Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Prendre la route [Pv: Kiera]

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 60



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Jeu 1 Fév 2018 - 20:12
Lentement, la porte se referma sous ses doigts. Ses doigts étaient encore sur la poignée de la porte. Pendant une dernière fraction de seconde, Soren hésita une dernière fois. Il n’avait jamais été du genre nostalgique. Ou tout du moins, il s’était imaginé être à l’abri de ce genre de considération. Mais maintenant que l’heure était venue, que l’aube de son départ était arrivée, toutes ses belles paroles lui semblaient bien moins certaines que la veille encore. Il n’abandonnerait pas. Il savait que ce voyage était nécessaire, que la simple idée d’attendre sagement, à l’abri des murs de Bevelle, lui était insoutenable. Et il savait également que jamais, entre ces hauts remparts, il ne découvrirait de réponses à ses questions. Pourtant… Maintenant que le moment était venu de mettre derrière lui tout ce qui composait la vie qui avait été la sienne, il réalisait l’envergure de sa décision. Il ne reviendrait peut-être jamais à Bevelle. Il ne reviendrait peut-être jamais de ce pèlerinage. Durant quelques instants, il ferma ses paupières. Était-ce vraiment la seule solution ? Et avait-il la moindre chance de trouver la réponse à toutes ces questions qui le hantaient ? Quand cette pensée traversa son esprit, un sourire se dessina sur ses lèvres. Il n’en savait rien. Et c’était précisément pour cette raison que jamais il ne parviendrait à rester là, aveugle et sourd à ce que d’autres avant lui avaient préféré taire. Il avait besoin de comprendre, et d’obtenir la certitude que tous ces sacrifices avaient réellement un sens. Et alors seulement, il ferait son devoir en tant que jeune Invokeur.

Sans un mot, il fit ses adieux à Bevelle. Puis, quittant ses quartiers, il s’enfonça dans les escaliers menant aux étages inférieurs. Les bruits de ses pas résonnèrent dans le hall, alors que des regards curieux se levaient vers lui. Depuis l’apparition de Sin à Kilika, de nombreux prêtres attendaient que les Invokeurs de la nouvelle génération se lève, et entame le pèlerinage contre Sin. Jadis, son père avait obtenu la bénédiction des Chimères, devenant l’un des prêtres de l’expiation de Yevon. Aujourd’hui, les prêtres de l’Église attendaient la même dévotion de sa part. Et ainsi, quand ils le découvrirent, sa tenue de cérémonie échangée au profit d’une tenue plus légère de voyage, des murmures se propagèrent dans l’assemblée. « Messire Soren ? » il était au milieu des escaliers, quand la voix familière s’éleva à son attention. Posant son regard sur le concerné, Soren reconnu l’un des prêtres qui le connaissait depuis sa plus tendre enfance, et le gratifia d’un sourire bienveillant. « Je vais me rendre au temple. » un silence solennel s’installa, et dans une révérence, le prêtre le gratifia du salut de Yevon. Bientôt, les autres prêtres de la pièce le suivirent. Soren s’inclina respectueusement. « Laissez-moi vous accompagner. » Soren hocha calmement la tête, accédant à la requête du prêtre. Et sans un mot, bercé par les murmures et les espoirs des prêtres de Bevelle, Soren le suivit sur le chemin du temple. « Je suppose que c’était votre destin… » sans un mot, Soren posa un regard compréhensif sur le dos du vieil homme. Jadis, il avait lui aussi accompagné des Invokeurs au temple, éprouvant ce désagréable sentiment entremêlé d’espoir et d’amertume. Pour cette raison, il savait exactement ce que ce vieil homme éprouvait en ce moment. Ils avançaient silencieusement, quand Soren surprit des éclats de voix en provenance d’un autre passage. Il s’arrêta, et constata que les bruits provenaient des couloirs menant aux geôles. Constatant que le jeune Invokeur s’était arrêté, le prêtre s’approcha lentement. « C’est une Al-bhed. Elle a été trouvée récemment. » le regard de Soren resta fixé sur la galerie, une profonde hésitation dans son regard. « Vous ne devriez pas… » mais le jeune homme se tourna vers lui. « Je vais continuer seul. J’aimerais voir de quoi il retourne. » malgré le froncement de sourcil qui lui servit de réponse, Soren ne bougea pas. « Je vous accompagne. » concéda finalement le prêtre, avant de l’accompagner en direction de la prison de Bevelle.

Quand il s’avança à l’intérieur, il découvrit une prison vide, à l’acception d’une seule geôle. Une femme aux cheveux flamboyants, gardée par un moine-guerrier en fonction. Soren s’avança, et salua le garde d’un hochement de tête. Puis, il s’approcha de la geôle. Il sentit le regard méfiant du garde dans son dos, mais ne s’en préoccupa pas. « Comment vous êtes-vous retrouvée ici ? » sa voix ne dégageait aucune hostilité, ni la moindre once de jugement. Il était simplement là, attendant une réponse. Il avait une idée derrière la tête, comme le suggérait le regard dubitatif que le prêtre posait sur lui.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 40



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Ven 2 Fév 2018 - 20:13

Cela faisait des heures qu’elle était là, dans cette geôle froide et odorante. Des heures, à moins que cela ne soit des jours ? À vrai dire, elle ne le savait pas vraiment, mais déjà, elle trouvait le temps long. "On va vous juger" qu’ils disaient, la belle affaire. Kiera n’était pas sotte, elle savait comment cette histoire allait se finir. Il n’y avait qu’une seule option pour les gens comme elle. Un allé simple à la Via Purifico. Pour beaucoup, la simple prononciation de cet endroit provoquait peur et angoisse, mais pas chez Kiera. Tout ce que cela lui inspirait, ce n’était qu’une perte de temps précieuse et un ennuie plus que mortel. Il n’était pas rare d’entendre que certains avaient réussis à s’enfuir d’un tel châtiment. Alors pourquoi pas elle ? Soupirant d’ennuie dans sa prison la demoiselle aux cheveux de feu se releva alors de son lit d’appoint, s’approchant d’un pas lent vers les grilles avant de les empoigner de ses mains. D’un regard, elle regarda l’extérieur, repérant aussitôt le gardien qui semblait la surveiller. Niveau sécurité, il semblait sous estimer sa condition, mais pour une fois, elle préféra ne pas relever ce point, pour ne pas s’énerver d’avantage. « Et le trou du cul ! T’as pas des nouvelles concernant mon jugement ? Pas que je m’emmerde, mais j’aimerais qu’on me fasse pas poireauter pour rien, si tu vois ce que je veux dire ? » Ses paroles étaient lancées avec dédain et ironie, chose qu’elle faisait la plupart du temps, mais face à ses paroles, le garde ne semblait pas réagir. Pas même un haussement d’épaule, ou un petit orteil en mouvement, rien. C’était comme si elle était face à une statue, un objet de décoration aussi semblable qu’un épouvantail. Il était là pour faire jolie mais en aucun cas, il impressionne. « Eh oh ! La potiche ! Tu es née avec un handicape de plus, où t’es juste con ? Je t’ai posée une question ! Réponds ! » Elle avait haussée sans hésiter sa voix qui s’était mise à résonner dans toute la cavité. Un soupir agacé accompagna l’écho et aussitôt, le garde se positionna devant la prison, comme pour éviter d’être à porter de main de l’al-bhed criarde. En voyant cela, l’énervement monta crescendo chez Kiera qui se mit brusquement à donner un coup de pied dans les grilles de sa geôle, ce qui fit réagir immédiatement le moine-prêtre qui pointa sans attendre son arme vers la demoiselle furax. « Bah vas-y ! Ne te gêne pas mon vieux ! Tire-moi dessus ! Montre-moi ta sale hypocrisie ! Va-y ! » Face à la provocation de l’hérétique, le garde baissa son arme, reprenant position sans plus attendre comme si de rien ne s’était passée, comme si le calme était revenue. « Pfff myjadda. » S’adossant contre le mur de sa prison, Kiera essaya alors de calmer sa colère dans son coin.

Les bras croisés, son regard semblait fixer le mur de son plafond quand elle entendit du bruit en provenance de l’entrée de la prison. Sans bouger, elle regarda alors le mouvement au-delà de sa geôle est remarqua que deux hommes se trouvait de l’autre côté. Un vieux prêtre dont on ne comptait plus les rides et un jeune blond, plutôt charmant à la belle gueule d’ange. Toisant les deux inconnus du regard, l’al-bhed suivit le moindre de leur fait et geste, jusqu’à ce que le blond se pointa devant elle, posant une question qui lui fit aussitôt arquer un sourcil. Comment s’était-elle retrouvée ici ? Il était sérieux là ? Face à une telle interrogation, elle s’était mise à rire légèrement. Un rire moqueur, avant de reprendre contenance et de se déplacer pour faire face à ce drôle d’étranger. Une main sur ses hanches, l’autre vacante, son regard en spiral plongeant dans le sien. Il ne sentait aucune animosité, mais ce ne fut pas pour autant qu’elle allait se comporter gentiment. Pas avec des adorateurs de Yevon.

« T’es sérieux blondie ? Tu me poses vraiment la question ? C’est quoi l’embrouille là ? On cherche à me donner réellement un jugement ? Où bien c’est que tu veux étancher ta curiosité de sale fouineur prétentieux ? » Ses paroles tombèrent avec franchise, ce qui ne tarda pas à faire réagir le prêtre que se tenait auprès du jeune homme.
« Quelle impertinence ! Parler ainsi à Sir Soren !  Veuillez vous adresser à lui avec courtoisie ! »
« Eh le prêtre je t’ai pas sonnée ! T’as pas autre chose à foutre sérieux ? Comme aller pervertir des jeunes demoiselles ! À moins que tu sois plus penché jeune homme comme celui-là. » D’un mouvement de doigt, elle pointa alors Soren, et tout en regardant l’ancêtre, elle ne pus s’empêcher de sourire face à son changeant de couleur.
« Que…. Sir Soren, ne perdez pas de temps avec une telle abomination ! Elle ne ferait que vous pervertir avec ce venin qui lui sert de langue. »
« Mais oui, mais oui cause toujours. Donc tu veux savoir pourquoi je suis ici c’est ça ? »

Elle n’attendait pas vraiment de confirmation de la part du fameux Soren. Ni même d’approbation. Faisant mine de réfléchir quelques instants, un sourire carnassier se dressa alors sur ses lèvres rosées, affirmant son sale caractère apparent. S’adossant contre les grilles, l’Al-Bhed laissa de nouveau son regard se perdre dans les yeux émeraude de son interlocuteur, attendant d’avoir toute son attention, avant d’expliquer les faits. « Tu viens de Bevelle n’est-ce pas ? Tu sais donc que les armes sont soit disant proscrites chez vous. Mon crime, c’est d’avoir fournir ses connards de mes deux en armes hautement confectionnée par ses petites mimines que voici. » D’un signe de tête, elle indiqua le moine guerrier, ainsi que ses jolies mains qu’elle recroisa aussitôt. « Au début ça disait rien hein ! C’était bien content de me trouver et de m’en demander toujours plus ! Puis bien sûr, comme c’est des putains d’hypocrites sans morale, ils ont décidés de m’enfermer. Quoi de mieux que de s’en prendre à une hérétique ! Hein ? Ne va pas me faire croire que c’est un pistolet à eau que tu tiens dans tes mains ! Crevard ! » Ses dernières paroles étaient clairement adressées au garde qui n’ajouta rien, continuant à faire comme si la jeune femme n’existait pas. Soupirant d’exaspération. Kiera se pinça légèrement l’arrête du nez, avant de se redresser à nouveau, ses yeux se portant sur son nouveau domaine. « Voilà pourquoi je suis ici. Content de le savoir Blondie ? Si ne t’es pas là pour me sortir d’ici, je te conseille de faire ton curieux ailleurs. » Sans rien ajouter d’autre, elle tourna alors le dos à ses deux visiteurs, s’installant sur son lit d’appoint. Ce n’était pas comme si quelqu’un allait la croire de toute façon.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 60



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Sam 3 Fév 2018 - 19:38
Elle avait du caractère. Suffisamment pour que ce tempérament soit précisément la cause de son emprisonnement. Pourtant, Soren reste imperméable à ses sarcasmes, plus attentif au discours de la jeune femme. Mais contrairement à lui, le prêtre qui l’accompagnait ne fit pas preuve du même détachement. Sitôt la réponse de l’Al-Bhed prononcée, celui-ci s’indigna de son manque de respect envers le jeune homme. Mais il termina à peine sa phrase quand la jeune femme renchérit de plus belle, répliquant sans démordre aux propos du clerc. Décontenancé, il peina à reprendre ses esprits. Soren le connaissait suffisamment pour savoir qu’il n’avait pas l’habitude que quelque se dresse contre ses sermons, et dans d’autres circonstances, le jeune homme aurait sans doute concédé un sourire à une telle situation. Suite à ce bref échange de mots, la jeune femme se désintéressa complètement des reproches du prêtre, reportant son attention sur Soren. Et avant que le vieil homme s’emporte une nouvelle fois, Soren leva une main apaisante dans sa direction. Il échangea un bref regard avec lui, l’invitant par son geste à reprendre ses esprits. Le clerc soupira profondément, et s’éloigna sans un mot. Soren le remercia d’un signe de la tête, et se tourna vers la prisonnière.

Bon nombre de personnes se seraient focalisées sur le sourire arrogant de cette femme, ou sur ses manières discutables. Mais à cet instant, Soren s’intéressa davantage à ce que reflétait son regard. Elle avait du mordant. Beaucoup de caractère. Sans doute trop à bien des égards. Pourtant, elle ne semblait pas mauvaise. Seulement… vivante. Il en était à ce constat, quand la jeune femme prit la parole. Elle avait vendu des armes. Ces mêmes armes que le moine-guerrier à sa porte tenait actuellement entre ses mains. Un autre prêtre aurait sans doute répliqué que les armes autorisées par Yevon n’était en rien comparable à celle créée des mains d’hérétique. Toutefois, Soren ne partageait pas cette vision des choses. Son regard s’égara quelques instants, tandis que la jeune prisonnière s’insurgeait contre l’hypocrise de Bevelle et de ses soldats. Puis, non sans une dernière tirade, la demoiselle s’en retourna dans son lit, ignorant les visiteurs encore à sa porte. Soren réfléchit encore quelques instants, puis posa à nouveau son regard sur elle. « Je peux vous faire sortir d’ici. » il attendit d’avoir toute son attention, avant de reprendre. « Mais j’aurais deux conditions. » il resta immobile face à la grille, laissant du temps à ses paroles avant d’énoncer ses conditions. « Je veux votre promesse que vous resterez avec moi jusqu’à ce que nous quittions Bevelle. » c’était sa première condition. Il ne risquerait pas de provoquer davantage de panique en ville. Toutefois, il n’avait aucune garantie que la jeune femme tiendrait sa promesse. À sa manière, il lui offrait sa confiance contre la sienne. Il continua, énonçant sa seconde condition. « Et je veux également que vous présentiez vos excuses. » d’un geste de la main, il désigna le prêtre qui était resté en retrait. Sans même la connaître, il avait l’intime conviction que cette requête passerait plus difficilement que la première. « Acceptez, et je vous libère. »

Sa proposition faite, Soren resta immobile face à la jeune femme. Même si Yevon prohibait les machines, Bevelle toute entière semblait vivre au rythme des rouages. Son armée. Son architecture. Son temple. Dans de telles circonstances, était-elle plus coupable que ceux qui vivaient entre ces murs ? Il avait des doutes à ce sujet. Suffisamment pour ne pas permettre que cette personne — ou n’importe quelle autre — soit châtiée pour ce seul motif.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 40



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Dim 4 Fév 2018 - 16:21

Assise sur sa couchette, le dos tourné à ses visiteurs, Kiera soupira longuement d’agacement. Les jambes croisées, sa main contre son menton, elle se demandait combien de temps encore elle allait attendre là, qu’on daigne enfin se préoccuper de sa personne. Alors qu’elle pensait être de nouveau seule avec son garde, le blondinet reprit de nouveau la parole, dictant qu’il pouvait la faire sortir de ce trou à rat. En entendant ses mots, l’Al-Bhed leva aussitôt ses yeux, son corps se tournant légèrement pour voir le visage de son interlocuteur. Il semblait sérieux, bien qu’elle ne puisse s’empêcher de penser à un coup fourré. Généralement, personne ne croyait les gens de sa trempe et certainement pas les Yevonniste. Intriguée, elle se releva donc hors de sa couchette, s’approchant de nouveau vers le jeune homme, non sans une pointe de méfiance. Il continua alors son petit discours, indiquant qu’il avait deux conditions à lui soumettre avant. Croisant les bras, Kiera ne détacha pas son regard du sien, le toisant d’un air dédaigneux avant d’entrouvrir les lèvres à son tour. « Va-y, balance toujours tes conditions. » Après tout, elle ne perdait rien à l’écouter et si jamais il la prenait pour un jambon, elle pourrait toujours l’insulter avant de retourner à ses occupations de geôlière. Face à lui, elle écouta alors sa première condition. Le suivre sans jamais s’éloigner de sa personne jusqu’à quitter Bevelle. Jusqu’là, cela semblait être un bon compromis, peut-être même trop pour être honnête. Pourtant, dans son regard, elle ne voyait pas une once de perfidie, ni de mensonge, ce qui l’intriguait plus encore. Puis, la deuxième condition, ne tarda pas à s’énoncer, faisant s’étrangler d’horreur la jeune femme au caractère de feu. S’excuser auprès du prêtre ? Il était sérieux là ? Apparemment, oui au vu de ses gestes et de son regard et aussitôt, la demoiselle s’exclama dans sa langue, avec dégoût et ironie. « Pyr juouhc... Ad buinxiue byc mie pyecan mac beatc dyhd xi'em o acd... » Elle parlait plus pour elle, que pour le jeune arrogant. Bien qu’elle aurait bien voulus lui dire sa façon de penser pour le coup.

Reprenant contenance, elle toisa à nouveau le blondinet le regardant ainsi quelques instants avant de lui répondre d’un air neutre, une main se posant contre sa hanche, comme pour marquer le début des négociations. « Va pour te suivre comme un ptit toutou, mais pour ce qui est des excuses… » Elle se tourna alors vers le prêtre qui semblait la toiser d’un air triomphant. Non… Franchement, elle ne pouvait pas s’abaisser à cela. Pas avec cette sale tête de vieux pervers défraîchis. « C’est hors de question que je le fasse. Il m’a échauffé, il l’a donc cherché de bon gré. Je préfère encore attendre mon jugement que de m’excuser d’avoir dit la vérité. » Puis, elle tourna de nouveau le dos à ses visiteurs, s’asseyant cette fois sur le bord de sa couchette. D’un geste de main, elle invita le blondinet à s’en aller comme pour ne plus être dérangée. « De toute façon, il ne tarderont pas à me juger. Je suis sûre qu’ils ont hâte de me balancer leur décision dans la gueule. » Juger une Al-bhed devait être une joie immense pour ses hypocrites, aussi, elle ne tarderait pas à sortir de cette prison d’un moment à un autre.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 60



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Dim 11 Fév 2018 - 19:54
Sa proposition avait eu l’effet escompté. Si sa première condition n’offusqua pas la jeune femme, la simple mention d’excuses à l’intention du prêtre changea la donne. Immédiatement, l’expression méfiante de l’Al-Bhed changea du tout au tout. Contrariée, elle siffla d’une voix dégoûtée une volée de mots Al-Bhed à son encontre. Il ne releva pas, réprimant un sourire amusé qui, en d’autres circonstances, aurait germé au coin de ses lèvres. Elle ne manquait pas de caractère. Pourtant, ce fut avec une rapidité étonnante que la jeune femme retrouva son calme. Sans un mot, elle lui fit face, le toisant sérieusement. Puis, elle rouvrit enfin le dialogue. Comme il l’avait supposé, sa première condition ne rencontra aucune opposition. Pour ce qui était de la seconde en revanche… Après un bref regard, elle affirma que des excuses n’étaient pas envisageables. Elle préférait encore attendre son procès. Puis, elle lui tourna brièvement le dos, regagnant une fois encore sa couche de fortune. Puis, elle le congédia d’un geste de la main. Elle refusait son offre, préférant attendre un jugement qui arriverait bientôt. Ce furent ces mots qui retinrent l’attention de Soren. Ils avaient certainement hâte… Il avait peut-être une dernière chance de la convaincre. Il hocha doucement la tête. « Je comprends. Néanmoins, je doute que votre procès arrive bientôt. » pensif, il leva son regard vers les murs de sa geôle. « Comptez deux semaines. Mais maintenant que Sin s’est éveillé… » il marqua une pause, puis posa son regard sur elle. « J’imagine que les hauts clercs auront d’autres priorités que le jugement d’une Al-Bhed déjà captive. » il resta immobile quelques instants, ses mots s’imprégnant doucement dans l’air. Puis, il se tourna vers le garde de la prison. « Je suppose que vous n’avez pas reçu d’information à son sujet ? » prit de court, le garde bredouilla quelques mots. « C’est-à-dire que… Eh bien non, aucune. » Soren hocha la tête en guise de remerciements, puis échangea un regard avec la captive. « Peut-être serons-nous amené à nous croiser à nouveau. »

Il se retourna, s’éloignant de la geôle de la jeune femme. Il bluffait. Il n’avait pas la moindre idée des préoccupations actuelles des hauts clercs de Yevon, ni-même de la durée d’emprisonnement d’une Al-Bhed coupable d’hérésie. Et pourtant, il gardait espoir que ces paroles germent dans l’esprit de la jeune femme, et remette en cause sa décision. Il s’éloigna donc en direction de la porte, suivit du prêtre qui l’accompagnait. Il sentait parfaitement le regard plein de réprobation que le clerc posait sur lui, mais l’ignora sans un mot. Certes, ses méthodes étaient discutables. Plus encore quand on mesurait les efforts du jeune homme pour permettre à une criminelle notoire d’échapper à sa sentence. Pourtant… Soren jeta un regard vers la porte. Il restait encore quelques secondes à la jeune femme pour se manifester. Une dernière chance de changer d’avis.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 40



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Dim 11 Fév 2018 - 22:34

Convaincue par ses propres paroles, Kiera congédia d’un geste de la main l’importun qui était venue lui rendre visite. Assise sur sa couchette, les bras croisés, elle regarda longuement le mur face à elle. Ce n’était qu’une attente de quelques heures supplémentaires après tout, et autant dire qu’elle préférait attendre à en crever d’ennuie que de s’excuser auprès d’un sale prêtre vicelard et abjecte. Pensant que le blondinet était enfin parti, elle fut surprise d'entendre à nouveau sa voix, mais cette fois, ses paroles n’étaient pas pour plaire à la demoiselle au caractère de feu. Il doutait de la venu d’une réponse à son jugement. Il en semblait même convaincu et pour dire, il ne manquait pas d’argument. Aussitôt, il cita le retour de Sin et le fait que celui-ci était à présent la préoccupation première des hauts clercs. C’est vrai qu’elle avait oubliée ce gros balourd. Cette calamité était semble-t-il revenu sans crier gare, foutant en l’air l’île de Kilika avec un gros massacre comme jamais il y en avait eu de sa part. Réfléchissant avec soin, la demoiselle n’arrivait à savoir si le jeune homme était sincère ou non dans son discours. Il bluffe, pensa-t-elle. Du moins, elle avait l’impression qu’il usait de la manipulation pour la faire sortir et la convaincre. Pourquoi ? Et dans quel but ? Ça, il fallait avouer que c’était un grand mystère. Pourquoi se préoccupait-il d’elle ainsi ? À moins que… Non, elle ne pouvait que se faire des films. Les yevonnistes n’étaient que des êtres perfides et menteurs. Il devait sûrement lui faire miroiter un espoir, pour mieux lui asséner un coup dans le dos. C’était comme cela qu’il fonctionnait après tout. Et bah qu’à cela tienne ! Elle ne se ferait pas avoir. Enfin ça, c’était avant d’entendre la confirmation du gardien de sa geôle. Il n’avait pas reçus d’information, pas même une bribe de rumeur sur ce qu’il l’attendait. Pas même un ordre. D’un air surpris, elle se tourna alors légèrement vers le blondinet qui semblait avoir reporté son attention sur sa personne. De son air de prêtre prétentieux, il semblait prendre enfin congé, indiquant qu’ils seront peut-être amenés à se croiser un jour, et… C’était tout ? Réellement ? Il partait comme ça ? Comme un paon fier de lui avoir brisé ses rêves d’être enfin jugée à ce jour ? Mordillant sa lèvre, elle serra fortement ses bras croisés essayant de se persuader qu’il en était rien. Il bluffe, je suis sûre qu’il bluffe à mort. Mais… Pouvait-elle vraiment se satisfaire que de cela ? Et si jamais il disait la vérité ? Et si jamais elle se retrouvait bloquée ici deux semaines durant ou plus à cause du problème nommée Sin ? « Cyma pâdynt... Vyec lrean céneaiq ! » Elle pesta entre ses dents avec rage et colère. Elle ne pouvait rester ainsi que sur des suppositions. Elle devait sortir d’ici. Sinon elle allait devenir chèvre. Quitte à… Faire l’imaginable.

D’un pas, elle se leva alors, s’approchant des grilles avant d’élever sa voix qui était légèrement blasée, mais aussi agacée. « Eh Blondie ! Ramène tes fesses ! » Elle allait le regretter, c’était certain. Elle était prête à parier qu’il allait revenir avec un sourire victorieux, fier, comme le faisait ses sales cons de prêtres quand on leur donnait raison. Grinçant des dents pour contenir sa fulmination, elle attendit alors que le jeune homme s’approche, de façon à ne pas s’égosiller pour rien. Quitte à s’irriter la gorge pour des conneries, autant le faire sans être audible par toute l’assemblée. « T’as gagnée, je n’ai pas envie de moisir ici… Bien que pour tout avouer… Je me passerais bien de ta jolie gueule, tant elle m’insupporte à l’heure actuelle. » D’un soupir las, elle tourna alors son regard vers le prêtre qui semblait attendre ses excuses avec délices. Rien qu’en voyant sa tête, Kiera avait envie de lui éclater celle-ci contre les barreaux de sa prison, mais elle n’en fit rien, de façon à ne pas aggraver sa peine plus que de raison. Soupirant à plusieurs reprises, elle ouvrit et referma sa bouche plusieurs fois, sans qu’un son, ni un mot ne sorte de celle-ci. Il faut dire, elle ne s’était jamais excusée de sa vie, pas même par un mot aussi simple comme on apprenait aux enfants. C’était à croire qu’elle le faisait exprès, mais il fallait voir sa tête de dégoût et de résignation pour voir que c’était tout, sauf une mise en scène.

« Ouais bon… Je n’aurais pas dû dire que vous tripotiez des jeunes garçons. C’est évident que vous, votre trucs c’est les filles. Dites pas le contraire, je vous ai vu lorgner sur mon décolleté à plusieurs reprises ! Vous avez l’air sénile, mais je vois que vous avez une bonne vue ! »
« Que ! Sir Soren vous l’entendez ? Cette hérétique est irrécupérable ! Ce ne sont pas des excuses, mais une insulte de plus à mon encontre ! »
« Ouais bah je peux pas faire mieux que ça ! Puis sérieusement… Blondie il te voit pas faire. T’es derrière ses miches, alors à moins qu’il est les yeux dans le dos… »

Le vieux prêtre semblait regarder le jeune homme avec un air outré, comme s’il le suppliait de ne pas croire une telle ineptie. De son côté, Kiera affichait un petit sourire en coin, cachant du mieux qu’elle pouvait son petit air satisfait.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 60



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Dim 18 Fév 2018 - 16:55
Il avait donné une ultime occasion à la jeune femme. Elle était libre de prendre sa décision désormais, et sans un mot de plus, Soren s’enfonça dans les couloirs de Bevelle. Mais avant que le jeune homme ne quitte la prison, la voix de la prisonnière s’éleva à son attention. Soren esquissa un sourire. Malgré le soupçon de colère dans sa voix, elle avait visiblement changé d’avis. Échangeant un bref regard avec le vieux prêtre — qui désapprouvait de plus en plus cette situation — Soren ravala son sourire, et l’invita à le suivre d’un signe de la tête. Ils regagnèrent les geôles ensembles, découvrant l’expression contrariée sur le visage de la jeune femme. Il suffisait de la regarder pour comprendre combien elle était agacée par la situation, contrainte et forcée à faire des excuses. Et d’une voix désabusée, elle accepta l’offre de Soren. Elle précisa néanmoins que pour l’heure, Soren l’insupportait au plus haut point. Un franc-parler qui tira un sourire à Soren. Elle ne mâchait pas ses mots, et avait un tempérament qui ne laissait pas de place à la bienséance. Il hocha la tête, décidant que pour l’heure, il serait malvenu d’ajouter le moindre mot. Il patienta sagement, observant les lèvres de la jeune femme qui s’ouvraient et se refermaient sans un bruit. Mais au regard de l’expression de dégoût sur son visage, faire des excuses semblaient pour elle une tâche terriblement pénible.

Mais quand ses premiers mots s’échappèrent enfin de ses lèvres, Soren réprima un sourire. Jusqu’à présent, il s’était imaginé que cette jeune femme avait mauvais caractère. Il était terriblement en dessous de la vérité. Ce n’étaient pas des excuses. Ou tout du moins, elle s’était arrangée pour que son sarcasme dissimule la brève concession qui avait précédé. Bien évidemment, le prêtre s’insurgea. Mais après une ultime rengaine de la jeune femme, celui-ci chercha finalement le soutien de Soren. Celui-ci hocha la tête à l’attention du prêtre, reprenant d’une voix douce. « Ce sera suffisant. » bien entendu, le clerc ouvrit des yeux ronds. Soren leva une main en signe d’apaisement. « Je ne remets pas votre parole en doute. Mais nous n’obtiendrons rien de plus. Et… » il réprima le sourire qui montait à ses lèvres. « Il est vrai que je ne vous vois pas d’où je suis. » le vieil homme ne s’attendait pas à cette réponse, et resta la bouche ouverte, outré. Soren lui adressa un doux sourire, signe que tout ceci n’était rien d’autre que de la taquinerie. Puis, plus sérieusement, il se tourna vers la prisonnière. « N’oubliez pas votre promesse. » il la fixa du regard quelques instants, puis se tourna vers le garde. « Libérez-la. » celui-ci grimaça, déstabilisé. « Mais je… » Soren s’adressa alors à lui d’une voix plus solennelle. « Je me rends au temple. » il marqua une courte pause. « Je me porte garant d’elle. » il fallut quelques instants avant que le garde ne comprenne le sens de ses paroles, mais quand il réalisa ce que ses paroles impliquaient, il se tourna vers le jeune homme, et lui adressa une prière. « Que Yevon vous protège. » Soren hocha la tête, et tandis que le garde cherchait ses clefs, il se tourna vers la captive. « Je m’appelle Soren. Puis-je connaître votre nom ? » après quelques instants, le garde s’approcha avec un trousseau de clef. Soren se recula pour lui permettre de faire son œuvre, et sentit le regard du vieux prêtre dans son dos. Quand il se retourna, celui-ci lui adressa quelques mots. « Ce genre de gentillesse vous perdra. » une mise en garde. Soren inclina légèrement la tête dans un sourire, et le prêtre soupira. Puis, il se tourna vers la jeune femme fraîchement libérée.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 40



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Dim 25 Fév 2018 - 18:12

Ses excuses étaient loin d’en être des vraies. Elle s’était même arrangée pour placer une nouvelle pique à l’encontre du prêtre, une pique, qui était loin de mettre son côté pieux en avant. Essayant de cacher sa satisfaction, l’al-bhed regarda alors l’homme de foi geindre face à cette fausse vérité. Si au début Kiera s’attendait à ce que le blondinet plaide la cause de son mentor, il n’en fut rien. Au contraire, il semblait même en profiter pour le charrier un peu plus, tournant encore plus en bourrique le pauvre prêtre désabusé. Son regard vert bouteille se posa alors un instant sur ce jeune homme qui tenait fermement à la libérer. Elle n’arrivait pas à le cerner, à le comprendre. Pourquoi faisait-il cela ? Qu’est-ce que ça pouvait lui apporter ? À part des remontrances et des regards haineux ? Est-ce qu’il était payé pour montrer une belle image de lui ? Les questions ne cessaient de tourmenter son esprit, elle n’aimait pas être dans le doute et encore moins se torturer les méninges pour des choses aussi futiles. Pourtant, elle était bien obligée d’admettre que tout ceci était bizarre, voir même étrange. Les yevonnistes passaient plus le clair de leur temps à cracher sur elle et son peuple qu’autre chose. Ils étaient même plus du genre à les laisser crever la bouche ouverte que de leur tendre la main. Alors pourquoi celui-ci était différent ? J’abandonne, fut le seul constat qui lui percuta l’esprit. Inutile de se rendre malade pour cela, elle profiterait d’être enfin seule avec lui pour lui poser toutes ses questions qu’elle se posait. Constatant soudainement que le jeune homme s’était tourné vers elle, Kiera reporta alors son attention sur lui, ses paroles eut tôt fait de lui faire monter les yeux au ciel, ses mains se posant alors sur sa taille, comme pour se montrer plus imposante, plus stricte. « Je suis peut-être une hérétique, mais j’ai encore des valeurs. J’ai qu’une parole, alors ne t’inquiète pas pour ton ptit cul, je n’irais pas te le botter en sortant de ce clapier. » Son visage lui adressa un sourire moqueur, presque provocateur. Elle n’allait pas se démonter pour si peu, puis, sans arme, elle ne serait pas apte à faire face à un garde avec un fusil. Ses chances de survie risqueraient d’être moindre, sauf si elle faisait preuve de rapidité. Avec son pouvoir, elle aurait peut-être une chance de mener, mais à peine serait-elle sortie qu’elle se retrouverait avec une armée sur les bras. Elle était peut-être arrogante, mais pas assez stupide pour se jeter sans réfléchir dans la gueule du loup. Bien qu’il faille l’avouer, cela la titillait de bastonner ses cons de Yevonniste.

Regardant la scène qui se passait devant elle avec attention, la jeune femme au caractère de feu n’avait pu s’empêcher d’arquer un sourcil en voyant la réaction du garde face aux paroles de Blondie. Pourquoi était-il aussi solennel et grave pour une visite dans un temple ? Tous les prêtres y allaient non ? Ce n’était quand même pas la fête du siècle quand même ! À moins que… Par ses paroles le blondinet face références à un tout autre statut. Un suicidaire de plus, pensa alors la rousse qui n’avait pu s’empêcher d’afficher un air dédaigneux. Elle n’aurait pas cru que cet homme aurait pu être stupide, au point de vouloir suivre un mouvement aussi débile que le sacrifice de sa personne pour dix années de paix. Peut-être qu’elle se trompait, peut-être qu’après tout, elle était à côté de la plaque, mais son intuition lui hurlait qu’elle avait vu juste. Bah après tout, c’est son problème. Tout en croisant ses bras, elle décida de ne pas l’ouvrir pour le moment. Après tout, elle le fera bien le moment venu quand elle aura la confirmation de ses déductions, pas avant. Tout en regardant le garde farfouiller parmi son trousseau de clefs, le blondinet sembla vouloir faire les présentations. Il s’appelait Soren, mais dans l’esprit de l’al-bhed il resta ce cher Blondie tant aimé. Souriant face à sa propre bêtise, Kiera leva alors de nouveau ses yeux en spiral vers le fameux Soren, de façon à le regarder droit dans les yeux, sans perdre de son sourire moqueur. « Kiera. »  Elle n’avait pas besoin de long discours pour énoncer son prénom et encore moins besoin de rajouter des formules de politesse comme « enchanté » ou encore « c’est un plaisir de faire ta rencontre, ô mon grand sauveur.»  Quoique pour la dernière, elle aurait pu le faire juste pour se moquer, mais cela ne lui ressemblait pas. Entendant la grille de sa prison grincer dans un bruit strident, la jeune femme en profita alors pour sortir aussitôt hors de celle-ci. Ses bras s’élevèrent alors, comme pour lui permettre de s’étirer. Sa bouche s’ouvrit ne contenant pas un long bâillement qui signifiait un ennui grandissant. « C’est pas trop tôt. Je commençais à m’emmerder dans ma cage étroite. »  Levant son regard sur la petite foule, l’al-bhed remarqua alors que le garde et le prêtre semblaient être en alerte, prêt à agir au moindre faux pas que Kiera pourrait faire. Peu inquiète de cela, elle s’avança alors vers son libérateur, lui faisant face sans que cette fois des barreaux se mette en travers de sa route. Soudain, elle entendit le cliquetis d’une arme qui semblait la pointer. Elle n’avait pas besoin de lever le regard pour remarquer que le garde était prêt à protéger le jeune blond. Levant les yeux au ciel, elle haussa les épaules, avant de se pencher vers Soren, pour cette fois prendre le contrôle de la situation.

« Oh Blondie, je t’ai pas dit… Je suis d’accord pour te suivre sans embrouille, mais j’ai moi aussi des conditions à te soumettre. »  Face à sa remarque, le prêtre s’agita aussitôt, ne tardant pas à ouvrir la bouche pour mettre un terme à l’impolitesse de cette hérétique.
« Vous n’avez rien à nous soumettre comme condition ! Soyez plutôt heureuse que Sir Soren, vous libère de votre jugement ! »

Sans attendre, Kiera agita sa main pour inciter le prêtre à se taire, chose qui le fit aussitôt râler. Ne lui donnant aucune autre attention, la rousse continua alors son récit, élevant alors sa main devant le visage de Soren, tout en commençant à lever son index. « Première condition… Je veux récupérer mon arme que j’ai mis des années à mettre au point. »  Sur ses brèves paroles, elle leva alors le majeur. « Deuxième condition… Je veux récupérer mes affaires à l’état. Il est hors de question que je vous laisse le peu que je possède, donc je veux le récupérer et troisième condition… »  Elle leva son annulaire avec détermination, montrant à son regard que ses conditions étaient tout, sauf une plaisanterie. « Je veux que ses bâtards me rendent ma putain de veste ! Vous n’avez pas honte de déshabiller ainsi une demoiselle ? Je sais que mon décolleté est magnifique, et que vous n’avez pas l’habitude d’en voir des aussi beau. Mais merde ! Ce n’était pas une raison pour me confisquer ma superbe veste ! »  Elle n’avait pu s’empêcher de rajouter des critiques pour mettre mal à l’aise les deux opportuns qui la gonflait sévèrement et tout en ignorant les remontrances du prêtre, elle croisa alors les bras, laissant son regard se perdre dans celui de Blondie sans en démordre. « Rends-moi tout ça et tout sera okay. »  C’était un échange juste et équitable non ?

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 60



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Dim 25 Mar 2018 - 16:26
Quand Soren lui remémora sa promesse, Kiera lui répondit d’un ton plus sérieux. Il ne se priva pas d’un sourire face à son manque de courtoisie, et se contenta d’un hochement de tête. Pour être franc, il s’inquiétait davantage pour Bevelle et ses prêtres que pour sa petite personne. Mais il se garda d’en dire un mot, évitant par la même occasion un débat stérile. Puis, après s’être lui-même présenté, la jeune prisonnière en fit de même. Kiera. Elle ne s’encombra pas d’autres détails, se contentant de l’essentiel. Soren hocha la tête, et n’en demanda pas davantage.

Quand la jeune femme quitta enfin sa prison, sa première réaction fut un long et profond bâillement. Soren secoua légèrement la tête, un petit sourire amusé aux lèvres. Pourtant, la tension dans l’air était palpable : ni le garde, ni le prêtre qui l’accompagnait n’étaient confiants à l’idée que cette Al-Bhed circule librement dans la citadelle. Il fit comme si de rien n’était, et se tourna simplement vers la dénommée Kiera. Toutefois, la jeune femme n’en avait pas encore terminé. Elle se pencha vers lui, et se souvint tout à coup de ses propres conditions. Évidement, le prêtre s’emporta, mais Soren resta de marbre. Ignorant le clerc — ce qui devait actuellement le mettre hors de lui — Kiera énonça alors ses exigences. D’abord, son arme. Puis, ses affaires. Et enfin… sa veste. Quand il entendit l’objet de sa requête, Soren marqua un court instant de surprise. Il ne s’était pas attendu à quelque chose d’aussi… futile. Toutefois, cette tenue semblait sincèrement primordiale pour elle. Il ne se posa pas davantage de question, écoutant distraitement les commentaires cinglants de Kiera ainsi que son allusion concernant son décolleté. Derrière, le garde et le prêtre s’agitaient, hostiles à ces soudaines réclamations. Mais Soren ne s’en préoccupa pas, s’intéressant davantage à Kiera. Elle resta plantée face à lui, bras croisés, le fixant du regard. Reprendre son dû. C’était sa seule exigence. Elle avait parfaitement compris que Soren était son réel interlocuteur dans cette discussion. Il resta silencieux quelques secondes, soutenant son regard. Puis, il lui répondit d’une voix paisible. « Vous voulez récupérer vos affaires. C’est une demande légitime. » il se tourna vers le garde, qui ne trouva rien à redire. Soren savait ce que ses choix impliqueraient, mais resta malgré tout fidèle à sa décision. « Regroupez toutes ses affaires et apportez-les au Temple. Je vous retrouverais là-bas. » il attendit que le garde acquiesce et quitte la pièce, puis jeta un regard au prêtre et à Kiera. « Bien. Ceci étant réglé, allons-y. » il adressa un signe de la tête à la jeune femme, et s’avança dans les couloirs. Il ne faudrait pas plus de dix minutes pour rejoindre le temple. Pendant un instant, il songea à ce qui l’attendait là-bas. Son pèlerinage… Pourtant, il n’éprouvait pas d’appréhension. Il savait que sa place était ici. Sa décision était prise depuis bien longtemps déjà. Il jeta un regard à Kiera, et reprit la parole. « Je suppose que vous ne vous êtes jamais vraiment approchée d’un temple ? » une simple question. Après tout, une discussion banale éviterait peut-être une énième dispute entre la jeune femme et le prêtre.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 40



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Mar 27 Mar 2018 - 16:50

Elle se tenait droite, ne sourcillant pas d’un cil, son regard spiral plongé dans ceux de son interlocuteur. Elle avait énoncé trois conditions, des conditions toutes simples qui ne réclamaient qu’une chose, récupérer ses affaires fraîchement confisquées. Rien de plus, rien de moins, et autant dire que sur cela, elle était plutôt conciliante. Et visiblement, c’était aussi l’avis de Soren qui ne tarda pas à ordonner au garde d’apporter les affaires de l’al-bhed au temple, là où justement il comptait se rendre dans les prochaines minutes qui suivaient. Ses ordres donnés, le blondinet adressa un regard à son faible cortège indiquant qu’il était maintenant temps d’y aller. Sans une réponse, Kiera lui emboîta alors le pas, n’aimant pas vraiment l’idée qu’un prêtre se tienne sur ses arrières. Elle avait l’impression que ses moindres faits et gestes était analysés à la lettre, comme s’il était prêt à se jeter sur elle à la moindre parole blasphématoire. Comme si, sa liberté nouvelle ne dépendait que de ce vieux pervers. Heureusement, ce n’était pas le cas, mais autant dire que la situation n’était pas vraiment à son goût, mais au moins, elle n’était pas dans son sale cachot humide à attendre que le temps passe. Constatant qu’un autre regard était posé sur elle, Kiera se tourna alors vers Soren qui semblait vouloir lui faire la conversation. Et quelle conversation… En entendant sa question, l’al-bhed se demandait s’il n’était pas en train de se foutre honteusement de sa gueule ? C’était quoi cet interrogatoire à la mords-moi-le-nœud ? Arquant tout d’abord un sourcil, la jeune demoiselle à la chevelure de feu le regarda alors longuement, avant de claquer sa langue et afficher un regard las, comme si elle trouvait le jeune homme stupide et sans jugeote. « J’espère qu’il ne t’a pas fallu beaucoup de réflexion pour poser une question aussi conne… Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans le mot hérétique ? » Elle n’avait retenu un soupir agacé, tandis qu’elle sentait le prêtre s’énerver de plus belle derrière son dos. Apparemment, il n’aimait pas vraiment le manque de respect dont faisait preuve Kiera à l’égard du blondinet, mais cela, la demoiselle s’en moquait éperdument. Et comme pour continuer sur sa lancée, elle décida de prendre en main la discussion. Si le jeune homme n’était pas capable de lancer des questions intelligentes, alors elle le ferait, bien que ce fût plus, pour nourrir sa curiosité qu’autre chose. « Vu que tu as l’air de vouloir parler de temple, je suppose que tu y vas pour devenir invokeur je me trompe ? »  Au fond, elle n’avait pas vraiment besoin de réponse, ni de confirmation, il suffisait de voir le regard déterminé de Soren pour comprendre ce à quoi il se préparait et visiblement, cela faisait quelques temps déjà qu’il devait s’y organiser minutieusement.

« Franchement blondie, tu peux m’expliquer ce qu’il y a de trépidant à aller se sacrifier pour juste dix pauvres années de sursis ? Tu ne trouves pas cela aussi con qu’inutile ? »  
« J’en ai assez entendu ! Que vous soyez vulgaire et sans savoir vivre c’est une chose, mais que vous insultez nos préceptes tout en crachant sur le courage et l’honneur de sir Soren… Ça je ne peux laisser passer ! Sir Soren… Vous ne pouvez la laisser continuer ainsi ! Je vous pris de reconsidérer votre décision. »
« Mais tu vas la fermer toi ? J’ai le droit de penser ce que je veux encore ! Ouais je trouve que vos préceptes sont aussi utiles que de cracher en l’air, ils ne servent à rien ! Vous ne créez pas des héros, mais des martyrs pour flatter l’égo de votre satanée religion de tarée ! Faut pas être débile pour le voir ! »

Le visage du prêtre ne tarda pas à virer au rouge, signe que la colère était de nouveau en train de le gagner, comme une moutarde qui monte au nez. Chose qui exacerba fortement Kiera qui commençait déjà à se pincer l’arrête de son nez, préférant se retenir que de mettre prochainement son poing dans la figure du vieux débris. Elle venait de sortir, ce n’était pas pour y retourner aussi sec à cause d’un tordu qui la gonflait sévèrement. « Eh sérieux Blondie, tu ne peux pas lui dire de se barrer à celui-là ? Histoire qu’on puisse converser sans un aliéner derrière notre cul ? »  Entre le prêtre et l’al-bhed, l’amour n’était sûrement pas au rendez-vous et pour Kiera, il était hors de question qu’elle fasse des concessions. Prendre des pincettes n’était certainement pas son genre et il était hors de question qu’elle laisse le prêtre la réprimander sans réagir. Garder le silence face à un con pareil était hors de ses compétences et de sa patience déjà minime. « jejasahd xi'uh cunda ta mà... »  Soufflant ses mots pour elle-même, elle n’avait qu’une hâte, sortir d’ici pour enfin être dehors de façon à pouvoir enfin souffler et peut-être même, ne plus supporter la haine de l’église face à sa personne.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 60



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Sam 14 Avr 2018 - 17:13
Quand il s’adressa de nouveau à Kiera, s’égarant en banale conversation, la jeune femme répliqua d’un ton lourd de sarcasme. Soren lui accorda un bref regard, relevant d’un sourire discret sa réaction. Il semblait que cette Kiera était — entre autres choses — incapable de faire la conversation. Mais à défaut d’être sociable, elle avait pourtant une question ou deux en réserve. Elle n’était pas dupe, et avait parfaitement compris la raison qui amenait le jeune homme au temple. Et sans attendre, elle questionna Soren sur la raison qui le poussait à faire ce choix. Un sacrifice contre dix ans de paix. Selon elle, tout cela était stupide. Il s’était arrêté, le regard dans le vide, considérant sérieusement la question. Il n’était pas totalement en opposition avec elle. À chaque décennie de Spira, une vie était offerte en échange du sommeil de Sin. Était-ce suffisant ? À chaque décennie de Spira, des Invokeurs se levaient, affrontant le fléau en collectant la bénédiction des priants. Mais parfois, il trouvait que ses pèlerinages ressemblaient davantage à une offrande ; comme si Spira regroupait ses enfants les plus honnêtes, et offrait leurs vies pour satisfaire l’appétit du fléau. Juste un instant, ses paupières se refermèrent sur son regard émeraude. Son visage s’était drapé d’un voile sombre, l’absence de réponse agrandissant le gouffre que le doute avait creusé en lui. Mais avant que Soren ne puisse répondre, une autre voix s’éleva, balayant d’un trait de colère les blasphèmes de Kiera. Consterné par de tels propos, le prêtre avait été incapable de taire son indignation. Et évidemment, Kiera répliqua de plus belle, envenimant la situation. Chacun d’entre eux s’agaçait de plus belle, ne trouvant comme terrain d’entente que l’envie de voir l’autre disparaître. Soren croisa le regard de Kiera, accorda brièvement son attention au prêtre, puis posa son regard sur l’ombre du temple qui se dessinait au loin. Il patienta une brève seconde, avant de prendre la parole. « Aucun de vous ne partira d’ici pour le moment. » il se tourna vers le prêtre, plus sérieux que d’ordinaire. « Ceci est mon pèlerinage. Et la libération de Kiera est ma décision. Plutôt que de prendre ma défense, cessez de remettre mes choix en cause. » il le regarda encore un instant, puis se tourna vers Kiera. Il n’en avait pas terminé. « Tenez-vous à carreaux pour le moment. Vous êtes à Bevelle : vos commentaires ne changeront rien, excepté peut-être vous faire mettre en prison une fois encore. Nous discuterons de ça plus tard. » il le regarda l’un et l’autre une dernière fois, puis se retourna, faisant face à la route du temple. « Et je ne veux plus vous entendre jusqu’à ce que nous soyons arrivés au temple. » il reprit sa marche, bien décidé à ne pas perdre davantage de temps en chamailleries. Il soupira discrètement. Plus vite il aurait terminé, plus vite ces deux là se sépareraient, lui évitant bien des tracas inutiles.

Bientôt, le temple se dressa devant eux. Une immense structure, dont s’échappait les murmures de l’hymne des priants. Un chant éternel, dont les chœurs ne se taisaient jamais. Près de l’entrée, Soren se tourna vers le prêtre. « Ne vous souciez pas d’elle. Je demanderais aux soldats de la surveiller pendant mon absence. » il fronça le nez, et Soren lui lança un sourire fatigué, désabusé par sa méfiance. « Croyez-le ou non, leurs armes seront plus dissuasives que vos regards désapprobateurs. » le vieil homme grogna une dernière fois, puis acquiesça. Il s’inclina, adressant une prière à Soren. « Très bien. Puisse votre pèlerinage être béni par Yevon. » Soren s’inclina légèrement, et sur ces paroles, le prêtre s’éloigna, retournant à sa fonction de clerc. Soren regarda sa silhouette disparaître, et se tourna vers Kiera. « Bien. Je ne serais pas long. Vous m’attendrez près de l’entrée, sous la surveillance des soldats. Comprenez que je ne peux pas prendre de risque envers les habitants de la ville. » s’il ne se méfiait pas d’elle, il savait très bien ce que d’autres penseraient. Et considérant le caractère agressif de la jeune femme, une simple discussion était susceptible de dégénérer en un battement de cil. Il s’avança alors vers le temple, et s’approcha de l’un des gardes. « Elle est avec moi. » il désigna Kiera, puis reprit. « Je viens demander les faveurs du priant. Gardez un œil sur elle jusqu’à mon retour. » le garde acquiesça, méfiant, et Soren lança un bref regard à Kiera. Il se fendit d’un sourire, puis, pénétra dans le temple. Sans un mot, il passa les portes et inspira profondément. Puis, il s’enfonça dans l’édifice, s’avançant vers la salle où sommeillait le priant de Bahamut.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle



Sorts & compétences

Contenu sponsorisé

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant