Liens utiles

Encyclopédie

Traducteur Al Bhed

Normal

Al Bhed


Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Prendre la route [Pv: Kiera]

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon du Crépuscule

Points de rang : 30



Sorts & compétences

Kiera

Madame tout le monde

le Jeu 19 Avr 2018 - 23:14

Fatiguée par les réactions du prêtre, Kiera n’avait qu’une hâte. Que celui-ci s’en aille le plus loin possible de sa personne. Car quand bien même sa réaction avait déclenché une dispute de plus, l’al-bhed n’avait pas été dupe. Ce fameux Soren n’avait rien eu à énoncer face à ses questions et sa provocation. Il était resté silencieux et c’était à croire que la dispute était venue au bon moment pour le faire dévier du sujet initial. Chose qui devait sûrement l’arranger. Profitant de la zizanie pour enfin faire des remontrances, Kiera pouvait alors entrevoir une autre facette de la personnalité du blondinet. Il avait l’air gentil, mais si on le titillait de trop, il se montrait sévère et moralisateur. Face à ce constat, la jeune femme n’avait pu s’empêcher d’esquisser un sourire. Cette facette ne devait qu’être qu’une partie de la surface de l’iceberg. L’autre devait receler bien plus de surprise encore. « Les commentaires ne sont qu’un plus, je te rassure » Elle souffla presque ses paroles pour elle-même, mais bien sûr, elle ne s’était pas gênée pour les énoncer tout haut. Après tout, ce n’était que la vérité. Pour les prêtres comme pour les gardes, il suffisait juste de voir qu’elle était une al-bhed pour l’enfermer directe sans concession. Alors des paroles, ne pouvait qu’être un surplus non négligeable. De quoi prolonger une peine. Profitant de n’avoir rien n’a rajouter, l’hérétique continua alors sa marche silencieusement, son regard ne se détachant pas du jeune homme qui la précédait. Elle avait encore du mal à le cerner, à comprendre ses agissements, comme son but. Et pour tout avouer au fond, elle détestait cela. Elle avait l’impression de lui être redevable, chose qui l’énervait profondément. Le pire du pire, c’est qu’elle avait envie de comprendre ce qui le motivait à agir ainsi. À l’origine, cela ne l’aurait intriguée que nullement, elle se serait même barrée sans demander sans reste. Mais… Ce jeune blond cachait quelques choses. Il semblait être animée par une tout autre étincelle, et même si l’envie de s’élancer dans la voie des priants semblait lui tenir à cœur, elle sentait que quelques choses ne collaient pas. Quelques choses de plus profonds encore. Serait-il moins con que les autres ? C’était la question qu’elle se posait et malheureusement, elle ne pourrait avoir de réponse tant que ce satané prêtre serait là, à les coller aux basques.

Prenant son mal en patience, — et là, c’était bien le cas de le dire — Kiera leva peu à peu les yeux en voyant l’immense temple se présenter devant elle. Il semblait se dresser, comme étant le symbole de la nation de Bevelle. Mais aux yeux de l’al-bhed, ce n’était qu’un vulgaire abattoir qui attendait vivement ses offrandes afin de les marquer d’une force inutile. Croisant ses bras, son visage marquant une expression nonchalante, la demoiselle écouta d’une oreille distraite les paroles de Soren et du prêtre. De toute façon, elle savait ce qui l’attendait et quand bien même blondie l’aurait invité à entrer qu’elle n’aurait pas acceptée. Elle préférait largement, profiter de l’air de la liberté. Enfin liberté, c’était vite dit quand on y pensait. Quand le prêtre quitta enfin les deux jeunes gens, Kiera laissa échapper sans gêne un soupir de soulagement. Elle ne l’aurait pas supportée une seconde de plus et encore moins en tant que surveillant. Elle aurait fini par l’assommer. Voyant que Blondie était tourné vers elle, la demoiselle le regarda avec intensité, essayant de comprendre ce à quoi il pensait. Mais rien, elle n’arrivait vraiment pas à le déchiffrer, ce qui l’énervait encore plus que ses paroles. « Bah tiens, comme si c’était ma passion secrète d’aller m’attaquer aux gens de la ville. En termes de sous-entendus, tu ne pouvais pas faire mieux Blondie. » Non pas qu’elle était vexée mais presque. Qu’on la traître d’hérétique passe encore, mais de meurtrière ? Ça non. « Magne ton cul, je n’ai pas que ça à faire que d’attendre un suicidaire. » Ses bras toujours croisés amplifiaient son air bougon, la rendant encore moins aimable qu’à l’accoutumé. Suivant l’invokeur du regard, elle constata alors que les gardes étaient déjà sur le qui-vive, prêt à pointer leur arme à la moindre occasion. Mais ce qui l’horripila plus encore, c’était le sourire que Soren avait osé lui adresser. Un sourire — qui de son point de vue —, était prétentieux, moqueur, comme fier de son méfait. « Ahvuené. Em y bmiceainc bancuhhymedéc ui xiue ?» Après tout, venant d’un habitant de Bevelle, ce n’était pas étonnant, surtout ceux venant de l’intérieur de l’église. Dépitée par ce comportement, la jeune femme commença alors à se diriger vers les escaliers afin de s’asseoir, mais c’était sans compter les gardes qui ne tardèrent pas à sortir les armes, le canon pointé sur sa personne, qui ne semblait pas sourciller. « Eh calmos les nullos. Je vais juste installer mon gracieux petit cul sur l’une des marches. Ce n’est pas interdit que je sache. Vous ne pensez pas que je vais poireauter debout comme une conne le temps qu’on lui accorde d’être une bonne poire. »  Un cliquetis s’était fait encore, mais ce n’était pas assez pour dégonfler la demoiselle au tempérament de feu. « J’espère que tu auras une bonne excuse pour expliquer à ton sir Soren ton geste. Autant te dire que l’excuse d’hérétique ne sera pas vraiment valable. » Il eut pendant quelques instants un silence pesant, puis, les gardes se relâchèrent doucement laissant enfin le loisir à Kiera de s’installer convenablement, bien qu’elle se doutait qu’ils étaient prêts à réitérer leur soit disant supériorité quand l’envie leur prendrait. « Za bynea xia m'yidna pâdynt ha jyc byc sa nahtna sac yvvyenac, dyhd xia m'yidna dnuiveuh ha cany byc cunde... Za ryec Pajamma. » Tout en soupirant face à ce bilan, la jeune femme leva les yeux au ciel, sa tête plongée dans ses mains, tandis qu’elle allait attendre sans patience que l’invokeur sorte enfin de sa tanière.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

avatar

Classe : Dragoon de l'Aube

Points de rang : 55



Chimères
Chimères possédées:

Sorts & compétences

Soren

Apprenti Invokeur

le Mar 8 Mai 2018 - 19:42
Quand il passa les portes du temple, la lumière du soleil fut comme une brûlure. Il plissa les paupières, portant sa main devant son regard, les lueurs trop vives accentuant le mal de crâne qui s’était emparé de lui. Il sentait que ses jambes étaient plus lourdes que d’ordinaire, sa démarche moins assurée. Pourtant, face aux regards qui se posèrent sur lui, Soren dissimula la fatigue qu’il éprouvait. Lentement, il descendit les marches. Et quand l’un des hauts prêtres du temple le dévisagea, attendant de connaître la décision du priant, Soren hocha doucement la tête. Il avait réussi. Sans un mot, le clerc s’inclina, offrant au nouvel Invokeur la prière de Yevon. Un murmure se propagea parmi la petite foule qui rôdait près du temple, et dans un maigre sourire Soren entreprit de redescendre les marches. Son regard tomba alors sur Kiera. Pendant une fraction de seconde, un bref étonnement se dessina sur son visage. Absorbé par tout ce qui venait de se produire, il l’avait complètement oubliée.

Il s’avança dans sa direction, jetant un bref regard aux gardes qui la surveillaient de près. Il réprima un bref sourire. Il imaginait sans peine combien l’attente avait dû être longue. « Tout s’est bien passé ? » une question idiote, sans doute, mais il était trop épuisé pour faire preuve d’esprit, et encore moins pour affronter la répartie de Kiera. Puis, levant son regard sur les quelques personnes qui allaient ici et là, Soren remarqua l’homme en charge de récupérer les affaires de la jeune femme. Dès que leurs regards se croisèrent, celui-ci s’approcha, et une fois près d’eux, il déposa les affaires de l’hérétique sur le sol. Soren observa brièvement les différents objets qui se trouvaient là, et se tourna vers Kiera. « Tout à l’air là. Nous pouvons… » mais il ne termina pas sa phrase, interrompu par une voix qui s’échappa de la foule. « Soren ! À quelle folie vous livrez-vous donc ?! » d’entre la foule se dessina la silhouette de l’un des hauts clercs de Bevelle. Sa voix nasillarde et ses hurlements vrillèrent les tympans de Soren, encore épuisé par l’épreuve. Il fronça les sourcils et claqua discrètement de la langue, contrarié. « Une Al-bhed en liberté dans Bevelle ? À quoi jouez-vous ? Et qui croyez-vous être, à décider ainsi de la libération d’une hérétique ? » Soren resta silencieux un instant, soutenant le regard teinté de reproche du clerc. Puis, il s’exprima. Quatre mots, déclamés d’une voix calme et dépourvue d’hésitation. « Elle vient avec moi. » en face, le clerc fut déstabilisé. Mais rapidement, la colère regagna ses droits. « Pardon ? Vous n’avez… » mais coupant court à toute discussion, Soren s’avança d’un pas dans sa direction. « En tant qu’Invokeur, je requiers sa présence à mes côtés. » la colère du prêtre se transforma en rage froide. « Elle n’est pas gardienne. » une menace flottait désormais dans sa voix. « Peut-être. Mais je souhaite qu’elle m’accompagne lors de mon pèlerinage. Elle décidera en chemin de la voie qu’elle suivra. » courroucé, le haut clerc jeta un regard en direction du vieux prêtre qui avait offert sa bénédiction à Soren. Celui-ci hocha lentement la tête, et le clerc chargé de rancœur pesta entre ses dents. Puis, il jeta un regard sombre à Soren. « Ne pensez pas que cette offense envers Yevon restera impunie. » puis il fit volte-face, s’éloignant du temple en réprimant à peine sa colère. Soren soupira et posa une main sur son front, épuisé. Puis, il jeta un regard à Kiera. « Allons-y. Nous n’avons plus rien à faire ici. Nous discuterons une fois dehors. » et sans un mot, il prit la route, gagnant le long chemin bordé d’eau qui menait vers la sortie de la ville.

 :: Spira - Le continent • :: Bevelle

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2