas doué pour ce genre de chose. Il se renfrogna légèrement, un air étrangement penaud sur le visage. Et sans un mot de plus, il observa le grand temple.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 185



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Apprentie Invokeure

le Lun 15 Mai 2017 - 22:29




La première bénédiction



Le doute était là envahissant son cœur meurtri par tant d’hésitation. Elle ne savait que faire, que penser, et alors qu’elle s’exprimait pour elle-même, elle entendit la voix de son aimé qui semblait venir en cet instant, comme une douce lumière au milieu de cette mer sombre et amère. La tête tournée vers lui, son regard noisette ne semblait se détacher de cet être, la jeune prêtresse ne sut quoi lui répondre à part afficher une moue indécise et peu convaincue. Laissant le jeune homme s’installer auprès d’elle, Akemi fixa de nouveau le temple, écoutant à nouveau les paroles réconfortantes de son attentionné de gardien. Il croyait en elle, malgré le fait qu’il détestait la voir faire ce pèlerinage. Il croyait en ses capacités, en ses maigres forces. Ses paroles avaient quelques choses de chaleureux, de motivant et très vite, la jeune femme porta son attention sur son cher ami, l’écoutant jusqu’au bout, sans rien ajouter, sans lui couper la parole. Qu’aurait-elle pus lui dire de plus ou de moins ? Le contredire ne ferait qu’engendrer cette spirale infernale de la tristesse et de l’amertume. Et jouer de faux-semblant aurait sûrement irrité le jeune homme. Alors la demoiselle écouta son gardien, fermant doucement ses yeux noisette, avant de sourire doucement face à la détermination de Seiji qui allait à l’encontre de son propre opinion pour aider son amie d’enfance.

« Merci Seiji. J’apprécie que tu veuilles rester à mes côtés malgré tout… »

Elle appréciait les efforts qu’il était en train de faire pour lui remonter le morale, mais surtout pour lui montrer que quelques soit ses choix, il répondra présent. Prêt à lui tenir compagnie, bien qu’il n’approuve pas ce voyage. Ses mains se joignant, son visage s’adoucissant légèrement, la prêtresse leva doucement ses yeux vers le ciel. La nuit était particulièrement étoilée, les étoiles se mêlant les unes aux autres pour présenter un tableau lumineux et éblouissant. Un paysage, qui permettait de délier les langues, tant il apaisait de par sa splendeur. « Je veux devenir forte. Être capable de vous protéger comme vous l’avez toujours fait avec moi… Je ne veux plus rester impuissante. Je veux moi aussi être capable de vous rendre heureux, de vous offrir de la joie et du bonheur. » Fermant de nouveau ses paupières, Akemi resta un moment silencieuse. Elle repensa à sa mère, à son père, à tous les gens qu’elles connaissaient sur la petite île de Kilika. Elle voulait leur apporter du réconfort, de la paix, mais surtout, une chance de vivre encore plus longtemps sans la peur, ni le désespoir. « Je suis faible et je pense que je le resterais à jamais… Je ne peux rien faire par moi-même … Si je peux avoir une chance de m’endurcir et de vous offrir bien plus que cela… Alors je veux le faire… » Elle ne savait pas pour combien de temps elle avait encore à vivre. Elle savait que la prochaine crise pourrait lui être fatale et à tout moment, elle vivait dans cette peur constante. La moindre douleur, la moindre fièvre ne cessait de l’alarmer et plutôt que de mourir ainsi, elle préférait donner un sens à cette mort. Elle ne pouvait l’expliquer à Seiji, elle ne pouvait à l’expliquer à qui que ce soit. Tout simplement parce qu’elle n’y arrivait pas. Elle ne voulait pas attrister les personnes qui l’entouraient, elle ne voulait pas voir le désespoir se dessiner dans leurs yeux. Pourtant, elle était elle-même envahis par cette peur et ce doute. Et si jamais, elle échouait ? Et si jamais elle n’était pas capable de contenir un tel pouvoir ? Et si jamais elle périssait en chemin ?

« J’ai peur de ne pouvoir remplir ce rôle. De ne pas avoir les épaules assez solides pour cela. Et si je me trompais ? Et si les chimères ne voulaient pas m’octroyer leur pouvoir à cause de ma faiblesse ? Je ne veux pas vous décevoir. Ni toi, ni mes parents… Ni briser vos croyances et vos espoirs. »

Sa moue devint de plus en plus sombre, comme si elle prenait conscience qu’une longue route se tenait devant elle et soudain, ses yeux se figèrent dans ceux du jeune homme. Habituellement, Akemi n’arrivait à soutenir le regard de Seiji plus de cinq minutes, en ce soir, elle avait besoin de guetter ses réactions, de lui faire comprendre qu’elle entendait sa voix, même si elle ne voulait l’écouter entièrement.

« Je suis désolée de t’entraîner là-dedans. De t’obliger à me voir me lancer dans pareille destinée. Mais… Je ne veux plus me cacher derrière toi et je veux être capable de te protéger à mon tour. Si jamais tu préfères m’abandonner. Je saurais le comprendre. »

Affichant un sourire tendre, la demoiselle continua de regarder ce visage qu’elle aimait tant observer. Bien qu’il était toujours avec un air morose et peu engageant, elle avait toujours admiré ce bon fond que détenait Seiji. Peu de gens étaient capables d’entrevoir ses qualités, pourtant Akemi faisait partis des rare personnes à savoir que Seiji était tout, sauf un mauvais bourge. C’est pour cela, qu’elle tenait tant à le protéger, de Sin, mais aussi d’elle-même.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 190



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Mer 17 Mai 2017 - 21:43
Merci Seiji. Il savait que ses remerciements étaient sincères. Et pourtant, ils lui laissèrent un goût de cendre dans la bouche. Il aurait aimé que les choses soient différentes. Qu’il existe une autre solution pour défaire Sin. Mais il savait aussi que son souhait était égoïste. Pendant tout ce temps, il ne lui avait jamais avoué ses sentiments à son égard. Jamais il ne lui avait avoué combien elle était précieuse, ni même combien elle était importante. Jamais il ne lui avait confié la véritable raison qui l’avait poussé à quitter l’île deux ans plus tôt. Et l’espace d’un instant, il se demanda si les choses auraient été différentes s’il avait eu le courage d’admettre la vérité. Brièvement, son regard se posa sur Akemi. Sa peau claire. Ses grands iris noisettes. Son expression à la fois douce et maussade, sous les lueurs nocturnes. Il avait voué sa vie à la protéger. Mais en cette nuit estivale, il se demanda si ses choix n’avaient pas contribué à la décision d’Akemi. Et alors que cette idée traversa son esprit, un voile sombre de peine et de culpabilité traversa son regard.

Il était à ce point de sa réflexion, quand la voix d’Akemi s’éleva à nouveau. Et sans réserve, comme si le ciel étoilé avait effacé toute retenue, elle lui avoua son souhait d’être forte. Désormais, elle avait envie de protéger, et d’apporter de la joie aux siens. Son poing se crispa. Pourtant, Seiji ne répondit rien. Et elle continua, avouant combien elle souffrait de sa faiblesse. Combien elle redoutait que les chimères refusent de la reconnaître. Combien elle craignait que son échec cause la déception de ses proches. Puis, elle posa son regard dans le sien. Pour la première fois, elle ne détourna pas le visage. Ses grands yeux bruns le fixaient avec attention. Car ces quelques mots étaient pour lui. Elle lui était reconnaissante. Mais cette fois-ci, elle souhaitait être assez forte pour ne plus dépendre de lui. Assez forte pour le protéger. Imperceptiblement, un éclat étonné germa dans le regard de Seiji. Pas une seule seconde, il n’aurait imaginé que quelqu’un souhaite le protéger. Il la regarda encore un instant. Puis, machinalement, il détourna le regard. « Je n’ai pas besoin que tu me protèges. » articula-t-il à mi-voix. Il grimaça légèrement. Puis, il inspira profondément, affichant une moue renfrognée. Et pourtant, un certain malaise se lisait sur son visage. « Je me fiche des chimères et de Sin. C’est le temps passé avec toi qui me rend heureux. » sa voix diminua doucement. Et quand ses derniers mots s’estompèrent, son visage avait déjà viré au pivoine. Il détourna la tête, grognant quelques mots. « Personne n’a besoin que tu te sacrifies. » articula-t-il, conscient que sa phrase était tristement égoïste. Sans doute n’avait-il pas le droit d’interdire à Akemi de sauver le monde. Dans tout Spira, combien espéraient un tel sacrifice ? Combien souhaitaient que d’autres se sacrifient ? Et en cette sombre soirée, Seiji lui-même aurait tout offert pour que quelqu’un d’autre meurt à la place d’Akemi. Et il se détesta pour cette simple pensée.

« Ce que je veux dire, c’est que… Personne n’attends ça de toi. On n’a pas besoin que tu fasses tout ça pour nous prouver qui tu es. Ni ce que tu vaux. Moi, je le sais déjà. »

Son regard se leva vers le ciel. Pour le moment, il n’avait pas encore assez de courage pour la regarder dans les yeux. « Si je t’accompagne, ce n’est pas pour ce que tu veux être… C’est pour ce que tu es aujourd’hui. » ses lèvres se crispèrent légèrement. Même de profil, on devinait les grimaces sur son visage à chacun de ses mots. Il inspira une dernière fois, et osa enfin se tourner vers elle.

« J’ai pas changé d’avis. Je t’accompagne. Mais… Je n’ai pas envie que tu te sacrifies. Je n’ai pas besoin de ça pour être heureux. Son regard se détourna brièvement. Mais Seiji se força à la regarder à nouveau. Je viens parce que je veux te protéger. »

Et alors que son visage virait au cramoisi, il s’esquiva à son regard, portant son attention sur le sol. Pourtant, son visage était toujours tourné face au sien. Comme si, d’une certaine manière, il souhaitait assumer ses paroles.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 185



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Apprentie Invokeure

le Sam 20 Mai 2017 - 23:16




La première bénédiction



Je n’ai pas besoin que tu me protèges. En entendant ses quelques mots affaiblis, la demoiselle n’avait pus s’empêcher d’afficher un doux sourire amusé. Elle reconnaissait bien là, la fierté mal placé de son ami d’enfance. Pourtant, même si elle ne doutait pas de sa force, elle voulait quand même le protéger. Lui qui avait tant fait pour elle, lui qui s’était parfois retrouvée amochée de part sa faute. Comment aurait-elle pus le laisser continuer ainsi ? Et surtout, comment fera t-il pour se protéger de lui-même ? Lui qui était renfermé, incapable de s’exprimer ? Peu de gens étaient capable de le comprendre, de le calmer. Elle seule avait trouvée comment le comprendre et le déchiffrer. Mais depuis qu’elle avait pris cette décision, depuis qu’elle avait décidée d’entreprendre ce voyage, elle avait cette impression de s’éloigner de lui. Bien sûr, il y avait cet amour qu’elle lui portait, et qu’elle essayait de contenir vu qu’elle doutait de sa réciprocité, mais aussi à cause de cette tristesse qu’elle risquait de lui engendrer si jamais elle venait à réussir cet exploit. Mourir pour une cause noble, pour sauver un peuple entier… Était-ce réellement ce qu’elle désirait ?

Un soupir s’échappa de ses fines lèvres comme seule réponse à cette question. Est-ce que sa décision aurait –elle changée si elle aurait été une femme forte et en meilleure santé ? Personne ne pouvait réellement le savoir, même pas elle. Et s’imaginer une autre destinée était futile puisque celle-ci ne serait jamais réalisable. Posant son menton contre ses bras, la jeune femme semblait comme attristée par cette situation, jusqu’à ce qu’elle entendit de nouveau la voix de son ami qui semblait reprendre de plus belle. Ses paroles eurent cette fois un sous-entendu qui interpella aussitôt la jolie prêtresse, son regard noisette se levant vers le jeune homme pour le regarder comme surprise par cet aveu. Le temps passé avec elle le rendait heureux ? Elle n’aurait jamais cru que cela puisse être possible. Elle qui était souvent alitée, qui était fragile, comment pouvait-il trouver cela plaisant. Doucement, elle se mit à rougir, sentant son cœur s’emballer timidement. Pourtant, derrière la joie de cet aveu, se manifestait une petite voix amère et réaliste. Ils étaient amis depuis longtemps, depuis presque leur enfance. Il était normal qu’il apprécie d’être à ses côtés, puisque qu’elle était une amie chère à ses yeux. Il était évident qu’il ne pouvait y avoir plus dans ses paroles. En prenant conscience de cela, Akemi se sentis bien bête de s’être laissée emportée par son amour véritable envers Seiji. Elle s’était laissée emportée par le moment et elle avait bien conscience qu’elle ne pouvait être le genre de femme qui plairait à son cher épéiste. Une femme forte aurait bien plus sa place auprès de lui, qu’une femme comme elle. Soupirant à nouveau comme pour chasser ses idées sombres, Akemi ne sut quoi dire quand Seiji énonça qu’elle n’avait pas à se sacrifier. Et encore moins, quand il argumenta cela de parole juste et réfléchi, comme quoi elle n’avait rien à prouver. Elle savait bien que personne ne lui demandait quoi que ce soit, qu’elle n’avait rien n’à devoir à personne. Elle savait bien que ses parents auraient préférée la garder auprès d’eux, plutôt que de la savoir sur les routes pour un périlleux voyage. Au fond, ce n’était pas à une quelconque personne qu’elle voulait prouver sa force, ni ce qu’elle était. Mais plutôt à elle-même. Elle savait que c’était un sentiment égoïste et qu’à cause de cela elle inquiétait tout son entourage. Pourtant… Elle sentait qu’elle se devait de le faire. Pour elle-même, pour pas que sa mort soit inutile.

Fermant doucement ses paupières, pour profiter d’une fine brise maritime, la prêtresse avait envie de s’excuser, mais elle savait que cela risquait d’irriter grandement son cher ami. Alors, elle préféra se murer dans le silence, n’ouvrant ses yeux que pour faire face à Seiji qui n’avait jamais été aussi expressif que ce soir-là. Quand elle l’écoutait, elle ne pouvait empêcher son cœur de faire des bons, pour ensuite se serrer aussitôt. Elle avait presque honte de l’obliger à s’exprimer ainsi, lui qui n’avait jamais été doué avec les mots. Lui qui semblait faire un effort titanesque pour lui adresser ses paroles réconfortantes. Sans un mot, elle abaissa son regard, constatant que les jointures de la main de l’épéiste étaient blanches, comme s’il avait essayée de contenir sa rage. Son regard sembla s’attrister quelques instants, tandis que sa main recouvrit doucement celle de son très cher ami. Doucement, un sourire s’installa sur ses lèvres, son visage devenant réconfortant, presque rayonnant. « Je veux aussi te protéger tu sais. » Elle resta quelques instants silencieux, avant de baisser la tête, continuant à garder sa main sur la sienne. « Pardonne-moi… Je ne fais que t’inquiéter et attiser ta colère. Encore aujourd’hui, je ne cesse d’être un poids pour toi. » Avec douceur, elle enleva doucement sa main, ses cheveux semblaient cacher son visage, comme pour dissimuler ses maux qui lui serraient vivement le cœur. « Pardonne-moi d’être aussi égoïste… Mais je dois devenir forte… Il le faut. »

L’émotion commençait à lui nouer la gorge. Elle était incapable d’en dire plus, de s’exprimer plus aisément. Elle avait pris sa décision, avait beaucoup réfléchie quant à celle-ci. Elle ne savait si elle pourrait revenir vivante de ce périple, ni si elle réussirait. Pourtant, elle était décidée. Elle n’avait juste pas prévue le fait que son amour de toujours serait là à ses côtés. Ce qui rendait sa décision encore plus dure qu’elle ne l’avait imaginé. Pourtant, elle devait le faire. Il le fallait. Elle ne devait pas fléchir.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 190



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Mar 23 Mai 2017 - 0:49
Il n’avait jamais été très doué pour exprimer ses sentiments. Il était toujours trop maladroit, trop évasif, trop renfermé pour dire de façon claire et juste ce qu’il avait sur le cœur. Mais ce soir-là plus que tout autre, il avait l’impression de s’enfoncer dans un brouillard sombre et incertain d’émotions. Combien d’aveux n’avaient jamais franchi la barrière de ses lèvres ? Combien de vérité, de sentiments, de sensations avait-il enfoui au plus profond de son être ? Et tout à coup, alors que son cœur s’éveillait, il découvrait ce torrent cruel, ce rideau de chaos né de son apathie. Une vie trop longtemps muselée, comme une lamentation silencieuse dont il entendait enfin les éclats. Et dans l’océan de ses émotions, une vérité cruelle. Il ne lui avait jamais avoué. Il n’avait jamais prononcé ces mots, cette phrase qui l’avait hanté tant de nuits. Et alors que le temps l’avait érodé, Seiji savait que ces mots étaient encore là, comme une flamme sous son épaisse cuirasse. Et pourtant… Sa bouche s’imprégna d’une amertume âcre. Doucement, son cœur se serra. Pas maintenant.

Ce fut la main d’Akemi sur la sienne qui l’arracha à ses pensées. Et tout en lui adressant son plus doux sourire, elle lui avoua son souhait de le protéger. Il fut incapable de se dérober à son regard, observant les ombres qui dansaient sur son visage. Il avait passé tant d’année à s’entraîner dans le seul but de la préserver. Il s’était cru un homme fort. Et pourtant, elle souhaitait encore le protéger. Toutes ces heures lui semblaient soudain bien futiles, comme s’il avait vainement tenté d’attendre un rêve inaccessible. Et l’ironie de la situation avait un goût de cendre. Pourtant, les excuses d’Akemi chassèrent bien vite son amertume. Ses cheveux dissimulaient son visage, alors que ses mots sortaient péniblement. Elle pensait être un poids. Elle pensait être égoïste. Seiji la regarda un instant, appréhendant toute l’importance de ces mots.

Quand sa main trouva celle d’Akemi, son regard fixait déjà le ciel. S’il l’avait regardé, il ne serait pas parvenu à s’exprimer clairement. Mais ses doigts, eux, se nouèrent autour de sa paume. « Tu n’as jamais été un poids. Pas une seule fois. » sa voix avait quelque chose de calme et de sincère. Pour la première fois depuis longtemps, son flegme légendaire semblait s’être ouvert sur quelque chose de plus profond. « Quand j’ai quitté l’île, je… J’avais besoin de me prouver quelque chose. Je devais trouver quelque chose. Alors… Je comprends. » il avait été suffisamment égoïste pour comprendre le souhait de la jeune femme. À dire vrai, il ne le connaissait que trop bien. Ses paupières se refermèrent. Sa main relâcha celle d’Akemi, pour mieux se poser contre sa chevelure. Et sans plus de manière, il attira la jeune femme contre son épaule. « Et c’est pour ça que je viens avec toi. »

Il aurait été incapable de dire combien de temps il resta ainsi. Mais quand son regard se leva vers le ciel, un éclat attira son attention. Une étoile au milieu des autres, dont l’éclat n’était comme aucun autre. Elle n’était pas plus brillante. Elle n’était pas plus lumineuse. Elle était simplement différente. Un sourire tendre se dessina sur ses lèvres. « Tu te souviens d’elle ? À l’époque, on regardait souvent les étoiles. On disait que si l’on perdait notre chemin, il nous suffirait de la suivre pour retrouver notre île. » une douce nostalgie l’envahit doucement. Puis, en réalisant que la jeune femme avait peut-être oublié ces vieilles histoires, il perdit son assurance. « Enfin… On se racontait ça quand on était enfants. » précisa-t-il d’un ton moins confiant, s’imaginant déjà passer pour un idiot, lui qui avait gardé précieusement ce souvenir durant toutes ces années. Machinalement, il passa une main dans ses cheveux.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 185



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Apprentie Invokeure

le Dim 4 Juin 2017 - 14:54




La première bénédiction



La tristesse avait envahie ses pensées comme son cœur. Incapable de parler de peur que les larmes ne lui viennent, la jeune femme préféra se murer dans le silence, cachant son doux visage qui était meurtrie par ses maux de plus en plus poignant. Ses cheveux tombaient en cascade, laissant quand même entrevoir quelques morceaux de sa peau laiteuse. Elle s’en voulait d’être égoïste, de ne pas jouer franc jeu avec son cher amour. Elle aurait voulu tout lui dire, ses motivations, sa santé, tout. Mais elle en était incapable. Chaque fois qu’elle ouvrait la bouche pour l’exprimer, elle se refermait aussitôt, son cœur exprimant une douleur bien trop vive encore pour se permettre de laisser les mots s’échapper. Les lèvres pincées, la prêtresse ne savait que faire, que dire, mais quand elle sentit la main de Seiji reprendre la sienne, elle eut un espoir. Et cet espoir se fait entendre, telle une chaleur réconfortante qui adoucissait fortement son cœur. Elle n’était pas un poids et elle était comprise. Ce n’était peut-être que des mots que beaucoup n’aurait pas cru, mais Akemi elle, les croyait. Il suffisait d’entendre le son de sa voix, pour comprendre que le jeune épéiste prenait à cœur la douleur de la demoiselle et quand il la serra tout contre lui, son cœur semblait pendant un instant exploser, laissant même quelques larmes rouler le long de ses joues. Elle était comprise, il voulait rester avec elle. Pendant quelques secondes, les mains d’Akemi hésitèrent à attraper la veste du jeune homme. Elles resteraient quelques secondes ainsi, hésitantes, mais petit à petit, elles se rapprochèrent du tissu avant de le serrer fortement, comme si elles se raccrochaient fermement à cette petite lumière d’espoir. Son visage se posa plus franchement contre cette épaule offerte essayant d’étouffer au mieux ses larmes qui voulaient s’échapper malgré elle. Ne sachant depuis combien de temps elle était ainsi contre son ami, la jeune femme commença à s’éloigner doucement, essayant d’essuyer discrètement ses joues légèrement humides. Heureusement pour elle, le jeune homme avait le regard perdu dans le ciel, jusqu’à ce qu’il lui fasse référence d’un souvenir de leur enfance, un souvenir qui la fit également sourire tendrement. À son tour, elle leva son regard vers le ciel regardant cette petite étoile qui essayait de se démarquer de ses autres sœurs dans ce vaste ciel. Elle était là, avec sa lumière, essayant de s’éclairer au mieux comme pour donner un message à ses deux observateurs. Depuis qu’elle était devenue leur petite étincelle, Akemi n’avait cessé de la regarder chaque soir depuis qu’elle était petite. Elle était son lien avec Seiji, sa confidente, sa source d’espérance. Riant soudainement, comme heureuse de repenser à ce petit souvenir d’époque, la jeune femme s’exprima à son tour, continuant de regarder de ses yeux noisettes sa chère amie étincelante.

« Bien sûr que je m’en souviens. Encore aujourd’hui je la regarde et me rappelant de cette étincelle dans nos yeux. Comment oublier ? »

Elle était devenue comme un ange-gardien, comme un symbole de protection et plus Akemi la regardait, plus elle sentait la joie revenir peu à peu dans son esprit. C’est comme si ses doutes n’étaient jamais venus, comme si plus rien  ne l’attristait. Bien sûr tout cela était grâce à ses souvenirs tendres avec Seiji, mais grâce aussi à cette étoile qui continuait toujours de les lier. Un nouveau sourire sur les lèvres, la prêtresse continuait de fixer ce symbole dans ce ciel sombre et pourtant si beau et tandis qu’elle semblait dans ses pensées, elle murmura alors quelques paroles, qui était facilement audible.

« Elle me rappelle tant de souvenir que je chéris fortement… Tants de chose que je ne veux jamais oublier… »

Baissant le regard, la jeune femme venait de se rendre compte qu’elle venait de dévoiler à voix haute, ce qu’elle pensait tout bas, et soudainement, elle se mit alors à rougir, s’agitant comme si elle voulait revenir sur ses propres paroles. « Enfin… Y a tellement de souvenir ! Comme avec mes parents par exemple ! Et euh… Hum… » Ce rendant compte qu’elle risquait de s’enfoncer encore plus, la demoiselle préféra se taire quelques secondes, décidant de dévier le sujet sur autre chose, de façon à ne pas se faire avoir par ses propres sentiments qui bouillonnée en elle. « Il commence à se faire tard on dirait. Il ne faudrait pas trop que je tarde si je veux être en forme demain. Merci pour tes paroles Seiji, grâce à toi, je me sens un peu plus légère. » Un sourire joyeux éclaira alors son visage, celui-ci étant redevenu bien plus franc que les autres. Doucement, la jeune femme se releva épousant sa robe qui était pleine de sable. Faisant quelques pas pour s’éloigner, Akemi se retourna alors, adressant son plus beau sourire à son cher et tendre épéiste. « Tu viens ? Toi aussi tu as besoin de repos. » Attendant sa réponse, la jolie prêtresse resta ainsi quelques secondes, espérant que le lendemain sera tout aussi clair dans son esprit.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 190



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Ven 9 Juin 2017 - 19:40
Il sentit les doigts d’Akemi qui s’agrippaient à sa veste. Sa joue pressée contre son épaule. Et sans un mot, une chaleur douceâtre l’enveloppant, il posa son regard sur elle. Même sous ses longs cheveux bruns, il distinguait les traits de son visage. Son expression peinée sembla s’adoucir au fil des minutes, et presque inconsciemment, Seiji caressa doucement les longues mèches qui s’étaient égarées sous ses doigts. Plusieurs fois déjà, il s’était demandé comment il réagirait en de pareilles circonstances. Mais en cet instant, tout cela semblait sans la moindre importance. Comme une brève accalmie, dans l’ouragan de ses émotions. À ce moment précis, il n’avait envie de rien d’autre que de la garder contre lui. Comme si, ainsi l’un contre l’autre, plus rien n’avait d’emprise sur eux. Et alors que son bras se resserra légèrement contre ses épaules, Seiji réalisa que si c’était pour elle, alors il ne reculerait devant rien. Puis, il ferma les yeux. Et quand ses paupières se rouvrirent, une étoile bien familière attira son regard. Une étoile qui lui arracha l’un de ses rares sourires. Et comme s’il s’était soudain libéré du poids de ce pèlerinage, il se surprit à reprendre la parole, évoquant les nombreux souvenirs que Akemi et lui partageaient. Ils avaient passé tant de temps ensemble… Et d’une voix douce, Akemi lui répondit sur le même ton. Elle n’avait pas oublié. Cette confession lui arracha un mélange de tendresse et de douceur. Et en la regardant, il se remémora pourquoi il nourrissait tant de sentiments à son égard. Il l’écouta d’une oreille distraite, bien trop occupé à suivre les lignes de son visage. Dans son regard, il retrouva la même étincelle que lorsqu’ils étaient enfants. Son sourire s’étira, teinté d’une tendresse qui ne lui était pas familière, quand la demoiselle s’agita soudain. Seiji afficha une légère surprise, tout en réalisant qu’il n’avait pas suivi un traître mot de ces paroles. « Euh… Ouais, bien sûr. » bredouilla-t-il en réponse à son commentaire sur ses nombreux souvenirs, dont ceux avec ces parents. Bien entendu, ce n’étaient pas ceux là que Seiji avait à l’esprit. Un bref silence s’installa. Puis, Akemi décida qu’il était grand temps de prendre du repos. Et se leva, un sourire aux lèvres, avant de faire quelques pas. Seiji lui adressa un simple signe de la tête, levant la tête pour observer les étoiles. Mais quand la voix d’Akemi parvint à ses oreilles, Seiji se retourna. En découvrant son sourire radieux dont le gratifia la jeune femme, il éprouva une profonde envie de ne garder que pour lui une telle expression. « Ouais… J’arrive. »

Il se releva, et chassa négligemment la poussière de son pantalon. Puis il s’avança en direction de la jeune femme. Même une fois qu’il fut arrivé à sa hauteur, il fut incapable de faire disparaître cette tendresse dans son regard. « Pour une fois que tu te montre raisonnable. » malgré une pointe de moquerie, ses paroles étaient dénuées de mauvaises intentions. « Allons-y. » et il se dirigea vers la tente où ils logeaient, bien décidé à profiter d’une bonne nuit de sommeil. Ils se séparèrent sur le seuil de leurs chambres, chacun regagnant son petit havre de paix. Mais si l’épéiste s’était imaginé profiter d’une longue nuit paisible, son esprit n’en avait pas décidé autant. Cette nuit-là, il se posa mille questions sur son passé et son avenir, ignorant tout du voyage qui les attendaient. Pourtant, au terme de longues minutes d’insomnie, ce fut le souvenir de la chaleur d’Akemi dans ses bras qui gagna son esprit. Et doucement, il sombra dans le sommeil. Et à l’approche d’une nouvelle aube, l’inéluctable rencontre d’Akemi avec le priant de Besaid devenait imminente.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Mage blanc

Points de rang : 185



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Akemi

Apprentie Invokeure

le Dim 11 Juin 2017 - 14:34




La première bénédiction



« Je te l’ai dit que je ferais plus attention. Puis ce n’est pas gentil de te moquer de mes efforts ! » Avec ce même ton de moquerie dans la voix, la demoiselle afficha un sourire amusé à son gardien, avant de le suivre tout naturellement pour rejoindre leur chambre respective. Sur le chemin de retour, Akemi se surpris à vouloir devenir un peu plus proche de Seiji. Sa main avait inexorablement envie de se joindre à celle de son ami. Comme une promesse, un acte d’amour parfaitement assumé. Mais elle n’en fit rien, préférant plutôt garder à l’esprit ce moment sur le sable fin. De son corps serré contre le sien, de son bras s’étreignant contre ses épaules, de ses doigts caressant ses cheveux, mais surtout de sa tendresse et sa gentillesse à son égard. Ce moment avait été bien plus fort et bien plus intense et en comparaison, une main tenue ne semblant qu’être une maigre affinité face à cela. En pensant à cela, la prêtresse se mit à rougir doucement, se rendant compte subitement de leur échange un peu plus tôt. Elle se demandait intérieurement ce qu’en avait pensé Seiji, si cela l’avait gêné, ou si au contraire, cela lui avait fait plaisir. Elle savait que pour le savoir, il suffisait de lui demander, mais jamais elle n’aurait eu la force de le faire, préférant garder ses propres appréciations. Arrivant enfin devant leur chambre, Akemi salua alors son gardien, s’installant sans tarder dans son lit qui n’attendait plus qu’elle. Tous ses doutes semblaient s’envoler dès qu’elle repensait à Seiji et à ce qu’il s’était passé sur la plage. C’était comme si, par ce simple geste de compassion, il avait soulagé tous ses maux. Ce fut alors sans trop de peine qu’elle s’endormit, préférant laisser son esprit se concentrer sur des choses bien plus agréables que sa rencontre avec Valefor. Mais elle avait beau vouloir contrôler son esprit, celui-ci décida de la laisser prendre du repos certes, mais en contrepartie elle s’éveilla bien plus tôt qu’à l’accoutumée, l’empêchant de retrouver le sommeil pour terminer sa nuit.

Au dehors, le soleil commençait à doucement se lever, mais le village semblait encore être endormi. Seul l’aubergiste avait l’air d’être éveillée, car de là où elle était, Akemi pouvait sentir l’odeur affriolant du petit-déjeuner en préparation. Bien que cela ait l’air alléchant, la demoiselle n’en trouvait pas l’appétit pour autant. Elle était bien trop stressée par ce fameux jour, pour en trouver l’envie de dévorer un repas mérité. Tournant en rond dans son lit, en se répétant sans cesse les divers scénarios qu’elle pouvait avoir au temple, la prêtresse décida de se lever définitivement, s’approchant avec douceur de l’antre des cuisines de l’auberge. De sa petite voix, la jeune femme pris soin d’avertir sa présence à l’aubergiste qui semblait être surpris de la voir et timidement, elle joignit ses deux mains, demandant une brève réclamation à cet homme qui avait l’âge d’être son père. « Excusez-moi… Me permettrez-vous de vous aider à confectionner le petit-déjeuner ? Je… Je n’arrive pas à trouver le sommeil et je pense que m’occuper l’esprit m’aiderait à mieux me détendre…  Enfin si vous n’y voyez pas d’objection.» Avec un sourire, l’aubergiste l’invita à l’aider dans sa tâche, ce qui soulagea grandement l’invokatrice qui avait eu peur de l’offenser avec sa demande. Ce fut donc avec une joie sincère, qu’elle s’attela dans ses différentes tâches de préparation, profitant de l’occasion pour préparer le repas de son cher ami encore au lit. Bien sûr, elle avait demandé l’autorisation avant de le faire d’elle-même et quand elle prépara enfin la table, elle vit du coin de l’œil la démarche d’une personne qu’elle ne connaissait que trop bien, et qu’un sourire joyeux, elle accueillit l’épéiste.

« Bonjour Seiji, tu as bien dormi ? J’espère que tu as faim. J’ai demandée à l’aubergiste si je pouvais l’aider pour préparer le petit-déjeuner. Je me suis donc permise de faire ce que tu aimes. J’espère que ça te convient. »

S’installant face au jeune homme, la jeune femme continuait à garder son éternel sourire, pourtant, elle ne cessait de s’inquiéter de sa rencontre avec Valefor. Allait-elle réussir ? Allait-elle être clémente ? Est-ce qu’elle pourra prétendre d’être une invokatrice à part entière ? Tellement de questions se bousculaient dans son esprit et plus elle s’en posait, plus son appétit devenait de plus en plus inexistant. Son estomac était noué, beaucoup trop. Elle essayait de se montrer confiante, pourtant il n’était pas dur de sentir son inquiétude.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

avatar

Classe : Bretteur

Points de rang : 190



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Seiji

Gardien

le Dim 11 Juin 2017 - 21:35
Un parfum sucré flottait dans sa chambre. Il n’avait pas quitté son lit, mais sentait déjà les odeurs de fruits et de viennoiseries qui se mélangeaient, éveillant doucement son appétit. Seiji lâcha des marmonnements plaintifs, et tira le drap sur son visage. Mais à peine quelques secondes s’écoulèrent avant que son estomac n’exprime son mécontentement, échappant un grognement qui résonna dans la chambre. Seiji repoussa le drap, fixant le plafond entre ses paupières entrouvertes. Il resta allongé sur le dos cinq bonnes minutes, avant que son ventre ne grogne de plus belle. Seiji protesta, mais cette discussion entre l’homme et son estomac était déjà perdue d’avance. C’est ainsi que Seiji s’arracha à contrecœur de son lit, affichant son expression la moins aimable. Et encore loin d’être réveillé, le jeune homme se contenta de suivre le parfum de la nourriture.

Quand il déboucha sur la petite salle aménagée pour le repas, il tomba nez-à-nez avec la silhouette d’Akemi. Son regard s’adoucit légèrement, se teintant d’une pointe d’étonnement. Mais il lui suffit d’un regard sur la table pour comprendre. Plusieurs recettes à base de fruits recouvraient la nappe, mais ce ne furent pas celles qui retinrent son attention. Son regard s’attarda davantage sur les deux petits paniers de scones, près d’un pot de gelée d’ananas. Après tant d’années, il aurait reconnu la patte d’Akemi entre mille. Et si ce plat inhabituel était sur la table ce matin-là, c’était précisément car Seiji en raffolait. Quand Akemi se tourna vers lui et le salua, elle confirma ses soupçons. « Merci pour le repas. » commença-t-il d’une voix endormie. Il attrapa un scone du bout des doigts, et le plongea dans la gelée. Quand les saveurs parvinrent à son palais, une douce nostalgie s’empara de lui. « J’ai vu pire. Et toi, tu as réussi à dormir ? » il avait déjà son idée sur sa réponse, mais n’avait pas envie de se perdre dans les faux-semblants. Il salua d’un signe de la tête l’aubergiste qui émergea de  la cuisine, puis posa son regard sur Akemi avant de reprendre une bouchée. « C’est bon. Tu es toujours aussi douée. » il s’approcha et s’installa sur la chaise la plus proche.

Gourmand sous ses airs impassibles, il piocha dans les divers plats qui s’offraient à lui. Bientôt, il attrapa un nouveau scone, et le trempa dans la gelée. Mais cette fois-ci, il le tendit à Akemi. Même s’il était encore loin d’être parfaitement éveillé et alerte, Seiji avait cette petite étincelle persuasive dans le regard. « Ouvre la bouche. Il faut que tu manges quelque chose. » il n’était pas question que la jeune femme quitte cette auberge le ventre vide. Il continua d’une voix plus légère. « Tu devrais amener quelque chose au priant. » dit-il en désignant la table. « S'il goûte ça, je suis certain qu'il te donnera toutes les chimères que tu veux. » un sourire discret germa sur ses lèvres. Sa plaisanterie était avant tout destinée à détendre la jeune femme, même s’il avait toujours eu un penchant pour l’humour envers Yevon. Pourtant, il était loin d’être aussi détendu que le suggéraient les apparences. Et doucement, il sentait cette pointe d’inquiétude faire son chemin dans son esprit. S’il ne doutait pas une seconde de son amie, son inquiétude, elle, était intarissable.

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Les îles du Sud • :: L'île de Besaid :: Le village de Besaid :: Habitations et commerces

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant